Malfante l’Africain

Vient de paraître:

Malfante l’Africain. Relire la “Lettre du Touat” (1447)

éd. François-Xavier Fauvelle, Benoît Grévin, Ingrid Houssaye Michienzi, Turnhout, Brepols, Global Perspectives on Medieval and Early Modern Historiography, vol. 2, 2023.

Présentation:

En 1447, Antonio Malfante, un marchand génois, adresse une lettre en latin depuis Tamentit dans l’oasis saharienne du Touat (actuelle Algérie). Il y décrit la région et livre des informations sur le Sahara et l’Afrique subsaharienne. Dans une perspective d’histoire globale, ce livre explore tous les aspects d’une source exceptionnelle qui relie trois mondes interconnectés : celui des marchands italiens rayonnant en Méditerranée occidentale ; celui des routes sahariennes, du Maghreb à Tombouctou ; celui des royaumes, sociétés et cités de l’Afrique subsaharienne. Une approche interdisciplinaire revisite ce texte fameux. L’analyse philologique corrige nombre d’erreurs présentes depuis la première édition-traduction (La Roncière, 1919), et présente les interactions linguistiques (latin, italien, arabe…). La contextualisation dans l’histoire du commerce transcontinental du xve siècle renouvelle la compréhension de la démarche de Malfante et de ses relais africains. L’analyse africaniste de sa description du Sahara et de l’Afrique subsaharienne lève un voile sur le Nord-Ouest de l’Afrique à une époque de raréfaction des sources écrites. Enfin, une lecture historiographique du texte met en relief les présupposés colonialistes qui ont accompagné sa découverte. Combinant histoire textuelle, commerciale et africaine, cette relecture du « voyage de Malfante » présente une histoire globale euro-africaine, entre christianisme, islam et animisme, entre recherche de profit, description anthropologique et construction d’une image de l’autre.

Table des matières:

Liste des illustrations

Remerciements

Liste des abréviations

Usages orthographiques et règles de translittération suivies dans cet ouvrage

Introduction. La “Lettre du Touat”: nécessités d’une relecture

Chapitre 1. La lettre de Malfante dans son contexte. Environnement manuscrit, langue, style

Chapitre 2. La « Lettre du Touat ». Editions et traductions

Chapitre 3. Antonio Malfante, un marchand génois entre mondes ibérique et africain

Chapitre 4. La « Lettre du Touat ». Commentaire

Conclusion

Bibliographie

Index des noms de lieux

Index des noms de personnes et de dynasties

Les auteurs



Citer ce billet
Christine Gadrat-Ouerfelli (2023, 17 novembre). Malfante l’Africain. Il ne scet rien qui ne va hors. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v98d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.