Archives de catégorie : Appels à communication

Les cartes anciennes, sources ou ressources ?

Organisée à Mulhouse par le Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT) et l’Atlas historique d’Alsace, la quatrième journée d’études « Clio en cartes » s’intéressera aux cartes anciennes.

clio_4_argumentaire

Argumentaire

Lors des trois premières journées d’étude de Clio en cartes (2013, 2014, 2015), la question épineuse et fondamentale des cartes anciennes a été évoquée à la marge des thématiques proposées.

Pour Clio en cartes 4, nous souhaitons la placer au centre de nos réflexions. Sans négliger la dimension esthétique, deux fils conducteurs sont retenus : l’analyse méthodologique des cartes anciennes d’une part et leur utilisation en tant qu’outil-ressource d’autre part. La journée permettra de mettre en débat des points de vue théoriques et des expériences concrètes dans ces deux directions qui se fécondent mutuellement.

L’interprétation de la carte ancienne relève d’une méthodologie complexe qui doit permettre de décrypter sa contextualisation historique, la temporalité de la réalisation, la figuration cartographique. Saisir l’enjeu de la carte tout comme les choix de représentation vise à rechercher pour-quoi, pour qui, par qui, quand et comment.

L’utilisation de la carte ancienne pour la fabrication de cartes de travail par les historiens, les géographes, les archéologues, les aménageurs etc. passe par de nombreuses hypothèses, une construction fondée sur la hiérarchisation des incertitudes et toute une problématique modale. La vectorisation a ses adeptes et ses détracteurs mais, plus largement, la question des normes cartographiques reste au cœur de la démarche qui transpose une carte ancienne en carte aux problématiques contemporaines.

Continuer la lecture

Représentations spatiales de la péninsule Arabique

Un colloque aura lieu les 20-22 octobre prochains à Paris, à l’Université Paris I – Sorbonne, sur les Représentations spatiales de la péninsule Arabique.

Appel-colloque_representations_spatiales_31maiArgumentaire :

La représentation de la péninsule Arabique est loin de présenter un profil linéaire. L’ouverture des champs d’étude et de connaissance en Europe sur la péninsule Arabique a permis de produire des représentations spatio-temporelles multiples suivant les intérêts et selon les époques. Si les éléments de documentation sont plus nombreux et diversifiés à la période contemporaine, ils restent plus généralistes sur les représentations et englobent le monde arabo-musulman sans spécifier l’espace de la péninsule Arabique en particulier. La représentation spatiale est construite sur une identification culturelle et territoriale dans une temporalité bien définie, à l’exemple des différentes divisions territoriales qui ont pu coexister : celles des trois Arabies (pétré, déserte et heureuse), des deux régions (Yémen et Hedjaz) ou bien de cinq à neuf (Yémen, Hedjaz, Najd, Tehama et Yamama auxquelles s’ajoutent parfois Hadramaout, Oman, Bahreïn et Seger). Ainsi, l’héritage cartographique présente un témoignage important sur l’évolution des intérêts et des savoirs dans un contexte spatio-temporel précis. Il témoigne également de la subjectivité dans la lecture de l’espace qui porte sur la perception de soi et de l’autre. Il est alors intéressant de croiser les regards sur ces différentes perceptions cartographiques, iconographiques ou mentales, selon le contexte culturel et les modalités de sa production. Les cartes européennes présentent-elles une vision très différente de la péninsule Arabique de celle que présentent des cartes arabes ? Comment cet outil cartographique a-t-il été utilisé selon les époques par les pays arabes ou européens, pour permettre de passer de l’identification du territoire à l’exploration d’un espace puis à sa redéfinition ?

Continuer la lecture

Voyages monastiques

Appel à communications pour un colloque :

Dans le cadre du programme « Les moines autour de la Méditerranée. Contacts, échanges, influences en Orient et en Occident de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (IVe-XVe siècle) », l’Université de Vienne accueille un colloque consacré aux « Voyages monastiques de l’Antiquité tardive au Moyen Âge : aspirations religieuses, ambitions politiques et préoccupations économiques » qui se déroulera du 17 au 19 novembre 2016.

Cette réunion, ouverte aux spécialistes des monachismes chrétiens orientaux et occidentaux, s’intéresse aux déplacements lointains des moines, qu’interdit l’obligation de la stabilitas loci, mais que révèlent régulièrement les sources de l’historien.

De ces voyages monastiques au long cours, on distinguera plusieurs motifs :

  1. la propagation de la foi, pour les moines missionnaires, fondateurs, pèlerins, croisés ;
  2. la représentation, pour les moines ambassadeurs, pétitionnaires, administrateurs de monastères, de congrégations ou d’ordres ;
  3. l’économie, pour les moines en voyages d’affaires, les moines marchands ou ceux en quête de privilèges et de financements ;
  4. la formation intellectuelle, pour les moines étudiants, lettrés, ou en quête de dépaysement;
  5. la contrainte, pour les moines réfugiés, exilés ou justiciables.

L’étude de ces mouvements soulignera la variété des fonctions sociales du moine dans les sociétés anciennes. Le voyage interrogera tout autant la spécificité de la fonction monastique qui répond régulièrement aux mêmes besoins extérieurs (diplomatie, évangélisation). Les interventions pourront aborder la géographie sacrée que dessinent ces déplacements, de lieux saints en lieux de pouvoir. Les questions concrètes telles que la logistique, le financement et plus généralement les formes du séjour lointain seront traitées, de même que le rôle des moines dans le contact et l’échange au sein ou en dehors du monde chrétien. Le cadre géographique sera celui du pourtour méditerranéen au sens large et la durée envisagée du IVe au XVe siècle.

Les communications, d’une durée de 20 minutes, seront présentées de préférence en anglais (l’allemand et le français sont aussi acceptés). Les résultats de ce colloque seront publiés en coédition entre les institutions partenaires.

Merci de faire parvenir, avant le 15 avril 2016, à l’adresse suivante, une proposition de titre et un bref résumé de votre communication : programme-moines@ifao.egnet.net. Les résultats de cet appel seront communiqués le 30 avril 2016.

Manuscrits pour les voyageurs

La 43e Saint Louis Conference on Manuscript studies, organisée par la Vatican Film Library à Saint Louis University (Saint Louis, Missouri, Etats-Unis d’Amérique) du 14 au 15 octobre 2016, lance un appel à communication pour plusieurs sessions, dont une sur le thème suivant :

Manuscripts for Travelers: Directions, Descriptions, and Maps

This session focuses on manuscripts of travel and accounts of places and geographies intended for practical use: perhaps as guidance for a journey; descriptions of topography and marvels, or as travel accounts of pilgrimage, mission, exploration, and commercial or diplomatic expeditions. They could constitute itineraries, guidebooks, narratives, surveys, chorographies, or practical maps such as city plans, local maps, or portolan charts. We invite papers that examine any of these aspects of manuscripts associated with travel, with particular attention to their production, illustration and decoration, use, transmission, or preservation.

L’ensemble de l’appel peut se lire ici.
Les propositions doivent être envoyées avant le 15 mars 2016, via le formulaire en ligne.

« Otherness »

C’est sous le thème de l’altéritéotherness – que sera placé en 2017 l’International Medieval Congress de Leeds (3-6 juillet).

Voici l’appel à communication que l’on trouve sur le site de l’IMC :

The IMC provides an interdisciplinary forum for the discussion of all aspects of Medieval Studies. Paper and session proposals on any topic related to the Middle Ages are welcome. However, every year, the IMC chooses a special thematic strand which – for 2017 – is ‘Otherness’. This focus has been chosen for its wide application across all centuries and regions and its impact on all disciplines devoted to this epoch.

‘Others’ can be found everywhere: outside one’s own community (from foreigners to non-human monsters) and inside it (for example, religious and social minorities, or individual newcomers in towns, villages, or at court). One could encounter the ‘Others’ while travelling, in writing, reading and thinking about them, by assessing and judging them, by ‘feelings’ ranging from curiosity to contempt, and behaviour towards them which, in turn, can lead to integration or exclusion, friendship or hostility, and support or persecution.

The demarcation of the ‘Self’ from ‘Others’ applies to all areas of life, to concepts of thinking and mentalité as well as to social ‘reality’, social intercourse and transmission of knowledge and opinions. Forms and concepts of the ‘Other’, and attitudes towards ‘Others’, imply and reveal concepts of ‘Self’, self-awareness and identity, whether expressed explicitly or implicitly. There is no ‘Other’ without ‘Self’. A classification as ‘Others’ results from a comparison with oneself and one’s own identity groups. Thus, attitudes towards ‘Others’ oscillate between admiring and detesting, and invite questioning into when the ‘Other’ becomes the ‘Strange’.

Continuer la lecture

A l’échelle du monde

A la fin d’un article précédent, consacré à l’accession de la mappemonde d’Albi au registre de la mémoire du monde de l’UNESCO, j’évoquais la préparation d’un colloque en octobre 2016.

Voici l’appel à communication de ce colloque, qui aura donc lieu à Albi, les 17 et 18 octobre 2016 :

À l’échelle du monde. La carte, objet culturel, social et politique, de l’Antiquité à nos jours

Argumentaire

En mars 2014, la Communauté d’agglomération de l’Albigeois a déposé un dossier de demande d’inscription de la Mappa Mundi au registre de la mémoire du monde de l’UNESCO, dont la réponse est attendue courant 2016. Cette carte du monde provient d’un recueil de textes, miscellanea, où elle est suivie d’un Index des vents et des mers, le tout datant du VIIIème siècle. Elle a fait partie des manuscrits qui ont constitué la bibliothèque du chapitre de la cathédrale d’Albi, et est actuellement conservée dans les fonds de la médiathèque Pierre Amalric. Cette Mappa Mundi d’Albi est l’une des deux plus anciennes cartes connues représentant le monde dans sa globalité et de manière non abstraite, avec la Mappa Mundi du Vatican datant de la même époque.

Cette demande d’inscription au registre du patrimoine mondial de l’UNESCO sert de point de départ à une réflexion plus générale sur la carte à l’échelle monde comme objet culturel, social et politique, à travers les âges. A la différence du discours, la carte est rarement objet de critiques et de mise à distance. Elle est souvent considérée comme un outil, peut-être en raison de l’aspect technique (dessin, projection, repères…), auquel on attribue des vertus de transparence et de subjectivité. Pourtant, la carte, qui est une interprétation de la réalité, est avant tout un objet culturel, vecteur de représentations des sociétés sur le monde, ce qui en fait un outil géopolitique particulièrement efficace.

Ainsi, une carte sert de nos jours aussi bien à se localiser qu’à comprendre des situations territoriales complexes ; elle peut expliquer des rapports de forces et des rivalités de pouvoirs, et contribuer à revendiquer des territoires. Elle laisse parfois une large place à l’imaginaire.

Ces questions sur la nature et les usages des cartes se posent également pour les siècles passés, quand les principes de composition et la diffusion des cartes étaient différents de ceux d’aujourd’hui. La Mappa Mundi d’Albi intrigue par sa forme inhabituelle et le mystère qui entoure sa réalisation. Quel était alors l’intérêt de représenter le monde dans son ensemble ? Quelles connaissances étaient mobilisées et selon quels choix ? Que nous apprend un tel objet sur les conceptions du monde par les sociétés anciennes en Europe ?

Représenter le monde en carte pose donc, depuis l’antiquité, un certain nombre de problèmes techniques, politiques, religieux ou sociaux. La carte n’est pas une photographie du monde mais son interprétation. Comment représenter le monde avec un minimum de déformations ? Et d’ailleurs, est-ce l’objectif des maîtres de cet ouvrage ? Quelle projection choisir ? A quelle échelle cartographique ? Avec quelle orientation ? Quels toponymes choisir ? Quelles sont les motivations de la production, les sous-tendus politiques, religieux, économiques ? Comment figer une réalité complexe qui est en constante évolution ? La carte représente t-elle uniquement l’espace ? Ne peut-on pas y voir également le temps ? Comment hiérarchiser les informations à cartographier ? A qui s’adresse la carte ? A toutes les époques et malgré les évolutions techniques, ces questions se posent et dresser une carte est donc nécessairement difficile voire complexe.

L’objectif de ce colloque est de répondre à ces questions tout en apportant le regard croisé d’historiens et de géographes sur la conception des cartes géographiques à travers les siècles et la spécificité de « l’échelle monde », hier comme aujourd’hui. Ce colloque complètera le séminaire organisé par le LAMOP (Paris I) : “Autour de la Mappa Mundi d’Albi : culture géographique et représentation du monde au haut Moyen-Âge”. La carte a été de tous temps un instrument de pouvoir et de persuasion, qu’il soit économique, politique ou militaire. Le but est donc de dresser, pour chacune des périodes, les enjeux des cartes et leurs influences.

Le colloque aura lieu à Albi les 17 et 18 octobre 2016. Il permettra de confronter le point de vue des historiens et celui des géographes sur les usages culturels, politiques et sociaux des cartes du monde jusqu’à nos jours. La première journée sera consacrée aux usages et à la signification des représentations du monde (mappemondes, planisphères, globes, atlas) au Moyen Âge et à la Renaissance. La deuxième journée, portera sur la cartographie moderne et contemporaine et la pertinence de l’échelle monde à l’âge de la globalisation.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communication devront comporter le nom et les fonctions de l’auteur, un titre et un résumé d’environ 500 signes. Elles seront envoyées avant le

1er décembre 2015

à l’adresse suivante colloquemappamundi@listes.univ-jfc.fr. Les communications retenues devront parvenir aux organisateurs dans leur forme définitive au plus tard le 1er septembre 2016.

Comité scientifique

  • Jean-Marc Besse
  • Jean-Louis Biget
  • Geneviève Bührer-Thierry
  • Thibault Courcelle
  • Jocelyne Deschaux
  • Denis Eckhert
  • Catherine Hofmann
  • Emmanuelle Vagnon
  • Sandrine Victor

La mémoire des Lieux saints

Un nouvel appel à communication pour un colloque qui se tiendra les 26 et 27 mai 2016 à Amsterdam :

Memory and Identity in the Middle Ages : the construction of a cultural memory of the Holy Land (4th-16th centuries)

Voici l’argumentaire et les précisions concernant cet appel :

The Holy Land has played an important role in the definition of the identities of the three major Abrahamic religions. Constitutive narratives about the past of Judaism, Christianity, and Islam were largely bound to this shared and contested space. As put forward both by Maurice Halbwachs and Jan Assmann, memory adheres to what is ‘solid’, stored away in outward symbols. The Holy Land is a focal point around which the shared memories of these different groups formed, and has been crucial for defining their identities. Accordingly, the definition of this shared memory can be traced as a process of elaborating a cultural memory: an ‘artificial’ construction of developed traditions, transmissions and transferences. This process of construction was pursued through different media that cast the past into symbols. The period between the age of Constantine and the late Renaissance was formative for constructing this memory. It saw the valorization of Christian holy places under Constantine, the birth of Islam, the construction of an important Jewish scholarly community in the Holy Land, the Crusades, the massive growth of late medieval pilgrimage involving Jewish, Christian and Islamic groups, as well as other crucial events.
The conference aims to bring together scholars who study the memories of the holy places within these religious galaxies from various disciplinary perspectives, in order to achieve a constructive exchange of ideas. Scholars of all so-called Abrahamic religions are invited to submit proposals, including scholars of Western and Eastern Christianity, Judaism and Islam. The call is open for historians, art historians, literary scholars, theologians, philosophers working on topics ranging from Late Antiquity to the Renaissance.

This conference is organized by the team of the research project Cultural Memory and Identity in the Late Middle Ages: the Franciscans of Mount Zion in Jerusalem and the Representation of the Holy Land (1333-1516): Michele Campopiano, Valentina Covaci, Guy Geltner and Marianne Ritsema van Eck. The project is funded by the Nederlandse Organisatie voor Wetenschappelijk Onderzoek (NWO).

Papers should be 30 minutes long, and will be followed by 15 minutes of discussion. Participants are asked to send an abstract of 300 words to memory.and.identity.conference@gmail.com before 1 December 2015, together with information concerning their academic affiliation. Travel costs and two nights of accommodation will be financed by the project. Please do not hesitate to contact us for additional information.

On peut retrouver cet appel ici.

Cultures de l’autre : rencontre, rejet, échange

Le groupe QUESTES, destiné aux jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) a lancé un nouvel appel à communication, pour un séminaire intitulé « Cultures de l’autre : rencontre, rejet, échange ».

Voici l’argumentaire, que l’on peut également retrouver sur calenda.org.

Argumentaire

Les études médiévales ont souvent donné du Moyen Âge l’image de sociétés unifiées par leur religion et leur culture, ou même repliées sur elles-mêmes. Pourtant l’autre et sa culture ont toujours intéressé les hommes et femmes du Moyen Âge.

En littérature, la confrontation à la figure de l’autre et à sa culture produit des portraits stéréotypés ou peut devenir le ferment d’une interaction positive. Comment rencontre-t-on l’autre dans la littérature du Moyen Âge ? Certains genres littéraires particuliers favorisent la mise en scène de ces rencontres. Quel rôle jouent-elles alors dans les dynamiques narratives ? Quels registres littéraires la culture de l’autre fait-elle surgir ? L’autre peut-il susciter l’admiration, et devenir matrice littéraire féconde ou bien n’est-il appréhendé que sous l’angle du rejet et de la méfiance ? Cette ambivalence, sensible dans La Chanson de Roland, en ce qui concerne les païens, mérite d’être interrogée. On s’intéressera aussi aux façons de décrire l’autre : réseaux lexicaux, métaphores, et à leurs effets sur le lecteur. Quel rôle jouent alors ces échanges dans la logique interne de l’œuvre littéraire ? On pourra adopter une perspective poétique : comment l’autre intervient-il dans l’œuvre ? Par le biais de récits enchâssés, ou d’une intertextualité telle la Disciplina clericalis qui emprunte à l’arabe ? On pourra également adopter une perspective comparatiste pour cartographier les territoires littéraires accueillant ces préoccupations : cet intérêt se rencontre-t-il uniformément dans les textes ou ne concerne-t-il que certains genres de textes ? Et qu’en est-il de la périodisation ? Est-ce que la rencontre avec l’autre a, en littérature, une histoire ?

D’un point de vue historique, on tentera de s’attacher aux aspects concrets qui constituent l’altérité. Au-delà de la notion de culture, y a-t-il des marqueurs privilégiés qui distinguent cet autre ? Religion, langue, vêtements, alimentation… différentes grilles de lectures peuvent apparaître lorsqu’il s’agit de caractériser celui qui est perçu différemment. Quels sont alors les critères de description qui paraissent les plus évidents et que nous disent-ils sur les perceptions de ceux qui les formulent ? Deux questions pourront alors se poser. Tout d’abord, alors que la rencontre est parfois lue à travers une épistémè propre à l’histoire de l’expansion européenne, en quoi la perception de l’autre au Moyen Âge est-elle singulière ? Par ailleurs, les rencontres étaient-elles nécessairement valorisées par leurs protagonistes et par les sociétés dans lesquelles ils s’inscrivaient ? C’est donc à partir d’éléments concrets que nous aimerions dépasser le caractère marginal de la rencontre avec l’autre pour comprendre son sens dans les sociétés médiévales.

Enfin la mise en scène de la culture de l’autre est aussi porteuse d’une vision symbolique qui prend valeur d’anthropologie littéraire. Est-elle au service d’un rejet systématique dans une perspective axiologique ? Dans son étude du Perceforest, Sylvia Huot interroge la place occupée dans le roman par la référence à l’Antiquité dans l’élaboration d’une identité nouvelle et chrétienne. La pensée d’Edward Saïd sur la construction imaginaire de l’Orient, ou l’Ailleurs païen dans le Perceforest, pourrait ici être convoquée, ne serait-ce que pour la questionner. Simon Gaunt est récemment revenu sur la notion de diversité chez Marco Polo, suivant les théories des post-colonial studies : qui parle de la culture de l’autre ? L’européen chrétien, qui contrôle la voix narrative, ou l’autre qui rend l’œuvre polyphonique et questionne les schémas de l’occident chrétien ?

Il s’agira donc, à travers une exploration vaste n’excluant, a priori, aucune ère géographique, de l’orient méditerranéen à la Scandinavie de se pencher sur les espaces, les sociétés, les œuvres et les discours où s’est posée, ou imposée, la question de la relation à l’autre dans sa dimension culturelle. La culture de l’autre en fait-elle nécessairement un estrangier rejeté ?

Conditions de soumission

QUESTES est une association s’adressant aux jeunes chercheurs.

Les contributions à ce thème transdisciplinaire prendront la forme de communications de vingt minutes lors des séminaires de novembre et décembre (18h-20h, Maison de la Recherche de la Sorbonne). Les propositions sont à envoyer à paulineguena@hotmail.fr et v.griveau.genest@gmail.com

avant le 20 octobre 2015.

Les contributions feront dans un second temps l’objet d’une publication sous forme de bulletin.

Responsables scientifiques

  • Viviane Griveau Genest, doctorante en littérature médiévale à l’université Paris Ouest Nanterre
  • Pauline Guéna, doctorante en histoire médiévale à l’université Paris IV

Penser le savoir géographique

Je relaie un appel à communication qui, malgré son titre, inclut la fin du Moyen Âge :

Penser le savoir géographique aux époques moderne et contemporaine (XVe-XIXe siècle)

Cette journée d’étude, organisée par Axelle Chassagnette et Etienne Bourdon, aura lieu le 6 novembre 2015 à l’Université Lyon II.

Voici l’argumentaire, tel que diffusé sur Calenda.org :

L’histoire des sciences a accordé beaucoup d’importance aux transformations de la médecine, de l’astronomie ou de la physique à l’époque moderne. Ces disciplines phares répondent en effet à la définition canonique du moment défini comme « Révolution scientifique », soit une description du monde qui procède à la mathématisation et à la description de la nature, la classification scientifique, le développement de l’expérimentation et une hiérarchie des savoirs répondant plus ou moins à ces critères. D’autres domaines de connaissances ont pourtant connu des changements à cette époque, parfois en décalage avec la chronologie habituellement identifiée de la Révolution scientifique. C’est le cas de la géographie, qui doit – notamment – son développement, au cours des XVe et XVIe siècles, à la réception élargie de la Géographie de Ptolémée et à l’élan de découvertes et de conquête du monde. Savoir historique, au sens de la Renaissance, d’une connaissance fondée sur l’accumulation et l’organisation des faits de l’expérience des hommes, mais également savoir mathématique (dans la production de cartes et l’usage des projections), la géographie de la Renaissance donne à voir le monde à un public de plus en plus large. Au cours du XVIe siècle et au-delà, les cartes, descriptions et vues de ville se multiplient, les imprimeurs et les graveurs inventent le nouveau genre éditorial de l’atlas. La littérature, le contenu des collections princières ou savantes, les bibliothèques, les programmes iconographiques des palais et des hôtels urbains, les images gravées vendues dans les foires et par les colporteurs, ou encore les représentations peintes d’intérieurs bourgeois témoignent d’une réception large des descriptions savantes du monde. Le nombre croissant de documents géographiques accessibles rencontre une large demande, celle des princes, des administrations, des systèmes judiciaires, des savants, des hommes de lettres, des armateurs, des voyageurs qui cherchent à localiser, identifier, inventorier, s’approprier les éléments constitutifs de leur espace de vie et de pouvoir, et à construire une représentation d’un monde spatialement rationalisé et en partie rêvé.

Si de nombreux travaux ont été consacrés à la cartographie des époques moderne et contemporaine, l’étude de la géographie – comprise sinon comme une discipline homogène et instituée, du moins comme un champ de savoirs – est plus rare. Le but de cette journée d’étude est donc de  penser le savoir géographique  en historiens, en interrogeant les conditions sociales, politiques et intellectuelles dans lesquelles il peut être mis en œuvre, mais également les discours – d’intentions, de justifications ou de définitions – produits par les contemporains. Cela suppose une nécessaire prise de distance avec la pensée positiviste longtemps mise en œuvre en histoire des sciences, dont la finalité essentielle était de décrire la dynamique du progrès des connaissances, et dont les enjeux principaux étaient l’identification de l’erreur et la validation rétrospective d’un savoir jugé « vrai » dans le dévoilement progressif d’un monde objectivable. Notre intention est, à l’inverse, d’interroger la géographie comme la construction d’un certain rapport au monde et à l’espace, et de mettre au jour les images qu’elle en produit. À ce titre, il nous paraît nécessaire d’élargir autant que possible la caractérisation, et donc les formes et supports de l’invention et de l’innovation, de l’élaboration et de la mise en œuvre du savoir géographique. Si les productions graphiques demeurent des sources essentielles, les textes ne sauraient être négligés. Non seulement ils explicitent souvent les démarches géographiques et cartographiques qui ont présidé à leur réalisation, mais ils permettent aussi de les contextualiser dans le champ de la pensée et des pratiques spatiales qui contribuent à leur donner un sens.

Enfin, rappelons que le savoir géographique a longtemps été caractérisé par un éclatement intellectuel et disciplinaire. Au fil du temps, il a pu être associé à l’histoire, à la polémologie, aux mathématiques, à l’astronomie, à la physique, à la géopolitique ou à l’anthropologie. Il a été enseigné dans les facultés de philosophie dès le XVIesiècle, mais n’a pas toujours bénéficié d’une très grande visibilité dans le monde académique, alors que les représentations géographiques et cartographiques, ou les récits de voyage, constituaient des thèmes privilégiés de nombreux imprimeurs et graveurs, et qu’un nouvel imaginaire du monde investissait la littérature européenne. Le discours géographique est aussi intimement lié à l’affirmation du pouvoir politique des États et à leur stratégie de prestige conduisant à présenter leurs territoires dans le registre d’une nature dominée, d’un État contrôlé, riche et puissant, borné par des frontières naturelles qui en assurent l’évidence et en garantissent la légitimité. La littérature géographique acquiert une fonction déterminante dans la constitution des identités nationales et devient souvent un outil dans la fabrique des nations. Par ailleurs, les colonisations se sont accompagnées d’une production abondante, justificatrice de l’œuvre missionnaire ou civilisatrice. Progressivement, la géographie assoit sa légitimité, se rapproche du pouvoir et s’institutionnalise, des cartographes royaux aux premières chaires de géographie instituées au XIXe siècle. La journée d’études vise donc également à identifier les contextes intellectuels et les pratiques qui éclairent la caractérisation et le statut du savoir géographique à des époques successives et à comprendre l’articulation de ces grands moments. Le choix d’une chronologie large, du XVe au XIXe siècle, permet d’appréhender le long processus d’émergence, de rationalisation et d’intellectualisation de la dimension spatiale des sociétés. Dans le discours géographique, au-delà de la description de l’espace et de l’ailleurs, se dévoile un discours sur soi et son rapport au monde.

Axes thématiques

Les thèmes suivants pourront donc être abordés :  

  • Les usages politiques, judiciaires, administratifs, et plus largement pratiques, de la géographie cartographique et textuelle
  • Les discours de définition et de légitimation de la géographie
  • La géographie et la cartographie dans les pratiques savantes et pédagogiques
  • Acteurs, objets, institutions du savoir géographique
  • Le savoir géographique et les cultures professionnelles
  • Le savoir géographique et les cultures confessionnelles
  • Le savoir géographique dans les contextes nationaux
  • Les usages du savoir géographique en contexte colonial
  • Le savoir géographique dans les textes philosophiques, théologiques et littéraires
  • etc.

Modalités de soumission 

Un titre de communication accompagné d’une présentation d’une quinzaine de lignes au maximum est à envoyer avant le 30 juin à Etienne Bourdon (Etienne.Bourdon@ujf-grenoble.fr) et à Axelle Chassagnette (Axelle.Chassagnette@univ-lyon2.fr).

Date limite de proposition : 30 juin 2015.

La journée d’étude aura lieu le 6 novembre 2015.

Comité scientifique

  • Axelle Chassagnette, Maître de conférences en histoire moderne, Université Lyon II
  • Etienne Bourdon, Maître de conférences en histoire moderne, Université Grenoble-Alpes

 

« Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés »

Tel est le titre de l’appel à communications lancé par la SHMESP (Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public) pour son 47e congrès, qui aura lieu à Arras du 26 au 29 mai 2016.

Dans leur argumentaire, les enseignants-chercheurs de l’université d’Arras disent vouloir interroger les projets et les enjeux d’une « histoire-monde ».

Parmi les thématiques suggérées pour les contributions, on retrouve à plusieurs reprises et sous différents aspects les questions du voyage, des voyageurs, de la circulation (des produits, des hommes, des idées…), ainsi que des représentations du monde.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 avril 2015 à shmesp@free.fr, accompagnées d’un résumé d’une page.

Argumentaire diffusé sur le site de la SHMESP :

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés
Congrès de la SHMESP à Arras (26-29 mai 2016)

Argumentaire rédigé par les quatre enseignants-chercheurs de l’université d’Arras, à la suite de la réunion du conseil scientifique du 8 janvier 2015, pour servir d’appel à communication.
Conseil scientifique : Dominique Barthélemy ; P. Bauduin ; P. Boucheron ; Geneviève Bührer-Thierry, J. Chandelier ; S. Curveiller ; M.-L. Derat ; A. Destemberg ; V. Gazeau ; M.-C. Isaïa ; Yuri Karev ; C. Lamouroux ; E. Lecuppre-Desjardins ; E. Lorans ; F. Mazel ; D. Muresan ; H. Noizet ; A. Provost ; M. Suttor ; D. Valérian ; E. Vallet.

Introduction

Au-delà des engouements historiographiques, serait-il temps pour les médiévistes – et pas seulement à propos du XVe siècle – de poser un regard critique sur les projets et enjeux portés par les histoires globale et connectée, d’apprécier ce que ces propositions ont – ou non – de neuf et de fécond ? On se souviendra avec modestie que la médiévistique fut souvent pionnière en matière d’histoire comparée – Marc Bloch dès les années 1920 – ou encore d’histoire « internationale ». En effet, les cadres spatiaux que manipulent les médiévistes s’accommodent mal d’une lecture nationale. En outre, les connexions et les jeux d’échelles, la diversité, les articulations entre espaces et temporalités (C. Grataloup : « les périodes sont des régions du monde »), entre micro et macro, la nécessité de regarder d’ailleurs et la pratique du décentrement, tout cela est-il si étranger aux médiévistes ? La volonté de décloisonnement disciplinaire que proclame l’histoire connectée, faisant converger le social, le politique, l’économique, le culturel, n’est-elle pas, de toute façon, une évidence ?
Ces questions invitent à une triple approche, qui s’apparente à un triple enjeu : méthodologique, historiographique, pédagogique. Il apparaît ainsi indispensable de s’interroger aujourd’hui davantage sur l’échelle la plus large, à savoir celle de l’« histoire monde ». Plutôt que de s’attacher aux oscillations présentes autour de catégories telles que l’« histoire globale » ou l’« histoire mondiale », dont les modes d’analyse assez divers manifestent l’instabilité du moment historiographique, on s’efforcera d’étudier, en accordant une large part aux cas concrets, les questionnements à caractère « transnational », les interactions et peut-être également la force des cloisonnements.
Enfin, sur ces sujets, les enjeux historiographiques – dont la portée tient partiellement au fait que nos cadres chronologiques habituels ne sont pas forcément adaptés à de telles questions – et pédagogiques s’avèrent essentiels et méritent d’être envisagés.

1. Échelles et pertinence des échelles
Il s’agit de s’interroger sur toutes les échelles, spatiales et temporelles, à travers l’analyse des interactions, des échanges, des convergences et des différences, des réseaux. Le comparatisme devrait contribuer à mettre en évidence les rencontres ou les discordances, de l’un à l’autre des espaces abordés. L’examen de cas concrets, situés et datés, outre leur intérêt propre, peut permettre de déterminer quels sont les espaces pertinents pour l’étude des connexions. Il serait nécessaire, aussi, d’analyser la nature et la forme des liens, afin de mieux les définir, ainsi que leur plus ou moins grande permanence, prolégomènes à une véritable histoire comparatiste.
Trois thématiques sont proposées :
– les hommes en tant qu’acteurs de ces connexions : marchands et voyageurs, religieux, savants, nobles, esclaves… ;
– les objets : trafics et transports de tel ou tel produit (vin, grains, sel, épices, bois, pierres, minerais, draps, objets en métal, armes, livres… ) ;
– les espaces et leurs articulations, avec les notions de royaume et d’empire, de centre et de périphérie – à définir dans un contexte médiéval –, les zones frontières et les façades maritimes, les milieux naturels…

2. Le monde
Si l’un des projets de l’histoire globale réside dans la « provincialisation de l’Europe » (D. Chakrabarty), encore importe-t-il de s’accorder sur ce qu’est l’Europe au Moyen Âge, et de tenter préalablement d’appréhender l’histoire globale de l’ancien monde. À défaut d’une définition qui fasse consensus, la notion d’Europe se charge pendant la période médiévale d’un contenu culturel, selon des modalités qu’il convient encore de discuter. La question du « Moyen Âge » se pose également : quelle est cette période, sinon celle où se situent les objets sur lesquels nous travaillons ? Abordons ainsi les problématiques partagées, en se gardant de l’européocentrisme et en tenant compte des césures : celle des XVe-XVIe siècles, mais aussi, antérieurement, celles que marquent la constitution de l’empire islamique et plus tard l’expansion mongole. En découle un second ensemble thématique :
– le monde à l’époque médiévale – réflexions savantes de géographes, de voyageurs, de philosophes, d’historiens ; les « visions du monde », au travers d’une archéologie du regard, attentive au risque de rétroprojection ;
– les hommes et leurs représentations, au témoignage des cultures et des langues, des migrations et des sédentarisations, dans les univers curiaux, dans les mondes urbains et les mondes ruraux, dans le monde du savoir et de l’enseignement, dans le « monde des artisans » ;

– les modes de vie, de travail et de consommation ; les pratiques culturelles et religieuses, les métissages, la circulation des idées et le transfert des cultures ; les religions ;
– les lieux, les entreprises, les aventures humaines qui révèlent des connexions : les conflits, les réseaux de commerce… ;
– les premières rencontres avec l’« autre », les récits de voyageurs ;
– l’alimentation, les maladies et la santé des populations, la gestion des ressources, la mer, les migrations…

3. Comment on écrit et enseigne cette « histoire monde » (hier et aujourd’hui)
Enfin, il serait souhaitable de clôturer le congrès en rassemblant de brefs exposés (une dizaine de minutes) relatifs à des expériences historiographiques et pédagogiques, suivis d’un débat avec la salle, autour des questions suivantes :
– quelles sont les visions des mondes mises en oeuvre par les médiévistes ?
– quelle idée a-t-on du « Moyen Âge » comme processus, à des moments différents, dans diverses sociétés ?
– quelles sont les façons d’enseigner l’histoire du monde ? Y a-t-il des histoires récits du monde, des enseignements par « aires culturelles » ? Peut-on repenser et problématiser autrement l’histoire générale ?

C’est à l’ensemble de ces interrogations que nous souhaiterions inviter à réfléchir afin d’ouvrir à d’autres horizons, à des espaces et à des questionnements différents. On espère que les thèmes abordés lors de ce congrès aideront à « faire un pas de côté », à maintenir en alerte la réflexivité critique, entre autres face aux illusions rétrospectives, aux certitudes collectives, à la ténacité des préjugés.

Voyage et conflit

Encore un appel à communication : Travel and conflict in the Medieval and Early Modern world, colloque qui se tiendra à l’Université de Bangor du 3 au 5 septembre 2015. Il est coorganisé par l’Université d’Aberystwith.

L’argumentaire est le suivant :

The meeting points between travel, mobility, and conflict are numerous. Travel can be a conflictual experience; in medieval Europe, movement may be perceived as being restricted to travel motivated by the exigencies of piety, pillage, or trade. It would however be too easy to suggest a clear binary between a medieval state of stasis and the more leisurely travel and exploration in the early modern period. Until relatively recently, domestic travel and voyages to the wider world remained dangerous undertakings.  Utopian fiction and travel writing are two genres that have been closely aligned by scholars who recognise how these genres reshape medieval discourses on the ideal state for an early modern audience. Weary travellers arrive at geographically unspecified places comprising ideal societies, but these ideal societies occupy a liminal space between fiction and reality: these spaces are ultimately unattainable due to the imprecision and prevarication present in the narrative.  This draws to focus tensions within documenting imaginary travel and the material world.  Far from being a site of concord, they become spaces of conflict. Travel – whether it is real or imagined, or if it has been implemented for public or private purposes – can be obstructed by conflicts; it remains often restricted and always bitterly debated.

This interdisciplinary conference brings together scholars working in the fields of medieval and early modern studies to interrogate the relationship between travel and conflict. Topics might include (but are not limited to) the following:

  • Travel in times of war and conflict
  • Restricted travel
  • Forbidden travel
  • Exile and travel
  • Colonial encounters
  • Piracy
  • Travel, subterfuge and deceit
  • Conflict of body and mind in travel
  • Travel, religion and conversion
  • Conflicting readings of travelogues
  • Debates on travel
  • Liminal spaces
  • Utopian/Dystopian travel
  • Travel and synaesthesia
  • Vagrancy
  • Matter, materiality and the unreal
  • Travel as a violent act
  • Remembering and forgetting travel
  • Conflict between topography and spatial movement
  • Conflict between mapped space and inhabited space
  • Language communication and miscommunication
  • Pilgrimage or Crusade
  • Migration and persecution

Les propositions doivent être envoyées avant le 25 janvier 2015 à travelandconflict@gmail.com.

Toutes les informations se trouvent .

Ceuta et les origines de l’expansion européenne

Un autre appel à communication se place dans la commémoration de la prise de Ceuta par les Portugais en 1415, considérée comme le point de départ des grandes découvertes et de l’expansion outre-mer portugaise et plus largement européenne.

Le congrès Les origines de l’expansion européenne. Ceuta 1415 se tiendra à Ceuta du 1er au 3 octobre 2015. Il est organisé par l’Instituto de estudios Ceuties.

Grabado

L’appel à communication, ainsi que le calendrier et les informations pratiques se trouvent, en espagnol, ici. La date limite pour envoyer les propositions est fixée au 21 février 2015. Le formulaire de proposition est disponible en ligne.

Pour des informations (moins complètes) en français, qui sera aussi, avec l’anglais et le portugais, langue du congrès, voir ici.

Mer Baltique et Méditerranée

Un autre appel à communication vient d’être lancé pour un atelier franco-allemand pour jeunes chercheurs, qui se tiendra à Montpellier (Université Paul Valéry, Montpellier 3) les 15 et 16 mai 2015.

Il porte le titre : La cartographie de l´espace : les voyageurs de la mer Baltique et de la Méditerranée du Moyen Âge au 19ème siècle.

Le texte complet de l’appel à communication se trouve ici.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 février 2015 à Burghart Schmidt (burghart.schmidt@univdmontp3.fr).

 

« Place and space in the Medieval world »

Un appel à communication pour un colloque organisé à l’université de York, du 29 au 31 mai 2015, sur le thème des perceptions de l’espace au Moyen Âge.

Detail of a miniature of Christine and the Sibyl standing in a sphere of the cosmos, with the moon, sun and stars surrounding, in 'Le chemin de long estude'.

L’argumentaire de cet appel, aussi disponible en pdf, est le suivant:

‘Space’ and ‘Place’ are terms that have had a ‘renaissance’ within medieval scholarship in recent decades, becoming increasingly employed to describe the cultural and intellectual landscape of the Middle Ages. However, despite the widely recognised importance of these terms, of late, various factions of scholars have begun to debate whether one has primacy over the other in terms of its agency and usefulness in determining how we conceptualise and discuss the medieval world. While taking into account these vagaries, this conference will extend the conversation surrounding these terms and ideas, considering the extant visual and textual sources alongside the contemporary scholarly discussions of this milieu.

Ideas of space and place as applied to the Medieval are flexible and pervasive, affecting discussions such as those of cultural agency and development. These ideas are inseparable from discussions of human geographies, of local landscapes, of inscribing human agency upon the earth, of intellectual engagement with architectural spaces and structures, and of cultural identities, as well with the visual objects, artefacts and texts produced in this period. The perception, use, and representation of space and place can be seen as an essential dimension of medieval life – all of which create inter-relational ideas that often serve to present one place (or space) while allowing the imagining of others. This conference considers the possible theoretical and conceptual approaches to space and place in their widest contexts, through examining written, archaeological, pictorial, architectural, geographical, cartographical and liturgical material in order to shed new light on the uses, understandings, and transformations of space and place in the Middle Ages and to investigate the ‘the spatial turn’ in the pre-modern world, asking; where were they then and where are we now?

We invite abstracts up to 250 words to be submitted by the 15th of January 2015 which deal with the broad theme of ‘Place and Space’ in the medieval world as addressed in ArtHistory, History, Literature, Archaeology, Museology, Theology, Philosophy and other related disciplines.

To submit proposals please send by email to Heidi Stoner & Meg Boulton at place.and.space.2015@gmail.com

NB: sur le site www.miniaturaitaliana.com, qui relaie l’information, la date limite pour envoyer une proposition est indiquée comme étant le 15 février.

Exil, erreurs, errances – appel à communication

Aix Marseille Université

Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures, Aix Marseille (CIELAM)

Aix en Provence

Journée d’Étude

Jeudi 12 juin 2014, 9h-18h

Maison de la recherche, salle T1

 

Appel à communication ouvert aux chercheurs débutants (masters et doctorants) et confirmés

 

Exil, erreurs, errances : l’expérience de l’ailleurs

(Moyen-Âge-XVIIIe siècle)

L’espace des autres mondes, réels ou imaginaires, est, du Moyen Âge au XVIIIe° siècle, le lieu d’une ouverture de la littérature vers de multiples et divers « Ailleurs » géographiques et anthropologiques. Les récits de voyages réels en offrent une découverte culturellement médiatisée par des savoirs et des croyances antérieures qu’ils confortent ou bouleversent. Les récits de voyages imaginaires, merveilleux, utopiques, oniriques, mystiques en offrent une version fabuleuse source de réflexions sur les possibles latéraux ou alternatifs du réel. Ces mondes mythiques ou nouveaux inspirent également des genres nouveaux : viatiques (du journal de voyage au récit de pèlerinage), mais aussi dialogiques (entretiens avec des « sauvages »), utopiques, fantastiques (découvertes australes ou voyages dans la lune), spéculaires et polémiques (voyages d’étrangers réels ou fictifs en France) voire parodiques (itinéraires burlesques).

Il est donc possible d’interroger l’écriture du voyage, conçu à la fois comme thème et comme structure narrative

‑ pour les questions anthropologiques, philosophiques qu’elle pose, sur l’Autre et le Soi, l’endroit et l’envers, tant en termes de nature humaine que d’identité sociale et culturelle ou de modèles politiques ou religieux

‑ pour les ouvertures épistémologiques qu’elle engage, sur le vrai, le vraisemblable, le merveilleux, le fictif, le clos et l’ouvert, la norme et la relativité

‑ pour les expérimentations formelles qu’elle tente, en termes de métadiscours sérieusement ou ironiquement porteur d’illusion référentielle, en termes de présentation du différent par comparaison avec le même, en termes de dispositifs narratifs ou iconologiques de représentation de l’inconnu, en termes de jeux subversifs de minage des conventions par des inventions étranges ou étrangères.

Les espaces de recherches sont ouverts et multiples, comme les périodes, comme les types de textes ou d’images considérés, comme les méthodes d’approche utilisées. Si pour Sorel « les livres de voyages sont les romans de philosophes » et pour Furetière « les voyages sont les romans des honnêtes gens », ils seront pour nous une expérience de l’ailleurs, entre exil, errance et erreur.

“ Erreur ” et “ Errance ” sont en effet étymologiquement liées : à l’origine, l’idée commune d’un parcours sans direction précise, soumis aux aléas du hasard, de la fantaisie, du caprice. Dans la tradition judéo-chrétienne, l’homme est un homo viator, errant ici-bas dans un monde où toutes les tentations sont illusions, où l’erreur compromet le Salut. Et l’errant n’a pas bonne presse : tel adversaire d’Erasme (Erasmus) s’amuse à déformer son nom en “ Errans mus ”, la souris errante. L’erreur n’est une méprise, une illusion, une faute, voire une aberration que parce qu’elle est d’abord, métaphoriquement, une errance morale ou intellectuelle, et confine à la faute. Les catholiques, à l’époque de l’émergence de la Réforme, dénoncent ainsi “ l’erreur luthérienne ” : l’erreur, ici, n’est pas anodine, elle est péché, hérésie, et peut conduire ici bas au bûcher, dans l’au-delà, à la damnation.

Doit-on en conclure de façon définitive à la nocivité de l’erreur et, par voie de conséquence, en raison de leur lien étymologique, à celle de l’errance, qui conduirait inéluctablement à la perte, à l’échec ? Alléguons au contraire l’errance de Christophe Colomb sur l’Océan, vers des horizons incertains, et l’erreur initiale sur l’objectif, les rives orientales de l’Asie : voilà qu’erreurs et errances conjuguées aboutissent à la découverte d’un continent jusqu’alors ignoré, font éclater la vérité, mettent à jour une erreur partagée par toute l’humanité depuis la nuit des temps, corrigent, enfin, l’erreur.

De l’erreur tragique à l’erreur lumineuse, de l’errance fatale à l’errance féconde, tous les cas de figure sont possibles, tant erreurs et errances sont protéiformes, tant les causes et les conséquences de l’une et de l’autre sont diverses. Erreurs et errances posent de multiples questions : celle de la norme, de la déviance, de l’écart, de l’Autre ou de l’altérité, de la lucidité et de l’égarement, de l’aberration, de la divagation, de la culpabilité, de la responsabilité, et celle de la vérité, de la correction de l’erreur dans des domaines variés qui ont tous partie liée à la littérature : domaine juridique, politique, religieux, moral, etc.

La Journée d’Etude aura lieu sous le haut patronage du Professeur François Moureau (Université de Paris-Sorbonne, fondateur du Centre de Recherches sur la Littérature des Voyages, www.crlv.org)

Les propositions de communication pourront être adressées avant le 31 mai 2014.

–        Pour la partie médiévale à Michele Gally [michele.gally@univ-amu.fr]

–        Pour le XVIe siècle à Jean-Raymond Fanlo [jean-raymond.fanlo@wanadoo.fr]

–        Pour le XVIIe siècle à Sylvie Requemora-Gros [requemor@orange.fr]

–        Pour le XVIIIe siècle à Stéphane Lojkine [stephane.lojkine@univ-amu.fr]

–        Pour les études comparées à Alexis Nuselovici [nuselovici@gmail.com]

Les communications seront publiées dans la revue en ligne du CIELAM, Malice : http://ufr-lacs.univ-provence.fr/cielam/malice.

Cet appel est également consultable sur le site du CIELAM : http://ufr-lacs.univ-provence.fr/cielam/node/1123.