À propos

Le titre de ce carnet est emprunté à la ballade 1311 d’Eustache Deschamps.

En voici le texte complet:

 

Ceuls qui ne partent de l’ostel

Sanz aler en divers pais,

Ne scevent la dolour mortel

Dont gens qui vont sont envahis,

Les maulx, les doubtes, les perilz

Des mers, des fleuves et de pas,

Les langaiges qu’om n’entent pas,

La paine et le traveil des corps;

Mais combien qu’om soit de ce las,

Il ne scet rien qui ne va hors.

 

Car par le monde universel

Qui est des nobles poursuis,

Sont choses a chascun costel

Dont maint seroient esbahis,

De la creance, des habis,

Des vivres, des divers estas,

Des bestes, des merveilleux cas,

Des poissons, oiseaulx, serpens fors,

Des roches, des plains, des lieux bas:

Il ne scet rien qui ne va hors.

 

De vir les montaingnes de sel,

Les baings chaux dont maint sont garis,

Le cours desquelz est naturel

Par vaines de soufre tramis,

Les divers fruis, ermines, gris;

Minieres d’or, d’argent a tas,

De fer, d’acier, d’estain verras,

De plomb, cuivre, arain, et alors

A toutes gens dire pourras:

Il ne scet rien qui ne va hors.

 

L’envoy

Princes, nulz ne sera sutils,

Saiges, courtois ne bien apris,

Tant soit riches, puissans ou fors,

S’en divers voyages n’est mis

En jeunesce pour avoir pris;

Il ne scet rien qui ne va hors.

(Œuvres complètes de Eustache Deschamps, éd. Gaston Raynaud, t.VII, Paris, Société des anciens textes français, 1891, p.69-70)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *