Archives de catégorie : Actualités

Perceptions et représentations des frontières

Appel à communications pour une université d’été :

Perceptions et représentations des frontières et des espaces frontaliers au Moyen Âge et à l’époque moderne (IXe–XVIIIe siècles) / Wahrnehmung und Darstellung von Grenzen und Grenzräumen in der Vormoderne (9.–18. Jahrhundert)

Paris, 21–24 mai 2019

Lieu de la manifestation: Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris

Organisation: Maximilian Groß et Robert Friedrich (IHA) en coopération avec Christophe Duhamelle (EHESS), Rainer Babel, Rolf Große (IHA) et Sven Jaros (université de Leipzig)

Délais pour le dépôt des dossiers: 30 novembre 2018

La recherche sur les frontières et les zones frontalières est un sujet actuel, aussi bien dans les sciences historiques que dans d’autres sciences humaines. L’université d’été, qui aura lieu en mai 2019 à l’Institut historique allemand de Paris, se consacrera à ce thème dans une perspective transnationale de longue durée. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’études récentes qui analysent les zones frontalières de manière différenciée et dépassent ainsi les modèles rigides centre vs. périphérie. Ces catégories sont moins immuables que dépendantes du contexte dans lequel elles sont évoquées; par ailleurs, l’étude des acteurs locaux des régions frontalières est déterminante afin de questionner les récits établis. Le tournant historiographique du spatial turn a quant à lui mis en exergue le caractère construit des frontières ainsi que leurs représentations et perceptions historiques. L’université d’été aborde ce sujet sous deux angles. En premier lieu, pour étudier le phénomène des régions frontalières du Moyen Âge à la période moderne, il convient de mettre en lumière leurs représentations dans les sources. Cet appui constant sur les sources primaires permet d’une part d’éviter une (re)construction moderne et ahistorique du concept d’»espace frontalier«, d’autre part de comprendre comment les zones frontalières ont été décrites dans des contextes différents. En second lieu, afin de pouvoir examiner ces zones frontalières d’une façon plus différenciée, il convient de les contextualiser à l’aune de   leurs   interdépendances   régionales   respectives.   Au   travers   de   cette   régionalisation,   qui s’accompagne d’une déconstruction partielle de la frontière en tant que concept uniforme avec des spécificités universellement valables, les espaces peuvent être analysés dans leurs propres qualités et dynamiques multiples. Continuer la lecture

Multa magna et mirabilia

Après Marco Polo, c’est Odoric de Pordenone qui reçoit les honneurs d’un colloque, qui aura lieu le 29 octobre à  Udine :

Multa magna et mirabilia : Odorico da Pordenone e altri viaggiatori in Cina

Argumentaire :

Il convegno internazionale Multa magna et mirabilia. Odorico da Pordenone e altri viaggiatori in Cina mira a indagare il tema dei contatti tra l’Italia nordorientale e la Cina in età medievale, moderna e contemporanea, soffermandosi su alcune figure che svolsero un ruolo centrale negli scambi culturali tra Europa ed Estremo Oriente: Marco Polo (Venezia 1254-1324), Basilio Brollo (Gemona 1648 – Xi’an, Shanxi, 1704), Celso Costantini (Castions di Zoppola, Udine, 1876 – Roma 1958). Uno dei cardini del simposio sarà l’esperienza del Frate minore Odorico da Pordenone (Pordenone, 1260 ca. – Udine, 1331), che, partito per l’Oriente nel 1318, soggiornò tre anni presso la corte del Gran Khan a Dadu (l’odierna Pechino) e, nel 1330, raccolse i suoi ricordi in un importante resoconto. Al fine di stimolare un proficuo dialogo multidisciplinare e interculturale,
l’iniziativa vedrà la partecipazione di ricercatori di diversa formazione e provenienza, tra cui un cospicuo gruppo di studiosi cinesi delle università di Pechino e Nankai.

Programme :

10 h : Saluti istituzionali
Alberto Felice De Toni, Magnifico Rettore
Andrea Zannini, Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici e del Patrimonio Culturale

Introduzione : Andrea Tilatti, Università di Udine

Celso Costantini, primo delegato apostolico in Cina: Elisa Giunipero, Università Cattolica del Sacro Cuore

L’esperienza di Padre Basilio Brollo da Gemona in Cina : Simonetta Polmonari, Ministero dell’Istruzione dell’Università e della Ricerca

Documenti poliani con inserti in volgare : Vittorio Formentin, Università di Udine

14h30 :
Introduction : prof. Rong Xinjiang, Università di Pechino

Two Chinese toponyms mentioned in Odoric of Pordenone’s travel account : Dang Baohai, Università di Pechino

Odorico da Pordenone and the Great Qaan’s court rituals : Ma Xiaolin, Università di Nankai

The representation of Otherness in Odoric of Pordenone’s travel account : Alvise Andreose, Università eCampus

Chinese Studies on Odorico da Pordenone : Qiu Zhirong, Università di Pechino

 

The road to Cathay

Colloque qui se tiendra à Milan (Università Cattolica del Sacro Cuore), les 24-25 octobre 2018

The road to Cathay : East-West contacts in Marco Polo’s time

Argumentaire:

Scholarly interest in contacts between Europe and East Asia during the Middle Ages has not faded over time; rather, it has intensified over the past few decades. In addition to the major contributions by European and American scholars from the 1990s, it is important to remember the numerous works dedicated to this topic by Chinese, Korean, and Japanese scholars. Cross-disciplinary dialogue has become essential in a research environment where multiple, highly varied interests and skills cross paths. These specific needs have inspired the international conference The Road to Cathay. East-West Contacts in Marco Polo’s time.

In the mid-13th century a particular phase of the contacts between the Western and the Far Eastern worlds began, which ended with the fall of the Yuan dynasty. The unification of most of Asia and Eastern Europe under the Mongols led to the formation of a new space for religious, economic, and cultural exchanges, which stretched from the Danube to the shores of the Pacific. For over a century, emissaries, missionaries, and merchants travelled from West to East and from East to West, moving along the Silk Road or sailing along the sea route that linked the Persian Gulf with southern China. Continuer la lecture

Topographies

Le cycle de conférences du CEMR (Centre d’études sur le Moyen Âge et la Renaissance) de Louvain s’intitule pour l’année 2018-2019 :

Topographies: Représentations et transformation de l’espace

Programme :

Jeudi 22 novembre
Jean-Marie Fritz (Université de Dijon)
« La place du sonore dans la représentation de l’espace au Moyen Âge »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 6 décembre
Chet Van Duzer (Stanford University)
« Henricus Martellus’s World Map at Yale (c. 1491) : Multispectral Imaging, Sources, Influence »
18h30 – Salle du Conseil ISP

Jeudi 21 février
Sylvain Piron (EHESS, Paris)
« Le monde dans un panier d’osier. Les superpositions cartographiques d’Opicino de Canistris »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 21 mars
Michele Campopiano (University of York)
« Franciscans and representation of space : the case of the descriptions of the Holy Land from the Convent of Mount Zion (14th-16th centuries) »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Mercredi 3 avril
Yan Greub (ATILF, CNRS et U. de Lorraine)
« Frontières linguistiques – frontières topographiques »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Mercredi 24 avril
Sander Govaerts (Universiteit Amsterdam)
« The Ecology of Medieval Militarized Landscapes »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 9 mai
Eugenio Burgio (Università Cà Foscari Venezia)
« Notes sur la définition verbale de ‘frontière’ dans le Devisement du Monde »
18h30 – Salle du Conseil FIAM

Emergences de la géographie

Les 3 et 4 octobre prochains, se tiendront à Aix-en-Provence, les journées d’études

Émergences de la géographie, France/Italie, XIVe-XVIIe siècles

Organisées par le laboratoire LA3M (MMSH) en partenariat avec le CIELAM, l’UFR ALLSH de l’Université d’Aix-Marseille et le CRLV.

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Georges Duby.

Argumentaire:

L’objet de cette journée d’études vise à mettre en évidence la façon dont la géographie, qui ne constitue pas un domaine de savoir autonome au Moyen Âge et n’est pas répertoriée parmi les sciences du quadrivium, tend à prendre de l’importance à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne et à se constituer peu à peu en discipline. Ainsi, la géographie se détache peu à peu des sciences auxquelles elle était attachée jusque-là, qu’il s’agisse par exemple de l’histoire, de l’exégèse biblique ou du commentaire des textes antiques, ou encore des sciences naturelles. Cette évolution se traduit notamment par l’émergence de nouvelles figures intellectuelles que l’on peut qualifier de géographes et d’œuvres que l’on peut intituler à proprement parler « traités de géographie ». Un mouvement parallèle touche la cartographie, avec l’émergence d’ateliers ou d’individus spécialisés dans la production de ce type de documents. Continuer la lecture

Vérité et fiction

Le 15e colloque de l’International Medieval Society de Paris, qui se tiendra du 28 au 30 juin, a pour thème Vérité et fiction / Truth and Fiction.

Une des sessions portera spécifiquement sur « Geographical Truth & Fiction / Vérités & fictions géographiques »:

28 juin, 15h00-16h30:

Chair : Emmanuelle Vagnon

  • Peter Leonid Checkin “Truth at the Margins of the Known World: La navigation de saint Brendan 
  • Levante Selaf “La Sicambrie – une ville flottante sur la mappemonde des historiens et des romanciers médiévaux”
  • Margaretha Nordquist “Conflicting Mythscapes ? Truth and Fiction in Scandinavian Fifteenth-Century Chronicles as Regnal Narratives”
L’ensemble du programme du colloque est disponible ici.

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

Appel à communication pour un colloque qui aura lieu à Amiens les 22-24 novembre 2018 :

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

du Moyen Âge à nos jours

Argumentaire:

Le 20e anniversaire de l’inscription au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » offre l’occasion d’approfondir la connaissance scientifique sur les pèlerinages (dont celui à Saint-Jacques de Compostelle) et de valoriser le patrimoine des sanctuaires dans une région qui a jusqu’ici moins retenu l’attention : les Hauts-de-France et ses abords (Normandie, Ile-de-France, Champagne, Belgique) selon la terminologie moderne.

Il s’agit d’un espace de transit pour les pèlerins qui en partent ou qui le traversent pour se rendre vers des sanctuaires éloignés (Saint-Jacques de Compostelle, Rome, Jérusalem – même dans le cadre d’une croisade –, etc.), mais aussi d’un espace qui contient des sanctuaires nombreux, au rayonnement variable vers lesquels on se rend ou on se rendait (par exemple la cathédrale d’Amiens, Notre-Dame de Boulogne, Notre-Dame de Brebières à Albert, la sainte chandelle d’Arras, Notre-Dame de Liesse, Longpré-les-Corps-Saints, Saint-Quentin, etc., sans parler d’une multitude de pèlerinages locaux).

A partir du IVe siècle dans les régions christianisées de l’Empire romain ont commencé à se multiplier les sanctuaires en lien avec le développement du culte des saints et des reliques (tombeau de saint Quentin honoré dès la fin de l’Antiquité ; 198 reliques acquises par Angilbert pour le monastère de Saint-Riquier sous Charlemagne). Cette forme de piété impliquait des déplacements de la part des fidèles et ces voyages ont acquis, par les difficultés pratiques et économiques qu’ils impliquaient, un caractère pénitentiel qui les intégrait pleinement à la démarche religieuse d’approfondissement spirituel et de conversion. Continuer la lecture

Territoires, régions, royaumes

Colloque Territoires, régions, royaumes, 20-21 juin à Tours :

Présentation :

Pendant longtemps, les travaux sur la cartographie ont surtout porté sur les mappemondes, aussi bien dans le monde latin que dans le monde arabo-musulman. Les représentations cartographiques des espaces locaux et régionaux ont suscité un intérêt plus modéré, même si les études sur la cartographie à grande ou à moyenne échelle des XIIe-XVe siècles connaissent depuis quelques années un renouveau notable tant dans le domaine latin que dans le domaine arabe.

Le colloque sera consacré à la représentation cartographique du territoire, et, plus généralement, à la cartographie des espaces régionaux et locaux qui émerge dès le Xe siècle dans le monde arabo-musulman et à partir du XIIe siècle dans l’Occident latin, pour connaître un essor remarquable dans les deux derniers siècles du Moyen Âge. L’objet du colloque sera l’étude de cette cartographie, de son émergence, de ses formes et de ses usages tant dans le monde latin que dans le monde arabo-musulman. Le point de vue adopté pourra être comparatiste. Cependant, il s’agit surtout de mettre en évidence comment dans deux mondes culturels distincts, où les échanges culturels en matière géo-cartographique sont restreints au regard de ce qui se passe dans d’autres domaines scientifiques, des représentations cartographiques d’espaces locaux ou régionaux émergent et se développent plus ou moins simultanément. Ce sera l’occasion d’identifier et de discuter aussi bien les caractéristiques communes que les différences entre les cartographies régionales arabes et latines. On étudiera aussi précisément les modalités de représentation des espaces locaux et régionaux propres à chacune de ces deux aires culturelles. Continuer la lecture

Entre idéel et matériel

Vient de paraître :

Entre idéel et matériel :

Espace, territoire et légitimation du pouvoir (v. 1200-v. 1640)

Édité par Patrick Boucheron, Marco Folin, Jean-Philippe Genet, Paris, Editions de la Sorbonne & Ecole française de Rome, 2018.
Présentation :
L’espace est à la fois une réalité concrète, matérielle et mesurable, et une construction sociale et symbolique, ces deux aspects interagissant en permanence. L’Occident latin est certes en ce domaine l’héritier de Rome, mais les conceptions et les pratiques de l’espace ont été bouleversées par la chute de l’Empire et le développement de nouvelles structures politiques où les pouvoirs s’exercent sur les hommes plus que sur les territoires, une notion qui semble s’être temporairement effacée. Dans la perspective du programme SAS qui est celle d’une sémiologie de la naissance de l’état moderne, ce sont moins les signes dans l’espace que les signes de l’espace qui sont étudiés ici. On sait que l’espace est une production sociale et notre conception de l’espace comme surface homogène et mesurable n’est pas celle de la période médiévale et moderne, où l’on oscille sans cesse entre un espace polarisé autour des lieux de pouvoir et/ou des lieux sacrés et l’espace conçu comme territoire. Les communications sont regroupées en quatre thématiques : marqueurs symboliques de l’espace (palais communaux, espaces de pouvoirs, mausolées dynastiques), pouvoirs et symbolique de l’espace (identité civique des communes, contrôle de l’espace impérial, marquage de l’espace économique, retour du territoire), représentation symbolique de l’espace (cartes marines, portulans, vues figurées, usages de la géographie) et perception de la symbolique de l’espace (frontières, écrits administratifs, représentations de la cité).

Continuer la lecture

Routes, communications et circulation

La journée des jeunes chercheurs de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée aura lieu le 22 mai.

Elle porte sur la thématique des routes et moyens de communication pendant l’Antiquité et le Moyen Âge :

Programme :

9h30 – accueil des participants
9h45 – introduction : Thomas SALMON (Sorbonne Université, UMR 8167)
10h-11h30 : Axe 1 – Infrastructures et aménagements
Modérateur : Dominique MULLIEZ (Sorbonne Université, UMR 8167)
Camille GORIN (Université Paris 1, UMR 7041), La ville en mouvement : Poitiers, voies fluviales et itinéraires terrestres.
Adèle VORSANGER (Sorbonne Université, UMR 8167), Description des voies et perception de l’espace : le lexique de la route et du trajet terrestre en grec ancien.
Louise DORSO (Université Paris 1, UMR 7041), Retrouver la trace de la Route de l’Encens avant les Nabatéens (du VIIIème siècle au Ier siècle av. n. è.).
11h30 – pause-café
11h50-12h50 : Axe 2 – Parcourir le monde, c’est savoir s’arrêter
Modérateur : Dominique MULLIEZ (Sorbonne Université, UMR 8167)
Franck BRECHON (Université Perpignan-Via Domitia, EA 7397), Entre hôpitaux et auberges, l’accueil du voyageur en Cévennes à la fin du Moyen Âge.
Simon PIERRE (Sorbonne Université, UMR 8167), Escales chrétiennes sur la route des Arabes en Haute-Mésopotamie (VIIème siècle).
12h50-14h30 – pause déjeuner
14h30-17h : Axe 3 – L’animal, acteur de la circulation des hommes
Modérateur : Stavros LAZARIS (Sorbonne Université, UMR 8167)
Mathilde PRÉVOST (Sorbonne Université, UMR 8167), Partir avec des ânes dans le désert : les caravanes des anciens Égyptiens (IIIème-IIème millénaires av. n. è.)
Margaux SPRUYT (Sorbonne Université, UMR 8167 ; Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7209), Des équidés porteurs d’empire : compagnons de route et d’infortune à l’époque néo-assyrienne.
15h30 – pause-café
Delphine POINSOT (École Pratique des Hautes Études, UMR 8546), De la circulation des hommes à la diffusion du symbole : figurer le dromadaire et le cheval dans l’empire sassanide.
Liqiong YANG (Sorbonne Université, UMR 8167), Les animaux dans le transport de la Route de la Soie : recherche basée sur les peintures murales de Dunhuang, les manuscrits de Dunhuang et les Biographies des moines (Vème-Xème siècles).
16h45 – conclusion
17h – cocktail de clôture

Représenter le passage

Les 7 et 8 juin prochains, se tiendra à l’Université de Lille, le colloque :

Programme :

Jeudi 7 juin :

9h30 Accueil des participants
9h45 Ouverture

10h00 Session 1 : Introduction
• 10h00 : Corinne MENCE-CASTER, « Dire le passage en Castille (XIIIe-XVe siècle) »
• 10h25 : Matteo PALUMBO, « Décrire le passage au début du XVIe s. Façons de faire de trois personnalités italiennes : Machiavel, Guichardin et Vettori »

11h10 Pause

11h30 Session 2 : Le passage vers les lieux saints
• 11h30 : Camille ROUXPETEL, « Sur la route des lieux saints : le désert comme passage réel, éprouvé et symbolique dans les récits de pèlerinage latins (XIIIe-XIVe siècle) »
• 11h55 : Julia ROUMIER, « Espace du voyage, espace de la Foi. Récits de pèlerinage et passage vers la Modernité au début XVIe siècle en Espagne » Continuer la lecture

Le carnet de voyage

A l’heure où les carnets de voyage sont à la mode, il semble opportun de s’interroger sur ses origines et ses évolutions.

C’est ce que fait le dernier numéro de la revue Viatica, coordonné par Gilles Louÿs :

Le carnet de voyage : permanence, transformations, légitimation, Viatica, n° 5, mars 2018.

Sommaire :

– Christine Gadrat-Ouerfelli, Des carnets de voyage au Moyen Âge ?

– Marie-Christine Gomez-Géraud, Enquête aux origines du carnet de voyage : de quelques manuscrits de voyage au Proche-Orient (XVIe siècle)

– Sylvie Requemora-Gros, Le carnet de voyage au XVIIe siècle : du terme de négoce au calligramme

– Nathalie Vuillemin, Comment lire le carnet de voyage scientifique au XVIIIe siècle ?

– Guy Barthèlemy, Le carnet du Voyage en Egypte de Fromentin (1869) : un atelier de peintre ?

– Gilles Louÿs, Lire deux carnets de voyage du XXe siècle : Michel Vieuchange et Raymond Maufrais

– Raphaël Piguet, Du carnet de route aux carnets de retour : La genèse de L’Usage du monde

– Le carnet de voyage aujourd’hui, Table ronde avec Anne Pastor, Lucie Bauchot, Nicolas Buclin, Loup Blaster

L’Europe et les géographes arabes

Vient de paraître :

Jean-Charles Ducène, L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, Paris, CNRS Editions, 2018, 504 p.

Présentation :

« La grande terre » : ainsi les géographes arabes du Moyen Âge désignaient-ils la vaste Europe, espace perçu comme une mosaïque de peuples mouvants qu’ils ne cessèrent jamais d’étudier et de cartographier. Comment comprendre, de leur point de vue, cette représentation géographique d’un continent à la fois inconnu et familier ? C’est à ce décentrement du regard que nous convie Jean-Charles Ducène au fil de cette étude fondée sur un corpus de sources d’une impressionnante richesse.

Au début du IXe siècle, les géographes arabes considèrent l’Europe comme un ensemble flou de populations, principalement chrétiennes mais encore païennes loin de la Méditerranée, alors que deux villes se détachent entre légende et réalité, Rome et Byzance. Cet ensemble se structure au fil du temps en pouvoirs étatiques et se couvre de villes, décrites par ces géographes comme des lieux urbanisés et des centres économiques insérés dans un réseau réticulaire de routes, qui s’étendent jusqu’en Scandinavie et à la Volga. Mais quand ces pouvoirs se projettent en Méditerranée et empiètent sur les territoires musulmans, c’est une représentation plus géopolitique qui se construit.

De la sorte, ce livre parcourant six siècles de littérature montre que « l’Europe » n’est pas apparue aux savants arabes une et indivisible, mais au contraire infiniment diverse et en mouvement.

Historien et philologue, Jean-Charles Ducène est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, où son enseignement porte sur la géographie et les sciences naturelles arabes médiévales.

Voyageurs et voyages

Appel à communication pour le colloque

Voyageurs et voyages – Incursions culturelles et linguistiques

La VIIe édition du Colloque International Communication et Culture dans la Romania Européenne (CICCRE) propose comme thème de réflexion et de débat le voyageur et ses voyages, réels ou symboliques, et la manière dont ils se reflètent dans les littératures, les arts et les langues romanes.

Argumentaire :

Le voyage représente une expérience permanente dans toutes les étapes de la vie de l’homme. Homo viator fait partie de l’épopée de l’humanité et chaque langue le représente à sa manière, dans la sphère du réel ou du symbolique. Les voyages réels, les grandes découvertes, tout comme les grands explorateurs des terres inconnues nous permettent de reconstruire et d’imaginer des itinéraires. En même temps, la littérature transfère le voyage dans le plan de l’imaginaire, du symbolique, de l’inconnu, de l’initiation où le personnage met à l’œuvre sa maturité spirituelle et même toute son existence.

La culture de l’Antiquité (surtout grecque et latine), nous offre des œuvres qui traitent le thème du voyage. Il suffit de rappeler Homère et Virgile qui ont rendu à l’histoire et aux littératures à venir, et surtout à l’imaginaire collectif du monde occidental, la figure du voyageur par excellence et du voyage (maritime ou terrestre) en tant que punition et sublimation de l’être humain. Ulysse, vainqueur dans les guerres grâce à la force de son intelligence, est, en même temps, vainqueur des espaces lointains grâce à la puissance de son âme. Énée parcourtle monde afin de jeter les fondements d’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. C’est lui qui conduit Dante dans les trois mondes d’au-delà, dans son exploit de compréhension dela condition tragique de l’homme. Continuer la lecture

Il Purgatorio di San Patrizio

Vient de paraître :

Il Purgatorio di San Patrizio. Documenti letterari e testimonianze di pellegrinaggio (secc. XII-XVI)

A cura di Giovanni Paolo Maggioni, Roberto Tinti e Paolo Taviani, SISMEL Edizioni del Galluzzo, coll. Quaderni di Hagiographica, 13, 2018, CLXXII-571 p.

Secondo quanto testimonia un’ampia tradizione medievale, il Purgatorio di san Patrizio è quel luogo – le cui tracce si ritrovano fin nella moderna letteratura europea, dal Volksbuch Fortunatus a Calderón de la Barca e a Gesualdo Bufalino – da dove si riteneva fosse possibile accedere all’aldilà e ritornarne, senza morire. Si tratta di una variante irlandese delle visioni tradizionali dell’oltretomba, saldatasi con quella dei racconti di un pellegrinaggio reale, noto a tutti e legato ad un luogo geografico ben definito: un’isola del Lough Derg, in Irlanda. Il volume propone, raccolto insieme per la prima volta, un dossier antologico esaustivo dei testi fondanti tale tradizione (dal Tractatus de Purgatorio sancti Patricii, del XII secolo, fino alla trattatistica domenicana del XIII) e delle testimonianze di pellegrinaggio più o meno esplicitamente legate al Lough Derg (dalla prima attestazione di Philip de Slane, del 1324, alla lettera di Francesco Chiericati ad Isabella d’Este, del 1517). Tutti i testi, corredati dalla traduzione italiana, sono commentati sotto il profilo storico e filologico. Alcuni sono editi qui per la prima volta, come il Libellus de descriptione Hibernie di Philip de Slane e il De situ universorum di John de Tewkesbury; altri, come la Visio Ludovici di Taddeus de Gualandis, si presentano in una nuova edizione criticamente fondata.