Archives de l’auteur : Christine Gadrat-Ouerfelli

À propos Christine Gadrat-Ouerfelli

Membre du Laboratoire d'Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (UMR 7298-CNRS), Christine Gadrat-Ouerfelli est spécialiste des récits de voyage médiévaux.

Le carnet de voyage

A l’heure où les carnets de voyage sont à la mode, il semble opportun de s’interroger sur ses origines et ses évolutions.

C’est ce que fait le dernier numéro de la revue Viatica, coordonné par Gilles Louÿs :

Le carnet de voyage : permanence, transformations, légitimation, Viatica, n° 5, mars 2018.

Sommaire :

– Christine Gadrat-Ouerfelli, Des carnets de voyage au Moyen Âge ?

– Marie-Christine Gomez-Géraud, Enquête aux origines du carnet de voyage : de quelques manuscrits de voyage au Proche-Orient (XVIe siècle)

– Sylvie Requemora-Gros, Le carnet de voyage au XVIIe siècle : du terme de négoce au calligramme

– Nathalie Vuillemin, Comment lire le carnet de voyage scientifique au XVIIIe siècle ?

– Guy Barthèlemy, Le carnet du Voyage en Egypte de Fromentin (1869) : un atelier de peintre ?

– Gilles Louÿs, Lire deux carnets de voyage du XXe siècle : Michel Vieuchange et Raymond Maufrais

– Raphaël Piguet, Du carnet de route aux carnets de retour : La genèse de L’Usage du monde

– Le carnet de voyage aujourd’hui, Table ronde avec Anne Pastor, Lucie Bauchot, Nicolas Buclin, Loup Blaster

L’Europe et les géographes arabes

Vient de paraître :

Jean-Charles Ducène, L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, Paris, CNRS Editions, 2018, 504 p.

Présentation :

« La grande terre » : ainsi les géographes arabes du Moyen Âge désignaient-ils la vaste Europe, espace perçu comme une mosaïque de peuples mouvants qu’ils ne cessèrent jamais d’étudier et de cartographier. Comment comprendre, de leur point de vue, cette représentation géographique d’un continent à la fois inconnu et familier ? C’est à ce décentrement du regard que nous convie Jean-Charles Ducène au fil de cette étude fondée sur un corpus de sources d’une impressionnante richesse.

Au début du IXe siècle, les géographes arabes considèrent l’Europe comme un ensemble flou de populations, principalement chrétiennes mais encore païennes loin de la Méditerranée, alors que deux villes se détachent entre légende et réalité, Rome et Byzance. Cet ensemble se structure au fil du temps en pouvoirs étatiques et se couvre de villes, décrites par ces géographes comme des lieux urbanisés et des centres économiques insérés dans un réseau réticulaire de routes, qui s’étendent jusqu’en Scandinavie et à la Volga. Mais quand ces pouvoirs se projettent en Méditerranée et empiètent sur les territoires musulmans, c’est une représentation plus géopolitique qui se construit.

De la sorte, ce livre parcourant six siècles de littérature montre que « l’Europe » n’est pas apparue aux savants arabes une et indivisible, mais au contraire infiniment diverse et en mouvement.

Historien et philologue, Jean-Charles Ducène est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, où son enseignement porte sur la géographie et les sciences naturelles arabes médiévales.

Voyageurs et voyages

Appel à communication pour le colloque

Voyageurs et voyages – Incursions culturelles et linguistiques

La VIIe édition du Colloque International Communication et Culture dans la Romania Européenne (CICCRE) propose comme thème de réflexion et de débat le voyageur et ses voyages, réels ou symboliques, et la manière dont ils se reflètent dans les littératures, les arts et les langues romanes.

Argumentaire :

Le voyage représente une expérience permanente dans toutes les étapes de la vie de l’homme. Homo viator fait partie de l’épopée de l’humanité et chaque langue le représente à sa manière, dans la sphère du réel ou du symbolique. Les voyages réels, les grandes découvertes, tout comme les grands explorateurs des terres inconnues nous permettent de reconstruire et d’imaginer des itinéraires. En même temps, la littérature transfère le voyage dans le plan de l’imaginaire, du symbolique, de l’inconnu, de l’initiation où le personnage met à l’œuvre sa maturité spirituelle et même toute son existence.

La culture de l’Antiquité (surtout grecque et latine), nous offre des œuvres qui traitent le thème du voyage. Il suffit de rappeler Homère et Virgile qui ont rendu à l’histoire et aux littératures à venir, et surtout à l’imaginaire collectif du monde occidental, la figure du voyageur par excellence et du voyage (maritime ou terrestre) en tant que punition et sublimation de l’être humain. Ulysse, vainqueur dans les guerres grâce à la force de son intelligence, est, en même temps, vainqueur des espaces lointains grâce à la puissance de son âme. Énée parcourtle monde afin de jeter les fondements d’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. C’est lui qui conduit Dante dans les trois mondes d’au-delà, dans son exploit de compréhension dela condition tragique de l’homme. Continuer la lecture

Il Purgatorio di San Patrizio

Vient de paraître :

Il Purgatorio di San Patrizio. Documenti letterari e testimonianze di pellegrinaggio (secc. XII-XVI)

A cura di Giovanni Paolo Maggioni, Roberto Tinti e Paolo Taviani, SISMEL Edizioni del Galluzzo, coll. Quaderni di Hagiographica, 13, 2018, CLXXII-571 p.

Secondo quanto testimonia un’ampia tradizione medievale, il Purgatorio di san Patrizio è quel luogo – le cui tracce si ritrovano fin nella moderna letteratura europea, dal Volksbuch Fortunatus a Calderón de la Barca e a Gesualdo Bufalino – da dove si riteneva fosse possibile accedere all’aldilà e ritornarne, senza morire. Si tratta di una variante irlandese delle visioni tradizionali dell’oltretomba, saldatasi con quella dei racconti di un pellegrinaggio reale, noto a tutti e legato ad un luogo geografico ben definito: un’isola del Lough Derg, in Irlanda. Il volume propone, raccolto insieme per la prima volta, un dossier antologico esaustivo dei testi fondanti tale tradizione (dal Tractatus de Purgatorio sancti Patricii, del XII secolo, fino alla trattatistica domenicana del XIII) e delle testimonianze di pellegrinaggio più o meno esplicitamente legate al Lough Derg (dalla prima attestazione di Philip de Slane, del 1324, alla lettera di Francesco Chiericati ad Isabella d’Este, del 1517). Tutti i testi, corredati dalla traduzione italiana, sono commentati sotto il profilo storico e filologico. Alcuni sono editi qui per la prima volta, come il Libellus de descriptione Hibernie di Philip de Slane e il De situ universorum di John de Tewkesbury; altri, come la Visio Ludovici di Taddeus de Gualandis, si presentano in una nuova edizione criticamente fondata.

Alteridad Ibérica

Appel à communication :

Alteridad Ibérica: espacio, territorialidad e identidad en la Baja Edad Media.

27-28 septembre 2018 (Madrid, URJC, Campus de Vicálvaro).

Argumentaire :
La investigación sobre identidad y alteridad en la historia es una línea de estudio en pleno desarrollo en la historiografía actual y es a la vez una forma inmejorable de acercarse a un debate de actualidad dentro y fuera de nuestras fronteras : el de la territorialidad española, su origen, su formación y la justificación de las fronteras actuales.
La percepción de los reinos ibéricos como un espacio singular en el medievo europeo ha ocupado a la historiografía clásica desde muy temprano, al famoso debate entre Américo Castro y Claudio Sánchez Albornoz hay que sumarle la fascinación que siempre ha generado la Edad Media peninsular en el extranjero por su carácter cultural híbrido y de frontera.
El objetivo de este congreso es analizar los discursos sobre la identidad, el espacio y la territorialidad de los reinos ibéricos en la Baja Edad Media y a comienzos de la Modernidad. En este sentido este evento aspira por tanto a confrontarse con uno de los principales debates de la España actual, observando y comparando cómo se percibían las diferencias entre territorios y espacios culturales dispares en la Península Ibérica a través de los ojos de tres tipos de narradores: los nativos de los reinos peninsulares, los viajeros extranjeros y los exiliados ; dividiendo el simposio en 3 sesiones : Continuer la lecture

Ce qu’ils savaient de la France

Vient de paraître :
Léonard Dauphant, Géographies. Ce qu’ils savaient de la France (1100-1600), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, coll. Epoques, 304 p.

Présentation :

Géographies est le premier livre à étudier ce que les Français des XIIe-XVIe siècles, riches ou pauvres, savaient de leur pays. Citant environ 200 poèmes, romans et pièces de théâtre, les quatre parties, divisées en petits chapitres, présentent ce que les Français percevaient de la France (paysage sonore et visuel), ce qu’ils en savaient (productions, monuments, légendes), ce qu’ils en disaient (listes, proverbes) et ce que la culture française signifiait pour eux (langue, vin). La nation française s’est ainsi construite dans la diversité, en façonnant des identités régionales multiples dans le Nord et le Midi.

Tout en permettant de découvrir une littérature riche et méconnue, ce livre, illustré de 20 cartes originales, fait dialoguer Moyen Âge et Renaissance, histoire, lettres et géographie.

L’ouvrage est divisé en quatre parties :

  • Paysages. L’écologie et la beauté
  • Lieux communs. Une géographie populaire
  • Parler de la France. Des chiffres, des lettres et des pays
  • Des identités de la France

L’auteur vient également de créer un carnet de recherche intitulé Géographies médiévales. Pour une géohistoire de la France médiévales (XIe-XVIe siècles).

Foreign Knowledge

Appel à communications pour :

Foreign Knowledge – Medieval Attitudes towards the Unknown

Colloque qui se tiendra à Bochum du 14 au 16 juin 2018, organisé par la Chair of Late Medieval History at Ruhr-University Bochum / Manuel Kamenzin (MA) and Friederike Pfister (MA)

Foreign Konwledge

Argumentaire :

In the current age of increasing globalization, immigration, and rapid technological developments, we are confronted with foreign, unknown, and unpredictable affairs on a daily basis. Our attitudes towards these matters reveal much about how we perceive the world today and how we define our place in it. The questions of how to shape the interaction with foreign people and how to cope with unknown variables and concepts are by no means only modern concerns. Encountering the ‘other’, e.g. foreign religions, cultures, ideologies, or knowledge, has always posed challenges – in the Middle Ages as much as today.

The Middle Ages are a particularly interesting case study in this respect as medieval authorities tended to advocate a predominantly closed canon of knowledge which made dealing with previously unknown concepts particularly difficult. Despite this, however, numerous and varied cultural contacts and scientific innovations took place in the Middle Ages that led to confrontations with unknown or foreign concepts. Continuer la lecture

Leeds 2018

Cette année, le congrès international des médiévistes de Leeds n’est pas consacré à un thème lié aux voyages ou à la géographie (le thème est « Memory »), mais plusieurs sessions intéressent les thématiques de ce carnet. Dans le programme qui vient d’être publié en ligne, on peut relever :

  • session 850 :  Travelling Cistercians
  • session 603 : Empire and Geography : the Borders of Byzantium
  • session 513 : Masculine Journeys / Journeying Masculinities, I
  • session 545 : Remembering Travels, Travelling in Memories, I
  • session 645 : Remembering Travels, Travelling in Memories, II
  • session 250 : Scientific, Empirical, Biblical, and Hagiographical Knowledge in the Middle Ages, II: Water and Sea between Science and Religion

Sans oublier les habituelles sessions « Mappings », organisée par Felicitas Schmieder et Dan Terkla :

  • session 349 : Mappings I, Maps in Communication with (Other) Texts
  • session 1638 : Mappings II, Functions of Memory on Maps
  • session 1738 : Mappings III, (Re)contextualising Maps

Merci de me signaler les sessions qui m’auraient échappé !

 

En route pour Compostelle

Appel à contribution pour un colloque :

En route pour Compostelle : un Moyen Âge de pèlerinages

Montpellier et Saint-Guilhem-le-Désert, 28 et 29 septembre 2018

Dans le cadre des manifestations du 20e anniversaire de l’inscription du bien « chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM EA 4583 Université Paul-Valéry – Montpellier 3) et la commune de Saint-Guilhem-le-Désert se proposent d’organiser un colloque international qui se tiendra sur les deux sites (Université de Montpellier le vendredi et Saint-Guilhem-le-Désert le samedi).

Le thème du colloque a pour objectif de couvrir le foisonnement des dévotions aux saints, le culte à saint Jacques en France et le rôle des confréries, les itinéraires des pèlerins et leurs structurations autour des sanctuaires et des franchissements, la réalité des routes empruntées et les services d’accueil ou de soins associés au pèlerinage durant l’ensemble du Moyen Âge, essentiellement sur le territoire français, sans toutefois exclure les territoires voisins (Italie, Allemagne, péninsule Ibérique…). De même, il conviendra d’étudier les relations et les échanges de toute nature entre les sanctuaires en France et le sanctuaire galicien. Une attention prioritaire sera portée aux édifices/sites inclus dans l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » en 1998 mais sans être exclusifs.

Continuer la lecture

Pilgrim libraries

Pilgrim libraries est l’intitulé d’un projet dirigé par Anthony Bale et soutenu par le Leverhulme International Network Grant Scheme, qui a donné lieu à plusieurs rencontres, ainsi qu’à un blog collectif, que les membres du projet sont invités à alimenter par une série de courts articles liés à la thématique explorée.

Présentation du projet :

In the later Middle Ages, thousands of European pilgrims travelled to Jerusalem and Rome, part of a highly organised industry. This two-year project (2016-18) seeks to interrogate the surviving books that the pilgrims read and wrote before, during, and after their pilgrimages to reveal what can they tell us about premodern trans-national culture.

At the heart of this project is the development of an international and interdisciplinary network of scholars of medieval bibliography, history, literature and religion. The Network will make a dynamic and lasting contribution to our understanding of the mobility of people and ideas of medieval Europe and the Eastern Mediterranean, particularly along the pilgrim routes between Venice, Dubrovnik, Cyprus and Jerusalem, as well as to Rome (which rivalled the Jerusalem pilgrimage in popularity).

By marrying archival bibliography with literary criticism and cultural history the Network will bring questions about the survival of medieval texts into a scholarly conversation about reading them beyond their immediate locality in trans-national contexts.

The project will embrace contemporary concerns of religious hostility, devotional memory, migration, multiculturalism, and nationhood, the curatorship of the past and contemporary legacies of medieval pilgrimage.

Articles publiés sur le blog (du plus récent au plus ancien) :

  • Kathryn Rudy, A rabid pilgrimage
  • Alexia Lagast, A world of knowledge
  • Nadine Kuipers, Travel sickness
  • Mary Boyle, Whose words ?
  • Laura Morreale, A pilgrim’s book in Acre : John of Joinville and the Credo
  • Matthew Coneys, Rome for the Italian pilgrim : Giuliano Dati’s ‘Stazioni e indulgenze di Roma
  • Ora Limor, Symeon of Trier : a roaming recluse
  • Daniela Giosuè, Santa Maria di Foro Cassio : a recently recovered pilgrims’ place on the last stretch of the Via Francigena
  • Irene Malfatto, William of Rubruk’s manuscripts on the route to the Mongol khan
  • Anthony Bale, Moving east :  some ‘western’ books at the Topkapi Palace Museum, Istanbul
  • Anthony Bale, ‘Fro Baffe to Jaffe’ : a fifteenth-century itinerary from Venice to Jaffa and the river Jordan
  • George Greenia, Pilgrimage and the economy of salvation
  • Anthony Bale, A Latin manuscript in Greek Jerusalem
  • Marianne O’Doherty, Much eaten by mice : a fragmentary pilgrimage itinerary by Sir Gilbert Hay ?
  • George Greenia, Travelers’ texts : pilgrims and their textual accessories
  • Phil Booth, Building imagined pilgrimage experiences and pilgrim libraries in the medieval world
  • Ora Limor, The Presbyter Jachintus in the Holy Places
  • Anthony Bale, A fifteenth-century itinerary through Europe to Jerusalem
  • Anthony Bale, William Brewyn’s medieval pilgrims’ guidebook
  • Laura Grazia di Stefano, Pilgrims versus Venetians
  • Merav Mack, Jerusalem 1000-1400 : every people under heaven
  • George Greenia, Pilgrims as readers and writers: some reflections

« A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge

Appel à soumission d’articles pour un volume collectif intitulé :

« A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge

Argumentaire :

Partir, c’est toujours se séparer de quelqu’un ou de quelque chose.

C’est créer un avant et un après par une action que l’on sait irréversible (car elle entérine la coupure) – même s’il est toujours possible de revenir (vers un arrière, mais par un pas en avant).

Que l’on parte volontairement ou poussé par le sort / Fortune / la destinée / les astres contraires, le départ est toujours ce moment inchoatif qui suspend la durée en même temps qu’il la provoque, comme un défi à un enchaînement qui aurait dû être.

A tant est l’adverbe de temps qui accompagne, le plus souvent, cette coupure : coupure spatiale, coupure temporelle, coupure émotionnelle et signifiante. Guillaume de Machaut, Christine de Pizan, Alain Chartier, les Cent Nouvelles Nouvelles, George Chastelain, Olivier de la Marche, etc., en font un adverbe prisé en moyen français pour signifier tous les possibles ouverts par cette section dans la narration. L’adverbe exprime également les différentes nuances de la causalité (on pourrait le traduire par « et sur ce… ») – des nuances peut-être moins relevées dans les dictionnaires, mais qui disent une prise de conscience justifiant le départ, déterminant les modalités qui le caractérisent.

Continuer la lecture

Pilgrimage to Jerusalem: Christians, Jews and Muslims

International conference to be held at the Yad Ben-Zvi Institute in Jerusalem on December 5th and 6th, 2017 :

Pilgrimage to Jerusalem: Christians, Jews and Muslims

Jerusalem is a city holy to  three world religions: Judaism, Christianity and Islam. From the Byzantine period, Christian pilgrimage here and to other holy sites became a mass phenomenon  after Saint Helen was said to have miraculously discovered the ‘True Cross of Christ’, and her son Constantine the Great had built churches in this area. Thousands of Christian believers made their way to holy sites in Palestine, Egypt and other places in order to physically experience salvation history and seek divine intervention in their lives.

Numerous travel reports, pilgrim guides and other written sources highlight important aspects of pilgrimage. In addition, many well-preserved churches, monasteries, hostels and other buildings, as well as rich archaeological findings, provide us with a vivid and synthetic picture of the history of pilgrimage to the Holy Land. In the course of these religiously motivated journeys, people of the three ‘religions of the book’ came into contact and interacted in a multitude of ways.

This three-day conference will explore the concrete aspects of pilgrimage, with a strong focus on the material record, including archaeology. Special emphasis will be placed on the interaction between the three ‘religions of the book’ in the course of Holy Land pilgrimage. The conference will include a field trip on December 7th for the participants.

Programme :

5th December
9.00
Assembly, Registration and Coffee
9.30
Greetings
Representative of Yad Ben-Zvi
Falko Daim (on behalf of Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Mainz)
Claudia Rapp (on behalf of Austrian Academy of Sciences, Vienna)
Benjamin Z. Kedar (on behalf of the Organising Committee)
PILGRIMAGE IN HAGIOGRAPHY AND TRAVELLERS ACCOUNTS – I
Moderator: Benjamin Z. Kedar
9.45
Claudia Rapp (Universität Wien & Abteilung Byzanzforschung, Austrian Academy of Sciences, Vienna), From the Holy Mountain to the Holy City and Back: The Movement of Monks and Manuscripts in the Early Byzantine Period
10.15
Johannes Pahlitzsch (Johannes Gutenberg-University, Mainz), Syria and Palestine in Byzantine Hagiography of the 11th & 12th Centuries
10.45
Yamit Rachman-Schrire (Yad Izhak Ben-Zvi, Jerusalem), Dominicans Writing the Holy Land: Jerusalem, Europe and Beyond

Continuer la lecture

On the origin and evolution of portulan charts

Le deuxième colloque consacré à l’origine et au développement des cartes portulans, se tiendra à Lisbonne, les 7-8 juin 2018. Un appel à communication a été lancé:

ON THE ORIGIN AND EVOLUTION OF PORTOLAN CHARTS

Le colloque est organisé par The Interuniversity Centre for the History of Science and Technology (CIUHCT) – Faculty of Sciences, University of Lisbon.

Le colloque se tiendra à l’Instituto hidrografico, à Lisbonne.

Thèmes abordés :

The main objective of the meeting is to bring together as many of the researchers interested in the history of portolan charts as possible. The proposed themes of the workshop are:

  1. The origin problem: when, where, how and why were the earliest portolan charts constructed?

  2. How did the portolan charts evolve over time?

  3. How were the medieval portolan charts used in navigation?

  4. The mutual influence between the medieval portolan charts and traditional maps of European and non-European origin.

  5. The role of multidisciplinary approaches to the research on portolan charts: cartometric methods of analysis, numerical modelling, multispectral analysis, analysis of inks, carbon dating, etc.

  6. Any other subject related to the study of the medieval portolan charts.

Calendrier :

  • November 2017: call for papers issued

  • December 31st 2017: deadline for the submission of abstracts

  • January 2018: announcement of accepted papers

  • March 2018: announcement of the programme

​Toutes les informations sont disponibles ici.

Séminaire « Locus » 2017-2018

Voici le programme du séminaire « LOCUS » pour l’année 2017-2018.

Séminaire organisé par Emmanuelle Vagnon, Geneviève Bührer-Thierry et Christopher Fletcher.

Séminaire du LAMOP, Séances salle Perroy le vendredi de 10h-13h.

Argumentaire

Amorcé début 2017, « Locus » est un séminaire transversal, réunissant des historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations de l’espace au Moyen Âge en tentant de se démarquer d’une approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes ; la question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre cet espace médiéval. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lors qu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » pourrait devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes.

Le séminaire prend la forme d’un atelier présentant des sources inédites, permettant de discuter de travaux en cours, de mûrir un article et de découvrir une bibliographie. Il a pour caractéristique un débat assez libre sur l’importance de la spatialité à travers des exemples précis tirés de nos recherches. En quoi le lieu participe-t-il de la compréhension d’un événement ou d’un phénomène historique ? Les lieux n’ont-ils pas une signification culturelle, religieuse, symbolique, sociologique, qu’il convient de comprendre et d’élucider comme autant d’indices ? Lieux du crime et lieux de la justice, lieux du voyage et choix des étapes, lieux sacrés, sanctuaires et lieux de pèlerinage, lieux de vie et lieux du conflit…de très nombreux thèmes sont ainsi abordés, avec pour point commun un questionnement sur les dénominations et les usages de l’espace au Moyen Âge.

 15 décembre : Juliette Dumasy  : Le locus controversus dans les vues figurées françaises, XIVe-XVIe siècles.

Raphaële Skupien : Représentation du lieu et réception de l’image. La fabrique de la “figure universelle” de la forêt de Thelle d’après le procès-verbal de sa confection (1541).

12 janvier 2018 : Darwin Smith : Espace de vie – espace de jeu : étude de cas.

9 février : Eliana Magnani : Locus: le mot et son environnement dans les chartes de Bourgogne (CBMA.

Stéphane Boissellier : La nomination des lieux habités et lieux-dits dans le sud du Portugal aux XII-XIVe siècles.

9 mars : Mathieu Vivas : Les lieux de pendaison au Moyen Âge et au début de l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire.

Elisabeth Lusset (titre en attente)

23 mars : Nathalie Bouloux : Histoire des lieux et topographie historique dans la géographie humaniste (Italie, XVe siècle).

Marlène Hélias : Nommer et géolocaliser lieux et lieux-dits dans la documentation de gestion des Cisterciens franciliens au XIVe siècle.

6 avril : Benoît Grévin : Locus, Espace, espaces dans la rhétorique du XIIIe siècle. Autour de Boncompagno.

4 mai : Ingrid Houssaye et Claire Soussen : Locus judeorum? Entre coexistence et ségrégation spatiale dans la Couronne d’Aragon des XIVe-XVe siècles.

1er juin  : Mathieu Beaud, Le Locus figuré : l’Iconographie de l’offrande au XIIe s.

Nomination savante, nomination populaire

Les 24 et 25 novembre 2017, se tiendra au CESCM – Poitiers, une journée d’étude organisée par Stéphane BOISSELLIER et Nathalie BOULOUX:

Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

Argumentaire :

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

La formation des territoires fait appel à des processus plus complexes mais plus accessibles documentairement, parce qu’ils impliquent une volonté collective, souvent concentrée et exercée par des autorités politiques. En ce qui concerne le nom propre de ces territoires, c’est le plus souvent un lieu particulièrement notable, déjà nommé donc obéissant aux mécanismes susdits, qui est choisi comme éponyme pour désigner la totalité du territoire, dont il constitue d’ailleurs souvent le « chef-lieu » ; le problème du « choix » est donc secondaire.

Mais ces territoires s’inscrivent dans un maillage de l’espace plus ou moins systématique, mis en oeuvre par les autorités ; ils sont donc désignés aussi par un nom commun qui constitue une catégorie administrative (baillage, wilaya…). A priori, c’est la culture savante des milieux dirigeants qui préside au choix des vocables désignant les circonscriptions administratives – et plus encore pour les « territoires imaginaires » servant aux géographes à découper l’espace rationnellement et abstraitement.

Toutefois, la culture populaire peut jouer un rôle jusque dans la nomination générique des espaces, et ceci de deux façons. Tout d’abord, il existe des entités spatiales en étendue qui sont quasiment inconnues des autorités (les « quartiers » agricoles ou résidentiels au sein d’un terroir, ou les « pays » issus de vieilles divisions, notamment tribales, disparues auxquels les usagers restent attachés) ; certes, ces « territoires » n’ont pas un contenu politique, au sens institutionnel, et ne maillent pas forcément l’espace de façon exhaustive. Mais c’est plus encore par l’usage des différentes catégories de territoires (même dûment désignées par les autorités) que les populations peuvent intervenir : quand ils s’adressent à un notaire ou répondent à un enquêteur (ou encore quand des auteurs les font parler de façon réaliste, comme dans les fabliaux), les gens du peuple inscrivent leur vie dans un territoire officiel mais vécu (la paroisse, le hisn), aux dépens des circonscriptions plus abstraites (fiscales, militaires) ou trop grandes imposées par le pouvoir, lesquelles sont sur-représentées dans la documentation écrite et donc
dans l’esprit des historiens…

Continuer la lecture