Du nouveau sur Burchard de Mont Sion

Burchard de Mont Sion, un dominicain allemand, est l’auteur d’une description de la Terre sainte composée à la fin du XIIIe siècle, qui outre son caractère exhaustif, est notamment connue pour son mode de description géographique original et novateur. Ce texte a rencontré un important succès au Moyen Âge, comme en témoignent le grand nombre de manuscrits subsistants (plus d’une centaine) et d’impressions précoces, ainsi que de nombreuses citations et utilisations dans des oeuvres postérieures. Mais peu de choses sont connues avec certitude sur cet auteur.

Par ailleurs, la seule édition dont on dispose est celle, relativement ancienne, de J.C.M. Laurent, Peregrinatores Medii Aevi quatuor, Leipzig, 1864, rééd. 1873, qui ne repose que sur un petit nombre de manuscrits.

Jonathan Rubin vient de publier un article présentant un manuscrit du texte de Burchard contenant des éléments qui ne se rencontrent pas dans les autres manuscrits, et par conséquent ignorés de l’édition de Laurent.

Cet article, « Burchard of Mount Sion’s Descriptio Terrae Sanctae: a newly discovered extended version », a été publié dans la revue Crusades, t. 13, 2014, p.173-190.

Les principaux éléments nouveaux apportés par ce manuscrit (Londres, British Library, Add. 18929) sont les suivants:

– une version plus détaillée du voyage de Burchard en Egypte.

– une description de l’Egypte, qui suit le récit du voyage.

– une partie que l’auteur de l’article nomme « continuation », totalement inédite, qui contient encore des éléments relatifs au voyage en Egypte de Burchard, ainsi que le récit de son voyage retour, en passant par la Sicile, Naples, Rome et Bologne, avant de retourner en Arménie puis à Chypre.

Outre l’intérêt de ces éléments inédits quant à leur contenu et leur rôle dans l’économie du texte, ils permettent également de mieux connaître l’auteur et les circonstances de ses voyages en Orient.

En annexe, J. Rubin édite le texte du voyage en Egypte et celui de la « continuation » selon ce manuscrit de Londres.

Il est à souhaiter que cet article suscite de nouveau l’intérêt pour le texte de Burchard, afin que l’ensemble des manuscrits qui le contiennent soient examinés (il n’est pas exclu que d’autres contiennent également ces éléments supplémentaires) et afin, surtout, d’aboutir à une nouvelle édition critique de ce texte, qui le rétablisse dans son extension la plus complète.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *