Archives de catégorie : Actualités

Guillaume de Boldensele

Vient de paraître :

Guillaume de Boldensele, Sur la Terre sainte et l’Egypte (1336), présentation et commentaire par Christiane Deluz, Paris, CNRS Editions, coll. « Sources d’histoire médiévale », 2018, 210 p.

Présentation :

En 1336, Guillaume de Boldensele, frère Prêcheur du couvent de Minden, de retour d’un pèlerinage à Jérusalem, rédige, à la demande du cardinal de Talleyrand, personnage influent de la cour pontificale d’Avignon, un Liber consacré à la Terre Sainte et à l’Égypte. Parmi les nombreux récits de pèlerinage du XIVe siècle qui nous sont parvenus, celui-ci se distingue par l’étendue de la culture dont il témoigne. Culture théologique, ce qui ne surprend pas, mais aussi culture scientifique, jointe à une curiosité d’esprit, qui l’amène à confronter son savoir à l’expérience, devant des phénomènes jugés miraculeux, à construire une image du monde fondée à la fois sur la cartographie et sur ses propres observations.
Dès 1351, Jean le Long, abbé de Saint-Bertin à Saint-Omer, insère ce récit dans la série de traductions qu’il consacre au Proche-Orient et à l’Asie récemment découverte, offrant ainsi un témoignage intéressant sur le nouveau statut du français comme « langue de clergie ». Ainsi c’est à un double titre que l’oeuvre de Boldensele mérite d’être tirée de l’oubli.

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Appel à contributions de la revue Etudes Médiévales Anglaises, sur le thème:

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Argumentaire

La revue Etudes Médiévales Anglaises (EMA) vous invite à soumettre un article pour son numéro 94 sur la notion d’espace. Les articles, en anglais ou en français, sont à envoyer à Fanny Moghaddassi avant le 30 mai 2019 (informations ci-dessous). Nous recommandons aux auteurs intéressés de faire parvenir un titre et une brève description du contenu de leur article dès que possible.

Bien que l’espace ne soit pas un concept médiéval (au XIVème siècle, le terme moyen-anglais réfère d’abord au temps ou à l’intervalle entre deux objets, et non à l’idée abstraite d’étendue que l’on peut traverser et / ou occuper), il a cependant pris une importance critique considérable dans les études médiévales au fil des dernières décennies. Les médiévistes se sont toujours intéressés aux questions spatiales, notamment sous la forme de recherches sur la localisation et les frontières de communautés nationales et religieuses, sur les pratiques médiévales du pèlerinage, de la procession et du voyage, ou sur les symbolismes associés à divers lieux (forêt, jardin, château…). Toutefois, « un regard critique sur les catégories et concepts de l’espace » (Weiss & Salih, 2012, xv) ne s’est développé que plus récemment sous l’impulsion de la géographie culturelle, dans les années 1970, et des explorations post-modernes des soubassements idéologiques qui ont au Moyen Âge forgé et produit les espaces ruraux et urbains, les lieux de pouvoir, les sites religieux, et façonné au sein de ces espaces des zones distinctes en fonction de critères de genre et d’appartenance sociale. Continuer la lecture

Les représentations géographiques et cartographiques du pouvoir

Dans le cadre du séminaire « Economie, société  et culture » du LA3M, consacré cette année à La représentation du pouvoir en Méditerranée médiévale, la séance du 3 décembre aura pour programme :

Les représentations géographiques et cartographiques du pouvoir

– Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS-LA3M), Découper le monde en empires : les représentations des voyageurs aux XIIIe-XIVe siècles.

– Paul Fermon (LA3M). À l’échelle de l’enquêteur : cartographies et sièges du pouvoir dans les vues territoriales du XVe siècle de la Provence et du Dauphiné.

Aix-en-Provence, MMSH, de 14h à 17h.

 

Représentation de l’espace et de l’altérité

Journée d’études, 7 décembre 2018, à l’Université de Louvain (Salle du Conseil de l’Institut supérieur de philosophie Place du Cardinal Mercier, 14, Louvain-la-Neuve) :

Représentation de l’espace & de l’altérité

Perspectives historiques et interdisciplinaires

Présentation :

Des mappaemundi à « Google Maps » les supports pour représenter graphiquement le monde tiennent un rôle essentiel dans la façon dont les cultures humaines pensent et décrivent l’espace, surtout l’espace qui reste au dehors de l’expérience quotidienne.

Conçue à l’intérieur du cadre de l’ « Année Louvainternational » et du cycle d’activités du Centre d’Études sur le Moyen Âge et la Renaissance (CEMR – INCAL)  consacré aux représentations historiques de l’espace, cette matinée d’études porte sur les différentes stratégies de représentations du monde qui se sont succédé et qui ont cohabité dans les cultures du Moyen Age et de la Renaissance, en Europe et dans le Proche Orient.

À travers les communications de quatre spécialistes internationalement connus, cette matinée d’études vise à explorer comment, dans les cultures du passé, en Europe et ailleurs, les cartes géographiques fonctionnaient comme une interface de plusieurs traditions culturelles (récits de voyage, savoirs encyclopédiques) et linguistiques, et témoignaient de différentes modalités de représentation de soi et de l’autre. S’adressant à un auditoire de non- spécialistes, les orateurs approcheront ces questions complexes à travers des exemples concrets de recherche sur les cartes médiévales, en insistant tout particulièrement sur l’importance et la pertinence d’une démarche comparative entre l’histoire, la géographie, l’histoire des sciences et la littérature.

Programme :

9h30

Accueil des participants

9h40

Chet Van Duzer (Stanford University) : New uses for early maps: cartography revisited

Thibaut Maus de Rolley (University College of London) : Rukhs! Islands and flying monsters, from Marco Polo to Peter van den Keere

Modératrice : Antonella Sciancalepore (UCLouvain)

11h

Pause café

11h15

Marianne O’Doherty (University of Southampton) : Maps in manuscript context: A Jerusalem map in a Holy Land miscellany of the fifteenth century

Jean-Charles Ducène (Ecole pratique des Hautes Etudes) : Les cartes du Sahara chez al-Idrîsî

Modérateur : Maxime Kamin (Université Grenoble Alpes)

12h35

Fin des travaux

Voyages vers le Nord

Appel à contributions pour la revue « Viaggiatori », septembre 2019 :

Voyages vers le Nord, voyages vers les pays froids

Argumentaire:

« Le sentiment de l’isolement et de l’abandon remplit l’âme du voyageur qui traverse ces déserts du Nord. Rien ne vit autour de lui, tout est silencieux et mort. » (Charles Martins, 1866)

La représentation du Nord de l’Europe a beaucoup changé au fil des siècles. Dans le monde gréco-romain, le concept de Nord était toujours très relatif et non relié à une précise région géographique, de même que le terme Septentrion, qui localisait une zone nordique qui s’élargissait d’est en ouest, de la Britannia à la Germania et à la Scythie, était assimilé parfois à la Bulgarie, d’autres fois à la Roumanie, à la Hongrie, à la Pologne ou à la Russie. Le Nord d’Homère était le pays des Cimmériens (c’est-à-dire au nord de la mer Noire), alors que pour Ptolémée, c’était le pays des Finnoi, des tribus finnoises ou lapones, qui n’étaient pas bien localisées. Il est bien compréhensible que, quand Pythéas de Marseille revint de son long périple dans la mer du Nord, aucun savant ne lui ait fait confiance, son Peri tou Okeanou étant considéré comme un recueil de fables. Il fallut attendre Pline l’Ancien, Tacite et Ptolémée pour identifier d’abord la Scandia (la partie méridionale de la Suède) et ensuite la Scandinavie. Si la culture classique a le grand mérite d’avoir fait connaître le Nord de l’Europe dans ses œuvres littéraires et géographiques, elle est aussi responsable de l’image (très tacitéenne) d’un Septentrion obscur, inhabitable à cause du climat et en général négatif ; Adam de Brème et Saxo Grammaticus contribuèrent à la fixer dans la littérature médiévale. Tous ces savants fondaient leurs affirmations sur les ouvrages de référence classiques et sur les témoignages des marins et des marchands, les seuls à avoir parcouru ces régions extrêmes, pour en rapporter les fourrures et le célèbre ambre de la Baltique. Mais enfin, à partir du xve siècle, on commença à avoir quelques relations très intéressantes des premiers voyageurs (Pietro Querini, Paul Jove, Alessandro Guagnini) et trois œuvres savantes, qui peuvent être considérées encore aujourd’hui comme les fondements de la connaissance du Nord à l’époque moderne, même si encore liées à la mentalité médiévale car écrites en latin : ce sont les ouvrages de Jacob Ziegler, d’Olaus Magnus et de Johannes Scheffer. Si Ziegler reprit l’image barbare et sauvage des peuples du Nord, Olaus Magnus et Scheffer publièrent des études monographiques fondamentales pour la diffusion de la connaissance des pays nordiques en Europe. Leurs ouvrages furent souvent cités (et copiés) par les premiers voyageurs du xviie et xviiie siècle, mais on les trouve encore parmi les sources de la littérature de voyage du xixe siècle. Continuer la lecture

Voyageurs-écrivains

Appel à communications pour une journée d’études doctorants et jeunes chercheurs, qui aura lieu le 20 mars 2019 à l’Université Littoral Côte d’Opale de Boulogne-sur-Mer.

« Sur les traces du voyageur-écrivain: témoignages croisés d’une histoire »

Argumentaire :

Cette Journée d’Étude s’inscrit dans la continuité des manifestations scientifiques de l’UR H.L.L.I. sur la thématique des récits de voyage, genre qui se situe aux confins de la littérature, de l’histoire, de l’anthropologie et de bien d’autres disciplines. Elle proposera de réfléchir sur l’écriture du voyage en se centrant sur deux figures du voyageur, l’écrivain-voyageur d’une part, le voyageur écrivain d’autre part. En effet, le récit de voyage est un genre ambigu dans la mesure où il est riche par la diversité des formes qu’il peut emprunter, récit de pèlerinage, récit de croisade, chronique, lettre, journal, carnet de bord, récit romanesque, etc. Autant de formes qui correspondent aux différentes catégories de voyageurs : pèlerins, brigands, parias, commerçants, ambassadeurs, navigateurs, historiens, politiciens, médecins, militaires, romanciers, etc. De surcroît, selon le statut du voyageur, le regard présenté diffère en fonction des choix d’écriture de l’auteur ; l’écrivain voyageur donne la primauté à la littérature et offre une vision subordonnée à ses compétences d’écrivain tandis que le voyageur écrivain privilégie ses capacités d’expertise dans son domaine respectif pour reconstruire le réel.

Les écrits de ces deux types de voyageurs mettent à la disposition du lecteur d’aujourd’hui un nombre non négligeable d’informations qui reposent sur l’observation des lieux, des usages à une période donnée dans un pays, de la culture d’un peuple, mais également sur les émotions, les impressions, qui transparaissent à travers les techniques d’écriture et qui offrent un matériel inépuisable à la recherche. Ces récits sont donc d’une importance capitale dans la mesure où ils sont des sources qui informent sur des contrées et des périodes mal connues comme le fait Hérodote au sujet du développement de l’empire perse ou encore de l’origine des guerres médiques au ve siècle avant notre ère dans les Histoires ou l’Enquête, première œuvre historique du monde occidental. Continuer la lecture

Le voyage architectural

Vient de paraître:

Frédérique Lemerle, Le voyage architectural en France (XVe-XVIIe siècles) : Entre antiquité et modernité, Turnhout, Brepols, 2018, coll. Etudes renaissantes 26.

Présentation:

Réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages laissés par les voyageurs français et étrangers.

L’ouvrage est consacré à la réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages textuels et graphiques laissés par les voyageurs français et étrangers, depuis le XVe siècle où apparaissent les premiers témoignages significatifs, jusqu’au chantier de Versailles qui focalise durablement l’attention des visiteurs. Les descriptions les plus connues, citées souvent à partir d’extraits publiés à la fin du XIXe ou dans la première moitié du XXe siècle, sont envisagées dans leur ensemble et mises en parallèle. Les autres, souvent inédites, sont prises en compte pour les témoignages qu’elles apportent aussi bien sur les antiquités gallo-romaines que sur les édifices civils et religieux plus récents ou strictement contemporains. Les bâtiments sont donc étudiés à un moment de leur histoire mais aussi analysés et contextualisés en fonction des intérêts et des goûts manifestés par les divers voyageurs, selon l’époque, l’itinéraire, la durée du séjour, éventuellement la nationalité. L’étude de la réception de ces édifices vus dans le long terme et dans tous leurs états, en chantier, restructurés, agrandis, modernisés sous des propriétaires différents, en constante mutation et devenir dans leurs dedans comme dans leurs dehors, permet d’écrire une histoire du goût et de la curiosité comme de l’art d’habiter en France à l’époque moderne.

Continuer la lecture

Lieux réels, lieux rêvés

Lieux Réels, lieux rêvés à la Renaissance

Séminaire Chorea 2018-2019.

Présentation

Destiné aux jeunes chercheurs (étudiants de Master, doctorants et jeunes docteurs) qui ont pour champ d’investigation la Renaissance entendue au sens large, le séminaire Chorea de l’association Cornucopia reprend à la rentrée 2018 dans un nouveau format. Dans un esprit humaniste de dialogue et d’expérimentation, ce séminaire a pour but de répondre aux attentes et interrogations des jeunes chercheurs et chercheuses.

Dans un souci d’ouverture disciplinaire et géographique ancien, dont témoignent plusieurs séminaires précédents et numéros du Verger consacrés aux « marges », à « l’Orient », à « l’exotisme » ou aux « temps et espaces du voyage », Cornucopia propose pour la réouverture de son séminaire Chorea en 2018-2019 de poursuivre l’exploration des « ailleurs » au sens large à travers le lien entre les lieux réels et les lieux rêvés à la Renaissance. Continuer la lecture

Locus 2018-2019

Le séminaire Locus reprend pour l’année 2018-2019.

Séminaire organisé par Emmanuelle Vagnon, Geneviève Bührer-Thierry et Christopher Fletcher

LAMOP-Université Paris1, Séances salle Perroy, le vendredi de 10h-13h.

Sorbonne, entrée 14 rue Cujas, galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 2e étage.

Argumentaire

Amorcé  début  2017,  « Locus »  est  un  séminaire  transversal,  réunissant  des  historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations  de  l’espace au  Moyen  Âge  en  tentant  de  se  démarquer  d’une  approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes ; la question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre cet espace médiéval. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lors qu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » pourrait devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes. Continuer la lecture

Le peintre et la carte

Vient de paraître :

Paul Fermon, Le peintre et la carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (XIVe-XVe siècle), Turnhout, Brepols, coll. Terrarum orbis, 2018, 507 p.

Présentation:

Au croisement de l’histoire de l’art, du droit et de la cartographie, cet ouvrage propose d’observer le développement des usages de la carte locale et du plan au cours des derniers siècles du Moyen Age et d’en analyser les causes. L’étude s’appuie sur une centaine de cas de figuration de territoires, de lieux ou d’édifices à partir d’observations et de relevés effectués entre les années 1320 et 1514 par des peintres ou des agents députés par l’autorité en Provence, dans le Dauphiné et dans la cité pontificale d’Avignon. Le dossier formé par ce corpus iconographique et textuel permet de repenser la définition de la pratique picturale de la vue à l’époque de sa gestation et de son premier essor dans la peinture comme dans la cartographie. Par le prisme de la vue figurée, l’ouvrage propose aussi d’interroger les transformations qui furent provoquées par l’accroissement de la place de l’image dans les sociétés de la fin du Moyen Age, notamment dans la conduite à distance du pouvoir. L’avènement de nouvelles pratiques de la vue doit en effet être relié à celui de l’enquête qui lui est contemporain. Ils traduisent ensemble un changement de hiérarchie dans les sources légitimes, ou non, de la connaissance et de l’information territoriale qui caractérise certaines des conceptions de la justice et du bon gouvernement des XIVe-XVe siècles.

Perceptions et représentations des frontières

Appel à communications pour une université d’été :

Perceptions et représentations des frontières et des espaces frontaliers au Moyen Âge et à l’époque moderne (IXe–XVIIIe siècles) / Wahrnehmung und Darstellung von Grenzen und Grenzräumen in der Vormoderne (9.–18. Jahrhundert)

Paris, 21–24 mai 2019

Lieu de la manifestation: Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris

Organisation: Maximilian Groß et Robert Friedrich (IHA) en coopération avec Christophe Duhamelle (EHESS), Rainer Babel, Rolf Große (IHA) et Sven Jaros (université de Leipzig)

Délais pour le dépôt des dossiers: 30 novembre 2018

La recherche sur les frontières et les zones frontalières est un sujet actuel, aussi bien dans les sciences historiques que dans d’autres sciences humaines. L’université d’été, qui aura lieu en mai 2019 à l’Institut historique allemand de Paris, se consacrera à ce thème dans une perspective transnationale de longue durée. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’études récentes qui analysent les zones frontalières de manière différenciée et dépassent ainsi les modèles rigides centre vs. périphérie. Ces catégories sont moins immuables que dépendantes du contexte dans lequel elles sont évoquées; par ailleurs, l’étude des acteurs locaux des régions frontalières est déterminante afin de questionner les récits établis. Le tournant historiographique du spatial turn a quant à lui mis en exergue le caractère construit des frontières ainsi que leurs représentations et perceptions historiques. L’université d’été aborde ce sujet sous deux angles. En premier lieu, pour étudier le phénomène des régions frontalières du Moyen Âge à la période moderne, il convient de mettre en lumière leurs représentations dans les sources. Cet appui constant sur les sources primaires permet d’une part d’éviter une (re)construction moderne et ahistorique du concept d’»espace frontalier«, d’autre part de comprendre comment les zones frontalières ont été décrites dans des contextes différents. En second lieu, afin de pouvoir examiner ces zones frontalières d’une façon plus différenciée, il convient de les contextualiser à l’aune de   leurs   interdépendances   régionales   respectives.   Au   travers   de   cette   régionalisation,   qui s’accompagne d’une déconstruction partielle de la frontière en tant que concept uniforme avec des spécificités universellement valables, les espaces peuvent être analysés dans leurs propres qualités et dynamiques multiples. Continuer la lecture

Multa magna et mirabilia

Après Marco Polo, c’est Odoric de Pordenone qui reçoit les honneurs d’un colloque, qui aura lieu le 29 octobre à  Udine :

Multa magna et mirabilia : Odorico da Pordenone e altri viaggiatori in Cina

Argumentaire :

Il convegno internazionale Multa magna et mirabilia. Odorico da Pordenone e altri viaggiatori in Cina mira a indagare il tema dei contatti tra l’Italia nordorientale e la Cina in età medievale, moderna e contemporanea, soffermandosi su alcune figure che svolsero un ruolo centrale negli scambi culturali tra Europa ed Estremo Oriente: Marco Polo (Venezia 1254-1324), Basilio Brollo (Gemona 1648 – Xi’an, Shanxi, 1704), Celso Costantini (Castions di Zoppola, Udine, 1876 – Roma 1958). Uno dei cardini del simposio sarà l’esperienza del Frate minore Odorico da Pordenone (Pordenone, 1260 ca. – Udine, 1331), che, partito per l’Oriente nel 1318, soggiornò tre anni presso la corte del Gran Khan a Dadu (l’odierna Pechino) e, nel 1330, raccolse i suoi ricordi in un importante resoconto. Al fine di stimolare un proficuo dialogo multidisciplinare e interculturale,
l’iniziativa vedrà la partecipazione di ricercatori di diversa formazione e provenienza, tra cui un cospicuo gruppo di studiosi cinesi delle università di Pechino e Nankai.

Programme :

10 h : Saluti istituzionali
Alberto Felice De Toni, Magnifico Rettore
Andrea Zannini, Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici e del Patrimonio Culturale

Introduzione : Andrea Tilatti, Università di Udine

Celso Costantini, primo delegato apostolico in Cina: Elisa Giunipero, Università Cattolica del Sacro Cuore

L’esperienza di Padre Basilio Brollo da Gemona in Cina : Simonetta Polmonari, Ministero dell’Istruzione dell’Università e della Ricerca

Documenti poliani con inserti in volgare : Vittorio Formentin, Università di Udine

14h30 :
Introduction : prof. Rong Xinjiang, Università di Pechino

Two Chinese toponyms mentioned in Odoric of Pordenone’s travel account : Dang Baohai, Università di Pechino

Odorico da Pordenone and the Great Qaan’s court rituals : Ma Xiaolin, Università di Nankai

The representation of Otherness in Odoric of Pordenone’s travel account : Alvise Andreose, Università eCampus

Chinese Studies on Odorico da Pordenone : Qiu Zhirong, Università di Pechino

 

The road to Cathay

Colloque qui se tiendra à Milan (Università Cattolica del Sacro Cuore), les 24-25 octobre 2018

The road to Cathay : East-West contacts in Marco Polo’s time

Argumentaire:

Scholarly interest in contacts between Europe and East Asia during the Middle Ages has not faded over time; rather, it has intensified over the past few decades. In addition to the major contributions by European and American scholars from the 1990s, it is important to remember the numerous works dedicated to this topic by Chinese, Korean, and Japanese scholars. Cross-disciplinary dialogue has become essential in a research environment where multiple, highly varied interests and skills cross paths. These specific needs have inspired the international conference The Road to Cathay. East-West Contacts in Marco Polo’s time.

In the mid-13th century a particular phase of the contacts between the Western and the Far Eastern worlds began, which ended with the fall of the Yuan dynasty. The unification of most of Asia and Eastern Europe under the Mongols led to the formation of a new space for religious, economic, and cultural exchanges, which stretched from the Danube to the shores of the Pacific. For over a century, emissaries, missionaries, and merchants travelled from West to East and from East to West, moving along the Silk Road or sailing along the sea route that linked the Persian Gulf with southern China. Continuer la lecture

Topographies

Le cycle de conférences du CEMR (Centre d’études sur le Moyen Âge et la Renaissance) de Louvain s’intitule pour l’année 2018-2019 :

Topographies: Représentations et transformation de l’espace

Programme :

Jeudi 22 novembre
Jean-Marie Fritz (Université de Dijon)
« La place du sonore dans la représentation de l’espace au Moyen Âge »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 6 décembre
Chet Van Duzer (Stanford University)
« Henricus Martellus’s World Map at Yale (c. 1491) : Multispectral Imaging, Sources, Influence »
18h30 – Salle du Conseil ISP

Jeudi 21 février
Sylvain Piron (EHESS, Paris)
« Le monde dans un panier d’osier. Les superpositions cartographiques d’Opicino de Canistris »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 21 mars
Michele Campopiano (University of York)
« Franciscans and representation of space : the case of the descriptions of the Holy Land from the Convent of Mount Zion (14th-16th centuries) »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Mercredi 3 avril
Yan Greub (ATILF, CNRS et U. de Lorraine)
« Frontières linguistiques – frontières topographiques »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Mercredi 24 avril
Sander Govaerts (Universiteit Amsterdam)
« The Ecology of Medieval Militarized Landscapes »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 9 mai
Eugenio Burgio (Università Cà Foscari Venezia)
« Notes sur la définition verbale de ‘frontière’ dans le Devisement du Monde »
18h30 – Salle du Conseil FIAM

Emergences de la géographie

Les 3 et 4 octobre prochains, se tiendront à Aix-en-Provence, les journées d’études

Émergences de la géographie, France/Italie, XIVe-XVIIe siècles

Organisées par le laboratoire LA3M (MMSH) en partenariat avec le CIELAM, l’UFR ALLSH de l’Université d’Aix-Marseille et le CRLV.

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Georges Duby.

Argumentaire:

L’objet de cette journée d’études vise à mettre en évidence la façon dont la géographie, qui ne constitue pas un domaine de savoir autonome au Moyen Âge et n’est pas répertoriée parmi les sciences du quadrivium, tend à prendre de l’importance à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne et à se constituer peu à peu en discipline. Ainsi, la géographie se détache peu à peu des sciences auxquelles elle était attachée jusque-là, qu’il s’agisse par exemple de l’histoire, de l’exégèse biblique ou du commentaire des textes antiques, ou encore des sciences naturelles. Cette évolution se traduit notamment par l’émergence de nouvelles figures intellectuelles que l’on peut qualifier de géographes et d’œuvres que l’on peut intituler à proprement parler « traités de géographie ». Un mouvement parallèle touche la cartographie, avec l’émergence d’ateliers ou d’individus spécialisés dans la production de ce type de documents. Continuer la lecture