Archives de catégorie : Actualités

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

Appel à communication pour un colloque qui aura lieu à Amiens les 22-24 novembre 2018 :

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

du Moyen Âge à nos jours

Argumentaire:

Le 20e anniversaire de l’inscription au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » offre l’occasion d’approfondir la connaissance scientifique sur les pèlerinages (dont celui à Saint-Jacques de Compostelle) et de valoriser le patrimoine des sanctuaires dans une région qui a jusqu’ici moins retenu l’attention : les Hauts-de-France et ses abords (Normandie, Ile-de-France, Champagne, Belgique) selon la terminologie moderne.

Il s’agit d’un espace de transit pour les pèlerins qui en partent ou qui le traversent pour se rendre vers des sanctuaires éloignés (Saint-Jacques de Compostelle, Rome, Jérusalem – même dans le cadre d’une croisade –, etc.), mais aussi d’un espace qui contient des sanctuaires nombreux, au rayonnement variable vers lesquels on se rend ou on se rendait (par exemple la cathédrale d’Amiens, Notre-Dame de Boulogne, Notre-Dame de Brebières à Albert, la sainte chandelle d’Arras, Notre-Dame de Liesse, Longpré-les-Corps-Saints, Saint-Quentin, etc., sans parler d’une multitude de pèlerinages locaux).

A partir du IVe siècle dans les régions christianisées de l’Empire romain ont commencé à se multiplier les sanctuaires en lien avec le développement du culte des saints et des reliques (tombeau de saint Quentin honoré dès la fin de l’Antiquité ; 198 reliques acquises par Angilbert pour le monastère de Saint-Riquier sous Charlemagne). Cette forme de piété impliquait des déplacements de la part des fidèles et ces voyages ont acquis, par les difficultés pratiques et économiques qu’ils impliquaient, un caractère pénitentiel qui les intégrait pleinement à la démarche religieuse d’approfondissement spirituel et de conversion. Continuer la lecture

Territoires, régions, royaumes

Colloque Territoires, régions, royaumes, 20-21 juin à Tours :

Présentation :

Pendant longtemps, les travaux sur la cartographie ont surtout porté sur les mappemondes, aussi bien dans le monde latin que dans le monde arabo-musulman. Les représentations cartographiques des espaces locaux et régionaux ont suscité un intérêt plus modéré, même si les études sur la cartographie à grande ou à moyenne échelle des XIIe-XVe siècles connaissent depuis quelques années un renouveau notable tant dans le domaine latin que dans le domaine arabe.

Le colloque sera consacré à la représentation cartographique du territoire, et, plus généralement, à la cartographie des espaces régionaux et locaux qui émerge dès le Xe siècle dans le monde arabo-musulman et à partir du XIIe siècle dans l’Occident latin, pour connaître un essor remarquable dans les deux derniers siècles du Moyen Âge. L’objet du colloque sera l’étude de cette cartographie, de son émergence, de ses formes et de ses usages tant dans le monde latin que dans le monde arabo-musulman. Le point de vue adopté pourra être comparatiste. Cependant, il s’agit surtout de mettre en évidence comment dans deux mondes culturels distincts, où les échanges culturels en matière géo-cartographique sont restreints au regard de ce qui se passe dans d’autres domaines scientifiques, des représentations cartographiques d’espaces locaux ou régionaux émergent et se développent plus ou moins simultanément. Ce sera l’occasion d’identifier et de discuter aussi bien les caractéristiques communes que les différences entre les cartographies régionales arabes et latines. On étudiera aussi précisément les modalités de représentation des espaces locaux et régionaux propres à chacune de ces deux aires culturelles. Continuer la lecture

Entre idéel et matériel

Vient de paraître :

Entre idéel et matériel :

Espace, territoire et légitimation du pouvoir (v. 1200-v. 1640)

Édité par Patrick Boucheron, Marco Folin, Jean-Philippe Genet, Paris, Editions de la Sorbonne & Ecole française de Rome, 2018.
Présentation :
L’espace est à la fois une réalité concrète, matérielle et mesurable, et une construction sociale et symbolique, ces deux aspects interagissant en permanence. L’Occident latin est certes en ce domaine l’héritier de Rome, mais les conceptions et les pratiques de l’espace ont été bouleversées par la chute de l’Empire et le développement de nouvelles structures politiques où les pouvoirs s’exercent sur les hommes plus que sur les territoires, une notion qui semble s’être temporairement effacée. Dans la perspective du programme SAS qui est celle d’une sémiologie de la naissance de l’état moderne, ce sont moins les signes dans l’espace que les signes de l’espace qui sont étudiés ici. On sait que l’espace est une production sociale et notre conception de l’espace comme surface homogène et mesurable n’est pas celle de la période médiévale et moderne, où l’on oscille sans cesse entre un espace polarisé autour des lieux de pouvoir et/ou des lieux sacrés et l’espace conçu comme territoire. Les communications sont regroupées en quatre thématiques : marqueurs symboliques de l’espace (palais communaux, espaces de pouvoirs, mausolées dynastiques), pouvoirs et symbolique de l’espace (identité civique des communes, contrôle de l’espace impérial, marquage de l’espace économique, retour du territoire), représentation symbolique de l’espace (cartes marines, portulans, vues figurées, usages de la géographie) et perception de la symbolique de l’espace (frontières, écrits administratifs, représentations de la cité).

Continuer la lecture

Routes, communications et circulation

La journée des jeunes chercheurs de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée aura lieu le 22 mai.

Elle porte sur la thématique des routes et moyens de communication pendant l’Antiquité et le Moyen Âge :

Programme :

9h30 – accueil des participants
9h45 – introduction : Thomas SALMON (Sorbonne Université, UMR 8167)
10h-11h30 : Axe 1 – Infrastructures et aménagements
Modérateur : Dominique MULLIEZ (Sorbonne Université, UMR 8167)
Camille GORIN (Université Paris 1, UMR 7041), La ville en mouvement : Poitiers, voies fluviales et itinéraires terrestres.
Adèle VORSANGER (Sorbonne Université, UMR 8167), Description des voies et perception de l’espace : le lexique de la route et du trajet terrestre en grec ancien.
Louise DORSO (Université Paris 1, UMR 7041), Retrouver la trace de la Route de l’Encens avant les Nabatéens (du VIIIème siècle au Ier siècle av. n. è.).
11h30 – pause-café
11h50-12h50 : Axe 2 – Parcourir le monde, c’est savoir s’arrêter
Modérateur : Dominique MULLIEZ (Sorbonne Université, UMR 8167)
Franck BRECHON (Université Perpignan-Via Domitia, EA 7397), Entre hôpitaux et auberges, l’accueil du voyageur en Cévennes à la fin du Moyen Âge.
Simon PIERRE (Sorbonne Université, UMR 8167), Escales chrétiennes sur la route des Arabes en Haute-Mésopotamie (VIIème siècle).
12h50-14h30 – pause déjeuner
14h30-17h : Axe 3 – L’animal, acteur de la circulation des hommes
Modérateur : Stavros LAZARIS (Sorbonne Université, UMR 8167)
Mathilde PRÉVOST (Sorbonne Université, UMR 8167), Partir avec des ânes dans le désert : les caravanes des anciens Égyptiens (IIIème-IIème millénaires av. n. è.)
Margaux SPRUYT (Sorbonne Université, UMR 8167 ; Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7209), Des équidés porteurs d’empire : compagnons de route et d’infortune à l’époque néo-assyrienne.
15h30 – pause-café
Delphine POINSOT (École Pratique des Hautes Études, UMR 8546), De la circulation des hommes à la diffusion du symbole : figurer le dromadaire et le cheval dans l’empire sassanide.
Liqiong YANG (Sorbonne Université, UMR 8167), Les animaux dans le transport de la Route de la Soie : recherche basée sur les peintures murales de Dunhuang, les manuscrits de Dunhuang et les Biographies des moines (Vème-Xème siècles).
16h45 – conclusion
17h – cocktail de clôture

Représenter le passage

Les 7 et 8 juin prochains, se tiendra à l’Université de Lille, le colloque :

Programme :

Jeudi 7 juin :

9h30 Accueil des participants
9h45 Ouverture

10h00 Session 1 : Introduction
• 10h00 : Corinne MENCE-CASTER, « Dire le passage en Castille (XIIIe-XVe siècle) »
• 10h25 : Matteo PALUMBO, « Décrire le passage au début du XVIe s. Façons de faire de trois personnalités italiennes : Machiavel, Guichardin et Vettori »

11h10 Pause

11h30 Session 2 : Le passage vers les lieux saints
• 11h30 : Camille ROUXPETEL, « Sur la route des lieux saints : le désert comme passage réel, éprouvé et symbolique dans les récits de pèlerinage latins (XIIIe-XIVe siècle) »
• 11h55 : Julia ROUMIER, « Espace du voyage, espace de la Foi. Récits de pèlerinage et passage vers la Modernité au début XVIe siècle en Espagne » Continuer la lecture

Le carnet de voyage

A l’heure où les carnets de voyage sont à la mode, il semble opportun de s’interroger sur ses origines et ses évolutions.

C’est ce que fait le dernier numéro de la revue Viatica, coordonné par Gilles Louÿs :

Le carnet de voyage : permanence, transformations, légitimation, Viatica, n° 5, mars 2018.

Sommaire :

– Christine Gadrat-Ouerfelli, Des carnets de voyage au Moyen Âge ?

– Marie-Christine Gomez-Géraud, Enquête aux origines du carnet de voyage : de quelques manuscrits de voyage au Proche-Orient (XVIe siècle)

– Sylvie Requemora-Gros, Le carnet de voyage au XVIIe siècle : du terme de négoce au calligramme

– Nathalie Vuillemin, Comment lire le carnet de voyage scientifique au XVIIIe siècle ?

– Guy Barthèlemy, Le carnet du Voyage en Egypte de Fromentin (1869) : un atelier de peintre ?

– Gilles Louÿs, Lire deux carnets de voyage du XXe siècle : Michel Vieuchange et Raymond Maufrais

– Raphaël Piguet, Du carnet de route aux carnets de retour : La genèse de L’Usage du monde

– Le carnet de voyage aujourd’hui, Table ronde avec Anne Pastor, Lucie Bauchot, Nicolas Buclin, Loup Blaster

L’Europe et les géographes arabes

Vient de paraître :

Jean-Charles Ducène, L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, Paris, CNRS Editions, 2018, 504 p.

Présentation :

« La grande terre » : ainsi les géographes arabes du Moyen Âge désignaient-ils la vaste Europe, espace perçu comme une mosaïque de peuples mouvants qu’ils ne cessèrent jamais d’étudier et de cartographier. Comment comprendre, de leur point de vue, cette représentation géographique d’un continent à la fois inconnu et familier ? C’est à ce décentrement du regard que nous convie Jean-Charles Ducène au fil de cette étude fondée sur un corpus de sources d’une impressionnante richesse.

Au début du IXe siècle, les géographes arabes considèrent l’Europe comme un ensemble flou de populations, principalement chrétiennes mais encore païennes loin de la Méditerranée, alors que deux villes se détachent entre légende et réalité, Rome et Byzance. Cet ensemble se structure au fil du temps en pouvoirs étatiques et se couvre de villes, décrites par ces géographes comme des lieux urbanisés et des centres économiques insérés dans un réseau réticulaire de routes, qui s’étendent jusqu’en Scandinavie et à la Volga. Mais quand ces pouvoirs se projettent en Méditerranée et empiètent sur les territoires musulmans, c’est une représentation plus géopolitique qui se construit.

De la sorte, ce livre parcourant six siècles de littérature montre que « l’Europe » n’est pas apparue aux savants arabes une et indivisible, mais au contraire infiniment diverse et en mouvement.

Historien et philologue, Jean-Charles Ducène est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, où son enseignement porte sur la géographie et les sciences naturelles arabes médiévales.

Voyageurs et voyages

Appel à communication pour le colloque

Voyageurs et voyages – Incursions culturelles et linguistiques

La VIIe édition du Colloque International Communication et Culture dans la Romania Européenne (CICCRE) propose comme thème de réflexion et de débat le voyageur et ses voyages, réels ou symboliques, et la manière dont ils se reflètent dans les littératures, les arts et les langues romanes.

Argumentaire :

Le voyage représente une expérience permanente dans toutes les étapes de la vie de l’homme. Homo viator fait partie de l’épopée de l’humanité et chaque langue le représente à sa manière, dans la sphère du réel ou du symbolique. Les voyages réels, les grandes découvertes, tout comme les grands explorateurs des terres inconnues nous permettent de reconstruire et d’imaginer des itinéraires. En même temps, la littérature transfère le voyage dans le plan de l’imaginaire, du symbolique, de l’inconnu, de l’initiation où le personnage met à l’œuvre sa maturité spirituelle et même toute son existence.

La culture de l’Antiquité (surtout grecque et latine), nous offre des œuvres qui traitent le thème du voyage. Il suffit de rappeler Homère et Virgile qui ont rendu à l’histoire et aux littératures à venir, et surtout à l’imaginaire collectif du monde occidental, la figure du voyageur par excellence et du voyage (maritime ou terrestre) en tant que punition et sublimation de l’être humain. Ulysse, vainqueur dans les guerres grâce à la force de son intelligence, est, en même temps, vainqueur des espaces lointains grâce à la puissance de son âme. Énée parcourtle monde afin de jeter les fondements d’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. C’est lui qui conduit Dante dans les trois mondes d’au-delà, dans son exploit de compréhension dela condition tragique de l’homme. Continuer la lecture

Il Purgatorio di San Patrizio

Vient de paraître :

Il Purgatorio di San Patrizio. Documenti letterari e testimonianze di pellegrinaggio (secc. XII-XVI)

A cura di Giovanni Paolo Maggioni, Roberto Tinti e Paolo Taviani, SISMEL Edizioni del Galluzzo, coll. Quaderni di Hagiographica, 13, 2018, CLXXII-571 p.

Secondo quanto testimonia un’ampia tradizione medievale, il Purgatorio di san Patrizio è quel luogo – le cui tracce si ritrovano fin nella moderna letteratura europea, dal Volksbuch Fortunatus a Calderón de la Barca e a Gesualdo Bufalino – da dove si riteneva fosse possibile accedere all’aldilà e ritornarne, senza morire. Si tratta di una variante irlandese delle visioni tradizionali dell’oltretomba, saldatasi con quella dei racconti di un pellegrinaggio reale, noto a tutti e legato ad un luogo geografico ben definito: un’isola del Lough Derg, in Irlanda. Il volume propone, raccolto insieme per la prima volta, un dossier antologico esaustivo dei testi fondanti tale tradizione (dal Tractatus de Purgatorio sancti Patricii, del XII secolo, fino alla trattatistica domenicana del XIII) e delle testimonianze di pellegrinaggio più o meno esplicitamente legate al Lough Derg (dalla prima attestazione di Philip de Slane, del 1324, alla lettera di Francesco Chiericati ad Isabella d’Este, del 1517). Tutti i testi, corredati dalla traduzione italiana, sono commentati sotto il profilo storico e filologico. Alcuni sono editi qui per la prima volta, come il Libellus de descriptione Hibernie di Philip de Slane e il De situ universorum di John de Tewkesbury; altri, come la Visio Ludovici di Taddeus de Gualandis, si presentano in una nuova edizione criticamente fondata.

Alteridad Ibérica

Appel à communication :

Alteridad Ibérica: espacio, territorialidad e identidad en la Baja Edad Media.

27-28 septembre 2018 (Madrid, URJC, Campus de Vicálvaro).

Argumentaire :
La investigación sobre identidad y alteridad en la historia es una línea de estudio en pleno desarrollo en la historiografía actual y es a la vez una forma inmejorable de acercarse a un debate de actualidad dentro y fuera de nuestras fronteras : el de la territorialidad española, su origen, su formación y la justificación de las fronteras actuales.
La percepción de los reinos ibéricos como un espacio singular en el medievo europeo ha ocupado a la historiografía clásica desde muy temprano, al famoso debate entre Américo Castro y Claudio Sánchez Albornoz hay que sumarle la fascinación que siempre ha generado la Edad Media peninsular en el extranjero por su carácter cultural híbrido y de frontera.
El objetivo de este congreso es analizar los discursos sobre la identidad, el espacio y la territorialidad de los reinos ibéricos en la Baja Edad Media y a comienzos de la Modernidad. En este sentido este evento aspira por tanto a confrontarse con uno de los principales debates de la España actual, observando y comparando cómo se percibían las diferencias entre territorios y espacios culturales dispares en la Península Ibérica a través de los ojos de tres tipos de narradores: los nativos de los reinos peninsulares, los viajeros extranjeros y los exiliados ; dividiendo el simposio en 3 sesiones : Continuer la lecture

Ce qu’ils savaient de la France

Vient de paraître :
Léonard Dauphant, Géographies. Ce qu’ils savaient de la France (1100-1600), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, coll. Epoques, 304 p.

Présentation :

Géographies est le premier livre à étudier ce que les Français des XIIe-XVIe siècles, riches ou pauvres, savaient de leur pays. Citant environ 200 poèmes, romans et pièces de théâtre, les quatre parties, divisées en petits chapitres, présentent ce que les Français percevaient de la France (paysage sonore et visuel), ce qu’ils en savaient (productions, monuments, légendes), ce qu’ils en disaient (listes, proverbes) et ce que la culture française signifiait pour eux (langue, vin). La nation française s’est ainsi construite dans la diversité, en façonnant des identités régionales multiples dans le Nord et le Midi.

Tout en permettant de découvrir une littérature riche et méconnue, ce livre, illustré de 20 cartes originales, fait dialoguer Moyen Âge et Renaissance, histoire, lettres et géographie.

L’ouvrage est divisé en quatre parties :

  • Paysages. L’écologie et la beauté
  • Lieux communs. Une géographie populaire
  • Parler de la France. Des chiffres, des lettres et des pays
  • Des identités de la France

L’auteur vient également de créer un carnet de recherche intitulé Géographies médiévales. Pour une géohistoire de la France médiévales (XIe-XVIe siècles).

Foreign Knowledge

Appel à communications pour :

Foreign Knowledge – Medieval Attitudes towards the Unknown

Colloque qui se tiendra à Bochum du 14 au 16 juin 2018, organisé par la Chair of Late Medieval History at Ruhr-University Bochum / Manuel Kamenzin (MA) and Friederike Pfister (MA)

Foreign Konwledge

Argumentaire :

In the current age of increasing globalization, immigration, and rapid technological developments, we are confronted with foreign, unknown, and unpredictable affairs on a daily basis. Our attitudes towards these matters reveal much about how we perceive the world today and how we define our place in it. The questions of how to shape the interaction with foreign people and how to cope with unknown variables and concepts are by no means only modern concerns. Encountering the ‘other’, e.g. foreign religions, cultures, ideologies, or knowledge, has always posed challenges – in the Middle Ages as much as today.

The Middle Ages are a particularly interesting case study in this respect as medieval authorities tended to advocate a predominantly closed canon of knowledge which made dealing with previously unknown concepts particularly difficult. Despite this, however, numerous and varied cultural contacts and scientific innovations took place in the Middle Ages that led to confrontations with unknown or foreign concepts. Continuer la lecture

Leeds 2018

Cette année, le congrès international des médiévistes de Leeds n’est pas consacré à un thème lié aux voyages ou à la géographie (le thème est « Memory »), mais plusieurs sessions intéressent les thématiques de ce carnet. Dans le programme qui vient d’être publié en ligne, on peut relever :

  • session 850 :  Travelling Cistercians
  • session 603 : Empire and Geography : the Borders of Byzantium
  • session 513 : Masculine Journeys / Journeying Masculinities, I
  • session 545 : Remembering Travels, Travelling in Memories, I
  • session 645 : Remembering Travels, Travelling in Memories, II
  • session 250 : Scientific, Empirical, Biblical, and Hagiographical Knowledge in the Middle Ages, II: Water and Sea between Science and Religion

Sans oublier les habituelles sessions « Mappings », organisée par Felicitas Schmieder et Dan Terkla :

  • session 349 : Mappings I, Maps in Communication with (Other) Texts
  • session 1638 : Mappings II, Functions of Memory on Maps
  • session 1738 : Mappings III, (Re)contextualising Maps

Merci de me signaler les sessions qui m’auraient échappé !

 

En route pour Compostelle

Appel à contribution pour un colloque :

En route pour Compostelle : un Moyen Âge de pèlerinages

Montpellier et Saint-Guilhem-le-Désert, 28 et 29 septembre 2018

Dans le cadre des manifestations du 20e anniversaire de l’inscription du bien « chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM EA 4583 Université Paul-Valéry – Montpellier 3) et la commune de Saint-Guilhem-le-Désert se proposent d’organiser un colloque international qui se tiendra sur les deux sites (Université de Montpellier le vendredi et Saint-Guilhem-le-Désert le samedi).

Le thème du colloque a pour objectif de couvrir le foisonnement des dévotions aux saints, le culte à saint Jacques en France et le rôle des confréries, les itinéraires des pèlerins et leurs structurations autour des sanctuaires et des franchissements, la réalité des routes empruntées et les services d’accueil ou de soins associés au pèlerinage durant l’ensemble du Moyen Âge, essentiellement sur le territoire français, sans toutefois exclure les territoires voisins (Italie, Allemagne, péninsule Ibérique…). De même, il conviendra d’étudier les relations et les échanges de toute nature entre les sanctuaires en France et le sanctuaire galicien. Une attention prioritaire sera portée aux édifices/sites inclus dans l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » en 1998 mais sans être exclusifs.

Continuer la lecture

« A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge

Appel à soumission d’articles pour un volume collectif intitulé :

« A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge

Argumentaire :

Partir, c’est toujours se séparer de quelqu’un ou de quelque chose.

C’est créer un avant et un après par une action que l’on sait irréversible (car elle entérine la coupure) – même s’il est toujours possible de revenir (vers un arrière, mais par un pas en avant).

Que l’on parte volontairement ou poussé par le sort / Fortune / la destinée / les astres contraires, le départ est toujours ce moment inchoatif qui suspend la durée en même temps qu’il la provoque, comme un défi à un enchaînement qui aurait dû être.

A tant est l’adverbe de temps qui accompagne, le plus souvent, cette coupure : coupure spatiale, coupure temporelle, coupure émotionnelle et signifiante. Guillaume de Machaut, Christine de Pizan, Alain Chartier, les Cent Nouvelles Nouvelles, George Chastelain, Olivier de la Marche, etc., en font un adverbe prisé en moyen français pour signifier tous les possibles ouverts par cette section dans la narration. L’adverbe exprime également les différentes nuances de la causalité (on pourrait le traduire par « et sur ce… ») – des nuances peut-être moins relevées dans les dictionnaires, mais qui disent une prise de conscience justifiant le départ, déterminant les modalités qui le caractérisent.

Continuer la lecture