Le peintre et la carte

Vient de paraître :

Paul Fermon, Le peintre et la carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (XIVe-XVe siècle), Turnhout, Brepols, coll. Terrarum orbis, 2018, 507 p.

Présentation:

Au croisement de l’histoire de l’art, du droit et de la cartographie, cet ouvrage propose d’observer le développement des usages de la carte locale et du plan au cours des derniers siècles du Moyen Age et d’en analyser les causes. L’étude s’appuie sur une centaine de cas de figuration de territoires, de lieux ou d’édifices à partir d’observations et de relevés effectués entre les années 1320 et 1514 par des peintres ou des agents députés par l’autorité en Provence, dans le Dauphiné et dans la cité pontificale d’Avignon. Le dossier formé par ce corpus iconographique et textuel permet de repenser la définition de la pratique picturale de la vue à l’époque de sa gestation et de son premier essor dans la peinture comme dans la cartographie. Par le prisme de la vue figurée, l’ouvrage propose aussi d’interroger les transformations qui furent provoquées par l’accroissement de la place de l’image dans les sociétés de la fin du Moyen Age, notamment dans la conduite à distance du pouvoir. L’avènement de nouvelles pratiques de la vue doit en effet être relié à celui de l’enquête qui lui est contemporain. Ils traduisent ensemble un changement de hiérarchie dans les sources légitimes, ou non, de la connaissance et de l’information territoriale qui caractérise certaines des conceptions de la justice et du bon gouvernement des XIVe-XVe siècles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.