Archives de l’auteur : Christine Gadrat-Ouerfelli

À propos Christine Gadrat-Ouerfelli

Membre du Laboratoire d'Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (UMR 7298-CNRS), Christine Gadrat-Ouerfelli est spécialiste des récits de voyage médiévaux.

Entre réel et imaginaire : les animaux

Entre réel et imaginaire : les animaux dans l’histoire, l’art et la littérature à l’époque bourguignonne (XIVe-XVIe siècles)

Enghien, Château Empain, 24-27 septembre 2020
Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.)

En partenariat avec
– Fondation d’Arenberg
– Cercle royal archéologique d’Enghien
– Ville d’Enghien
– Hannonia – Centre d’information et de contact des cercles d’histoire, d’archéologie et de folklore du Hainaut

Avec le soutien de la Fondation pour la protection du patrimoine culturel, historique et artisanal (Lausanne).

Programme :

Jeudi 24 septembre

(8h00 : Comité exécutif)

Dès 9h00        Accueil des participants

09h30             Mot de bienvenue par les autorités de la ville

Réponse au nom du CEÉB par S.A.S le Duc Léopold d’Arenberg, Président du Centre

Communications (10h00-12h30)

Henri Simonneau (Toulouse), L’utilisation de la figure animale dans la propagande bourguignonne (XIVe-XVIe siècles)
Pause

Victorien Leman (Amiens), Maîtriser la Création : animaux et discours politique dans les résidences des ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge
François Duceppe-Lamarre (Arras), Ordonner le monde animal dans l’histoire bourguignonne. Exemple de cohabitation avec le sauvage dans la résidence ducale d’Hesdin sous Philippe le Hardi (1384-1404)
Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-17h30)

Paul Delsalle (Besançon), Le cheval, un acteur de l’économie du comté de Bourgogne et de la cité impériale de Besançon à l’époque de Charles Quint (1500-1558)
Claire Sicard (Tours), Figures équines dans Le Secret d’Amours de Michel d’Amboise (1542) et Le Tuteur d’Amour de Gilles d’Aurigny (1546)
Pause

Amandine Jelen (Tours), Le cheval, les chevaux et les hommes des livres équestres en Europe au XVIe siècle
Pierre-Henry Bas (Paris / Lille), Le cheval et l’animal dans les livres de combat (xive-xvie siècles) : entre réel et imaginaire
17h30-19h30  Réception offerte par S.A.S. le Duc d’Arenberg (sous réserve)
(Repas libre)

Vendredi 25 septembre

Communications (09h30-12h00)

Alain Marchandisse (Liège) et Bertrand Schnerb (Lille), Belle et ses amis. Le lévrier à la cour de Bourgogne sous Philippe le Bon
Julien Sohier (Bruxelles), L’histoire des chiens en milieu urbain entre le XIIIe et le XVIe siècle dans nos régions
Pause

Youssef Ngadi (Oujda), Les animaux dans le récit de voyage de Bertrandon de La Broquière
Alain Servantie (Bruxelles), La découverte des animaux d’Amérique

Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-17h00)

Anne Dubois (Louvain-la-Neuve), Du suppôt de Satan à gardien du foyer domestique : l’iconographie du chat dans les Pays-Bas bourguignons
Valérie Toureille (Cergy-Pontoise), Batailles dérisoires. Les duels entre chevaliers et escargots dans les marginalia à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles)
Pause

Danielle Quéruel (Reims), De la table à la scène : les oiseaux dans les entremets bourguignons
Maria Colombo (Paris / Milan), Animaux réels, animaux imaginaires dans le Dialogue des créatures (fin xve siècle) : nomenclature et iconographie

17h00-18h30  Présentation du Pavillon des sept étoiles et visite du parc d’Enghien, par Jean-Louis Vanden Eynde (Faculté d’architecture – Université catholique de Louvain)

20h00             Repas officiel du CEÉB

Samedi 26 septembre

Communications (09h00-12h30)

Jean-Christophe Blanchard (Nancy), Réalité animale et fantasmes princiers. L’exemple de la cour ducale lorraine (1473-1559)
Gabriel Redon (Paris), La présence de l’aigle impériale dans les sources littéraires italiennes du xive siècle
Pause

Dominique Delgrange (Paris), Le lion et le griffon. Le décor de la barrière construite devant le Palais Rihour, siège de la Gouvernance à Lille (1525)

Assemblée générale du CEÉB
Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-17h00)

Audrey Ségard (Lille), Quand les prisonniers invitent les animaux à venir leur tenir compagnie. Les graffiti animaliers sur les murs des prisons de la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècles)
Pierre Couhault (Paris), La poésie animalière de Nicaise Ladam (Grenade), héraut de Charles Quint
Pause

Christophe Bosteels (Enghien), Les thèmes animaliers dans les tapisseries d’Enghien au XVIe siècle
Louis-Donat Casterman (Tournai), Le dragon d’Adrien de Croÿ. Ou comment un attribut iconographique renvoie subtilement, sur des tapisseries aux armes, à une victoire militaire (1532)

17h30  Visite de la Fondation d’Arenberg et présentation de documents anciens (sous réserve)
(Repas libre)

Dimanche 27 septembre

09h30 Visites à Enghien (Fondation d’Arenberg + Maison Jonathas ; chapelle castrale ; église Saint-Nicolas / retable…)
12h00             Départ pour Lessines
12h30-14h00  Déjeuner à l’Hôpital Notre-Dame à la Rose
14h00             Visite de l’Hôpital

Secrétariat général
Université de Liège
Département des Sciences Historiques / Transitions. Unité de recherches sur le Moyen Âge & la première Modernité
Quai Roosevelt, 1B, B-4000 Liège

Investir la frontière

Nouvel appel à contributions pour la revue Frontière.s :

Investir la frontière

Date limite de soumission des articles complets : 20 décembre 2020

Coordination : Marine Lépée, Gaëlle Perrot

La frontière n’est pas seulement une limite ou une interface entre deux réalités. Elle constitue également un espace construit et organisé où s’investir ou à investir de manière plus ou moins pérenne. Pour ce quatrième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités d’appropriation de la frontière et ses formes d’occupation, en portant une attention particulière aux acteurs et aux dynamiques centres-périphéries.

La thématique pourra être abordée librement selon différentes approches :

  • investissement matériel : habiter ou aménager des espaces intégrés ou à la marge, investir des moyens financiers, humains, structurels
  • investissement territorial : maîtriser et étendre les limites d’un territoire religieux, agricole, étatique, etc.
  • investissement militaire : engager des forces militaires afin d’occuper/conquérir un espace ou une population
  • investissement symbolique : revêtir la frontière d’un droit, d’un pouvoir, d’une dimension honorifique, d’une juridiction, d’une identité territoriale ou nationale
  • investissement intellectuel : considérer une frontière ou un territoire frontalier comme un horizon de la connaissance, un espace à cartographier ou à explorer.

Calendrier

  • 20 décembre 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 mars 2021 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 avril 2021 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2021 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Migration histories

Vient de paraître:

Migration Histories of the Medieval Afroeurasian Transition Zone

Aspects of mobility between Africa, Asia and Europe, 300-1500 C.E.

éd. Johannes Preiser-Kapeller, Lucian Reinfandt et Yannis Stouraitis, Brill, 2020.

Présentation:
The transition zone between Africa, Asia and Europe was the most important intersection of human mobility in the medieval period. The present volume for the first time systematically covers migration histories of the regions between the Mediterranean and Central Asia and between Eastern Europe and the Indian Ocean in the centuries from Late Antiquity up to the early modern era.
Within this framework, specialists from Byzantine, Islamic, Medieval and African history provide detailed analyses of specific regions and groups of migrants, both elites and non-elites as well as voluntary and involuntary. Thereby, also current debates of migration studies are enriched with a new dimension of deep historical time.

En route pour le ciel

Effervescences Médiévales, plateforme collaborative et interdisciplinaire sur le Moyen Âge pour les chercheurs médiévistes, vous invite à participer à son second appel à publications. Les articles seront publiés sur notre site puis, à l’issue de la date butoir, compilés sous la forme d’une revue numérique en libre accès.

Pour son second appel à publications, l’équipe d’Effervescences Médiévales vous invite à soumettre un article sur le thème suivant : « En route pour le Ciel, le voyage spirituel au Moyen Âge ». À travers ce thème, nous invitons les jeunes chercheurs et chercheurs confirmés à réfléchir au voyage spirituel par la seule voie de l’esprit, en excluant tout déplacement physique. Votre contribution pourra traiter des axes suivants :

  • La préparation du voyage spirituel, les conditions morales et spirituelles requises.
  • Les différentes formes du voyage spirituel (rêve, extase, vision,…).
  • Les différentes voies d’accès au voyage spirituel (les airs, la musique,…).
  • Les différentes étapes du voyage spirituel.
  • La description des paysages visités.
  • L’identification des créatures célestes rencontrées comme les anges, les saints, les guides,…
  • Les émotions du voyageur.
  • L’enseignement du voyage spirituel.
  • Les perceptions olfactives et auditives du voyage spirituel.
  • Le retour du voyage spirituel.
  • Le souvenir du voyage spirituel.
  • Les bénéfices du voyage spirituel.
  • Les représentations du voyage spirituel dans l’art du Moyen Âge.

Votre contribution pourra également traiter de sujets adjacents en lien avec notre thématique de recherche. Dans une démarche interdisciplinaire, toutes les contributions de spécialistes travaillant sur le Moyen Âge sont attendues.

Vision du bienheureux Pierre de Luxembourg, Heures à l’usage de Paris, XVe siècle. Paris, Bibl. Mazarine, ms. 491, f. 244v.

 

Les articles seront publiés au fur et à mesure de leur soumission. Votre contribution est à envoyer à l’adresse suivante effervescencesmedievales@gmail.com jusqu’au 31 octobre 2020 inclus, accompagnée d’une courte biographie.

Pour les normes rédactionnelles, voir ici.

Dislocations

Vient de paraître:

Alfred Hiatt, Dislocations: Maps, Classical Tradition, and Spatial Play in the European Middle Ages, Turnhout, Brepols, coll. Studies and Texts 218, 2020.

Présentation:

In Europe, during the Middle Ages, classical Greek and Roman geography continued to provide the fundamental structure for knowing the world’s places and peoples. From encyclopedic compendia such as the Natural History of Pliny the Elder and its redaction in Julius Solinus’s Polyhistor to the works of canonical Roman poets such as Virgil, Ovid, and Lucan, the geographical content of antique texts invited study and explication.

Yet medieval authors well knew that classical spatial order, itself full of lacunae, only infrequently corresponded to their own reality. Dislocations: Maps, Classical Tradition, and Spatial Play in the European Middle Ages considers the ways in which medieval and, later, humanist geography absorbed and reinvented classical spatial models in order to address key questions of historical change, migration, and emerging national, regional, and linguistic identities.

Drawing on a wide range of literary texts, maps, and geographical descriptions – and utilising the ancient but now largely discarded scholarly genre of the dialogue – Dislocations argues that medieval spatial representation was complex and richly textured, whether in the form of a careful gloss in a manuscript of Lucan’s Civil War, or as the exuberant sexualized allegories of the fourteenth-century papal notary Opicinus de Canistris.

The book also explores a further kind of dislocation: the surprising connections between medieval geographical thought and twentieth- and twenty-first-century visual arts, including Dadaism and the remarkable Mappamundi Suite of the Gujarati artist Gulammohammed Sheikh. While past spatial orders may be relegated to obscurity, they just as often linger – in archives, memories, and ruins – to be retrieved and reanimated in revealing ways.

Catalan maps and Jewish books

Vient de paraître:

Katrin Kogman-Appel, Catalan Maps and Jewish Books. The Intellectual Profile of Elisha ben Abraham Cresques (1325-1387), Turnhout, Brepols, coll. Terrarum orbis 15, 2020.

Présentation :

This books describes the life of Elisa ben Abraham Cresques, known to many as the author of the Catalan Atlas, and focuses on the Jewish aspects of his fascinating career, his professional profile, and his scholarship.

This book presents a small chapter in the intellectual history of the Jews of Majorca. Its key figure is Elisha ben Abraham Bevenisti Cresques (1325–1387) a cartographer in the service of King Peter IV of Aragon and a scribe and illuminator of Hebrew books. Elisha Cresques’ career evolves at a point in time when some of the most fascinating threads of methodological interests relevant to intellectual history meet. He emerges as a hub, so to speak, where mapmaking converged with scribal work, miniature painting with scientific knowledge, and the culture of a minority with that of the majority. How he was able to negotiate his patron’s expectations and his own cultural identity and frame them within the political, cultural, and religious discourses of his time is the subject of this book.

Table des matières:

Preface
List of Illustrations
Introduction
1 Book Art for the Jewish Call – Charts for the Court
2 Collecting Books
3 Visualizing the Ecumene at Large
4 Filling in the Details
5 Political Space Between the Baltic Sea, the Atlantic and the Mediterranean
6 Imaging Islam in Africa and the Middle East
7 The Mongol Khanates
8 Mythical Space: Past and Future
Epilogue
Bibliography and Sources
Index

Dépasser la frontière

Le premier numéro d’une nouvelle revue en ligne, Frontière.s, revue d’archéologie, histoire et histoire de l’art, vient de paraître, sur le thème :

Dépasser la frontière

1, 2019, dir. Vincent Chollier et Gaëlle Perrot.

Parmi les contributions, une porte sur le Moyen Âge :

Nissaf Sghaïer, Les voyageurs occidentaux à la découverte de l’altérité musulmane au bas Moyen Âge

 

 

 

Matérialiser la frontière

Appel à contribution pour la revue Frontière.s, Revue d’archéologie, histoire et histoire de l’art :

Matérialiser la frontière

Date limite de soumission des articles complets : 20 juin 2020

Coordination : Mathilde Duriez, Cécile Moulin

Matérialiser une frontière c’est lui donner une réalité concrète. Souvent conçue comme visible et sensible, la frontière peut également se révéler intangible. Elle se manifeste alors à travers le regard et l’approche des chercheurs. La frontière peut être perçue comme barrière ou interface entre plusieurs espaces. Pour ce troisième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités de formalisation et de conception de la frontière. Les axes de recherches pourront alors appréhender :

  • Les éléments naturels et topographiques et les marquages particuliers utilisés pour rendre concrète une limite réelle (bornes, murs, sillons, fossés, portes…), abstraite ou symbolique : délimiter le monde des morts du monde des vivants, le sacré du profane, le domestique du rituel, etc.
  • Le recours à des agents pour réaliser ou maintenir une frontière.
  • Les représentations iconographiques et cartographiques ou les descriptions de la frontière, pour mieux percevoir un territoire souvent fluctuant au travers de ses limites.
  • L’utilisation des données matérielles dans le but de mettre en évidence des frontières culturelles, politiques, sociales et économiques entre différentes communautés.
  • Le processus de matérialisation et sa transformation dans le temps et l’espace.

Calendrier

  • 20 juin 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 septembre 2020 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 octobre 2020 : date de retour des versions corrigées
  • décembre 2020 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 20 juin 2020 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

L’objet monde

L’objet monde au Moyen Âge

Clôtures et mise en ordre dans les productions littéraires, iconographiques et architecturales

Argumentaire

Le monde médiéval (mundus), création divine, ordonnée et parfaite, se suffit du principe divin qui en règle le fonctionnement. Cette perfection du monde, inséparable de sa clôture et de son intégrité, semble aussi avoir été pensée comme principe de la création humaine.

Partant de réflexions sur le haut Moyen Âge, l’objectif de cette journée d’étude sera de suivre la pertinence, la survivance et peut-être l’effacement et le remplacement de ce schéma de pensée sur toute la période médiévale.

La pensée carolingienne présente de nombreux indices d’une analogie entre création divine et création humaine. Émerge ainsi la notion de clôture dans le monastère, qui va de pair avec la réflexion menée sur l’idéal monastique : en témoigne la généralisation de la Règle de saint Benoît et l’importance progressive qu’accorde le monachisme au cloître, mot dérivé de claudere. Si la clôture sépare le moine du siècle, elle le place par ailleurs dans un monde per se dont la totalité et l’harmonie sont symbolisées par la forme du bâti et l’espace que crée cette dernière, ordonné, réglé et tourné vers la louange de Dieu. Elle délimite un monde clos et autonome, image du monde paradisiaque : dans la clôture réside une totalité, la clôture s’extrayant ainsi du concept de frontière.

Continuer la lecture

Reliques et pèlerinages

Depuis 1998, le colloque de Paray-le-Monial réunit chaque année, en octobre, chercheurs, universitaires et professionnels du patrimoine autour de thèmes liés à l’histoire de l’art et à l’archéologie en Europe occidentale.

Thème de l’édition 2020 : Reliques et pèlerinages

IRHT_072808-p-1-672x372

Le corps, un vêtement, le tombeau, un peigne liturgique, la trace d’un pas … tout fait relique, directement ou par contact. Les reliques possèdent une puissance rémanente qui, en l’absence du saint dont elle est consubstantielle, répond aux vœux des pèlerins par une intercession salvatrice, des petits miracles du quotidien à la guérison miraculeuse d’un mourant. Dans leurs humbles prières, les fidèles n’hésitent pas à gratter subrepticement la pierre du tombeau saint pour en rapporter chez eux une poussière chargée de pouvoir. Et il arrive même qu’on gratte, dans un manuscrit, la figure d’un saint pour en récupérer la peinture comme un talisman ou un remède, à prendre mêlé à une boisson ou de la nourriture. L’édifice religieux qui abrite la relique se charge lui-même de cette puissance, à en être spontanément illuminé jour et nuit, comme le montre Venance Fortunat au VIe siècle pour la cathédrale de Nantes. Relique insigne dans la Gaule chrétienne, la chape que saint Martin a partagée avec un pauvre a donné aussi son nom à la petite église qui la contenait : la chapelle.

Insignes ou modestes, les reliques attirent des fidèles en demande de secours surnaturel. Dès lors qu’ils quittent leur habitation pour gagner l’église du saint, ils deviennent pèlerins. Ils inscrivent ainsi leur histoire personnelle dans le grand livre de l’humanité. Le pèlerinage est en effet le propre de l’homo viator, l’homme voyageur. Il est aussi l’image de la vie qui est parcourue du berceau au tombeau comme un chemin, et pour lequel il faut préférer un cheminement difficile et périlleux, gage d’un accès au Paradis, au parcours facile et voluptueux qui conduit, lui, en enfer. Aux grands pèlerinages qui ont structuré le monde chrétien – Rome, Compostelle, Terre Sainte – durant le Moyen Âge répondent aujourd’hui les itinéraires ressuscités de leur effacement, comme les Routes de Saint-Jacques, ou les créations contemporaines, comme la Via Columbani. Une nouvelle manière de se redécouvrir.

Les propositions d’articles et de posters peuvent concerner toutes les périodes mais doivent privilégier des sujets liés à l’Europe occidentale.

Modalités de soumission des articles (date limite : 30/06/2020)

  • Les articles seront rédigés en français et ils seront publiés sur le Carnet à partir d’octobre 2020. Le carnet possède un ISSN et est donc référencé dans le catalogue d’OpenEdition, le catalogue général de la BnF, WorldCat et ROAD.
  • Vous mentionnerez vos titre et organisme de rattachement.
  • Votre article contiendra 25 000 signes maximum (espaces compris) et 15 illustrations maximum.
  • Vous indiquerez la légende et l’auteur des illustrations (soyez vigilants sur les droits d’auteur). Toutes les illustrations devront être citées dans le texte comme suit : (fig. 5).
  • Les références bibliographiques apparaîtront en note sous la forme suivante :
    • Pour un ouvrage : Phalip, Bruno, Auvergne romane, Dijon, Faton, 2013.
    • Pour un article : Arlaud, Catherine, Burnouf, Joëlle, « L’archéologie du bâti existe-t-elle ? », Les nouvelles de l’archéologie, 1993, n° 53-54, p. 67-69.
  • Les articles étant destinés à une publication en ligne, nous vous remercions d’utiliser le système de double parenthèse pour les notes de bas de page. Dans votre texte, à l’endroit où vous souhaitez que l’appel de notes apparaisse, ouvrez une double parenthèse, puis écrivez votre note, puis fermez par une double parenthèse. Prenez soin de laisser un espace entre le texte et la première parenthèse ouvrante. Plus d’explications en suivant ce lien : https://maisondescarnets.hypotheses.org/533
  • Votre proposition sera envoyée par voie électronique, sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer. Les illustrations seront envoyées aux formats jpg ou png.
  • Date limite de soumission : 30 juin 2020.
  • Adresse pour l’envoi : anelise.nicolier@orange.fr
  • La liste des membres du comité de lecture se trouve sur ce Carnet, dans l’onglet “Comités”.

Modalités de soumission des posters (date limite : 30/06/2020)

Les posters seront exposés à l’occasion du colloque de Paray-le-Monial, le 3 octobre 2020.

Une maquette graphique est imposée afin d’uniformiser l’exposition, et l’Association des Amis de la Basilique se charge de l’impression des posters. Chaque poster contiendra :

  • Vos nom, prénom, photo.
  • Votre adresse mail, si vous le souhaitez.
  • Un titre (100 signes max. espaces compris).
  • Une introduction précisant le contexte et les problématiques de votre recherche (450 signes max. espaces compris).
  • Un paragraphe intitulé “Méthodologie” présentant les méthodes mises en oeuvre pour mener vos travaux (1700 signes max. espaces compris).
  • Un paragraphe “Résultats” soulignant l’apport de votre recherche (1250 signes max. espaces compris).
  • Quatre illustrations avec leur légende et la mention de l’auteur.
  • Le logo de votre institution de rattachement (université, école, laboratoire).

Votre proposition sera envoyée par voie électronique, sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer. Les illustrations, votre photo et le logo seront envoyés aux formats jpg ou png. Date limite de l’envoi : 30 juin 2020. Adresse de l’envoi : anelise.nicolier@orange.fr

Les mondes normands dans les savoirs géographiques et les récits de voyages (IXe-XVIe siècle)

Appel à contribution de la revue Tabularia :

Les mondes normands dans les savoirs géographiques et les récits de voyages

(IXe-XVIe siècle)

La littérature géographique et les récits des voyageurs peuvent apporter des informations fort intéressantes sur des régions données : villes, fleuves, côtes, activités humaines (chasse, pêche, commerce, vie des sociétés), faune et flore. De plus, ces témoignages nous renseignent fort utilement sur la connaissance de ces régions distantes dans des pays ou des cultures éloignés, et donc de comprendre comment ces mondes y étaient perçus. L’objet de ce dossier thématique se propose donc d’explorer les sources géographiques à propos des mondes normands au sens large : la Scandinavie bien évidemment mais aussi les espaces où s’établirent les vikings aux VIIIe-XIe siècles et les territoires qui ont été sous domination normande en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée aux XIe-XIIe siècles.

Par exemple, le récent ouvrage de Jean-Charles Ducène (L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, CNRS éd., 2018) montre l’étendue des connaissances perses et arabes sur le Nord de l’Europe, qui apportent des informations précises sur les villes, les régions, la faune, par exemple sur la chasse à la baleine. Si le Livre de Roger d’Idrisi est un exemple bien connu de ce savoir géographique, parfois très précis, d’autres – et pas uniquement issus d’auteurs arabophones – sont à explorer. Ainsi, dans un article récent, Pierre Bouet (Raoul Tortaire, « Mon voyage en Normandie », Tabularia, 2017, DOI : 10.4000/tabularia.2813), rapporte le récit en vers d’un moine de l’abbaye de Fleury (Saint-Benoit-sur-Loire) qui dresse un tableau vivant de la ville de Caen et décrit de façon précise une chasse à la baleine sur la côte normande, informations très rares dans la littérature des xie et xiie siècles. Dans une autre contribution parue dans notre revue en 2016 (DOI : 10.4000/tabularia.2236), Benoît Humbert s’est interrogé sur les «  Voyages en Russie et définition des marges du monde scandinave dans les fornaldarsögur ».

Ce dossier envisage une chronologie large, de la période carolingienne aux « Grandes découvertes (IXe-XVIe siècle) et une gamme étendue de textes : itinéraires, récits ou guides de voyages ou de pèlerinage, descriptions géographiques incluses dans des œuvres narratives (chroniques, hagiographies, sagas…), littérature encyclopédique, récits de croisades, relations d’ambassadeurs et de missionnaires, guide et correspondances des marchands, récits d’explorateurs, voire même de voyageurs imaginaires. L’objectif est de s’interroger sur la part des connaissances nouvelles et celle des emprunts, la circulation des savoirs géographiques, leur mise en œuvre dans les textes, la mise en ordre des connaissances, les intentions qui guident les auteurs ou les commanditaires, les images véhiculées par les textes ; les illustrations (cartes, miniatures…) qui les accompagnent éventuellement.

L’exil au Moyen Âge

Un colloque, sur un type de déplacement qui, bien que forcé, constitue tout de même un voyage:

L’Exil au Moyen Âge, entre tourment et plénitude / Exile in the Middle Ages: from Torment to Plenitude

Angers, LÉMIC / Faculté des humanités-CIRPaLL
7 et 8 novembre 2019

Exil au Moyen Âge

Présentation:

Ce colloque a pour objectif de définir les divers aspects du concept de l’exil au Moyen Âge à travers les prismes du droit, de l’histoire, de la littérature, et de la linguistique.

Depuis la nuit des temps, l’expérience de l’exil a ponctué l’histoire humaine, qu’elle soit une expulsion forcée ou un isolement volontaire.

L’exil, une notion d’expulsion et d’errance
Si l’exil s’inscrit dans la dialectique de l’éloignement du pays natal, les chemins menant à la condition d’exilé sont pourtant divers et variés. Le mot exil doit en effet son origine à l’étymon latin exul, exsul « une personne bannie, proscrite de sa patrie ». Le préfixe ex qui signifie “hors de”, souligne l’exclusion d’un point de départ. Dans cette perspective, exul évoque à la fois la notion d’expulsion et celle d’errance.
Durant l’Antiquité, l’exil est devenu en droit romain le terme juridique approprié pour désigner le bannissement punitif. L’exercice du pouvoir reposait ainsi sur l’exécution d’une sentence légitime, une peine jugée “bien méritée” pour avoir enfreint la loi. Bien qu’une telle sentence épargnait la vie du coupable, la disgrâce de l’exil était vivement ressentie et souvent jugée pire que la peine capitale.

L’exil au moyen âge : châtiment ou liberté utopique ?
Si l’exil dans l’Antiquité revêtait maintes formes et fut souvent au cœur de la condition humaine, cela restait-il encore vrai à l’époque médiévale ? Comment l’homme du Moyen Âge concevait-il la notion d’exil ? Dans le système juridique, le concept de l’exil avait-il évolué de manière significative depuis l’Antiquité ? Était-il encore considéré comme le pire châtiment qu’on puisse infliger à un être humain ? Dans la sphère religieuse, l’expérience de l’exil était-elle synonyme d’un simple déplacement contraint et forcé, ou d’un éloignement intentionnel ? De quelle manière la littérature médiévale a-t-elle su explorer la condition de l’exil ?
Pour celui qui vivait en dehors des limites de la communauté, l’exil était-il une métaphore d’un asservissement psychologique ? Ou, au contraire, représentait-il un havre de paix où l’écrivain exilé pouvait pleinement se réaliser ? Est-il possible de penser l’exil comme étant la condition absolue de la liberté, ou tout du moins d’une liberté utopique, pour l’homme déraciné ?

Continuer la lecture

Le Grand Routier

Vient de paraître :

Le Grand Routier de Pierre Garcie dit Ferrande.

Instructions pour naviguer sur les mers du Ponant à la fin du Moyen Âge

dir. Michel Bochaca et Laurence Moal, avec une préface de Jean-Luc Van den Heede, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, coll. Histoire, 496 p.

Le Grand Routier (imprimé en 1520) permet d’approcher les savoirs empiriques des marins de l’Atlantique à la fin du Moyen Âge, avant le développement de la navigation astronomique. Avec une boussole et une ligne de sonde pour seuls instruments, Pierre Garcie explique la manière de longer les côtes du Ponant et de traverser la Manche ou le golfe de Gascogne. Pragmatique et pédagogue, il accompagne ses explications de dessins d’amers qui font de son routier une œuvre unique à l’époque. Avec l’aide d’une équipe internationale, Michel Bochaca et Laurence Moal font redécouvrir Le Grand Routier 500 ans après sa première édition.

4e de couverture:

COMMENT naviguaient les marins le long des côtes atlantiques de l’Europe à la fin du Moyen Âge ? S’adressant aux navigateurs chevron-nés ou non, aux esprits curieux du monde de la mer comme aux amateurs d’histoire maritime, ce livre apporte des réponses à travers l’étude d’instructions nautiques rédigées en 1483-1484 par Pierre Garcie dit Ferrande, maître de navires de Saint-Gilles-sur-Vie, et imprimées en 1520 sous le titre de Grand Routier.Avec une boussole et une ligne de sonde pour seuls instruments, Pierre Garcie explique la manière de longer les côtes du Ponant et de traverser la Manche ou le golfe de Gascogne. Pragmatique et pédagogue, il accompagne ses explications de dessins d’amers qui font de son routier une œuvre unique à l’époque.Au moment où la victoire de Jean-Luc Van den Heede dans la Golden Globe Race (29-01-2019) a attiré l’attention sur la navigation « à l’ancienne », Le Grand Routier permet d’approcher des techniques plus vieilles encore et oubliées des historiens : les savoirs empiriques des marins de l’Atlantique à la fin du Moyen Âge, avant le développement de la navigation astronomique.Avec l’aide d’une équipe internationale, Michel Bochaca et Laurence Moal font redécouvrir Le Grand Routier 500 ans après sa première édition. Alliant la passion de la recherche avec celle de la mer, ils entraînent le lecteur dans le sillage d’un maître de navires de la fin du xve siècle au gré de nombreuses illustrations qui donnent tout son sens au texte de Pierre Garcie.

Sommaire:

Étude historique

  • Du manuscrit au livre imprimé (vers 1480-vers 1530)
  • Les techniques de navigation
  • La navigation sur les mers du Ponant vue par un marin français

Édition critique

  • Édition du Grand Routier
  • Atlas nautique
  • Répertoire des noms de lieux et glossaire des termes nautiques et maritimes