Archives de catégorie : Appels à communication

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne

(XIIe-XVIIe siècles)

2 avril 2024, Maison de la Recherche, salle de colloque 2, 29 avenue Robert Schuman

Université Aix-Marseille, laboratoire du CIELAM
Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

Présentation du projet

Principalement adressée aux littéraires, aux historiens ou encore aux géographes, cette manifestation scientifique proposera une réflexion sur les voyageurs marchands au cours de la période s’étendant du xiie au xviie siècle en se fondant sur un corpus de récits et journaux de voyage, de carnets de bord, de manuels pour marchands, ou encore de notations chiffrées relatives aux transactions commerciales opérées par les voyageurs[1]. Il s’agira d’analyser les récits et retours d’expériences de voyageurs marchands ainsi que la manière dont ceux-ci témoignent de leurs pratiques mais aussi de l’état des voies du commerce, de la création ou de l’évolution de réseaux d’échanges ou encore de la circulation de denrées et d’objets en tous genres.

Argumentaire

S’il existe plusieurs études pluriséculaires sur le commerce international, rares sont celles qui proposent une analyse de l’évolution des pratiques de commerce et de leur représentation sur une large période, du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle. En effet, de nombreux travaux portent sur les impacts de l’ère industrielle et de la mondialisation aux xixe et xxe siècles. Certaines études se sont également consacrées à l’analyse de l’évolution du commerce lors de l’époque moderne. Parmi ces dernières, la plupart se sont concentrées sur une période située soit de l’extrême fin du Moyen Âge jusqu’au xviie siècle, soit du xviie ou du xviiie siècle à nos jours. Ainsi en est-il de Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Les Jeux de l’échange[2] de Fernand Braudel, ou, plus récemment, de Commerce, voyage et expérience religieuse (Europe, xvie-xviiie siècle)[3]. La question spécifique de la circulation d’objets a par ailleurs donné lieu à plusieurs ouvrages collectifs dirigés par Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou[4], qui étudient notamment les phénomènes de transferts culturels et la mondialisation impliqués par ces déplacements. Quant à la période médiévale, elle a souvent fait l’objet d’un traitement indépendant. Ainsi, le système économique médiéval a par exemple été étudié par Jacques Le Goff, dans Le Moyen Âge et l’argent, tandis que les ouvrages Levant trade in the later Middle Ages d’Eliyahu Ashtor et De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge de Jacques Favier ont plus particulièrement analysé les échanges commerciaux entre divers territoires.

En premier lieu, l’originalité de cette journée d’étude réside dans le choix d’une approche pluridisciplinaire pour étudier cette question de l’activité commerciale, qui sera appréhendée non pas uniquement à travers le prisme de l’histoire économique, mais aussi en fonction des représentations qu’en livrent les voyageurs eux-mêmes. Cette perspective implique d’associer par exemple les apports des disciplines de l’histoire et de la littérature, à l’instar de ce qu’ont proposé Ҫınla Akdere et Christine Baron dans Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach[5], en invitant leurs lecteurs à considérer la complémentarité des approches économiques et littéraires et en montrant comment la littérature a pu traiter d’économie dès le Moyen Âge. Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson ont également interrogé les frontières entre l’économie et les textes littéraires entre le xviie et le xixe siècles[6].

En second lieu, cette journée d’étude a pour ambition d’embrasser une large période chronologique, qui s’étendra du xiie au xviie siècle, réunissant le Moyen Âge et la période moderne, généralement traités séparément. Si la majeure partie des écrits viatiques médiévaux qui nous sont parvenus proviennent de pèlerins et de missionnaires, certains marchands, à l’instar du célèbre Marco Polo, ont également pu laisser à la postérité des récits ou des traces écrites de leurs voyages. En outre, le xie et le xiie siècles sont marqués par un essor démographique et urbain important en Occident et par le développement de pôles et d’acteurs majeurs (Venise, Gênes, la ligue hanséatique…) dans le commerce international. D’un point de vue linguistique et littéraire, le tournant du xiie au xiiie siècle peut être intéressant car il mène, selon Friedrich Wolfzettel, à l’émergence d’« un discours du voyageur autonome[7] », notamment du fait de « l’appropriation intellectuelle de l’Asie[8] ».

L’élargissement du territoire des échanges consécutif de la découverte du Nouveau Monde – où se développent par exemple la traite du bois de brésil, de morue et de queues de castors au début du xvie siècle – et l’inflation constante de la production de la littérature viatique tout au long du xviie siècle[9] justifient la prise en compte de la première modernité dans le champ de notre étude. Nous retiendrons la fin du xviie siècle comme borne chronologique finale, la liquidation de la Compagnie des Indes orientales marquant l’avènement d’une nouvelle ère. En effet, la multiplication de compagnies de commerce privées va de pair avec une accélération et une systématisation des échanges qui marquent le développement de ce que d’aucuns ont qualifié de « protomondialisation[10] » ou de « protocapitalisme[11] ».

Axes de recherche

Axe 1 – Les routes terrestres et maritimes

Cet axe est centré autour de l’émergence ou de l’évolution de voies commerciales compte tenu de divers événements historiques, politiques voire religieux. Par exemple, après la prise de Saint-Jean d’Acre, certains voyageurs occidentaux, contraints de traverser des pays musulmans, ont dû avoir recours à des pratiques de dissimulation, comme le fait de prendre l’habit étranger. Juste Lipse, dans sa lettre à Philippe de Lannoy, érigera d’ailleurs en principe fondamental du voyage le fait de masquer son identité pour se déplacer en dehors de son pays[12]. Le développement de voies maritimes a également pu être considéré comme une solution de contournement des voies terrestres. Il s’agira donc d’envisager ces deux types de voies (terrestres et maritimes) et de voir ce qu’elles impliquent en termes de choix stratégiques et d’enjeux. Il conviendra aussi d’analyser les propos des marchands sur la praticabilité des différentes voies et sur les dimensions concrètes liées aux trajets empruntés : conditions de passage des frontières, droits de douane, passeports et laissez-passer, ou encore nécessité de déguisements, voire de réinvention de soi. Les voies maritimes nous permettront aussi d’inclure dans l’analyse le commerce avec l’Amérique.

Axe 2 – La circulation de denrées et d’objets

Des études pourront être menées sur la circulation des objets entre les différentes aires géographiques. Il s’agira alors de s’intéresser à la nature des produits acheminés et vendus (pierres précieuses, soies, épices, drogues, aliments…) et d’analyser les spécificités du commerce lié à la vente de tel ou tel objet. Le commerce de matières ou de denrées particulières sous-tend en outre le développement de toute une économie locale (la recherche de diamants en Inde orientale, la culture du sucre aux Antilles…), qu’il sera intéressant d’étudier. Des analyses pourront également être consacrées à la manne économique qu’a pu représenter le commerce international pour les marchands voyageurs et pour les personnes avec qui ils ont fait affaire. L’adoption de nouvelles habitudes de consommation ou le développement de nouveaux métiers impliqués par les circulations de denrées et d’objets pourront aussi être abordés.

Axe 3 – Les réseaux et comptoirs commerciaux

En lien avec les axes 1 et 2, cet axe envisage la création et l’évolution de réseaux commerciaux, plus ou moins spécifiques : réseaux pour la vente d’épices, de soieries, d’animaux. Ainsi, dans le Devisement du monde, Marco Polo évoque par exemple l’export de chevaux arabes depuis la Perse vers l’Inde ou l’océan Indien. De même, Jacques Cartier et, plus tard, Marc Lescarbot font référence à un réseau établi pour la traite du castor et de la morue en Amérique dès le début du xvie siècle. La mise en place du réseau de la traite d’esclaves pourra également faire l’objet d’une étude. Enfin, l’intégration de comptoirs commerciaux au sein des réseaux et la pérennité de ces derniers pourront être analysés.

Axe 4 – Les négociations, échanges et monnaies

Les voyageurs marchands ont nécessairement été confrontés à la question de la conversion et de la monétisation. Dans le Devisement du monde, par exemple, Marco Polo indique plusieurs fois la valeur d’un objet dans une monnaie italienne (le besan d’or, le florin d’or, le marc d’argent…) afin d’offrir à son lecteur la possibilité d’évaluer le marché en Orient. Il explique également à ce dernier le fonctionnement de la monnaie de papier dans l’Empire du Grand Khan ou encore un système de monnaie locale à base de coquillages blancs, dans le Yunnan. Jean-Baptiste Tavernier, quant à lui, insère dans son récit de très nombreuses planches représentant les monnaies des pays d’Orient dans lesquels il commerce. Une attention toute particulière peut ainsi être portée par les commerçants aux monnaies locales et aux pratiques d’échanges et de négociations.

Axe 5 – La condition et l’éthos du voyageur marchand

Cet axe propose d’étudier plus spécifiquement la figure du voyageur marchand, ses pratiques et ses valeurs, en s’attachant à la spécificité de l’expérience marchande en voyage, qui nécessite par exemple le recours à des truchements ou l’apprentissage de langues étrangères. Par ailleurs, en tant que personnes intermédiaires entre plusieurs civilisations, les marchands voyageurs bénéficient parfois de régimes d’exception pour franchir des barrières géographiques, mais aussi civilisationnelles et sociales. En outre, il pourra être intéressant de questionner la représentation que le voyageur fait de son expérience marchande, en restituant notamment certaines scènes de négociation, élaborant dans le récit un éthos de marchand. Ce récit d’activité marchande peut également prendre des allures d’art de marchander dans lequel le voyageur dispense aux futurs voyageurs des conseils pratiques à mettre en œuvre. Enfin, pourront être interrogées les valeurs associées à cette activité marchande, comme celle du profit, et leur compatibilité avec les axiologies catholiques et protestantes.

D’autres réflexions pourront venir étayer les axes de recherche de cette problématique.

Modalités de participation

Les propositions de communication d’environ 300 mots accompagnées d’une brève biobibliographie sont à envoyer aux organisatrices avant le 1er février 2024.

Mathilde MOUGIN, mathilde.mougin@univ-amu.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Modalités de prise en charge

Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.

Comité scientifique

Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS)

Danièle James-Raoul (Université Bordeaux Montaigne)

Olivier Raveux (CNRS)

Sylvie Requemora (Aix Marseille université)


[1] Voir par exemple le manuscrit du récit du voyage que Tavernier fait à Berlin: « Récit succint du voyage que moy Tavernier ay fait partant de Paris le 19 avril 1684. Pour aller aupres de son Altesse Electorale de Brandebourg A Berlin », Aix-en Provence, Bibliothèque Méjanes, Ms. 1045.

[2] Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle. Tome 2, Les Jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1980.

[3] Albrecht Burkardt, Gilles Bertrand et Yves Krumenacker (dir.), Commerce, voyage et expérience religieuse : xvie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

[4] Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, L’Épicerie du monde, Paris, Fayard, 2022 ; Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Le Magasin du monde, Paris, Fayard, 2020. Voir également Christophe Bouneau et Michel Figeac (dir..), Circulation, métissage et culture matérielle (xvie-xxe siècles), Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2017 ou encore Ariane Fennetaux, Anne Marie Miller Blaise et Nancy Oddo (dir.), Objets nomades, Turnhout, Brepols, 2021.

[5] Ҫınla Akdere et Christine Baron, Economics and Literature, A Comparative and Interdisciplinary Approach, London, Routledge, 2018.

[6] Voir par exemple Christian Biet, Yves Citton et Martial Poirson, Les Frontières littéraires de l’économie (xviie-xixe siècles), Paris, Éditions Desjonquères, 2008.

[7] Friedrich Wolfzettel, Le Discours du voyageur, Paris, PUF, 1996, p. 121.

[8] Ibid, p. 121.

[9] Pierre Martino explique qu’« aux environs de 1660, le nombre des relations de voyage doubla tout à coup, et que la faveur du public pour ce genre de livres ne fit que croître ensuite », Pierre Martino, L’Orient dans la littérature française au 17e siècle et au 18e siècle, Genève, Slatkine, [1906] 1970, p. 53.

[10] François Chaubet, « Histoire des mondialisations avant 1820-1840 : mondialisation archaïque et protomondialisation », François Chaubet (éd.), La mondialisation culturelle, Presses Universitaires de France, 2018, p. 9-31.

[11] Roland Pfefferkorn, « Une remontée dans le temps aux sources du capitalisme. Sur Le Premier Âge du capitalisme (1415-1763) d’Alain Bihr », La Pensée, vol. 400, n. 4, 2019, p. 113-121.

[12] « Fay moy le Cretois parmi les Cretois »,art Juste Lipse, « Lettre de Juste Lipse à Philippe de Lannoy du 3 avril 1578 (De Ratione cum fructu peregrinandi), traduite par Anthoine Brun à Lyon (1619) », dans Normand Doiron (éd.), L’art de voyager : le déplacement à l’époque classique, art. cit., p. 215.

Voies, routes et chemins

Appel à communications:

Questes a l’immense plaisir de partager l’appel à communication pour le prochain séminaire portant sur le thème « Voies, routes et chemins » organisé par Donatien GuéganCharlotte Guionneau et Flavie Simiz.

« Il ne tint qu’a vostre perisse,

Dont il fault que l’ame perisse,

Quant du bon chemin hors se boute

Et qu’il ne tient la droicte route

Et le sentier espiritable

De la grant joie pardurable [1]»

Dans son « Miroir de mariage », le poète Eustache Deschamps († 1404-1405) manie avec adresse l’ambiguïté sémantique des termes routes, voies et chemins : au Moyen Âge, ce sont par des voies bien diverses que se déversent des flots d’étrangers dans les campagnes du royaume de France. D’abord, bien entendu, par les voies terrestres, qui serpentent au-dessus des montagnes, au fond des vallées ; mais aussi par les voies fluviales qui sillonnent avec aisance entre les accidents du territoire, descendues avec le courant et remontées avec des bêtes par les chemins de halage ; ou encore par les voies maritimes qui longent les côtes ou traversent les espaces marins, menant jusqu’à la Manche ou la Méditerranée. La route médiévale prend de multiples formes et transforme tout type d’espace, y compris les plus inhospitaliers, en un lieu de fréquentation humaine.

Évoquant la paresse, ennemie du voyageur, Eustache Deschamps a donc bien conscience des efforts consentis par les hommes et les femmes qui prennent la route, mais aussi des efforts de ceux qui font la route, l’entretiennent, la gardent ou la convoitent. Cette paresse ennemie, c’est celle que ne connaissent pas les marchands lombards et leurs cinquante ânes chargés de chaudrons en étain qui passent les Alpes pour les foires chaudes au péage savoyard de Montmélian ; c’est celle que disent combattre les urbains du nord de la France ou de l’Italie quand essaime le mouvement des flagellants en 1349. Car traversant villes et campagnes, entre les arbres ombragés, l’air frais et le sol caillouteux, le voyageur abandonne ses paysages visuels, sonores et olfactifs connus pour se glisser dans la peau d’un homme autre, un homme « en mouvement », détaché pour un temps d’un quotidien marqué par des mobilités de courtes distances et par la fréquentation de lieux et de temporalités connus[2]. Emprunter la route, au Moyen Âge, c’est accepter une remise en question complète de ses habitudes, adopter un mode de vie contraint par les aléas des grands chemins, voire se mettre ouvertement en danger – par manque de nourriture, difficultés d’orientation ; en raison de la qualité variable des voies empruntées, des frais importants dus aux différentes taxes et nombreux péages ; de la présence inquiétante de brigands et de vagabonds ; et plus largement par l’implication d’une confrontation à un « autre », qui s’exprime par un parler différent et utilise d’autres monnaies et d’autres objets du quotidien. En conséquence, des espaces d’intersection entre ces différentes réalités se construisent pour pallier ces difficultés : les étapes de voyageurs se succèdent, et, avec elles, réseaux d’hospitalités, auberges douteuses et hôtels de compatriotes.

La route dicte sa loi – et cette loi dessine une dimension particulière et distincte pour les hommes et les espaces, privés ou publics, qui se plient à son joug. Plus les espaces se quadrillent de voies, de routes et de chemins, plus les mondes médiévaux se transforment et esquissent un monde constamment articulé autour du  mouvement, des mobilités et de la question épineuse des voies de communication : comment et quand les construire ? par qui ? à qui appartiennent-elles ? comment les entretenir – matériellement et financièrement ? qu’est-ce qu’une route, une voie, un chemin ? qu’est-ce qu’ « emprunter la route » et se mesurer à un quotidien autre, bercé d’odeurs, de sensations et de sons parfois très différents de l’ordinaire ? Car derrière l’aspect crucial et d’abord platement matériel de la route, de son financement et des matériaux qu’elle nécessite, s’esquisse le voyageur, dont le vêtement, les habitudes, le mode de vie et le ressenti sont forgés par la toute-puissance de la route, créant par cela une véritable « identité » du voyageur, de l’homme en mouvement – on croise sur les chemins marchands, pèlerins, chevaliers en route vers un tournoi, combattants nombreux et bruyants, mercenaires, soldats de l’ost ; mais aussi diplomates passant d’un espace à un autre afin de négocier un traité[3], clercs sur le chemin des conciles[4], ou même des rois en itinérance sillonnant les territoires pour mieux se les approprier[5]. Cette identité, elle peut être de langue, dépassant les royaumes, et l’on reste français à Chypre ou en Irlande, de même que l’on est étranger à vingt lieues de chez soi[6]. Emprunter la route transforme tout homme et toute femme en confrontant un regard propre à une faune, une flore ou des modes d’habiter parfois diamétralement opposés à ce qu’il ou elle connaît. Cette nébuleuse d’hommes et de femmes en mouvement s’articule étroitement avec des problématiques de puissance et des dynamiques profondément concurrentielles entre les groupes et les individus : quiconque contrôle la route contrôle le territoire dont elle dépend, une donnée cruciale dans un Moyen Âge traversé par la lente émergence de l’État ; quiconque trace la route sur une carte ou à travers les broussailles s’approprie un espace parfois rétif à la mainmise humaine.

            La construction, l’entretien puis l’emprunt des différentes voies de communication par une multitude d’acteurs parfois marqués par une forte émulation représente donc le premier des axes que pourront explorer les participants du séminaire au cours de leur intervention ; un second sens s’y greffe, bien plus allégorique : dans un monde aussi fortement marqué par une approche « textuelle » du réel, c’est-à-dire qui tend à lire les réalités des temps matériels comme allégorie de celles des temps spirituels, la route se pare d’une myriade d’interprétations et de sens différents[7]. La voie terrestre entraîne ceux qui la foulent vers une seconde voie, cette fois spirituelle, ce qui contribue à fonder une véritable anthropologie de la route : la route « fait » celui qui l’emprunte. Elle est initiatique et fait office de rite de passage pour les jeunes chevaliers : comment obtenir la maturité et la pureté de cœur nécessaires à l’adoubement d’un bon chevalier, sans avoir été formé par l’action de la route ? Qu’est-ce, pour les étudiants, que la peregrinatio academica, c’est-à-dire le fait de passer d’un lieu d’étude à un autre, et d’expérimenter la liberté et l’insouciance qu’offre un espace soumis à d’autres règles que les espaces du quotidien ? Enfin, comment se construit la peregrinatio Dei, la marche vers Dieu et le Salut pour tout chrétien de l’Occident médiéval, qui prend la forme du pèlerinage – le chemin parcouru physiquement faisant office de symbole du chemin de pénitence parcouru par l’âme du pécheur[8] ? La route de la Terre Sainte, ce « sentier espiritable » dont parle Eustache Deschamps, est d’abord un chemin de rédemption. Routes et chemins deviennent alors une composante indispensable à l’élaboration d’un système de pensée et d’un imaginaire particuliers – vivre, est-ce emprunter le chemin tracé par Dieu pour tout homme ? Dans cette perspective, toute vie, dans la Chrétienté, est conçue comme un itinéraire spirituel mené, à la fois individuellement et collectivement, par chacun et chacune dans l’espoir d’emprunter la route du Salut. La route s’esquisse alors à la fois comme un lieu concret, avec ses caractéristiques matérielles et son mode d’habiter propres, un espace de transit et de connexion entre deux espaces concrets et le fondement-même de toute existence humaine. Il s’agit de questionner cette polysémie sémantique et de répondre à l’interrogation suivante : en quoi les routes, voies et chemins se distinguent-ils comme un espace particulier ?  

Ce séminaire se voulant pluridisciplinaire, les participants seront enfin invités à considérer les routes, voies et chemins dans leurs représentations, et les questions plus spécifiquement littéraires ou artistiques que posent ces dernières. A l’étude historique de la matérialité des routes, on pourra ainsi adjoindre la question des moyens de leur représentation. Les routes, voies et chemins font avant tout le lien entre deux espaces géographiquement et socialement définis : sont-ils aussi des lieux en soi, supports d’invention et dignes de description et figuration ? Quel vocabulaire, quelles techniques sont employés pour les évoquer ? Comment sont transcrites, à l’écrit ou picturalement, les sensations du voyageur, et comment lui-même est-il décrit ? On pourra se demander, plus largement, comment la mention des routes (ou leur absence), ainsi que les moyens de transports qui y sont utilisés, structure l’imaginaire géographique des œuvres, et le rapport à l’espace qu’elles traduisent : ainsi la nef enchantée qui conduit Partonopeu de Blois à la fée Melior, dans l’empire byzantin, offre-t-elle peut-être une alternative fictionnelle et compensatoire à la longue route semée d’embûches qui conduit les croisés vers l’Orient, et dont la Conquête de Constantinople de Robert de Clari donnera un aperçu quelques décennies plus tard (encore aurait-on pu attendre, dans cette dernière, une description plus fournie du voyage accompli !). Sur toutes ces questions, les apports de la « géocritique », qui a donné lieu à de nombreuses études en littérature depuis la fin des années 1990, se montreront utiles.

« Leurs préparatifs achevés, les deux frères prirent la route avec les messagers d’Alau. Ils chevauchèrent une année entière, par vent du Nord et par vent Grec, avant d’atteindre leur but. En chemin, ils virent bien des merveilles et découvrirent bien des choses singulières. »[9]

La route, qui est le lieu par excellence du décloisonnement et favorise par-là toutes sortes de péripéties, traverse par ailleurs, et sans surprise, la plupart des genres littéraires médiévaux : l’errance est à la source de l’aventure chevaleresque, les héros des romans idylliques se mettent en route pour échapper à la crise familiale, sociale et politique que déclenche leur amour, les fabliaux trouve dans l’arrivée de voyageurs les ressorts de situations grotesques, la littérature allégorique, rejoignant le deuxième axe évoqué plus haut, utilise abondamment l’image du cheminement… on pourra donc s’interroger – rejoignant là plutôt ce que l’on pourrait appeler « géopoétique »[10] – sur le traitement différencié de la question par chaque genre, ou à l’inverse sur la façon dont l’imaginaire spatial entraîne une codification littéraire. L’étude des rencontres dont les voies de circulation se font le cadre devrait offrir à ce titre des pistes intéressantes : la route, en tant que lien géographique, est aussi un liant social, qui met en rapport des populations cloisonnées ailleurs (voir par exemple le rôle souvent commenté des marchands dans le Guillaume d’Angleterre), ce qui n’est pas sans effet sur l’(in)détermination générique des œuvres. Le même type de questions pourra être posé dans l’art : par un phénomène d’ « artialisation », soit de passage du pays vécu au paysage contemplé[11], la multiplication des représentations de voies de communications contribue par exemple à l’invention du « paysage » dans les œuvres d’ Ambrogio Lorenzetti († 1348) , c’est-à-dire un espace digne d’admiration et source d’émotions paysagères pour le voyageur. La route devient ainsi progressivement un objet de représentation, tout en contribuant sans doute réciproquement à modifier les paradigmes de création littéraire et artistique dans lesquels elle s’inscrit.

           Enfin, les participants pourront s’interroger sur la route, les voies et les chemins comme contextes de production et de diffusion des œuvres littéraires et artistiques. On se rappelle ainsi le mot célèbre de Joseph Bédier qui, s’intéressant aux origines de la chanson de geste dans les Légendes épiques, déclarait qu’« au commencement était la route »… sans revenir sur un débat qui a déjà longtemps occupé la critique, certaines propositions pourront se pencher sur la façon dont l’itinérance a pu jouer sur la production des œuvres, des manuscrits, ainsi que sur les évolutions linguistiques que connaît la période.

Conditions de soumission

Cet appel à communication s’adresse aux étudiantes et étudiants de master et de doctorat ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs en études médiévales, quelle que soit leur discipline. Les propositions de communication, limitées à une demi-page et à une courte bibliographie, seront accompagnées d’une mention du sujet de mémoire et/ou de thèse, et de l’institution de rattachement. Elles devront être envoyées aux organisateurs à questes.routes@gmail.com pour le 13 décembre 2023. Les présentations auxquelles elles donneront lieu dureront vingt minutes et seront exposées au cours de l’une des quatre séances du séminaire, qui se tiendront les 12 janvier, 2 février, 15 mars et 16 avril 2024 à la Maison de la Recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, Paris VIe). Une publication sous forme de recueil d’articles sera ensuite envisagée. Les candidates et candidats devront solliciter leur laboratoire ou leur école doctorale pour la prise en charge des frais de déplacement ; en cas de difficulté pour le transport ou l’hébergement, les personnes concernées peuvent néanmoins écrire aux organisateurs et organisatrices.


[1] Eustache Deschamps, Le Miroir de mariage, c.1385-1403, 236.

[2] L’importance des paysages sonores et du ressenti des hommes médiévaux a été particulièrement traitée dans le recueil suivant : Hablot, L.. et L., Vissiere. (dir. ), Les Paysages sonores du Moyen Âge à la Renaissance, Rennes, PUR, 2016.

[3] Voir par exemple Queller, D., Office of Ambassador, Princeton University Press, 1967 ; Jugie, P., « L’activité diplomatique du cardinal Gui de Boulogne en France au milieu du xivsiècle », dans Bibliothèque de l’école des chartes (145, 1), 1987, p. 99-127 ; Charansonnet, A., « Du Berry en Curie, la carrière du cardinal Eudes de Châteauroux (1190 ?-1273) et son reflet dans sa prédication », dans: Revue d’histoire de l’Église de France (t.86, n°216), 2000. p. 5-37

[4]  RAPP, F.. « Les synodes diocésains en France au Moyen Âge », dans Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française : Défis ecclésiaux et enjeux politiques ?, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2010. ; MÉHU, D., « Réflexions pour une analyse structurelle du voyage pontifical aux xie et xiie siècles », dans Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge : XLe Congrès de la SHMESP (Nice, juin 2009), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2010

[5] Bove, B., Salamagne, A. et C. Zum Kolk (dir.). L’Itinérance de la cour en France et en Europe : Moyen Âge – xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021.

[6] Dutour, T., La France hors la France. L’identité avant la nation, xiie-xve siècle,. Paris, Vendémiaire, 2022.

[7] Ce sens allégorique est d’abord d’origine biblique : « Préparez les chemins du Seigneur, rendez droit les sentiers, tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline sera abaissée, les passages tortueux seront redressés, les chemins rocailleux aplanis… » (Lc 3, 4-6).

[8] Ả l’image, par exemple, du Pèlerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville.

[9] Marco Polo, Livre des Merveilles du Monde, éd. critique de François Avril et Marie-Hélène Tesniere, Renaissance du Livre, Tournai, 1999, p.10.

[10] Pour les différentes façons d’appréhender l’espace en littérature, voir la typologie que fait Michel Collot dans Collot, M., « Pour une géographie littéraire », dans Kremer, N. (dir.), Le Partage des disciplines, Fabula-LhT (8), 2011 [en ligne : https://fabula.org/lht/8/collot.html (dernière consultation: le 05 Octobre 2023)].

[11] Briffaud, S., « De l’invention” du paysage. Pour une lecture critique des discours contemporains sur l’émergence d’une sensibilité paysagère en Europe. », Compar(a)ison: an international journal of comparative literature, 1998, p. 35-56.

Mobilités et échanges dans l’espace rhéno-mosan

Appel à contribution – Mobilités et échanges dans l’espace rhéno-mosan (IXe-XVe s.) / Mobilität und Austausch zwischen Rhein und Maas (9.-15. Jh.) / Mobility & Interactions in the Meuse-Rhine Region (9th-15th cent.)

Colloque pour jeunes chercheurs, Namur, 10-12 avril 2024

Du royaume de Lothaire II à l’apparition des premières frontières étatiques modernes, l’espace rhéno-mosan fut une zone tangente entre deux grandes aires linguistiques et culturelles. Tensions politiques, courants artistiques et renouveaux spirituels ont continuellement marqué ce vaste territoire d’Utrecht à Bâle, de Cambrai à Cologne et Strasbourg. Après un premier colloque organisé en avril 2022 à l’Université de Trèves, cette deuxième rencontre pluridisciplinaire se donne pour objectif de réunir les doctorants et post-doctorants travaillant sur ce territoire autour de la thématique des mobilités et des échanges.

Les communications pourront par exemple porter sur (1) les interactions et les mobilités humaines ; (2) la diffusion et la réception des textes et des savoirs ; (3) la circulation d’objets d’art ou de biens commerciaux. Face à l’émergence de nouvelles méthodes (notamment numériques) et concepts dans l’étude des espaces, circulations et échanges à l’époque médiévale, nous invitons par ailleurs les participants à mobiliser ces approches afin d’interroger leur pertinence pour cet espace mouvant et multiforme.

Le colloque se tiendra du mercredi 10 au vendredi 12 avril 2024 à l’Université de Namur (Belgique). Les communications et les discussions se feront en français, allemand et anglais. La perspective transfrontalière adoptée veut encourager à dépasser le morcellement historiographique et linguistique souvent imposé par les frontières actuelles pour favoriser le dialogue et créer de nouveaux liens scientifiques.

Les propositions de communication (500 mots maximum) sont à envoyer à Robin Moens (robin.moens@unamur.be) avant le 1er novembre 2023.

Ce colloque est organisé par Bastien Dubuisson (Université du Luxembourg / Université de Namur), Robin Moens (RWTH Aachen University / Université de Namur), Matthias Rozein (Université de Liège) et Eléonore Venturelli (Université catholique de Louvain / Université de Poitiers), avec le soutien du centre ‘Pratiques médiévales de l’écrit’ (PraME) de l’Université de Namur.

Geographical Mobility and Cultural Itineraries

Appel à contribution pour un colloque:

Geographical Mobility and Cultural Itineraries

During the Late Middle Ages

Universitat de Girona
20-22 April 2022

Western medieval civilization was a highly intertwined society. Following the 12th century, which saw the flourishing and the peak of a powerful civic and mercantile bourgeoisie, and the progressive increase of the laity’s training needs, various phenomena extended and increased the communications networks and routes that linked different territories of Western Europe. This included the proliferation of religious movements, the birth and development of the universities, and the appearance and consolidation of the mendicant orders. At the same time, power relations were reframed, economic, political, and military expansion projects promoted, and contacts with non-Christian communities and with other religious and cultural spaces intensified.

This congress seeks to take an interdisciplinary approach to a specific aspect of mobility: the relationship between the geographical routes and itineraries taken by texts, books, artworks, and, in their wake, cultural ideas and tendencies. It will give special consideration to the Occitan-Catalan area as the starting, middle, and final points of these journeys. To investigate this topic, the focus will be on figures who are often left on the margins of study: the intermediaries and agents responsible for the transfer culture. Oral accounts, music, written texts, and artworks were all physically and intellectually transported by agents who were often under the cover of anonymity; this includes scribes, translators, minstrels, cantors, artists, and patrons or promoters, but also other figures such as pilgrims, students, clerks, diplomats, and merchants. These all played a fundamental role in developing, disseminating, and circulating ideas, and encouraged cultural and intellectual mobility in Europe.

The congress aims to explore questions including, but not limited to, the following:

  • Which were the roads and routes followed by intermediaries? How did they travel and with whom?
  • Which were the cultural places (courts, monasteries and convents, schools, notarial offices, artistic and scribal workshops, etc.) through which these intermediaries passed? And how did these places evolve?
  • Can we define tendencies in the relation between the circulation of a certain kind of cultural product and existing routes?
  • What impact did the mobility and activities of different cultural agents have on these products?
  • Which contacts were established with cultural agents of different religions? To explore and discuss these questions invited lectures, a round table with specialists from different disciplines, and paper sessions are planned.

Call for papers: You are invited to submit a 20-minute-long paper in any Romance language or in English. Proposals must be emailed to the address congres.mobgic2022@gmail.com by the 23rd of December 2021, and must include:

  • author’s full name and institution
  • email address
  • paper title
  • abstract (maximum 2000 characters and 5 keywords)

The proposals will be evaluated by the scientific committee. The outcome will be notified by the organizing committee by the 30th of January 2022. The congress will be held on-site taking into account the health situation. If some of the participants are not able to assist due to restrictions on mobility to prevent the spread of the pandemic, they will be able to deliver their paper on-line.

Organizing committee

Francesc Tous (Universitat de Girona) – Coordinator
Anna Fernàndez-Clot (Universitat de Barcelona)
Marina Navàs (Universitat Rovira i Virgili)
Simone Sari (Universitat de Barcelona)
Camilla Talfani (Universitat de Girona – Université Paul-Valéry-Montpellier)

Scientific committee

Anna Alberni (Universitat de Barcelona)
Lola Badia (Universitat de Barcelona)
Alexandra Beauchamp (Université de Limoges)
Gerardo Boto (Universitat de Girona)
Joan Domenge (Universitat de Barcelona)
Sadurní Martí (Universitat de Girona)
Francesc Massip (Universitat Rovira i Virgili)
Yolanda Plumley (University of Exeter)
Anna Radaelli (Sapienza Università di Roma)
Albert Reixach (Universitat de Lleida)

Organizing institutions

Institut de Llengua i Cultura Catalanes – Universitat de Girona
Grup de Cultura i Literatura a la Baixa Edat Mitjana (Narpan) – Grup de Recerca Consolidat de la Generalitat de Catalunya (SGR 2017-00142)
Projecte «Cultura escrita cortés en la Corona de Aragón: materialidad, transmisión y recepción» – Universitat de Girona (Ministeri de Ciència i Innovació PID2019-109214GB-I00)
Projecte «Ioculator seu mimus. Performing Music and Poetry in Medieval Iberia» (MiMus) – Universitat de Barcelona (European Research Council, CoG 2017, grant agreement 772762)

Voyageurs mendiants

Call for Papers:

The Temporal and Spiritual Significance of Travel for Mendicant Friars in Europe, c.1450-c.1750

From their earliest days, the four principal mendicant orders – Augustinians, Carmelites, Dominicans and Franciscans – travelled everywhere to serve the poor and preach the Gospel. I invite researchers from all relevant disciplines to submit proposals that address the temporal and spiritual significance of travel for the four principal mendicant orders in Early-Modern Europe for an online symposium on Thursday 20 May 2021. Proposals can take account of the Franciscan communities of Friars Minor, Conventuals and Capuchins, as well as Tertiaries in mendicant orders.

Presentations should be on areas of research relating to Mendicant journeys in the Early-Modern period. Those wishing to participate should send proposals of topics of 150-200 words, and a brief biographical note, to Dr Benjamin Hazard (School of History, University College Dublin) ben.hazard@ucd.ie

Possible topics include:
o Bible Stories in Mendicant Writings
o Catholic Women and the Soul’s Journey
o Dominican Preachers and their Rivals on Tour
o Educational Journeys in Spain, Italy and the Holy Roman Empire
o Franciscan Questing
o Historical Depictions of Land and Sea
o Pilgrims on the Journey Home

The closing date for the CFP is Thursday 31 December 2020. If you have any enquiries regarding the online symposium, please send them to me at ben.hazard@ucd.ie

En route pour le Ciel

Appel à publications – « En route pour le Ciel, le voyage spirituel au Moyen Âge », Effervescences Médiévales

Vision du bienheureux Pierre de Luxembourg, Heures à l’usage de Paris, XVe siècle. Paris, Bibl. Mazarine, ms. 491, f. 244v.

Effervescences Médiévales, plateforme collaborative et interdisciplinaire sur le Moyen Âge pour les chercheurs médiévistes, vous invite à participer à son second appel à publications. Les articles seront publiés sur notre site puis, à l’issue de la date butoir, compilés sous la forme d’une revue numérique en libre accès.

Pour son second appel à publications, l’équipe d’Effervescences Médiévales vous invite à soumettre un article sur le thème suivant : « En route pour le Ciel, le voyage spirituel au Moyen Âge ». À travers ce thème, nous invitons les jeunes chercheurs et chercheurs confirmés à réfléchir au voyage spirituel par la seule voie de l’esprit, en excluant tout déplacement physique. Votre contribution pourra traiter des axes suivants :

  • La préparation du voyage spirituel, les conditions morales et spirituelles requises.
  • Les différentes formes du voyage spirituel (rêve, extase, vision,…).
  • Les différentes voies d’accès au voyage spirituel (les airs, la musique,…).
  • Les différentes étapes du voyage spirituel.
  • La description des paysages visités.
  • L’identification des créatures célestes rencontrées comme les anges, les saints, les guides,…
  • Les émotions du voyageur.
  • L’enseignement du voyage spirituel.
  • Les perceptions olfactives et auditives du voyage spirituel.
  • Le retour du voyage spirituel.
  • Le souvenir du voyage spirituel.
  • Les bénéfices du voyage spirituel.
  • Les représentations du voyage spirituel dans l’art du Moyen Âge.

Votre contribution pourra également traiter de sujets adjacents en lien avec notre thématique de recherche. Dans une démarche interdisciplinaire, toutes les contributions de spécialistes travaillant sur le Moyen Âge sont attendues.

Les articles seront publiés au fur et à mesure de leur soumission. Votre contribution est à envoyer à l’adresse suivante effervescencesmedievales@gmail.com jusqu’au 31 octobre 2020 inclus, accompagnée d’une courte biographie.

Votre article, avec un minimum de 10.000 signes et limité à 20.000 signes (notes incluses), répondra aux normes rédactionnelles.

Consignes aux auteurs

Les articles sont soumis sous forme électronique (fichier attaché format .odt, .doc) à l’adresse suivante : effervescencesmedievales@gmail.com

Le voyage immobile

Appel à contribution pour un numéro spécial de la revue en ligne Astrolabe

 Le voyage immobile

Le programme de recherche intitulé « Géographies imaginaires : le voyage-prétexte comme machine à penser » (https://imaginaires.hypotheses.org) prévoie d’éditer en ligne dans la revue Astrolabe (https://astrolabe.msh.uca.fr/) un numéro inspiré de l’actualité : ces temps de pandémie et de confinement seraient le moment opportun pour réfléchir au voyage devenu immobile, mais qui jamais ne stagne. Quel en est le mouvement ? Est-il seulement imaginaire, s’il n’est physique ? Qu’en est-il aussi de celui qui bouge, mais n’avance pas, comme en un labyrinthe (Le Château de Kafka, L’Emploi du temps de Butor, etc.) ? Autant de questions qui surgissent à propos des écritures du voyage immobile.

Dans Voyage au bout de la nuit, Céline écrit que « Voyager, c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déception et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire. Voilà sa force. » Il y a pourtant un paradoxe évident à associer la notion de voyage impliquant la mobilité, le déplacement, l’action, le changement de lieu et de temps, à ses opposés. Être ou devenir mobilis immobile représente une forme de « degré zéro » (Barthes) du voyage, de « tragique de la littérature » viatique, sorte d’exhibition du masque du voyageur qui n’est défini comme voyageur, selon les dictionnaires anciens (Furetière « Qui fait des voyages par pure curiosité, et qui en fait des relations ») que s’il écrit son voyage. Inversement, si voyager n’est validé que par l’écriture de son voyage, « écrire c’est voyager » (J.M.G. Le Clézio) : l’immobilité du voyageur le place face à une dialectique a priori déconcertante. Elle peut engendrer une réflexion autant générique que thématique, éthique ou rhétorique. Écrire, penser « à sauts et à gambades » (Montaigne), est-ce voyager ? Quel est le moteur intérieur ? Quelles errances psychologiques supposent ce mouvement arrêté ? Quels paradis artificiels visitent les voyageurs hallucinés ? La rentrée en soi n’est-elle pas découverte des multiples de soi ? Si le voyageur est souvent considéré comme un menteur (« A beau mentir qui vient de loin ») et que des auteurs comme Montaigne ou Rousseau, chacun à leur manière, privilégient le récit d’un regard naïf et peu lettré par rapport à celui qui, érudit, proposera plutôt sa bibliothèque de voyageur, confirmant ou infirmant ses lectures plutôt que de proposer un regard neuf, sans passer par le prisme de lunettes subjectives, le voyage immobile ne permettrait-il pas alors de penser une nouvelle forme d’humanisme ?

L’expression « voyageurs immobiles » (F. Pessoa) caractérisant le voyageur dont le champ d’action se trouve être ses pensées, avec son flot d’idées vagabondes, avec ses risques et ses tempêtes, pourrait être envisagée pour des auteurs comme Deleuze ou Giono dont l’une des nouvelles de L’Eau vive porte en titre cet oxymore (III, 118-120). Passion, errance ou rêve, le voyage immobile devient mission exploratoire pour celui qui emprunte les machines à remonter le temps : «  Si nous pouvions rester immobiles dans l’Espace absolu, le long du Cours du Temps […] tous les instants futurs et passés (nous constaterons plus loin que le Passé est par-delà le Futur, vu de la Machine) seraient explorés successivement, de même que le spectateur sédentaire d’un panorama a l’illusion d’un voyage rapide le long de paysages successifs » (Alfred Jarry, Commentaires pour servir à la construction pratique de la machine à voyager dans le temps par le Dr Faustroll, 1899). C’est là aussi tout le défi des machines théâtrales simulant le voyage par des décors mobiles où l’acteur restant sur scène et le spectateur dans son fauteuil voyagent par la vision et l’esprit…

Selon Furetière « On dit en Morale, Nous ne sommes que voyageurs en ce monde, pour dire, que cette vie est passagère » : homo viator, simple pèlerin sur terre, le mouvement du voyageur le renvoie à la condition humaine. Les sources bibliques évoquent d’emblée les désirs antagonistes d’Abel et Caïn, du sédentaire qui rêve d’ailleurs, et du nomade qui demande à se fixer. Confiné de gré (vœux monastiques ou retraite volontaire) ou de force (emprisonnement), l’homme cherche à s’évader par l’esprit, à voyager au-delà des murs. Cet empêchement, qui pourrait sembler asséchant, peut aussi donner lieu à une créativité nouvelle et à des œuvres originales. Les plus beaux voyages ne sont-ils pas parfois ceux qui sont pensés, rêvés, davantage que vécus ?

Si le déplacement paraît de prime abord inhérent et indispensable au voyage, certains textes s’affranchissent de la dimension physique et matérielle du voyage. Le voyage semble au XXIe siècle communément pratiqué, mais il n’a pas toujours été possible à certaines catégories de personnes de se déplacer : les femmes en Europe sous l’Ancien Régime et encore aujourd’hui dans plusieurs pays, les religieux ayant fait vœu de clôture, et tous ceux qui n’ont ni les moyens financiers ni les autorisations nécessaires pour le faire (par exemple la licence pontificale pour les pèlerins se rendant en Terre sainte, ou le refus de visa par les ambassades de nos jours).

Que l’auteur voyage autour de sa chambre (Xavier de Maistre) ou s’évade en pensée en des contrées lointaines, l’enfermement semble avoir joué un rôle dans l’élaboration des récits de voyages immobiles. Parfois, un simple bout de ciel bleu aperçu « par-dessus le toit » permet à l’auteur (Paul Verlaine) d’échapper à sa condition. Les jours de navigation sans vent donnent lieu alternativement à des « rien à signaler » journaliers ou au contraire à des grandes envolées méditatives (Journal aux Indes orientales de Robert Challe). De son exil anglais, le poète Charles d’Orléans regardait « vers le païs de France » et sa « doulce plaisance ». Que penser de Du Bellay, harassé de tâches domestiques à la cour de son oncle cardinal, qui prend à rebours le mythe odysséen et rêve de rester immobile chez lui ? Le confinement peut aussi donner lieu à des voyages intérieurs, où l’auteur se livre à une introspection, comme l’a expérimenté Xavier de Maistre narrant son expérience de confinement en quarantaine dans Voyage autour de ma chambre et dans Expédition nocturne autour de ma chambre.  Les écrits spirituels empruntent, eux aussi, largement à la sémantique du voyage : la voie, le chemin, le cheminement, l’ascension et les épreuves. Aussi parle-t-on de « voyages spirituels ». Les quêtes initiatiques ne se déroulent pas toujours dans un vaste espace, mais mènent, d’étapes en étapes, leur sujet à un aboutissement toujours plus élevé, même si des rechutes sont possibles.

Parmi tous les arpenteurs d’imaginaire et d’inconnu, les voyageurs immobiles choisissent leur parcours, mais aussi les mots et les formes pour l’exprimer. Aussi inviterons-nous les auteurs à proposer des textes questionnant ces voyages immobiles, de l’Antiquité à l’époque contemporaine et les genres qu’ils empruntent. Il peut s’agir d’une étude de cas, portant sur une œuvre ou un auteur spécifique, ou bien de l’analyse d’un corpus ou d’une pratique. Les recherches sur les textes ou les images sont les bienvenues.

Les auteurs sont invités à envoyer avant le 31 août 2020 une proposition présentant en une dizaine de lignes leur projet d’article, accompagnée d’une courte bio-bibliographie.

Les articles définitifs devront être envoyés avant le 31 octobre 2020. Les normes de la revue sont consultables en ligne : https://astrolabe.msh.uca.fr/normes-aux-auteurs

Les propositions et les articles doivent être transmis sous format WORD à sylvie.requemora@univ-amu.fr et à gadrat@mmsh.univ-aix.fr .

Comité scientifique :

Philippe ANTOINE, CELIS, CRLV

Christine GADRAT-OUERFELLI, LA3M-AMU

Huguette KRIEF, CIELAM, AMU, CRLV

Patrick Mathieu, CIELAM, AMU, CRLV

Sylvie REQUEMORA, CIELAM, AMU, CRLV

Calendrier :

Diffusion de l’appel 15 juillet

DL pour les propositions : 31 août

DL pour la remise des textes : 31 octobre

Expertises du comité scientifique : novembre

Mise en ligne des textes sur Astrolabe : 10 décembre

Privacy at sea

Appel à contributions:

PRIVACY AT SEA

The Centre for Privacy Studies is now inviting proposals for the edited volume “Privacy at Sea: Practices, Spaces, and Communication in Maritime History”. This volume will focus on the different dimensions of privacy in the context of maritime history, with an emphasis on the period between 1400 and 1800. We welcome texts dealing with (but not limited to) the following topics:

  • Ships’ spatial boundaries, common areas, and makeshift private divisions;
  • Habits developed to provide a sense of privacy at sea;
  • Privacy and surveillance at sea;
  • Maritime issues of gender and sexuality;
  • Private communication and communication strategies at sea;
  • Laws and regulations regarding interactions between crewmates;
  • Practices of privacy at sea in contrast with at shore;
  • Creation of privacy through objects and gestures;
  • Maritime culture in relation to privacy.

The language of this publication is English. The volume will be peer-reviewed and aims to be open access. Please submit an abstract (max. 500 words) and a short CV via this online form no later than 14 July 2020.
Complete selected texts (max. 6000 words) must be submitted by February 2021.

Further questions can be sent to Natacha Klein Käfer

Investir la frontière

Nouvel appel à contributions pour la revue Frontière.s :

Investir la frontière

Date limite de soumission des articles complets : 20 décembre 2020

Coordination : Marine Lépée, Gaëlle Perrot

La frontière n’est pas seulement une limite ou une interface entre deux réalités. Elle constitue également un espace construit et organisé où s’investir ou à investir de manière plus ou moins pérenne. Pour ce quatrième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités d’appropriation de la frontière et ses formes d’occupation, en portant une attention particulière aux acteurs et aux dynamiques centres-périphéries.

La thématique pourra être abordée librement selon différentes approches :

  • investissement matériel : habiter ou aménager des espaces intégrés ou à la marge, investir des moyens financiers, humains, structurels
  • investissement territorial : maîtriser et étendre les limites d’un territoire religieux, agricole, étatique, etc.
  • investissement militaire : engager des forces militaires afin d’occuper/conquérir un espace ou une population
  • investissement symbolique : revêtir la frontière d’un droit, d’un pouvoir, d’une dimension honorifique, d’une juridiction, d’une identité territoriale ou nationale
  • investissement intellectuel : considérer une frontière ou un territoire frontalier comme un horizon de la connaissance, un espace à cartographier ou à explorer.

Calendrier

  • 20 décembre 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 mars 2021 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 avril 2021 : date de retour des versions corrigées
  • juin 2021 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteur·rice·s adresseront leur contribution à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

En route pour le ciel

Effervescences Médiévales, plateforme collaborative et interdisciplinaire sur le Moyen Âge pour les chercheurs médiévistes, vous invite à participer à son second appel à publications. Les articles seront publiés sur notre site puis, à l’issue de la date butoir, compilés sous la forme d’une revue numérique en libre accès.

Pour son second appel à publications, l’équipe d’Effervescences Médiévales vous invite à soumettre un article sur le thème suivant : « En route pour le Ciel, le voyage spirituel au Moyen Âge ». À travers ce thème, nous invitons les jeunes chercheurs et chercheurs confirmés à réfléchir au voyage spirituel par la seule voie de l’esprit, en excluant tout déplacement physique. Votre contribution pourra traiter des axes suivants :

  • La préparation du voyage spirituel, les conditions morales et spirituelles requises.
  • Les différentes formes du voyage spirituel (rêve, extase, vision,…).
  • Les différentes voies d’accès au voyage spirituel (les airs, la musique,…).
  • Les différentes étapes du voyage spirituel.
  • La description des paysages visités.
  • L’identification des créatures célestes rencontrées comme les anges, les saints, les guides,…
  • Les émotions du voyageur.
  • L’enseignement du voyage spirituel.
  • Les perceptions olfactives et auditives du voyage spirituel.
  • Le retour du voyage spirituel.
  • Le souvenir du voyage spirituel.
  • Les bénéfices du voyage spirituel.
  • Les représentations du voyage spirituel dans l’art du Moyen Âge.

Votre contribution pourra également traiter de sujets adjacents en lien avec notre thématique de recherche. Dans une démarche interdisciplinaire, toutes les contributions de spécialistes travaillant sur le Moyen Âge sont attendues.

Vision du bienheureux Pierre de Luxembourg, Heures à l’usage de Paris, XVe siècle. Paris, Bibl. Mazarine, ms. 491, f. 244v.

 

Les articles seront publiés au fur et à mesure de leur soumission. Votre contribution est à envoyer à l’adresse suivante effervescencesmedievales@gmail.com jusqu’au 31 octobre 2020 inclus, accompagnée d’une courte biographie.

Pour les normes rédactionnelles, voir ici.

Matérialiser la frontière

Appel à contribution pour la revue Frontière.s, Revue d’archéologie, histoire et histoire de l’art :

Matérialiser la frontière

Date limite de soumission des articles complets : 20 juin 2020

Coordination : Mathilde Duriez, Cécile Moulin

Matérialiser une frontière c’est lui donner une réalité concrète. Souvent conçue comme visible et sensible, la frontière peut également se révéler intangible. Elle se manifeste alors à travers le regard et l’approche des chercheurs. La frontière peut être perçue comme barrière ou interface entre plusieurs espaces. Pour ce troisième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités de formalisation et de conception de la frontière. Les axes de recherches pourront alors appréhender :

  • Les éléments naturels et topographiques et les marquages particuliers utilisés pour rendre concrète une limite réelle (bornes, murs, sillons, fossés, portes…), abstraite ou symbolique : délimiter le monde des morts du monde des vivants, le sacré du profane, le domestique du rituel, etc.
  • Le recours à des agents pour réaliser ou maintenir une frontière.
  • Les représentations iconographiques et cartographiques ou les descriptions de la frontière, pour mieux percevoir un territoire souvent fluctuant au travers de ses limites.
  • L’utilisation des données matérielles dans le but de mettre en évidence des frontières culturelles, politiques, sociales et économiques entre différentes communautés.
  • Le processus de matérialisation et sa transformation dans le temps et l’espace.

Calendrier

  • 20 juin 2020 : date limite de soumission des articles complets
  • 15 septembre 2020 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
  • 15 octobre 2020 : date de retour des versions corrigées
  • décembre 2020 : parution du numéro

Modalités de soumission

Les auteurs adresseront leur contribution avant le 20 juin 2020 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais.

Reliques et pèlerinages

Depuis 1998, le colloque de Paray-le-Monial réunit chaque année, en octobre, chercheurs, universitaires et professionnels du patrimoine autour de thèmes liés à l’histoire de l’art et à l’archéologie en Europe occidentale.

Thème de l’édition 2020 : Reliques et pèlerinages

IRHT_072808-p-1-672x372

Le corps, un vêtement, le tombeau, un peigne liturgique, la trace d’un pas … tout fait relique, directement ou par contact. Les reliques possèdent une puissance rémanente qui, en l’absence du saint dont elle est consubstantielle, répond aux vœux des pèlerins par une intercession salvatrice, des petits miracles du quotidien à la guérison miraculeuse d’un mourant. Dans leurs humbles prières, les fidèles n’hésitent pas à gratter subrepticement la pierre du tombeau saint pour en rapporter chez eux une poussière chargée de pouvoir. Et il arrive même qu’on gratte, dans un manuscrit, la figure d’un saint pour en récupérer la peinture comme un talisman ou un remède, à prendre mêlé à une boisson ou de la nourriture. L’édifice religieux qui abrite la relique se charge lui-même de cette puissance, à en être spontanément illuminé jour et nuit, comme le montre Venance Fortunat au VIe siècle pour la cathédrale de Nantes. Relique insigne dans la Gaule chrétienne, la chape que saint Martin a partagée avec un pauvre a donné aussi son nom à la petite église qui la contenait : la chapelle.

Insignes ou modestes, les reliques attirent des fidèles en demande de secours surnaturel. Dès lors qu’ils quittent leur habitation pour gagner l’église du saint, ils deviennent pèlerins. Ils inscrivent ainsi leur histoire personnelle dans le grand livre de l’humanité. Le pèlerinage est en effet le propre de l’homo viator, l’homme voyageur. Il est aussi l’image de la vie qui est parcourue du berceau au tombeau comme un chemin, et pour lequel il faut préférer un cheminement difficile et périlleux, gage d’un accès au Paradis, au parcours facile et voluptueux qui conduit, lui, en enfer. Aux grands pèlerinages qui ont structuré le monde chrétien – Rome, Compostelle, Terre Sainte – durant le Moyen Âge répondent aujourd’hui les itinéraires ressuscités de leur effacement, comme les Routes de Saint-Jacques, ou les créations contemporaines, comme la Via Columbani. Une nouvelle manière de se redécouvrir.

Les propositions d’articles et de posters peuvent concerner toutes les périodes mais doivent privilégier des sujets liés à l’Europe occidentale.

Modalités de soumission des articles (date limite : 30/06/2020)

  • Les articles seront rédigés en français et ils seront publiés sur le Carnet à partir d’octobre 2020. Le carnet possède un ISSN et est donc référencé dans le catalogue d’OpenEdition, le catalogue général de la BnF, WorldCat et ROAD.
  • Vous mentionnerez vos titre et organisme de rattachement.
  • Votre article contiendra 25 000 signes maximum (espaces compris) et 15 illustrations maximum.
  • Vous indiquerez la légende et l’auteur des illustrations (soyez vigilants sur les droits d’auteur). Toutes les illustrations devront être citées dans le texte comme suit : (fig. 5).
  • Les références bibliographiques apparaîtront en note sous la forme suivante :
    • Pour un ouvrage : Phalip, Bruno, Auvergne romane, Dijon, Faton, 2013.
    • Pour un article : Arlaud, Catherine, Burnouf, Joëlle, « L’archéologie du bâti existe-t-elle ? », Les nouvelles de l’archéologie, 1993, n° 53-54, p. 67-69.
  • Les articles étant destinés à une publication en ligne, nous vous remercions d’utiliser le système de double parenthèse pour les notes de bas de page. Dans votre texte, à l’endroit où vous souhaitez que l’appel de notes apparaisse, ouvrez une double parenthèse, puis écrivez votre note, puis fermez par une double parenthèse. Prenez soin de laisser un espace entre le texte et la première parenthèse ouvrante. Plus d’explications en suivant ce lien : https://maisondescarnets.hypotheses.org/533
  • Votre proposition sera envoyée par voie électronique, sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer. Les illustrations seront envoyées aux formats jpg ou png.
  • Date limite de soumission : 30 juin 2020.
  • Adresse pour l’envoi : anelise.nicolier@orange.fr
  • La liste des membres du comité de lecture se trouve sur ce Carnet, dans l’onglet “Comités”.

Modalités de soumission des posters (date limite : 30/06/2020)

Les posters seront exposés à l’occasion du colloque de Paray-le-Monial, le 3 octobre 2020.

Une maquette graphique est imposée afin d’uniformiser l’exposition, et l’Association des Amis de la Basilique se charge de l’impression des posters. Chaque poster contiendra :

  • Vos nom, prénom, photo.
  • Votre adresse mail, si vous le souhaitez.
  • Un titre (100 signes max. espaces compris).
  • Une introduction précisant le contexte et les problématiques de votre recherche (450 signes max. espaces compris).
  • Un paragraphe intitulé “Méthodologie” présentant les méthodes mises en oeuvre pour mener vos travaux (1700 signes max. espaces compris).
  • Un paragraphe “Résultats” soulignant l’apport de votre recherche (1250 signes max. espaces compris).
  • Quatre illustrations avec leur légende et la mention de l’auteur.
  • Le logo de votre institution de rattachement (université, école, laboratoire).

Votre proposition sera envoyée par voie électronique, sous la forme d’un fichier Word ou Open Office Writer. Les illustrations, votre photo et le logo seront envoyés aux formats jpg ou png. Date limite de l’envoi : 30 juin 2020. Adresse de l’envoi : anelise.nicolier@orange.fr

Les mondes normands dans les savoirs géographiques et les récits de voyages (IXe-XVIe siècle)

Appel à contribution de la revue Tabularia :

Les mondes normands dans les savoirs géographiques et les récits de voyages

(IXe-XVIe siècle)

La littérature géographique et les récits des voyageurs peuvent apporter des informations fort intéressantes sur des régions données : villes, fleuves, côtes, activités humaines (chasse, pêche, commerce, vie des sociétés), faune et flore. De plus, ces témoignages nous renseignent fort utilement sur la connaissance de ces régions distantes dans des pays ou des cultures éloignés, et donc de comprendre comment ces mondes y étaient perçus. L’objet de ce dossier thématique se propose donc d’explorer les sources géographiques à propos des mondes normands au sens large : la Scandinavie bien évidemment mais aussi les espaces où s’établirent les vikings aux VIIIe-XIe siècles et les territoires qui ont été sous domination normande en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée aux XIe-XIIe siècles.

Par exemple, le récent ouvrage de Jean-Charles Ducène (L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, CNRS éd., 2018) montre l’étendue des connaissances perses et arabes sur le Nord de l’Europe, qui apportent des informations précises sur les villes, les régions, la faune, par exemple sur la chasse à la baleine. Si le Livre de Roger d’Idrisi est un exemple bien connu de ce savoir géographique, parfois très précis, d’autres – et pas uniquement issus d’auteurs arabophones – sont à explorer. Ainsi, dans un article récent, Pierre Bouet (Raoul Tortaire, « Mon voyage en Normandie », Tabularia, 2017, DOI : 10.4000/tabularia.2813), rapporte le récit en vers d’un moine de l’abbaye de Fleury (Saint-Benoit-sur-Loire) qui dresse un tableau vivant de la ville de Caen et décrit de façon précise une chasse à la baleine sur la côte normande, informations très rares dans la littérature des xie et xiie siècles. Dans une autre contribution parue dans notre revue en 2016 (DOI : 10.4000/tabularia.2236), Benoît Humbert s’est interrogé sur les «  Voyages en Russie et définition des marges du monde scandinave dans les fornaldarsögur ».

Ce dossier envisage une chronologie large, de la période carolingienne aux « Grandes découvertes (IXe-XVIe siècle) et une gamme étendue de textes : itinéraires, récits ou guides de voyages ou de pèlerinage, descriptions géographiques incluses dans des œuvres narratives (chroniques, hagiographies, sagas…), littérature encyclopédique, récits de croisades, relations d’ambassadeurs et de missionnaires, guide et correspondances des marchands, récits d’explorateurs, voire même de voyageurs imaginaires. L’objectif est de s’interroger sur la part des connaissances nouvelles et celle des emprunts, la circulation des savoirs géographiques, leur mise en œuvre dans les textes, la mise en ordre des connaissances, les intentions qui guident les auteurs ou les commanditaires, les images véhiculées par les textes ; les illustrations (cartes, miniatures…) qui les accompagnent éventuellement.

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Appel à contributions de la revue Etudes Médiévales Anglaises, sur le thème:

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Argumentaire

La revue Etudes Médiévales Anglaises (EMA) vous invite à soumettre un article pour son numéro 94 sur la notion d’espace. Les articles, en anglais ou en français, sont à envoyer à Fanny Moghaddassi avant le 30 mai 2019 (informations ci-dessous). Nous recommandons aux auteurs intéressés de faire parvenir un titre et une brève description du contenu de leur article dès que possible.

Bien que l’espace ne soit pas un concept médiéval (au XIVème siècle, le terme moyen-anglais réfère d’abord au temps ou à l’intervalle entre deux objets, et non à l’idée abstraite d’étendue que l’on peut traverser et / ou occuper), il a cependant pris une importance critique considérable dans les études médiévales au fil des dernières décennies. Les médiévistes se sont toujours intéressés aux questions spatiales, notamment sous la forme de recherches sur la localisation et les frontières de communautés nationales et religieuses, sur les pratiques médiévales du pèlerinage, de la procession et du voyage, ou sur les symbolismes associés à divers lieux (forêt, jardin, château…). Toutefois, « un regard critique sur les catégories et concepts de l’espace » (Weiss & Salih, 2012, xv) ne s’est développé que plus récemment sous l’impulsion de la géographie culturelle, dans les années 1970, et des explorations post-modernes des soubassements idéologiques qui ont au Moyen Âge forgé et produit les espaces ruraux et urbains, les lieux de pouvoir, les sites religieux, et façonné au sein de ces espaces des zones distinctes en fonction de critères de genre et d’appartenance sociale. Continuer la lecture

Voyages vers le Nord

Appel à contributions pour la revue “Viaggiatori”, septembre 2019 :

Voyages vers le Nord, voyages vers les pays froids

Argumentaire:

« Le sentiment de l’isolement et de l’abandon remplit l’âme du voyageur qui traverse ces déserts du Nord. Rien ne vit autour de lui, tout est silencieux et mort. » (Charles Martins, 1866)

La représentation du Nord de l’Europe a beaucoup changé au fil des siècles. Dans le monde gréco-romain, le concept de Nord était toujours très relatif et non relié à une précise région géographique, de même que le terme Septentrion, qui localisait une zone nordique qui s’élargissait d’est en ouest, de la Britannia à la Germania et à la Scythie, était assimilé parfois à la Bulgarie, d’autres fois à la Roumanie, à la Hongrie, à la Pologne ou à la Russie. Le Nord d’Homère était le pays des Cimmériens (c’est-à-dire au nord de la mer Noire), alors que pour Ptolémée, c’était le pays des Finnoi, des tribus finnoises ou lapones, qui n’étaient pas bien localisées. Il est bien compréhensible que, quand Pythéas de Marseille revint de son long périple dans la mer du Nord, aucun savant ne lui ait fait confiance, son Peri tou Okeanou étant considéré comme un recueil de fables. Il fallut attendre Pline l’Ancien, Tacite et Ptolémée pour identifier d’abord la Scandia (la partie méridionale de la Suède) et ensuite la Scandinavie. Si la culture classique a le grand mérite d’avoir fait connaître le Nord de l’Europe dans ses œuvres littéraires et géographiques, elle est aussi responsable de l’image (très tacitéenne) d’un Septentrion obscur, inhabitable à cause du climat et en général négatif ; Adam de Brème et Saxo Grammaticus contribuèrent à la fixer dans la littérature médiévale. Tous ces savants fondaient leurs affirmations sur les ouvrages de référence classiques et sur les témoignages des marins et des marchands, les seuls à avoir parcouru ces régions extrêmes, pour en rapporter les fourrures et le célèbre ambre de la Baltique. Mais enfin, à partir du xve siècle, on commença à avoir quelques relations très intéressantes des premiers voyageurs (Pietro Querini, Paul Jove, Alessandro Guagnini) et trois œuvres savantes, qui peuvent être considérées encore aujourd’hui comme les fondements de la connaissance du Nord à l’époque moderne, même si encore liées à la mentalité médiévale car écrites en latin : ce sont les ouvrages de Jacob Ziegler, d’Olaus Magnus et de Johannes Scheffer. Si Ziegler reprit l’image barbare et sauvage des peuples du Nord, Olaus Magnus et Scheffer publièrent des études monographiques fondamentales pour la diffusion de la connaissance des pays nordiques en Europe. Leurs ouvrages furent souvent cités (et copiés) par les premiers voyageurs du xviie et xviiie siècle, mais on les trouve encore parmi les sources de la littérature de voyage du xixe siècle. Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search