Emergences de la géographie

Les 3 et 4 octobre prochains, se tiendront à Aix-en-Provence, les journées d’études

Émergences de la géographie, France/Italie, XIVe-XVIIe siècles

Organisées par le laboratoire LA3M (MMSH) en partenariat avec le CIELAM, l’UFR ALLSH de l’Université d’Aix-Marseille et le CRLV.

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Georges Duby.

Argumentaire:

L’objet de cette journée d’études vise à mettre en évidence la façon dont la géographie, qui ne constitue pas un domaine de savoir autonome au Moyen Âge et n’est pas répertoriée parmi les sciences du quadrivium, tend à prendre de l’importance à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne et à se constituer peu à peu en discipline. Ainsi, la géographie se détache peu à peu des sciences auxquelles elle était attachée jusque-là, qu’il s’agisse par exemple de l’histoire, de l’exégèse biblique ou du commentaire des textes antiques, ou encore des sciences naturelles. Cette évolution se traduit notamment par l’émergence de nouvelles figures intellectuelles que l’on peut qualifier de géographes et d’œuvres que l’on peut intituler à proprement parler « traités de géographie ». Un mouvement parallèle touche la cartographie, avec l’émergence d’ateliers ou d’individus spécialisés dans la production de ce type de documents.

Il faudra cependant encore du temps avant que la géographie fasse l’objet d’un enseignement propre en tant que discipline, ce qui n’interviendra pas avant le XVIIIe siècle et plus sûrement le XIXe siècle, avec des figures fondatrices telles qu’Elisée Reclus ou Alexander von Humboldt. En effet, cette lente émergence et autonomisation se poursuit au cours de l’époque moderne, sans que la géographie se détache totalement d’autres domaines, comme l’histoire ou les récits de voyages. De ce fait, il est intéressant de voir comment, à l’époque moderne, récits de voyage et géographie sont encore étroitement imbriqués : comment le récit de voyage peut servir d’alibi à la géographie et quelle(s) relation(s) les auteurs de ces récits entretiennent avec cette discipline.

Si le domaine italien est souvent mis en exergue quand il s’agit de déceler les origines de la géographie, particulièrement pour la période humaniste, l’espace français apparaît comme le parent pauvre des études et se voit régulièrement réduit à une fonction de relais dans ce mouvement. Loin de vouloir procéder à une comparaison systématique – et encore moins à une mise en concurrence – des deux espaces, il s’agira plutôt de mettre en évidence tant leurs éventuels particularismes que les nombreux liens et échanges transalpins qui ont nourri les géographes des deux versants.

Programme

 3 octobre

14h : Accueil et introduction

14h30-15h30 : 1e session

  • Paul Fermon (Docteur, chercheur associé au LA3M) : Le corpus de plans de villes de Marino Sanudo et Paulin de Venise (1e moitié du XIVe siècle)

La communication propose de faire le point sur la collaboration de Marino Sanudo et de Paolino Veneto dans la cité pontificale d’Avignon en 1321-1322 qui permit la diffusion dans toute la chrétienté d’un vaste corpus cartographique comprenant notamment des plans de villes remarquablement précoces.
Les deux hommes développèrent dans leurs oeuvres réciproques une cartographie urbaine originale, fondée sur une information territoriale de première main, qui renouvela la représentation des villes de la Terre sainte et donna lieu à certains des premiers essais de cartographie de villes italiennes.

  • Léonard Dauphant (Maître de conférence, Université de Metz) : De la géographie populaire aux premières chorographies françaises (XIIIe-XVIe s.)

Dans la France des XIVe-XVIe siècles, la géographie n’est pas une discipline scientifique autonome, mais elle est un centre d’intérêt assez commun. Pour rendre compte des connaissances géographiques diffuses (la façon dont les Français se représentent la France et les pays voisins), il faut interroger les sources littéraires : on y trouve des mentions dispersées d’une culture générale géographique, qui prennent sens en série.

Aux XVe et XVIe apparaissent et se multiplient des écrits chorographiques en langue vulgaire. Après le Livre de la description de pays de Gilles le Bouvier vers 1455, les chorographes du XVIe siècle amplifient ce discours géographique. Pourtant, leur discours n’invente pas de thème mais rassemble plutôt les idées vernaculaires en un discours autonome. Après avoir étudié la part de la géographie populaire dans les premières chorographies, on pourra considérer quelques exemples de lettrés du XVIe siècle, plus ou moins savants (Rabelais, Papire Masson, le sire de Villamont) pour savoir comment géographies savante et populaire dialoguent.

Pause

16h30-17h30 : 2e session

  • Christine Gadrat-Ouerfelli (Chargée de recherche, LA3M) : Le roi René et la géographie

Au XVe siècle, l’intérêt pour la géographie gagne les grandes cours princières européennes. Leur mécénat favorise les traductions d’œuvres antiques, la réalisation de beaux exemplaires manuscrits illustrés de cartes ou la composition de traités de géographie qui leur sont dédicacés. René d’Anjou n’est pas absent de ce mouvement, bien que son rôle ou son intérêt personnel pour cette discipline soit souvent minoré par l’historiographie.

Il convient de reprendre le dossier et d’examiner l’ensemble des actions du roi René pouvant être liées à un intérêt pour la géographie, s’agissant d’œuvres qu’il a commandées, qui lui ont été offertes ou qui apparaissent dans les inventaires de ses châteaux, afin de présenter une vue plus équilibrée de la question, et de la replacer dans son contexte européen, sans pour autant pratiquer un comparatisme qui aboutirait à un palmarès.

  • Emmanuelle Vagnon (Chargée de recherche, LAMOP, Paris) : Un commentaire inédit de la Géographie de Ptolémée en Lorraine autour de 1500 : le manuscrit latin 11523 de la BnF

La Bibliothèque nationale de France conserve, sous la cote « ms. latin 11523 », un ouvrage de grandes dimensions composé des cartes imprimées de l’édition d’Ulm de la Géographie de Ptolémée (1486), accompagnées de commentaires manuscrits originaux et inédits. Jusqu’à présent son auteur était inconnu, mais des recherches récentes ont permis de l’identifier et de le situer dans le contexte intellectuel et social du fameux « gymnase » de Saint-Dié, où, sous la protection du duc de Lorraine, Martin Waldseemüller et son cercle composèrent la fameuse Universalis Cosmographia de 1507 et baptisèrent le Nouveau Monde « America ». Peut-on considérer le manuscrit latin 11523 comme un témoin méconnu du gymnase vosgien où s’élabora la géographie de la Renaissance ? L’édition et l’étude des textes manuscrits de l’érudit lorrain permettront d’apporter des éléments de réponse à cette question.

4 octobre

9h30-10h30 : 3e session

  • Nathalie Bouloux (Maître de conférence, Université de Tours) : Décrire le monde à l’âge de l’humanisme (Italie, XVe siècle)

Le XVe siècle est souvent considéré comme l’âge d’un furor geographicus, encadré en amont par la traduction de la Géographie de Ptolémée et en aval par les nouveautés issues des voyages de découvertes. L’intérêt des humanistes pour l’espace se traduit par la production d’ouvrages « géographiques » qui tranchent par leur nombre, leur nature et leurs objectifs par rapport aux travaux réalisés dans les siècles précédents : traités de géographie descriptive (De Europa et De Asia de Pie II, Italia illustrata de Biondo Flavio, Geographia de Sebastiano Compagni), mise en forme de récits de voyage (voyage de Niccolò de Conti inséré par Poggio Bracciolini dans le livre IV du De varietate fortunae) ; émergence du genre nouveau des insulaires ; éditions, traductions et commentaires de textes géographiques antiques (par exemple les Septe giornata della geographia, traduction versifiée en toscan, commentée et augmentée, de la Géographie de Ptolémée par Francesco Berlinghieri). Il serait pourtant exagéré de voir dans cet intérêt éclectique pour l’espace l’émergence d’une nouvelle discipline, une géographie « moderne » consciente d’elle-même et autonome par rapport aux autres savoirs. Pour comprendre le sens de ce furor geographicus, il faut au contraire replacer ces productions nouvelles dans le cadre général du développement de l’humanisme et des caractères propres à cette culture.

  • Oury Goldman (Doctorant, EHESS, Paris) : Émergence d’un champ géographique en français autour du règne d’Henri II (1547-1559)

En 1549, Nicolas de Nicolay (1517-1584) devient le premier sujet du roi de France à porter le titre de « géographe du roi », qu’il conserve jusqu’à sa mort. L’institutionnalisation d’une nouvelle figure sociale et savante prend part dans un contexte de multiplication de productions manuscrites et imprimées d’œuvres géographiques dans le royaume de France (cartes imprimées ou manuscrites de l’ « école de Dieppe », publications et/ou traductions de traités cosmographiques et astronomiques, multiplication des récits de voyage et des ouvrages sur les lointains de l’Europe, etc.). Notre intervention se propose d’analyser ce milieu du XVIe siècle comme un moment tournant dans la constitution d’un champ géographique dans le royaume de France, en cherchant à en restituer les dynamiques sociales et politiques, tout en s’interrogeant sur les multiples définitions de la géographie que ces écrits instaurent en dialogue les uns avec les autres. Afin de ne pas dresser une généalogie purement internaliste de ce mouvement, il s’agira de saisir le rôle des connexions avec d’autres espaces européens qui y participent, notamment par le biais des traductions ou d’utilisations d’œuvres venues d’Italie, des pays germaniques et suisses, mais aussi de la péninsule ibérique. Nous nous proposons donc de saisir la multiplicité des acteurs et des situations savantes qui ont participé à la construction toujours négociée d’une géographie comme savoir spécifique dans le royaume de France au milieu du XVIe siècle.

Pause

11h-12h : 4e session

  • Lou-Andréa Piana (Doctorante, CIELAM) : Une géographie fictionnelle ? L’Italie dans les recueils de nouvelles du XVIe siècle

Cette intervention portera sur la géographie telle qu’elle apparaît dans des recueils de nouvelles du XVIe siècle, notamment L’Heptaméron de Marguerite de Navarre et Le Printemps d’Yver. Ces œuvres mettent en avant une illusion de vérité, critère souvent rappelé par les conteurs-personnages, toutefois la dimension fictionnelle entraîne une distorsion géographique. Il s’agira de voir comment l’émergence de la géographie se manifeste tout de même dans les nouvelles et si son utilisation est la même que celle de l’Histoire. Les espaces géographiques mentionnés dans les contes sont nombreux. Cependant, l’exemple de l’Italie entre en résonance avec le fait que les recueils de nouvelles français s’inspirent d’un modèle italien, ce qui peut faire écho aux « liens et échanges transalpins » évoqués dans l’argumentaire. En outre, la géographie ne s’y affranchit pas d’une dimension politique.

  • Joanna Ofleidi (Doctorante, CIELAM) : Une cartographie littéraire dans le récit de voyage : quand la littérature viatique se fait littérature géographique

Si les récits de voyage semblent avoir pour fait commun de mettre en action un narrateur décrivant ses aventures dans un Ailleurs qui ne lui est pas familier, il est bien difficile de pousser la comparaison plus loin, chaque récit paraissant avoir ses propres caractéristiques, dépendantes de l’interprétation subjective de l’étrangeté auquel le voyageur est confronté. En effet, au XVIIe siècle, la littérature viatique regorge de récits de voyages, des plus véridiques aux plus fictionnalisés, rendant difficile l’étude du genre de ce type de textes. Il semblerait en réalité que le genre du récit de voyage pourrait dépendre du lieu où se rendraient les auteurs : si l’Afrique du Nord, symbole même de l’exotisme à cette époque, était source de récits versant plutôt dans la fictionnalisation, l’Europe du Nord quant à elle, beaucoup plus froide et mystérieuse, donnait lieu à des purs récits de voyages. Quant au Canada et ses habitants, qui sont justement les sujets du Des sauvages de Champlain, c’est cette fois dans une dynamique de colonisation que le lieu était envisagé, orientant donc le récit d’une autre façon que ceux relatant des aventures en Afrique ou en Europe septentrionale. Nous pourrons donc nous attarder sur le genre de la littérature viatique, qui ne saurait se passer de la zone géographique, ainsi que du contexte historique propre à son époque. Aussi, il sera intéressant d’étudier la façon dont sont décrits les lieux où se rendent nos voyageurs. En effet, on ne trouve que rarement des cartes dans les récits de voyages, et ces récits n’ont certainement pas pour vocation d’établir une carte géographique ayant pour but de montrer un lieu dans sa globalité, avec un regard éloigné. Ce n’est pas un regard « de loin », depuis l’extérieur, qui anime les auteurs de récits de voyages mais plutôt un regard « de l’intérieur », proche des détails, des habitants de ces contrées étrangères. Et ce regard de l’intérieur ne saurait passer par la carte géographique qui considèrerait l’espace depuis un angle de vue éloigné. C’est pour cela que dans la littérature viatique, ce sont surtout des descriptions des lieux et des gens qui sont effectués, toujours dans une volonté d’aller au plus près de l’Autre, de l’Ailleurs, tous deux bien souvent aussi fascinants que repoussants. Ainsi, cette communication me permettra de montrer comment les auteurs de récits de voyage du XVIIe siècle sont arrivés à mettre en place des cartographies littéraires des Ailleurs explorés, en sortant du système du traité géographique, et en passant par le biais d’une littérature géographique de « l’intérieur », dont l’interprétation des aventures, et la façon dont elles ont été retransmises dépendent de la zone géographique de leur déroulement.

Déjeuner

14h-15h00 : 5e session

  • Christophe Luzi (HDR en cours au CIELAM, Ingénieur de recherche au CNRS, Laboratoire « Lieux, Identités, eSpaces, Activités », UMR 6240 LISA) : L’insularité sous l’œil du pouvoir : cartes de l’île de Corse (1567-1769)

La Corse en raison de sa situation géographique centrale en Méditerranée, demeure au cours des siècles le carrefour d’enjeux géo-stratégiques et commerciaux qui entretiennent la rivalité des peuples méditerranéens, désireux d’asseoir leurs places fortes, et d’implanter sur ses rivages, des comptoirs et des colonies.

Victime du rôle qu’elle représente aux yeux des grandes puissances, l’île subit après la domination génoise (1567-1729) et durant les premiers temps encore troubles de son histoire moderne (1729-1769), le choc de modèles politiques et culturels concurrents qui coexistent même après la signature du traité de Versailles, le 15 mai 1768.

A cet égard, il est intéressant de constater quelle place occupe la production cartographique et quels besoins (intimement liés au pouvoir) président à ses modalités de représentation, ne retenant que l’importance d’une vision d’ensemble de la Corse, liée à son contrôle direct, à sa possession, à sa mise en valeur agricole et démographique. La cartographie de cette période est le fait d’ingénieurs, de maîtres-architectes ou de « spécialistes » géographes, génois ou français, qui lui donnent indéniablement et malgré beaucoup d’approximations topographiques et toponymiques, une nature fondamentalement militaire ou administrative. En 1568, Leandro Alberti de Bologna fait paraître à Venise dans l’ouvrage Descrittione di tutta Italia, l’une des premières descriptions rigoureuses de la Corse, qui marque un progrès extraordinaire et sert de base aux cartes de Camocio (1570) et de Mercator (1590). Le Corsicae antiquae descriptio de l’allemand Philipp Clüver (1619), présente quelques années plus tard, une carte à la réelle dimension artistique. En plus de situer les lieux avec une précision remarquable, elle ouvre la voie à une série d’autres cartes aux relevés minutieux, harmonieusement illustrées (Magini, 1620 ; Sanson D’abbeville, 1656), qui se succèderont jusqu’au journal de voyage en Corse de James Boswell, An Account of Corsica, the journal of a tour to that island (carte réalisée par Thomas Phinn, 1769).

A côté de cette première variété cartographique, qui rentre généralement dans un vaste programme de domination du territoire, existe une autre logique plus artisanale, essentiellement décorative, et qui ne paraît pas requérir d’objectif sinon celui de la découverte d’une île, peuplée de légendes purement pittoresques, fantaisistes, et même des fois curieuses. La carte de Munster (Cosmographie universelle, édition allemande de 1572) au tracé très grossier, s’accompagne de bateaux et de monstres marins. D’autres médiocres copies intercalent à côté de noms modernes, ceux de lieux hérités de Ptolémée, en les localisant avec plus ou moins de chance : l’Orthelius (1574) publiée dans le Theatrum orbis terrarum, la Manesson et Mallet (1683).

Parmi les nombreuses réflexions que suggère la variété du corpus des 56 cartes génoises, allemandes, anglaises et françaises que l’on propose d’aborder ensemble, il semble difficile de dresser une typologie à travers différentes écoles, genres ou même influences qui se seraient succédé, sans les confronter systématiquement à leur fonction préalable, à leur utilité, à leurs usages qui portent en abîme, sur le plan de l’organisation sociale et politique, toute la complexité des soubresauts de l’histoire de la Corse.

  • Sylvie Requemora-Gros (Professeur AMU, CIELAM) : Du Livre du Monde à la « li-terra-ture » des voyages au XVIIe siècle

Il s’agira de problématiser la naissance de la géographie dans les récits de voyages du XVIIe siècle à travers une triple étude : celle d’une nouvelle écriture de l’espace détachée de l’histoire et de la narration, qui s’inscrit dans une perspective descriptive, celle de la conception de cartes et d’atlas comme théâtres du monde mettant en relief l’hybridité générique propre au genre « métoyen » qu’est la littérature viatique, et celle de la fonction de « géographe du roi » à partir du cas des Sanson (Nicolas, Guillaume et Adrien), qui interroge l’institutionnalisation et la réception de cette écriture « géographique ». Le nouveau concept écopoétique de « literrature » pourrait ainsi trouver un ancrage classique.

Pause

Conclusions

Pour tout renseignement : christine.gadrat@gmail.com

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.