Les systèmes de mobilité de la Préhistoire au Moyen Âge

A la fin de 2015, sont parus les Actes des XXXVe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (2014) :

Les systèmes de mobilité de la Préhistoire au Moyen Âge, sous la direction de Nicolas Naudinot, Liliane Meignen, Didier Binder et Guirec Querré, Antibes, Editions APDCA.

4e couverture :

Se déplacer, transporter, échanger… Ces comportements, leur place et leur organisation ont toujours été et, à l’heure de la mondialisation, sont peut-être encore plus que jamais au cœur du fonctionnement des systèmes socio-économiques. La mobilité constitue ainsi une perspective de recherche centrale en anthropologie. Le terme « mobilité » englobe des comportements très variés aux échelles spatio-temporelles multiples. Les articles présentés dans cet ouvrage sont ainsi organisés autour de thématiques portant sur la longue durée et rendant compte de ces différentes échelles de la mobilité : 1) grandes dynamiques de peuplement, 2) organisation des territoires ou encore 3) transferts et interculturalité. De quels éléments disposons-nous pour aborder les systèmes de mobilité à leurs différentes échelles ? Les approches sont-elles également différentes selon la période concernée ? C’est essentiellement autour de ces vastes questions et de cette diversité chronologique, disciplinaire ou méthodologique que s’organise cet ouvrage.

La plus grande partie des contributions porte sur la période préhistorique, mais quelques-unes ont pour objet le Moyen Âge :

  • Magali Coumert : Entre Antiquité et Moyen Âge : les “Grandes migrations” barbares en question.
  • Philippe Jansen : La mobilité des maîtres-maçons en Italie au Moyen Âge : une mobilité technique ou culturelle ?
  • Léa Hermenault : Aborder la mobilité à travers ses impacts matériels : le cas des circulations intra-urbaines parisiennes à la fin de la période médiévale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.