Voyager au Moyen Âge

Actuellement (depuis le 22 octobre dernier et jusqu’au 23 février 2015), se tient une exposition au Musée du Moyen Âge-Cluny (Paris) intitulée « Voyager au Moyen Âge ».

sainte-ursule-voyagerma-bandeau

J’ai eu l’occasion de la visiter la semaine dernière.

Le visiteur est accueilli par une reproduction de la Table de Peutinger surmontée de vues de cités (Venise, Corfou, Rhodes…) extraites du récit de Bernhard de Breydenbach. L’exposition est divisée en plusieurs sections thématiques, dont « Péril et protection » (où sont notamment présentées des images de saint Christophe), « Pèlerinage », « Rouleaux des morts » (trois exemples présentés), « Voyages dans l’au-delà » (avec des reliquaires), « Croisade et guerre », « L’artiste », « Connaissance » (où est d’ailleurs cité le vers qui sert de titre à ce carnet de recherche), « L’Autre », « Marchands et messagers », etc. Le milieu de la salle est occupé par la présentation d’une épave de bateau, l’épave d’Urbieta, trouvée au large du pays basque et datant du milieu du XVe siècle.

Dans son ensemble, l’exposition donne une impression de fourre-tout, liée non au nombre des pièces – relativement peu nombreuses – mais à leur juxtaposition sans mise en perspective. Ainsi, une tapisserie du XVIe siècle voisine avec un reliquaire du Xe siècle, ou une édition imprimée avec une sculpture romane. Le lien entre certains objets présentés et le thème de l’exposition est parfois ténu. On se demande ce que peut en retirer un visiteur qui n’a pas déjà une connaissance minimale de la question.

Les organisateurs ont voulu prendre en compte toutes sortes de voyages, du déplacement du simple marchand, à celui du pèlerin, de l’homme de guerre ou de l’artiste. La thématique du voyage n’est ainsi pas réduite aux grands voyages tels que celui de Marco Polo. Ce qui peut apparaître comme une bonne idée engendre cependant un risque de confusion : tout est, ainsi, voyage. Or tout déplacement n’est pas nécessairement un voyage.

Au final, ce qui m’a paru le plus intéressant, ce sont les objets utilisés par les voyageurs, tels ces chandeliers pliants ou gigognes, cette boîte à jeux ou ces boîtes de messagers armoriées en forme d’écus. Ces objets peu courants et peu connus permettent d’appréhender de façon concrète les conditions de voyage des hommes du Moyen Âge.

Un catalogue complète l’exposition, publié aux Editions Réunion des Musées Nationaux. Il présente un certain nombre d’œuvres qui ne sont pas exposées et contient quelques développements thématiques. Il est toutefois relativement cher (35 euros), compte tenu d’un volume réduit (176 pages). La bibliographie donnée en fin de volume ne contient pas les ouvrages les plus courants consacrés aux voyages ou aux voyageurs au Moyen Âge. Leur absence dans le catalogue explique peut-être les défauts de l’exposition elle-même, cette lacune rendant sans doute compte du fait que les commissaires ne les ont pas consultés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.