Les Allemands à Venise

Vient de paraître, aux Publications de l’Ecole française de Rome :

Philippe Braunstein, Les Allemands à Venise (1380-1520), Rome, 2016, coll. Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 372.

Voici la présentation de l’éditeur :

Au pied des Alpes, Venise, ouverte sur le monde : les immigrants venus du Nord, désignés au XVe siècle comme Allemands, qu’ils soient venus de l’Empire ou de ses confins, ont formé dans le tissu urbain une minorité active, sans cesse renouvelée. La présence allemande à Venise est attestée depuis la fin du XIIe siècle dans tous les secteurs de la vie artisanale et industrielle et se disperse dans toute la ville. Mais les plus anciens témoignages sur cette présence soulignent le rôle économique et l’importance institutionnelle d’un édifice situé près du pont du Rialto, où les marchands allemands sont contraints de résider. Par le « Fondaco dei Tedeschi » un flux continu de métaux monétaires, produits des mines d’Europe centrale, constitue la contrepartie des importations d’épices, de soieries et de coton qui font la fortune de Venise et approvisionnent l’Outremont, de Bruges à Cracovie. Les résidents du « Fondaco » sont les représentants des principales villes et sociétés d’affaires, qui, de la Haute-Allemagne à la Rhénanie, dominent au XVe siècle et jusqu’au début du XVIe siècle les échanges entre le monde méditerranéen et l’Europe du Nord et du Nord-Ouest. Ces échanges font de Venise une place essentielle pour l’apprentissage du commerce, qu’il s’agisse de la langue, du droit ou de la comptabilité. Hors du « Fondaco », actes notariés et testaments font revivre une communauté présente dans tous les métiers, en particulier dans les domaines de pointe où l’art et l’invention technique se conjuguent, comme l’orfèvrerie ou l’imprimerie. Insérés jusqu’à se fondre dans les réseaux qui les entourent, ceux des ateliers, des paroisses et des « scuole », nombre d’Allemands ont construit une vie définitivement étrangère, et, par conséquent, vénitienne.

La table des matières a été mise en ligne par les Publications de l’Ecole française de Rome sur le site Academia.edu. On y relève en particulier, sur le thème des déplacements et des voyages, le chapitre II (Traverser les Alpes) et le chapitre IV (Les sociétés d’affaires : l’Allemagne à Venise), qui passe en revue les différentes origines, germaniques mais aussi hanséates, pragoises ou polonaises, des hommes d’affaires présents au Fondaco dei Tedeschi, tandis que les autres chapitres traitent également des aménagements et de la vie quotidienne dans ce fondaco, des pratiques commerciales, des marchandises et de leur circulation, des métiers exercés, des échanges de savoirs et des apprentissages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.