Savoirs et fiction

Il y a quelques mois, est paru un volume, dirigé par Dominique Boutet et Joëlle Ducos, intitulé Savoirs et fiction au Moyen Âge et à la Renaissance (Paris, PUPS, 2015).

Les relations entre la science et la fiction sont complexes au Moyen Âge et ces deux domaines, que nous aurions tendance à radicalement séparer à notre époque, sont au contraire souvent mêlés et ne sont pas considérés comme antinomiques. La fiction (catégorie qui n’apparaît d’ailleurs qu’à la fin du Moyen Âge) apparaît comme un moyen utile pour faire passer des connaissances, de façon ludique ou auprès d’un public non savant, tandis que certains auteurs parsèment leurs oeuvres littéraires de références ou de discours savants, soit par souci de réalisme, soit par effet de mode – on constate ainsi une certaine vogue de l’Orient dans les romans épiques de la fin du Moyen Âge.

Comme l’écrivent les deux éditeurs en introduction (p. 7) :  » S’interroger sur les relations entre fiction et savoirs au Moyen Âge n’est donc pas une question anachronique, ni celle de l’historien des mentalités ou de la culture, mais amène à définir ce qu’est fondamentalement la littérature médiévale et la littérarité, entre divertissement et enseignement, ou, pour reprendre les catégories antiques entre le placere et le docere. « 

Résumé proposé sur le site de l’éditeur :

La littérature du Moyen Âge est réputée pour son orientation didactique. Cette orientation a produit certains de ses chefs‐d’oeuvre, comme le Roman de la Rose, dont la partie attribuée à Jean de Meun s’autorise de la fiction allégorique et romanesque de Guillaume de Lorris pour diffuser un grand nombre de connaissances encyclopédiques passées au crible d’une pensée. Les prologues des oeuvres narratives répètent à l’envi que celui qui possède un savoir ne doit pas le garder pour lui, mais le divulguer largement.
Trois voies s’ouvrent pour cette divulgation : la voie didactique pure (celle des traités, traduits ou non du latin), la fiction scientifique (conçue ad hoc, généralement en recourant à la technique de l’allégorie), et l’insertion de savoirs dans des oeuvres de fiction. Des savoirs nouveaux peuvent venir irriguer des fictions romanesques, comme on le voit dans des proses de la fin du Moyen Âge qui entraînent leur héros vers des terres mises à la mode par les récits de voyages et donc par les savoirs géographiques nouveaux.
Ce sont ces problématiques croisées que ce volume veut approfondir sur une longue durée couvrant le Moyen Âge et la Renaissance, dans l’esprit d’une continuité et non d’une rupture, en montrant que la sensibilité aux découvertes constitue un mouvement de fond qui produit des efflorescences dès l’émergence de notre littérature en langue vulgaire et qui entretient des rapports complexes avec la fiction, qui ne sont pas de rapports d’opposition, et qui demandent à être décrits et mis en lumière.

Une bonne place est accordée, tant dans l’introduction que dans les contributions, à la question de l’insertion de savoirs géographiques et à celle de l’influence des récits de voyages sur la littérature.

C’est le cas des articles suivants :

  • Dominique Boutet : Savoirs géographiques et fictions épiques à la fin du Moyen Âge (Esclarmonde, Jean d’Outremeuse, Mabrien), p. 59-71.
  • Laurent-Henri Vignaud : Un héritage bien encombrant : la relecture des « livres de merveilles » médiévaux par les savants de la Renaissance, p. 73-95 (en grande partie consacré aux lectures de Gervais de Tilbury).
  • Catherine Gaullier-Bougassas : Savoir scientifique et « roman historique »: le Roman d’Alexandre de Thomas de Kent, p. 143-159.
  • Frank Lestringant : Le monde dans la barbe de Panurge (Tiers Livre, XXVIII) : l’inscription du savoir cosmographique dans l’oeuvre de Rabelais, p. 233-245.

Mais l’on rencontre aussi l’insertion de savoirs géographiques dans d’autres types de textes, comme par exemple la poésie hagiographique, telle la Vita sancti Malchi de Reginald de Canterbury, présentée dans ce volume par Jean-Yves Tilliette (La poésie hagiographique des Xe et XIe siècles comme support d’un savoir scientifique, p.27-41), où l’on trouve une énumération de noms de fleuves (ibid., p.39).

Voir la table des matières complète de l’ouvrage, toujours sur le site de l’éditeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.