Archives de l’auteur : Christine Gadrat-Ouerfelli

À propos Christine Gadrat-Ouerfelli

Membre du Laboratoire d'Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (UMR 7298-CNRS), Christine Gadrat-Ouerfelli est spécialiste des récits de voyage médiévaux.

Matthew Paris

Une nouvelle édition et étude de l’itinéraire de Londres à Jérusalem de Matthieu Paris vient de paraître:

Bernardino Pitocchelli, Matthew Paris, i Plantageneti, la crociata. Studio ed edizione dell’Iter de Londinio in Terram Sanctam, Venise, Edizioni Ca’Foscari, 2024.

Présentation:

L’Iter de Londinio in Terram Sanctam di Matthew Paris è un’opera al confine tra cartografia e letteratura odeporica. Tramandata da quattro manoscritti autografi corredati da preziose miniature, l’Iter si configura come un itinerario di viaggio – da Londra alla Terra Santa – con didascalie in anglo-normanno a scandire le principali tappe del percorso. Il presente volume ne offre una nuova edizione, affiancata da uno studio introduttivo che intende mettere in luce le connessioni tra la produzione volgare di Matthew Paris e il contesto della corte plantageneta di Londra alla metà del XIII secolo, negli anni in cui Enrico III preparava la sua crociata per liberare la Terra Santa.

Le volume peut être téléchargé gratuitement sur le site de l’éditeur.

Représenter le lointain

Représenter le lointain, Un regard européen (1450-1950)

Exposition à la Bibliothèque de la Part-Dieu, Lyon, du 2 avril au 13 juillet 2024

Présentation:

Organisée en partenariat avec l’International Conference on the History of Cartography (ICHC), cette exposition est consacrée aux espaces lointains vus à travers les cartes et les documents iconographiques que produisirent les Européens entre 1450 et 1950. Durant cette période de cinq siècles, depuis les expéditions portugaises dans l’océan Atlantique et sur les côtes africaines, à l’aube des Temps modernes, jusqu’aux prises d’indépendance des peuples colonisés, au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’Europe découvrit progressivement toutes les régions du monde et exerça sur elles une domination plus ou moins forte et durable. C’est dans ce cadre historique que doivent être replacées les 99 pièces sélectionnées : celles-ci constituent autant de témoignages significatifs sur la manière dont les Européens appréhendèrent et représentèrent les contrées lointaines et leurs habitants.

Le parcours proposé est structuré en trois parties. La première présente l’élargissement des horizons européens en privilégiant le support cartographique envisagé à différentes échelles. Lorsque Christophe Colomb aborda l’archipel des Antilles en octobre 1492, il crut avoir atteint l’extrémité orientale de l’Asie. Dans les premières années du 16e siècle, le navigateur florentin Amerigo Vespucci – dont le prénom fut retenu pour baptiser l’Amérique – fut le premier à défendre l’idée que les terres récemment explorées appartenaient à un continent jusque-là inconnu. La représentation du monde des Européens s’en trouva profondément bouleversée. Les nombreuses expéditions qui se succédèrent entre le 16e et le début du 20e siècle permirent d’identifier peu à peu les autres régions lointaines du globe (l’Australie au cours des 17e et 18e siècles, l’Antarctique au 19e siècle) et de découvrir plus finement les espaces dont l’existence était déjà connue. La conquête des pôles, à la veille du premier conflit mondial, marqua l’achèvement de l’exploration de la surface terrestre par les Européens.

Les formes d’appropriation du lointain font l’objet d’une seconde partie. L’exploration de contrées nouvelles par les Européens alla de pair avec l’affirmation de leur puissance. Cartes et illustrations mettent ainsi en avant leurs conquêtes territoriales, l’essor du commerce ou encore la diffusion du christianisme. À partir du 19e siècle, elles célèbrent les “apports” de la civilisation européenne (construction d’infrastructures de transport, création d’hôpitaux et d’écoles…) dans le cadre d’un discours visant à justifier les entreprises coloniales. L’iconographie fit en revanche beaucoup moins de place aux résistances opposées par les populations locales, au pillage des ressources et à l’exploitation des hommes et des femmes, même si l’image vint quelquefois soutenir les voix qui s’élevèrent pour dénoncer les exactions commises et condamner l’esclavage. Les Européens s’emparèrent également du lointain par le savoir et par l’imaginaire. Les représentations qu’ils donnèrent des peuples lointains empruntent aux deux registres. Si l’image véhiculée fut parfois positive ou tout du moins nuancée, elle s’inscrivit presque toujours dans une logique d’infériorisation qui culmina au 19e et dans la première moitié du 20e siècle avec le développement des théories raciales.

La troisième section délaisse la surface de la Terre pour saisir le lointain dans sa dimension verticale. En même temps qu’ils sillonnaient les régions du globe, les Européens cherchaient à mieux connaître les espaces du dessous – les profondeurs de la Terre et des océans – et ceux du dessus – les sommets des montagnes et, au-delà des limites planétaires, le vaste univers. Ils en donnèrent là aussi de nombreuses représentations figurées qui révèlent un imaginaire foisonnant et une puissante soif de découverte.

Tous les supports graphiques couramment utilisés entre le milieu du 15e siècle et les années 1950 ont été mobilisés : les cartes et les estampes en premier lieu mais aussi les enluminures de la fin du Moyen Âge, les affiches et les photographies. L’exposition met avant tout en valeur les collections de la bibliothèque, dont la richesse est grande en la matière. De nombreuses provenances reflètent l’intérêt soutenu et constant que les Lyonnais portèrent aux contrées lointaines. Le collège de la Trinité, le couvent des grands Augustins de Lyon, le bibliophile Pierre Adamoli ou encore la Société de géographie de Lyon figurent ainsi parmi les anciens possesseurs des documents présentés. Une part importante des pièces retenues est par ailleurs issue de la collection jésuite des Fontaines, déposée à la BmL depuis 1998. Un chapelet en ivoire faisant référence aux conquêtes des Espagnols en Amérique et deux portulans récemment découverts ont été généreusement prêtés par le musée des Beaux-Arts de Dijon, les archives départementales du Var et les archives départementales du Vaucluse : ces trois œuvres complètent avec profit la sélection, qui puise également dans les ressources mises à disposition par l’Agence spatiale européenne et la National American Space Agency (NASA).

Cette nouvelle exposition propose un voyage dans l’espace et dans le temps. Elle permet de se projeter vers des horizons lointains en examinant, avec l’approche critique nécessaire, le regard des Européens des siècles passés. Les cartes et les illustrations furent à la fois les réceptacles et les vecteurs de la curiosité, des peurs, des débats, de la convoitise, de la fascination ou de la répulsion qu’éveillèrent chez eux les régions éloignées. Ces représentations graphiques sont les miroirs d’une histoire longue dont l’héritage reste prégnant : une histoire de confrontation – à l’autre, à la différence, à l’inconnu – et d’affirmation de soi.

Jérôme Sirdey et Benjamin Ravier-Mazzocco, commissaires de l’exposition

On peut voir en ligne les documents exposés. Dans la première partie de l’exposition, dans la première section, traitant de la fin du Moyen Âge et intitulée “A l’aube des temps modernes”, figurent notamment des cartes inédites ou peu connues, comme des fragments de mappemondes découverts récemment aux Archives départementales du Vaucluse et du Var.

 

Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane

32e colloque international d’Issoire sur l’art roman et l’époque romane

(18-20 octobre 2024)

Colloque annuel organisé depuis 1991 par l’association « Terres Romanes d’Auvergne », avec le soutien de la ville d’Issoire et de l’Alliance Universitaire d’Auvergne, sous le patronage de la Société Française d’Archéologie et de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand.

Appel à communications

Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe – début du XIIIe siècle)

Date limite d’envoi des propositions de communication : 02 juillet 2024

Après La ville à l’époque romane (2019), L’Art roman et après ? (2022) et Artistes et Artisans à l’époque romane (2023), le Comité scientifique du colloque d’Issoire propose, pour sa session d’octobre 2024, le thème : Mobilités, voyages et voyageurs à l’époque romane (fin du Xe – début du XIIIe siècle).

De récents évènements et évolutions (pandémie et confinements, appels pressants à diminuer la masse et l’ampleur géographique de déplacements, désormais jugés contestables, voire nocifs dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, changement de perception à l’égard de l’automobile-reine et de l’avion, réflexion sur le « localisme » et sur une nouvelle « mondialisation régionalisée »…) ont inversé, au moins dans les perceptions (et les polémiques), la tendance pluriséculaire, considérablement accélérée à partir du second XIXe siècle, au développement des mobilités, en masse, dans l’espace et quant à la vitesse des déplacements. Dans le même temps, l’époque présente connait un développement considérable des phénomènes migratoires, régionaux et intercontinentaux, appelés, aux yeux des experts, à s’accélérer dans les décennies à venir.

La participation des historiens au débat doit contribuer à mette en perspective pluriséculaire l’évolution de ces problématiques et apporter des éléments de réflexion fondés sur l’observation du temps long. Les textes mieux connus et mieux traduits, l’archéologie et les études d’iconographie, l’une et les autres sans cesse  enrichies, permettent, selon l’usage des colloques issoiriens, d’interroger l’effectivité et les modalités, mais aussi les difficultés des mobilités – dans le registre des realia comme dans celui des représentations, figurées, mais aussi mentales – pendant la période du Moyen Âge central.

On rappellera ici, sans souci d’exhaustivité, quelques antécédents, ainsi le thème du XXVIe congrès de la SHMESP, tenu à Aubazine, en Limousin, en 1995 (Voyages et voyageurs au Moyen Âge), ou l’ouvrage de synthèse de Jean Verdon, Voyager au Moyen Âge, paru en 1998 et réédité en 2007. Depuis ce temps, la recherche a considérablement progressé sur ce thème, tant du côté des historiens que des archéologues, des littéraires et des historiens d’art. Dans une perspective pluridisciplinaire, il convient – c’est là la triple finalité de la manifestation issoirienne – de porter les résultats des travaux des spécialistes à la connaissance d’un public plus large et de faire découvrir à ce public « une histoire en marche » et les travaux de jeunes chercheurs, du Master 2 au Post-doc.

Les suggestions qui suivent s’entendent en tant que sujets de recherche historique en eux-mêmes, ou en tant que tant que sujets de recherches sur leurs représentations, y compris dans le cadre d’études historiographiques.

Les sources :

– sources textuelles : sources hagiographiques, sources littéraires, descriptions d’itinéraires (cf. Livre du pèlerin de Saint-Jacques, Al-Idrisi, Albert de Stade…) ; œuvres de géographes… tous types offrant des récits de voyages réels (cf. Benjamin de Tudèle, Ibn Djubair, Petahya de Ratisbonne…) ou imaginaires.

– la Bible, comme source de commentaires et de représentations : Jonas, l’exil à Babylone, les mages (cf. le transfert des reliques de Milan à Cologne).

– les résultats de fouilles archéologiques et l’apport des collections muséales (reconstitution matérielle de routes, vestiges de lieux d’hébergement, objets liés à la mobilité, objets de provenance lointaine…).

– en iconographie, toute représentation de ces mêmes sujets.

* Les causes et les modalités de la mobilité : migrations des peuples mais aussi, a contrario, fixation et sédentarisation ; le commerce au long cours ; les pèlerinages (sans s’arrêter au seul « voyage de Jérusalem », par terre, puis par mer) et missions religieuses ; les missions diplomatiques, mariages, rencontres de souverains, tournées politiques des gouvernants (cf. le capétien Robert II, les empereurs…) ; les expéditions militaires (cf. les nombreuses traversées « politico-militaires » de la Manche) ; la transmission des ordres et des nouvelles ; l’exil (cf. Thomas Beckett, 1164-1170) ; la  déportation (trafic des esclaves ) ; les  changements de lieu de travail (migrations d’artistes et d’artisans, appel à des paysans colons) ; le goût de l’aventure et l’attrait pour l’inconnu et l’errance ; le thème littéraire du voyage initiatique…

– Le rêve, le voyage nocturne : récits oniriques, visions, apparitions…

– influences : l’art roman ne fait pas exception à la règle qui veut que nombre de formes, d’images, d’idées et d’artefacts qui font les cultures d’Occident viennent, directement ou indirectement, de civilisations contemporaines de Méditerranée, d’Orient, d’Asie ou d’Afrique. Les modalités de leur appropriation et leur interprétation font encore de nos jours l’objet de débats contradictoires.

 * Les vecteurs, les moyens, les lieux et les voies de la mobilité :

– les moyens de transport : marche à pied, chevaux, ânes, mules et mulets et leurs attelages : chars, charriots… ; les navires.

– les routes, la mer, les fleuves navigables ; les points de passage : gués, bacs et ponts, ports fluviaux et maritimes, cols, portes de ville.

– les moyens et les lieux d’hébergement ; la protection des voyageurs.

– l’équipement des voyageurs : chaussures, bâtons, chapeaux, manteaux, sacs…

– la circulation des objets (reliques, matériaux de construction, objets manufacturés, animaux vivants…), par le commerce mais aussi les échanges et les dons (entre souverains, institutions religieuses…).

– se repérer, s’orienter ; la géographie et les limites des mondes connus.

* Les obstacles à la mobilité et au voyage

– l’enfermement, l’incarcération

– les règles monastiques : grande et petite clôture

– les autorisations et/ou interdictions de pénétrer dans certains territoires, les taxes et péages, les monnaies, le rôle des changeurs et le troc, les problèmes linguistiques, les obstacles divers…

– le handicap physique, la maladie

– les obstacles naturels : climat, coupures (fleuves, marécageuses, zones inondées), montagne

– le thème du « détour »

– la règle d’or : jamais seul, jamais la nuit.

Rappel bibliographique :

SHMESP, Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Actes du XXVIe congrès (Aubazine, 1995), Paris : Publications de la Sorbonne, 1996.

Jean Verdon, Voyager au Moyen Âge, Paris : Perrin, 1998 (rééd. : 2007)

Touati, Islam et voyage au Moyen Âge, Paris : Seuil, 2000

Henri Bresc et E. Tixier du Mesnil (dir.), Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Nanterre : Presses universitaires de Paris-Ouest, 2010

_____________________

Modalités de soumission

Le 32e colloque international d’art roman et sur la période romane se tiendra à Issoire (Puy-de-Dôme) les 18, 19 et 20 octobre 2024

Date limite d’envoi des propositions de communication : mardi 02 juillet 2024

Vos propositions de communication sont à retourner par courriel à j-luc.fray@uca.fr

Merci de bien vouloir y préciser vos nom et prénom ; profession et/ou structures de rattachement ; adresses postale et email ; titre de la communication et résumé de 15 lignes maximum en français ou en anglais.

Réunion du comité scientifique du colloque et élaboration du programme : mi-juillet 2023. Vous recevrez dans les jours qui suivront un courriel vous avisant de la décision dudit comité.

Les frais de déplacement des communicants seront pris en charge par « Terre Romane d’Auvergne » qui organisera également leur hébergement.

_____________________

Comité scientifique et d’organisation

Dominique Allios, Maître de conférences en Histoire de l’Art et Archéologie médiévales, HDR à l’Université de Rennes 2, LAHM, CreAAH  (UMR 6566)

Alphonse Bellonte, maire de Saint-Nectaire (Puy-de-Dôme), président de Terres romanes d’Auvergne.

Pascale Chevalier, Maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie médiévale HDR à l’Université Clermont Auvergne (Clermont-Ferrand), ARTeHIS – UMR 6298 (CNRS et Université de Bourgogne)

Barbara Delamarre, Docteure en Histoire de l’Art, Chercheuse associée au CReAAH – UMR 6566 (CNRS et Université de Rennes II)

Martine Jullian, Maîtresse de conférences honoraire en histoire de l’art médiéval à l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble.

Jean-Paul Fanget, Docteur en Histoire, Président de l’Alliance universitaire d’Auvergne. Directeur de la Revue d’Auvergne

Jean-Luc Fray, Professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université Clermont Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC – EA 1001), MSH de Clermont-Ferrand

Sébastien Fray, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne, LEM-CERCOR (UMR 8584)

Christian Gensbeitel, Maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’Université Bordeaux-Montaigne, Directeur-adjoint du laboratoire Archéosciences-Bordeaux (UMR 6034)

Nathalie Monio, DEA d’Archéologie. Adjointe au maire de Chauriat (Puy-de-Dôme), en charge du patrimoine et des affaires culturelles. Secrétaire de Terres romanes d’Auvergne

Annie Regond, Maîtresse de conférences honoraire en histoire de l’art moderne à l’Université Clermont Auvergne. Présidente de l’association Archiclassique

Éric Sparhubert, Maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’Université de Limoges, CRIHAM (EA 4270)

Alessia Trivellone, Maîtresse de conférences en histoire médiévale à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 – Centre d’Études médiévales de Montpellier (EA 4583)

 

Voyages et écologie

“Voyages et écologie : l’être humain et la nature”,

27 mars 2024, Aix-Marseille Université

24èmes Rencontres enseignants-chercheurs – CRLV (CIELAM)

Organisation Sylvie Requemora et Mathilde Mougin

Aix-Marseille Université, ALLSH, Bâtiment T1 pôle multimédia.

Programme:

9h30 : Ouverture : Mathilde Mougin et Sylvie Requemora.

9h45 Sébastien Douchet (AMU, MCF HDR) : « À l’est d’Éden… Regards sur le vivant non-humain dans quelques récits de voyage médiévaux en Orient ».

10h15 Juliette Privat (AMU, doctorante au CIELAM), « Prendre soin du monde : l’imaginaire agricole chez le voyageur renaissant Pierre Belon du Mans »

10h45 Pause

11h Mathilde Mougin (AMU, docteure du CIELAM), « La théorie des climats ou la logique de la nature dans les récits de voyage des XVIe et XVIIe siècles »

11h30 Viktoria Kokonova (AMU, doctorante au CIELAM), « Le voyageur du XVIIe siècle face à la nature brésilienne : une expérience corporelle ou une épreuve spirituelle ? »

12h Marjolaine Unter Ecker (AMU, docteure du CIELAM), « “La forêt te voit” : Écriture des espaces sylvestres dans des œuvres d’Éva Doumbia, de Fabienne Kanor et de Léonora Miano ».

12h30-14h30 déjeuner

14h30 Capucine Zgraja (AMU, doctorante au CIELAM), « Voyages spatiaux et utopies animales et végétales dans les romans de Cyrano de Bergerac ».

15h Sylvie Requemora (AMU, Pr., Directrice du CRLV), « L’idée de Nature dans la littérature de voyages, XVIe-XVIIIe s. »

15h30-16h : Discussions et conclusion.

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne

Journée d’études

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (XIIeXVIIe siècles) 

2 avril 2024

Maison de la Recherche, salle de colloque 2, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence.

Programme

9h : accueil des participants

9h15 : mot d’introduction par les organisatrices Priscilla Mourgues (Université de Bordeaux Montaigne, Plurielles) et Mathilde Mougin (Aix-Marseille Université, CIELAM-TELEMMe)

Première session : marchands florentins à la fin du Moyen Âge

Modération : Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS/ Aix-Marseille Université, LA3M)

9h30 Ingrid Houssaye Michienzi (Panthéon I Sorbonne, Orient & Méditerranée) « Voyages marchands et enjeux politiques : le cas des hommes d’affaires florentins de la fin du Moyen Âge »

10h Ettore Maria Grandoni (Aix-Marseille Université, Université Sorbonne Nouvelle ; CAER, CERLIM), « Les marchands toscans dans le commerce languedocien et barcelonais à la fin du XIVe et au début du XVe siècle : autour de Litti di Bernardo Corbizi »

10h30 : discussion

10h40 : pause

Deuxième session : Réseaux commerciaux à Nîmes et au Levant (XVIe-XVIIe)

Modération : Lionel Piettre (Aix-Marseille Université, CIELAM)

11h00 : Gabriel Audisio (Aix-Marseille Université, TELEMMe), « Marchands voyageurs à Nîmes au XVIe siècle »

11h30 : Lisa Pochmalicki (Sorbonne Université, CELLF), « Les marchés levantins sous la plume de voyageurs français de la Renaissance : lieux d’échanges cachés ? »

12h00 : Jean-Pierre Farganel (Aix-Marseille Université, TELEMMe), « Les marchands français au Levant : marchands voyageurs ou marchands résidents ? »

12h30 : discussion

12h45 : repas

Troisième session : Éthos du négociant en Orient

Modération : Sylvie Requemora (Aix-Marseille Université, CIELAM)

14h00 Yasmine Atlas (Université de Genève), « Ethique marchande et crédit du témoin dans les relations de voyage de Jean-Baptiste Tavernier »

14h30 Fanny Bousquet Balian (EHESS, CRH), « Marcara Avanchintz, voyageur arménien et négociant de la Compagnie française des Indes orientales »

15h00 : discussion et pause

Quatrième session : voyager et commercer en terres lointaines

Modération : Olivier Raveux (UMR TELEMMe, Aix-Marseille Université – CNRS)

15h30 Natalia Platonova (Aix-Marseille Université, ÉCHANGES), « Les premiers voyages des marchands russes dans l’Empire des Qing au XVIIe siècle »

16h00 : Mathieu Provençalle (Université de Rouen, GHRis), « De la Normandie au fleuve Sénégal : voyages et échanges commerciaux, des associations de marchands aux premières compagnies (fin du XVIe siècle-1674) »

16h30 : Jérome Jue (Université de Reims, HABITER), « Récits de voyages et objectifs commerciaux : gouverneurs et marchands au service de la colonisation française aux Antilles (1626-1644) »

17H00 : Discussion

17h15 : conclusions de la journée

Possibilité d’assister à cette journée à distance en utilisant ce formulaire d’inscription : https://forms.gle/Sa8TYeoKWTgJACT99

Marco Polo, 700 ans – les résumés

Résumés des communications présentées au colloque

Marco Polo, 700 ans de lectures et de représentations

21-23 mars 2024, Aix-en-Provence

Priscilla Mourgues : L’œuvre polienne dans le Livre des Merveilles (manuscrit Paris, BnF, fr. 2810) : étude d’une mise en recueil

En 1413, le duc de Bourgogne Jean sans Peur offrit à son oncle, le duc de Berry, un somptueux manuscrit, qui fut nommé depuis le Livre des Merveilles. Répertorié sous la cote Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 2810, ce manuscrit contient 265 miniatures qui accompagnent des récits viatiques et des écrits sur l’Orient des XIIIe et XIVe siècles. Le Devisement du monde y côtoie, entre autres, les textes célèbres des Voyages de Jean de Mandeville, de la Relatio d’Odoric de Pordenone et de la Fleur des estoires de la terre d’Orient d’Hayton. Cette communication se propose d’analyser l’œuvre polienne dans cet environnement textuel et iconographique, afin d’envisager en quoi le processus de mise en recueil dans un tel manuscrit nous permet d’observer certaines formes de réception de l’œuvre polienne à la fin du Moyen Âge.

Jaroslav Svátek: Le destin et la diffusion du Devisement du monde dans les Pays tchèques au Moyen Âge

La diffusion du bestseller de Marco Polo dans les Pays tchèques peut être observée sur trois axes différents sur lesquels je me concentre dans mon intervention. La première piste de recherche concerne le bilan des manuscrits de la version la plus populaire du texte, celle de Francesco Pipino de Bologne, écrite en latin. C’est notamment sa variante avec « le long miracle » qui s’est propagée en Europe centrale dont s’inspire la version vernaculaire en vieux-tchèque, le sujet de ma deuxième partie. Enfin, je vais présenter un exemplaire de la variante du récit de Marco Polo, dite Compendium latinum, qui a été préservée ensemble avec la traduction d’Alexandreis en vieux-tchèque. Mon intervention va donc présenter non seulement l’ensemble des exemplaires du fameux récit dans les Pays tchèques mais aussi leurs contextes épistémologiques et codicologiques.

Lisa Pochmalicki : Marc Paul chorographe : transformations des lieux du Devisement du monde à la Renaissance 

Deux à trois siècles après son voyage en Asie, Marco Polo laisse une vive empreinte sur les représentations textuelles et cartographiques de l’Extrême-Orient à la Renaissance. Le souvenir du Devisement du monde ressurgit à travers les descriptions de ces espaces lointains, tandis que ses toponymes se mêlent à la nomenclature ptoléméenne. Plusieurs lieux suscitent une admiration durable. Des espaces harmonieux, comme Quinsay (Hangzhou), l’opulent archipel de 7448 îles éparpillées en mer de Chine ou les palais recouverts d’or de Cipangu, éveillent la curiosité des lecteurs du XVIe siècle. En parallèle, des lieux teintés de mystère frappent l’imaginaire, comme le désert de Lop où des esprits emportent les voyageurs isolés. Les différents espaces empruntés au Devisement du monde dans la littérature de la Renaissance composent l’image d’une Asie morcelée. Cette communication s’intéressera à la circulation de cette chorographie en fragments, en prenant notamment pour exemple les fortunes de Cambalu (Beijing) et de la région des Ténèbres.

Frank Lestringant : Traces de Marco Polo dans la Cosmographie universelle et  les Vrais Pourtraits et Vies d’André Thevet

Faisant suite à “Marc Paul Vénitien”, étude publiée il y a quatre ans dans les Mélanges Dominique Boutet, et principalement consacrée à François de Belleforest, augmentateur de la Cosmographie universelle de Sebastien Münster[1], ce nouvel essai sera consacré à André Thevet, cosmographe des derniers Valois, lequel, tant dans sa propre Cosmographie universelle, de même nom que celle de Münster, que dans ses Vrais Pourtraits et Vies des hommes illustres, répugne absolument à signaler ses sources. Un Marco Polo clandestin, tel sera l’objet de cette communication, qui montre bien comment le voyageur du XIIIe siècle continue de hanter les espaces apparemment vierges de la Renaissance.

[1] F.L., « “Marc Paul Vénitien”. Marco Polo à la Renaissance », De  la pensée de l’histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet. Études réunies par Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette, Paris, Honoré Champion, 2019, p. 855-869.

Matthieu Bernhardt : Matteo Ricci, lecteur de Marco Polo

Comme nombre de voyageurs de la Renaissance, le missionnaire italien Matteo Ricci embarque pour l’Asie avec un exemplaire du Devisement du monde dans ses bagages. A son arrivée dans l’Empire du Milieu (1582), les Ming ont succédé aux Mongols, Cambaluc est devenu Pékin et l’empereur Wanli a pris la place de Kubilai Khan. Entre temps, aucun autre voyageur européen n’a séjourné durablement en Chine et l’Europe reste sans nouvelle de cette nation d’autant plus mystérieuse qu’elle a fermé ses frontières. On se demande alors si le Cathay décrit par Marco Polo correspond effectivement à ce vaste pays dont les dirigeants n’ont accepté d’ouvrir les portes qu’à une petite poignée de missionnaires jésuites. Nous verrons que c’est d’abord pour lever ce doute, et donc pour démontrer l’identité de la Chine et du Cathay, que Matteo Ricci convoque Marco Polo dans ses écrits.

Fiona Lejosne : ‘Se l’affezione della patria non m’inganna’ : le récit de Marco Polo comme pierre de touche des explorations vénitiennes chez Ramusio

La compilation des Navigationi et viaggi, publiée à Venise au milieu du XVIe siècle, met le récit de Marco Polo à l’honneur puisqu’il y occupe une place de choix, en tête du second volume. L’entreprise opérée par le compilateur G.B. Ramusio est double : il s’agit à la fois d’un travail philologique d’ampleur (par la collation de plusieurs leçons qu’il a rassemblées) et d’une initiative idéologique non négligeable, faisant du voyageur vénitien un modèle des temps modernes. Cette entreprise est soutenue par un apparat critique constitué de plusieurs paratextes visant à légitimer le récit de Marco Polo. Cette fiabilité étant établie – voire rétablie – le texte du voyageur vénitien peut faire office de point de référence dans l’économie interne de l’ouvrage, par un jeu de renvois et de comparaisons permettant d’en confirmer ultérieurement la validité.

Christine Gadrat-Ouerfelli: L’édition des Voyages de Marco Polo par la Société de Géographie en 1824

En 1824, la jeune Société de Géographie (fondée en 1821) inaugure sa collection Recueil de voyages et de mémoires par la publication du récit de Marco Polo en français et en latin. Fondée pour promouvoir le développement de la géographie et des connaissances dans ce domaine, la Société choisit de publier un texte datant du Moyen Âge plutôt qu’un récit d’expédition contemporain. Si aujourd’hui le Devisement du monde est davantage étudié par les littéraires ou les historiens, ce sont des « géographes » qui en ont donné la première édition moderne.

Anne-Laure Thomas: Marco Polo, un géographe du XIXe siècle : L’exemple du Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) de Paul Vidal de La Blache

La première publication de Paul Vidal de La Blache, Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) s’inscrit dans un double contexte. Tout d’abord, la fascination pour l’Orient, qui séduit les milieux artistiques et littéraires depuis la fin du XVIIIe siècle, connaît un regain d’intérêt dans la communauté scientifique à la fin du XIXe siècle.  C’est également au cours du XIXe siècle que la géographie tente de s’affirmer comme discipline, alors qu’elle a été longtemps considérée comme auxiliaire de l’histoire. Il apparaît alors difficile d’en donner une définition puisque chaque géographe, chaque école de géographie définit ses propres objectifs et établit sa propre conception de la géographie.

Or, à la fin du XIXe siècle, Paul Vidal de la Blache participe au renouvellement de la géographie française. D’abord historien, Paul Vidal de La Blache décide de se consacrer à la géographie à partir des années 1870 et devient le chef de file de l’École française de géographie et le fondateur des Annales de géographie (1891). Admis en 1881 à la Société de géographie, son premier article de géographe, « Remarques sur la population de l’Inde anglaise », montre un intérêt pour l’Orient.

Toutefois, son Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) surprend et fait l’objet de critique de la part de la communauté scientifique qui le considère comme un ouvrage de vulgarisation, d’histoire, de géographie historique ou encore politique. De plus, comme le souligne Guy Mercier[1], la thématique orientaliste médiévale de ce premier ouvrage semble peu s’accorder avec ce pourquoi Paul Vidal de La Blache sera et restera reconnu. Il marque néanmoins une étape dans la pensée vidalienne et il apparaît que ce travail confirme l’attachement du géographe aux questions géopolitiques.

Il s’agira donc d’analyser la manière dont Paul Vidal de La Blache lit et transforme le texte de Marco Polo, en s’intéressant aux éditions qui ont pu être à sa disposition et à la façon dont il réécrit le récit du voyageur. L’objectif sera de montrer comment Paul Vidal de La Blache modernise la figure de Marco Polo et comment cette transformation peut être mise en relation avec la vision vidalienne de la géographie.

[1] MERCIER, Guy, « Pour une relecture du Marco Polo de Paul Vidal De La Blache », Finisterra, XXXIII, n°65, 1998, p. 65-73.

Clément Fabre : Le Marco Polo de Henri Cordier : enquête sinologique sur Marco Polo au tournant du XXe siècle

Il s’agit dans cette communication de reconstituer, à partir de la correspondance, des papiers de travail et des publications du bibliographe Henri Cordier (conservés aux Archives de l’Institut de France), la fabrique d’une enquête sur Marco Polo au tournant du XXe siècle, informée aussi bien par les réseaux orientalistes transnationaux qui gravitent autour d’Henri Cordier que par les logiques impériales en Asie.

Thomas Tanase : Marco Polo, l’angle biographique

La figure de Marco Polo est connue de tous. Les grands traits de sa biographie sont dans le fond déjà fixés à la fin du XVIIIe siècle. Ce n’est pas très surprenant : ils se limitent pour l’essentiel à ce que Marco Polo a raconté de lui dans le Devisement du Monde. La figure du Vénitien a ensuite été surtout étudiée par les orientalistes qui ont vu en lui un précurseur, ou bien par les spécialistes du texte, tout en restant plus marginale dans les travaux des médiévistes classiques ou des historiens du capitalisme. Elle a donné naissance à une littérature biographique romanesque pour le grand public qui n’a cessé de se diffuser au XXe siècle, alors même que le genre biographique a été remis en cause par les spécialistes. Réfléchir sur la manière d’écrire la biographie de Marco Polo permet ainsi de comprendre comment s’est construit le discours historiographique contemporain, avec ses a priori, ses limites et ses renouvellements actuels.

Alvise Andreose: Le débat philologique sur le texte du Devisement dou monde de Marco Polo

L’étude philologique d’un texte est préalable à tout autre type d’approche : historique, géographique, littéraire, etc. Cette prise de conscience s’affirme assez tardivement dans les recherches sur le Devisement du monde. L’objectif de cette intervention est de comprendre à quel moment est née et s’est consolidée l’idée que, pour comprendre correctement le récit de Marco Polo et en évaluer la fiabilité, il fallait d’abord établir ce qu’il avait réellement écrit. L’édition critique publiée par Luigi Foscolo Benedetto en 1928 et ses recherches ultérieures représentent l’aboutissement d’un processus de réflexion sur le texte de Marco Polo qui a commencé au XVIe siècle avec Giambattista Ramusio, s’est poursuivi au XVIIIe siècle avec Apostolo Zeno et l’abbé Giuseppe Toaldo, et s’est accéléré au XIXe siècle avec l’ouvrage de l’abbé Placido Zurla (1818) et les éditions de William Marsden (1818), J.-B.-G. Roux de Rochelle (1824), Giovanni Battista Baldelli Boni (1827), Vincenzo Lazari (1847), Guillaume Pauthier (1865), Henry Yule (1871). À partir de 1928, l’étude de la tradition manuscrite a fait de nouveaux progrès, permettant d’approfondir l’analyse de Benedetto, dont les résultats fondamentaux sont toujours valables.

Lucie Chopard : Autour d’un brûle-parfum dit “de Marco Polo” de la collection Grandidier : mise en récit des objets et circulations dans la seconde moitié du XIXe siècle

Cette communication s’articule autour d’une pièce en porcelaine de Chine de la collection Grandidier (constituée entre 1870 et 1912), un brûle-parfum dit « de Marco Polo ». Cette provenance mythique est mise en avant par le collectionneur, Ernest Grandidier (1833-1912), suivant là l’intérêt suscité par le célèbre Vénitien et son livre dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cette porcelaine s’avère en réalité beaucoup plus tardive, mais permet à son propriétaire de l’époque, qui n’en connait pas la date de création, de créer un pedigree prestigieux pour son objet, de le distinguer et de créer de la valeur. Le parcours de cet objet et les imaginaires qu’il véhicule ont été récemment mis en lumière à l’occasion de mes recherches de thèse (soutenue en 2021 ; à paraître).

Rashidil Rouiaï: Les Nouvelles routes de la Soie, au coeur de la géopolitique chinoise

Les Nouvelles routes de la soie ne sont pas uniquement un vaste projet géoconomique développé par la République populaire de Chine. Ce vaste réseau d’infrastructures est l’un des leviers que Pékin met en place pour redessiner l’échiquier géopolitique mondial. Dans ce cadre, les retombées symboliques et stratégiques supplantent parfois l’utilité commerciale. Mais ces Nouvelles routes de la Soie sont le reflet de la particularité du soft power de la Chine : loin d’être systématiquement « douce » cette forme de la puissance étatique est largement hybride et ses frontières difficilement saisissables. Cette conférence aura pour objectif d’en tracer les contours et les enjeux.

Saïd Belguidoum : Mondialisation silencieuse et la réinvention des routes de la soie par les entrepreneurs du commerce transnational entre l’Algérie et la Chine.

Dans le sillage de la mondialisation, un commerce transnational discret s’est mis en place au début des années 2000 (avec l’adhésion de la Chine à l’OMC) reliant différentes places marchandes à travers le monde en général et la Méditerranée en particulier, convergeant vers une source principale d’approvisionnement : la Chine et Yiwu.

À la manière des commerçants qui depuis le Moyen Âge sillonnaient les mers et les océans, des entrepreneurs transnationaux ont construit des routes maritimes et terrestres reliant à différentes échelles places commerciales et sources d’approvisionnement. Des petits marchés de distribution de l’est algérien ou du rif marocain aux grandes places chinoises (Yiwu et Guangzhou, Shenzhen) de « nouvelles routes de la soie » sont apparues. Mais là s’arrête la métaphore. La soie n’est plus le but ultime et le marché des produits de consommation de masse est l’objet principal de ce commerce transnational.

Ma communication portera sur cette épopée des petits entrepreneurs transnationaux pionniers qui entre l’Algérie et la Chine ont construit une route de la soie s’appuyant sur des réseaux labiles et un savoir circuler remarquable.

Michèle Gally : Le Livre des merveilles ou la référence cachée. De Mandeville à Umberto Eco

Il s’agit dans cet exposé de revisiter Marco Polo et son ouvrage en quelque sorte de biais à travers les échos que l’on peut en trouver chez deux auteurs eux-mêmes éloignés dans le temps et qui ne le citent pas : Jean de Mandeville au XIVe siècle dont Le Livre des Merveilles du monde connut un immense succès jusqu’au XVIIe siècle et Umberto Eco qui, dans Baudolino, emmène son héros médiéval pour un périple dans un Orient fabuleux. Les avis sont partagés sur la réalité des voyages de Mandeville tandis que le personnage d’Eco est avant tout un « menteur » et un affabulateur de génie.  Dans un syncrétisme vertigineux une multitude d’écrits, de légendes, de descriptions d’êtres et de coutumes étranges trame les deux textes selon une hybridité où l’on retrouve, entre autres, la marque (motifs/ légendes/êtres…) du Livre de Marco Polo. Chez l’un et l’autre auteur la référence au Vénitien paraît essentielle en particulier dans la rencontre de l’Autre. C’est du moins l’hypothèse que je propose de faire à partir d’une (brève) lecture comparée de quelques passages sur les « monstres » et proprement « merveilles » des contrées lointaines dans les trois œuvres. 

Mais si Mandeville fut peut-être un « voyageur immobile » et Eco celui de sa propre « encyclopédie », ce dernier, en penseur du XXe s., joue différemment du clivage vrai/faux, mettant en tension critique les allégations récurrentes de véridicité et les essais d’explication rationnelle de Marco Polo devant l’extraordinaire.  Aussi bien Baudolino serait -il doublement un nouveau Marco qui préfère repartir pour se fondre dans cet ailleurs qu’il raconte et qu’il a partiellement inventé. Leçon (toute moderne) d’ouverture à l’Autre et de foi en l’efficace de la fiction :  les récits ne sont-ils pas à l’origine d’actions réelles ? Ainsi Christophe Colomb lecteur de Marco.

Perle Abbrugiati: Les merveilles et l’invisible. Marco Polo dans Les villes invisibles d’Italo Calvino

Dans Les villes invisibles, Marco Polo n’est pas seulement le voyageur européen qui va au-devant du Catai, mais le voyageur délégué par Kublai Khan pour visiter son propre empire. Pourquoi choisit-il précisément celui qui ne parle pas sa langue pour lui décrire son territoire ? Est-ce bien un territoire qui est décrit dans ces poèmes en prose ? Marco Polo est découvreur de villes improbables semblant sortir de son imaginaire. Calvino fait de Marco Polo non seulement un explorateur du lointain, mais un éclaireur de l’intériorité, un investigateur des grandes catégories humaines. Il répond à un empereur en quête d’un modèle intellectuel plus encore que de descriptions de terrain. Calvino construit de surcroît lui-même son livre comme l’architecture d’une ville, faite de chaos et de cohésion. Ainsi l’exploration va-t-elle au-devant à la fois du merveilleux et de l’invisible.

Sandra Gorgievski : L’Empire mongol à l’écran dans Marco Polo, la Collision des Mondes (2014-1016)

La réception de la relation de voyages de Marco Polo a inspiré un nombre relativement réduit de films historiques, d’aventures ou de cape et d’épée, sur petit ou grand écran – tous ayant ajouté au récit une intrigue romantique, conformément à l’horizon d’attente des spectateurs et des producteurs. Sur les sept films produits entre 1938-2007 (à l’exception d’un film de kung fu et d’une mini-série tournée en Chine), le casting demeure exclusivement européen ou américain, jusqu’à la série produite pour la chaîne de TV américaine Netflix (2 saisons, 2014-2016) Marco Polo, Worlds Will Collide, où la représentation de l’Autre change avec un casting exclusivement asiatique. Le choix stratégique d’acteurs pour incarner des orientaux s’insère dans une longue tradition cinématographique, et participe du processus de construction d’une mémoire collective à travers la mise en scène du Moyen Âge. Le personnage du Grand Khan (joué par Benedict Wong, Britannique originaire de Hong Kong) présente un cas particulièrement intéressant. Les lieux de tournage reflètent la variété des lieux traversés par Marco Polo (saison 1, épisode 1), mais une fois accompli le voyage de Venise à la Chine et à la cour mongole, c’est la description de l’Empire mongol qui fait l’objet de la série : la mise en scène somptueuse et le colossal budget de production (plus de 90.000.000$ pour les 50 millions d’abonnés Netflix en 2014) ambitionnent de faire concurrence à la série Games of Thrones (HBO, 2011-2019). Les « merveilles de l’Orient » décrites par Marco Polo lors de son séjour à la cour du Khan sont magnifiées. Je m’intéresserai donc à la mise en scène du corps de l’Oriental, aux chorégraphies de combat, au cadrage de l’espace (urbain ou naturel) dans la construction d’un Empire mongol fantasmé, tout en établissant des correspondances formelles avec les conventions médiévales, en particulier le programme iconographique du recueil Le Livre des merveilles (Paris, 1410-1412, BnF, fr. 2810).

Tania Manca : Il Milione : Le dévoilement d’un monde du texte à l’image. Fortune du récit en Italie, du livre au film en passant par le dessin animé, la BD, et retour

Le Milione de Marco Polo a fasciné l’Italie tout au long des sept derniers siècles à travers des formes narratives qui se sont diversifiées dans le temps, arrivant à épouser les supports les plus récents comme le film et le dessin animé. La communication propose une analyse de l’évolution des éditions au cours des XX et XXIe siècles et, par conséquent, de leur réception au travers de livres de critique tels le Milione de V. Bertolucci Pizzorusso, d’éditions divulgatrices pour la jeunesse et les enfants telles celles des maisons d’édition BUR, Gribaudo, etc., les bandes dessinées pour adultes et pour enfants comme Marco Polo, la via della seta de Marco Tabilio (2024), Il Milione di Marco Polo (Mickey Disney deluxe), etc.

Ce processus s’accompagne d’une étude sur les interprétations de l’œuvre originelle qui transposent l’imaginaire par le biais d’images, en offrant au lecteur un devisement du monde aux formes les plus diverses. La communication met en exergue la création d’une nouvelle vision de l’histoire, par rapport au récit initial, à travers une mise en images qui déplace la focalisation sur l’expérience personnelle et la figure du voyageur plus que sur les territoires parcourus et les peuples rencontrés ; comme dans certaines rééditions, la bande dessinée, des dessins animés tel Le avventure di Marco Polo (1982), les films Marco Polo (1982) de Montaldo et les séries télé telle Marco Polo (2016).

Christian Clot et Sylvie Requemora : Du texte à l’art graphique : Marco Polo dans la bande dessinée de la collection Explora (sous réserve) 

Entretien sur la genèse du projet graphique, les six étapes de la scénarisation (synopsis, séquencier, découpage, continuité, dialogues et polissage) et sa réalisation en deux volumes.

Yvan Daniel: Études viatiques et approches mythocritiques : Le Devisement du monde comme « mythe littéraire » (XIXe-XXIe s.)

Cette communication entend interroger le croisement de deux approches critiques, les études viatiques et l’étude des « mythes » dans leurs formes modernes et contemporaines – telle qu’elle a été théorisée notamment par Roland Barthes, Pierre Brunel ou Gilbert Durand. A travers quelques exemples littéraires et médiatiques, on montrera que les références à ce récit de voyage, comme ses nombreuses réécritures et adaptations, se manifestent avec les caractéristiques d’un « mythe », entre fictionnalisation et vérité référentielle discutées, invariants et plasticité, réécritures et remotivations symboliques ou politiques.

 

Marco Polo, 700 ans

Marco Polo et le Devisement du monde

700 ans de lectures et de représentations

21-23 mars 2024, Aix-en-Provence

Org. Christine Gadrat-Ouerfelli et Sylvie Requemora

Argumentaire:

Marco Polo est l’un des rares hommes du Moyen Âge qui, sans être roi ou pape, est connu de tous et fait partie de notre patrimoine historique et littéraire. Présent dans nos villes et notre vie quotidienne, utilisé par nombre de restaurants ou par des guides de voyage, son nom est connu même des enfants auxquels on raconte ses aventures. Cette célébrité, acquise de son vivant, n’a cessé de se développer, de se façonner et de s’enrichir tout au long des sept siècles qui nous séparent de sa mort en 1324.

Pendant ces sept cents ans, Marco Polo n’a cessé de fasciner et son récit de faire rêver ou au contraire de susciter l’incrédulité. Traduit dans de nombreuses langues et diffusé à travers l’Europe dès le XIVe siècle, le Devisement du monde a rencontré un succès rapide qui a perduré au fil des siècles, comme en témoigne le nombre important de manuscrits subsistants, puis d’éditions imprimées. À la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, son témoignage a été mis à profit par les auteurs intéressés par l’histoire des Mongols, ainsi que par les géographes et cartographes souhaitant décrire l’Asie et l’océan Indien. Longtemps considéré comme une source unique pour des régions lointaines et méconnues, ce récit n’est cependant pas tombé dans l’oubli lorsque les Européens se sont à nouveau lancés à la découverte de l’Asie. Tout en apportant de nouvelles connaissances sur la Chine et le Japon, les Jésuites ont continué à le faire figurer dans leur bibliothèque, désormais moins comme source d’informations que comme témoignage historique.

À partir du XIXe siècle, l’intérêt porté à Marco Polo et à son livre se démultiplie. Tandis que ses descriptions de l’Asie viennent nourrir les entreprises coloniales et la cartographie de régions encore peu ouvertes aux Européens, les érudits partent à la recherche des manuscrits et tentent de retrouver la version originale du texte. Les éditions, plus ou moins critiques, se multiplient, ainsi que les querelles philologiques. Les historiens se mettent eux aussi à écrire l’histoire de Marco Polo et de sa famille et à écrire, à partir de son livre, l’histoire des relations entre l’Occident et l’Orient, celle des échanges commerciaux et culturels, ou encore celle des représentations de l’Autre, etc. Dans la suite de cette perspective, Le devisement du monde fait naturellement partie des œuvres étudiées par les « post-colonial studies ». À l’heure actuelle, la figure de Marco Polo est convoquée au sujet des relations entre la Chine et l’Occident, et en particulier à propos des « nouvelles routes de la Soie » et de leurs enjeux géopolitiques et économiques.

Parallèlement, la littérature s’empare du mythe et on voit naître des pièces de théâtre (de Marco Millions d’Eugene O’Neill en 1927 à Marco Polo et l’hirondelle du khan d’Eric Bouvron en 2017), des réécritures romanesques, y compris dans la littérature pour enfants qui ne pouvait passer à côté des aventures de ce jeune vénitien parti à quinze ans à travers l’Asie, ou la bande dessinée. Des voyageurs modernes et des reporters (tels Michael Yamashita) reprennent les routes suivies par la famille Polo, dont ils cherchent à revivre les péripéties. Il ne faut pas oublier le cinéma, qui a porté à l’écran à plusieurs reprises le récit des voyages de Marco Polo, lesquels ont même inspiré des ballets (Marie-Claude Pietragalla en 2008).

Au fil de cette longue histoire, l’image de Marco Polo et de son récit évolue, tandis que chaque époque, chaque milieu y trouve un intérêt : informations nouvelles et de première main, descriptions de régions inconnues, témoignage sur une période révolue, matière à rêver et à voyager en lecture… Ce sont ces différentes perceptions et ces usages multiples que nous voulons explorer, à la fois par des cas d’études et des analyses diachroniques. Sans vouloir nécessairement dresser un tableau exhaustif des représentations du voyageur vénitien et de la réception de son livre de 1324 à nos jours, il conviendra de proposer des études réparties tout au long de ces sept siècles d’histoire.

Programme:

21 mars 2024,

Les Méjanes – Bibliothèque et archives Michel-Vovelle

13h30 : Accueil

Sylvie Requemora (CIELAM, AMU) : Les 40 ans du CRLV

Christine Gadrat-Ouerfelli (LA3M, AMU) : introduction et présentation du colloque

 Session 1 : Lectures et usages du Devisement du monde du Moyen Âge à l’époque moderne

Présidence : Michèle Gally (CIELAM, AMU)

14h30 : Priscilla Mourgues (Plurielles, Université Bordeaux Montaigne) : L’œuvre polienne dans le Livre des Merveilles (manuscrit Paris, BnF, fr. 2810) : étude d’une mise en recueil

15h : Jaroslav Svátek (Université Charles, Prague) : Le destin et la diffusion du Devisement du monde dans les pays Tchèques au Moyen Âge

15h30 : Lisa Pochmalicki (Sorbonne Université) : Marc Paul chorographe : transformations des lieux du Devisement du monde à la Renaissance

Pause

16h30 : Frank Lestringant (Sorbonne Université) : Traces de Marco Polo dans la Cosmographie universelle et les Vrais Pourtraits et Vies d’André Thevet (1575)

17h : Matthieu Bernhardt (Université de Genève) : Matteo Ricci, lecteur de Marco Polo

 22 mars 2024,

Les Méjanes – Bibliothèque et archives Michel-Vovelle

Session 2 : Le Marco Polo des historiens, des philologues et des géographes

Présidence : Christian Henriot (IrAsia, AMU)

9h : Fiona Lejosne (Université Sorbonne Nouvelle) : ‘Se l’affezione della patria non m’inganna’ : le récit de Marco Polo comme pierre de touche des explorations vénitiennes chez Ramusio

10h : Christine Gadrat-Ouerfelli (LA3M, AMU) : L’édition des Voyages de Marco Polo par la Société de Géographie en 1824

Pause

11h : Anne-Laure Thomas (Université de Haute-Alsace) : Marco Polo, un géographe du XIXe siècle : L’exemple du Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) de Paul Vidal de La Blache

11h30 : Clément Fabre (CRHEC / SIRICE) : Le Marco Polo de Henri Cordier : enquête sinologique sur Marco Polo au tournant du XXe siècle

Déjeuner

14h : Thomas Tanase (Université Panthéon Sorbonne) : Marco Polo, l’angle biographique

14h30 : Alvise Andreose (Université d’Udine) : Le débat philologique sur le texte du Devisement dou monde de Marco Polo

Pause

Session 3 : Marco Polo et les routes de la soie. Circulation des objets, des hommes et des idées

Présidence : Sylvie Mazzella (SoMuM, AMU)

15h30 : Lucie Chopard (Telemme, AMU) : Autour d’un brûle-parfum dit “de Marco Polo” de la collection Grandidier : mise en récit des objets et circulations dans la seconde moitié du XIXe siècle

16h : Nashidil Rouiaï (Université de Bordeaux, UMR Passages) : Les Nouvelles routes de la Soie, au coeur de la géopolitique chinoise

16h30 : Saïd Belguidoum (Iremam-AMU) : Mondialisation silencieuse et la réinvention des routes de la soie par les entrepreneurs du commerce transnational entre l’Algérie et la Chine.

17h : Alexandra Nespoulous-Phalippou (Les Méjanes, médiatrice culturelle) : Présentation de l’histoire et des collections de la bibliothèque Méjanes

23 mars 2024

Salle 201, Le Cube

 Session 4 : Marco Polo réinventé. Réécritures et adaptations, créations littéraires et artistiques

Présidence : Nathalie Bonnardel (INCIAM, AMU)

9h : Michèle Gally (CIELAM, AMU) : Le Livre des Merveilles ou la référence cachée. De Mandeville à Umberto Eco (Baudolino)

9h30 : Perle Abbrugiati (CAER, Aix-Marseille Université) : Les merveilles et l’invisible. Marco Polo dans Les villes invisibles d’Italo Calvino

10h : Sandra Gorgievski (BABEL, Université de Toulon) : L’Empire mongol à l’écran dans Marco Polo, la Collision des Mondes (2014-2016)

Pause

11h : Tania Manca (Università degli Studi di Sassari) : Il Milione : Le dévoilement d’un monde du texte à l’image. Fortune du récit en Italie, du livre au film en passant par le dessin animé, la BD, et retour

11h30 : Christian Clot (explorateur, directeur de la collection Explora (Glénat) et vice-président de la Société des Explorateurs français) et Sylvie Requemora (CIELAM, AMU) : Du texte à l’art graphique : Marco Polo dans la bande dessinée de la collection Explora

12h : Yvan Daniel (Université Clermont Auvergne, CELIS) : Études viatiques et approches mythocritiques : Le Devisement du monde comme « mythe littéraire » (XIXe-XXIe s.)

 

Adresses:

Les Méjanes – Bibliothèque et archives Michel-Vovelle, 25 Allée de Philadelphie, Aix-en-Provence

Le Cube, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence

 Les résumés des interventions seront publiés dans un autre billet à venir.

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne

(XIIe-XVIIe siècles)

2 avril 2024, Maison de la Recherche, salle de colloque 2, 29 avenue Robert Schuman

Université Aix-Marseille, laboratoire du CIELAM
Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

Présentation du projet

Principalement adressée aux littéraires, aux historiens ou encore aux géographes, cette manifestation scientifique proposera une réflexion sur les voyageurs marchands au cours de la période s’étendant du xiie au xviie siècle en se fondant sur un corpus de récits et journaux de voyage, de carnets de bord, de manuels pour marchands, ou encore de notations chiffrées relatives aux transactions commerciales opérées par les voyageurs[1]. Il s’agira d’analyser les récits et retours d’expériences de voyageurs marchands ainsi que la manière dont ceux-ci témoignent de leurs pratiques mais aussi de l’état des voies du commerce, de la création ou de l’évolution de réseaux d’échanges ou encore de la circulation de denrées et d’objets en tous genres.

Argumentaire

S’il existe plusieurs études pluriséculaires sur le commerce international, rares sont celles qui proposent une analyse de l’évolution des pratiques de commerce et de leur représentation sur une large période, du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle. En effet, de nombreux travaux portent sur les impacts de l’ère industrielle et de la mondialisation aux xixe et xxe siècles. Certaines études se sont également consacrées à l’analyse de l’évolution du commerce lors de l’époque moderne. Parmi ces dernières, la plupart se sont concentrées sur une période située soit de l’extrême fin du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle, soit du xviie ou du xviiie siècle à nos jours. Ainsi en est-il de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Les Jeux de l’échange[2] de Fernand Braudel, ou, plus récemment, de Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, xvie-xviiie siècle)[3]. La question spécifique de la circulation d’objets a par ailleurs donné lieu à plusieurs ouvrages collectifs dirigés par Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou[4], qui étudient notamment les phénomènes de transferts culturels et la mondialisation impliqués par ces déplacements. Quant à la période médiévale, elle a souvent fait l’objet d’un traitement indépendant. Ainsi, le système économique médiéval a par exemple été étudié par Jacques Le Goff, dans Le Moyen Âge et l’argent, tandis que les ouvrages Levant trade in the later Middle Ages d’Eliyahu Ashtor et De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge de Jacques Favier ont plus particulièrement analysé les échanges commerciaux entre divers territoires.

En premier lieu, l’originalité de cette journée d’étude réside dans le choix d’une approche pluridisciplinaire pour étudier cette question de l’activité commerciale, qui sera appréhendée non pas uniquement à travers le prisme de l’histoire économique, mais aussi en fonction des représentations qu’en livrent les voyageurs eux-mêmes. Cette perspective implique d’associer par exemple les apports des disciplines de l’histoire et de la littérature, à l’instar de ce qu’ont proposé Ҫınla Akdere et Christine Baron dans Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach[5], en invitant leurs lecteurs à considérer la complémentarité des approches économiques et littéraires et en montrant comment la littérature a pu traiter d’économie dès le Moyen Âge. Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson ont également interrogé les frontières entre l’économie et les textes littéraires entre le xviie et le xixe siècles[6].

En second lieu, cette journée d’étude a pour ambition d’embrasser une large période chronologique, qui s’étendra du xiie au xviie siècle, réunissant le Moyen Âge et la période moderne, généralement traités séparément. Si la majeure partie des écrits viatiques médiévaux qui nous sont parvenus proviennent de pèlerins et de missionnaires, certains marchands, à l’instar du célèbre Marco Polo, ont également pu laisser à la postérité des récits ou des traces écrites de leurs voyages. En outre, le xie et le xiie siècles sont marqués par un essor démographique et urbain important en Occident et par le développement de pôles et d’acteurs majeurs (Venise, Gênes, la ligue hanséatique…) dans le commerce international. D’un point de vue linguistique et littéraire, le tournant du xiie au xiiie siècle peut être intéressant car il mène, selon Friedrich Wolfzettel, à l’émergence d’« un discours du voyageur autonome[7] », notamment du fait de « l’appropriation intellectuelle de l’Asie[8] ».

L’élargissement du territoire des échanges consécutif de la découverte du Nouveau Monde – où se développent par exemple la traite du bois de brésil, de morue et de queues de castors au début du xvie siècle – et l’inflation constante de la production de la littérature viatique tout au long du xviie siècle[9] justifient la prise en compte de la première modernité dans le champ de notre étude. Nous retiendrons la fin du xviie siècle comme borne chronologique finale, la liquidation de la Compagnie des Indes orientales marquant l’avènement d’une nouvelle ère. En effet, la multiplication de compagnies de commerce privées va de pair avec une accélération et une systématisation des échanges qui marquent le développement de ce que d’aucuns ont qualifié de « protomondialisation[10] » ou de « protocapitalisme[11] ».

Axes de recherche

Axe 1 – Les routes terrestres et maritimes

Cet axe est centré autour de l’émergence ou de l’évolution de voies commerciales compte tenu de divers événements historiques, politiques voire religieux. Par exemple, après la prise de Saint-Jean d’Acre, certains voyageurs occidentaux, contraints de traverser des pays musulmans, ont dû avoir recours à des pratiques de dissimulation, comme le fait de prendre l’habit étranger. Juste Lipse, dans sa lettre à Philippe de Lannoy, érigera d’ailleurs en principe fondamental du voyage le fait de masquer son identité pour se déplacer en dehors de son pays[12]. Le développement de voies maritimes a également pu être considéré comme une solution de contournement des voies terrestres. Il s’agira donc d’envisager ces deux types de voies (terrestres et maritimes) et de voir ce qu’elles impliquent en termes de choix stratégiques et d’enjeux. Il conviendra aussi d’analyser les propos des marchands sur la praticabilité des différentes voies et sur les dimensions concrètes liées aux trajets empruntés : conditions de passage des frontières, droits de douane, passeports et laissez-passer, ou encore nécessité de déguisements, voire de réinvention de soi. Les voies maritimes nous permettront aussi d’inclure dans l’analyse le commerce avec l’Amérique.

Axe 2 – La circulation de denrées et d’objets

Des études pourront être menées sur la circulation des objets entre les différentes aires géographiques. Il s’agira alors de s’intéresser à la nature des produits acheminés et vendus (pierres précieuses, soies, épices, drogues, aliments…) et d’analyser les spécificités du commerce lié à la vente de tel ou tel objet. Le commerce de matières ou de denrées particulières sous-tend en outre le développement de toute une économie locale (la recherche de diamants en Inde orientale, la culture du sucre aux Antilles…), qu’il sera intéressant d’étudier. Des analyses pourront également être consacrées à la manne économique qu’a pu représenter le commerce international pour les marchands voyageurs et pour les personnes avec qui ils ont fait affaire. L’adoption de nouvelles habitudes de consommation ou le développement de nouveaux métiers impliqués par les circulations de denrées et d’objets pourront aussi être abordés.

Axe 3 – Les réseaux et comptoirs commerciaux

En lien avec les axes 1 et 2, cet axe envisage la création et l’évolution de réseaux commerciaux, plus ou moins spécifiques : réseaux pour la vente d’épices, de soieries, d’animaux. Ainsi, dans le Devisement du monde, Marco Polo évoque par exemple l’export de chevaux arabes depuis la Perse vers l’Inde ou l’océan Indien. De même, Jacques Cartier et, plus tard, Marc Lescarbot font référence à un réseau établi pour la traite du castor et de la morue en Amérique dès le début du xvie siècle. La mise en place du réseau de la traite d’esclaves pourra également faire l’objet d’une étude. Enfin, l’intégration de comptoirs commerciaux au sein des réseaux et la pérennité de ces derniers pourront être analysés.

Axe 4 – Les négociations, échanges et monnaies

Les voyageurs marchands ont nécessairement été confrontés à la question de la conversion et de la monétisation. Dans le Devisement du monde, par exemple, Marco Polo indique plusieurs fois la valeur d’un objet dans une monnaie italienne (le besan d’or, le florin d’or, le marc d’argent…) afin d’offrir à son lecteur la possibilité d’évaluer le marché en Orient. Il explique également à ce dernier le fonctionnement de la monnaie de papier dans l’Empire du Grand Khan ou encore un système de monnaie locale à base de coquillages blancs, dans le Yunnan. Jean-Baptiste Tavernier, quant à lui, insère dans son récit de très nombreuses planches représentant les monnaies des pays d’Orient dans lesquels il commerce. Une attention toute particulière peut ainsi être portée par les commerçants aux monnaies locales et aux pratiques d’échanges et de négociations.

Axe 5 – La condition et l’éthos du voyageur marchand

Cet axe propose d’étudier plus spécifiquement la figure du voyageur marchand, ses pratiques et ses valeurs, en s’attachant à la spécificité de l’expérience marchande en voyage, qui nécessite par exemple le recours à des truchements ou l’apprentissage de langues étrangères. Par ailleurs, en tant que personnes intermédiaires entre plusieurs civilisations, les marchands voyageurs bénéficient parfois de régimes d’exception pour franchir des barrières géographiques, mais aussi civilisationnelles et sociales. En outre, il pourra être intéressant de questionner la représentation que le voyageur fait de son expérience marchande, en restituant notamment certaines scènes de négociation, élaborant dans le récit un éthos de marchand. Ce récit d’activité marchande peut également prendre des allures d’art de marchander dans lequel le voyageur dispense aux futurs voyageurs des conseils pratiques à mettre en œuvre. Enfin, pourront être interrogées les valeurs associées à cette activité marchande, comme celle du profit, et leur compatibilité avec les axiologies catholiques et protestantes.

D’autres réflexions pourront venir étayer les axes de recherche de cette problématique.

Modalités de participation

Les propositions de communication d’environ 300 mots accompagnées d’une brève biobibliographie sont à envoyer aux organisatrices avant le 1er février 2024.

Mathilde MOUGIN, mathilde.mougin@univ-amu.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Modalités de prise en charge

Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.

Comité scientifique

Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS)

Danièle James-Raoul (Université Bordeaux Montaigne)

Olivier Raveux (CNRS)

Sylvie Requemora (Aix Marseille université)


[1] Voir par exemple le manuscrit du récit du voyage que Tavernier fait à Berlin: « Récit succint du voyage que moy Tavernier ay fait partant de Paris le 19 avril 1684. Pour aller aupres de son Altesse Electorale de Brandebourg A Berlin », Aix-en Provence, Bibliothèque Méjanes, Ms. 1045.

[2] Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Tome 2, Les Jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1980.

[3] Albrecht Burkardt, Gilles Bertrand et Yves Krumenacker (dir.), Commerce, voyage et expérience religieuse : xvie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

[4] Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, L’Épicerie du monde, Paris, Fayard, 2022 ; Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Le Magasin du monde, Paris, Fayard, 2020. Voir également Christophe Bouneau et Michel Figeac (dir..), Circulation, métissage et culture matérielle (xvie-xxe siècles), Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2017 ou encore Ariane Fennetaux, Anne Marie Miller Blaise et Nancy Oddo (dir.), Objets nomades, Turnhout, Brepols, 2021.

[5] Ҫınla Akdere et Christine Baron, Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach, London, Routledge, 2018.

[6] Voir par exemple Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson, Les Frontières littéraires de l’économie (xviie-xixe siècles), Paris, Éditions Desjonquères, 2008.

[7] Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur, Paris, PUF, 1996, p. 121.

[8] Ibid, p. 121.

[9] Pierre Martino explique qu’« aux environs de 1660, le nombre des relations de voyage doubla tout à coup, et que la faveur du public pour ce genre de livres ne fit que croître ensuite », Pierre Martino, L’Orient dans la littérature française au 17e siècle et au 18e siècle, Genève, Slatkine, [1906] 1970, p. 53.

[10] François Chaubet, « Histoire des mondialisations avant 1820-1840 : mondialisation archaïque et protomondialisation », François Chaubet (éd.), La mondialisation culturelle, Presses Universitaires de France, 2018, p. 9-31.

[11] Roland Pfefferkorn, « Une remontée dans le temps aux sources du capitalisme. Sur Le Premier Âge du capitalisme (1415-1763) d’Alain Bihr », La Pensée, vol. 400, n. 4, 2019, p. 113-121.

[12] « Fay moy le Cretois parmi les Cretois »,art Juste Lipse, « Lettre de Juste Lipse à Philippe de Lannoy du 3 avril 1578 (De Ratione cum fructu peregrinandi), traduite par Anthoine Brun à Lyon (1619) », dans Normand Doiron (éd.), L’art de voyager : le déplacement à l’époque classique, art. cit., p. 215.

Représenter et nommer la Grèce et les Grecs

Vient de paraître:

Représenter et nommer la Grèce et les Grecs (XIVe-XVIe siècle), Catherine Gaullier-Bougassas (éd), Turnhout, Brepols, 2023, 417 p.

Présentation:

Que représente la Grèce et les Grecs, pour les auteurs et les artistes des XIVe au XVIe siècle, en Europe occidentale ? Le présent volume explore cette question du point de vue de la perception et de l’imagination spatiales et géographiques. Il porte ainsi sur les représentations de l’espace grec, ancien et « moderne » du XIVe au XVIe siècle. En privilégiant des œuvres latines, françaises et italiennes, écrites principalement en Italie, en France, dans les Pays-Bas bourguignons et en Grèce, il étudie comment les auteurs et les artistes figurent textuellement et visuellement la géographie de la Grèce / de l’espace ou des espaces grec(s). Les difficultés pour définir, nommer et représenter la Grèce comme entité territoriale sont nombreuses durant ces siècles marqués par de très profonds bouleversements, avec du côté grec l’effondrement de l’empire byzantin et, du côté de l’Europe occidentale, des évolutions nombreuses dans les connaissances géographiques, historiques et aussi linguistiques, ainsi que dans les formes d’expression textuelles et iconographiques. La perception d’une identité spatiale, géographique, de la Grèce est d’autant plus délicate que plusieurs temporalités sont en jeu, celle de la Grèce ancienne, celle de la Grèce contemporaine aux auteurs, celle aussi de la Grèce médiévale antérieure au XIVe siècle. Les études réunies s’interrogent sur les différentes perceptions et représentations de l’espace grec, dans son unité et/ou sa diversité, qui s’expriment et se renouvellent durant ces trois siècles, ainsi que sur la nomination des lieux grecs et de la Grèce qui les accompagnent.

Table des matières:

Catherine Gaullier-Bougassas, Explorer la réception de la Grèce ancienne sous l’angle de la représentation de l’éspace

I. Connaissances savantes et expériences personnelles

Catherine Gaullier-Bougassas, Les savoirs hérités sur les espaces grecs : les autorités antiques connues dans l’Europe occidentale médiévale

Catherine Gaullier-Bougassas, Images du monde, encyclopédies et traités en langue française (XIIIe -XIVe siècle) : reprises et renouvellements des représentations de l’éspace grec

Emmanuelle Vagnon, Cristoforo Buondelmonti et ses sources dans sa représentation de la Grèce

Constantin Bobas, Imaginaire occidental et réalités orientales de l’espace grec : en voyageant à Rhodes aux XVe et XVIe siècles

Edith Karagiannis-Mazeaud, Géographie du Péloponnèse, aperçu par Belon, Thevet et Nicolay, voyageurs français du XVIe siècle

II. Géographie et histoire grecques

Marilynn R. Desmond, Topographie troyenne dans la Grèce franque du XIIIe siècle

Valeria Russo, Le continuum historique des espaces grecs : les représentations géographiques dans la Fleur des histoires de Jean Mansel  (version courte)

Valeria Russo, Retrouver la Grèce dans le temps et dans l’espace : la Mer des histoires face à la création d’un passé antique

Gilles Grivaud, La Chorograffia d’Etienne de Lusignan : sources et propositions

III. Écritures fictionnelles

Corinne Jouanno, Quelle place pour la Grèce dans la littérature romanesque byzantine (XIIe-XVe siècle) ?

Daisy Delogu, Paysages palimpsestes : les espaces imaginaires grecs dans l’églogue du XIVe siècle

Pascale Mounier, La Grèce de Thésée d’après la Teseida de Boccace et ses adaptations françaises

Clarisse Évrard, « Ancrer sa galee » en Grèce : stratégies textuelles et dispositifs visuels dans l’Histoire de Jason et le Recueil des histoires de Troie de Raoul Lefèvre

IV. Figurations visuelles

Ilaria Molteni,  Imaginer et représenter l’espace grec en Italie au Moyen Âge : le laboratoire de l’Histoire ancienne jusqu’à César

Ilaria Molteni, L’espace grec à la cour de France (1380-1422) : de l’Histoire ancienne jusqu’à César à l’Épître Othéa

Clarisse Evrard, Représenter la Grèce et les Grecs par le prisme flamand : le cas des manuscrits enluminés de la bibliothèque de Louis de Bruges

Marie Jacob-Yapi, L’usage du costume byzantin dans les manuscrits parisiens de matière antique au début du XVe siècle

Planches

Index

La Fleur des histoires de la terre d’Orient

Est paru cet automne:

Hayton, La Fleur des histoires de la terre d’Orient, texte présenté et traduit du latin par Thomas Tanase, Toulouse, Anacharsis Editions, 2023 (coll. Famagouste), 384 p.

En 1307, Hayton, ou Héthoum, prince arménien devenu moine prémontré, offre au pape Clément V, à Poitiers, sa Fleur des histoires de la terre d’Orient. Cet ouvrage, composé presque simultanément en français et en latin, est à la fois une description de l’Orient, une histoire de cette partie du monde et de ses dirigeants et un traité de croisade.

Après une introduction conséquente d’une centaine de pages, qui présente l’auteur et son texte, mais renseigne aussi de façon précise sur un contexte relativement complexe (en particulier sur la situation de l’Arménie-Cilicie à cette époque et sur l’expansion mongole), Thomas Tanase offre une traduction française de la version latine de ce texte, plus complète que la version française. L’ouvrage est également pourvu d’abondantes notes, permettant une compréhension complète de la Fleur des histoires.

La qualité et la précision de l’introduction et des notes, alliées à la clarté de la traduction, font de cet ouvrage une publication de référence sur la Fleur des histoires d’Hayton, livre qui connut un certain succès à la fin du Moyen Âge et jusqu’au XVIIe siècle, mais qui n’a pas retenu l’attention de nombreux historiens et philologues. Espérons que cette nouvelle publication le fera davantage connaître et étudier.

Séminaire Locus, 2023-2024, 2e semestre

Le séminaire Locus, organisé par le LAMOP, poursuit son programme au 2e semestre de cette année:

Séminaire organisé par Geneviève Bührer-Thierry, Juliette Dumasy, Hélène Noizet, Emmanuelle Vagnon
LAMOP-Université Paris1, Campus Condorcet, Bâtiment Nord, salle 4083
Le vendredi de 10h à 13h.

19 janvier 2024
Louis Genton
« Pratiques documentaires et ordonnancement spatial de la domination à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés (XIIe-XVIe siècles). »

2 février
Hélène Noizet, en présence de Florian Mazel, Thomas Lienhard, Martin Gravel
« Retour sur le débat des spatialités médiévales »

15 mars
Claire Judde de Larivière
« Les lieux des déchets et de la pollution à Venise et dans la lagune (XVe siècle) »

19 avril
Aude Mairey
« Troie en Angleterre à la fin du Moyen Âge : un mythe de civilisation idéal ? »

Antoine Destemberg
« Quand les lieux sont des catégories sociales : l’articulation locus / genus dans l’exégèse des Bibles moralisées (XIIIe-XVe siècle) ».

Epigraphies of pious travel

Programme:

WEDNESDAY 24TH JANUARY
18:30–19:00 Welcome Address and Introduction, Claudia Rapp, Andreas Rhoby, Rachael Helen Banes

19:00–20:00 Keynote
Ian Rutherford, Lived Religion and the Graffiti-Habit before the Christian Period: Some Case-Studies from Egypt and Other Cultures

THURSDAY 25TH JANUARY
09:30–11:00 Methodologies for Studying Pilgrimage Graffiti
– Marlena Whiting, Graffiti and Gender: Graffiti as Testimony for Women and Gendered Behaviour on Pilgrimage
– Rachael Helen Banes, Does Pilgrimage Graffiti have to be Religious? A Discussion
– Arkadiy Avdokhin, Christian Graffiti and Travel: Methodologies, Outcomes, and a Case Study from Hierapolis

11:30–12:30 Pilgrimage Graffiti Before Christianity
– Elizabeth Frood, Scales of Belonging: (Re-)Assessing Local and Nonlocal Graffiti Practices in Ancient Egyptian Temples
– Ilaria Bucci, Pilgrimage in Hatra: People, Places and Time in Local Religious Practices

14:00–15:30 Pilgrimage Graffiti in the Holy Land
– Grigory Kessel, A Survey of Pilgrimage Graffiti in Syriac
– Yana Tchekhanovets, Armenian and Georgian Graffiti in the Holy Land
– Estelle Ingrand-Varenne and Clément Dussart, A Landscape of Signs: the Southern Façade of the Holy Sepulchre (12th-16th c.)

16:00–17:00 Christian and Non-Christian Graffiti in the Medieval Era
– Adam Łajtar, Pilgrimage Graffiti in Christian Nubia
– Frédéric Imbert, On the roads of Arabia: Muslim Pilgrims and their Graffiti during the Early Islam Period

FRIDAY 26TH JANUARY
10:00–11:30 Pilgrimage Graffiti Between East and West
– Savva Mikheev and Alexei Gippius, Early East Slavic Epigraphy Outside Rus: Texts and Contexts
– Mia Gaia Trentin, Between Tangible and Intangible: The Wall as Interactive Space of Worshipping in Medieval and Early Modern Cyprus.
– Antonio Enrico Felle, Pilgrims in Early Medieval Rome. Writings religionis causa in the Sanctuary of Marcellinus and Petrus (7th-9th cent.)

11:30–12:00 Concluding Remarks, Rachael Helen Banes, Andreas Rhoby

Voies, routes et chemins

Appel à communications:

Questes a l’immense plaisir de partager l’appel à communication pour le prochain séminaire portant sur le thème « Voies, routes et chemins » organisé par Donatien GuéganCharlotte Guionneau et Flavie Simiz.

« Il ne tint qu’a vostre perisse,

Dont il fault que l’ame perisse,

Quant du bon chemin hors se boute

Et qu’il ne tient la droicte route

Et le sentier espiritable

De la grant joie pardurable [1]»

Dans son « Miroir de mariage », le poète Eustache Deschamps († 1404-1405) manie avec adresse l’ambiguïté sémantique des termes routes, voies et chemins : au Moyen Âge, ce sont par des voies bien diverses que se déversent des flots d’étrangers dans les campagnes du royaume de France. D’abord, bien entendu, par les voies terrestres, qui serpentent au-dessus des montagnes, au fond des vallées ; mais aussi par les voies fluviales qui sillonnent avec aisance entre les accidents du territoire, descendues avec le courant et remontées avec des bêtes par les chemins de halage ; ou encore par les voies maritimes qui longent les côtes ou traversent les espaces marins, menant jusqu’à la Manche ou la Méditerranée. La route médiévale prend de multiples formes et transforme tout type d’espace, y compris les plus inhospitaliers, en un lieu de fréquentation humaine.

Évoquant la paresse, ennemie du voyageur, Eustache Deschamps a donc bien conscience des efforts consentis par les hommes et les femmes qui prennent la route, mais aussi des efforts de ceux qui font la route, l’entretiennent, la gardent ou la convoitent. Cette paresse ennemie, c’est celle que ne connaissent pas les marchands lombards et leurs cinquante ânes chargés de chaudrons en étain qui passent les Alpes pour les foires chaudes au péage savoyard de Montmélian ; c’est celle que disent combattre les urbains du nord de la France ou de l’Italie quand essaime le mouvement des flagellants en 1349. Car traversant villes et campagnes, entre les arbres ombragés, l’air frais et le sol caillouteux, le voyageur abandonne ses paysages visuels, sonores et olfactifs connus pour se glisser dans la peau d’un homme autre, un homme « en mouvement », détaché pour un temps d’un quotidien marqué par des mobilités de courtes distances et par la fréquentation de lieux et de temporalités connus[2]. Emprunter la route, au Moyen Âge, c’est accepter une remise en question complète de ses habitudes, adopter un mode de vie contraint par les aléas des grands chemins, voire se mettre ouvertement en danger – par manque de nourriture, difficultés d’orientation ; en raison de la qualité variable des voies empruntées, des frais importants dus aux différentes taxes et nombreux péages ; de la présence inquiétante de brigands et de vagabonds ; et plus largement par l’implication d’une confrontation à un « autre », qui s’exprime par un parler différent et utilise d’autres monnaies et d’autres objets du quotidien. En conséquence, des espaces d’intersection entre ces différentes réalités se construisent pour pallier ces difficultés : les étapes de voyageurs se succèdent, et, avec elles, réseaux d’hospitalités, auberges douteuses et hôtels de compatriotes.

La route dicte sa loi – et cette loi dessine une dimension particulière et distincte pour les hommes et les espaces, privés ou publics, qui se plient à son joug. Plus les espaces se quadrillent de voies, de routes et de chemins, plus les mondes médiévaux se transforment et esquissent un monde constamment articulé autour du  mouvement, des mobilités et de la question épineuse des voies de communication : comment et quand les construire ? par qui ? à qui appartiennent-elles ? comment les entretenir – matériellement et financièrement ? qu’est-ce qu’une route, une voie, un chemin ? qu’est-ce qu’ « emprunter la route » et se mesurer à un quotidien autre, bercé d’odeurs, de sensations et de sons parfois très différents de l’ordinaire ? Car derrière l’aspect crucial et d’abord platement matériel de la route, de son financement et des matériaux qu’elle nécessite, s’esquisse le voyageur, dont le vêtement, les habitudes, le mode de vie et le ressenti sont forgés par la toute-puissance de la route, créant par cela une véritable « identité » du voyageur, de l’homme en mouvement – on croise sur les chemins marchands, pèlerins, chevaliers en route vers un tournoi, combattants nombreux et bruyants, mercenaires, soldats de l’ost ; mais aussi diplomates passant d’un espace à un autre afin de négocier un traité[3], clercs sur le chemin des conciles[4], ou même des rois en itinérance sillonnant les territoires pour mieux se les approprier[5]. Cette identité, elle peut être de langue, dépassant les royaumes, et l’on reste français à Chypre ou en Irlande, de même que l’on est étranger à vingt lieues de chez soi[6]. Emprunter la route transforme tout homme et toute femme en confrontant un regard propre à une faune, une flore ou des modes d’habiter parfois diamétralement opposés à ce qu’il ou elle connaît. Cette nébuleuse d’hommes et de femmes en mouvement s’articule étroitement avec des problématiques de puissance et des dynamiques profondément concurrentielles entre les groupes et les individus : quiconque contrôle la route contrôle le territoire dont elle dépend, une donnée cruciale dans un Moyen Âge traversé par la lente émergence de l’État ; quiconque trace la route sur une carte ou à travers les broussailles s’approprie un espace parfois rétif à la mainmise humaine.

            La construction, l’entretien puis l’emprunt des différentes voies de communication par une multitude d’acteurs parfois marqués par une forte émulation représente donc le premier des axes que pourront explorer les participants du séminaire au cours de leur intervention ; un second sens s’y greffe, bien plus allégorique : dans un monde aussi fortement marqué par une approche « textuelle » du réel, c’est-à-dire qui tend à lire les réalités des temps matériels comme allégorie de celles des temps spirituels, la route se pare d’une myriade d’interprétations et de sens différents[7]. La voie terrestre entraîne ceux qui la foulent vers une seconde voie, cette fois spirituelle, ce qui contribue à fonder une véritable anthropologie de la route : la route « fait » celui qui l’emprunte. Elle est initiatique et fait office de rite de passage pour les jeunes chevaliers : comment obtenir la maturité et la pureté de cœur nécessaires à l’adoubement d’un bon chevalier, sans avoir été formé par l’action de la route ? Qu’est-ce, pour les étudiants, que la peregrinatio academica, c’est-à-dire le fait de passer d’un lieu d’étude à un autre, et d’expérimenter la liberté et l’insouciance qu’offre un espace soumis à d’autres règles que les espaces du quotidien ? Enfin, comment se construit la peregrinatio Dei, la marche vers Dieu et le Salut pour tout chrétien de l’Occident médiéval, qui prend la forme du pèlerinage – le chemin parcouru physiquement faisant office de symbole du chemin de pénitence parcouru par l’âme du pécheur[8] ? La route de la Terre Sainte, ce « sentier espiritable » dont parle Eustache Deschamps, est d’abord un chemin de rédemption. Routes et chemins deviennent alors une composante indispensable à l’élaboration d’un système de pensée et d’un imaginaire particuliers – vivre, est-ce emprunter le chemin tracé par Dieu pour tout homme ? Dans cette perspective, toute vie, dans la Chrétienté, est conçue comme un itinéraire spirituel mené, à la fois individuellement et collectivement, par chacun et chacune dans l’espoir d’emprunter la route du Salut. La route s’esquisse alors à la fois comme un lieu concret, avec ses caractéristiques matérielles et son mode d’habiter propres, un espace de transit et de connexion entre deux espaces concrets et le fondement-même de toute existence humaine. Il s’agit de questionner cette polysémie sémantique et de répondre à l’interrogation suivante : en quoi les routes, voies et chemins se distinguent-ils comme un espace particulier ?  

Ce séminaire se voulant pluridisciplinaire, les participants seront enfin invités à considérer les routes, voies et chemins dans leurs représentations, et les questions plus spécifiquement littéraires ou artistiques que posent ces dernières. A l’étude historique de la matérialité des routes, on pourra ainsi adjoindre la question des moyens de leur représentation. Les routes, voies et chemins font avant tout le lien entre deux espaces géographiquement et socialement définis : sont-ils aussi des lieux en soi, supports d’invention et dignes de description et figuration ? Quel vocabulaire, quelles techniques sont employés pour les évoquer ? Comment sont transcrites, à l’écrit ou picturalement, les sensations du voyageur, et comment lui-même est-il décrit ? On pourra se demander, plus largement, comment la mention des routes (ou leur absence), ainsi que les moyens de transports qui y sont utilisés, structure l’imaginaire géographique des œuvres, et le rapport à l’espace qu’elles traduisent : ainsi la nef enchantée qui conduit Partonopeu de Blois à la fée Melior, dans l’empire byzantin, offre-t-elle peut-être une alternative fictionnelle et compensatoire à la longue route semée d’embûches qui conduit les croisés vers l’Orient, et dont la Conquête de Constantinople de Robert de Clari donnera un aperçu quelques décennies plus tard (encore aurait-on pu attendre, dans cette dernière, une description plus fournie du voyage accompli !). Sur toutes ces questions, les apports de la « géocritique », qui a donné lieu à de nombreuses études en littérature depuis la fin des années 1990, se montreront utiles.

« Leurs préparatifs achevés, les deux frères prirent la route avec les messagers d’Alau. Ils chevauchèrent une année entière, par vent du Nord et par vent Grec, avant d’atteindre leur but. En chemin, ils virent bien des merveilles et découvrirent bien des choses singulières. »[9]

La route, qui est le lieu par excellence du décloisonnement et favorise par-là toutes sortes de péripéties, traverse par ailleurs, et sans surprise, la plupart des genres littéraires médiévaux : l’errance est à la source de l’aventure chevaleresque, les héros des romans idylliques se mettent en route pour échapper à la crise familiale, sociale et politique que déclenche leur amour, les fabliaux trouve dans l’arrivée de voyageurs les ressorts de situations grotesques, la littérature allégorique, rejoignant le deuxième axe évoqué plus haut, utilise abondamment l’image du cheminement… on pourra donc s’interroger – rejoignant là plutôt ce que l’on pourrait appeler « géopoétique »[10] – sur le traitement différencié de la question par chaque genre, ou à l’inverse sur la façon dont l’imaginaire spatial entraîne une codification littéraire. L’étude des rencontres dont les voies de circulation se font le cadre devrait offrir à ce titre des pistes intéressantes : la route, en tant que lien géographique, est aussi un liant social, qui met en rapport des populations cloisonnées ailleurs (voir par exemple le rôle souvent commenté des marchands dans le Guillaume d’Angleterre), ce qui n’est pas sans effet sur l’(in)détermination générique des œuvres. Le même type de questions pourra être posé dans l’art : par un phénomène d’ « artialisation », soit de passage du pays vécu au paysage contemplé[11], la multiplication des représentations de voies de communications contribue par exemple à l’invention du « paysage » dans les œuvres d’ Ambrogio Lorenzetti († 1348) , c’est-à-dire un espace digne d’admiration et source d’émotions paysagères pour le voyageur. La route devient ainsi progressivement un objet de représentation, tout en contribuant sans doute réciproquement à modifier les paradigmes de création littéraire et artistique dans lesquels elle s’inscrit.

           Enfin, les participants pourront s’interroger sur la route, les voies et les chemins comme contextes de production et de diffusion des œuvres littéraires et artistiques. On se rappelle ainsi le mot célèbre de Joseph Bédier qui, s’intéressant aux origines de la chanson de geste dans les Légendes épiques, déclarait qu’« au commencement était la route »… sans revenir sur un débat qui a déjà longtemps occupé la critique, certaines propositions pourront se pencher sur la façon dont l’itinérance a pu jouer sur la production des œuvres, des manuscrits, ainsi que sur les évolutions linguistiques que connaît la période.

Conditions de soumission

Cet appel à communication s’adresse aux étudiantes et étudiants de master et de doctorat ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, limitées à une demi-page et à une courte bibliographie, seront accompagnées d’une mention du sujet de mémoire et/ou de thèse, et de l’institution de rattachement. Elles devront être envoyées aux organisateurs à questes.routes@gmail.com pour le 13 décembre 2023. Les présentations auxquelles elles donneront lieu dureront vingt minutes et seront exposées au cours de l’une des quatre séances du séminaire, qui se tiendront les 12 janvier, 2 février, 15 mars et 16 avril 2024 à la Maison de la Recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, Paris VIe). Une publication sous forme de recueil d’articles sera ensuite envisagée. Les candidates et candidats devront solliciter leur laboratoire ou leur école doctorale pour la prise en charge des frais de déplacement ; en cas de difficulté pour le transport ou l’hébergement, les personnes concernées peuvent néanmoins écrire aux organisateurs et organisatrices.


[1] Eustache Deschamps, Le Miroir de mariage, c.1385-1403, 236.

[2] L’importance des paysages sonores et du ressenti des hommes médiévaux a été particulièrement traitée dans le recueil suivant : Hablot, L.. et L., Vissiere. (dir. ), Les Paysages sonores du Moyen Âge à la Renaissance, Rennes, PUR, 2016.

[3] Voir par exemple Queller, D., Office of Ambassador, Princeton University Press, 1967 ; Jugie, P., « L’activité diplomatique du cardinal Gui de Boulogne en France au milieu du xivsiècle », dans Bibliothèque de l’école des chartes (145, 1), 1987, p. 99-127 ; Charansonnet, A., « Du Berry en Curie, la carrière du cardinal Eudes de Châteauroux (1190 ?-1273) et son reflet dans sa prédication », dans: Revue d’histoire de l’Église de France (t.86, n°216), 2000. p. 5-37

[4]  RAPP, F.. « Les synodes diocésains en France au Moyen Âge », dans Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française : Défis ecclésiaux et enjeux politiques ?, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2010. ; MÉHU, D., « Réflexions pour une analyse structurelle du voyage pontifical aux xie et xiie siècles », dans Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge : XLe Congrès de la SHMESP (Nice, juin 2009), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2010

[5] Bove, B., Salamagne, A. et C. Zum Kolk (dir.). L’Itinérance de la cour en France et en Europe : Moyen Âge – xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021.

[6] Dutour, T., La France hors la France. L’identité avant la nation, xiie-xve siècle,. Paris, Vendémiaire, 2022.

[7] Ce sens allégorique est d’abord d’origine biblique : « Préparez les chemins du Seigneur, rendez droit les sentiers, tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline sera abaissée, les passages tortueux seront redressés, les chemins rocailleux aplanis… » (Lc 3, 4-6).

[8] Ả l’image, par exemple, du Pèlerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville.

[9] Marco Polo, Livre des Merveilles du Monde, éd. critique de François Avril et Marie-Hélène Tesniere, Renaissance du Livre, Tournai, 1999, p.10.

[10] Pour les différentes façons d’appréhender l’espace en littérature, voir la typologie que fait Michel Collot dans Collot, M., « Pour une géographie littéraire », dans Kremer, N. (dir.), Le Partage des disciplines, Fabula-LhT (8), 2011 [en ligne : https://fabula.org/lht/8/collot.html (dernière consultation: le 05 Octobre 2023)].

[11] Briffaud, S., « De l’invention” du paysage. Pour une lecture critique des discours contemporains sur l’émergence d’une sensibilité paysagère en Europe. », Compar(a)ison: an international journal of comparative literature, 1998, p. 35-56.

Malfante l’Africain

Vient de paraître:

Malfante l’Africain. Relire la “Lettre du Touat” (1447)

éd. François-Xavier Fauvelle, Benoît Grévin, Ingrid Houssaye Michienzi, Turnhout, Brepols, Global Perspectives on Medieval and Early Modern Historiography, vol. 2, 2023.

Présentation:

En 1447, Antonio Malfante, un marchand génois, adresse une lettre en latin depuis Tamentit dans l’oasis saharienne du Touat (actuelle Algérie). Il y décrit la région et livre des informations sur le Sahara et l’Afrique subsaharienne. Dans une perspective d’histoire globale, ce livre explore tous les aspects d’une source exceptionnelle qui relie trois mondes interconnectés : celui des marchands italiens rayonnant en Méditerranée occidentale ; celui des routes sahariennes, du Maghreb à Tombouctou ; celui des royaumes, sociétés et cités de l’Afrique subsaharienne. Une approche interdisciplinaire revisite ce texte fameux. L’analyse philologique corrige nombre d’erreurs présentes depuis la première édition-traduction (La Roncière, 1919), et présente les interactions linguistiques (latin, italien, arabe…). La contextualisation dans l’histoire du commerce transcontinental du xve siècle renouvelle la compréhension de la démarche de Malfante et de ses relais africains. L’analyse africaniste de sa description du Sahara et de l’Afrique subsaharienne lève un voile sur le Nord-Ouest de l’Afrique à une époque de raréfaction des sources écrites. Enfin, une lecture historiographique du texte met en relief les présupposés colonialistes qui ont accompagné sa découverte. Combinant histoire textuelle, commerciale et africaine, cette relecture du « voyage de Malfante » présente une histoire globale euro-africaine, entre christianisme, islam et animisme, entre recherche de profit, description anthropologique et construction d’une image de l’autre.

Table des matières:

Liste des illustrations

Remerciements

Liste des abréviations

Usages orthographiques et règles de translittération suivies dans cet ouvrage

Introduction. La “Lettre du Touat”: nécessités d’une relecture

Chapitre 1. La lettre de Malfante dans son contexte. Environnement manuscrit, langue, style

Chapitre 2. La « Lettre du Touat ». Editions et traductions

Chapitre 3. Antonio Malfante, un marchand génois entre mondes ibérique et africain

Chapitre 4. La « Lettre du Touat ». Commentaire

Conclusion

Bibliographie

Index des noms de lieux

Index des noms de personnes et de dynasties

Les auteurs