Archives de catégorie : Actualités

Pour une histoire des cartes locales

Pour une histoire des cartes locales en Europe au Moyen Âge et à la Renaissance

Sous la direction de Juliette Dumasy-Robineau, Camille Serchuk et Emmanuelle Vagnon, Paris, éditions Le Passage, 2022.

Résumé

L’ouvrage est le fruit de travaux présentés à l’occasion de l’exposition « Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen Âge et Renaissance » (Archives nationales, 2019), qui montrait, pour la première fois, l’ampleur du corpus des cartes locales produites en France entre 1300 et 1600. Les contributions (en anglais et en français) réunies ici élargissent la réflexion à l’ensemble des pays européens pour proposer les premières pistes d’une histoire comparée de ce phénomène, qui constitua une étape déterminante de l’histoire de la cartographie.

Textes de Nathalie Bouloux, Axelle Chassagnette, Léonard Dauphant, Catherine Delano-Smith, Juliette Dumasy-Rabineau, Judith Förstel, Samantha Frénée, Étienne Hamon, P. D. A. Harvey, Thomas Horst, Gaël Lebreton, Françoise Michaud-Fréjaville, Rose Mitchell, Sébastien Nadiras, Armelle Querrien, Camille Serchuk, Christophe Speroni, Raphaële Skupien, Emmanuelle Vagnon.

Frühmittelalterliche Mobilität

Internationale Tagung International conference:

Frühmittelalterliche Mobilität Interdisziplinäre Zugänge
Early medieval mobility Interdisciplinary approaches

Heidelberger Akademie der Wissenschaften, 2830. September 2022

Organisation: Dr. Laury Sarti, Historisches Seminar, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg

Kontakt: laury.sarti@geschichte.uni-freiburg.de

Das vormoderne Reisen war mit vielerlei Fragen und Ungewissheiten verbunden, ähnlich wie auch jeder Versuch, die frühmittelalterliche Mobilität aus heutiger Sicht zu untersuchen. Im September 2022 wird im Rahmen der Akademiekonferenzen 2022 der Heidelberger Akademie der Wissenschaften eine Tagung stattfinden, die sich zum Ziel setzt, im interdisziplinären Austausch neue Zugänge und Methoden zur Untersuchung frühmittelalterlicher Mobilität zu ergründen indem Potential und Grenzen möglicher Herangehensweisen diskutiert werden sollen. Hierbei kommen sowohl historische (Netzwerkanalyse, Prosopographie) und archäologische (Grabbefundanalyse, Landschaftsarchäologie) als auch naturwissenschaftliche Methoden (historischen Geologie, digitale Landschafts und Wegerekonstruktion, Analyse von Strontium Isotopen, Multiisotopische Untersuchungen, DNAAnalyse, Paläoklimatologie) zur Sprache. Wie lassen sich die Rahmenbedingungen von Mobilität und das Wissen das Reisenden zur Verfügung stand erschließen? Inwiefern lassen sich die Motive und Notwendigkeiten hinter der Mobilität durch Netzwerkanalysen besser nachvollziehen und ergänzen? Welche Möglichkeiten bieten naturwissenschaftliche Herangehensweisen und die anhand modernster Methoden erworbenen Daten? Ein besseres Verständnis für die Rahmenbedingungen frühmittelalterlicher Mobilität ermöglich es nicht zuletzt die individuellen sowie kollektiven Leistungen, die mit jeder Form des Austauschs oder Konnektivität verbunden war, in ihrem Gesamtkontext zu erfassen.
***

Premodern travel was associated with all sorts of questions and uncertainties, just like any attempt to examine early medieval mobility from today’s perspective. In September 2022, a conference will be held at the Heidelberg Academy of Sciences and Humanities which intends to explore new approaches and methods for investigating early medieval mobility from an interdisciplinary perspective and by discussing the potential and limits of possible new approaches. The aim is to discuss historical (network analysis, prosopography), archaeological (grave analysis, landscape archeology) as well as methods related to the natural sciences (historical geology, digital landscape and path reconstruction, analysis of strontium isotopes, multiisotopic studies, DNA analysis, paleoclimatology). What means do we have to study the conditions of mobility and the knowledge of travelers? How do network analyses allow us to study the motives and necessities behind mobility? What possibilities do scientific approaches and the data acquired using related methods and means offer? A better understanding of the conditions of early medieval mobility should allow us to appreciate more fully the individual and collective achievements that were associated with every form of early medieval exchange or connectivity.

PROVISIONAL CONFERENCE PROGRAMME

28th September 2022
14:0014:30 Laury SARTI (Freiburg),
Welcome and introduction

14:3016:30 Section I: Travel and Exchange
Marco CRISTINI (Tübingen), Exotic gifts and learned envoys. Sixthcentury cultural diplomacy on the move

Shigeto KIKUCHI (Tokyo), Motivations for travels in the Carolingian age

Christoph MAUNTEL (Tübingen), Waiting. On a hitherto neglected dimension of early medieval mobility

17:0019:00 Section II: Mobility in the material evidence
Mateusz FAFINSKI (Berlin/Tübingen), The textual infrastructure of mobility in the postRoman west. Charters, letters, manuscripts

Tobias GÄRTNER (Halle), Keramik und Migration im frühen Mittelalter. Interpretationsversuche der Archäologie

Orsolya HEINRICHTAMASKA (Leipzig), Mobilität von Objekten? Archäologische Zugänge am Beispiel der frühmittelalterlichen Fundkomplexe von Kunbábony und Malaja Pereščepina

29th September 2022
8:3010:30
Section III: Travel Landscape and Climate
Rüdiger GLASER (Freiburg), Klimatische Reisebedingungen im Mittelalter

Pierre FÜTTERER (Magdeburg): GIS als Mittel zur Analyse mittelalterlicher Raumstrukturen

Wouter VERSCHOOFVAN DER VAART (Leiden), Using automated detection and citizen science to reconstruct medieval travel landscapes

11:0012:30 Section IV: Infrastructure and digital Reconstruction
Irmela HERZOG (Bonn), Issues in reconstructing past movement patterns based on known old roads

Anna SWIEDER (Halle), Vergessene Pfade Das Potenzial von LiDARDaten zur Erfassung alter Straßen und Wege in mittelalterlichen Kulturlandschaften

14:3016:00 Section V: Interregional mobility and network
Michel SUMMER (Dublin), The mobility of clerics between Ireland, Britain and Francia (c. 640750). Preconditions, networks, strategies

Johannes PREISERKAPELLER (Vienna), Digital approaches towards mobility, migration and connectivity across medieval AfroEurasia. Networks, routes, circulations

16:3018:00 Section VI: Local mobility and society
Abel LORENZORODRÍGUEZ (Santiago de Compostela), South by northwest. Short distance exile and outlaws in Iberia during the early Middle Ages

Lucas MCMAHON (Princeton), Holding the lynchpin of Byzantine Italy. GIS approaches to local military mobility in the Duchy of Perugia

30th September 2022
08:3010:00
Section VII: Mobility and prosopography
Laury SARTI (Freiburg/Heidelberg),
Mobility as attested by the letters of the future Pope Gerbert of Aurillac
Russell Ó RÍAGÁIN (Belfast), Shifting patterns of mobility in the insular Scandinavian diaspora, c. AD 7901310.

10:3012:00 Section VIII: Sea voyages and orientation
Jan BILL (Oslo), Wikingerreisen auf hoher See und auf den Flüssen

Bart HOLTERMAN (Göttingen), Considerations about the mapping of sea routes for the premodern street map Viabundus (13501650)

12:1512:45 Final discussion

Rome 1450

Rome 1450. Capgrave’s Jubilee Guide : The Solace of Pilgrimes, éd. Peter J. Lucas, Turnhout, Brepols, coll. “Textes vernaculaires du Moyen Âge”, 2021.

Présentation:

A new edition, with modern English translation, of John Capgrave’s Solace of Pilgrimes, the ‘most ambitious description of Rome in the Middle Ages’.

The scene is Rome in the fifteenth century, Golden Rome, a magnet drawing pilgrims by its architectural attractions and the magnitude of its religious importance as the mother of faith. The Austin friar John Capgrave attended Rome for the Jubilee in 1450, including the Lenten stations, and his Solaceof Pilgrimes, intended as a guide for subsequent pilgrims, was written up following the author’s own pilgrimage. In three parts it covers the ancient monuments, the seven principal churches and the Lenten stations, and other churches of note, especially those dedicated to the Blessed Virgin Mary. The work has been described as the most ambitious description of Rome in Middle English. The present edition offers a new Text based on a transcription of the author’s holograph manuscript. Parallel with the Text there is a modern English Translation. The illustrations, mostly from a period slightly later than the 1450 Jubilee, aim to give some visual clue as to what Capgrave saw. There is a full account of the multiple sources that he used, most of which is the product of new research. Following the Text there is a Commentary that aims to provide some background information about the buildings and monuments that Capgrave focuses on, and to explain and illuminate any difficulties or points of interest in the Text. Capgrave is an omni-present guide leading us towards what he considered an appropriate interpretation of the classical past as a foundation for the Christian present, which built on it and surpassed it.

Constructing and representing territory

Constructing and Representing Territory in Late Medieval and Early Modern Europe

éd. Mario Damen et Kim Overlaet, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2021, 366 p.

Disponible en open access.

In recent political and legal history, scholars seldom specify how and why they use the concept of territory. In research on state-formation processes and nation building, for instance, the term mostly designates an enclosed geographical area ruled by a central government. Inspired by ideas from political geographers, this book explores the layered and constantly changing meanings of territory in late medieval and early modern Europe before cartography and state formation turned boundaries and territories into more fixed (but still changeable) geographical entities. Its central thesis is that assessing the notion of territory in a pre-modern setting involves analysing territorial practices: practices that relate people and power to space(s). The essays in this book not only examine the construction and spatial structure of pre-modern territories but also explore their perception and representation through the use of a broad range of sources: from administrative texts to maps, from stained-glass windows to chronicles.

Table des matières :

Acknowledgments
List of Figures and Tables

Constructing and Representing Territory in Late Medieval and Early Modern Europe: An Introduction (Mario Damen and Kim Overlaet)

Part 1 The Multiplicity of Territory

  1. Were There ‘Territories’ in the German Lands of the Holy Roman Empire in the Fourteenth to Sixteenth Centuries? (Duncan Hardy)
  2. Beyond the State: Community and Territory-Making in Late Medieval Italy (Luca Zenobi)
  3. Clerical and Ecclesiastical Ideas of Territory in the Late Medieval Low Countries (Bram van den Hoven van Genderen)
  4. Marginal Might? The Role of Lordships in the Territorial Integrity of Guelders, c. 1325-c. 1575 (Jim van der Meulen)

Part 2 The Construction of Territory

  1. Demographic Shifts and the Politics of Taxation in the Making of Fifteenth-Century Brabant (Arend Elias Oostindier and Rombert Stapel)
  2. From Knights Errant to Disloyal Soldiers? The Criminalisation of Foreign Military Service in the Late Medieval Meuse and Rhine Regions, 1250-1550 (Sander Govaerts)
  3. Conquest, Cartography and the Development of Linear Frontiers during Henry VIII’s Invasion of France in 1544-1546 (Neil Murphy)
  4. From Multiple Residences to One Capital? Court Itinerance during the Regencies of Margaret of Austria and Mary of Hungary in the Low Countries (c. 1507-1555) (Yannick De Meulder)

Part 3 The Representation of Territory

  1. Heraldry and Territory: Coats of Arms and the Representation and Construction of Authority in Space (Mario Damen and Marcus Meer)
  2. The Territorial Perception of the Duchy of Brabant in Historiography and Vernacular Literature in the Late Middle Ages (Bram Caers and Robert Stein)
  3. Imagining Flanders: The (De)construction of a Regional Identity in Fifteenth-Century Flanders (Lisa Demets)
  4. Mapping Imagined Territory: Quaresmio’s Chorographia and Later Franciscan Holy Land Maps (Marianne Ritsema van Eck)

Constructing and Representing Territory in Late Medieval and Early Modern Europe: A Conclusion (Mario Damen and Kim Overlaet)

Index

Ecrire le voyage au temps des ducs de Bourgogne

Vient de paraître:

Écrire le voyage au temps des ducs de Bourgogne
Actes du colloque international organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’Université du Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque)

éd. Jean Devaux, Matthieu Marchal, Alexandra Velissariou, Turnhout, Brepols (coll. Burgundica 33), 2021.

Situé aux confins de l’histoire littéraire et de l’histoire culturelle, cet ouvrage vise à mettre en lumière le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage.

Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l’Université Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 19 et 20 octobre 2017, le présent ouvrage vise à mieux appréhender le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage. Il s’attache en particulier au genre du récit de voyage qui, dans les villes des Pays-Bas comme à la cour des ducs, gagna bien vite la faveur des élites bourguignonnes : pèlerins, diplomates, soldats ou marchands, les voyageurs écrivains apportent pour beaucoup une contribution originale à ce mode spécifique de narration. Ce recueil d’études a par ailleurs pour objectif de mettre en lumière les liens subtils que ce genre littéraire entretient tout à la fois avec la littérature romanesque et la production historiographique qui s’épanouissent alors en terre bourguignonne et réservent une place non négligeable à l’écriture du voyage, imaginaire ou réel.

Table des matières:

Introduction
par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou

Première partie – Récits de pèlerins en pays bourguignon

Marie-Christine Gomez-Géraud: Lire le voyage à la fin du XVe siècle. Comment situer le Voyage de Bertrandon de la Broquière ?

Anne-Sophie De Franceschi: Y-a-t-il un récit de pèlerinage « bourguignon » ? L’appartenance bourguignonne comme jalon de l’expression de soi dans la littérature de pèlerinage

Béatrice Dansette: Le récit de Jean de Tournai et  la littérature bourguignonne de voyage à la fin du XVe siècle

Jaroslav Svátek: Le pèlerinage dans les Voyages et ambassades de Guillebert de Lannoy

Gilles Docquier: Homme de Loi, homme de Foi : le profil de Georges Lengherand à travers son récit de pèlerinage

Alexandra Velissariou: Escales dans les îles grecques en 1519 : le récit de voyage de Jacques Le Saige, marchand de Douai

Deuxième partie – Le genre viatique et l’écriture de l’histoire

Jean Devaux: La grande traversée et l’écriture viatique : les récits du second voyage d’Espagne de Philippe le Beau (1506)

Jonathan Dumont: Récit de voyage et culture politique dans les Anciens Pays-Bas. La Descripcion poetique de Rémi Dupuis, indiciaire de Bourgogne

Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb: Et pour aller devers le roy d’Aragon… Une relation de voyage du seigneur de Créquy et de Toison d’or (mai-octobre 1461)

Jacques Paviot: Les voyageurs « bourguignons » et l’expansion ibérique

Alain Servantie: Les missions turques des ambassadeurs impériaux et leurs prolongements artistiques (1533-1547)

Troisième partie – Écriture du voyage et récit de fiction

Danielle Quéruel: Des rivages de Troie aux confins du désert : les merveilles d’outremer dans le roman de Paris et Vienne

Marie-Madeleine Castellani: La Méditerranée et le voyage dans le Florimont en prose

Catherine Gaullier-Bougassas: Le voyage en Grèce de Louis de Gavre dans l’Histoire des seigneurs de Gavre : héritage antique et croisade, le grand oubli

Matthieu Marchal: Les voyages en mer dans Othovien, mise en prose bourguignonne de Florent et Octavien et de Florence de Rome

Stéphanie Bulthé: D’exils en retours : l’écriture du voyage dans le Roman de Gillion de Trazegnies

Zrinka Stahuljak: Les langues du voyage : le roman bourguignon et ses « fixeurs » méditerranéens

Elena Koroleva: Le voyage du héros antique dans la Fleur des histoires de Jean Mansel : Alexandre et Jason au service du projet bourguignon

Catherine Emerson: Le retour au foyer dans les Cent Nouvelles nouvelles bourguignonnes

Bibliographie

Illustrations couleurs

 

Séminaire Locus 2021-2022

LOCUS

Séminaire organisé par Emmanuelle Vagnon, Geneviève Bührer-Thierry, Hélène Noizet et Juliette Dumasy-Rabineau

Séances salle Perroy, le vendredi de 10h à 13h. Sorbonne, entrée 14 rue Cujas, galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 2e étage.

locus

26 novembre
Valérie Theis
– ENS-PSL (IHMC)
« La place du lieu dans la géographie administrative de la papauté, XIIe-XIVe s. »

21 janvier
Pierre-Yves Laffont
– Université Rennes 2 – UMR 6566 CReAAH
« L’armorial de Guillaume Revel (XVe s.) et ses possibles apports à une archéologie des formes de l’habitat durant le second Moyen Âge. »

18 mars
Nicolas Perreaux
– Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – LaMOP
« Les lieux et le territoire : entités spatiales et mentions toponymiques dans les chartes européennes »

13 mai
Julie Richard Dalsace
– Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – LaMOP
« “Nam Asia locus est”. Les lieux des mappemondes dans les manuscrits du haut Moyen Âge. »

Lucie Ecorchard – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – LaMOP
« Les lieux de justice parisiens à la fin du Moyen Âge. Structures, usages et symboliques. »

Frontières spatiales, frontières sociales

Vient de paraître:

Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge

LIe Congrès de la SHMESP, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021 (Histoire ancienne et médiévale). 376 p.

L’étude des frontières est contemporaine de la naissance de la discipline historique et de l’émergence des États-nations. Bien que la frontière ne soit pas une notion proprement médiévale, elle est cependant un thème classique des études sur le Moyen Âge. À la fois prégnant et souvent insaisissable, cet objet a été envisagé dans une optique comparatiste, en considérant les limites entre pouvoirs ou entre cultures, les divisions administratives, mais aussi les zones frontalières, de l’Angleterre à l’Empire mongol, de la Saxe aux terres valenciennes ou castillanes et à l’Iran. Sans négliger l’étude des espaces qui délimitent des aires d’exercice de pouvoirs et contribuent à la construction des territoires, les auteurs s’attachent à une histoire sociale, à des échelles variables, du quartier urbain à l’empire.

Ce volume présente les résultats des échanges du 51e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, tenu virtuellement à Perpignan malgré les restrictions d’accès aux archives et aux bibliothèques. Rassemblant les travaux d’historiens confirmés et de chercheurs plus jeunes, il dresse un panorama des frontières spatiales et des frontières sociales des mondes latin, byzantin et musulman. Ces choix permettent de mettre l’accent sur les modes de construction des frontières à travers des prismes variés : les processus, les outils et les lieux qui rendent visible la frontière, les actions qui la définissent et construisent les territoires.

Table des matières

Dominique Valérian, Avant-propos

Stéphane Boissellier et Lucie Malbos, Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge. Rapport introductif

Rendre visible la frontière

Éva Collet, Tracer la frontière juridique entre Byzance et l’Islam (Nord du Bilād al-Šām, iie-ve siècle h/viiie-xie siècle)

Camille Rhoné-Quer, Ériger les cours d’eau en frontières. Ṭabarī (839-923) et les confins iraniens, entre héritages mythiques et écriture de l’histoire impériale islamique

Marc Suttor, Définir et rendre visible une frontière fluviale. Le cas de la Meuse moyenne du xiiie au xvie siècle

Juliette Dumasy-Rabineau, Les cartes perdues des frontières de Bourgogne au milieu du xve siècle

Laurence Leleu, Frontières spatiales et frontières mentales de la Saxe (ixe-xie siècle)

 (Re)définition des frontières et territorialisation

Frédérique Laget, La construction d’une frontière maritime en Angleterre à la fin du Moyen Âge

Giovanni Stranieri, Les territoires locaux dans la Pouille méridionale du viie au xe siècle. Un reflet de la frontière de Byzance en Adriatique ?

Simon Hasdenteufel, L’empereur au-delà du fleuve. La construction d’un territoire politique dans l’Empire latin de Constantinople (1204-1213)

Simon Berger, Mingghan et tamma. L’administration nomade des frontières dans l’Empire mongol au xiiie siècle

Romain Saguer, Consolidation ou disparition des frontières ? Les comtés de Roussillon et de Cerdagne après la chute de la Couronne de Majorque (seconde moitié du xive siècle)

 Simon Dorso, Délimiter le territoire. Réflexions le long de la frontière du royaume de Jérusalem (Galilée, xiie-xiiie siècle)

Sociétés de frontière

Olivier Marin, L’expérience de la frontière au miroir du Liber de legationibus de Gilles Charlier (1433-1435)

Arnaud Lestremau, Ex paterno genere Danici. L’onomastique d’une société frontalière. L’exemple des Midlands aux xe-xie siècles

Josep Torró, La frontière médiévale comme processus d’appropriation. Quelques considérations concernant le cas ibérique au xiiie siècle : cuadrilleros, almonedas, suertes

 Tristan Martine, D’un royaume à l’autre. Frontières mouvantes et sociétés aristocratiques en Lotharingie méridionale (fin ixe-xe siècle)

 Damien Coulon, Pareurs de Perpignan au-delà des limites de la couronne d’Aragon et des frontières sociales

 Ingrid Houssaye Michienzi, Sarah Maugin et Claire Soussen, La frontière interconfessionnelle, un concept pertinent dans l’espace urbain de la Couronne d’Aragon des xiiie-xve siècles ?

Philippe Sénac, Conclusions

Résumés

 Abstracts

L’itinérance de la cour

Vient de paraître:

Boris Bove, Alain Salamagne, Caroline zum Kolk (dir.), L’itinérance de la cour en France et en Europe (Moyen Âge – XIXe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2021

Dès le Haut Moyen Âge, la cour de France observe une pratique qui frappe par son ampleur et sa persistance à travers les siècles : elle se déplace régulièrement d’une résidence à l’autre et traverse parfois le pays entier dans le cadre de grands voyages. Ce mode de vie a laissé des témoignages émerveillés des contemporains qui assistaient au passage d’un cortège dont la taille pouvait atteindre 14 000 personnes.

Peu étudiée, cette pratique du pouvoir est au cœur du présent ouvrage qui explore la mobilité royale sur le temps long et dans une perspective comparative. Il permet de mieux appréhender les effets de l’itinérance sur la vie politique et sociale ainsi que sur la cour royale qui en a été profondément marquée. L’histoire des déplacements est révisée grâce à une étude statistique inédite portant sur cinq siècles ; ses particularités émergent d’enquêtes dédiées à d’autres cours européennes et à la mobilité de grands courtisans.

En s’inscrivant dans la recherche sur les pratiques du pouvoir, les dix-huit études réunies dans cet ouvrage proposent un regard neuf sur une tradition indissociable de l’histoire politique française et européenne.

Table des matières :

Introduction, Caroline zum Kolk

La mobilité royale au prisme des itinéraires du roi (1180-1792), Boris Bove & Caroline zum Kolk

Les enjeux de l’itinérance

L’économie des voyages de la cour impériale d’Hadrien à Justinien, Sylvain Destephen

Un détournement des codes de l’itinérance carolingienne : les déplacements surveillés de Charles le Simple (927-929), Martin Gravel

L’impact économique de l’itinérance royale sous Philippe IV le Bel, Élisabeth Lalou

L’itinérance des rois et empereurs dans l’Empire, XIVe-XVe siècles, Pierre Monnet

Voyager et communiquer : les itinérances curiales viennoises au travers de la gazette de Vienne (1703-1780), Éric Hassler

L’itinérance des courtisans

Diplomatie et itinérance curiale. Cinq ambassades des rois d’Aragon en France (premier tiers du XIVe siècle), Stéphane Péquignot

Convergence ou divergence ? Le problème de l’itinérance de la cour royale et des représentants pontificaux en Hongrie (XIIIe – début du XIVe siècle), Gergely Kiss

La cour itinérante de Marguerite de France, comtesse de Flandre, d’Artois et de Bourgogne (v. 1310-1382), Jean-Baptiste Santamaria

Ippolito d’Este et l’itinérance curiale (1536-1549), Jean Sénié

Les conditions pratiques de l’itinérance

Recevoir la cour au château (1400-1550), Alain Salamagne

Les mobilités curiales en Hainaut, de Guillaume Ier d’Avesnes à Guillaume IV de Bavière, Ludovic Nys

L’itinérance des rois, reines et infants d’Aragon de la fin du Moyen Âge et la gestion administrative et comptable de leur consommation alimentaire, Alexandra Beauchamp

Des campements militaires aux « plaisirs » : la gestion des déplacements de la cour de France au XVIIe siècle, Bénédicte Lecarpentier-Bertrand

Brefs aperçus de l’itinérance de Louis XIV : horaires, logements, sustentation et locomotion, Christophe Levantal

La mobilité d’une cour sédentaire

Un outil : la carte-itinéraire de Versailles à Fontainebleau pour l’usage du jeune Louis XV en août 1724, Pascale Mormiche

Les échappées de Louis XVI. Itinérance curiale et mobilité royale (1774-1792), Benoît Carré

L’empereur voyage : l’itinérance curiale sous le règne de Napoléon III (1852-1870), Xavier Mauduit

Conclusions, Boris Bove

La terre plate

Vient de paraître:

Violaine Giacomotto-Charra et Sylvie Nony, La Terre plate. Généalogie d’une idée fausse, Paris, Les Belles Lettres, 2021, 280 p.

Cela reste un lieu commun de penser que le Moyen Âge a cru en une terre plate, par ignorance scientifique autant que coercition religieuse. Il aurait fallu attendre les navigateurs, Colomb ou Magellan, ou encore les astronomes modernes, Copernic ou Galilée, pour que les ténèbres se dissipent et qu’enfin la Terre devînt ronde.

Or, de l’Antiquité grecque à la Renaissance européenne, on n’a pratiquement jamais défendu et encore moins enseigné, en Occident, l’idée que la Terre était plate.

Violaine Giacomotto-Charra et Sylvie Nony s’attachent ici à retracer l’histoire de cette idée fausse et à essayer d’en comprendre la genèse. Elles nous proposent dans une première partie de lire avec elles les sources antiques, les Pères de l’Église mais aussi et surtout les manuels et encyclopédies rédigés tout au long du Moyen Âge et à la Renaissance et utilisés pour l’enseignement dans les écoles cathédrales puis dans les universités, à partir du XIIIe siècle.

Une seconde partie est consacrée à l’étude du mythe lui-même et s’interroge sur sa généalogie – sa genèse et son histoire – pour éclairer sur les causes de sa survie. Pourquoi, contre l’évidence même, continue-t-on d’affirmer que pour le Moyen Âge, la Terre était plate ?

Violaine Giacomotto-Charra est professeur d’histoire des savoirs et de langue et littérature de la Renaissance à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle est spécialiste de l’écriture et de la circulation des savoirs de la nature à la fin de la Renaissance.

Sylvie Nony est professeur agrégée de sciences physiques et chercheuse associée à l’UMR 7219 SPHere. Elle est spécialiste de la physique arabe médiévale et a produit notamment Les variations du mouvement, Abū al-Barakāt, un physicien à Bagdad (VIe/XIIe siècle).

Table des matières :

Introduction

Première partie. Construction et diffusion d’une science de la sphère

Chapitre I. L’établissement des théories antiques
Chapitre II. La circulation des savoirs autour de la Méditerranée
Chapitre III. La sphère en Occident, du haut Moyen Âge à la fin de la Renaissance

Deuxième partie. Histoire et enjeux d’un mythe
Chapitre I. L’invention de la Terre plate
Chapitre II. Un mythe peut en cacher un autre
Chapitre III. Comprendre le succès du mythe
Chapitre IV. L’entretien du mythe du XIXe au XXe siècle : petit florilège.

En guise de conclusion
Annexe
Bibliographie
Index des personnes citées

Geographical Mobility and Cultural Itineraries

Appel à contribution pour un colloque:

Geographical Mobility and Cultural Itineraries

During the Late Middle Ages

Universitat de Girona
20-22 April 2022

Western medieval civilization was a highly intertwined society. Following the 12th century, which saw the flourishing and the peak of a powerful civic and mercantile bourgeoisie, and the progressive increase of the laity’s training needs, various phenomena extended and increased the communications networks and routes that linked different territories of Western Europe. This included the proliferation of religious movements, the birth and development of the universities, and the appearance and consolidation of the mendicant orders. At the same time, power relations were reframed, economic, political, and military expansion projects promoted, and contacts with non-Christian communities and with other religious and cultural spaces intensified.

This congress seeks to take an interdisciplinary approach to a specific aspect of mobility: the relationship between the geographical routes and itineraries taken by texts, books, artworks, and, in their wake, cultural ideas and tendencies. It will give special consideration to the Occitan-Catalan area as the starting, middle, and final points of these journeys. To investigate this topic, the focus will be on figures who are often left on the margins of study: the intermediaries and agents responsible for the transfer culture. Oral accounts, music, written texts, and artworks were all physically and intellectually transported by agents who were often under the cover of anonymity; this includes scribes, translators, minstrels, cantors, artists, and patrons or promoters, but also other figures such as pilgrims, students, clerks, diplomats, and merchants. These all played a fundamental role in developing, disseminating, and circulating ideas, and encouraged cultural and intellectual mobility in Europe.

The congress aims to explore questions including, but not limited to, the following:

  • Which were the roads and routes followed by intermediaries? How did they travel and with whom?
  • Which were the cultural places (courts, monasteries and convents, schools, notarial offices, artistic and scribal workshops, etc.) through which these intermediaries passed? And how did these places evolve?
  • Can we define tendencies in the relation between the circulation of a certain kind of cultural product and existing routes?
  • What impact did the mobility and activities of different cultural agents have on these products?
  • Which contacts were established with cultural agents of different religions? To explore and discuss these questions invited lectures, a round table with specialists from different disciplines, and paper sessions are planned.

Call for papers: You are invited to submit a 20-minute-long paper in any Romance language or in English. Proposals must be emailed to the address congres.mobgic2022@gmail.com by the 23rd of December 2021, and must include:

  • author’s full name and institution
  • email address
  • paper title
  • abstract (maximum 2000 characters and 5 keywords)

The proposals will be evaluated by the scientific committee. The outcome will be notified by the organizing committee by the 30th of January 2022. The congress will be held on-site taking into account the health situation. If some of the participants are not able to assist due to restrictions on mobility to prevent the spread of the pandemic, they will be able to deliver their paper on-line.

Organizing committee

Francesc Tous (Universitat de Girona) – Coordinator
Anna Fernàndez-Clot (Universitat de Barcelona)
Marina Navàs (Universitat Rovira i Virgili)
Simone Sari (Universitat de Barcelona)
Camilla Talfani (Universitat de Girona – Université Paul-Valéry-Montpellier)

Scientific committee

Anna Alberni (Universitat de Barcelona)
Lola Badia (Universitat de Barcelona)
Alexandra Beauchamp (Université de Limoges)
Gerardo Boto (Universitat de Girona)
Joan Domenge (Universitat de Barcelona)
Sadurní Martí (Universitat de Girona)
Francesc Massip (Universitat Rovira i Virgili)
Yolanda Plumley (University of Exeter)
Anna Radaelli (Sapienza Università di Roma)
Albert Reixach (Universitat de Lleida)

Organizing institutions

Institut de Llengua i Cultura Catalanes – Universitat de Girona
Grup de Cultura i Literatura a la Baixa Edat Mitjana (Narpan) – Grup de Recerca Consolidat de la Generalitat de Catalunya (SGR 2017-00142)
Projecte «Cultura escrita cortés en la Corona de Aragón: materialidad, transmisión y recepción» – Universitat de Girona (Ministeri de Ciència i Innovació PID2019-109214GB-I00)
Projecte «Ioculator seu mimus. Performing Music and Poetry in Medieval Iberia» (MiMus) – Universitat de Barcelona (European Research Council, CoG 2017, grant agreement 772762)

Prier, combattre et voir le monde

Vient de paraître:

Svatek Jaroslav, Prier, combattre et voir le monde: Discours et récits de nobles voyageurs à la fin du Moyen Âge, Presses Universitaires de Rennes, coll. “Interférences”, 2021, 336 p.

couverture

Ce livre exhume la mémoire de quatre aventuriers dont les voyages se sont déroulés entre les années 1390 et 1450 : Ogier d’Anglure, Nompar de Caumont, Guillebert de Lannoy et Bertrandon de la Broquière. Pourquoi réunir ces quatre aventuriers dans un même livre ? Ensemble, ils embrassent les différentes formes du voyage nobiliaire et ils commencent à écrire eux-mêmes le récit de leurs voyages et posent les jalons d’un genre littéraire émergent.

Sommaire:

  • Les auteurs et leurs textes
  • Le pèlerinage des nobles à travers leurs récits de voyage
  • Le voyage comme un discours sur la noblesse et la chevalerie
  • Les projets de croisade dans les récits de voyage
  • L’image de l’Autre dans les récits des nobles de la fin du Moyen Âge

 

Viajes y viajeros en la Edad Media

Viajes y viajeros en la Edad Media,

éd. María Pilar Carceller Cerviño, Madrid, La Ergastula, 2021

Présentation :

Aunque la Edad Media pueda plantearse como una etapa llena de hándicaps por los limitados recursos con los que los hombres y las mujeres medievales contaban para sus desplazamientos, y los fines para emprender estos pudieran parecer reducidos, paulatinamente se van erradicando los muchos mitos que al respecto se han atribuido a este periodo histórico. Todos los trabajos recogidos en esta obra vienen a mostrarnos que la movilidad de los hombres y mujeres medievales era habitual, y nos descubren nuevas
razones e interpretaciones sobre la experiencia del viaje. Si bien sus motivaciones para viajar podían distar de las quenos mueven actualmente, y sus medios y conocimientos sobre el mundo que les rodeaba eran más limitados, ellos no dejaron de tener los mismos deseos o incluso las mismas necesidades de recorrer, de descubrir, de alcanzar, de ocupar y de soñar con nuevos lugares como nosotros.

Although the Middle Ages can be considered as a time full of handicaps due to the limited resources that medieval men and women had for their displacements, and their purposes for undertaking them may seem scarce, the myths about this historical period are being gradually eradicated. All the works collected in this book show us that the mobility of medieval men and women was common, and they reveal new reasons and interpretations about the experience of the journey. Although their motivations to travel could be different from those that move us today, and their resources and knowledge about the world around them were more limited, they did not stop having the same desires or even the same needs for to travel, to discover, to reach, to occupy and to dream of new places like us.

Table des matières:

Introducción
PRIMERA PARTE: LA EXPERIENCIA DEL VIAJE
Leer, escribir y viajar con libros en la Edad Media, José Luis GONZALO SÁNCHEZ-MOLERO
Molestias y peligros para los viajeros medievales: algunos testimonios y ejemplos, Pablo MARTÍN PRIETO
Una vida en el camino: el viaje diplomático y sus peligros, Óscar VILLARROEL GONZÁLEZ
Descubriendo Granada.El viaje de Jerónimo Münzer por la antigua capital del reino nazarí, Ana ESCRIBANO LÓPEZ

SEGUNDA PARTE: VIAJES REALES, VIAJES IMAGINARIOS
Esto yo non lo vi, pero dicho me fue: lo maravilloso y lo monstruoso en el relato de viajes bajomedieval, Pedro MARTÍNEZ GARCÍA
Los viajes en las causas de fe contra los judeoconversos en la Castilla de los Reyes Católicos, María del Pilar RÁBADE OBRADÓ

TERCERA PARTE: MUJERES VIAJERAS
Leonor de Castilla, princesa y reina viajera hasta su muerte, Ariadna COBOS RODRÍGUEZ
El periplo de Constanza de Castilla y de Catalina de Lancaster en la búsqueda de su legitimidad al trono castellano, María del Pilar CARCELLER CERVIÑO

CUARTA PARTE: VIAJAR PARA Y POR LA GUERRA
El establecimiento de la monarquía goda en la tarraconense: penetraciones, contactos y resistencias (siglo V), Carlos GARCÍA TORRESANO y Javier LLIDÓ MIRAVÉ
Viajar a la cruzada a mediados del siglo XIII: el testimonio de Joinville, Martín ALVIRA CABRER
De itinere cordis audacis: recorrido y explicaciones políticas del viaje del corazón del rey escocés Roberto I Bruce hasta la frontera granadina, Iván CURTO ADRADOS

QUINTA PARTE: OTROS PUEBLOS, OTRAS CULTURAS
El viaje en la era vikinga. Una aproximación, Carlos MOYA CÓRDOBA
Marco Polo, semuren de Qublai Khan, Antonio GARCÍA ESPADA 

Conclusiones
Resúmenes

Représenter et nommer la Grèce

Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec,

du XIVe au XVIe siècle

Journée d’études

1er oct. 2021 UNIVERSITÉ DE LILLE Campus du Pont-de-Bois Villeneuve d’Ascq https://alithila.univ-lille3.fr/

Programme :

9h30 : Accueil

9h45 – 10h15 : : Marilynn Desmond (Binghamton University) : « Trojan Typography and Fourteenth- century Cartographies of the Morea in the Matter of Troy »

10h30 – 11h00 : Pascale Mounier (Université Grenoble Alpes) : « La Grèce de Thésée d’après la Teseida de Boccace et ses adaptations françaises »

11h15 – 11h30 : pause

11h30 – 12h00: Georges Tolias (EPHE ; Fondation Nationale pour la Recherche Scientifique, Athènes) : « Penser et représenter la Grèce au XVe siècle »

12h15 – 14h15 : repas

14h15- 14h45 : Emmanuelle Vagnon-Chureau (CNRS- LAMOP) : « Cristoforo Buondelmonti et ses sources dans sa représentation de la Grèce »

15h00- 15h30 :

Nathalie Bouloux (Université de Tours) : « Sebastiano Compagni, géographe humaniste vénitien (et «ptoléméen») de la fin du XVe siècle début du XVIe s. et sa description de la Grèce »

15h45- 16h15 : Edith Mazeaud-Karagiannis ((Université de Strasbourg) : « Les évocations du Péloponnèse dans l’œuvre des voyageurs français de la seconde moitié du XVIe (Belon, Nicolay, Thevet) »

16h30 – 17h00 : Discussion

Voyage, altérités et réception de l’antique

Voyage, altérités et réception de l’antique

Colloque international du Centre de recherches interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM, Universités de Limoges et de Poitiers) et de l’Équipe d’Accueil Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC, E.A. 1087), Université de Limoges
Limoges, Faculté des Lettres et Sciences Humaines
30 septembre – 2 novembre 2021

Jeudi, 30 septembre, après-midi
FLSH, salle D 208

14h Accueil
14h15 Introduction thématique par François BRIZAY, Albrecht BURKARDT et Laurence
BERNARD-PRADELLE

Voyages guidés par la culture classique
Présidente : Cecilia d’Ercole
14h30 Laurence BERNARD-PRADELLE, Université de Limoges, La traversée des Alpes par
Leonardo Bruni Aretino et Poggio Bracciolini : une “historia peregrinationis” d’un nouveau genre à l’orée du Quattrocento ?
15h Christine GADRAT-OUERFELLI, CNRS, Aix-en-Provence, En cheminant avec Ptolémée : les voyageurs européens du XVe siècle et les géographes antiques
15h30 Frank LESTRINGANT, Sorbonne- Université, Paris, Ruines grecques et romaines dans les îles de la mer Égée, d’après le Grand Insulaire et Pilotage d’André Thevet (1588)

16h Discussion et pause-café
 16h30 Stefano PADERNI, Université de Messina, et Alessia ZAMBON, Université Paris-Saclay, À la recherche des frontières lucaniennes : Français, Britanniques et Italiens en
Calabre septentrionale (1778-1836)
17h Yves LIEBERT, Université de Limoges, Le voyage en Étrurie : découverte, lectures et
réécritures d’une civilisation antique
17h30 Fabien DESSET, Université de Limoges, Percy Bysshe Shelley, un périégète moderne trop « classique » ?

Discussion

Vendredi, 1er octobre, matinée
FLSH, salle D 208

Culture classique et voyages au Levant
Président : Ida Gilda Mastrorosa
9h Etienne JOUHAUD, Professeur en classes préparatoires, Angoulême, D’Istanbul à
Constantinople : le traitement des vestiges antiques dans quelques récits de voyage du début de l’époque moderne
9h30 Anne-Marie CHENY, Université de Rouen Normandie, Le voyage érudit au Levant :
comment la recherche de manuscrits antiques inventa Byzance au XVIe siècle
10h Jean François MORIN, Université de Limoges et Université de Montréal, Un antiquaire au Levant : altérité et Antiquité dans les Voyages de Paul Lucas (1699-1717) (visio-conférence)

10h30 Discussion et pause

11h15 Philippe MAINTEROT, Université de Poitiers, Interpréter les sources antiques, l’exemple du voyageur Frédéric Cailliaud (1787-1869)
11h45 Cecilia D’ERCOLE, EHESS, Dans les Balkans avec les classiques. Le voyage en Albanie de Mary Edith Durham (1863-1944)

Discussion

Vendredi, 1er octobre, après-midi
FLSH, salle D 208


Les classiques au service de la découverte des altérités d’outre-mer
Président : Frank Lestringant
14h Amélie FERRIGNO, CESR, Tours, La “Vénus de Floride” de Cesare Vecellio. Ou
l’invention d’une nouvelle mythologie américaine dans l’édition italienne du XVIe siècle (visioconférence)
14hh30 François BRIZAY, Université de Poitiers, « Le Japon au prisme des auteurs antiques dans les Ambassades mémorables de la Compagnie des Indes Orientales des Provinces-Unies vers les empereurs du Japon, d’Arnoldus Montanus »
15h Pierre Antoine FABRE, EHESS, Paris, Une relecture du travail de Michel de Certeau sur Lafitau (« Histoire et anthropologie chez Lafiteau ») (visio-conférence)

15h30 Discussion et pause-café

16h15 Diego STEFANELLI, Université de Mayence-Germersheim , « Les Spartiates, les Iroquois de l’ancien monde ». Iroquois et antiquité gréco-romaine dans les descriptions françaises et anglaises du XVIIIe siècle
16h45 Paola von WYSS-GIACOSA, Universität Zürich, The shield of Aeneas. Classical and
biblical antiquity as heuristic tools for analysing Indian religion in the early modern age (visioconférence)

Discussion


Samedi, 2 octobre, matinée
FDSE, salle 303A


Voyages et réception de l’antique : usages politiques
Présidente : Anne-Marie Cheny
9h Virginie HOLLARD, Université de Lyon II, Les voyages en Grèce des premiers empereurs julio-claudiens. Construction d’une culture et mobilisation politique
9h30 Auderic MARET, professeur du second degré, Paris, Le De laudibus Provinciae de Pierre Quiqueran de Beaujeu (1522-1550) : construire un éloge de la petite patrie à partir de ses voyages et de sa bibliothèque, à la Renaissance


10h Discussion et pause-café


10h45 Philippe PRUDENT, Docteur en histoire moderne, professeur d’histoire en Première Supérieure, Saint-Étienne, Les voyageurs britanniques du grand tour, héritiers des élites de la Rome républicaine ?
11h15 Ida Gilda MASTROROSA, Université de Florence, Les Merveilles d’Outre-Manche dans la culture italienne du XVIe siècle : réception de l’antique et altérité environnementale


Discussion – conclusions

Le Moyen Âge dans le texte

Le volume

Le Moyen Âge dans le texte II. Au-delà de l’écrit, éd. Christophe Fletcher et Emmanuelle Vagnon, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021 (Histoire ancienne et médiévale). 376 p.

qui vient de paraître comporte une section “Espace”:

Présentation du volume :

Ce deuxième volume du « Moyen Âge dans le texte », issu de journées d’études tenues au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris entre 2013 et 2018, poursuit un travail de réflexion et d’exploration des champs ouverts par la « nouvelle histoire textuelle », développée depuis une trentaine d’années. L’écrit comme une évidente source de l’enquête historique devient lui-même matière pour les historiens qui interrogent sa forme autant que son contenu et étudient les milieux et les contextes de son élaboration et de ses usages. Les discussions croisées avec des chercheurs de France et de l’étranger, spécialistes d’histoire médiévale et de littérature, ont permis de confronter les méthodes et les angles d’approche. Or ce volume entend désormais mener l’enquête « au-delà de l’écrit », dans des domaines de recherche relativement récents, où la grande variété des textes du Moyen Âge n’a encore pas été suffisamment exploitée. Quatre thèmes sont ainsi présentés : la poésie, l’espace, le genre et le commerce.

Table des matières :

Introduction – Christopher Fletcher et Emmanuelle Vagnon

Première section. POÉSIE

Histoire et poésie : la Femme de Bath de Geoffrey Chaucer et la comédie de l’allégorie eschatologique – Isabel Davis

L’historien au pays des Muses. Quelques aperçus d’une source négligée, les carmina du premier humanisme (v. 1380-1430) – Clémence Revest

Le roman Amoryus et Cleopes de John Metham et les Stapleton d’Ingham. « For my poyntel so rude ys, […] Yt can noght grave » : « Car mon stylet est si rude […] qu’il ne peut graver » – Chloe Morgan

Deuxième section. ESPACE

Carte marine et culture visuelle chez Giovanni Villani et Fazio degli Uberti – Nathalie Bouloux

L’espace adverse. Descriptions de l’Orient au début du XIIIe siècle – Christine Gadrat-Ouerfelli

Décrire et illustrer les ports de la Méditerranée et de l’Atlantique au début du XVIe siècle – Emmanuelle Vagnon

Lieux urbains et lieux communs. Évaluer les descriptions de ville dans les mémoires urbains, l’exemple de Troyes (XVe siècle) – Cléo Rager

Troisième section. GENRE

Servantes, femmes et veuves. Lire le genre dans les suppliques féminines à la cour de la Chancellerie anglaise à la fin du Moyen Âge – Cordelia Beattie

Le genre en théorie et en pratique. Le statut des femmes, la question des espaces genrés, publics et privés dans le village anglais médiéval – Miriam Müller

Hoccleve et Lydgate étaient-ils « antiféministes » ? – Aude Mairey

Masculinité et religion chrétienne dans le Livre de Seyntz Medicines d’Henri de Grosmont, duc de Lancastre – Christopher Fletcher

La ville comme Sainte Vierge. Un aspect de l’idéologie urbaine en Flandre médiévale (fin du XIVe siècle-début du XVIe siècle) – Lisa Demets et Jan Dumolyn

Quatrième section. COMMERCE

La difficile émergence des écrits marchands parmi les sources des médiévistes – Jérôme Hayez

Perceptions spatiales et éléments de culture des marchands catalans à travers le prisme des contrats notariés – Damien Coulon

Échanges marchands et pratiques langagières. La communication entre chrétiens, juifs et convertis à Majorque vers 1400 – Ingrid Houssaye Michienzi et Judith Olszowy-Schlanger

Entre raison pratique et raison mémorielle. Note sur les écritures du commerce – Laurent Feller