Reliques et pèlerinages

Depuis 1998, le colloque de Paray-le-Monial réunit chaque année, en octobre, chercheurs, universitaires et professionnels du patrimoine autour de thèmes liés à l’histoire de l’art et à l’archéologie en Europe occidentale.

Thème de l’édition 2020 : Reliques et pèlerinages

IRHT_072808-p-1-672x372

Le corps, un vêtement, le tombeau, un peigne liturgique, la trace d’un pas … tout fait relique, directement ou par contact. Les reliques possèdent une puissance rémanente qui, en l’absence du saint dont elle est consubstantielle, répond aux vœux des pèlerins par une intercession salvatrice, des petits miracles du quotidien à la guérison miraculeuse d’un mourant. Dans leurs humbles prières, les fidèles n’hésitent pas à gratter subrepticement la pierre du tombeau saint pour en rapporter chez eux une poussière chargée de pouvoir. Et il arrive même qu’on gratte, dans un manuscrit, la figure d’un saint pour en récupérer la peinture comme un talisman ou un remède, à prendre mêlé à une boisson ou de la nourriture. L’édifice religieux qui abrite la relique se charge lui-même de cette puissance, à en être spontanément illuminé jour et nuit, comme le montre Venance Fortunat au VIe siècle pour la cathédrale de Nantes. Relique insigne dans la Gaule chrétienne, la chape que saint Martin a partagée avec un pauvre a donné aussi son nom à la petite église qui la contenait : la chapelle.

Insignes ou modestes, les reliques attirent des fidèles en demande de secours surnaturel. Dès lors qu’ils quittent leur habitation pour gagner l’église du saint, ils deviennent pèlerins. Ils inscrivent ainsi leur histoire personnelle dans le grand livre de l’humanité. Le pèlerinage est en effet le propre de l’homo viator, l’homme voyageur. Il est aussi l’image de la vie qui est parcourue du berceau au tombeau comme un chemin, et pour lequel il faut préférer un cheminement difficile et périlleux, gage d’un accès au Paradis, au parcours facile et voluptueux qui conduit, lui, en enfer. Aux grands pèlerinages qui ont structuré le monde chrétien – Rome, Compostelle, Terre Sainte – durant le Moyen Âge répondent aujourd’hui les itinéraires ressuscités de leur effacement, comme les Routes de Saint-Jacques, ou les créations contemporaines, comme la Via Columbani. Une nouvelle manière de se redécouvrir.

Les propositions d’articles et de posters peuvent concerner toutes les périodes mais doivent privilégier des sujets liés à l’Europe occidentale.

Modalités de soumission des articles (date limite : 30/06/2020)

  • Les articles seront rédigés en français et ils seront publiés sur le Carnet à partir d’octobre 2020. Le carnet possède un ISSN et est donc référencé dans le catalogue d’OpenEdition, le catalogue général de la BnF, WorldCat et ROAD.
  • Vous mentionnerez vos titre et organisme de rattachement.
  • Votre article contiendra 25 000 signes maximum (espaces compris) et 15 illustrations maximum.
  • Vous indiquerez la légende et l’auteur des illustrations (soyez vigilants sur les droits d’auteur). Toutes les illustrations devront être citées dans le texte comme suit : (fig. 5).
  • Les références bibliographiques apparaîtront en note sous la forme suivante :
    • Pour un ouvrage : Phalip, Bruno, Auvergne romane, Dijon, Faton, 2013.
    • Pour un article : Arlaud, Catherine, Burnouf, Joëlle, « L’archéologie du bâti existe-t-elle ? », Les nouvelles de l’archéologie, 1993, n° 53-54, p. 67-69.
  • Les articles étant destinés à une publication en ligne, nous vous remercions d’utiliser le système de double parenthèse pour les notes de bas de page. Dans votre texte, à l’endroit où vous souhaitez que l’appel de notes apparaisse, ouvrez une double parenthèse, puis écrivez votre note, puis fermez par une double parenthèse. Prenez soin de laisser un espace entre le texte et la première parenthèse ouvrante. Plus d’explications en suivant ce lien : https://maisondescarnets.hypotheses.org/533
  • Votre proposition sera envoyée par voie électronique, sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer. Les illustrations seront envoyées aux formats jpg ou png.
  • Date limite de soumission : 30 juin 2020.
  • Adresse pour l’envoi : anelise.nicolier@orange.fr
  • La liste des membres du comité de lecture se trouve sur ce Carnet, dans l’onglet “Comités”.

Modalités de soumission des posters (date limite : 30/06/2020)

Les posters seront exposés à l’occasion du colloque de Paray-le-Monial, le 3 octobre 2020.

Une maquette graphique est imposée afin d’uniformiser l’exposition, et l’Association des Amis de la Basilique se charge de l’impression des posters. Chaque poster contiendra :

  • Vos nom, prénom, photo.
  • Votre adresse mail, si vous le souhaitez.
  • Un titre (100 signes max. espaces compris).
  • Une introduction précisant le contexte et les problématiques de votre recherche (450 signes max. espaces compris).
  • Un paragraphe intitulé “Méthodologie” présentant les méthodes mises en oeuvre pour mener vos travaux (1700 signes max. espaces compris).
  • Un paragraphe “Résultats” soulignant l’apport de votre recherche (1250 signes max. espaces compris).
  • Quatre illustrations avec leur légende et la mention de l’auteur.
  • Le logo de votre institution de rattachement (université, école, laboratoire).

Votre proposition sera envoyée par voie électronique, sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer. Les illustrations, votre photo et le logo seront envoyés aux formats jpg ou png. Date limite de l’envoi : 30 juin 2020. Adresse de l’envoi : anelise.nicolier@orange.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.