Les mondes normands dans les savoirs géographiques et les récits de voyages (IXe-XVIe siècle)

Appel à contribution de la revue Tabularia :

Les mondes normands dans les savoirs géographiques et les récits de voyages

(IXe-XVIe siècle)

La littérature géographique et les récits des voyageurs peuvent apporter des informations fort intéressantes sur des régions données : villes, fleuves, côtes, activités humaines (chasse, pêche, commerce, vie des sociétés), faune et flore. De plus, ces témoignages nous renseignent fort utilement sur la connaissance de ces régions distantes dans des pays ou des cultures éloignés, et donc de comprendre comment ces mondes y étaient perçus. L’objet de ce dossier thématique se propose donc d’explorer les sources géographiques à propos des mondes normands au sens large : la Scandinavie bien évidemment mais aussi les espaces où s’établirent les vikings aux VIIIe-XIe siècles et les territoires qui ont été sous domination normande en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée aux XIe-XIIe siècles.

Par exemple, le récent ouvrage de Jean-Charles Ducène (L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, CNRS éd., 2018) montre l’étendue des connaissances perses et arabes sur le Nord de l’Europe, qui apportent des informations précises sur les villes, les régions, la faune, par exemple sur la chasse à la baleine. Si le Livre de Roger d’Idrisi est un exemple bien connu de ce savoir géographique, parfois très précis, d’autres – et pas uniquement issus d’auteurs arabophones – sont à explorer. Ainsi, dans un article récent, Pierre Bouet (Raoul Tortaire, « Mon voyage en Normandie », Tabularia, 2017, DOI : 10.4000/tabularia.2813), rapporte le récit en vers d’un moine de l’abbaye de Fleury (Saint-Benoit-sur-Loire) qui dresse un tableau vivant de la ville de Caen et décrit de façon précise une chasse à la baleine sur la côte normande, informations très rares dans la littérature des xie et xiie siècles. Dans une autre contribution parue dans notre revue en 2016 (DOI : 10.4000/tabularia.2236), Benoît Humbert s’est interrogé sur les «  Voyages en Russie et définition des marges du monde scandinave dans les fornaldarsögur ».

Ce dossier envisage une chronologie large, de la période carolingienne aux « Grandes découvertes (IXe-XVIe siècle) et une gamme étendue de textes : itinéraires, récits ou guides de voyages ou de pèlerinage, descriptions géographiques incluses dans des œuvres narratives (chroniques, hagiographies, sagas…), littérature encyclopédique, récits de croisades, relations d’ambassadeurs et de missionnaires, guide et correspondances des marchands, récits d’explorateurs, voire même de voyageurs imaginaires. L’objectif est de s’interroger sur la part des connaissances nouvelles et celle des emprunts, la circulation des savoirs géographiques, leur mise en œuvre dans les textes, la mise en ordre des connaissances, les intentions qui guident les auteurs ou les commanditaires, les images véhiculées par les textes ; les illustrations (cartes, miniatures…) qui les accompagnent éventuellement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.