Archives de catégorie : Actualités

En route pour le Ciel

Appel à publications – « En route pour le Ciel, le voyage spirituel au Moyen Âge », Effervescences Médiévales

Vision du bienheureux Pierre de Luxembourg, Heures à l’usage de Paris, XVe siècle. Paris, Bibl. Mazarine, ms. 491, f. 244v.

Effervescences Médiévales, plateforme collaborative et interdisciplinaire sur le Moyen Âge pour les chercheurs médiévistes, vous invite à participer à son second appel à publications. Les articles seront publiés sur notre site puis, à l’issue de la date butoir, compilés sous la forme d’une revue numérique en libre accès.

Pour son second appel à publications, l’équipe d’Effervescences Médiévales vous invite à soumettre un article sur le thème suivant : « En route pour le Ciel, le voyage spirituel au Moyen Âge ». À travers ce thème, nous invitons les jeunes chercheurs et chercheurs confirmés à réfléchir au voyage spirituel par la seule voie de l’esprit, en excluant tout déplacement physique. Votre contribution pourra traiter des axes suivants :

  • La préparation du voyage spirituel, les conditions morales et spirituelles requises.
  • Les différentes formes du voyage spirituel (rêve, extase, vision,…).
  • Les différentes voies d’accès au voyage spirituel (les airs, la musique,…).
  • Les différentes étapes du voyage spirituel.
  • La description des paysages visités.
  • L’identification des créatures célestes rencontrées comme les anges, les saints, les guides,…
  • Les émotions du voyageur.
  • L’enseignement du voyage spirituel.
  • Les perceptions olfactives et auditives du voyage spirituel.
  • Le retour du voyage spirituel.
  • Le souvenir du voyage spirituel.
  • Les bénéfices du voyage spirituel.
  • Les représentations du voyage spirituel dans l’art du Moyen Âge.

Votre contribution pourra également traiter de sujets adjacents en lien avec notre thématique de recherche. Dans une démarche interdisciplinaire, toutes les contributions de spécialistes travaillant sur le Moyen Âge sont attendues.

Les articles seront publiés au fur et à mesure de leur soumission. Votre contribution est à envoyer à l’adresse suivante effervescencesmedievales@gmail.com jusqu’au 31 octobre 2020 inclus, accompagnée d’une courte biographie.

Votre article, avec un minimum de 10.000 signes et limité à 20.000 signes (notes incluses), répondra aux normes rédactionnelles.

Consignes aux auteurs

Les articles sont soumis sous forme électronique (fichier attaché format .odt, .doc) à l’adresse suivante : effervescencesmedievales@gmail.com

Christian maps of the Holy Land

Vient de paraître:

Pnina Arad, Christian maps of the Holy Land. Images and meanings, Turnhout, Brepols, coll. Cultural encounters in Late Antiquity and the Middle Ages (CELAMA 28), 2020.

Présentation:

An innovative approach to Christian maps of the Holy Land, exploring their devotional imagery.

This book offers a way of reading maps of the Holy Land as visual imagery with religious connotations. Through a corpus of representative examples created between the sixth and the nineteenth centuries, it studies the maps as iconic imagery of an iconic landscape and analyses their strategies to manifest the spiritual quality of the biblical topography, to support religious tenets, and to construct and preserve cultural memory.

Maps of the Holy Land have thus far been studied with methodologies such as cartography and historical geography, while the main question addressed was the reliability of the maps as cartographic documents. Through another perspective and using the methodology of visual studies, this book reveals that maps of the Holy Land constructed religious messages and were significant instruments through which different Christian cultures (Byzantine, Catholic, Protestant, and Greek Orthodox) shaped their religious identities. It does not seek to ascertain how the maps delivered geographical information, but rather how they utilized the geographical information in formulating religious and cultural values.

Through its examination of maps of the Holy Land, this book thus explores both Christian visual culture and Christian spirituality throughout the centuries.

Table des matières:

List of Illustrations

Abbreviations

Timeline

Introduction

Part I. Iconic Landscape, Iconic Map

Chapter 1. Formation of a Holy Land

Chapter 2. Madaba Map: A Visual Portrait of the Holy Land from the Byzantine Period

  • Composition and Content
  • Religious Message
  • Generator of Cultural Memory
  • Map and Pilgrimage
  • The Holy Land Map and Early Christian Art

Part II. The Map of the Holy Land in the Latin West

Chapter 3. Innovative Western Spiritual Iconographies

  • Twelfth-Century Maps
  • Matthew Paris’s Map in his Chronica majora (mid thirteenth century)
  • Grid Maps from the Fourteenth Century

Chapter 4. Fifteenth-Century Pilgrims’ Maps: Late Medieval Instruments of Devotion

  • Gabriel Capodilista’s Map
  • William Wey’s Map
  • Bernhard von Breydenbach’s Map
  • A Map by an Anonymous Author

Part III. Between Pilgrimage and Scripture, Catholicism and Protestantism

Chapter 5. Friedrich III’s Cartographical Pilgrimage Imagery

  • Lucas Cranach the Elder’s Map: A Transitional Image
  • Gotha Panel

Chapter 6. Map and Scripture

  • Gerard Mercator’s Map of the Holy Land
  • John Speed’s Map, Associated with the King James Bible
  • Maps of the Holy Land in the Dutch States-General Bible
  • Justus and Cornelis Danckerts’ Map of the Holy Land: A Pictorial Epitome

Part IV. Map as Icon: Greek Orthodox proskynetaria from the Ottoman period

Chapter 7. Icon of a Land

Conclusion

Appendices

  • I. Inscriptions on the Madaba Map
  • II. Sites Mentioned in the Pilgrimage Guide of Gesta Francorum Ihrusalem expugnantium (dated to 1101–1104) in Order of Appearance)
  • III. Inscriptions on Three Twelfth-Century Maps of the Holy Land
  • IV. Inscriptions on London, British Library, Add. MS 27376, fols. 188v–189r
  • V. A List of Places in William Wey’s Pilgrimage Account (Oxford, Bodleian Library,MS Bodley 565), said to be synchronized with his map of the Holy Land
  • VI. Sites in and around Jerusalem in Bernhard von Breydenbach’s Map of the Holy Land

Bibliography

Index

Le voyage immobile

Appel à contribution pour un numéro spécial de la revue en ligne Astrolabe

 Le voyage immobile

Le programme de recherche intitulé « Géographies imaginaires : le voyage-prétexte comme machine à penser » (https://imaginaires.hypotheses.org) prévoie d’éditer en ligne dans la revue Astrolabe (https://astrolabe.msh.uca.fr/) un numéro inspiré de l’actualité : ces temps de pandémie et de confinement seraient le moment opportun pour réfléchir au voyage devenu immobile, mais qui jamais ne stagne. Quel en est le mouvement ? Est-il seulement imaginaire, s’il n’est physique ? Qu’en est-il aussi de celui qui bouge, mais n’avance pas, comme en un labyrinthe (Le Château de Kafka, L’Emploi du temps de Butor, etc.) ? Autant de questions qui surgissent à propos des écritures du voyage immobile.

Dans Voyage au bout de la nuit, Céline écrit que « Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déception et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. » Il y a pourtant un paradoxe évident à associer la notion de voyage impliquant la mobilité, le déplacement, l’action, le changement de lieu et de temps, à ses opposés. Être ou devenir mobilis immobile représente une forme de « degré zéro » (Barthes) du voyage, de « tragique de la littérature » viatique, sorte d’exhibition du masque du voyageur qui n’est défini comme voyageur, selon les dictionnaires anciens (Furetière « Qui fait des voyages par pure curiosité, et qui en fait des relations ») que s’il écrit son voyage. Inversement, si voyager n’est validé que par l’écriture de son voyage, « écrire c’est voyager » (J.M.G. Le Clézio) : l’immobilité du voyageur le place face à une dialectique a priori déconcertante. Elle peut engendrer une réflexion autant générique que thématique, éthique ou rhétorique. Écrire, penser « à sauts et à gambades » (Montaigne), est-ce voyager ? Quel est le moteur intérieur ? Quelles errances psychologiques supposent ce mouvement arrêté ? Quels paradis artificiels visitent les voyageurs hallucinés ? La rentrée en soi n’est-elle pas découverte des multiples de soi ? Si le voyageur est souvent considéré comme un menteur (« A beau mentir qui vient de loin ») et que des auteurs comme Montaigne ou Rousseau, chacun à leur manière, privilégient le récit d’un regard naïf et peu lettré par rapport à celui qui, érudit, proposera plutôt sa bibliothèque de voyageur, confirmant ou infirmant ses lectures plutôt que de proposer un regard neuf, sans passer par le prisme de lunettes subjectives, le voyage immobile ne permettrait-il pas alors de penser une nouvelle forme d’humanisme ?

L’expression « voyageurs immobiles » (F. Pessoa) caractérisant le voyageur dont le champ d’action se trouve être ses pensées, avec son flot d’idées vagabondes, avec ses risques et ses tempêtes, pourrait être envisagée pour des auteurs comme Deleuze ou Giono dont l’une des nouvelles de L’Eau vive porte en titre cet oxymore (III, 118-120). Passion, errance ou rêve, le voyage immobile devient mission exploratoire pour celui qui emprunte les machines à remonter le temps : «  Si nous pouvions rester immobiles dans l’Espace absolu, le long du Cours du Temps […] tous les instants futurs et passés (nous constaterons plus loin que le Passé est par-delà le Futur, vu de la Machine) seraient explorés successivement, de même que le spectateur sédentaire d’un panorama a l’illusion d’un voyage rapide le long de paysages successifs » (Alfred Jarry, Commentaires pour servir à la construction pratique de la machine à voyager dans le temps par le Dr Faustroll, 1899). C’est là aussi tout le défi des machines théâtrales simulant le voyage par des décors mobiles où l’acteur restant sur scène et le spectateur dans son fauteuil voyagent par la vision et l’esprit…

Selon Furetière « On dit en Morale, Nous ne sommes que voyageurs en ce monde, pour dire, que cette vie est passagère » : homo viator, simple pèlerin sur terre, le mouvement du voyageur le renvoie à la condition humaine. Les sources bibliques évoquent d’emblée les désirs antagonistes d’Abel et Caïn, du sédentaire qui rêve d’ailleurs, et du nomade qui demande à se fixer. Confiné de gré (vœux monastiques ou retraite volontaire) ou de force (emprisonnement), l’homme cherche à s’évader par l’esprit, à voyager au-delà des murs. Cet empêchement, qui pourrait sembler asséchant, peut aussi donner lieu à une créativité nouvelle et à des œuvres originales. Les plus beaux voyages ne sont-ils pas parfois ceux qui sont pensés, rêvés, davantage que vécus ?

Si le déplacement paraît de prime abord inhérent et indispensable au voyage, certains textes s’affranchissent de la dimension physique et matérielle du voyage. Le voyage semble au XXIe siècle communément pratiqué, mais il n’a pas toujours été possible à certaines catégories de personnes de se déplacer : les femmes en Europe sous l’Ancien Régime et encore aujourd’hui dans plusieurs pays, les religieux ayant fait vœu de clôture, et tous ceux qui n’ont ni les moyens financiers ni les autorisations nécessaires pour le faire (par exemple la licence pontificale pour les pèlerins se rendant en Terre sainte, ou le refus de visa par les ambassades de nos jours).

Que l’auteur voyage autour de sa chambre (Xavier de Maistre) ou s’évade en pensée en des contrées lointaines, l’enfermement semble avoir joué un rôle dans l’élaboration des récits de voyages immobiles. Parfois, un simple bout de ciel bleu aperçu « par-dessus le toit » permet à l’auteur (Paul Verlaine) d’échapper à sa condition. Les jours de navigation sans vent donnent lieu alternativement à des « rien à signaler » journaliers ou au contraire à des grandes envolées méditatives (Journal aux Indes orientales de Robert Challe). De son exil anglais, le poète Charles d’Orléans regardait « vers le païs de France » et sa « doulce plaisance ». Que penser de Du Bellay, harassé de tâches domestiques à la cour de son oncle cardinal, qui prend à rebours le mythe odysséen et rêve de rester immobile chez lui ? Le confinement peut aussi donner lieu à des voyages intérieurs, où l’auteur se livre à une introspection, comme l’a expérimenté Xavier de Maistre narrant son expérience de confinement en quarantaine dans Voyage autour de ma chambre et dans Expédition nocturne autour de ma chambre.  Les écrits spirituels empruntent, eux aussi, largement à la sémantique du voyage : la voie, le chemin, le cheminement, l’ascension et les épreuves. Aussi parle-t-on de « voyages spirituels ». Les quêtes initiatiques ne se déroulent pas toujours dans un vaste espace, mais mènent, d’étapes en étapes, leur sujet à un aboutissement toujours plus élevé, même si des rechutes sont possibles.

Parmi tous les arpenteurs d’imaginaire et d’inconnu, les voyageurs immobiles choisissent leur parcours, mais aussi les mots et les formes pour l’exprimer. Aussi inviterons-nous les auteurs à proposer des textes questionnant ces voyages immobiles, de l’Antiquité à l’époque contemporaine et les genres qu’ils empruntent. Il peut s’agir d’une étude de cas, portant sur une œuvre ou un auteur spécifique, ou bien de l’analyse d’un corpus ou d’une pratique. Les recherches sur les textes ou les images sont les bienvenues.

Les auteurs sont invités à envoyer avant le 31 août 2020 une proposition présentant en une dizaine de lignes leur projet d’article, accompagnée d’une courte bio-bibliographie.

Les articles définitifs devront être envoyés avant le 31 octobre 2020. Les normes de la revue sont consultables en ligne : https://astrolabe.msh.uca.fr/normes-aux-auteurs

Les propositions et les articles doivent être transmis sous format WORD à sylvie.requemora@univ-amu.fr et à gadrat@mmsh.univ-aix.fr .

Comité scientifique :

Philippe ANTOINE, CELIS, CRLV

Christine GADRAT-OUERFELLI, LA3M-AMU

Huguette KRIEF, CIELAM, AMU, CRLV

Patrick Mathieu, CIELAM, AMU, CRLV

Sylvie REQUEMORA, CIELAM, AMU, CRLV

Calendrier :

Diffusion de l’appel 15 juillet

DL pour les propositions : 31 août

DL pour la remise des textes : 31 octobre

Expertises du comité scientifique : novembre

Mise en ligne des textes sur Astrolabe : 10 décembre

Pilgrimage to Jerusalem

Vient de paraître:

Pilgrimage to Jerusalem : Journeys, Destinations, Experiences across Times and Cultures, Proceedings of the Conference held in Jerusalem, 5th to 7th December 2017, éd. Falko Daim, Johannes Pahlitzsch, Joseph Patrich, Claudia Rapp, Jon Seligman, Mainz, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 2020

Table des matières :

Falko Daim, Johannes Pahlitzsch, Joseph Patrich, Claudia Rapp, Jon Seligman : Introduction

Infrastructure of Pilgrimage
Andreas Külzer : Pilgrims on their Way in the Holy Land: Roads and Routes According to Byzantine and Post-Byzantine Travel Accounts
Leah Di Segni : Epigraphical Evidence for Pilgrimage to the Holy Places
Jon Seligman : Creating Economic Capacity for Pilgrimage to Jerusalem in the Byzantine Period
Basema Hamarneh : Between Hagiography and Archaeology: Pilgrimage and Monastic Communities on the Banks of the River Jordan

Groups of Pilgrims
Claudia Rapp : From the Holy City to the Holy Mountain: The Movement of Monks and Manuscripts to the Sinai
Emilio Bonfiglio, Johannes Preiser-Kapeller : From Ararat to Mount Zion: Armenian Pilgrimage and Presence in the Medieval Holy Land, Fourth to Seventh Century
Max Ritter : A Desire against all Odds and Difficulties? The Presence of Christian Pilgrims in
Early Muslim Jerusalem, Seventh to Tenth Century
Robert Schick : Muslim Pilgrims to Jerusalem in the Ottoman Period

Places of Pilgrimage
Rangar Cline : Water and Proof in Early Christian Pilgrimage Narratives
Joseph Patrich : Arculf’s Church of St. Mary and the Spoudaeion in the Complex of the Holy Sepulchre between the Arab and the Crusader Conquests. Location and Liturgy Contents
Anastasia Keshman W. : Mary the Doorkeeper – On the History of the Miraculous Image of the Theotokos in the Complex of the Holy Sepulchre

List of Contributors
Sigles Used

 

Privacy at sea

Appel à contributions:

PRIVACY AT SEA

The Centre for Privacy Studies is now inviting proposals for the edited volume “Privacy at Sea: Practices, Spaces, and Communication in Maritime History”. This volume will focus on the different dimensions of privacy in the context of maritime history, with an emphasis on the period between 1400 and 1800. We welcome texts dealing with (but not limited to) the following topics:

  • Ships’ spatial boundaries, common areas, and makeshift private divisions;
  • Habits developed to provide a sense of privacy at sea;
  • Privacy and surveillance at sea;
  • Maritime issues of gender and sexuality;
  • Private communication and communication strategies at sea;
  • Laws and regulations regarding interactions between crewmates;
  • Practices of privacy at sea in contrast with at shore;
  • Creation of privacy through objects and gestures;
  • Maritime culture in relation to privacy.

The language of this publication is English. The volume will be peer-reviewed and aims to be open access. Please submit an abstract (max. 500 words) and a short CV via this online form no later than 14 July 2020.
Complete selected texts (max. 6000 words) must be submitted by February 2021.

Further questions can be sent to Natacha Klein Käfer

Entre réel et imaginaire : les animaux

Entre réel et imaginaire : les animaux dans l’histoire, l’art et la littérature à l’époque bourguignonne (XIVe-XVIe siècles)

Enghien, Château Empain, 24-27 septembre 2020
Centre européen d’Études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.)

En partenariat avec
– Fondation d’Arenberg
– Cercle royal archéologique d’Enghien
– Ville d’Enghien
– Hannonia – Centre d’information et de contact des cercles d’histoire, d’archéologie et de folklore du Hainaut

Avec le soutien de la Fondation pour la protection du patrimoine culturel, historique et artisanal (Lausanne).

Programme :

Jeudi 24 septembre

(8h00 : Comité exécutif)

Dès 9h00        Accueil des participants

09h30             Mot de bienvenue par les autorités de la ville

Réponse au nom du CEÉB par S.A.S le Duc Léopold d’Arenberg, Président du Centre

Communications (10h00-12h30)

Henri Simonneau (Toulouse), L’utilisation de la figure animale dans la propagande bourguignonne (XIVe-XVIe siècles)
Pause

Victorien Leman (Amiens), Maîtriser la Création : animaux et discours politique dans les résidences des ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge
François Duceppe-Lamarre (Arras), Ordonner le monde animal dans l’histoire bourguignonne. Exemple de cohabitation avec le sauvage dans la résidence ducale d’Hesdin sous Philippe le Hardi (1384-1404)
Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-17h30)

Paul Delsalle (Besançon), Le cheval, un acteur de l’économie du comté de Bourgogne et de la cité impériale de Besançon à l’époque de Charles Quint (1500-1558)
Claire Sicard (Tours), Figures équines dans Le Secret d’Amours de Michel d’Amboise (1542) et Le Tuteur d’Amour de Gilles d’Aurigny (1546)
Pause

Amandine Jelen (Tours), Le cheval, les chevaux et les hommes des livres équestres en Europe au XVIe siècle
Pierre-Henry Bas (Paris / Lille), Le cheval et l’animal dans les livres de combat (xive-xvie siècles) : entre réel et imaginaire
17h30-19h30  Réception offerte par S.A.S. le Duc d’Arenberg (sous réserve)
(Repas libre)

Vendredi 25 septembre

Communications (09h30-12h00)

Alain Marchandisse (Liège) et Bertrand Schnerb (Lille), Belle et ses amis. Le lévrier à la cour de Bourgogne sous Philippe le Bon
Julien Sohier (Bruxelles), L’histoire des chiens en milieu urbain entre le XIIIe et le XVIe siècle dans nos régions
Pause

Youssef Ngadi (Oujda), Les animaux dans le récit de voyage de Bertrandon de La Broquière
Alain Servantie (Bruxelles), La découverte des animaux d’Amérique

Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-17h00)

Anne Dubois (Louvain-la-Neuve), Du suppôt de Satan à gardien du foyer domestique : l’iconographie du chat dans les Pays-Bas bourguignons
Valérie Toureille (Cergy-Pontoise), Batailles dérisoires. Les duels entre chevaliers et escargots dans les marginalia à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles)
Pause

Danielle Quéruel (Reims), De la table à la scène : les oiseaux dans les entremets bourguignons
Maria Colombo (Paris / Milan), Animaux réels, animaux imaginaires dans le Dialogue des créatures (fin xve siècle) : nomenclature et iconographie

17h00-18h30  Présentation du Pavillon des sept étoiles et visite du parc d’Enghien, par Jean-Louis Vanden Eynde (Faculté d’architecture – Université catholique de Louvain)

20h00             Repas officiel du CEÉB

Samedi 26 septembre

Communications (09h00-12h30)

Jean-Christophe Blanchard (Nancy), Réalité animale et fantasmes princiers. L’exemple de la cour ducale lorraine (1473-1559)
Gabriel Redon (Paris), La présence de l’aigle impériale dans les sources littéraires italiennes du xive siècle
Pause

Dominique Delgrange (Paris), Le lion et le griffon. Le décor de la barrière construite devant le Palais Rihour, siège de la Gouvernance à Lille (1525)

Assemblée générale du CEÉB
Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-17h00)

Audrey Ségard (Lille), Quand les prisonniers invitent les animaux à venir leur tenir compagnie. Les graffiti animaliers sur les murs des prisons de la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIe siècles)
Pierre Couhault (Paris), La poésie animalière de Nicaise Ladam (Grenade), héraut de Charles Quint
Pause

Christophe Bosteels (Enghien), Les thèmes animaliers dans les tapisseries d’Enghien au XVIe siècle
Louis-Donat Casterman (Tournai), Le dragon d’Adrien de Croÿ. Ou comment un attribut iconographique renvoie subtilement, sur des tapisseries aux armes, à une victoire militaire (1532)

17h30  Visite de la Fondation d’Arenberg et présentation de documents anciens (sous réserve)
(Repas libre)

Dimanche 27 septembre

09h30 Visites à Enghien (Fondation d’Arenberg + Maison Jonathas ; chapelle castrale ; église Saint-Nicolas / retable…)
12h00             Départ pour Lessines
12h30-14h00  Déjeuner à l’Hôpital Notre-Dame à la Rose
14h00             Visite de l’Hôpital

Secrétariat général
Université de Liège
Département des Sciences Historiques / Transitions. Unité de recherches sur le Moyen Âge & la première Modernité
Quai Roosevelt, 1B, B-4000 Liège

Investir la frontière

Nouvel appel à contributions pour la revue Frontière.s :

Investir la frontière

Date limite de soumission des articles complets : 20 décembre 2020

Coordination : Marine Lépée, Gaëlle Perrot

La frontière n’est pas seulement une limite ou une interface entre deux réalités. Elle constitue également un espace construit et organisé où s’investir ou à investir de manière plus ou moins pérenne. Pour ce quatrième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités d’appropriation de la frontière et ses formes d’occupation, en portant une attention particulière aux acteurs et aux dynamiques centres-périphéries.

La thématique pourra être abordée librement selon différentes approches :

  • investissement matériel : habiter ou aménager des espaces intégrés ou à la marge, investir des moyens financiers, humains, structurels
  • investissement territorial : maîtriser et étendre les limites d’un territoire religieux, agricole, étatique, etc.
  • investissement militaire : engager des forces militaires afin d’occuper/conquérir un espace ou une population
  • investissement symbolique : revêtir la frontière d’un droit, d’un pouvoir, d’une dimension honorifique, d’une juridiction, d’une identité territoriale ou nationale
  • investissement intellectuel : considérer une frontière ou un territoire frontalier comme un horizon de la connaissance, un espace à cartographier ou à explorer.

Calendrier

  • 20 décembre 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 mars 2021 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 avril 2021 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2021 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Migration histories

Vient de paraître:

Migration Histories of the Medieval Afroeurasian Transition Zone

Aspects of mobility between Africa, Asia and Europe, 300-1500 C.E.

éd. Johannes Preiser-Kapeller, Lucian Reinfandt et Yannis Stouraitis, Brill, 2020.

Présentation:
The transition zone between Africa, Asia and Europe was the most important intersection of human mobility in the medieval period. The present volume for the first time systematically covers migration histories of the regions between the Mediterranean and Central Asia and between Eastern Europe and the Indian Ocean in the centuries from Late Antiquity up to the early modern era.
Within this framework, specialists from Byzantine, Islamic, Medieval and African history provide detailed analyses of specific regions and groups of migrants, both elites and non-elites as well as voluntary and involuntary. Thereby, also current debates of migration studies are enriched with a new dimension of deep historical time.

En route pour le ciel

Effervescences Médiévales, plateforme collaborative et interdisciplinaire sur le Moyen Âge pour les chercheurs médiévistes, vous invite à participer à son second appel à publications. Les articles seront publiés sur notre site puis, à l’issue de la date butoir, compilés sous la forme d’une revue numérique en libre accès.

Pour son second appel à publications, l’équipe d’Effervescences Médiévales vous invite à soumettre un article sur le thème suivant : « En route pour le Ciel, le voyage spirituel au Moyen Âge ». À travers ce thème, nous invitons les jeunes chercheurs et chercheurs confirmés à réfléchir au voyage spirituel par la seule voie de l’esprit, en excluant tout déplacement physique. Votre contribution pourra traiter des axes suivants :

  • La préparation du voyage spirituel, les conditions morales et spirituelles requises.
  • Les différentes formes du voyage spirituel (rêve, extase, vision,…).
  • Les différentes voies d’accès au voyage spirituel (les airs, la musique,…).
  • Les différentes étapes du voyage spirituel.
  • La description des paysages visités.
  • L’identification des créatures célestes rencontrées comme les anges, les saints, les guides,…
  • Les émotions du voyageur.
  • L’enseignement du voyage spirituel.
  • Les perceptions olfactives et auditives du voyage spirituel.
  • Le retour du voyage spirituel.
  • Le souvenir du voyage spirituel.
  • Les bénéfices du voyage spirituel.
  • Les représentations du voyage spirituel dans l’art du Moyen Âge.

Votre contribution pourra également traiter de sujets adjacents en lien avec notre thématique de recherche. Dans une démarche interdisciplinaire, toutes les contributions de spécialistes travaillant sur le Moyen Âge sont attendues.

Vision du bienheureux Pierre de Luxembourg, Heures à l’usage de Paris, XVe siècle. Paris, Bibl. Mazarine, ms. 491, f. 244v.

 

Les articles seront publiés au fur et à mesure de leur soumission. Votre contribution est à envoyer à l’adresse suivante effervescencesmedievales@gmail.com jusqu’au 31 octobre 2020 inclus, accompagnée d’une courte biographie.

Pour les normes rédactionnelles, voir ici.

Dislocations

Vient de paraître:

Alfred Hiatt, Dislocations: Maps, Classical Tradition, and Spatial Play in the European Middle Ages, Turnhout, Brepols, coll. Studies and Texts 218, 2020.

Présentation:

In Europe, during the Middle Ages, classical Greek and Roman geography continued to provide the fundamental structure for knowing the world’s places and peoples. From encyclopedic compendia such as the Natural History of Pliny the Elder and its redaction in Julius Solinus’s Polyhistor to the works of canonical Roman poets such as Virgil, Ovid, and Lucan, the geographical content of antique texts invited study and explication.

Yet medieval authors well knew that classical spatial order, itself full of lacunae, only infrequently corresponded to their own reality. Dislocations: Maps, Classical Tradition, and Spatial Play in the European Middle Ages considers the ways in which medieval and, later, humanist geography absorbed and reinvented classical spatial models in order to address key questions of historical change, migration, and emerging national, regional, and linguistic identities.

Drawing on a wide range of literary texts, maps, and geographical descriptions – and utilising the ancient but now largely discarded scholarly genre of the dialogue – Dislocations argues that medieval spatial representation was complex and richly textured, whether in the form of a careful gloss in a manuscript of Lucan’s Civil War, or as the exuberant sexualized allegories of the fourteenth-century papal notary Opicinus de Canistris.

The book also explores a further kind of dislocation: the surprising connections between medieval geographical thought and twentieth- and twenty-first-century visual arts, including Dadaism and the remarkable Mappamundi Suite of the Gujarati artist Gulammohammed Sheikh. While past spatial orders may be relegated to obscurity, they just as often linger – in archives, memories, and ruins – to be retrieved and reanimated in revealing ways.

Catalan maps and Jewish books

Vient de paraître:

Katrin Kogman-Appel, Catalan Maps and Jewish Books. The Intellectual Profile of Elisha ben Abraham Cresques (1325-1387), Turnhout, Brepols, coll. Terrarum orbis 15, 2020.

Présentation :

This books describes the life of Elisa ben Abraham Cresques, known to many as the author of the Catalan Atlas, and focuses on the Jewish aspects of his fascinating career, his professional profile, and his scholarship.

This book presents a small chapter in the intellectual history of the Jews of Majorca. Its key figure is Elisha ben Abraham Bevenisti Cresques (1325–1387) a cartographer in the service of King Peter IV of Aragon and a scribe and illuminator of Hebrew books. Elisha Cresques’ career evolves at a point in time when some of the most fascinating threads of methodological interests relevant to intellectual history meet. He emerges as a hub, so to speak, where mapmaking converged with scribal work, miniature painting with scientific knowledge, and the culture of a minority with that of the majority. How he was able to negotiate his patron’s expectations and his own cultural identity and frame them within the political, cultural, and religious discourses of his time is the subject of this book.

Table des matières:

Preface
List of Illustrations
Introduction
1 Book Art for the Jewish Call – Charts for the Court
2 Collecting Books
3 Visualizing the Ecumene at Large
4 Filling in the Details
5 Political Space Between the Baltic Sea, the Atlantic and the Mediterranean
6 Imaging Islam in Africa and the Middle East
7 The Mongol Khanates
8 Mythical Space: Past and Future
Epilogue
Bibliography and Sources
Index

Dépasser la frontière

Le premier numéro d’une nouvelle revue en ligne, Frontière.s, revue d’archéologie, histoire et histoire de l’art, vient de paraître, sur le thème :

Dépasser la frontière

1, 2019, dir. Vincent Chollier et Gaëlle Perrot.

Parmi les contributions, une porte sur le Moyen Âge :

Nissaf Sghaïer, Les voyageurs occidentaux à la découverte de l’altérité musulmane au bas Moyen Âge

 

 

 

Matérialiser la frontière

Appel à contribution pour la revue Frontière.s, Revue d’archéologie, histoire et histoire de l’art :

Matérialiser la frontière

Date limite de soumission des articles complets : 20 juin 2020

Coordination : Mathilde Duriez, Cécile Moulin

Matérialiser une frontière c’est lui donner une réalité concrète. Souvent conçue comme visible et sensible, la frontière peut également se révéler intangible. Elle se manifeste alors à travers le regard et l’approche des chercheurs. La frontière peut être perçue comme barrière ou interface entre plusieurs espaces. Pour ce troisième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités de formalisation et de conception de la frontière. Les axes de recherches pourront alors appréhender :

  • Les éléments naturels et topographiques et les marquages particuliers utilisés pour rendre concrète une limite réelle (bornes, murs, sillons, fossés, portes…), abstraite ou symbolique : délimiter le monde des morts du monde des vivants, le sacré du profane, le domestique du rituel, etc.
  • Le recours à des agents pour réaliser ou maintenir une frontière.
  • Les représentations iconographiques et cartographiques ou les descriptions de la frontière, pour mieux percevoir un territoire souvent fluctuant au travers de ses limites.
  • L’utilisation des données matérielles dans le but de mettre en évidence des frontières culturelles, politiques, sociales et économiques entre différentes communautés.
  • Le processus de matérialisation et sa transformation dans le temps et l’espace.

Calendrier

  • 20 juin 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 septembre 2020 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 octobre 2020 : date de retour des versions corrigées
  • décembre 2020 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 20 juin 2020 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

L’objet monde

L’objet monde au Moyen Âge

Clôtures et mise en ordre dans les productions littéraires, iconographiques et architecturales

Argumentaire

Le monde médiéval (mundus), création divine, ordonnée et parfaite, se suffit du principe divin qui en règle le fonctionnement. Cette perfection du monde, inséparable de sa clôture et de son intégrité, semble aussi avoir été pensée comme principe de la création humaine.

Partant de réflexions sur le haut Moyen Âge, l’objectif de cette journée d’étude sera de suivre la pertinence, la survivance et peut-être l’effacement et le remplacement de ce schéma de pensée sur toute la période médiévale.

La pensée carolingienne présente de nombreux indices d’une analogie entre création divine et création humaine. Émerge ainsi la notion de clôture dans le monastère, qui va de pair avec la réflexion menée sur l’idéal monastique : en témoigne la généralisation de la Règle de saint Benoît et l’importance progressive qu’accorde le monachisme au cloître, mot dérivé de claudere. Si la clôture sépare le moine du siècle, elle le place par ailleurs dans un monde per se dont la totalité et l’harmonie sont symbolisées par la forme du bâti et l’espace que crée cette dernière, ordonné, réglé et tourné vers la louange de Dieu. Elle délimite un monde clos et autonome, image du monde paradisiaque : dans la clôture réside une totalité, la clôture s’extrayant ainsi du concept de frontière.

Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search