Archives de catégorie : Appels à communication

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Appel à contributions de la revue Etudes Médiévales Anglaises, sur le thème:

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Argumentaire

La revue Etudes Médiévales Anglaises (EMA) vous invite à soumettre un article pour son numéro 94 sur la notion d’espace. Les articles, en anglais ou en français, sont à envoyer à Fanny Moghaddassi avant le 30 mai 2019 (informations ci-dessous). Nous recommandons aux auteurs intéressés de faire parvenir un titre et une brève description du contenu de leur article dès que possible.

Bien que l’espace ne soit pas un concept médiéval (au XIVème siècle, le terme moyen-anglais réfère d’abord au temps ou à l’intervalle entre deux objets, et non à l’idée abstraite d’étendue que l’on peut traverser et / ou occuper), il a cependant pris une importance critique considérable dans les études médiévales au fil des dernières décennies. Les médiévistes se sont toujours intéressés aux questions spatiales, notamment sous la forme de recherches sur la localisation et les frontières de communautés nationales et religieuses, sur les pratiques médiévales du pèlerinage, de la procession et du voyage, ou sur les symbolismes associés à divers lieux (forêt, jardin, château…). Toutefois, « un regard critique sur les catégories et concepts de l’espace » (Weiss & Salih, 2012, xv) ne s’est développé que plus récemment sous l’impulsion de la géographie culturelle, dans les années 1970, et des explorations post-modernes des soubassements idéologiques qui ont au Moyen Âge forgé et produit les espaces ruraux et urbains, les lieux de pouvoir, les sites religieux, et façonné au sein de ces espaces des zones distinctes en fonction de critères de genre et d’appartenance sociale. Continuer la lecture

Voyages vers le Nord

Appel à contributions pour la revue “Viaggiatori”, septembre 2019 :

Voyages vers le Nord, voyages vers les pays froids

Argumentaire:

« Le sentiment de l’isolement et de l’abandon remplit l’âme du voyageur qui traverse ces déserts du Nord. Rien ne vit autour de lui, tout est silencieux et mort. » (Charles Martins, 1866)

La représentation du Nord de l’Europe a beaucoup changé au fil des siècles. Dans le monde gréco-romain, le concept de Nord était toujours très relatif et non relié à une précise région géographique, de même que le terme Septentrion, qui localisait une zone nordique qui s’élargissait d’est en ouest, de la Britannia à la Germania et à la Scythie, était assimilé parfois à la Bulgarie, d’autres fois à la Roumanie, à la Hongrie, à la Pologne ou à la Russie. Le Nord d’Homère était le pays des Cimmériens (c’est-à-dire au nord de la mer Noire), alors que pour Ptolémée, c’était le pays des Finnoi, des tribus finnoises ou lapones, qui n’étaient pas bien localisées. Il est bien compréhensible que, quand Pythéas de Marseille revint de son long périple dans la mer du Nord, aucun savant ne lui ait fait confiance, son Peri tou Okeanou étant considéré comme un recueil de fables. Il fallut attendre Pline l’Ancien, Tacite et Ptolémée pour identifier d’abord la Scandia (la partie méridionale de la Suède) et ensuite la Scandinavie. Si la culture classique a le grand mérite d’avoir fait connaître le Nord de l’Europe dans ses œuvres littéraires et géographiques, elle est aussi responsable de l’image (très tacitéenne) d’un Septentrion obscur, inhabitable à cause du climat et en général négatif ; Adam de Brème et Saxo Grammaticus contribuèrent à la fixer dans la littérature médiévale. Tous ces savants fondaient leurs affirmations sur les ouvrages de référence classiques et sur les témoignages des marins et des marchands, les seuls à avoir parcouru ces régions extrêmes, pour en rapporter les fourrures et le célèbre ambre de la Baltique. Mais enfin, à partir du xve siècle, on commença à avoir quelques relations très intéressantes des premiers voyageurs (Pietro Querini, Paul Jove, Alessandro Guagnini) et trois œuvres savantes, qui peuvent être considérées encore aujourd’hui comme les fondements de la connaissance du Nord à l’époque moderne, même si encore liées à la mentalité médiévale car écrites en latin : ce sont les ouvrages de Jacob Ziegler, d’Olaus Magnus et de Johannes Scheffer. Si Ziegler reprit l’image barbare et sauvage des peuples du Nord, Olaus Magnus et Scheffer publièrent des études monographiques fondamentales pour la diffusion de la connaissance des pays nordiques en Europe. Leurs ouvrages furent souvent cités (et copiés) par les premiers voyageurs du xviie et xviiie siècle, mais on les trouve encore parmi les sources de la littérature de voyage du xixe siècle. Continuer la lecture

Voyageurs-écrivains

Appel à communications pour une journée d’études doctorants et jeunes chercheurs, qui aura lieu le 20 mars 2019 à l’Université Littoral Côte d’Opale de Boulogne-sur-Mer.

« Sur les traces du voyageur-écrivain: témoignages croisés d’une histoire »

Argumentaire :

Cette Journée d’Étude s’inscrit dans la continuité des manifestations scientifiques de l’UR H.L.L.I. sur la thématique des récits de voyage, genre qui se situe aux confins de la littérature, de l’histoire, de l’anthropologie et de bien d’autres disciplines. Elle proposera de réfléchir sur l’écriture du voyage en se centrant sur deux figures du voyageur, l’écrivain-voyageur d’une part, le voyageur écrivain d’autre part. En effet, le récit de voyage est un genre ambigu dans la mesure où il est riche par la diversité des formes qu’il peut emprunter, récit de pèlerinage, récit de croisade, chronique, lettre, journal, carnet de bord, récit romanesque, etc. Autant de formes qui correspondent aux différentes catégories de voyageurs : pèlerins, brigands, parias, commerçants, ambassadeurs, navigateurs, historiens, politiciens, médecins, militaires, romanciers, etc. De surcroît, selon le statut du voyageur, le regard présenté diffère en fonction des choix d’écriture de l’auteur ; l’écrivain voyageur donne la primauté à la littérature et offre une vision subordonnée à ses compétences d’écrivain tandis que le voyageur écrivain privilégie ses capacités d’expertise dans son domaine respectif pour reconstruire le réel.

Les écrits de ces deux types de voyageurs mettent à la disposition du lecteur d’aujourd’hui un nombre non négligeable d’informations qui reposent sur l’observation des lieux, des usages à une période donnée dans un pays, de la culture d’un peuple, mais également sur les émotions, les impressions, qui transparaissent à travers les techniques d’écriture et qui offrent un matériel inépuisable à la recherche. Ces récits sont donc d’une importance capitale dans la mesure où ils sont des sources qui informent sur des contrées et des périodes mal connues comme le fait Hérodote au sujet du développement de l’empire perse ou encore de l’origine des guerres médiques au ve siècle avant notre ère dans les Histoires ou l’Enquête, première œuvre historique du monde occidental. Continuer la lecture

Perceptions et représentations des frontières

Appel à communications pour une université d’été :

Perceptions et représentations des frontières et des espaces frontaliers au Moyen Âge et à l’époque moderne (IXe–XVIIIe siècles) / Wahrnehmung und Darstellung von Grenzen und Grenzräumen in der Vormoderne (9.–18. Jahrhundert)

Paris, 21–24 mai 2019

Lieu de la manifestation: Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris

Organisation: Maximilian Groß et Robert Friedrich (IHA) en coopération avec Christophe Duhamelle (EHESS), Rainer Babel, Rolf Große (IHA) et Sven Jaros (université de Leipzig)

Délais pour le dépôt des dossiers: 30 novembre 2018

La recherche sur les frontières et les zones frontalières est un sujet actuel, aussi bien dans les sciences historiques que dans d’autres sciences humaines. L’université d’été, qui aura lieu en mai 2019 à l’Institut historique allemand de Paris, se consacrera à ce thème dans une perspective transnationale de longue durée. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’études récentes qui analysent les zones frontalières de manière différenciée et dépassent ainsi les modèles rigides centre vs. périphérie. Ces catégories sont moins immuables que dépendantes du contexte dans lequel elles sont évoquées; par ailleurs, l’étude des acteurs locaux des régions frontalières est déterminante afin de questionner les récits établis. Le tournant historiographique du spatial turn a quant à lui mis en exergue le caractère construit des frontières ainsi que leurs représentations et perceptions historiques. L’université d’été aborde ce sujet sous deux angles. En premier lieu, pour étudier le phénomène des régions frontalières du Moyen Âge à la période moderne, il convient de mettre en lumière leurs représentations dans les sources. Cet appui constant sur les sources primaires permet d’une part d’éviter une (re)construction moderne et ahistorique du concept d’»espace frontalier«, d’autre part de comprendre comment les zones frontalières ont été décrites dans des contextes différents. En second lieu, afin de pouvoir examiner ces zones frontalières d’une façon plus différenciée, il convient de les contextualiser à l’aune de   leurs   interdépendances   régionales   respectives.   Au   travers   de   cette   régionalisation,   qui s’accompagne d’une déconstruction partielle de la frontière en tant que concept uniforme avec des spécificités universellement valables, les espaces peuvent être analysés dans leurs propres qualités et dynamiques multiples. Continuer la lecture

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

Appel à communication pour un colloque qui aura lieu à Amiens les 22-24 novembre 2018 :

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

du Moyen Âge à nos jours

Argumentaire:

Le 20e anniversaire de l’inscription au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » offre l’occasion d’approfondir la connaissance scientifique sur les pèlerinages (dont celui à Saint-Jacques de Compostelle) et de valoriser le patrimoine des sanctuaires dans une région qui a jusqu’ici moins retenu l’attention : les Hauts-de-France et ses abords (Normandie, Ile-de-France, Champagne, Belgique) selon la terminologie moderne.

Il s’agit d’un espace de transit pour les pèlerins qui en partent ou qui le traversent pour se rendre vers des sanctuaires éloignés (Saint-Jacques de Compostelle, Rome, Jérusalem – même dans le cadre d’une croisade –, etc.), mais aussi d’un espace qui contient des sanctuaires nombreux, au rayonnement variable vers lesquels on se rend ou on se rendait (par exemple la cathédrale d’Amiens, Notre-Dame de Boulogne, Notre-Dame de Brebières à Albert, la sainte chandelle d’Arras, Notre-Dame de Liesse, Longpré-les-Corps-Saints, Saint-Quentin, etc., sans parler d’une multitude de pèlerinages locaux).

A partir du IVe siècle dans les régions christianisées de l’Empire romain ont commencé à se multiplier les sanctuaires en lien avec le développement du culte des saints et des reliques (tombeau de saint Quentin honoré dès la fin de l’Antiquité ; 198 reliques acquises par Angilbert pour le monastère de Saint-Riquier sous Charlemagne). Cette forme de piété impliquait des déplacements de la part des fidèles et ces voyages ont acquis, par les difficultés pratiques et économiques qu’ils impliquaient, un caractère pénitentiel qui les intégrait pleinement à la démarche religieuse d’approfondissement spirituel et de conversion. Continuer la lecture

Voyageurs et voyages

Appel à communication pour le colloque

Voyageurs et voyages – Incursions culturelles et linguistiques

La VIIe édition du Colloque International Communication et Culture dans la Romania Européenne (CICCRE) propose comme thème de réflexion et de débat le voyageur et ses voyages, réels ou symboliques, et la manière dont ils se reflètent dans les littératures, les arts et les langues romanes.

Argumentaire :

Le voyage représente une expérience permanente dans toutes les étapes de la vie de l’homme. Homo viator fait partie de l’épopée de l’humanité et chaque langue le représente à sa manière, dans la sphère du réel ou du symbolique. Les voyages réels, les grandes découvertes, tout comme les grands explorateurs des terres inconnues nous permettent de reconstruire et d’imaginer des itinéraires. En même temps, la littérature transfère le voyage dans le plan de l’imaginaire, du symbolique, de l’inconnu, de l’initiation où le personnage met à l’œuvre sa maturité spirituelle et même toute son existence.

La culture de l’Antiquité (surtout grecque et latine), nous offre des œuvres qui traitent le thème du voyage. Il suffit de rappeler Homère et Virgile qui ont rendu à l’histoire et aux littératures à venir, et surtout à l’imaginaire collectif du monde occidental, la figure du voyageur par excellence et du voyage (maritime ou terrestre) en tant que punition et sublimation de l’être humain. Ulysse, vainqueur dans les guerres grâce à la force de son intelligence, est, en même temps, vainqueur des espaces lointains grâce à la puissance de son âme. Énée parcourtle monde afin de jeter les fondements d’une des plus grandes civilisations de l’Antiquité. C’est lui qui conduit Dante dans les trois mondes d’au-delà, dans son exploit de compréhension dela condition tragique de l’homme. Continuer la lecture

Alteridad Ibérica

Appel à communication :

Alteridad Ibérica: espacio, territorialidad e identidad en la Baja Edad Media.

27-28 septembre 2018 (Madrid, URJC, Campus de Vicálvaro).

Argumentaire :
La investigación sobre identidad y alteridad en la historia es una línea de estudio en pleno desarrollo en la historiografía actual y es a la vez una forma inmejorable de acercarse a un debate de actualidad dentro y fuera de nuestras fronteras : el de la territorialidad española, su origen, su formación y la justificación de las fronteras actuales.
La percepción de los reinos ibéricos como un espacio singular en el medievo europeo ha ocupado a la historiografía clásica desde muy temprano, al famoso debate entre Américo Castro y Claudio Sánchez Albornoz hay que sumarle la fascinación que siempre ha generado la Edad Media peninsular en el extranjero por su carácter cultural híbrido y de frontera.
El objetivo de este congreso es analizar los discursos sobre la identidad, el espacio y la territorialidad de los reinos ibéricos en la Baja Edad Media y a comienzos de la Modernidad. En este sentido este evento aspira por tanto a confrontarse con uno de los principales debates de la España actual, observando y comparando cómo se percibían las diferencias entre territorios y espacios culturales dispares en la Península Ibérica a través de los ojos de tres tipos de narradores: los nativos de los reinos peninsulares, los viajeros extranjeros y los exiliados ; dividiendo el simposio en 3 sesiones : Continuer la lecture

Foreign Knowledge

Appel à communications pour :

Foreign Knowledge – Medieval Attitudes towards the Unknown

Colloque qui se tiendra à Bochum du 14 au 16 juin 2018, organisé par la Chair of Late Medieval History at Ruhr-University Bochum / Manuel Kamenzin (MA) and Friederike Pfister (MA)

Foreign Konwledge

Argumentaire :

In the current age of increasing globalization, immigration, and rapid technological developments, we are confronted with foreign, unknown, and unpredictable affairs on a daily basis. Our attitudes towards these matters reveal much about how we perceive the world today and how we define our place in it. The questions of how to shape the interaction with foreign people and how to cope with unknown variables and concepts are by no means only modern concerns. Encountering the ‘other’, e.g. foreign religions, cultures, ideologies, or knowledge, has always posed challenges – in the Middle Ages as much as today.

The Middle Ages are a particularly interesting case study in this respect as medieval authorities tended to advocate a predominantly closed canon of knowledge which made dealing with previously unknown concepts particularly difficult. Despite this, however, numerous and varied cultural contacts and scientific innovations took place in the Middle Ages that led to confrontations with unknown or foreign concepts. Continuer la lecture

En route pour Compostelle

Appel à contribution pour un colloque :

En route pour Compostelle : un Moyen Âge de pèlerinages

Montpellier et Saint-Guilhem-le-Désert, 28 et 29 septembre 2018

Dans le cadre des manifestations du 20e anniversaire de l’inscription du bien « chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM EA 4583 Université Paul-Valéry – Montpellier 3) et la commune de Saint-Guilhem-le-Désert se proposent d’organiser un colloque international qui se tiendra sur les deux sites (Université de Montpellier le vendredi et Saint-Guilhem-le-Désert le samedi).

Le thème du colloque a pour objectif de couvrir le foisonnement des dévotions aux saints, le culte à saint Jacques en France et le rôle des confréries, les itinéraires des pèlerins et leurs structurations autour des sanctuaires et des franchissements, la réalité des routes empruntées et les services d’accueil ou de soins associés au pèlerinage durant l’ensemble du Moyen Âge, essentiellement sur le territoire français, sans toutefois exclure les territoires voisins (Italie, Allemagne, péninsule Ibérique…). De même, il conviendra d’étudier les relations et les échanges de toute nature entre les sanctuaires en France et le sanctuaire galicien. Une attention prioritaire sera portée aux édifices/sites inclus dans l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » en 1998 mais sans être exclusifs.

Continuer la lecture

« A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge

Appel à soumission d’articles pour un volume collectif intitulé :

« A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge

Argumentaire :

Partir, c’est toujours se séparer de quelqu’un ou de quelque chose.

C’est créer un avant et un après par une action que l’on sait irréversible (car elle entérine la coupure) – même s’il est toujours possible de revenir (vers un arrière, mais par un pas en avant).

Que l’on parte volontairement ou poussé par le sort / Fortune / la destinée / les astres contraires, le départ est toujours ce moment inchoatif qui suspend la durée en même temps qu’il la provoque, comme un défi à un enchaînement qui aurait dû être.

A tant est l’adverbe de temps qui accompagne, le plus souvent, cette coupure : coupure spatiale, coupure temporelle, coupure émotionnelle et signifiante. Guillaume de Machaut, Christine de Pizan, Alain Chartier, les Cent Nouvelles Nouvelles, George Chastelain, Olivier de la Marche, etc., en font un adverbe prisé en moyen français pour signifier tous les possibles ouverts par cette section dans la narration. L’adverbe exprime également les différentes nuances de la causalité (on pourrait le traduire par « et sur ce… ») – des nuances peut-être moins relevées dans les dictionnaires, mais qui disent une prise de conscience justifiant le départ, déterminant les modalités qui le caractérisent.

Continuer la lecture

Les objets du voyage, le voyage des objets

Appel à communication pour une journée d’études, le 10 novembre 2017 à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines:

Les objets du voyage, le voyage des objets

Culture matérielle et représentations du Moyen Âge au Grand Tour

Argumentaire :

Sous l’influence des « Cultural studies », les études relevant de la culture matérielle ont connu un renouveau considérable ces dernières années. Dans le sillage de l’ouvrage de Richard A. Goldthwaite, The Empire of Things: Consumer Demand in Renaissance Italy (1987) ou de celui, entre autres, de Daniel Roche pour la période moderne, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVIIe- XIXe siècles), (1997), les objets de la vie quotidienne ont été analysés comme des facteurs clés pour comprendre l’évolution de la société ou les changements économiques.Tandis que bon nombre d’études ont privilégié le monde des objets dans leur cadre domestique (Marta Ajmar et Flora Dennis (eds), At Home in Renaissance Italy, London, 2006) et se sont penchées sur la thématique de la consommation pour éclairer le comportements des élites, cette journée d’étude se propose d’élargir la perspective, de franchir le seuil de la demeure et de s’aventurer sur les chemins européens  afin de considérer la place des objets dans la construction de l’identité culturelle du Moyen Âge à l’aube du Grand Tour. Les analyses porteront sur les objets matériels et immatériels envisagés dans un contexte spatio-temporel et montreront dans quelle mesure les commodités ou raretés participent à la fabrique du voyage.

Envisager le voyage au prisme des objets comporte une double approche selon que l’on considère le chemin aller ou retour du pèlerin ou du voyageur, les objets qu’il emporte ainsi que ceux qu’il rapporte de ses pérégrinations. Aux questions relatives à l’acquisition en amont d’objets utiles au voyage (habits, guides, cartes, lettres de recommandation etc…) viennent se greffer celles du désir, du goût et du plaisir qui se superposent à l’image du voyage perçu dans sa double acception de traversée et labeur (« travel » et « travail » en anglais). Quels sont donc les objets dont se munissent les voyageurs, ceux qu’ils découvrent et décrivent dans leurs récits, ceux qu’ils reçoivent et ceux qu’ils rapportent, soit par choix personnel, soit dans le but de fournir des preuves tangibles de leurs périples ? Certains de ces objets sont attendus par la communauté d’origine, telles les enseignes des pèlerins, coquilles Saint-Jacques ou fragments de relique, d’autres présentent un caractère plus singulier, telles la paire de chaussures érigée en trophée par le voyageur Thomas Coryate à la fois au sein de ses Crudities et dans l’église de son village d’Odcombe. Tandis que l’inquiétante étrangeté du voyageur cède progressivement la place à sa stupidité dans l’espace narratif et théâtral élisabéthain, le cure-dent devient l’un des attributs les plus cités dans les représentations de la période. Dans la comédie shakesperienne As You Like It, le personnage de Jacques livre une définition organique de sa mélancolie qui prend sa source dans les choses vues au détour de ses voyages (« …extracted from many objects, and indeed the sundry contemplation of my travels », IV,1, 13). L’étude des idiosyncrasies rhétoriques des voyageurs permettront de dresser un inventaire patrimonial des artefacts discursifs mis en œuvre dans l’espace textuel.

Continuer la lecture

Argent et marchandises en voyage (XIIe-XXe siècle)

Appel à contribution pour un dossier thématique de la revue Clio@Themis.

Argumentaire

Le thème proposé cherche à permettre la constitution d’un dossier centré sur l’histoire du droit des affaires, qui ne se contente pas de mobiliser le droit et l’histoire, mais qui fasse largement appel aux savoirs économiques, managériaux, sociologiques ou bien encore géographiques.

Il s’agirait en l’occurrence d’offrir un questionnement qui envisage la longue durée (du XIIe au XXe siècle) sans limitation spatiale, afin de pouvoir appréhender la variété des réponses juridiques apportées aux problèmes du transport de l’argent et des marchandises. Ainsi, parmi les principaux enjeux qui pourraient être abordés, on peut énumérer :

  1. Les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises.
  2. La fluctuation de la valeur de l’argent et des marchandises d’un endroit à l’autre.
  3. Les risques du voyage de l’argent et des marchandises.
  4. Les motivations (besoins, curiosité, modes, agrément, …) et l’organisation du voyage (moyens de transport, transporteurs, parcours, réseaux marchands, …).
  5. L’intervention des pouvoirs publics dans le voyage.

1. Les instruments juridiques permettant de faire voyager les capitaux et les marchandises. Si le commerce à distance a une très longue histoire, les formes juridiques de ce commerce ne suivent en rien un parcours linéaire mais se raffinent et se simplifient selon des vagues inégales. Comprendre le cours de ces vagues et, plus spécialement, l’élaboration de tous les instruments juridiques destinés à permettre le voyage de l’argent et des marchandises demande alors un effort conjoint de spécialistes de disciplines et d’époques différentes.

Le Moyen Âge, loin d’être une époque d’immobilisme, forge, au moins dans le domaine commercial, les linéaments de la modernité. À partir du XIIIe siècle, les marchands mettent au point des techniques financières très sophistiquées et créent de véritables systèmes commerciaux internationaux dans lesquels des maisons-mères rayonnent dans toute l’Europe à travers filiales et agences. Cette époque d’avant-garde ouvre de vastes espaces de recherche pour les historiens.

Continuer la lecture

Medieval and Early Modern Spaces and Places

Appel à communications pour une journée d’études sur le thème de l’espace :

Argumentaire :

Following a successful first workshop in February 2017, The Open University will be hosting a one-day conference on spaces and places on 23 February 2018, drawing upon the interdisciplinary research interests of the OU’s Medieval and Early Modern Research Group.

Theoretical approaches have informed new ways of thinking about the social production of space (from Henri Lefebvre to David Harvey) and recent research networks have also stimulated novel approaches to early modern spaces (PALATIUM). Early modern spaces were mutable and permeable, and new technologies, objects, and social formations played a role in defining spaces as well as identities. The expansion of trade routes and economic networks, the development of the printing press, struggles for territorial power and religious wars, and new diplomatic frameworks, all contributed to new ways of conceptualising geographies and spaces.

This annual conference is fundamentally interdisciplinary: literary, musical, architectural, artistic and religious spaces will be the subjects of enquiry, not as discrete or separate entities, but ones which overlapped, came into contact with one another, and at times were in conflict. The creation of boundaries and demarcations in subsequent centuries was often a result of these early approaches to spaces.

The conference will examine life in buildings, institutions and broader geographical areas from a variety of perspectives and will consider the following questions:

– How were medieval and early modern spaces adapted and transformed through the movement of material and immaterial things?
– Which particular aspects of political, social and economic infrastructures enabled the exchange of objects and ideas?
– To what extent did a sense of place depend upon the activities taking place there?

Please send a 150 word abstract along with a short biography to Leah Clark (leah.clark@open.ac.uk) and Helen Coffey (Helen.coffey@open.ac.uk) by 31 August 2017.

Le programme de la précédente journée, tenue le 24 février 2017, est consultable ici.

Mobility and space

Les appels à communication se multiplient actuellement. En voici un nouveau :

Mobility and space in late Medieval and Early Modern Europe

Le colloque aura lieu les 23-24 juin 2017 à l’Université d’Oxford.

Argumentaire :

The application of spatial paradigms to the study of late medieval and early modern societies is now well underway. In contrast, the so-called ‘mobility turn’ has struggled to find its way from the social sciences to the humanities and particularly to disciplines concerned with the study of the past. This conference proposes to bring the two together by exploring how everyday mobility contributed to the shaping of late medieval and early modern spaces, and how spatial frameworks affected the movement of people in pre-modern Europe.
In focusing on these issues, the conference also intends to relate to current social challenges. The world is now more mobile than ever, yet it is often argued that more spatial boundaries exist today than ever before. The conference hopes to reflect on this contemporary paradox by exploring the longterm history of the tension between the dynamism of communities, groups and individuals, and the human construction of places and boundaries.
Prospective speakers are invited to submit proposals of no more than 300 words for 20-minute papers. Papers may engage with questions of mobility and space at a variety of levels (regional, urban, domestic) and interdisciplinary approaches are particularly encouraged. Continuer la lecture

Strangers at the gate

Appel à communications :

Strangers at the gate !

The (un)welcome mouvement of people and idea on the Medieval world

The medieval world was a dynamic place. Stories, texts, and ideas flowed from one community to another, changing and growing in the process; an individual’s journey could bring and spread intellectual, artistic, or administrative innovations; larger groups moved, seeking fresh beginnings or an escape from current tribulations. And, just as today, new arrivals were sometimes seen as welcome opportunities for growth, and sometimes as unsettling threats.

This conference will explore instances of such migrations and their reception from across the medieval period. It aims to be fully interdisciplinary, and welcomes submissions from scholars of all disciplines, including but not limited to manuscript and literary studies, art history, archaeology and history. Papers from PhD students and early career researchers are welcomed. Continuer la lecture