Archives de catégorie : Actualités

Nomination savante, nomination populaire

Les 24 et 25 novembre 2017, se tiendra au CESCM – Poitiers, une journée d’étude organisée par Stéphane BOISSELLIER et Nathalie BOULOUX:

Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

Argumentaire :

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

La formation des territoires fait appel à des processus plus complexes mais plus accessibles documentairement, parce qu’ils impliquent une volonté collective, souvent concentrée et exercée par des autorités politiques. En ce qui concerne le nom propre de ces territoires, c’est le plus souvent un lieu particulièrement notable, déjà nommé donc obéissant aux mécanismes susdits, qui est choisi comme éponyme pour désigner la totalité du territoire, dont il constitue d’ailleurs souvent le « chef-lieu » ; le problème du « choix » est donc secondaire.

Mais ces territoires s’inscrivent dans un maillage de l’espace plus ou moins systématique, mis en oeuvre par les autorités ; ils sont donc désignés aussi par un nom commun qui constitue une catégorie administrative (baillage, wilaya…). A priori, c’est la culture savante des milieux dirigeants qui préside au choix des vocables désignant les circonscriptions administratives – et plus encore pour les « territoires imaginaires » servant aux géographes à découper l’espace rationnellement et abstraitement.

Toutefois, la culture populaire peut jouer un rôle jusque dans la nomination générique des espaces, et ceci de deux façons. Tout d’abord, il existe des entités spatiales en étendue qui sont quasiment inconnues des autorités (les « quartiers » agricoles ou résidentiels au sein d’un terroir, ou les « pays » issus de vieilles divisions, notamment tribales, disparues auxquels les usagers restent attachés) ; certes, ces « territoires » n’ont pas un contenu politique, au sens institutionnel, et ne maillent pas forcément l’espace de façon exhaustive. Mais c’est plus encore par l’usage des différentes catégories de territoires (même dûment désignées par les autorités) que les populations peuvent intervenir : quand ils s’adressent à un notaire ou répondent à un enquêteur (ou encore quand des auteurs les font parler de façon réaliste, comme dans les fabliaux), les gens du peuple inscrivent leur vie dans un territoire officiel mais vécu (la paroisse, le hisn), aux dépens des circonscriptions plus abstraites (fiscales, militaires) ou trop grandes imposées par le pouvoir, lesquelles sont sur-représentées dans la documentation écrite et donc
dans l’esprit des historiens…

Continuer la lecture

Islands in the West

Vient de paraître :

Matthias Egeler, Islands in the West : Classical Myth and the Medieval Norse and Irish Geographical Imagination, Turnhout, Brepols, 2017 (Medieval Voyaging, 4).

Présentation :

This monograph traces the history of one of the most prominent types of geographical myths of the North-West Atlantic Ocean: transmarine otherworlds of blessedness and immortality. Taking the mythologization of the Viking Age discovery of North America in the earliest extant account of Vínland (‘Wine-Land’) and the Norse transmarine otherworlds of Hvítramannaland (‘The Land of White Men’) and the Ódáinsakr/Glæsisvellir (‘Field of the Not-Dead’/‘Shining Fields’) as its starting point, the book explores the historical entanglements of these imaginative places in a wider European context. It follows how these Norse otherworld myths adopt, adapt, and transform concepts from early Irish vernacular tradition and Medieval Latin geographical literature, and pursues their connection to the geographical mythology of classical antiquity. In doing so, it shows how myths as far distant in time and space as Homer’s Elysian Plain and the transmarine otherworlds of the Norse are connected by a continuous history of creative processes of adaptation and reinterpretation. Furthermore, viewing this material as a whole, the question arises as to whether the Norse mythologization of the North Atlantic might not only have accompanied the Norse westward expansion that led to the discovery of North America, but might even have been among the factors that induced it.

Table des matières :

Acknowledgements

Introduction

Chapter 1: North-Western Europe: Scandinavia, Ireland, and the Land of the Living

Chapter 2: The Classical Mediterranean: Rome, Greece, and the Islands of the Blessed

Chapter 3: Eastern Roots?

Chapter 4: Continuity, Interaction – and Westward Expansion?

Appendix: Beyond History

Bibliography

Index

 

Tiens bien la route !

Tel est le titre d’un colloque portant sur les

Routes, agglomérations et territoires antiques et médiévaux

Les deux journées seront consacrées à la route antique et médiévale et à ses rapports avec le territoire comme organismes vivants. Une attention spécifique sera dédiée aux nouveaux instruments et aux nouvelles méthodes de recherche et de publication, dans la continuité de la Table Ronde Internationale « La Route Antique et Médiévale : nouvelles approches, nouveaux outils », organisée à Bordeaux le 15 Novembre 2016.

Cet événement et la publication des actes s’inscrivent dans le programme d’innovation et de recherche de l’Union Européenne Horizon 2020 – Bourse Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 660763, avec le soutien de la Fédération Aquitania et dans le cadre du LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux (LaScArBx) et de l’Initiative d’Excellence de l’Université de Bordeaux (IdEx). Continuer la lecture

Prendre la route II

Le 11 décembre 2017 se tiendra la deuxième journée d’étude Prendre la route, organisée à Paris 8 par Boris Bove et Claudia Moatti.

Programme :

09h30 Boris Bove et Claudia Moatti (Université de Paris 8) : Introduction

10h00 Sylvie Crogiez-Pétrequin (Université François-Rabelais – Tours) : Les bénéficiaires du cursus publicus : des privilégiés ?

11h00 Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 5189) et Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome – HiSoMA UMR 5189) : Mobilités, accueil et hiérarchies sociales dans l’Occident romain antique IIIe s. av. J.-C. – Ve apr. J. -C.

12h00 Catherine Vincent (Université Paris Nanterre) : La circulation des pèlerins au Moyen Âge XIIIe – XVe siècle

13h00 Déjeuner

14h30 Elodie Capet (Université de Paris 8) : Migrer pour travailler : l’exemple de la ville de Perpignan au XVe siècle

15h30 Nicolas Verdier (EHESS) : La poste aux lettres au XVIIIe siècle : la domination de la route ?

16h30 Juliette Bourdin (Université de Paris 8) : Tous égaux devant la piste ? Organisation sociale, démocratie et justice sur les pistes de l’Ouest américain dans les années 1840

 

Astrolabes in Medieval cultures

Le dernier numéro de la revue Medieval Encounters (23, 2017) est consacré aux astrolabes.

Table des matières:

Josefina Rodriguez-Arribas, Charles Burnett et Silke Ackermann : Astrolabes in Medieval Cultures

Silke Ackermann : Introduction Hic Sunt Dracones – Astrolabe Research Revisited

Johannes Thomann : Astrolabes as Eclipse Computers : Four Early Arabic Texts on Construction and Use od the Safîha Kusûfiyya

Josefina Rodriguez-Arribas : The Astrolabe Finger Ring of Bonetus de Latis : Study, Latin text and English Translation with commentary

Emilia Calvo : Some Features of the Old Castilian Alfonsine Translation of ‘Alî Ibn Khalaf’s Treatise on the Lamina Universal

Flora Vafea : From the Celestial Globe to the Astrolabe Transferring Celestial Motion onto the Plane of the Astrolabe

Petra G. Schmidl : Knowledge in Motion : An Early European Astrolabe and Its Possible Medieval Itinerary

Sreeramula Rajeswara Sarma : A Monumental Astrolabe made for Shâh Jahân and Later Reworked with Sanskrit Legends

Miquel Forcada : Saphaeae and Hay’ât: The Debate between Instrumentalism and Realism in Al-Andalus

Laura Fernandez Fernandez : Astrolabes on Parchment : The Astrolabes Depicted in Alfonso X’s Libro del saber de astrologia and their Relationship to Contenporary Instruments

John Davis : Fit for a King : Decoding the Great Sloane Astrolabe and Other English Astrolabes with « Quatrefoils » Retes

David A. King : European Astrolabes to ca. 1500 : An Ordered List

Taro Mimura : Too Many Arabic Treatises on the Operation of the Astrolabe in the Medieval Islamic World : Athîr Al-Dîn al-Abharî’s Treatise on Knowing the Astrolabe and His Editorial Method

Günther Oestmann : Changing the Angle of Vision: Astrolabe Dials on Astronomical Clocks

Azucena Hernandez : Astrolabes for the King : The Astrolabe of Petrus Raimundi of Barcelona

Giorgio Strano : A New Approach to the Star Data of Early Planispheric Astrolabes

Les utopies scientifiques au Moyen-Âge et à la Renaissance

Colloque qui aura lieu du 6 au 8 novembre 2017 à l’Université Paris-Est Créteil et à l’EPHE Paris :

Les utopies scientifiques au Moyen Âge et à la Renaissance

Présentation :

Le colloque  réunira des historiens des sciences, de la médecine et des techniques et des spécialistes de philosophie du Moyen Âge et de la Renaissance autour d’une notion, « l’utopie scientifique », définie comme la projection imaginée et rationalisée d’un phénomène naturel, de son explication ou d’une réalisation technique au-delà des capacités effectives de la connaissance scientifique alors disponible, cet écart étant explicitement ou implicitement assumé par le savant lui-même.

Ainsi comprise l’utopie scientifique comprend non seulement des idées de réalisations hors de portée (inventions extraordinaires, perfectionnement du corps…), mais aussi des hypothèses ou des semblants de solutions qui franchissent expressément les limites assignées au cadre scientifique alors en vigueur (expériences de pensée dans des mondes hypothétiques, concepts sans contenus mais présentés comme des solutions définitives…).

Continuer la lecture

A la rencontre de l’Autre au Moyen Âge

Vient de paraître :

À la rencontre de l’Autre au Moyen Âge, In memoriam Jacques Le Goff. Actes des premières Assises franco-polonaises d’histoire médiévale, Philippe Josserand et Jerzy Pysiak (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2017, 246 p.

Présentation de l’éditeur :

Les textes réunis ici aident à mieux saisir la figure de l’« autre » à travers le Moyen Âge. Ils s’attachent, en développant des perspectives temporelles, thématiques, géographiques et culturelles variées, à interroger ce qui distingue et ce qui unit, ce qui fait que le « nous », parfois, est un « autre » – aujourd’hui comme hier – et que l’« autre » résonne en « nous », participant de nos appartenances et servant de façon décisive à les forger.

Marco Polo Research : Past, Present, Future

Un colloque va se tenir les 10 et 11 octobre prochains à Tübingen :

Marco Polo Research : Past, Present, Future

Programme :

Tue, 10.10.2017

8:00 Welcome Address by Prof. Dr. Jürgen Leonhardt, Dean of the Faculty of Humanities, University of Tübingen

Introduction Hans Ulrich Vogel, Ulrich Theobald

8:15-9:15 Past Researches, Current Work, and Future Investigations on the «Devisement du monde» of Marco Polo, Philippe Ménard

Coffee Break 9:15-9:45

  1. «Le Divisement dou monde»: Transmission and Stylistic Issues of the Text(s)

[Chair: Helen Wang]

9:45-10:15 The Textual Transmission of the «Devisement dou monde»: Old Problems and New Insights, Alvise Andreose

10:15-11:40 On the Way to an Integral Edition of the Book of Marco Polo: A First Attempt to Create a Digital Version, Eugenio Burgio, Mario Eusebi, Samuela Simion

Continuer la lecture

Écrire le voyage au temps de ducs de Bourgogne

Date : Jeudi 19 et vendredi 20 octobre 2017
Lieu : Université du Littoral – Côte d’Opale (ULCO), Amphithéâtre de visioconférence, 220, avenue de l’Université, 59379 Dunkerque
Organisateurs : Jean Devaux (ULCO), Matthieu Marchal (Lille) et Alexandra Velissariou (ULCO) – Unité de recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (H.L.L.I.), EA 4030
Présentation : Situé dans la droite ligne des rencontres internationales organisées à Dunkerque depuis 2005 autour de la littérature française de Bourgogne, ce colloque vise à mieux appréhender le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage. L’on voudrait s’y attacher prioritairement au genre du récit de voyage qui, dans les villes des Pays-Bas comme à la cour des ducs, gagna bien vite la faveur des élites bourguignonnes : pèlerins, diplomates, soldats ou marchands, ces voyageurs écrivains apportent pour beaucoup une contribution originale à ce mode spécifique de narration où l’homo viator dévoile son identité à mesure qu’il dépeint le monde qu’il découvre. L’on s’appliquera en outre à mettre en lumière les liens subtils que ce genre littéraire entretient tout à la fois avec la littérature romanesque et la production historiographique qui s’épanouissent alors en terre bourguignonne et réservent une place non négligeable à l’écriture du voyage, imaginaire ou réel. Conçue dans une perspective interdisciplinaire, aux confins de l’histoire littéraire et de l’histoire culturelle, cette problématique, à laquelle aucune étude de synthèse n’a été consacrée jusqu’à ce jour, devrait ainsi permettre de porter un regard neuf sur cet aspect encore trop méconnu de la littérature du siècle de Bourgogne.

Continuer la lecture

Les objets du voyage, le voyage des objets

Appel à communication pour une journée d’études, le 10 novembre 2017 à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines:

Les objets du voyage, le voyage des objets

Culture matérielle et représentations du Moyen Âge au Grand Tour

Argumentaire :

Sous l’influence des « Cultural studies », les études relevant de la culture matérielle ont connu un renouveau considérable ces dernières années. Dans le sillage de l’ouvrage de Richard A. Goldthwaite, The Empire of Things: Consumer Demand in Renaissance Italy (1987) ou de celui, entre autres, de Daniel Roche pour la période moderne, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVIIe- XIXe siècles), (1997), les objets de la vie quotidienne ont été analysés comme des facteurs clés pour comprendre l’évolution de la société ou les changements économiques.Tandis que bon nombre d’études ont privilégié le monde des objets dans leur cadre domestique (Marta Ajmar et Flora Dennis (eds), At Home in Renaissance Italy, London, 2006) et se sont penchées sur la thématique de la consommation pour éclairer le comportements des élites, cette journée d’étude se propose d’élargir la perspective, de franchir le seuil de la demeure et de s’aventurer sur les chemins européens  afin de considérer la place des objets dans la construction de l’identité culturelle du Moyen Âge à l’aube du Grand Tour. Les analyses porteront sur les objets matériels et immatériels envisagés dans un contexte spatio-temporel et montreront dans quelle mesure les commodités ou raretés participent à la fabrique du voyage.

Envisager le voyage au prisme des objets comporte une double approche selon que l’on considère le chemin aller ou retour du pèlerin ou du voyageur, les objets qu’il emporte ainsi que ceux qu’il rapporte de ses pérégrinations. Aux questions relatives à l’acquisition en amont d’objets utiles au voyage (habits, guides, cartes, lettres de recommandation etc…) viennent se greffer celles du désir, du goût et du plaisir qui se superposent à l’image du voyage perçu dans sa double acception de traversée et labeur (« travel » et « travail » en anglais). Quels sont donc les objets dont se munissent les voyageurs, ceux qu’ils découvrent et décrivent dans leurs récits, ceux qu’ils reçoivent et ceux qu’ils rapportent, soit par choix personnel, soit dans le but de fournir des preuves tangibles de leurs périples ? Certains de ces objets sont attendus par la communauté d’origine, telles les enseignes des pèlerins, coquilles Saint-Jacques ou fragments de relique, d’autres présentent un caractère plus singulier, telles la paire de chaussures érigée en trophée par le voyageur Thomas Coryate à la fois au sein de ses Crudities et dans l’église de son village d’Odcombe. Tandis que l’inquiétante étrangeté du voyageur cède progressivement la place à sa stupidité dans l’espace narratif et théâtral élisabéthain, le cure-dent devient l’un des attributs les plus cités dans les représentations de la période. Dans la comédie shakesperienne As You Like It, le personnage de Jacques livre une définition organique de sa mélancolie qui prend sa source dans les choses vues au détour de ses voyages (« …extracted from many objects, and indeed the sundry contemplation of my travels », IV,1, 13). L’étude des idiosyncrasies rhétoriques des voyageurs permettront de dresser un inventaire patrimonial des artefacts discursifs mis en œuvre dans l’espace textuel.

Continuer la lecture

Itinérances maritimes en Méditerranée

Les 12 et 13 octobre 2017, aura lieu à Toulon et à Marseille, le colloque :

Itinérances maritimes en Méditerranée, du Moyen Âge à la première modernité

Argumentaire :

Le colloque aborde le thème de l’itinérance en l’appliquant de manière privilégiée à l’espace maritime de la Méditerranée dans toute son étendue et toutes ses cultures, du Moyen Âge à la première modernité. Il rend compte des modalités, des enjeux des circulations de personnes autour des ports du bassin méditerranéen, dans leur dimension historique comme imaginaire. Les communications s’appuient sur un corpus varié de textes (récits de voyage, pèlerinages, hagiographies, récits de vie, registres officiels, lettres, témoignages, iconographie, documents d’archive, traités, poésie, littérature narrative) et de langues (arabe, français, italien, espagnol, anglais…) et se situent au carrefour de la littérature, l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie.

La construction de cet espace, à la fois réel et mental, s’appuie sur la mobilité de personnes forcée (exil politique et religieux), l’errance (sans destination précise) comme l’itinéraire planifié (commercial, militaire, politique, diplomatique), les transferts culturels et la symbolique de la mer.

Continuer la lecture

Les voyages de Jean de Tournai

Les éditions de récits de pèlerinages ne sont pas si fréquentes que cela. On doit donc saluer la publication du volume suivant :

LE RÉCIT DES VOYAGES ET PÈLERINAGES DE JEAN DE TOURNAI 1488-1489

Édité par Béatrice Dansette et Marie-Adélaïde Nielen

4e de couverture :

Après les années 1450, de nombreux voyageurs occidentaux naviguent depuis Venise vers Jérusalem pour gagner leur salut, malgré les plus grands périls. Leurs récits de pèlerinage, constituant un important corpus, sont de précieux témoins des liens existant depuis le ive siècle entre l’Europe et la Terre sainte.

Un marchand de Valenciennes, Jean de Tournai, en pèlerinage de 1488 à 1489 vers Rome, Jérusalem et Saint-Jacques de Compostelle, nous a laissé une relation de ses voyages mouvementés, riche de renseignements sur les régions qu’il traverse et la montée de l’individualisme qui caractérise cette époque pré-humaniste. En cette fin du XVe siècle, son texte, très vivant et précis, traduit également les bouleversements que connaissent l’Occident et le Proche-Orient et les rapports très conflictuels entre les Turcs ottomans, récents maîtres de Constantinople, et les puissances européennes, qui redoutent de ne pouvoir endiguer le flot turc.

Paris, CNRS Editions, coll. Sources d’histoire médiévale, 2017.