Archives de catégorie : Appels à communication

L’itinérance curiale

Appel à contribution pour le projet :

L’itinérance curiale, du Moyen Âge au XIXe siècle

Argumentaire :

L’itinérance curiale est un sujet peu étudié en France, contrairement à ce qui s’observe dans d’autres pays européens où ce phénomène a bénéficié d’un intérêt marqué de la part de la recherche.

Les grands jalons de l’histoire des séjours et déplacements de la cour de France sont pourtant bien connus. Sous les Carolingiens, le cœur politique de l’empire est situé à Aix-la-Chapelle qui se trouve au centre d’un réseau palatial orienté au nord et à l’est, entre les palais de Francfort, Nimègue, Compiègne et Thionville. Sous les Capétiens, l’itinérance curiale est marquée par une concentration précoce sur Paris qui revêt dès la fin du XIIe siècle les fonctions de capitale et qui sert de résidence privilégiée aussi dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Au siècle suivant, deux régions dominent les trajectoires de la cour : la région parisienne et la vallée de la Loire. À la Renaissance, la concentration grandissante sur un ensemble réduit de résidences situées en région parisienne peut être mise en relation avec la sédentarisation des cours qui s’observe dans la plupart des pays européens à cette époque. En 1682, l’installation de la cour à Versailles marque l’achèvement de ce processus. Oscillant entre Paris et Versailles, le profil des déplacements ne connait que peu de variations jusqu’à la disparition de la monarchie au XIXe siècle.

Continuer la lecture

Itinérances maritimes en Méditerranée

Appel à communications pour le colloque :

Itinérances maritimes en Méditerranée (du Moyen Âge à la première modernité) – Colloque international BABEL/CLARE

Date : 12-13 octobre 2017
Lieu : Université de Toulon, Musée de la marine (Toulon), MUCEM (Marseille)
Organisation :
Sandra Gorgievski (BABEL/Toulon)
Ines Kirschleger (BABEL/Toulon)
Françoise Poulet (CLARE/Bordeaux)

Argumentaire :

Ce projet fait suite au colloque “Itinérances spirituelles : écriture et mise en récit du voyage intérieur (XVe-XVIIIe s.)” qui s’est tenu à Bordeaux du 26 au 28 novembre 2014, en partenariat avec le laboratoire CLARE (Université Bordeaux Montaigne).

Ce second volet prévu à Toulon se donne pour objectif d’affiner le concept d’« itinérances » défini lors des premières rencontres, en l’appliquant de manière privilégiée à l’espace maritime de la Méditerranée dans toute son étendue et toutes ses cultures. Continuer la lecture

Ordonner le monde

Un appel à communication lancé par le groupe de doctorants Questes :

Trier, classer, organiser : Ordonner le monde au Moyen Âge

Cette journée d’étude aura lieu les 16 et 17 juin 2017 à Paris.

Argumentaire :

De l’accumulation à la liste, de la liste au classement, choisir comment on organise, c’est choisir ce qu’il faut assembler. Or les catégories façonnent une certaine représentation du monde. Des cartes en TO, qui séparent les trois continents pour les organiser en cercle autour de Jérusalem, aux récits merveilleux, qui listent ou hiérarchisent les différentes espèces présentes sur terre, les classements sont orientés. Ils révèlent au sein des textes ainsi que des images, de sciences ou de littérature, une vision individuelle et/ou collective de l’ordonnancement du monde. Ce goût prononcé pour les listes, qu’elles soient réelles ou métaphoriques, apparaît aussi dans le domaine de la morale et de l’eschatologie : les listes des Prophètes, les sept âges de l’humanité, les septénaires de l’Apocalypse, les quinze signes du Jugement dernier… Si la liste des listes médiévales est longue, c’est parce que l’imaginaire totalisant du classement permet de passer du composite au composé. Enfin, le développement des écrits de gestion, seigneuriaux puis marchands, donne aux pratiques de dénombrement de nouveaux outils. Les documents fiscaux comme les actes notariés annoncent l’ordre qui doit être satisfait : ils se veulent et se font souvent performatifs. Ces choix de classement permettent ainsi d’ordonner le monde de façon effective. Continuer la lecture

L’équipement des véhicules dans l’Antiquité et au Moyen Âge

Un appel à communications est lancé pour les prochaines rencontres Instrumentum qui se dérouleront à Arles du 13 au 17 juin 2017.

Le thème est l’équipement des véhicules dans l’Antiquité et au Moyen Âge.

Argumentaire :

Ces Rencontres Instrumentum ont pour thématique les modes de transports dans l’Antiquité et au Moyen Âge et porteront en particulier sur l’équipement et l’entretien des véhicules terrestres, fluviaux et maritimes.

Quatre sessions diachroniques sont ouvertes :

  • les véhicules terrestres à traction animale (chars, chariots, attelages) ;
  • les engins de navigation fluviale (barques, pirogues et leurs éléments de traction ou de propulsion) ;
  • les navires du milieu maritime ;
  • et, bien que non inclus dans la définition juridique du terme véhicule, les équidés en tant que monture.

Les communications et posters pourront présenter des catégories d’objets, des études de mobiliers à l’échelle d’un site ou d’une région, des restitutions et résultats d’expérimentation, des études documentaires, etc.

Sont concernés : les pièces constitutives de l’architecture du véhicule (métaux, bois, cuir, vannerie), les éléments participant de sa mise en mouvement ou de son fonctionnement (traction, propulsion, direction), les accessoires, garnitures et ornements. Les mobiliers présentés peuvent être issus de contextes d’habitat, de circulation, d’artisanat, d’épaves, funéraires, portuaires, etc.

Les propositions sont à envoyer avant le 31 décembre 2016, par le biais du formulaire disponible en ligne sur le site Calenda, à envoyer à Stéphanie Raux (stephanie.raux@inrap.fr).

Mobility and Space in Late Medieval and Early Modern Europe

Voici un appel à communication pour une journée d’étude intitulée :

Mobility and Space in Late Medieval and Early Modern Europe

qui se tiendra à l’Université d’Oxford, le 23 juin 2017.

L’argumentaire est le suivant :

The application of spatial paradigms to the study of late medieval and early modern societies is now well underway. In contrast, the so-called ‘mobility turn’ has struggled to find its way from the social sciences to the humanities and, in particular, to history. This conference proposes to bring the two together by exploring how everyday mobility contributed to the shaping of late medieval and early modern spaces, and how spatial frameworks affected the movement of
people in pre-modern Europe.
In focusing on these issues, the conference also intends to relate to current social challenges. The world is now more mobile than ever, yet it is often argued that more spatial boundaries exist today than ever before. The conference hopes to reflect on this contemporary paradox
by exploring the long-term history of the tension between the dynamicity of communities, groups and individuals, and the human construction of places and boundaries.
Prospective speakers are invited to submit proposals of no more than 300 words for 20-minute papers. Papers may engage with questions of mobility and space at a variety of levels (regional, urban, domestic) and interdisciplinary approaches are particularly encouraged.

Quatre sous-thèmes sont proposés :

  • Performing space through movement (border patrols, civic and religious processions, frontier trespassing)
  • Mobile practices in public spaces (itinerant courts, temporary fairs, diplomatic exchanges, travelling performances, revolts on the move)
  • Narrating movement, imagining space (pilgrimage guides, travel diaries, merchant itineraries, road maps)
  • Digital scholarship in exploring the intersections between mobility and space (network analysis, flow modelling, GIS-based research)

Les propositions sont à envoyer avant le 1er février 2017 à luca.zenobi@history.ox.ac.uk et pablo.gonzalezmartin@history.ox.ac.uk

Circulations montagnardes, circulations européennes

Le prochain (142e) Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, organisé par le CTHS, aura lieu à Pau du 24 au 29 avril 2017.

Les organisateurs ont choisi pour thème “Circulations montagnardes, circulations européennes”.

Voici un extrait de l’argumentaire :

Obstacle, frontière « naturelle », opposant nettement, sous ces latitudes moyennes, les versants d’ubac et d’adret (soulane et ombrée), marquée par l’alternance saisonnière de la fermeture et de l’ouverture de ses estives, et – longtemps – de plusieurs de ses cols et ports, la montagne représente depuis toujours le paradoxe d’un espace qui peut être refuge, mais qui est pourtant constamment traversé et parcouru. Elle a souvent donné lieu à des interprétations déterministes. On a pensé la montagne comme un espace immuable, résistant au changement au même titre qu’à l’érosion, un lieu d’élection de l’archaïsme. On l’a pensée enclavée et effacée plus souvent que traversée ou desservie. Fernand Braudel participait encore de cette approche lorsqu’il la présentait de manière statique, essentiellement pourvoyeuse d’hommes et de richesses tirées de ses sols et sous-sols, alors que les plaines et les rivages seuls étaient mus par les échanges, le changement, la modernité.
Il s’agit, ici, de s’interroger sur la montagne comme un espace animé par de multiples mouvements, même s’il faut tenir compte de la grande variété des espaces montagnards. En travaillant sur les genres de vie, et les sociétés montagnardes autochtones, allochtones, les métiers, les conflits, les régulations, les « écoles »  géographiques ont porté une grande attention à la circulation intra ou trans-montagnarde. Il y a non seulement les circulations des montagnards eux-mêmes, de leurs bêtes et productions mais aussi celles induites par les populations des contrées, proches et lointaines, qui les bordent, autant matérielles qu’immatérielles : hommes, bestiaux, produits divers et idées. Leur observation, au-delà de la perception de l’obstacle, nous engagera alors à réenvisager la mutabilité de ces espaces montagnards, en France, Corse et départements d’Outremer et en Europe, sans s’interdire des comparaisons dans d’autres espaces.
Bien sûr, qu’elle soit « haute » ou « moyenne », périphérique (et alors souvent frontière) ou « centrale », la définition que nous envisageons du mot « montagne » ne se réduit pas aux espaces situés au-dessus d’une certaine altitude, ni à la toponymie, mais elle correspond à leur perception culturelle large, tant autochtone, qu’allogène, perception historique aussi, liée aux variations climatiques. La montagne est d’abord un milieu géographique spécifique, qui associe une certaine dynamique naturelle à une autre, sociale. Tout en s’affirmant comme « montagnarde », leur conjonction entraîne des situations variées.

Parmi les nombreux thèmes envisagés, figurent ceux de la représentation de l’espace montagnard et des circulations et déplacements au sein de cet espace, en particulier dans le thème IV : “Des montagnes parcourues et représentées : de la circulation des idées, des formes et des jeux”.

Les propositions de communications doivent être envoyées avant le 1er novembre 2016 à l’adresse congres@cths.fr.

Toutes les informations, ainsi que l’argumentaire complet, sont disponibles sur le site du CTHS : http://cths.fr/co/

Frontières du Maghreb

Un atelier doctoral aura lieu à l’Université de Bordeaux du 12 au 14 décembre 2016, sur le thème : Les frontières maritimes et terrestres du Maghreb (Antiquité, Moyen Âge), coordonné par Jean-Charles Ducène et Stéphanie Guédon.

Voici la présentation:

L’atelier doctoral s’inscrit dans le cadre du Programme Hubert Curien Maghreb – « DÉSERT : la frontière méridionale du Maghreb à l’époque antique et médiévale, espace de confins et territoires d’échanges ». Cette rencontre souhaite fournir un lieu de réflexion et d’échanges privilégiés sur un terrain d’étude commun. Elle propose, à travers une approche diachronique, une ouverture méthodologique et scientifique permettant à de jeunes chercheurs de dépasser la césure traditionnelle entre les champs historiques de l’Antiquité et du Moyen Âge. Celle-ci conduit à la spécialisation souvent imposée de leurs travaux, particulièrement sur cette région d’étude, du fait de la variété des sources invoquées.

L’atelier doctoral invite à réfléchir sur la notion, très mouvante, de frontière, dans un effort constant de contextualisation historique. L’ensemble géographique et historique dessiné par le Maghreb se prête particulièrement à la confrontation de contextes variés. Touchant à la fois le milieu maritime et le domaine désertique, ils contribuent chacun, à travers les risques que leur sont traditionnellement imputés, à conférer à la notion de frontière une dimension particulière. La prise en compte de la longue durée vise alors à souligner l’héritage de chaque période dans les évolutions historiques régionales distinguées.

La formation proposée dans le cadre de cet atelier doctoral est ouverte aux doctorants en philologie, en archéologie ainsi qu’en histoire ancienne et médiévale. Elle combine l’étude d’une documentation écrite très riche et de nature variée (sources épigraphiques, littéraires ou encore juridiques pour la période antique, géographes, chroniqueurs et vies de saints musulmans pour l’époque médiévale), dans laquelle il faut inclure les témoignages cartographiques, avec l’apport des sources archéologiques et des données liées à la culture matérielle. Il s’agira aussi, à travers les différents travaux qui seront proposés, de s’interroger sur la perception des frontières en fonction des points de vue d’origine invoqués, selon qu’ils soient notamment oriental, égyptien ou maghrébin pour la période médiévale. La participation à l’atelier doctoral donne également la possibilité d’assister, à titre d’auditeur, au colloque international consacré à « La frontière méridionale du Maghreb et ses formes : essai de définitions (Antiquité-Moyen Âge) », qui aura lieu les 15 et 16 décembre 2016, à l’Université Bordeaux Montaigne.

Les inscriptions sont à faire avant le 20 juillet 2016.

Toutes les informations pratiques sont disponibles sur le site de la Casa de Velazquez.

Communities, Imaginations and Emotions in the Medieval Mediterranean

La Society for the Medieval Mediterranean organise un colloque à Gand, du 10 au 12 juillet 2017.

Avec pour titre Communities, imaginations and emotions in the Medieval Mediterranean, ce colloque comprend des aspects relatifs aux déplacements et à la connaissance de l’espace méditerranéen, comme le montre l’argumentaire ci-dessous, ainsi que la liste des thèmes abordés :

The theme of the conference is “Communities, Imaginations and Emotions in the Medieval Mediterranean”. We welcome papers from all disciplines that study emotions, imaginations and communities in, of and across the Medieval Mediterranean. This theme invites a variety of lines of inquiry, a number of which are suggested below. How were emotions produced, expressed and communicated? To what end were imaginations used and abused? In what ways were communities perceived and understood? What communalities and particularities are there? Which challenges do the literary, historical, archaeological and other sources pose in this respect?

The keynotes will be delivered by Professor Marina Rustow (Princeton) and Professor Nikolas Jaspert (Heidelberg).

Continuer la lecture

Les cartes anciennes, sources ou ressources ?

Organisée à Mulhouse par le Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT) et l’Atlas historique d’Alsace, la quatrième journée d’études « Clio en cartes » s’intéressera aux cartes anciennes.

clio_4_argumentaire

Argumentaire

Lors des trois premières journées d’étude de Clio en cartes (2013, 2014, 2015), la question épineuse et fondamentale des cartes anciennes a été évoquée à la marge des thématiques proposées.

Pour Clio en cartes 4, nous souhaitons la placer au centre de nos réflexions. Sans négliger la dimension esthétique, deux fils conducteurs sont retenus : l’analyse méthodologique des cartes anciennes d’une part et leur utilisation en tant qu’outil-ressource d’autre part. La journée permettra de mettre en débat des points de vue théoriques et des expériences concrètes dans ces deux directions qui se fécondent mutuellement.

L’interprétation de la carte ancienne relève d’une méthodologie complexe qui doit permettre de décrypter sa contextualisation historique, la temporalité de la réalisation, la figuration cartographique. Saisir l’enjeu de la carte tout comme les choix de représentation vise à rechercher pour-quoi, pour qui, par qui, quand et comment.

L’utilisation de la carte ancienne pour la fabrication de cartes de travail par les historiens, les géographes, les archéologues, les aménageurs etc. passe par de nombreuses hypothèses, une construction fondée sur la hiérarchisation des incertitudes et toute une problématique modale. La vectorisation a ses adeptes et ses détracteurs mais, plus largement, la question des normes cartographiques reste au cœur de la démarche qui transpose une carte ancienne en carte aux problématiques contemporaines.

Continuer la lecture

Représentations spatiales de la péninsule Arabique

Un colloque aura lieu les 20-22 octobre prochains à Paris, à l’Université Paris I – Sorbonne, sur les Représentations spatiales de la péninsule Arabique.

Appel-colloque_representations_spatiales_31maiArgumentaire :

La représentation de la péninsule Arabique est loin de présenter un profil linéaire. L’ouverture des champs d’étude et de connaissance en Europe sur la péninsule Arabique a permis de produire des représentations spatio-temporelles multiples suivant les intérêts et selon les époques. Si les éléments de documentation sont plus nombreux et diversifiés à la période contemporaine, ils restent plus généralistes sur les représentations et englobent le monde arabo-musulman sans spécifier l’espace de la péninsule Arabique en particulier. La représentation spatiale est construite sur une identification culturelle et territoriale dans une temporalité bien définie, à l’exemple des différentes divisions territoriales qui ont pu coexister : celles des trois Arabies (pétré, déserte et heureuse), des deux régions (Yémen et Hedjaz) ou bien de cinq à neuf (Yémen, Hedjaz, Najd, Tehama et Yamama auxquelles s’ajoutent parfois Hadramaout, Oman, Bahreïn et Seger). Ainsi, l’héritage cartographique présente un témoignage important sur l’évolution des intérêts et des savoirs dans un contexte spatio-temporel précis. Il témoigne également de la subjectivité dans la lecture de l’espace qui porte sur la perception de soi et de l’autre. Il est alors intéressant de croiser les regards sur ces différentes perceptions cartographiques, iconographiques ou mentales, selon le contexte culturel et les modalités de sa production. Les cartes européennes présentent-elles une vision très différente de la péninsule Arabique de celle que présentent des cartes arabes ? Comment cet outil cartographique a-t-il été utilisé selon les époques par les pays arabes ou européens, pour permettre de passer de l’identification du territoire à l’exploration d’un espace puis à sa redéfinition ?

Continuer la lecture

Voyages monastiques

Appel à communications pour un colloque :

Dans le cadre du programme “Les moines autour de la Méditerranée. Contacts, échanges, influences en Orient et en Occident de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (IVe-XVe siècle)”, l’Université de Vienne accueille un colloque consacré aux « Voyages monastiques de l’Antiquité tardive au Moyen Âge : aspirations religieuses, ambitions politiques et préoccupations économiques » qui se déroulera du 17 au 19 novembre 2016.

Cette réunion, ouverte aux spécialistes des monachismes chrétiens orientaux et occidentaux, s’intéresse aux déplacements lointains des moines, qu’interdit l’obligation de la stabilitas loci, mais que révèlent régulièrement les sources de l’historien.

De ces voyages monastiques au long cours, on distinguera plusieurs motifs :

  1. la propagation de la foi, pour les moines missionnaires, fondateurs, pèlerins, croisés ;
  2. la représentation, pour les moines ambassadeurs, pétitionnaires, administrateurs de monastères, de congrégations ou d’ordres ;
  3. l’économie, pour les moines en voyages d’affaires, les moines marchands ou ceux en quête de privilèges et de financements ;
  4. la formation intellectuelle, pour les moines étudiants, lettrés, ou en quête de dépaysement;
  5. la contrainte, pour les moines réfugiés, exilés ou justiciables.

L’étude de ces mouvements soulignera la variété des fonctions sociales du moine dans les sociétés anciennes. Le voyage interrogera tout autant la spécificité de la fonction monastique qui répond régulièrement aux mêmes besoins extérieurs (diplomatie, évangélisation). Les interventions pourront aborder la géographie sacrée que dessinent ces déplacements, de lieux saints en lieux de pouvoir. Les questions concrètes telles que la logistique, le financement et plus généralement les formes du séjour lointain seront traitées, de même que le rôle des moines dans le contact et l’échange au sein ou en dehors du monde chrétien. Le cadre géographique sera celui du pourtour méditerranéen au sens large et la durée envisagée du IVe au XVe siècle.

Les communications, d’une durée de 20 minutes, seront présentées de préférence en anglais (l’allemand et le français sont aussi acceptés). Les résultats de ce colloque seront publiés en coédition entre les institutions partenaires.

Merci de faire parvenir, avant le 15 avril 2016, à l’adresse suivante, une proposition de titre et un bref résumé de votre communication : programme-moines@ifao.egnet.net. Les résultats de cet appel seront communiqués le 30 avril 2016.

Manuscrits pour les voyageurs

La 43e Saint Louis Conference on Manuscript studies, organisée par la Vatican Film Library à Saint Louis University (Saint Louis, Missouri, Etats-Unis d’Amérique) du 14 au 15 octobre 2016, lance un appel à communication pour plusieurs sessions, dont une sur le thème suivant :

Manuscripts for Travelers: Directions, Descriptions, and Maps

This session focuses on manuscripts of travel and accounts of places and geographies intended for practical use: perhaps as guidance for a journey; descriptions of topography and marvels, or as travel accounts of pilgrimage, mission, exploration, and commercial or diplomatic expeditions. They could constitute itineraries, guidebooks, narratives, surveys, chorographies, or practical maps such as city plans, local maps, or portolan charts. We invite papers that examine any of these aspects of manuscripts associated with travel, with particular attention to their production, illustration and decoration, use, transmission, or preservation.

L’ensemble de l’appel peut se lire ici.
Les propositions doivent être envoyées avant le 15 mars 2016, via le formulaire en ligne.

“Otherness”

C’est sous le thème de l’altéritéotherness – que sera placé en 2017 l’International Medieval Congress de Leeds (3-6 juillet).

Voici l’appel à communication que l’on trouve sur le site de l’IMC :

The IMC provides an interdisciplinary forum for the discussion of all aspects of Medieval Studies. Paper and session proposals on any topic related to the Middle Ages are welcome. However, every year, the IMC chooses a special thematic strand which – for 2017 – is ‘Otherness’. This focus has been chosen for its wide application across all centuries and regions and its impact on all disciplines devoted to this epoch.

‘Others’ can be found everywhere: outside one’s own community (from foreigners to non-human monsters) and inside it (for example, religious and social minorities, or individual newcomers in towns, villages, or at court). One could encounter the ‘Others’ while travelling, in writing, reading and thinking about them, by assessing and judging them, by ‘feelings’ ranging from curiosity to contempt, and behaviour towards them which, in turn, can lead to integration or exclusion, friendship or hostility, and support or persecution.

The demarcation of the ‘Self’ from ‘Others’ applies to all areas of life, to concepts of thinking and mentalité as well as to social ‘reality’, social intercourse and transmission of knowledge and opinions. Forms and concepts of the ‘Other’, and attitudes towards ‘Others’, imply and reveal concepts of ‘Self’, self-awareness and identity, whether expressed explicitly or implicitly. There is no ‘Other’ without ‘Self’. A classification as ‘Others’ results from a comparison with oneself and one’s own identity groups. Thus, attitudes towards ‘Others’ oscillate between admiring and detesting, and invite questioning into when the ‘Other’ becomes the ‘Strange’.

Continuer la lecture

A l’échelle du monde

A la fin d’un article précédent, consacré à l’accession de la mappemonde d’Albi au registre de la mémoire du monde de l’UNESCO, j’évoquais la préparation d’un colloque en octobre 2016.

Voici l’appel à communication de ce colloque, qui aura donc lieu à Albi, les 17 et 18 octobre 2016 :

À l’échelle du monde. La carte, objet culturel, social et politique, de l’Antiquité à nos jours

Argumentaire

En mars 2014, la Communauté d’agglomération de l’Albigeois a déposé un dossier de demande d’inscription de la Mappa Mundi au registre de la mémoire du monde de l’UNESCO, dont la réponse est attendue courant 2016. Cette carte du monde provient d’un recueil de textes, miscellanea, où elle est suivie d’un Index des vents et des mers, le tout datant du VIIIème siècle. Elle a fait partie des manuscrits qui ont constitué la bibliothèque du chapitre de la cathédrale d’Albi, et est actuellement conservée dans les fonds de la médiathèque Pierre Amalric. Cette Mappa Mundi d’Albi est l’une des deux plus anciennes cartes connues représentant le monde dans sa globalité et de manière non abstraite, avec la Mappa Mundi du Vatican datant de la même époque.

Cette demande d’inscription au registre du patrimoine mondial de l’UNESCO sert de point de départ à une réflexion plus générale sur la carte à l’échelle monde comme objet culturel, social et politique, à travers les âges. A la différence du discours, la carte est rarement objet de critiques et de mise à distance. Elle est souvent considérée comme un outil, peut-être en raison de l’aspect technique (dessin, projection, repères…), auquel on attribue des vertus de transparence et de subjectivité. Pourtant, la carte, qui est une interprétation de la réalité, est avant tout un objet culturel, vecteur de représentations des sociétés sur le monde, ce qui en fait un outil géopolitique particulièrement efficace.

Ainsi, une carte sert de nos jours aussi bien à se localiser qu’à comprendre des situations territoriales complexes ; elle peut expliquer des rapports de forces et des rivalités de pouvoirs, et contribuer à revendiquer des territoires. Elle laisse parfois une large place à l’imaginaire.

Ces questions sur la nature et les usages des cartes se posent également pour les siècles passés, quand les principes de composition et la diffusion des cartes étaient différents de ceux d’aujourd’hui. La Mappa Mundi d’Albi intrigue par sa forme inhabituelle et le mystère qui entoure sa réalisation. Quel était alors l’intérêt de représenter le monde dans son ensemble ? Quelles connaissances étaient mobilisées et selon quels choix ? Que nous apprend un tel objet sur les conceptions du monde par les sociétés anciennes en Europe ?

Représenter le monde en carte pose donc, depuis l’antiquité, un certain nombre de problèmes techniques, politiques, religieux ou sociaux. La carte n’est pas une photographie du monde mais son interprétation. Comment représenter le monde avec un minimum de déformations ? Et d’ailleurs, est-ce l’objectif des maîtres de cet ouvrage ? Quelle projection choisir ? A quelle échelle cartographique ? Avec quelle orientation ? Quels toponymes choisir ? Quelles sont les motivations de la production, les sous-tendus politiques, religieux, économiques ? Comment figer une réalité complexe qui est en constante évolution ? La carte représente t-elle uniquement l’espace ? Ne peut-on pas y voir également le temps ? Comment hiérarchiser les informations à cartographier ? A qui s’adresse la carte ? A toutes les époques et malgré les évolutions techniques, ces questions se posent et dresser une carte est donc nécessairement difficile voire complexe.

L’objectif de ce colloque est de répondre à ces questions tout en apportant le regard croisé d’historiens et de géographes sur la conception des cartes géographiques à travers les siècles et la spécificité de « l’échelle monde », hier comme aujourd’hui. Ce colloque complètera le séminaire organisé par le LAMOP (Paris I) : “Autour de la Mappa Mundi d’Albi : culture géographique et représentation du monde au haut Moyen-Âge”. La carte a été de tous temps un instrument de pouvoir et de persuasion, qu’il soit économique, politique ou militaire. Le but est donc de dresser, pour chacune des périodes, les enjeux des cartes et leurs influences.

Le colloque aura lieu à Albi les 17 et 18 octobre 2016. Il permettra de confronter le point de vue des historiens et celui des géographes sur les usages culturels, politiques et sociaux des cartes du monde jusqu’à nos jours. La première journée sera consacrée aux usages et à la signification des représentations du monde (mappemondes, planisphères, globes, atlas) au Moyen Âge et à la Renaissance. La deuxième journée, portera sur la cartographie moderne et contemporaine et la pertinence de l’échelle monde à l’âge de la globalisation.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communication devront comporter le nom et les fonctions de l’auteur, un titre et un résumé d’environ 500 signes. Elles seront envoyées avant le

1er décembre 2015

à l’adresse suivante colloquemappamundi@listes.univ-jfc.fr. Les communications retenues devront parvenir aux organisateurs dans leur forme définitive au plus tard le 1er septembre 2016.

Comité scientifique

  • Jean-Marc Besse
  • Jean-Louis Biget
  • Geneviève Bührer-Thierry
  • Thibault Courcelle
  • Jocelyne Deschaux
  • Denis Eckhert
  • Catherine Hofmann
  • Emmanuelle Vagnon
  • Sandrine Victor

La mémoire des Lieux saints

Un nouvel appel à communication pour un colloque qui se tiendra les 26 et 27 mai 2016 à Amsterdam :

Memory and Identity in the Middle Ages : the construction of a cultural memory of the Holy Land (4th-16th centuries)

Voici l’argumentaire et les précisions concernant cet appel :

The Holy Land has played an important role in the definition of the identities of the three major Abrahamic religions. Constitutive narratives about the past of Judaism, Christianity, and Islam were largely bound to this shared and contested space. As put forward both by Maurice Halbwachs and Jan Assmann, memory adheres to what is ‘solid’, stored away in outward symbols. The Holy Land is a focal point around which the shared memories of these different groups formed, and has been crucial for defining their identities. Accordingly, the definition of this shared memory can be traced as a process of elaborating a cultural memory: an ‘artificial’ construction of developed traditions, transmissions and transferences. This process of construction was pursued through different media that cast the past into symbols. The period between the age of Constantine and the late Renaissance was formative for constructing this memory. It saw the valorization of Christian holy places under Constantine, the birth of Islam, the construction of an important Jewish scholarly community in the Holy Land, the Crusades, the massive growth of late medieval pilgrimage involving Jewish, Christian and Islamic groups, as well as other crucial events.
The conference aims to bring together scholars who study the memories of the holy places within these religious galaxies from various disciplinary perspectives, in order to achieve a constructive exchange of ideas. Scholars of all so-called Abrahamic religions are invited to submit proposals, including scholars of Western and Eastern Christianity, Judaism and Islam. The call is open for historians, art historians, literary scholars, theologians, philosophers working on topics ranging from Late Antiquity to the Renaissance.

This conference is organized by the team of the research project Cultural Memory and Identity in the Late Middle Ages: the Franciscans of Mount Zion in Jerusalem and the Representation of the Holy Land (1333-1516): Michele Campopiano, Valentina Covaci, Guy Geltner and Marianne Ritsema van Eck. The project is funded by the Nederlandse Organisatie voor Wetenschappelijk Onderzoek (NWO).

Papers should be 30 minutes long, and will be followed by 15 minutes of discussion. Participants are asked to send an abstract of 300 words to memory.and.identity.conference@gmail.com before 1 December 2015, together with information concerning their academic affiliation. Travel costs and two nights of accommodation will be financed by the project. Please do not hesitate to contact us for additional information.

On peut retrouver cet appel ici.