Les ambassadeurs dans le monde musulman médiéval

Un séminaire « inter-laboratoires » (LA3M et IREMAM, Aix-en-Provence) porte sur :

Les ambassadeurs dans le monde musulman médiéval

(VIIIe-début XVIe siècle)

Argumentaire :

Si les échanges diplomatiques dans le monde méditerranéen médiéval ont fait l’objet de nombreuses études, la question des acteurs de la diplomatie n’a été abordée que dans le monde latin ; le Dâr al-Islam est en revanche resté quelque peu à l’écart de ce renouvellement historiographique, malgré la publication d’un petit nombre de travaux ponctuels, en particulier dans le cadre du projet  mené par le groupe de recherche de l’IFAO dirigé par Denise Aigle et Sylvie Denoix sur La paix : concepts, pratiques et systèmes politiques. Partant de ce constat et dans le prolongement de ces recherches, nous envisageons de conduire la réflexion à l’échelle du monde musulman, mais aussi dans ses rapports avec le monde extérieur, à savoir avec le monde latin, Byzance et les Mongols.

En faisant appel à toute sorte de documentation produite dans le monde musulman et également issue du monde latin, on s’interrogera sur l’existence d’une figure de l’ambassadeur/envoyé/émissaire (safîr, rasûl, mab‘ûth), celui qui porte la parole du souverain musulman. Dans quel milieu sont-ils recrutés ? Quels critères président à leur choix : leur proximité avec le souverain, la langue, leur connaissance du pays, les affaires qu’ils y mènent, leurs réseaux ? Quelles sont les limites de leur pouvoir dans les négociations et les moyens mis à leur disposition pour effectuer leurs missions ?

La réception d’une ambassade, rigoureusement réglée par un protocole et un cérémonial complexe, représente un grand évènement dans la vie d’une cour, mais aussi pour les populations qui se massent devant le palais, afin d’apercevoir ces messagers et les somptueux cadeaux qu’ils apportent. C’est l’occasion pour le souverain de déployer toute sa puissance et d’étaler ses richesses devant ses hôtes ; plus la réception est fastueuse, plus les ambassadeurs admirent et en parlent pour perpétuer la mémoire de la cérémonie, et mieux on se distingue.

En examinant la question des modalités et du temps de la négociation, il s’agit aussi d’appréhender les pratiques diplomatiques en vigueur et de jeter une pleine lumière sur le personnel diplomatique qui travaille dans l’ombre des ambassadeurs. Des traducteurs, des scribes, des notaires et autre personnel œuvrent pour préparer les négociations, pour accueillir les ambassadeurs, pour leur expliquer les us et les coutumes, autrement dit les protocoles diplomatiques, avant de se présenter à l’audience devant le souverain. D’autres sont affectés à la rédaction des traités, des lettres, à les traduire, à les expliquer et à les conserver précieusement. Le rôle des traducteurs est fondamental pendant et après les négociations pour traduire les paroles et les écritures, mais aussi pour rapprocher les points de vue des négociateurs, qui sont parfois dépositaires d’une double culture et jouent le rôle d’intermédiaires culturels.

L’organisation de trois séances de séminaires sera l’occasion de faire un état des lieux sur la question des ambassadeurs dans le Dâr al-Islam, et de se projeter dans l’avenir, dans l’objectif de réfléchir à une étude plus globale de cette thématique sur le long terme (VIIIe-début XVIe siècle) dans le cadre d’un projet de recherche pluridisciplinaire autour de la figure de l’ambassadeur, qui associe l’histoire du droit, l’anthropologie, la sociologie, la prosopographie et la diplomatique à l’histoire. À travers la création d’une base de données sur les ambassadeurs, cette recherche met l’accent sur le « travail du diplomate », autrement dit sur les négociations et sur les acteurs diplomatiques, médiateurs culturels par excellence.

Les interventions programmées dans les trois séances (trois communications par séance) proposeront des études de cas d’ambassadeurs, mais elles seront surtout l’occasion d’échanger et de réfléchir dans une perspective comparatiste à la mise en place de ce programme de recherche pluridisciplinaire dans ses aspects scientifiques, financier et organisationnels.

Il est organisé par Mohamed Ouerfelli et Camille Rhoné-Quer.

Trois séances sont annoncées pour l’instant :

– 27.03.2017, 14h00 – 17h00, salle Paul Albert Février, MMSH

Les échanges diplomatiques entre Turcs, Mongols, Iraniens et Byzantins au Moyen Âge

  • Michel Balivet (AMU/IREMAM), Les ambassades entre Turcs et Byzantins.
  • Thomas Tanase (UMR 8167, Orient et Méditerranée), Les missionnaires pontificaux auprès des Mongols au XIIIe siècle.
  • Camille Rhoné-Quer (AMU/IREMAM), Les ambassadeurs en Iran et en Asie centrale (IXe-XIe siècle) : représentation publique et diplomatie officieuse.

– 03.04.2017, 14h00 – 17h00, salle Paul Albert Février, MMSH

Les ambassadeurs entre monde latin et monde musulman

  • Frédéric Bauden (Université de Liège), Échange d’ambassades entre les sultans mamelouks et les rois d’Aragon au début du XIVe siècle : de l’éthique à la pratique.
  • Mercè Viladrich (Université de Barcelone), Les échanges diplomatiques entre les Mérinides et la Couronne d’Aragon (XIVe-XVe siècle).
  • Roser Salicrú I Lluch (Institució Milà i Fontanals, CSIC, Barcelone), Les ambassadeurs dans le monde méditerranéen : des médiateurs culturels.

– 09.10.2017, 14h00 – 17h00, salle Paul Albert Février, MMSH

Figures d’ambassadeurs musulmans
  • Malika Dekkiche (Université d’Anvers), La carrière des ambassadeurs au sein de la cour mamelouke (XIIIe-XVe siècle).
  • Marta Manso Rubio (Université de Barcelone/CSIC), Ambassadeurs musulmans au service des rois chrétiens : le cas de la Couronne d’Aragon.
  • Mohamed Ouerfelli (AMU/LA3M), Figures d’ambassadeurs musulmans en Italie (XIIe-XVe siècle).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *