Archives de catégorie : Actualités

L’itinérance de la cour

Colloque, 4-5 avril, Paris :

L’itinérance de la cour de France (Moyen Âge – XIXe siècle)

Argumentaire :

L’itinérance curiale est un sujet peu étudié en France, contrairement à ce qui s’observe dans d’autres pays européens où ce phénomène a bénéficié d’un intérêt marqué de la part de la recherche. L’historiographie française s’est surtout intéressée aux lieux fréquentés par la cour et aux séjours qui s’y déroulèrent : le réseau palatial carolingien, les palais parisiens, les châteaux situés dans les environs de la capitale et dans la vallée de la Loire ainsi que Versailles qui devient résidence principale à partir de 1682. Moins étudiées ont été l’évolution des voyages curiaux et les implications pratiques de l’itinérance sur la gouvernance royale et la vie curiale.
Ce colloque vise à approfondir l’examen de l’itinérance curiale afin de mieux comprendre les différentes étapes de son évolution, le caractère des déplacements et leur impact sur l’entourage royal ainsi que la société dans son ensemble, sur le temps long et dans une perspective comparatiste.

Programme :

JEUDI 4 AVRIL 2019
09h00 Accueil
09h30 Caroline zum Kolk, Institut d’études avancées de Paris, Cour-de-France.fr : Introduction

SESSION 1 • Les enjeux de l’itinérance antique et médiévale
Présidence : Pierre Monnet

09h45 Sylvain Destephen, Université Paris Nanterre :  L’économie des voyages de la cour impériale d’Hadrien à Justinien Continuer la lecture

To Jerusalem and beyond

To Jerusalem and Beyond
New Directions in the Study of Latin Travel Literature ca. 1250 – 1500

International Workshop
4 et 5 Avril 2019
University of Innsbruck

Argumentaire :

With the expansion of trading routes, pilgrimage, and missionary endeavours in the 13th century, Latin travel literature emerged as a distinctive literary genre like never before. The texts within this genre contributed to increasing geographical and ethnographical knowledge about the East, to the evolution of vernacular literature, and to the development of an ever more empirical world view, which ultimately feeds into early Humanism and the Italian Renaissance (e.g. Petrarch). However, despite the signicance of these texts, they have not yet received the scholarly attention they deserve. Many are still awaiting modern critical editions and commentaries and are rarely studied in their own right as literary texts. This neglect appears all the more regretful owing to the fact that so many of these writers were leading theologians and thinkers of their time. With many of these individuals coming out the Dominican and Franciscan Orders, who extolled high learning, these travellers were scholars in their own right and contributed a vast amount to the development of Latin literary forms, styles and strategies during this period. By taking late Medieval Latin travel literature as a discrete literary genre and analysing the ways in which the travellers and pilgrims formulated their travel experiences in text we can learn much about the medieval world view.

Continuer la lecture

Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage

A paraître :

Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage

dir. Albrecht Burkardt en collaboration avec Vincent Cousseau, Limoges, PULIM, 2019.

Présentation :

Ce livre propose de s’interroger sur le rôle que jouent les intermédiaires – qu’il s’agisse d’instances, d’objets ou de personnes – dans l’histoire du voyage. Une longue tradition en effet identifie ce dernier avec un « dépaysement », une « expérience de l’autre », formateurs tout d’abord pour le voyageur lui-même, mais dont l’authenticité fait de lui le premier agent d’une médiation entre les cultures.

Table des matières :

– « Confrères de saint Christophe ». Médiateurs et histoire du voyage : itinéraires de la recherche – Albrecht Burkardt

Première partie : Dès avant le départ : intercesseurs et réseaux

– Moyens pour assurer le retour du voyageur à l’époque romaine : les offrandes pro reditu – Alicia Ruiz Gutiérrez

– Le réseau d’intermédiaires chez Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637) – Anne-Marie Cheny

– Voyages d’affaires et construction sociale de l’intermédiation marchande. Les circulations des commerçants et fabricants dauphinois (v. 1750 – v. 1830) – Boris Deschanel

– Le voyageur comme médiateur : l’entre-aide des explorateurs européens du Sahara au XIXe siècle – Luis Teixeira

Deuxième partie : Interprètes, traducteurs, professeurs de langues

– Médiateurs et instances de médiation en Orient d’après les sources syriaques (IVe-VIe siècles) – Claire Fauchon-Claudon

– Le voyage de Guillaume de Rubrouck en Mongolie : obstacles linguistiques – Francesca Tasca

– Surmonter l’obstacle linguistique. Les voyageurs et la pratique des langues étrangères : l’exemple des manuels de conversation (XVIe-XVIIIe siècles) – Alexandra Roger

– Interprètes de la nation anglaise en Toscane  au XVIIIe siècle – Alessia Castagnino

– Domestiques voyageurs. Service, médiation linguistique et voyage en France  à la fin de l’Ancien Régime – Ulrike Krampl

– La Condamine au Levant (1731-1732) :  un voyage initiatique – Yasmine Marcil

Troisième partie : Structures d’accueil

– La « promotion municipale du tourisme » dans l’antiquité classique à l’exemple d’Ilion-Troie – Nicola Zwingmann

– De l’itinérance à la tentation sédentaire. Les instances de médiation au service des voyageurs dans la Rome des Lumières – Gilles Montègre

– Les valets de place, vecteurs d’information pour les voyageurs en Europe, 1500-1900 – Anton Tantner

– Un médiateur bien encombrant. La figure du guide du pèlerinage dans les récits des voyageurs et consuls européens au Hedjaz  (XIXe -XXe siècles) – Luc Chantre

– L’exotisme au service de la foi.  Les missionnaires chrétiens en Afrique dans la deuxième moitié du XIXe siècle – Jean-Michel Vasquez

– La Chine des années 1930 sous le prisme des militaires français : récits de voyages et de séjours entre médiation interculturelle et repli communautaire – Fleur Chabaille

Quatrième partie : Réductions de l’inconnu et perceptions de l’autre – échos de la médiation

Reductio Orientis ? De l’étrange au familier dans les récits de pèlerinage occidentaux en Terre sainte  (XIIIe-XIVe siècles) – Camille Rouxpetel

– Un Marocain en Espagne, dans le Royaume des Deux-Siciles et chez les Ottomans : comment Muḥammad ibn ‘Uṯmān al-Miknāsī (m. 1799) a pu comprendre la Méditerranée – Jean-Charles Ducène

– L’invention des « Niams-Niams » ou « hommes à queue » : voyage et médiation dans l’histoire des savoirs européens sur l’Afrique au XIXe siècle – Stéphanie Soubrier

« J’ai voulu tout voir, tout connaître ». Parcours culturels et coloniaux des voyageuses européennes dans la Méditerranée du XIXe siècle – Elisabetta Serafini

 

Maps and travel in the Middle Ages

A paraître :

Maps and Travel in the Middle Ages and the Early Modern Period : Knowledge, Imagination, and Visual Culture

éd. Baumgärtner, Ingrid / Ben-Aryeh Debby, Nirit / Kogman-Appel, Katrin, Berlin, De Gruyter, 2019.

Présentation :

The volume discusses the world as it was known in the Medieval and Early Modern periods, focusing on projects concerned with mapping as a conceptual and artistic practice, with visual representations of space, and with destinations of real and fictive travel. Maps were often taken as straightforward, objective configurations. However, they expose deeply subjective frameworks with social, political, and economic significance. Travel narratives, whether illustrated or not, can address similar frameworks. Whereas travelled space is often adventurous, and speaking of hardship, strange encounters and danger, city portraits tell a tale of civilized life and civic pride. The book seeks to address the multiple ways in which maps and travel literature conceive of the world, communicate a ‘Weltbild’, depict space, and/or define knowledge.

The volume challenges academic boundaries in the study of cartography by exploring the links between mapmaking and artistic practices. The contributions discuss individual mapmakers, authors of travelogues, mapmaking as an artistic practice, the relationship between travel literature and mapmaking, illustration in travel literature, and imagination in depictions of newly explored worlds.

Table des matières :

Notes on Contributors

Ingrid Baumgärtner, Nirit Ben-Aryeh Debby, Katrin Kogman-Appel : Maps and Travel: An Introduction

Part I : Historical Space

Marcia Kupfer : Traveling the Mappa Mundi: Readerly Transport from Cassiodorus to Petrarch

Debra Higgs Strickland : The Bestiary on the Hereford World Map (c. 1300)

Pnina Arad : Cultural Landscape in Christian and Jewish Maps of the Holy Land

Part II : Use and Reception

Ingrid Baumgärtner : Winds and Continents: Concepts for Structuring the World and Its Parts

Katrin Kogman-Appel : Fictive Travel and Mapmaking in Fourteenth-Century Iberia

Patrick Gautier Dalché : Les cartes marines comme source de réflexion géographique au XVe siècle

Camille Serchuk : Around the World: Borders and Frames in Two Sixteenth-Century Norman Map Books

Part III : Travel into Sacred Spaces

Eyal Ben-Eliyahu : The Travels of the Rabbis and the Rabbinic Horizons of the Inhabited World

Rachel Sarfati : Real and Fictive Travels to the Holy Land as Painted in the Florence Scroll

Daniel M. Unger : Between Nazareth and Loreto: The Role of the Stone Bricks in Caravaggio’s ‘Madonna di Loreto’

Veronica della Dora : Sacred Topographies and the Optics of Truth: Vasilij Grigorovich Barskij’s Journeys to Mount Athos (1725–1744)

Part IV : Word and Images

Larry Silver : Antwerp Civic Self-Portraits

Nirit Ben-Aryeh Debby : Fra Niccolò Guidalotto’s  City View, Nautical Atlas and Book of Memories: Cartography and Propaganda between Venice and Constantinople

Sandra Sáenz–López Pérez : How to Represent the New World When One Is Not Andrea Mantegna: Sovereigns in the Americas on Sixteenth-Century Maps

Index of Toponyms and Locations

Index of Historical, Religious and Mythological Figures

Index of Modern Authors

Marco Polo, Le Devisement du monde

Une nouvelle édition et traduction du livre de Marco Polo vient de paraître :

Marco Polo, Le devisement du monde, version franco-italienne, édition et traduction par Joël Blanchard et Michel Quereuil, avec la collaboration de Thomas Tanase, Genève, Droz, coll. Texte courant, 2019.

Ce volume propose une édition critique de la version en franco-italien, considérée comme la plus proche de l’original perdu, accompagnée en vis à vis d’une traduction en français moderne.

L’introduction d’une soixantaine de pages, qui précède le texte, donne pleinement la mesure de ce que fut le livre de Marco Polo, en le replaçant dans son contexte, mais aussi en analysant son statut (“un récit géographique”), ses particularités et sa portée.

L’édition du texte en franco-italien s’appuie sur le manuscrit subsistant (Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 1116). Pour la première fois est proposée une traduction qui repose sur une version du texte ayant réellement existé, et non sur un assemblage de plusieurs versions. Les lecteurs auront ainsi accès au texte tel qu’il a été composé et a circulé au début du XIVe siècle et non à un texte hybride n’ayant jamais été lu par quiconque au Moyen Âge.

Les notes qui accompagnent l’édition du texte en franco-italien se limitent à signaler les corrections apportées au texte et la place réduite qu’elles occupent en bas de page ne gêne en rien la lecture. La traduction est quant à elle plus abondamment annotée – les notes se trouvant en fin de volume – afin d’identifier les noms et les lieux et d’expliciter les événements ou les phénomènes relatés dans le récit. Ces notes-ci fournissent une sorte de commentaire suivi du texte de Marco Polo.

Le volume contient également un index des noms propres, un glossaire des poids et mesures et des cartes retraçant les voyages des Polo à travers l’Asie et en Chine.

L’ensemble du volume répond au double objectif de qualité scientifique et d’accessibilité pour un large public d’étudiants et de chercheurs. Il prendra place parmi les ouvrages indispensables de la bibliographie polienne, pourtant déjà abondante.

Guillaume de Boldensele

Vient de paraître :

Guillaume de Boldensele, Sur la Terre sainte et l’Egypte (1336), présentation et commentaire par Christiane Deluz, Paris, CNRS Editions, coll. “Sources d’histoire médiévale”, 2018, 210 p.

Présentation :

En 1336, Guillaume de Boldensele, frère Prêcheur du couvent de Minden, de retour d’un pèlerinage à Jérusalem, rédige, à la demande du cardinal de Talleyrand, personnage influent de la cour pontificale d’Avignon, un Liber consacré à la Terre Sainte et à l’Égypte. Parmi les nombreux récits de pèlerinage du XIVe siècle qui nous sont parvenus, celui-ci se distingue par l’étendue de la culture dont il témoigne. Culture théologique, ce qui ne surprend pas, mais aussi culture scientifique, jointe à une curiosité d’esprit, qui l’amène à confronter son savoir à l’expérience, devant des phénomènes jugés miraculeux, à construire une image du monde fondée à la fois sur la cartographie et sur ses propres observations.
Dès 1351, Jean le Long, abbé de Saint-Bertin à Saint-Omer, insère ce récit dans la série de traductions qu’il consacre au Proche-Orient et à l’Asie récemment découverte, offrant ainsi un témoignage intéressant sur le nouveau statut du français comme « langue de clergie ». Ainsi c’est à un double titre que l’oeuvre de Boldensele mérite d’être tirée de l’oubli.

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Appel à contributions de la revue Etudes Médiévales Anglaises, sur le thème:

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Argumentaire

La revue Etudes Médiévales Anglaises (EMA) vous invite à soumettre un article pour son numéro 94 sur la notion d’espace. Les articles, en anglais ou en français, sont à envoyer à Fanny Moghaddassi avant le 30 mai 2019 (informations ci-dessous). Nous recommandons aux auteurs intéressés de faire parvenir un titre et une brève description du contenu de leur article dès que possible.

Bien que l’espace ne soit pas un concept médiéval (au XIVème siècle, le terme moyen-anglais réfère d’abord au temps ou à l’intervalle entre deux objets, et non à l’idée abstraite d’étendue que l’on peut traverser et / ou occuper), il a cependant pris une importance critique considérable dans les études médiévales au fil des dernières décennies. Les médiévistes se sont toujours intéressés aux questions spatiales, notamment sous la forme de recherches sur la localisation et les frontières de communautés nationales et religieuses, sur les pratiques médiévales du pèlerinage, de la procession et du voyage, ou sur les symbolismes associés à divers lieux (forêt, jardin, château…). Toutefois, « un regard critique sur les catégories et concepts de l’espace » (Weiss & Salih, 2012, xv) ne s’est développé que plus récemment sous l’impulsion de la géographie culturelle, dans les années 1970, et des explorations post-modernes des soubassements idéologiques qui ont au Moyen Âge forgé et produit les espaces ruraux et urbains, les lieux de pouvoir, les sites religieux, et façonné au sein de ces espaces des zones distinctes en fonction de critères de genre et d’appartenance sociale. Continuer la lecture

Les représentations géographiques et cartographiques du pouvoir

Dans le cadre du séminaire “Economie, société  et culture” du LA3M, consacré cette année à La représentation du pouvoir en Méditerranée médiévale, la séance du 3 décembre aura pour programme :

Les représentations géographiques et cartographiques du pouvoir

– Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS-LA3M), Découper le monde en empires : les représentations des voyageurs aux XIIIe-XIVe siècles.

– Paul Fermon (LA3M). À l’échelle de l’enquêteur : cartographies et sièges du pouvoir dans les vues territoriales du XVe siècle de la Provence et du Dauphiné.

Aix-en-Provence, MMSH, de 14h à 17h.

 

Représentation de l’espace et de l’altérité

Journée d’études, 7 décembre 2018, à l’Université de Louvain (Salle du Conseil de l’Institut supérieur de philosophie Place du Cardinal Mercier, 14, Louvain-la-Neuve) :

Représentation de l’espace & de l’altérité

Perspectives historiques et interdisciplinaires

Présentation :

Des mappaemundi à « Google Maps » les supports pour représenter graphiquement le monde tiennent un rôle essentiel dans la façon dont les cultures humaines pensent et décrivent l’espace, surtout l’espace qui reste au dehors de l’expérience quotidienne.

Conçue à l’intérieur du cadre de l’ “Année Louvainternational” et du cycle d’activités du Centre d’Études sur le Moyen Âge et la Renaissance (CEMR – INCAL)  consacré aux représentations historiques de l’espace, cette matinée d’études porte sur les différentes stratégies de représentations du monde qui se sont succédé et qui ont cohabité dans les cultures du Moyen Age et de la Renaissance, en Europe et dans le Proche Orient.

À travers les communications de quatre spécialistes internationalement connus, cette matinée d’études vise à explorer comment, dans les cultures du passé, en Europe et ailleurs, les cartes géographiques fonctionnaient comme une interface de plusieurs traditions culturelles (récits de voyage, savoirs encyclopédiques) et linguistiques, et témoignaient de différentes modalités de représentation de soi et de l’autre. S’adressant à un auditoire de non- spécialistes, les orateurs approcheront ces questions complexes à travers des exemples concrets de recherche sur les cartes médiévales, en insistant tout particulièrement sur l’importance et la pertinence d’une démarche comparative entre l’histoire, la géographie, l’histoire des sciences et la littérature.

Programme :

9h30

Accueil des participants

9h40

Chet Van Duzer (Stanford University) : New uses for early maps: cartography revisited

Thibaut Maus de Rolley (University College of London) : Rukhs! Islands and flying monsters, from Marco Polo to Peter van den Keere

Modératrice : Antonella Sciancalepore (UCLouvain)

11h

Pause café

11h15

Marianne O’Doherty (University of Southampton) : Maps in manuscript context: A Jerusalem map in a Holy Land miscellany of the fifteenth century

Jean-Charles Ducène (Ecole pratique des Hautes Etudes) : Les cartes du Sahara chez al-Idrîsî

Modérateur : Maxime Kamin (Université Grenoble Alpes)

12h35

Fin des travaux

Voyages vers le Nord

Appel à contributions pour la revue “Viaggiatori”, septembre 2019 :

Voyages vers le Nord, voyages vers les pays froids

Argumentaire:

« Le sentiment de l’isolement et de l’abandon remplit l’âme du voyageur qui traverse ces déserts du Nord. Rien ne vit autour de lui, tout est silencieux et mort. » (Charles Martins, 1866)

La représentation du Nord de l’Europe a beaucoup changé au fil des siècles. Dans le monde gréco-romain, le concept de Nord était toujours très relatif et non relié à une précise région géographique, de même que le terme Septentrion, qui localisait une zone nordique qui s’élargissait d’est en ouest, de la Britannia à la Germania et à la Scythie, était assimilé parfois à la Bulgarie, d’autres fois à la Roumanie, à la Hongrie, à la Pologne ou à la Russie. Le Nord d’Homère était le pays des Cimmériens (c’est-à-dire au nord de la mer Noire), alors que pour Ptolémée, c’était le pays des Finnoi, des tribus finnoises ou lapones, qui n’étaient pas bien localisées. Il est bien compréhensible que, quand Pythéas de Marseille revint de son long périple dans la mer du Nord, aucun savant ne lui ait fait confiance, son Peri tou Okeanou étant considéré comme un recueil de fables. Il fallut attendre Pline l’Ancien, Tacite et Ptolémée pour identifier d’abord la Scandia (la partie méridionale de la Suède) et ensuite la Scandinavie. Si la culture classique a le grand mérite d’avoir fait connaître le Nord de l’Europe dans ses œuvres littéraires et géographiques, elle est aussi responsable de l’image (très tacitéenne) d’un Septentrion obscur, inhabitable à cause du climat et en général négatif ; Adam de Brème et Saxo Grammaticus contribuèrent à la fixer dans la littérature médiévale. Tous ces savants fondaient leurs affirmations sur les ouvrages de référence classiques et sur les témoignages des marins et des marchands, les seuls à avoir parcouru ces régions extrêmes, pour en rapporter les fourrures et le célèbre ambre de la Baltique. Mais enfin, à partir du xve siècle, on commença à avoir quelques relations très intéressantes des premiers voyageurs (Pietro Querini, Paul Jove, Alessandro Guagnini) et trois œuvres savantes, qui peuvent être considérées encore aujourd’hui comme les fondements de la connaissance du Nord à l’époque moderne, même si encore liées à la mentalité médiévale car écrites en latin : ce sont les ouvrages de Jacob Ziegler, d’Olaus Magnus et de Johannes Scheffer. Si Ziegler reprit l’image barbare et sauvage des peuples du Nord, Olaus Magnus et Scheffer publièrent des études monographiques fondamentales pour la diffusion de la connaissance des pays nordiques en Europe. Leurs ouvrages furent souvent cités (et copiés) par les premiers voyageurs du xviie et xviiie siècle, mais on les trouve encore parmi les sources de la littérature de voyage du xixe siècle. Continuer la lecture

Voyageurs-écrivains

Appel à communications pour une journée d’études doctorants et jeunes chercheurs, qui aura lieu le 20 mars 2019 à l’Université Littoral Côte d’Opale de Boulogne-sur-Mer.

« Sur les traces du voyageur-écrivain: témoignages croisés d’une histoire »

Argumentaire :

Cette Journée d’Étude s’inscrit dans la continuité des manifestations scientifiques de l’UR H.L.L.I. sur la thématique des récits de voyage, genre qui se situe aux confins de la littérature, de l’histoire, de l’anthropologie et de bien d’autres disciplines. Elle proposera de réfléchir sur l’écriture du voyage en se centrant sur deux figures du voyageur, l’écrivain-voyageur d’une part, le voyageur écrivain d’autre part. En effet, le récit de voyage est un genre ambigu dans la mesure où il est riche par la diversité des formes qu’il peut emprunter, récit de pèlerinage, récit de croisade, chronique, lettre, journal, carnet de bord, récit romanesque, etc. Autant de formes qui correspondent aux différentes catégories de voyageurs : pèlerins, brigands, parias, commerçants, ambassadeurs, navigateurs, historiens, politiciens, médecins, militaires, romanciers, etc. De surcroît, selon le statut du voyageur, le regard présenté diffère en fonction des choix d’écriture de l’auteur ; l’écrivain voyageur donne la primauté à la littérature et offre une vision subordonnée à ses compétences d’écrivain tandis que le voyageur écrivain privilégie ses capacités d’expertise dans son domaine respectif pour reconstruire le réel.

Les écrits de ces deux types de voyageurs mettent à la disposition du lecteur d’aujourd’hui un nombre non négligeable d’informations qui reposent sur l’observation des lieux, des usages à une période donnée dans un pays, de la culture d’un peuple, mais également sur les émotions, les impressions, qui transparaissent à travers les techniques d’écriture et qui offrent un matériel inépuisable à la recherche. Ces récits sont donc d’une importance capitale dans la mesure où ils sont des sources qui informent sur des contrées et des périodes mal connues comme le fait Hérodote au sujet du développement de l’empire perse ou encore de l’origine des guerres médiques au ve siècle avant notre ère dans les Histoires ou l’Enquête, première œuvre historique du monde occidental. Continuer la lecture

Le voyage architectural

Vient de paraître:

Frédérique Lemerle, Le voyage architectural en France (XVe-XVIIe siècles) : Entre antiquité et modernité, Turnhout, Brepols, 2018, coll. Etudes renaissantes 26.

Présentation:

Réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages laissés par les voyageurs français et étrangers.

L’ouvrage est consacré à la réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages textuels et graphiques laissés par les voyageurs français et étrangers, depuis le XVe siècle où apparaissent les premiers témoignages significatifs, jusqu’au chantier de Versailles qui focalise durablement l’attention des visiteurs. Les descriptions les plus connues, citées souvent à partir d’extraits publiés à la fin du XIXe ou dans la première moitié du XXe siècle, sont envisagées dans leur ensemble et mises en parallèle. Les autres, souvent inédites, sont prises en compte pour les témoignages qu’elles apportent aussi bien sur les antiquités gallo-romaines que sur les édifices civils et religieux plus récents ou strictement contemporains. Les bâtiments sont donc étudiés à un moment de leur histoire mais aussi analysés et contextualisés en fonction des intérêts et des goûts manifestés par les divers voyageurs, selon l’époque, l’itinéraire, la durée du séjour, éventuellement la nationalité. L’étude de la réception de ces édifices vus dans le long terme et dans tous leurs états, en chantier, restructurés, agrandis, modernisés sous des propriétaires différents, en constante mutation et devenir dans leurs dedans comme dans leurs dehors, permet d’écrire une histoire du goût et de la curiosité comme de l’art d’habiter en France à l’époque moderne.

Continuer la lecture

Lieux réels, lieux rêvés

Lieux Réels, lieux rêvés à la Renaissance

Séminaire Chorea 2018-2019.

Présentation

Destiné aux jeunes chercheurs (étudiants de Master, doctorants et jeunes docteurs) qui ont pour champ d’investigation la Renaissance entendue au sens large, le séminaire Chorea de l’association Cornucopia reprend à la rentrée 2018 dans un nouveau format. Dans un esprit humaniste de dialogue et d’expérimentation, ce séminaire a pour but de répondre aux attentes et interrogations des jeunes chercheurs et chercheuses.

Dans un souci d’ouverture disciplinaire et géographique ancien, dont témoignent plusieurs séminaires précédents et numéros du Verger consacrés aux « marges », à « l’Orient », à « l’exotisme » ou aux « temps et espaces du voyage », Cornucopia propose pour la réouverture de son séminaire Chorea en 2018-2019 de poursuivre l’exploration des « ailleurs » au sens large à travers le lien entre les lieux réels et les lieux rêvés à la Renaissance. Continuer la lecture

Locus 2018-2019

Le séminaire Locus reprend pour l’année 2018-2019.

Séminaire organisé par Emmanuelle Vagnon, Geneviève Bührer-Thierry et Christopher Fletcher

LAMOP-Université Paris1, Séances salle Perroy, le vendredi de 10h-13h.

Sorbonne, entrée 14 rue Cujas, galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 2e étage.

Argumentaire

Amorcé  début  2017,  « Locus »  est  un  séminaire  transversal,  réunissant  des  historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations  de  l’espace au  Moyen  Âge  en  tentant  de  se  démarquer  d’une  approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes ; la question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre cet espace médiéval. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lors qu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » pourrait devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes. Continuer la lecture

Le peintre et la carte

Vient de paraître :

Paul Fermon, Le peintre et la carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (XIVe-XVe siècle), Turnhout, Brepols, coll. Terrarum orbis, 2018, 507 p.

Présentation:

Au croisement de l’histoire de l’art, du droit et de la cartographie, cet ouvrage propose d’observer le développement des usages de la carte locale et du plan au cours des derniers siècles du Moyen Age et d’en analyser les causes. L’étude s’appuie sur une centaine de cas de figuration de territoires, de lieux ou d’édifices à partir d’observations et de relevés effectués entre les années 1320 et 1514 par des peintres ou des agents députés par l’autorité en Provence, dans le Dauphiné et dans la cité pontificale d’Avignon. Le dossier formé par ce corpus iconographique et textuel permet de repenser la définition de la pratique picturale de la vue à l’époque de sa gestation et de son premier essor dans la peinture comme dans la cartographie. Par le prisme de la vue figurée, l’ouvrage propose aussi d’interroger les transformations qui furent provoquées par l’accroissement de la place de l’image dans les sociétés de la fin du Moyen Age, notamment dans la conduite à distance du pouvoir. L’avènement de nouvelles pratiques de la vue doit en effet être relié à celui de l’enquête qui lui est contemporain. Ils traduisent ensemble un changement de hiérarchie dans les sources légitimes, ou non, de la connaissance et de l’information territoriale qui caractérise certaines des conceptions de la justice et du bon gouvernement des XIVe-XVe siècles.