Archives de catégorie : Appels à communication

Les objets du voyage, le voyage des objets

Appel à communication pour une journée d’études, le 10 novembre 2017 à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines:

Les objets du voyage, le voyage des objets

Culture matérielle et représentations du Moyen Âge au Grand Tour

Argumentaire :

Sous l’influence des « Cultural studies », les études relevant de la culture matérielle ont connu un renouveau considérable ces dernières années. Dans le sillage de l’ouvrage de Richard A. Goldthwaite, The Empire of Things: Consumer Demand in Renaissance Italy (1987) ou de celui, entre autres, de Daniel Roche pour la période moderne, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVIIe- XIXe siècles), (1997), les objets de la vie quotidienne ont été analysés comme des facteurs clés pour comprendre l’évolution de la société ou les changements économiques.Tandis que bon nombre d’études ont privilégié le monde des objets dans leur cadre domestique (Marta Ajmar et Flora Dennis (eds), At Home in Renaissance Italy, London, 2006) et se sont penchées sur la thématique de la consommation pour éclairer le comportements des élites, cette journée d’étude se propose d’élargir la perspective, de franchir le seuil de la demeure et de s’aventurer sur les chemins européens  afin de considérer la place des objets dans la construction de l’identité culturelle du Moyen Âge à l’aube du Grand Tour. Les analyses porteront sur les objets matériels et immatériels envisagés dans un contexte spatio-temporel et montreront dans quelle mesure les commodités ou raretés participent à la fabrique du voyage.

Envisager le voyage au prisme des objets comporte une double approche selon que l’on considère le chemin aller ou retour du pèlerin ou du voyageur, les objets qu’il emporte ainsi que ceux qu’il rapporte de ses pérégrinations. Aux questions relatives à l’acquisition en amont d’objets utiles au voyage (habits, guides, cartes, lettres de recommandation etc…) viennent se greffer celles du désir, du goût et du plaisir qui se superposent à l’image du voyage perçu dans sa double acception de traversée et labeur (« travel » et « travail » en anglais). Quels sont donc les objets dont se munissent les voyageurs, ceux qu’ils découvrent et décrivent dans leurs récits, ceux qu’ils reçoivent et ceux qu’ils rapportent, soit par choix personnel, soit dans le but de fournir des preuves tangibles de leurs périples ? Certains de ces objets sont attendus par la communauté d’origine, telles les enseignes des pèlerins, coquilles Saint-Jacques ou fragments de relique, d’autres présentent un caractère plus singulier, telles la paire de chaussures érigée en trophée par le voyageur Thomas Coryate à la fois au sein de ses Crudities et dans l’église de son village d’Odcombe. Tandis que l’inquiétante étrangeté du voyageur cède progressivement la place à sa stupidité dans l’espace narratif et théâtral élisabéthain, le cure-dent devient l’un des attributs les plus cités dans les représentations de la période. Dans la comédie shakesperienne As You Like It, le personnage de Jacques livre une définition organique de sa mélancolie qui prend sa source dans les choses vues au détour de ses voyages (« …extracted from many objects, and indeed the sundry contemplation of my travels », IV,1, 13). L’étude des idiosyncrasies rhétoriques des voyageurs permettront de dresser un inventaire patrimonial des artefacts discursifs mis en œuvre dans l’espace textuel.

Trois axes seront retenus :

  1. Les objets matériels du voyage (pratiques, valeurs économiques, valeurs symboliques)
  2. La représentation des objets dans l’espace textuel/scénique
  3. Les artefacts rhétoriques des voyageurs

Modalités de soumission

Les propositions, sous la forme d’un titre, d’un résumé d’environ 250 mots et d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard :

le 15 septembre 2017

à Anne Geoffroy (anne.geoffroy9@gmail.com).

Les communications n’excèderont pas 20 minutes.

Journée d’études le 10 novembre 2017

Organisateur

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Laboratoire DYPAC (Dynamiques Patrimoniales et Culturelles) EA 2449

Axe Cultures, patrimoines et savoirs

Comité scientifique

Anne Geoffroy, PRAG, Docteur en littérature anglaise des XVIe et XVIIe siècles.

Argent et marchandises en voyage (XIIe-XXe siècle)

Appel à contribution pour un dossier thématique de la revue Clio@Themis.

Argumentaire

Le thème proposé cherche à permettre la constitution d’un dossier centré sur l’histoire du droit des affaires, qui ne se contente pas de mobiliser le droit et l’histoire, mais qui fasse largement appel aux savoirs économiques, managériaux, sociologiques ou bien encore géographiques.

Il s’agirait en l’occurrence d’offrir un questionnement qui envisage la longue durée (du XIIe au XXe siècle) sans limitation spatiale, afin de pouvoir appréhender la variété des réponses juridiques apportées aux problèmes du transport de l’argent et des marchandises. Ainsi, parmi les principaux enjeux qui pourraient être abordés, on peut énumérer :

  1. Les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises.
  2. La fluctuation de la valeur de l’argent et des marchandises d’un endroit à l’autre.
  3. Les risques du voyage de l’argent et des marchandises.
  4. Les motivations (besoins, curiosité, modes, agrément, …) et l’organisation du voyage (moyens de transport, transporteurs, parcours, réseaux marchands, …).
  5. L’intervention des pouvoirs publics dans le voyage.

1. Les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises. Si le commerce à distance a une très longue histoire, les formes juridiques de ce commerce ne suivent en rien un parcours linéaire mais se raffinent et se simplifient selon des vagues inégales. Comprendre le cours de ces vagues et, plus spécialement, l’élaboration de tous les instruments juridiques destinés à permettre le voyage de l’argent et des marchandises demande alors un effort conjoint de spécialistes de disciplines et d’époques différentes.

Le Moyen Âge, loin d’être une époque d’immobilisme, forge, au moins dans le domaine commercial, les linéaments de la modernité. À partir du XIIIe siècle, les marchands mettent au point des techniques financières très sophistiquées et créent de véritables systèmes commerciaux internationaux dans lesquels des maisons-mères rayonnent dans toute l’Europe à travers filiales et agences. Cette époque d’avant-garde ouvre de vastes espaces de recherche pour les historiens.

Continuer la lecture

Medieval and Early Modern Spaces and Places

Appel à communications pour une journée d’études sur le thème de l’espace :

Argumentaire :

Following a successful first workshop in February 2017, The Open University will be hosting a one-day conference on spaces and places on 23 February 2018, drawing upon the interdisciplinary research interests of the OU’s Medieval and Early Modern Research Group.

Theoretical approaches have informed new ways of thinking about the social production of space (from Henri Lefebvre to David Harvey) and recent research networks have also stimulated novel approaches to early modern spaces (PALATIUM). Early modern spaces were mutable and permeable, and new technologies, objects, and social formations played a role in defining spaces as well as identities. The expansion of trade routes and economic networks, the development of the printing press, struggles for territorial power and religious wars, and new diplomatic frameworks, all contributed to new ways of conceptualising geographies and spaces.

This annual conference is fundamentally interdisciplinary: literary, musical, architectural, artistic and religious spaces will be the subjects of enquiry, not as discrete or separate entities, but ones which overlapped, came into contact with one another, and at times were in conflict. The creation of boundaries and demarcations in subsequent centuries was often a result of these early approaches to spaces.

The conference will examine life in buildings, institutions and broader geographical areas from a variety of perspectives and will consider the following questions:

– How were medieval and early modern spaces adapted and transformed through the movement of material and immaterial things?
– Which particular aspects of political, social and economic infrastructures enabled the exchange of objects and ideas?
– To what extent did a sense of place depend upon the activities taking place there?

Please send a 150 word abstract along with a short biography to Leah Clark (leah.clark@open.ac.uk) and Helen Coffey (Helen.coffey@open.ac.uk) by 31 August 2017.

Le programme de la précédente journée, tenue le 24 février 2017, est consultable ici.

Mobility and space

Les appels à communication se multiplient actuellement. En voici un nouveau :

Mobility and space in late Medieval and Early Modern Europe

Le colloque aura lieu les 23-24 juin 2017 à l’Université d’Oxford.

Argumentaire :

The application of spatial paradigms to the study of late medieval and early modern societies is now well underway. In contrast, the so-called ‘mobility turn’ has struggled to find its way from the social sciences to the humanities and particularly to disciplines concerned with the study of the past. This conference proposes to bring the two together by exploring how everyday mobility contributed to the shaping of late medieval and early modern spaces, and how spatial frameworks affected the movement of people in pre-modern Europe.
In focusing on these issues, the conference also intends to relate to current social challenges. The world is now more mobile than ever, yet it is often argued that more spatial boundaries exist today than ever before. The conference hopes to reflect on this contemporary paradox by exploring the longterm history of the tension between the dynamism of communities, groups and individuals, and the human construction of places and boundaries.
Prospective speakers are invited to submit proposals of no more than 300 words for 20-minute papers. Papers may engage with questions of mobility and space at a variety of levels (regional, urban, domestic) and interdisciplinary approaches are particularly encouraged. Continuer la lecture

Strangers at the gate

Appel à communications :

Strangers at the gate !

The (un)welcome mouvement of people and idea on the Medieval world

The medieval world was a dynamic place. Stories, texts, and ideas flowed from one community to another, changing and growing in the process; an individual’s journey could bring and spread intellectual, artistic, or administrative innovations; larger groups moved, seeking fresh beginnings or an escape from current tribulations. And, just as today, new arrivals were sometimes seen as welcome opportunities for growth, and sometimes as unsettling threats.

This conference will explore instances of such migrations and their reception from across the medieval period. It aims to be fully interdisciplinary, and welcomes submissions from scholars of all disciplines, including but not limited to manuscript and literary studies, art history, archaeology and history. Papers from PhD students and early career researchers are welcomed. Continuer la lecture

L’itinérance curiale

Appel à contribution pour le projet :

L’itinérance curiale, du Moyen Âge au XIXe siècle

Argumentaire :

L’itinérance curiale est un sujet peu étudié en France, contrairement à ce qui s’observe dans d’autres pays européens où ce phénomène a bénéficié d’un intérêt marqué de la part de la recherche.

Les grands jalons de l’histoire des séjours et déplacements de la cour de France sont pourtant bien connus. Sous les Carolingiens, le cœur politique de l’empire est situé à Aix-la-Chapelle qui se trouve au centre d’un réseau palatial orienté au nord et à l’est, entre les palais de Francfort, Nimègue, Compiègne et Thionville. Sous les Capétiens, l’itinérance curiale est marquée par une concentration précoce sur Paris qui revêt dès la fin du XIIe siècle les fonctions de capitale et qui sert de résidence privilégiée aussi dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Au siècle suivant, deux régions dominent les trajectoires de la cour : la région parisienne et la vallée de la Loire. À la Renaissance, la concentration grandissante sur un ensemble réduit de résidences situées en région parisienne peut être mise en relation avec la sédentarisation des cours qui s’observe dans la plupart des pays européens à cette époque. En 1682, l’installation de la cour à Versailles marque l’achèvement de ce processus. Oscillant entre Paris et Versailles, le profil des déplacements ne connait que peu de variations jusqu’à la disparition de la monarchie au XIXe siècle.

Continuer la lecture

Itinérances maritimes en Méditerranée

Appel à communications pour le colloque :

Itinérances maritimes en Méditerranée (du Moyen Âge à la première modernité) – Colloque international BABEL/CLARE

Date : 12-13 octobre 2017
Lieu : Université de Toulon, Musée de la marine (Toulon), MUCEM (Marseille)
Organisation :
Sandra Gorgievski (BABEL/Toulon)
Ines Kirschleger (BABEL/Toulon)
Françoise Poulet (CLARE/Bordeaux)

Argumentaire :

Ce projet fait suite au colloque « Itinérances spirituelles : écriture et mise en récit du voyage intérieur (XVe-XVIIIe s.) » qui s’est tenu à Bordeaux du 26 au 28 novembre 2014, en partenariat avec le laboratoire CLARE (Université Bordeaux Montaigne).

Ce second volet prévu à Toulon se donne pour objectif d’affiner le concept d’« itinérances » défini lors des premières rencontres, en l’appliquant de manière privilégiée à l’espace maritime de la Méditerranée dans toute son étendue et toutes ses cultures. Continuer la lecture

Ordonner le monde

Un appel à communication lancé par le groupe de doctorants Questes :

Trier, classer, organiser : Ordonner le monde au Moyen Âge

Cette journée d’étude aura lieu les 16 et 17 juin 2017 à Paris.

Argumentaire :

De l’accumulation à la liste, de la liste au classement, choisir comment on organise, c’est choisir ce qu’il faut assembler. Or les catégories façonnent une certaine représentation du monde. Des cartes en TO, qui séparent les trois continents pour les organiser en cercle autour de Jérusalem, aux récits merveilleux, qui listent ou hiérarchisent les différentes espèces présentes sur terre, les classements sont orientés. Ils révèlent au sein des textes ainsi que des images, de sciences ou de littérature, une vision individuelle et/ou collective de l’ordonnancement du monde. Ce goût prononcé pour les listes, qu’elles soient réelles ou métaphoriques, apparaît aussi dans le domaine de la morale et de l’eschatologie : les listes des Prophètes, les sept âges de l’humanité, les septénaires de l’Apocalypse, les quinze signes du Jugement dernier… Si la liste des listes médiévales est longue, c’est parce que l’imaginaire totalisant du classement permet de passer du composite au composé. Enfin, le développement des écrits de gestion, seigneuriaux puis marchands, donne aux pratiques de dénombrement de nouveaux outils. Les documents fiscaux comme les actes notariés annoncent l’ordre qui doit être satisfait : ils se veulent et se font souvent performatifs. Ces choix de classement permettent ainsi d’ordonner le monde de façon effective. Continuer la lecture

L’équipement des véhicules dans l’Antiquité et au Moyen Âge

Un appel à communications est lancé pour les prochaines rencontres Instrumentum qui se dérouleront à Arles du 13 au 17 juin 2017.

Le thème est l’équipement des véhicules dans l’Antiquité et au Moyen Âge.

Argumentaire :

Ces Rencontres Instrumentum ont pour thématique les modes de transports dans l’Antiquité et au Moyen Âge et porteront en particulier sur l’équipement et l’entretien des véhicules terrestres, fluviaux et maritimes.

Quatre sessions diachroniques sont ouvertes :

  • les véhicules terrestres à traction animale (chars, chariots, attelages) ;
  • les engins de navigation fluviale (barques, pirogues et leurs éléments de traction ou de propulsion) ;
  • les navires du milieu maritime ;
  • et, bien que non inclus dans la définition juridique du terme véhicule, les équidés en tant que monture.

Les communications et posters pourront présenter des catégories d’objets, des études de mobiliers à l’échelle d’un site ou d’une région, des restitutions et résultats d’expérimentation, des études documentaires, etc.

Sont concernés : les pièces constitutives de l’architecture du véhicule (métaux, bois, cuir, vannerie), les éléments participant de sa mise en mouvement ou de son fonctionnement (traction, propulsion, direction), les accessoires, garnitures et ornements. Les mobiliers présentés peuvent être issus de contextes d’habitat, de circulation, d’artisanat, d’épaves, funéraires, portuaires, etc.

Les propositions sont à envoyer avant le 31 décembre 2016, par le biais du formulaire disponible en ligne sur le site Calenda, à envoyer à Stéphanie Raux (stephanie.raux@inrap.fr).

Mobility and Space in Late Medieval and Early Modern Europe

Voici un appel à communication pour une journée d’étude intitulée :

Mobility and Space in Late Medieval and Early Modern Europe

qui se tiendra à l’Université d’Oxford, le 23 juin 2017.

L’argumentaire est le suivant :

The application of spatial paradigms to the study of late medieval and early modern societies is now well underway. In contrast, the so-called ‘mobility turn’ has struggled to find its way from the social sciences to the humanities and, in particular, to history. This conference proposes to bring the two together by exploring how everyday mobility contributed to the shaping of late medieval and early modern spaces, and how spatial frameworks affected the movement of
people in pre-modern Europe.
In focusing on these issues, the conference also intends to relate to current social challenges. The world is now more mobile than ever, yet it is often argued that more spatial boundaries exist today than ever before. The conference hopes to reflect on this contemporary paradox
by exploring the long-term history of the tension between the dynamicity of communities, groups and individuals, and the human construction of places and boundaries.
Prospective speakers are invited to submit proposals of no more than 300 words for 20-minute papers. Papers may engage with questions of mobility and space at a variety of levels (regional, urban, domestic) and interdisciplinary approaches are particularly encouraged.

Quatre sous-thèmes sont proposés :

  • Performing space through movement (border patrols, civic and religious processions, frontier trespassing)
  • Mobile practices in public spaces (itinerant courts, temporary fairs, diplomatic exchanges, travelling performances, revolts on the move)
  • Narrating movement, imagining space (pilgrimage guides, travel diaries, merchant itineraries, road maps)
  • Digital scholarship in exploring the intersections between mobility and space (network analysis, flow modelling, GIS-based research)

Les propositions sont à envoyer avant le 1er février 2017 à luca.zenobi@history.ox.ac.uk et pablo.gonzalezmartin@history.ox.ac.uk

Circulations montagnardes, circulations européennes

Le prochain (142e) Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, organisé par le CTHS, aura lieu à Pau du 24 au 29 avril 2017.

Les organisateurs ont choisi pour thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Voici un extrait de l’argumentaire :

Obstacle, frontière « naturelle », opposant nettement, sous ces latitudes moyennes, les versants d’ubac et d’adret (soulane et ombrée), marquée par l’alternance saisonnière de la fermeture et de l’ouverture de ses estives, et – longtemps – de plusieurs de ses cols et ports, la montagne représente depuis toujours le paradoxe d’un espace qui peut être refuge, mais qui est pourtant constamment traversé et parcouru. Elle a souvent donné lieu à des interprétations déterministes. On a pensé la montagne comme un espace immuable, résistant au changement au même titre qu’à l’érosion, un lieu d’élection de l’archaïsme. On l’a pensée enclavée et effacée plus souvent que traversée ou desservie. Fernand Braudel participait encore de cette approche lorsqu’il la présentait de manière statique, essentiellement pourvoyeuse d’hommes et de richesses tirées de ses sols et sous-sols, alors que les plaines et les rivages seuls étaient mus par les échanges, le changement, la modernité.
Il s’agit, ici, de s’interroger sur la montagne comme un espace animé par de multiples mouvements, même s’il faut tenir compte de la grande variété des espaces montagnards. En travaillant sur les genres de vie, et les sociétés montagnardes autochtones, allochtones, les métiers, les conflits, les régulations, les « écoles »  géographiques ont porté une grande attention à la circulation intra ou trans-montagnarde. Il y a non seulement les circulations des montagnards eux-mêmes, de leurs bêtes et productions mais aussi celles induites par les populations des contrées, proches et lointaines, qui les bordent, autant matérielles qu’immatérielles : hommes, bestiaux, produits divers et idées. Leur observation, au-delà de la perception de l’obstacle, nous engagera alors à réenvisager la mutabilité de ces espaces montagnards, en France, Corse et départements d’Outremer et en Europe, sans s’interdire des comparaisons dans d’autres espaces.
Bien sûr, qu’elle soit « haute » ou « moyenne », périphérique (et alors souvent frontière) ou « centrale », la définition que nous envisageons du mot « montagne » ne se réduit pas aux espaces situés au-dessus d’une certaine altitude, ni à la toponymie, mais elle correspond à leur perception culturelle large, tant autochtone, qu’allogène, perception historique aussi, liée aux variations climatiques. La montagne est d’abord un milieu géographique spécifique, qui associe une certaine dynamique naturelle à une autre, sociale. Tout en s’affirmant comme « montagnarde », leur conjonction entraîne des situations variées.

Parmi les nombreux thèmes envisagés, figurent ceux de la représentation de l’espace montagnard et des circulations et déplacements au sein de cet espace, en particulier dans le thème IV : « Des montagnes parcourues et représentées : de la circulation des idées, des formes et des jeux ».

Les propositions de communications doivent être envoyées avant le 1er novembre 2016 à l’adresse congres@cths.fr.

Toutes les informations, ainsi que l’argumentaire complet, sont disponibles sur le site du CTHS : http://cths.fr/co/

Frontières du Maghreb

Un atelier doctoral aura lieu à l’Université de Bordeaux du 12 au 14 décembre 2016, sur le thème : Les frontières maritimes et terrestres du Maghreb (Antiquité, Moyen Âge), coordonné par Jean-Charles Ducène et Stéphanie Guédon.

Voici la présentation:

L’atelier doctoral s’inscrit dans le cadre du Programme Hubert Curien Maghreb – « DÉSERT : la frontière méridionale du Maghreb à l’époque antique et médiévale, espace de confins et territoires d’échanges ». Cette rencontre souhaite fournir un lieu de réflexion et d’échanges privilégiés sur un terrain d’étude commun. Elle propose, à travers une approche diachronique, une ouverture méthodologique et scientifique permettant à de jeunes chercheurs de dépasser la césure traditionnelle entre les champs historiques de l’Antiquité et du Moyen Âge. Celle-ci conduit à la spécialisation souvent imposée de leurs travaux, particulièrement sur cette région d’étude, du fait de la variété des sources invoquées.

L’atelier doctoral invite à réfléchir sur la notion, très mouvante, de frontière, dans un effort constant de contextualisation historique. L’ensemble géographique et historique dessiné par le Maghreb se prête particulièrement à la confrontation de contextes variés. Touchant à la fois le milieu maritime et le domaine désertique, ils contribuent chacun, à travers les risques que leur sont traditionnellement imputés, à conférer à la notion de frontière une dimension particulière. La prise en compte de la longue durée vise alors à souligner l’héritage de chaque période dans les évolutions historiques régionales distinguées.

La formation proposée dans le cadre de cet atelier doctoral est ouverte aux doctorants en philologie, en archéologie ainsi qu’en histoire ancienne et médiévale. Elle combine l’étude d’une documentation écrite très riche et de nature variée (sources épigraphiques, littéraires ou encore juridiques pour la période antique, géographes, chroniqueurs et vies de saints musulmans pour l’époque médiévale), dans laquelle il faut inclure les témoignages cartographiques, avec l’apport des sources archéologiques et des données liées à la culture matérielle. Il s’agira aussi, à travers les différents travaux qui seront proposés, de s’interroger sur la perception des frontières en fonction des points de vue d’origine invoqués, selon qu’ils soient notamment oriental, égyptien ou maghrébin pour la période médiévale. La participation à l’atelier doctoral donne également la possibilité d’assister, à titre d’auditeur, au colloque international consacré à « La frontière méridionale du Maghreb et ses formes : essai de définitions (Antiquité-Moyen Âge) », qui aura lieu les 15 et 16 décembre 2016, à l’Université Bordeaux Montaigne.

Les inscriptions sont à faire avant le 20 juillet 2016.

Toutes les informations pratiques sont disponibles sur le site de la Casa de Velazquez.

Communities, Imaginations and Emotions in the Medieval Mediterranean

La Society for the Medieval Mediterranean organise un colloque à Gand, du 10 au 12 juillet 2017.

Avec pour titre Communities, imaginations and emotions in the Medieval Mediterranean, ce colloque comprend des aspects relatifs aux déplacements et à la connaissance de l’espace méditerranéen, comme le montre l’argumentaire ci-dessous, ainsi que la liste des thèmes abordés :

The theme of the conference is “Communities, Imaginations and Emotions in the Medieval Mediterranean”. We welcome papers from all disciplines that study emotions, imaginations and communities in, of and across the Medieval Mediterranean. This theme invites a variety of lines of inquiry, a number of which are suggested below. How were emotions produced, expressed and communicated? To what end were imaginations used and abused? In what ways were communities perceived and understood? What communalities and particularities are there? Which challenges do the literary, historical, archaeological and other sources pose in this respect?

The keynotes will be delivered by Professor Marina Rustow (Princeton) and Professor Nikolas Jaspert (Heidelberg).

Continuer la lecture

Les cartes anciennes, sources ou ressources ?

Organisée à Mulhouse par le Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT) et l’Atlas historique d’Alsace, la quatrième journée d’études « Clio en cartes » s’intéressera aux cartes anciennes.

clio_4_argumentaire

Argumentaire

Lors des trois premières journées d’étude de Clio en cartes (2013, 2014, 2015), la question épineuse et fondamentale des cartes anciennes a été évoquée à la marge des thématiques proposées.

Pour Clio en cartes 4, nous souhaitons la placer au centre de nos réflexions. Sans négliger la dimension esthétique, deux fils conducteurs sont retenus : l’analyse méthodologique des cartes anciennes d’une part et leur utilisation en tant qu’outil-ressource d’autre part. La journée permettra de mettre en débat des points de vue théoriques et des expériences concrètes dans ces deux directions qui se fécondent mutuellement.

L’interprétation de la carte ancienne relève d’une méthodologie complexe qui doit permettre de décrypter sa contextualisation historique, la temporalité de la réalisation, la figuration cartographique. Saisir l’enjeu de la carte tout comme les choix de représentation vise à rechercher pour-quoi, pour qui, par qui, quand et comment.

L’utilisation de la carte ancienne pour la fabrication de cartes de travail par les historiens, les géographes, les archéologues, les aménageurs etc. passe par de nombreuses hypothèses, une construction fondée sur la hiérarchisation des incertitudes et toute une problématique modale. La vectorisation a ses adeptes et ses détracteurs mais, plus largement, la question des normes cartographiques reste au cœur de la démarche qui transpose une carte ancienne en carte aux problématiques contemporaines.

Continuer la lecture

Représentations spatiales de la péninsule Arabique

Un colloque aura lieu les 20-22 octobre prochains à Paris, à l’Université Paris I – Sorbonne, sur les Représentations spatiales de la péninsule Arabique.

Appel-colloque_representations_spatiales_31maiArgumentaire :

La représentation de la péninsule Arabique est loin de présenter un profil linéaire. L’ouverture des champs d’étude et de connaissance en Europe sur la péninsule Arabique a permis de produire des représentations spatio-temporelles multiples suivant les intérêts et selon les époques. Si les éléments de documentation sont plus nombreux et diversifiés à la période contemporaine, ils restent plus généralistes sur les représentations et englobent le monde arabo-musulman sans spécifier l’espace de la péninsule Arabique en particulier. La représentation spatiale est construite sur une identification culturelle et territoriale dans une temporalité bien définie, à l’exemple des différentes divisions territoriales qui ont pu coexister : celles des trois Arabies (pétré, déserte et heureuse), des deux régions (Yémen et Hedjaz) ou bien de cinq à neuf (Yémen, Hedjaz, Najd, Tehama et Yamama auxquelles s’ajoutent parfois Hadramaout, Oman, Bahreïn et Seger). Ainsi, l’héritage cartographique présente un témoignage important sur l’évolution des intérêts et des savoirs dans un contexte spatio-temporel précis. Il témoigne également de la subjectivité dans la lecture de l’espace qui porte sur la perception de soi et de l’autre. Il est alors intéressant de croiser les regards sur ces différentes perceptions cartographiques, iconographiques ou mentales, selon le contexte culturel et les modalités de sa production. Les cartes européennes présentent-elles une vision très différente de la péninsule Arabique de celle que présentent des cartes arabes ? Comment cet outil cartographique a-t-il été utilisé selon les époques par les pays arabes ou européens, pour permettre de passer de l’identification du territoire à l’exploration d’un espace puis à sa redéfinition ?

Continuer la lecture