Voyages et géographie au Moyen Âge

Journée d’étude, 12 mai 2014.

Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5, rue du Château de l’Horloge, salle Georges Duby.

Organisation : Christine Gadrat-Ouerfelli, Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (UMR 7298) – Aix-Marseille Université

Contact : christine.gadrat@gmail.com

affiche de la journée d'étude

Selon un proverbe bien connu, « les voyages forment la jeunesse ». Forment-ils aussi la géographie ? Autrement dit, pour poursuivre le jeu étymologique, les voyages permettent-ils d’informer, de réformer – voire de déformer – les connaissances géographiques ?

La question qui est posée est celle du rôle joué par les voyages et les récits qui en sont faits dans l’évolution, l’enrichissement et l’adaptation des connaissances géographiques au cours du Moyen Âge. On s’intéressera donc à la façon dont les informations transmises par les voyageurs, en particulier au sujet de contrées lointaines et peu connues, ont été reprises et intégrées dans des traités de géographies ou des cartes. Mais, plus largement, il s’agira de voir comment les récits de voyages médiévaux participent à la constitution d’un savoir géographique, que ce soit par les utilisations et les lectures qui en sont faites, ou en eux-mêmes. En effet, de nombreux récits, bien qu’issus de l’expérience d’un voyageur, adoptent la forme et les procédés d’un traité théorique, se présentant finalement davantage comme une somme que comme un journal de voyage. Dans ce cas, le contenu du texte déborde généralement l’horizon du parcours réellement effectué par le voyageur. Par ailleurs, on considère souvent que les récits de voyage fictifs sont en réalité des traités de géographie « déguisés » sous l’aspect d’un voyage, afin de les rendre plus attractifs ou plus faciles à mémoriser pour leurs lecteurs.

Souvent séparés dans l’historiographie et les études actuelles, récits de voyage et traités de géographie appartiennent cependant à des domaines conjoints, voire ne forment qu’un seul et même ensemble. On peut en effet considérer que, sous bien des aspects, les récits de voyage constituent un élément de la littérature géographique médiévale, l’un et l’autre n’étant pas encore codifiés et classés comme des genres spécifiques, mais pouvant adopter des contenus et des formes variables. Si des voyageurs ont souhaité rendre compte de leur expérience, c’est, dans bien des cas, pour faire en quelque sorte œuvre de géographes, afin de livrer à leurs contemporains les connaissances nouvelles qu’ils avaient acquises, ayant conscience d’être allés là où aucun ne s’était aventuré avant eux. De même, les géographes – si tant est que ce terme puisse s’appliquer à un savant au Moyen Âge – font fréquemment référence à des voyages ou à des voyageurs dans leurs argumentations et s’appuient sur l’expérience visuelle d’autrui.

Les études porteront aussi bien sur des récits de voyages que sur des traités de géographie ou des cartes, ou bien sur une confrontation de ces différents types de documents. De même, il sera intéressant de prendre en compte les différents états des textes ou des documents (traductions, adaptations, remaniements, réécritures…), qui peuvent témoigner d’usages et de réceptions diverses. Quel(s) que soi(en)t le (ou les) type(s) de document envisagé(s), cette journée tentera de répondre à la question de la participation des récits de voyage aux connaissances géographiques au Moyen Âge et des modalités de cette participation, qu’il s’agisse de contenus, de formes d’écriture, de lectures, d’usages, de citations ou de justification.

Cette journée est organisée en collaboration avec la journée d’étude de Strasbourg du 16 janvier 2014, organisée par Damien Coulon et présentée ici.

Programme :

9h30 – Christine Gadrat-Ouerfelli (LA3M/CNRS UMR 7298 – Aix-Marseille Université) : Introduction.

10h00 – Damien Coulon (Université de Strasbourg – EA ARCHE) : Un défi pour l’historien ? L’apport des voyages marchands aux connaissances géographiques à la fin du Moyen Âge.

10h30- Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne – AUSONIUS/CNRS UMR 5607) : Voyage et géographie d’après le Kitâb al-‘Ibar (« Le livre des exemples ») d’Ibn Khaldûn (m. 1406).

11h15 – Julia Roumier (Université Bordeaux Montaigne – EA AMERIBER) : La narration du voyage au service de la rêverie géographique. El Libro ultramarino : traduction castillane du récit de voyage d’Odorico de Pordenone (fin XIVe siècle).

11h45 – Marianne O’Doherty (Université de Southampton) : New research on the Vulgate Latin version of Mandeville’s Travels : the convergence of travel narrative and geography.

14h00 – Emmanuelle Vagnon (LAMOP/CNRS UMR 8589) : L’apport du pèlerinage en Terre sainte au savoir géographique : le cas de Bernhard von Breydenbach.

14h30 – Nathalie Bouloux (Université de Tours – CESR/CNRS UMR 7323) : Le statut des récits de voyage dans la géographie humaniste du XVe siècle.

15h30 – Elisabeth Malamut (Aix-Marseille Université – LA3M/CNRS UMR 7298) : Le voyage en Serbie de Nicéphore Grégoras (1326).

16h00 – Patrick Gautier Dalché (EPHE, IRHT/CNRS UPR 841) : Conclusions.


2 réflexions sur « Voyages et géographie au Moyen Âge »

  1. Thierry Buquet

    Bravo pour l’organisation de cette journée dont le programme est très prometteur et très riche. Je regrette de ne pouvoir y assister. Peut-être avez-vous prévu la publication des actes ?

    Répondre
    1. Christine Gadrat-Ouerfelli Auteur de l’article

      Merci Thierry ! Ce sera sans doute publié, mais il est difficile d’en dire davantage pour l’instant.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.