Archives de catégorie : Colloques, journées d’étude

Voyages et écologie

“Voyages et écologie : l’être humain et la nature”,

27 mars 2024, Aix-Marseille Université

24èmes Rencontres enseignants-chercheurs – CRLV (CIELAM)

Organisation Sylvie Requemora et Mathilde Mougin

Aix-Marseille Université, ALLSH, Bâtiment T1 pôle multimédia.

Programme:

9h30 : Ouverture : Mathilde Mougin et Sylvie Requemora.

9h45 Sébastien Douchet (AMU, MCF HDR) : « À l’est d’Éden… Regards sur le vivant non-humain dans quelques récits de voyage médiévaux en Orient ».

10h15 Juliette Privat (AMU, doctorante au CIELAM), « Prendre soin du monde : l’imaginaire agricole chez le voyageur renaissant Pierre Belon du Mans »

10h45 Pause

11h Mathilde Mougin (AMU, docteure du CIELAM), « La théorie des climats ou la logique de la nature dans les récits de voyage des XVIe et XVIIe siècles »

11h30 Viktoria Kokonova (AMU, doctorante au CIELAM), « Le voyageur du XVIIe siècle face à la nature brésilienne : une expérience corporelle ou une épreuve spirituelle ? »

12h Marjolaine Unter Ecker (AMU, docteure du CIELAM), « “La forêt te voit” : Écriture des espaces sylvestres dans des œuvres d’Éva Doumbia, de Fabienne Kanor et de Léonora Miano ».

12h30-14h30 déjeuner

14h30 Capucine Zgraja (AMU, doctorante au CIELAM), « Voyages spatiaux et utopies animales et végétales dans les romans de Cyrano de Bergerac ».

15h Sylvie Requemora (AMU, Pr., Directrice du CRLV), « L’idée de Nature dans la littérature de voyages, XVIe-XVIIIe s. »

15h30-16h : Discussions et conclusion.

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne

Journée d’études

Voyager et commercer du Moyen Âge à la période moderne (XIIeXVIIe siècles) 

2 avril 2024

Maison de la Recherche, salle de colloque 2, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence.

Programme

9h : accueil des participants

9h15 : mot d’introduction par les organisatrices Priscilla Mourgues (Université de Bordeaux Montaigne, Plurielles) et Mathilde Mougin (Aix-Marseille Université, CIELAM-TELEMMe)

Première session : marchands florentins à la fin du Moyen Âge

Modération : Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS/ Aix-Marseille Université, LA3M)

9h30 Ingrid Houssaye Michienzi (Panthéon I Sorbonne, Orient & Méditerranée) « Voyages marchands et enjeux politiques : le cas des hommes d’affaires florentins de la fin du Moyen Âge »

10h Ettore Maria Grandoni (Aix-Marseille Université, Université Sorbonne Nouvelle ; CAER, CERLIM), « Les marchands toscans dans le commerce languedocien et barcelonais à la fin du XIVe et au début du XVe siècle : autour de Litti di Bernardo Corbizi »

10h30 : discussion

10h40 : pause

Deuxième session : Réseaux commerciaux à Nîmes et au Levant (XVIe-XVIIe)

Modération : Lionel Piettre (Aix-Marseille Université, CIELAM)

11h00 : Gabriel Audisio (Aix-Marseille Université, TELEMMe), « Marchands voyageurs à Nîmes au XVIe siècle »

11h30 : Lisa Pochmalicki (Sorbonne Université, CELLF), « Les marchés levantins sous la plume de voyageurs français de la Renaissance : lieux d’échanges cachés ? »

12h00 : Jean-Pierre Farganel (Aix-Marseille Université, TELEMMe), « Les marchands français au Levant : marchands voyageurs ou marchands résidents ? »

12h30 : discussion

12h45 : repas

Troisième session : Éthos du négociant en Orient

Modération : Sylvie Requemora (Aix-Marseille Université, CIELAM)

14h00 Yasmine Atlas (Université de Genève), « Ethique marchande et crédit du témoin dans les relations de voyage de Jean-Baptiste Tavernier »

14h30 Fanny Bousquet Balian (EHESS, CRH), « Marcara Avanchintz, voyageur arménien et négociant de la Compagnie française des Indes orientales »

15h00 : discussion et pause

Quatrième session : voyager et commercer en terres lointaines

Modération : Olivier Raveux (UMR TELEMMe, Aix-Marseille Université – CNRS)

15h30 Natalia Platonova (Aix-Marseille Université, ÉCHANGES), « Les premiers voyages des marchands russes dans l’Empire des Qing au XVIIe siècle »

16h00 : Mathieu Provençalle (Université de Rouen, GHRis), « De la Normandie au fleuve Sénégal : voyages et échanges commerciaux, des associations de marchands aux premières compagnies (fin du XVIe siècle-1674) »

16h30 : Jérome Jue (Université de Reims, HABITER), « Récits de voyages et objectifs commerciaux : gouverneurs et marchands au service de la colonisation française aux Antilles (1626-1644) »

17H00 : Discussion

17h15 : conclusions de la journée

Possibilité d’assister à cette journée à distance en utilisant ce formulaire d’inscription : https://forms.gle/Sa8TYeoKWTgJACT99

Marco Polo, 700 ans – les résumés

Résumés des communications présentées au colloque

Marco Polo, 700 ans de lectures et de représentations

21-23 mars 2024, Aix-en-Provence

Priscilla Mourgues : L’œuvre polienne dans le Livre des Merveilles (manuscrit Paris, BnF, fr. 2810) : étude d’une mise en recueil

En 1413, le duc de Bourgogne Jean sans Peur offrit à son oncle, le duc de Berry, un somptueux manuscrit, qui fut nommé depuis le Livre des Merveilles. Répertorié sous la cote Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 2810, ce manuscrit contient 265 miniatures qui accompagnent des récits viatiques et des écrits sur l’Orient des XIIIe et XIVe siècles. Le Devisement du monde y côtoie, entre autres, les textes célèbres des Voyages de Jean de Mandeville, de la Relatio d’Odoric de Pordenone et de la Fleur des estoires de la terre d’Orient d’Hayton. Cette communication se propose d’analyser l’œuvre polienne dans cet environnement textuel et iconographique, afin d’envisager en quoi le processus de mise en recueil dans un tel manuscrit nous permet d’observer certaines formes de réception de l’œuvre polienne à la fin du Moyen Âge.

Jaroslav Svátek: Le destin et la diffusion du Devisement du monde dans les Pays tchèques au Moyen Âge

La diffusion du bestseller de Marco Polo dans les Pays tchèques peut être observée sur trois axes différents sur lesquels je me concentre dans mon intervention. La première piste de recherche concerne le bilan des manuscrits de la version la plus populaire du texte, celle de Francesco Pipino de Bologne, écrite en latin. C’est notamment sa variante avec « le long miracle » qui s’est propagée en Europe centrale dont s’inspire la version vernaculaire en vieux-tchèque, le sujet de ma deuxième partie. Enfin, je vais présenter un exemplaire de la variante du récit de Marco Polo, dite Compendium latinum, qui a été préservée ensemble avec la traduction d’Alexandreis en vieux-tchèque. Mon intervention va donc présenter non seulement l’ensemble des exemplaires du fameux récit dans les Pays tchèques mais aussi leurs contextes épistémologiques et codicologiques.

Lisa Pochmalicki : Marc Paul chorographe : transformations des lieux du Devisement du monde à la Renaissance 

Deux à trois siècles après son voyage en Asie, Marco Polo laisse une vive empreinte sur les représentations textuelles et cartographiques de l’Extrême-Orient à la Renaissance. Le souvenir du Devisement du monde ressurgit à travers les descriptions de ces espaces lointains, tandis que ses toponymes se mêlent à la nomenclature ptoléméenne. Plusieurs lieux suscitent une admiration durable. Des espaces harmonieux, comme Quinsay (Hangzhou), l’opulent archipel de 7448 îles éparpillées en mer de Chine ou les palais recouverts d’or de Cipangu, éveillent la curiosité des lecteurs du XVIe siècle. En parallèle, des lieux teintés de mystère frappent l’imaginaire, comme le désert de Lop où des esprits emportent les voyageurs isolés. Les différents espaces empruntés au Devisement du monde dans la littérature de la Renaissance composent l’image d’une Asie morcelée. Cette communication s’intéressera à la circulation de cette chorographie en fragments, en prenant notamment pour exemple les fortunes de Cambalu (Beijing) et de la région des Ténèbres.

Frank Lestringant : Traces de Marco Polo dans la Cosmographie universelle et  les Vrais Pourtraits et Vies d’André Thevet

Faisant suite à “Marc Paul Vénitien”, étude publiée il y a quatre ans dans les Mélanges Dominique Boutet, et principalement consacrée à François de Belleforest, augmentateur de la Cosmographie universelle de Sebastien Münster[1], ce nouvel essai sera consacré à André Thevet, cosmographe des derniers Valois, lequel, tant dans sa propre Cosmographie universelle, de même nom que celle de Münster, que dans ses Vrais Pourtraits et Vies des hommes illustres, répugne absolument à signaler ses sources. Un Marco Polo clandestin, tel sera l’objet de cette communication, qui montre bien comment le voyageur du XIIIe siècle continue de hanter les espaces apparemment vierges de la Renaissance.

[1] F.L., « “Marc Paul Vénitien”. Marco Polo à la Renaissance », De  la pensée de l’histoire au jeu littéraire. Études médiévales en l’honneur de Dominique Boutet. Études réunies par Sébastien Douchet, Marie-Pascale Halary, Sylvie Lefèvre, Patrick Moran et Jean-René Valette, Paris, Honoré Champion, 2019, p. 855-869.

Matthieu Bernhardt : Matteo Ricci, lecteur de Marco Polo

Comme nombre de voyageurs de la Renaissance, le missionnaire italien Matteo Ricci embarque pour l’Asie avec un exemplaire du Devisement du monde dans ses bagages. A son arrivée dans l’Empire du Milieu (1582), les Ming ont succédé aux Mongols, Cambaluc est devenu Pékin et l’empereur Wanli a pris la place de Kubilai Khan. Entre temps, aucun autre voyageur européen n’a séjourné durablement en Chine et l’Europe reste sans nouvelle de cette nation d’autant plus mystérieuse qu’elle a fermé ses frontières. On se demande alors si le Cathay décrit par Marco Polo correspond effectivement à ce vaste pays dont les dirigeants n’ont accepté d’ouvrir les portes qu’à une petite poignée de missionnaires jésuites. Nous verrons que c’est d’abord pour lever ce doute, et donc pour démontrer l’identité de la Chine et du Cathay, que Matteo Ricci convoque Marco Polo dans ses écrits.

Fiona Lejosne : ‘Se l’affezione della patria non m’inganna’ : le récit de Marco Polo comme pierre de touche des explorations vénitiennes chez Ramusio

La compilation des Navigationi et viaggi, publiée à Venise au milieu du XVIe siècle, met le récit de Marco Polo à l’honneur puisqu’il y occupe une place de choix, en tête du second volume. L’entreprise opérée par le compilateur G.B. Ramusio est double : il s’agit à la fois d’un travail philologique d’ampleur (par la collation de plusieurs leçons qu’il a rassemblées) et d’une initiative idéologique non négligeable, faisant du voyageur vénitien un modèle des temps modernes. Cette entreprise est soutenue par un apparat critique constitué de plusieurs paratextes visant à légitimer le récit de Marco Polo. Cette fiabilité étant établie – voire rétablie – le texte du voyageur vénitien peut faire office de point de référence dans l’économie interne de l’ouvrage, par un jeu de renvois et de comparaisons permettant d’en confirmer ultérieurement la validité.

Christine Gadrat-Ouerfelli: L’édition des Voyages de Marco Polo par la Société de Géographie en 1824

En 1824, la jeune Société de Géographie (fondée en 1821) inaugure sa collection Recueil de voyages et de mémoires par la publication du récit de Marco Polo en français et en latin. Fondée pour promouvoir le développement de la géographie et des connaissances dans ce domaine, la Société choisit de publier un texte datant du Moyen Âge plutôt qu’un récit d’expédition contemporain. Si aujourd’hui le Devisement du monde est davantage étudié par les littéraires ou les historiens, ce sont des « géographes » qui en ont donné la première édition moderne.

Anne-Laure Thomas: Marco Polo, un géographe du XIXe siècle : L’exemple du Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) de Paul Vidal de La Blache

La première publication de Paul Vidal de La Blache, Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) s’inscrit dans un double contexte. Tout d’abord, la fascination pour l’Orient, qui séduit les milieux artistiques et littéraires depuis la fin du XVIIIe siècle, connaît un regain d’intérêt dans la communauté scientifique à la fin du XIXe siècle.  C’est également au cours du XIXe siècle que la géographie tente de s’affirmer comme discipline, alors qu’elle a été longtemps considérée comme auxiliaire de l’histoire. Il apparaît alors difficile d’en donner une définition puisque chaque géographe, chaque école de géographie définit ses propres objectifs et établit sa propre conception de la géographie.

Or, à la fin du XIXe siècle, Paul Vidal de la Blache participe au renouvellement de la géographie française. D’abord historien, Paul Vidal de La Blache décide de se consacrer à la géographie à partir des années 1870 et devient le chef de file de l’École française de géographie et le fondateur des Annales de géographie (1891). Admis en 1881 à la Société de géographie, son premier article de géographe, « Remarques sur la population de l’Inde anglaise », montre un intérêt pour l’Orient.

Toutefois, son Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) surprend et fait l’objet de critique de la part de la communauté scientifique qui le considère comme un ouvrage de vulgarisation, d’histoire, de géographie historique ou encore politique. De plus, comme le souligne Guy Mercier[1], la thématique orientaliste médiévale de ce premier ouvrage semble peu s’accorder avec ce pourquoi Paul Vidal de La Blache sera et restera reconnu. Il marque néanmoins une étape dans la pensée vidalienne et il apparaît que ce travail confirme l’attachement du géographe aux questions géopolitiques.

Il s’agira donc d’analyser la manière dont Paul Vidal de La Blache lit et transforme le texte de Marco Polo, en s’intéressant aux éditions qui ont pu être à sa disposition et à la façon dont il réécrit le récit du voyageur. L’objectif sera de montrer comment Paul Vidal de La Blache modernise la figure de Marco Polo et comment cette transformation peut être mise en relation avec la vision vidalienne de la géographie.

[1] MERCIER, Guy, « Pour une relecture du Marco Polo de Paul Vidal De La Blache », Finisterra, XXXIII, n°65, 1998, p. 65-73.

Clément Fabre : Le Marco Polo de Henri Cordier : enquête sinologique sur Marco Polo au tournant du XXe siècle

Il s’agit dans cette communication de reconstituer, à partir de la correspondance, des papiers de travail et des publications du bibliographe Henri Cordier (conservés aux Archives de l’Institut de France), la fabrique d’une enquête sur Marco Polo au tournant du XXe siècle, informée aussi bien par les réseaux orientalistes transnationaux qui gravitent autour d’Henri Cordier que par les logiques impériales en Asie.

Thomas Tanase : Marco Polo, l’angle biographique

La figure de Marco Polo est connue de tous. Les grands traits de sa biographie sont dans le fond déjà fixés à la fin du XVIIIe siècle. Ce n’est pas très surprenant : ils se limitent pour l’essentiel à ce que Marco Polo a raconté de lui dans le Devisement du Monde. La figure du Vénitien a ensuite été surtout étudiée par les orientalistes qui ont vu en lui un précurseur, ou bien par les spécialistes du texte, tout en restant plus marginale dans les travaux des médiévistes classiques ou des historiens du capitalisme. Elle a donné naissance à une littérature biographique romanesque pour le grand public qui n’a cessé de se diffuser au XXe siècle, alors même que le genre biographique a été remis en cause par les spécialistes. Réfléchir sur la manière d’écrire la biographie de Marco Polo permet ainsi de comprendre comment s’est construit le discours historiographique contemporain, avec ses a priori, ses limites et ses renouvellements actuels.

Alvise Andreose: Le débat philologique sur le texte du Devisement dou monde de Marco Polo

L’étude philologique d’un texte est préalable à tout autre type d’approche : historique, géographique, littéraire, etc. Cette prise de conscience s’affirme assez tardivement dans les recherches sur le Devisement du monde. L’objectif de cette intervention est de comprendre à quel moment est née et s’est consolidée l’idée que, pour comprendre correctement le récit de Marco Polo et en évaluer la fiabilité, il fallait d’abord établir ce qu’il avait réellement écrit. L’édition critique publiée par Luigi Foscolo Benedetto en 1928 et ses recherches ultérieures représentent l’aboutissement d’un processus de réflexion sur le texte de Marco Polo qui a commencé au XVIe siècle avec Giambattista Ramusio, s’est poursuivi au XVIIIe siècle avec Apostolo Zeno et l’abbé Giuseppe Toaldo, et s’est accéléré au XIXe siècle avec l’ouvrage de l’abbé Placido Zurla (1818) et les éditions de William Marsden (1818), J.-B.-G. Roux de Rochelle (1824), Giovanni Battista Baldelli Boni (1827), Vincenzo Lazari (1847), Guillaume Pauthier (1865), Henry Yule (1871). À partir de 1928, l’étude de la tradition manuscrite a fait de nouveaux progrès, permettant d’approfondir l’analyse de Benedetto, dont les résultats fondamentaux sont toujours valables.

Lucie Chopard : Autour d’un brûle-parfum dit “de Marco Polo” de la collection Grandidier : mise en récit des objets et circulations dans la seconde moitié du XIXe siècle

Cette communication s’articule autour d’une pièce en porcelaine de Chine de la collection Grandidier (constituée entre 1870 et 1912), un brûle-parfum dit « de Marco Polo ». Cette provenance mythique est mise en avant par le collectionneur, Ernest Grandidier (1833-1912), suivant là l’intérêt suscité par le célèbre Vénitien et son livre dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cette porcelaine s’avère en réalité beaucoup plus tardive, mais permet à son propriétaire de l’époque, qui n’en connait pas la date de création, de créer un pedigree prestigieux pour son objet, de le distinguer et de créer de la valeur. Le parcours de cet objet et les imaginaires qu’il véhicule ont été récemment mis en lumière à l’occasion de mes recherches de thèse (soutenue en 2021 ; à paraître).

Rashidil Rouiaï: Les Nouvelles routes de la Soie, au coeur de la géopolitique chinoise

Les Nouvelles routes de la soie ne sont pas uniquement un vaste projet géoconomique développé par la République populaire de Chine. Ce vaste réseau d’infrastructures est l’un des leviers que Pékin met en place pour redessiner l’échiquier géopolitique mondial. Dans ce cadre, les retombées symboliques et stratégiques supplantent parfois l’utilité commerciale. Mais ces Nouvelles routes de la Soie sont le reflet de la particularité du soft power de la Chine : loin d’être systématiquement « douce » cette forme de la puissance étatique est largement hybride et ses frontières difficilement saisissables. Cette conférence aura pour objectif d’en tracer les contours et les enjeux.

Saïd Belguidoum : Mondialisation silencieuse et la réinvention des routes de la soie par les entrepreneurs du commerce transnational entre l’Algérie et la Chine.

Dans le sillage de la mondialisation, un commerce transnational discret s’est mis en place au début des années 2000 (avec l’adhésion de la Chine à l’OMC) reliant différentes places marchandes à travers le monde en général et la Méditerranée en particulier, convergeant vers une source principale d’approvisionnement : la Chine et Yiwu.

À la manière des commerçants qui depuis le Moyen Âge sillonnaient les mers et les océans, des entrepreneurs transnationaux ont construit des routes maritimes et terrestres reliant à différentes échelles places commerciales et sources d’approvisionnement. Des petits marchés de distribution de l’est algérien ou du rif marocain aux grandes places chinoises (Yiwu et Guangzhou, Shenzhen) de « nouvelles routes de la soie » sont apparues. Mais là s’arrête la métaphore. La soie n’est plus le but ultime et le marché des produits de consommation de masse est l’objet principal de ce commerce transnational.

Ma communication portera sur cette épopée des petits entrepreneurs transnationaux pionniers qui entre l’Algérie et la Chine ont construit une route de la soie s’appuyant sur des réseaux labiles et un savoir circuler remarquable.

Michèle Gally : Le Livre des merveilles ou la référence cachée. De Mandeville à Umberto Eco

Il s’agit dans cet exposé de revisiter Marco Polo et son ouvrage en quelque sorte de biais à travers les échos que l’on peut en trouver chez deux auteurs eux-mêmes éloignés dans le temps et qui ne le citent pas : Jean de Mandeville au XIVe siècle dont Le Livre des Merveilles du monde connut un immense succès jusqu’au XVIIe siècle et Umberto Eco qui, dans Baudolino, emmène son héros médiéval pour un périple dans un Orient fabuleux. Les avis sont partagés sur la réalité des voyages de Mandeville tandis que le personnage d’Eco est avant tout un « menteur » et un affabulateur de génie.  Dans un syncrétisme vertigineux une multitude d’écrits, de légendes, de descriptions d’êtres et de coutumes étranges trame les deux textes selon une hybridité où l’on retrouve, entre autres, la marque (motifs/ légendes/êtres…) du Livre de Marco Polo. Chez l’un et l’autre auteur la référence au Vénitien paraît essentielle en particulier dans la rencontre de l’Autre. C’est du moins l’hypothèse que je propose de faire à partir d’une (brève) lecture comparée de quelques passages sur les « monstres » et proprement « merveilles » des contrées lointaines dans les trois œuvres. 

Mais si Mandeville fut peut-être un « voyageur immobile » et Eco celui de sa propre « encyclopédie », ce dernier, en penseur du XXe s., joue différemment du clivage vrai/faux, mettant en tension critique les allégations récurrentes de véridicité et les essais d’explication rationnelle de Marco Polo devant l’extraordinaire.  Aussi bien Baudolino serait -il doublement un nouveau Marco qui préfère repartir pour se fondre dans cet ailleurs qu’il raconte et qu’il a partiellement inventé. Leçon (toute moderne) d’ouverture à l’Autre et de foi en l’efficace de la fiction :  les récits ne sont-ils pas à l’origine d’actions réelles ? Ainsi Christophe Colomb lecteur de Marco.

Perle Abbrugiati: Les merveilles et l’invisible. Marco Polo dans Les villes invisibles d’Italo Calvino

Dans Les villes invisibles, Marco Polo n’est pas seulement le voyageur européen qui va au-devant du Catai, mais le voyageur délégué par Kublai Khan pour visiter son propre empire. Pourquoi choisit-il précisément celui qui ne parle pas sa langue pour lui décrire son territoire ? Est-ce bien un territoire qui est décrit dans ces poèmes en prose ? Marco Polo est découvreur de villes improbables semblant sortir de son imaginaire. Calvino fait de Marco Polo non seulement un explorateur du lointain, mais un éclaireur de l’intériorité, un investigateur des grandes catégories humaines. Il répond à un empereur en quête d’un modèle intellectuel plus encore que de descriptions de terrain. Calvino construit de surcroît lui-même son livre comme l’architecture d’une ville, faite de chaos et de cohésion. Ainsi l’exploration va-t-elle au-devant à la fois du merveilleux et de l’invisible.

Sandra Gorgievski : L’Empire mongol à l’écran dans Marco Polo, la Collision des Mondes (2014-1016)

La réception de la relation de voyages de Marco Polo a inspiré un nombre relativement réduit de films historiques, d’aventures ou de cape et d’épée, sur petit ou grand écran – tous ayant ajouté au récit une intrigue romantique, conformément à l’horizon d’attente des spectateurs et des producteurs. Sur les sept films produits entre 1938-2007 (à l’exception d’un film de kung fu et d’une mini-série tournée en Chine), le casting demeure exclusivement européen ou américain, jusqu’à la série produite pour la chaîne de TV américaine Netflix (2 saisons, 2014-2016) Marco Polo, Worlds Will Collide, où la représentation de l’Autre change avec un casting exclusivement asiatique. Le choix stratégique d’acteurs pour incarner des orientaux s’insère dans une longue tradition cinématographique, et participe du processus de construction d’une mémoire collective à travers la mise en scène du Moyen Âge. Le personnage du Grand Khan (joué par Benedict Wong, Britannique originaire de Hong Kong) présente un cas particulièrement intéressant. Les lieux de tournage reflètent la variété des lieux traversés par Marco Polo (saison 1, épisode 1), mais une fois accompli le voyage de Venise à la Chine et à la cour mongole, c’est la description de l’Empire mongol qui fait l’objet de la série : la mise en scène somptueuse et le colossal budget de production (plus de 90.000.000$ pour les 50 millions d’abonnés Netflix en 2014) ambitionnent de faire concurrence à la série Games of Thrones (HBO, 2011-2019). Les « merveilles de l’Orient » décrites par Marco Polo lors de son séjour à la cour du Khan sont magnifiées. Je m’intéresserai donc à la mise en scène du corps de l’Oriental, aux chorégraphies de combat, au cadrage de l’espace (urbain ou naturel) dans la construction d’un Empire mongol fantasmé, tout en établissant des correspondances formelles avec les conventions médiévales, en particulier le programme iconographique du recueil Le Livre des merveilles (Paris, 1410-1412, BnF, fr. 2810).

Tania Manca : Il Milione : Le dévoilement d’un monde du texte à l’image. Fortune du récit en Italie, du livre au film en passant par le dessin animé, la BD, et retour

Le Milione de Marco Polo a fasciné l’Italie tout au long des sept derniers siècles à travers des formes narratives qui se sont diversifiées dans le temps, arrivant à épouser les supports les plus récents comme le film et le dessin animé. La communication propose une analyse de l’évolution des éditions au cours des XX et XXIe siècles et, par conséquent, de leur réception au travers de livres de critique tels le Milione de V. Bertolucci Pizzorusso, d’éditions divulgatrices pour la jeunesse et les enfants telles celles des maisons d’édition BUR, Gribaudo, etc., les bandes dessinées pour adultes et pour enfants comme Marco Polo, la via della seta de Marco Tabilio (2024), Il Milione di Marco Polo (Mickey Disney deluxe), etc.

Ce processus s’accompagne d’une étude sur les interprétations de l’œuvre originelle qui transposent l’imaginaire par le biais d’images, en offrant au lecteur un devisement du monde aux formes les plus diverses. La communication met en exergue la création d’une nouvelle vision de l’histoire, par rapport au récit initial, à travers une mise en images qui déplace la focalisation sur l’expérience personnelle et la figure du voyageur plus que sur les territoires parcourus et les peuples rencontrés ; comme dans certaines rééditions, la bande dessinée, des dessins animés tel Le avventure di Marco Polo (1982), les films Marco Polo (1982) de Montaldo et les séries télé telle Marco Polo (2016).

Christian Clot et Sylvie Requemora : Du texte à l’art graphique : Marco Polo dans la bande dessinée de la collection Explora (sous réserve) 

Entretien sur la genèse du projet graphique, les six étapes de la scénarisation (synopsis, séquencier, découpage, continuité, dialogues et polissage) et sa réalisation en deux volumes.

Yvan Daniel: Études viatiques et approches mythocritiques : Le Devisement du monde comme « mythe littéraire » (XIXe-XXIe s.)

Cette communication entend interroger le croisement de deux approches critiques, les études viatiques et l’étude des « mythes » dans leurs formes modernes et contemporaines – telle qu’elle a été théorisée notamment par Roland Barthes, Pierre Brunel ou Gilbert Durand. A travers quelques exemples littéraires et médiatiques, on montrera que les références à ce récit de voyage, comme ses nombreuses réécritures et adaptations, se manifestent avec les caractéristiques d’un « mythe », entre fictionnalisation et vérité référentielle discutées, invariants et plasticité, réécritures et remotivations symboliques ou politiques.

 

Marco Polo, 700 ans

Marco Polo et le Devisement du monde

700 ans de lectures et de représentations

21-23 mars 2024, Aix-en-Provence

Org. Christine Gadrat-Ouerfelli et Sylvie Requemora

Argumentaire:

Marco Polo est l’un des rares hommes du Moyen Âge qui, sans être roi ou pape, est connu de tous et fait partie de notre patrimoine historique et littéraire. Présent dans nos villes et notre vie quotidienne, utilisé par nombre de restaurants ou par des guides de voyage, son nom est connu même des enfants auxquels on raconte ses aventures. Cette célébrité, acquise de son vivant, n’a cessé de se développer, de se façonner et de s’enrichir tout au long des sept siècles qui nous séparent de sa mort en 1324.

Pendant ces sept cents ans, Marco Polo n’a cessé de fasciner et son récit de faire rêver ou au contraire de susciter l’incrédulité. Traduit dans de nombreuses langues et diffusé à travers l’Europe dès le XIVe siècle, le Devisement du monde a rencontré un succès rapide qui a perduré au fil des siècles, comme en témoigne le nombre important de manuscrits subsistants, puis d’éditions imprimées. À la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, son témoignage a été mis à profit par les auteurs intéressés par l’histoire des Mongols, ainsi que par les géographes et cartographes souhaitant décrire l’Asie et l’océan Indien. Longtemps considéré comme une source unique pour des régions lointaines et méconnues, ce récit n’est cependant pas tombé dans l’oubli lorsque les Européens se sont à nouveau lancés à la découverte de l’Asie. Tout en apportant de nouvelles connaissances sur la Chine et le Japon, les Jésuites ont continué à le faire figurer dans leur bibliothèque, désormais moins comme source d’informations que comme témoignage historique.

À partir du XIXe siècle, l’intérêt porté à Marco Polo et à son livre se démultiplie. Tandis que ses descriptions de l’Asie viennent nourrir les entreprises coloniales et la cartographie de régions encore peu ouvertes aux Européens, les érudits partent à la recherche des manuscrits et tentent de retrouver la version originale du texte. Les éditions, plus ou moins critiques, se multiplient, ainsi que les querelles philologiques. Les historiens se mettent eux aussi à écrire l’histoire de Marco Polo et de sa famille et à écrire, à partir de son livre, l’histoire des relations entre l’Occident et l’Orient, celle des échanges commerciaux et culturels, ou encore celle des représentations de l’Autre, etc. Dans la suite de cette perspective, Le devisement du monde fait naturellement partie des œuvres étudiées par les « post-colonial studies ». À l’heure actuelle, la figure de Marco Polo est convoquée au sujet des relations entre la Chine et l’Occident, et en particulier à propos des « nouvelles routes de la Soie » et de leurs enjeux géopolitiques et économiques.

Parallèlement, la littérature s’empare du mythe et on voit naître des pièces de théâtre (de Marco Millions d’Eugene O’Neill en 1927 à Marco Polo et l’hirondelle du khan d’Eric Bouvron en 2017), des réécritures romanesques, y compris dans la littérature pour enfants qui ne pouvait passer à côté des aventures de ce jeune vénitien parti à quinze ans à travers l’Asie, ou la bande dessinée. Des voyageurs modernes et des reporters (tels Michael Yamashita) reprennent les routes suivies par la famille Polo, dont ils cherchent à revivre les péripéties. Il ne faut pas oublier le cinéma, qui a porté à l’écran à plusieurs reprises le récit des voyages de Marco Polo, lesquels ont même inspiré des ballets (Marie-Claude Pietragalla en 2008).

Au fil de cette longue histoire, l’image de Marco Polo et de son récit évolue, tandis que chaque époque, chaque milieu y trouve un intérêt : informations nouvelles et de première main, descriptions de régions inconnues, témoignage sur une période révolue, matière à rêver et à voyager en lecture… Ce sont ces différentes perceptions et ces usages multiples que nous voulons explorer, à la fois par des cas d’études et des analyses diachroniques. Sans vouloir nécessairement dresser un tableau exhaustif des représentations du voyageur vénitien et de la réception de son livre de 1324 à nos jours, il conviendra de proposer des études réparties tout au long de ces sept siècles d’histoire.

Programme:

21 mars 2024,

Les Méjanes – Bibliothèque et archives Michel-Vovelle

13h30 : Accueil

Sylvie Requemora (CIELAM, AMU) : Les 40 ans du CRLV

Christine Gadrat-Ouerfelli (LA3M, AMU) : introduction et présentation du colloque

 Session 1 : Lectures et usages du Devisement du monde du Moyen Âge à l’époque moderne

Présidence : Michèle Gally (CIELAM, AMU)

14h30 : Priscilla Mourgues (Plurielles, Université Bordeaux Montaigne) : L’œuvre polienne dans le Livre des Merveilles (manuscrit Paris, BnF, fr. 2810) : étude d’une mise en recueil

15h : Jaroslav Svátek (Université Charles, Prague) : Le destin et la diffusion du Devisement du monde dans les pays Tchèques au Moyen Âge

15h30 : Lisa Pochmalicki (Sorbonne Université) : Marc Paul chorographe : transformations des lieux du Devisement du monde à la Renaissance

Pause

16h30 : Frank Lestringant (Sorbonne Université) : Traces de Marco Polo dans la Cosmographie universelle et les Vrais Pourtraits et Vies d’André Thevet (1575)

17h : Matthieu Bernhardt (Université de Genève) : Matteo Ricci, lecteur de Marco Polo

 22 mars 2024,

Les Méjanes – Bibliothèque et archives Michel-Vovelle

Session 2 : Le Marco Polo des historiens, des philologues et des géographes

Présidence : Christian Henriot (IrAsia, AMU)

9h : Fiona Lejosne (Université Sorbonne Nouvelle) : ‘Se l’affezione della patria non m’inganna’ : le récit de Marco Polo comme pierre de touche des explorations vénitiennes chez Ramusio

10h : Christine Gadrat-Ouerfelli (LA3M, AMU) : L’édition des Voyages de Marco Polo par la Société de Géographie en 1824

Pause

11h : Anne-Laure Thomas (Université de Haute-Alsace) : Marco Polo, un géographe du XIXe siècle : L’exemple du Marco Polo. Son temps et ses voyages (1880) de Paul Vidal de La Blache

11h30 : Clément Fabre (CRHEC / SIRICE) : Le Marco Polo de Henri Cordier : enquête sinologique sur Marco Polo au tournant du XXe siècle

Déjeuner

14h : Thomas Tanase (Université Panthéon Sorbonne) : Marco Polo, l’angle biographique

14h30 : Alvise Andreose (Université d’Udine) : Le débat philologique sur le texte du Devisement dou monde de Marco Polo

Pause

Session 3 : Marco Polo et les routes de la soie. Circulation des objets, des hommes et des idées

Présidence : Sylvie Mazzella (SoMuM, AMU)

15h30 : Lucie Chopard (Telemme, AMU) : Autour d’un brûle-parfum dit “de Marco Polo” de la collection Grandidier : mise en récit des objets et circulations dans la seconde moitié du XIXe siècle

16h : Nashidil Rouiaï (Université de Bordeaux, UMR Passages) : Les Nouvelles routes de la Soie, au coeur de la géopolitique chinoise

16h30 : Saïd Belguidoum (Iremam-AMU) : Mondialisation silencieuse et la réinvention des routes de la soie par les entrepreneurs du commerce transnational entre l’Algérie et la Chine.

17h : Alexandra Nespoulous-Phalippou (Les Méjanes, médiatrice culturelle) : Présentation de l’histoire et des collections de la bibliothèque Méjanes

23 mars 2024

Salle 201, Le Cube

 Session 4 : Marco Polo réinventé. Réécritures et adaptations, créations littéraires et artistiques

Présidence : Nathalie Bonnardel (INCIAM, AMU)

9h : Michèle Gally (CIELAM, AMU) : Le Livre des Merveilles ou la référence cachée. De Mandeville à Umberto Eco (Baudolino)

9h30 : Perle Abbrugiati (CAER, Aix-Marseille Université) : Les merveilles et l’invisible. Marco Polo dans Les villes invisibles d’Italo Calvino

10h : Sandra Gorgievski (BABEL, Université de Toulon) : L’Empire mongol à l’écran dans Marco Polo, la Collision des Mondes (2014-2016)

Pause

11h : Tania Manca (Università degli Studi di Sassari) : Il Milione : Le dévoilement d’un monde du texte à l’image. Fortune du récit en Italie, du livre au film en passant par le dessin animé, la BD, et retour

11h30 : Christian Clot (explorateur, directeur de la collection Explora (Glénat) et vice-président de la Société des Explorateurs français) et Sylvie Requemora (CIELAM, AMU) : Du texte à l’art graphique : Marco Polo dans la bande dessinée de la collection Explora

12h : Yvan Daniel (Université Clermont Auvergne, CELIS) : Études viatiques et approches mythocritiques : Le Devisement du monde comme « mythe littéraire » (XIXe-XXIe s.)

 

Adresses:

Les Méjanes – Bibliothèque et archives Michel-Vovelle, 25 Allée de Philadelphie, Aix-en-Provence

Le Cube, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence

 Les résumés des interventions seront publiés dans un autre billet à venir.

Epigraphies of pious travel

Programme:

WEDNESDAY 24TH JANUARY
18:30–19:00 Welcome Address and Introduction, Claudia Rapp, Andreas Rhoby, Rachael Helen Banes

19:00–20:00 Keynote
Ian Rutherford, Lived Religion and the Graffiti-Habit before the Christian Period: Some Case-Studies from Egypt and Other Cultures

THURSDAY 25TH JANUARY
09:30–11:00 Methodologies for Studying Pilgrimage Graffiti
– Marlena Whiting, Graffiti and Gender: Graffiti as Testimony for Women and Gendered Behaviour on Pilgrimage
– Rachael Helen Banes, Does Pilgrimage Graffiti have to be Religious? A Discussion
– Arkadiy Avdokhin, Christian Graffiti and Travel: Methodologies, Outcomes, and a Case Study from Hierapolis

11:30–12:30 Pilgrimage Graffiti Before Christianity
– Elizabeth Frood, Scales of Belonging: (Re-)Assessing Local and Nonlocal Graffiti Practices in Ancient Egyptian Temples
– Ilaria Bucci, Pilgrimage in Hatra: People, Places and Time in Local Religious Practices

14:00–15:30 Pilgrimage Graffiti in the Holy Land
– Grigory Kessel, A Survey of Pilgrimage Graffiti in Syriac
– Yana Tchekhanovets, Armenian and Georgian Graffiti in the Holy Land
– Estelle Ingrand-Varenne and Clément Dussart, A Landscape of Signs: the Southern Façade of the Holy Sepulchre (12th-16th c.)

16:00–17:00 Christian and Non-Christian Graffiti in the Medieval Era
– Adam Łajtar, Pilgrimage Graffiti in Christian Nubia
– Frédéric Imbert, On the roads of Arabia: Muslim Pilgrims and their Graffiti during the Early Islam Period

FRIDAY 26TH JANUARY
10:00–11:30 Pilgrimage Graffiti Between East and West
– Savva Mikheev and Alexei Gippius, Early East Slavic Epigraphy Outside Rus: Texts and Contexts
– Mia Gaia Trentin, Between Tangible and Intangible: The Wall as Interactive Space of Worshipping in Medieval and Early Modern Cyprus.
– Antonio Enrico Felle, Pilgrims in Early Medieval Rome. Writings religionis causa in the Sanctuary of Marcellinus and Petrus (7th-9th cent.)

11:30–12:00 Concluding Remarks, Rachael Helen Banes, Andreas Rhoby

Arte e scritture di viaggio

Journée d’études:

Arte e scritture di viaggio tra Europa e Asia (secc. XIII-XIV):

intorno a Odorico da Pordenone

org. Alvise Andreose et Claudia Bolgia, Università degli studi di Udine.

18 mai 2023, Palazzo Antonini-Cernazai, Sala Gusmani, via Tarcisio Petracco 8, Udine.

10.00 SALUTI ISTITUZIONALI – INTRODUZIONE
LINDA BOREAN, Direttrice del Dipartimento di Studi Umanistici e del Patrimonio culturale
CLAUDIA BOLGIA, Direttrice della Scuola di Specializzazione in Beni Storico-artistici, Università degli Studi di Udine

10.10 ANNE DUNLOP, University of Melbourne: Odoric and the Franciscans in Asia: from mission to mirabilia
10.50 MARIA LUISA MENEGHETTI, Università degli Studi di Milano – Accademia dei Lincei:  Su marmo e su parete. Le «gesta» di Odorico

11.30 DISCUSSIONE

12.00 ANDREA TILATTI, Università degli Studi di Udine – Deputazione di Storia Patria per il Friuli: Chi era Odorico da Pordenone?
12.20 LUCA MOR, Università degli Studi di Udine: Gotico di marmo. L’arca del beato Odorico
12.40 GIANPAOLO TREVISAN, Università degli Studi di Udine: La cappella del beato Odorico nella chiesa di San Francesco a Udine dalla costruzione all’abbattimento

13.00 DISCUSSIONE

14.30 EUGENIO BURGIO, SAMUELA SIMION, Università Ca’ Foscari Venezia: Il manoscritto Bibliothèque de l’Arsenal 5219. Un programma illustrativo per il Devisement dou monde di Marco Polo
15.00 ALESSIA BOSCHIS, Università degli Studi di Udine: Guglielmo di Rubruk in Armenia: un itinerario (anche) artistico
15.20 CHIARA CONCINA, Università degli Studi di Verona: Motivi iconografici tra Oriente e Occidente: i popoli mostruosi e gli infedeli nelle miniature del codice Cocharelli (sec. XIV)

15.40 DISCUSSIONE

15.50 MARCO ROBECCHI, Libera Università di Bolzano: La rappresentazione dell’Oriente nel ms. Cotton Otho D.II
16.10 ANNALIA MARCHISIO, Udine: Il viaggio della Relatio: tradizione manoscritta, problemi testuali ed edizione critica dell’opera di Odorico da Pordenone
16.30 ALVISE ANDREOSE, Università degli Studi di Udine: Dalla Relatio di Odorico alle miniature
del «Livre des merveilles» (BnF fr. 2810)

16.50 DISCUSSIONE
17.00 CHIUSURA DEI LAVORI

Cultural encounters in 15th century Europe and beyond

Padoue et Venise, 6-7 mars 2023

Programme:

6 March 2023

Sala Bortolami (Dissgea, Via del Vescovado 30, Padua)

14.30 Greetings and Introduction Andrea Caracausi and Elena Svalduz (University of Padua), Wellcome remarks Nicoletta Martorana and Stefano Agnoletto (Via Querinissima Association), Via Querinissima Initiative introduction

Session I

Chair: Miguel Taín Guzmán (University of Santiago de Compostela)

14.45-16.45: Giulia Becevello (University of Padua), The Via Flaminia as a route of cultural exchanges

Chiara Lo Giudice (University of Padua), “…grand et pittoresque manor”: Catajo Castle in the testimonies of travellers between the 17th and 19th centuries

Christianna Veloudaki (University of Edinburgh), Cross-cultural encounters and inter-faith relations in the Late Medieval Aegean: the double-apsed churches of Kythnos in the Western Cyclades

17.00-19.00: Rosario Chimirri (University of Calabria), Meijer Merel (Amsterdam University), Southern cities, towns and countryside: historic landscapes of Italy, ‘osmosis’ between East and West

Rachele Scuro (Ca’ Foscari University of Venice), Jewish-Christian encounters in Late Medieval and Early modern Veneto: between diversity and acculturation

Benedetto Ligorio (Sapienza University), Ethnic texture in south Adriatic in Late Renaissance: Apulia and Republic of Ragusa

7 March 2023

Biblioteca Nazionale Marciana, Sale monumentali (Venice)

9.00-9.30: Visit to the Fra Mauro’s Mappamondo

9.30-10.00: Press Conference. Participants: Stefano Campagnolo (Director of Marciana Library), Roberto Ciambetti (President of the International Association via Querinissima and President of the Veneto Regional Council), Luisella Pavan-Wolf (Council of Europe)

Session II

Chair: Stefania Montemezzo (I Tatti – Harvard University)

10.00-11.30: Angela Pluda (Istituto A. Scarpa, Motta di Livenza/Oderzo), At school with Pietro Querini at the time of Covid

Rolv Petter Amdam (BI Norwegian Business School in Oslo), Trudi Henrydotter Eikrem (Volda University College), Bacalhao and regional identity: Norway – The Mediterranean tour and retour

Massimo Bustreo (IULM), Liuzza Marzia (IULM), Discovering European values through Pietro Querini’s journey

11.45-13.00: Steinar Aas (Nord Universitet), The discovery of Querini’s travel in the Norwegian public

Maria Stella Righettini (University of Padua), The sustainability of the historical legacy. The current challenges for ‘Via Querinissima’

Session III

Sala Stampa “O. Fallaci” of Veneto Regional Council, Palazzo Ferro Fini (Venice)

Chair: Elena Svalduz (University of Padua)

14.30-15.45: Miriam Tveit Jensen (Nord university), The Forbidden North? Trade routes and cultural encounters in ”the first sphere of paradise”

Gianantonio Urbani (University of Padua), Traveling and wandering in the Holy Land in “The Treaty of the Holy Land and the East by friar Francesco Suriano, missionary and traveler of the fifteenth century

16.00-17.15: Ludovica Galeazzo (University of Padua), Reframing Venice’s Archipelagic Thinking: The Early Modern Lagoon in a Digital Environment

Andrea Micheletti, Nicola Orio (University of Padua), The Travel Journal by Giovanni da San Foca

17.30-18.30 Round table: future perspectives. Chair: Andrea Caracausi (University of Padua), Silvia Beltramo (Politecnico di Torino), Miguel Taín Guzmán (University of Santiago de Compostela), Chiara Rabbiosi (University of Padua), Olga Wisniewska (Arts Council Norway)

The conference will take place in hybrid form. For the zoom link send an email to sc@viaquerinissima.net 24 hours in advance.

Frühmittelalterliche Mobilität

Internationale Tagung International conference:

Frühmittelalterliche Mobilität Interdisziplinäre Zugänge
Early medieval mobility Interdisciplinary approaches

Heidelberger Akademie der Wissenschaften, 2830. September 2022

Organisation: Dr. Laury Sarti, Historisches Seminar, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg

Kontakt: laury.sarti@geschichte.uni-freiburg.de

Das vormoderne Reisen war mit vielerlei Fragen und Ungewissheiten verbunden, ähnlich wie auch jeder Versuch, die frühmittelalterliche Mobilität aus heutiger Sicht zu untersuchen. Im September 2022 wird im Rahmen der Akademiekonferenzen 2022 der Heidelberger Akademie der Wissenschaften eine Tagung stattfinden, die sich zum Ziel setzt, im interdisziplinären Austausch neue Zugänge und Methoden zur Untersuchung frühmittelalterlicher Mobilität zu ergründen indem Potential und Grenzen möglicher Herangehensweisen diskutiert werden sollen. Hierbei kommen sowohl historische (Netzwerkanalyse, Prosopographie) und archäologische (Grabbefundanalyse, Landschaftsarchäologie) als auch naturwissenschaftliche Methoden (historischen Geologie, digitale Landschafts und Wegerekonstruktion, Analyse von Strontium Isotopen, Multiisotopische Untersuchungen, DNAAnalyse, Paläoklimatologie) zur Sprache. Wie lassen sich die Rahmenbedingungen von Mobilität und das Wissen das Reisenden zur Verfügung stand erschließen? Inwiefern lassen sich die Motive und Notwendigkeiten hinter der Mobilität durch Netzwerkanalysen besser nachvollziehen und ergänzen? Welche Möglichkeiten bieten naturwissenschaftliche Herangehensweisen und die anhand modernster Methoden erworbenen Daten? Ein besseres Verständnis für die Rahmenbedingungen frühmittelalterlicher Mobilität ermöglich es nicht zuletzt die individuellen sowie kollektiven Leistungen, die mit jeder Form des Austauschs oder Konnektivität verbunden war, in ihrem Gesamtkontext zu erfassen.
***

Premodern travel was associated with all sorts of questions and uncertainties, just like any attempt to examine early medieval mobility from today’s perspective. In September 2022, a conference will be held at the Heidelberg Academy of Sciences and Humanities which intends to explore new approaches and methods for investigating early medieval mobility from an interdisciplinary perspective and by discussing the potential and limits of possible new approaches. The aim is to discuss historical (network analysis, prosopography), archaeological (grave analysis, landscape archeology) as well as methods related to the natural sciences (historical geology, digital landscape and path reconstruction, analysis of strontium isotopes, multiisotopic studies, DNA analysis, paleoclimatology). What means do we have to study the conditions of mobility and the knowledge of travelers? How do network analyses allow us to study the motives and necessities behind mobility? What possibilities do scientific approaches and the data acquired using related methods and means offer? A better understanding of the conditions of early medieval mobility should allow us to appreciate more fully the individual and collective achievements that were associated with every form of early medieval exchange or connectivity.

PROVISIONAL CONFERENCE PROGRAMME

28th September 2022
14:0014:30 Laury SARTI (Freiburg),
Welcome and introduction

14:3016:30 Section I: Travel and Exchange
Marco CRISTINI (Tübingen), Exotic gifts and learned envoys. Sixthcentury cultural diplomacy on the move

Shigeto KIKUCHI (Tokyo), Motivations for travels in the Carolingian age

Christoph MAUNTEL (Tübingen), Waiting. On a hitherto neglected dimension of early medieval mobility

17:0019:00 Section II: Mobility in the material evidence
Mateusz FAFINSKI (Berlin/Tübingen), The textual infrastructure of mobility in the postRoman west. Charters, letters, manuscripts

Tobias GÄRTNER (Halle), Keramik und Migration im frühen Mittelalter. Interpretationsversuche der Archäologie

Orsolya HEINRICHTAMASKA (Leipzig), Mobilität von Objekten? Archäologische Zugänge am Beispiel der frühmittelalterlichen Fundkomplexe von Kunbábony und Malaja Pereščepina

29th September 2022
8:3010:30
Section III: Travel Landscape and Climate
Rüdiger GLASER (Freiburg), Klimatische Reisebedingungen im Mittelalter

Pierre FÜTTERER (Magdeburg): GIS als Mittel zur Analyse mittelalterlicher Raumstrukturen

Wouter VERSCHOOFVAN DER VAART (Leiden), Using automated detection and citizen science to reconstruct medieval travel landscapes

11:0012:30 Section IV: Infrastructure and digital Reconstruction
Irmela HERZOG (Bonn), Issues in reconstructing past movement patterns based on known old roads

Anna SWIEDER (Halle), Vergessene Pfade Das Potenzial von LiDARDaten zur Erfassung alter Straßen und Wege in mittelalterlichen Kulturlandschaften

14:3016:00 Section V: Interregional mobility and network
Michel SUMMER (Dublin), The mobility of clerics between Ireland, Britain and Francia (c. 640750). Preconditions, networks, strategies

Johannes PREISERKAPELLER (Vienna), Digital approaches towards mobility, migration and connectivity across medieval AfroEurasia. Networks, routes, circulations

16:3018:00 Section VI: Local mobility and society
Abel LORENZORODRÍGUEZ (Santiago de Compostela), South by northwest. Short distance exile and outlaws in Iberia during the early Middle Ages

Lucas MCMAHON (Princeton), Holding the lynchpin of Byzantine Italy. GIS approaches to local military mobility in the Duchy of Perugia

30th September 2022
08:3010:00
Section VII: Mobility and prosopography
Laury SARTI (Freiburg/Heidelberg),
Mobility as attested by the letters of the future Pope Gerbert of Aurillac
Russell Ó RÍAGÁIN (Belfast), Shifting patterns of mobility in the insular Scandinavian diaspora, c. AD 7901310.

10:3012:00 Section VIII: Sea voyages and orientation
Jan BILL (Oslo), Wikingerreisen auf hoher See und auf den Flüssen

Bart HOLTERMAN (Göttingen), Considerations about the mapping of sea routes for the premodern street map Viabundus (13501650)

12:1512:45 Final discussion

Séminaire Locus 2021-2022

LOCUS

Séminaire organisé par Emmanuelle Vagnon, Geneviève Bührer-Thierry, Hélène Noizet et Juliette Dumasy-Rabineau

Séances salle Perroy, le vendredi de 10h à 13h. Sorbonne, entrée 14 rue Cujas, galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 2e étage.

locus

26 novembre
Valérie Theis
– ENS-PSL (IHMC)
« La place du lieu dans la géographie administrative de la papauté, XIIe-XIVe s. »

21 janvier
Pierre-Yves Laffont
– Université Rennes 2 – UMR 6566 CReAAH
« L’armorial de Guillaume Revel (XVe s.) et ses possibles apports à une archéologie des formes de l’habitat durant le second Moyen Âge. »

18 mars
Nicolas Perreaux
– Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – LaMOP
« Les lieux et le territoire : entités spatiales et mentions toponymiques dans les chartes européennes »

13 mai
Julie Richard Dalsace
– Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – LaMOP
« “Nam Asia locus est”. Les lieux des mappemondes dans les manuscrits du haut Moyen Âge. »

Lucie Ecorchard – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – LaMOP
« Les lieux de justice parisiens à la fin du Moyen Âge. Structures, usages et symboliques. »

Représenter et nommer la Grèce

Représenter et nommer la Grèce et l’espace grec,

du XIVe au XVIe siècle

Journée d’études

1er oct. 2021 UNIVERSITÉ DE LILLE Campus du Pont-de-Bois Villeneuve d’Ascq https://alithila.univ-lille3.fr/

Programme :

9h30 : Accueil

9h45 – 10h15 : : Marilynn Desmond (Binghamton University) : « Trojan Typography and Fourteenth- century Cartographies of the Morea in the Matter of Troy »

10h30 – 11h00 : Pascale Mounier (Université Grenoble Alpes) : « La Grèce de Thésée d’après la Teseida de Boccace et ses adaptations françaises »

11h15 – 11h30 : pause

11h30 – 12h00: Georges Tolias (EPHE ; Fondation Nationale pour la Recherche Scientifique, Athènes) : « Penser et représenter la Grèce au XVe siècle »

12h15 – 14h15 : repas

14h15- 14h45 : Emmanuelle Vagnon-Chureau (CNRS- LAMOP) : « Cristoforo Buondelmonti et ses sources dans sa représentation de la Grèce »

15h00- 15h30 :

Nathalie Bouloux (Université de Tours) : « Sebastiano Compagni, géographe humaniste vénitien (et «ptoléméen») de la fin du XVe siècle début du XVIe s. et sa description de la Grèce »

15h45- 16h15 : Edith Mazeaud-Karagiannis ((Université de Strasbourg) : « Les évocations du Péloponnèse dans l’œuvre des voyageurs français de la seconde moitié du XVIe (Belon, Nicolay, Thevet) »

16h30 – 17h00 : Discussion

Voyage, altérités et réception de l’antique

Voyage, altérités et réception de l’antique

Colloque international du Centre de recherches interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM, Universités de Limoges et de Poitiers) et de l’Équipe d’Accueil Espaces Humains et Interactions Culturelles (EHIC, E.A. 1087), Université de Limoges
Limoges, Faculté des Lettres et Sciences Humaines
30 septembre – 2 novembre 2021

Jeudi, 30 septembre, après-midi
FLSH, salle D 208

14h Accueil
14h15 Introduction thématique par François BRIZAY, Albrecht BURKARDT et Laurence
BERNARD-PRADELLE

Voyages guidés par la culture classique
Présidente : Cecilia d’Ercole
14h30 Laurence BERNARD-PRADELLE, Université de Limoges, La traversée des Alpes par
Leonardo Bruni Aretino et Poggio Bracciolini : une “historia peregrinationis” d’un nouveau genre à l’orée du Quattrocento ?
15h Christine GADRAT-OUERFELLI, CNRS, Aix-en-Provence, En cheminant avec Ptolémée : les voyageurs européens du XVe siècle et les géographes antiques
15h30 Frank LESTRINGANT, Sorbonne- Université, Paris, Ruines grecques et romaines dans les îles de la mer Égée, d’après le Grand Insulaire et Pilotage d’André Thevet (1588)

16h Discussion et pause-café
 16h30 Stefano PADERNI, Université de Messina, et Alessia ZAMBON, Université Paris-Saclay, À la recherche des frontières lucaniennes : Français, Britanniques et Italiens en
Calabre septentrionale (1778-1836)
17h Yves LIEBERT, Université de Limoges, Le voyage en Étrurie : découverte, lectures et
réécritures d’une civilisation antique
17h30 Fabien DESSET, Université de Limoges, Percy Bysshe Shelley, un périégète moderne trop « classique » ?

Discussion

Vendredi, 1er octobre, matinée
FLSH, salle D 208

Culture classique et voyages au Levant
Président : Ida Gilda Mastrorosa
9h Etienne JOUHAUD, Professeur en classes préparatoires, Angoulême, D’Istanbul à
Constantinople : le traitement des vestiges antiques dans quelques récits de voyage du début de l’époque moderne
9h30 Anne-Marie CHENY, Université de Rouen Normandie, Le voyage érudit au Levant :
comment la recherche de manuscrits antiques inventa Byzance au XVIe siècle
10h Jean François MORIN, Université de Limoges et Université de Montréal, Un antiquaire au Levant : altérité et Antiquité dans les Voyages de Paul Lucas (1699-1717) (visio-conférence)

10h30 Discussion et pause

11h15 Philippe MAINTEROT, Université de Poitiers, Interpréter les sources antiques, l’exemple du voyageur Frédéric Cailliaud (1787-1869)
11h45 Cecilia D’ERCOLE, EHESS, Dans les Balkans avec les classiques. Le voyage en Albanie de Mary Edith Durham (1863-1944)

Discussion

Vendredi, 1er octobre, après-midi
FLSH, salle D 208


Les classiques au service de la découverte des altérités d’outre-mer
Président : Frank Lestringant
14h Amélie FERRIGNO, CESR, Tours, La “Vénus de Floride” de Cesare Vecellio. Ou
l’invention d’une nouvelle mythologie américaine dans l’édition italienne du XVIe siècle (visioconférence)
14hh30 François BRIZAY, Université de Poitiers, « Le Japon au prisme des auteurs antiques dans les Ambassades mémorables de la Compagnie des Indes Orientales des Provinces-Unies vers les empereurs du Japon, d’Arnoldus Montanus »
15h Pierre Antoine FABRE, EHESS, Paris, Une relecture du travail de Michel de Certeau sur Lafitau (« Histoire et anthropologie chez Lafiteau ») (visio-conférence)

15h30 Discussion et pause-café

16h15 Diego STEFANELLI, Université de Mayence-Germersheim , « Les Spartiates, les Iroquois de l’ancien monde ». Iroquois et antiquité gréco-romaine dans les descriptions françaises et anglaises du XVIIIe siècle
16h45 Paola von WYSS-GIACOSA, Universität Zürich, The shield of Aeneas. Classical and
biblical antiquity as heuristic tools for analysing Indian religion in the early modern age (visioconférence)

Discussion


Samedi, 2 octobre, matinée
FDSE, salle 303A


Voyages et réception de l’antique : usages politiques
Présidente : Anne-Marie Cheny
9h Virginie HOLLARD, Université de Lyon II, Les voyages en Grèce des premiers empereurs julio-claudiens. Construction d’une culture et mobilisation politique
9h30 Auderic MARET, professeur du second degré, Paris, Le De laudibus Provinciae de Pierre Quiqueran de Beaujeu (1522-1550) : construire un éloge de la petite patrie à partir de ses voyages et de sa bibliothèque, à la Renaissance


10h Discussion et pause-café


10h45 Philippe PRUDENT, Docteur en histoire moderne, professeur d’histoire en Première Supérieure, Saint-Étienne, Les voyageurs britanniques du grand tour, héritiers des élites de la Rome républicaine ?
11h15 Ida Gilda MASTROROSA, Université de Florence, Les Merveilles d’Outre-Manche dans la culture italienne du XVIe siècle : réception de l’antique et altérité environnementale


Discussion – conclusions

Voyages réels et imaginaires

Chronique de Nuremberg (Lafayette College, Réserve des livres rares)

Lafayette College, Easton, Pennsylvanie, Etats-Unis 8-12 juin 2021

Organisation : Olga Duhl

Comité scientifique : Paola Cifarelli, Sarah Delale, Olivier Delsaux, Olga Duhl, Amandine Mussou, Matthieu Marchal, Tania Van Hemelryck

Le colloque aura lieu entièrement en ligne (sur la plateforme Zoom). 

Programme prévisionnel

Mardi 8 juin

10h00-10h30 [heure d’Easton] (16h00-16h30 [heure de Paris]) Accueil


10h30-12h00 (16h30-18h00 [heure de Paris]) Écriture et réécritures du récit viatique (I) : enjeux de la mise en prose

Matthieu Marchal, Université de Lille : « Naufrages et captures par des pirates : les tourmenteset fortunes de mer dans la littérature romanesque du XVe siècle »

Caroline Cazanave, Université de Franche-Comté : « Quand le Huon en prose révise l’image du monde et les moyens de le parcourir »

Anna Arató, École normale supérieure de Paris : « Ecriture et réécriture d’un récit viatique : les mises en prose de La Manequine et de La Belle Hélène de Constantinople par Jean Wauquelin »


12h00-13h00 (18h00-19h00) Pause


13h00-14h00 (19h00-20h00) Conférence plénière

Cynthia J. Brown, University of California, Santa Barbara: « Gender and Travel in Octovien de Saint Gelais’ XXI Epistres d’Ovide »

 Mercredi 9 juin

9h00-10h00 (15h00-16h00) Écriture et réécritures du récit viatique (II) : techniques dramatiques et narratives ; l’apport de l’iconographie

Joana Barreto, Université Lumière Lyon 2 : « Une épopée médiévale : Jehan de Wavrin et le récit ‘vrai’ de la croisade sur le Danube »

Yunhao Na, Université de Pékin : « Représentation du voyage maritime dans le théâtre français à la fin du Moyen Âge »


10h00-10h30 (16h-16h30) Pause


10h30-12h00 (16h30-18h) Perspectives transculturelles

Ellen Delvallée, CNRS/ Université Grenoble Alpes : « Les ‘voyages’ d’André de La Vigne, Jean d’Auton et Jean Marot : un genre entre narratio et laudatio »

Alessandro Vitale-Brovarone, Università di Torino : « Perspectives culturelles et linguistiques dans la Chronique de Gênes d’Alessandro Salvago »

Jonathan Dumont, Österreichische Akademie der Wissenschaften : « Une chronique inédite du premier voyage de Charles Quint en Espagne (1517) »


12h00-13h00 (18h00-19h00) Pause


13h00-14h30 (19h00-20h30) Identité et représentations du « je » (I)

S. C. Kaplan, Chercheuse indépendante : « Vicarious Pilgrimage in Secular Text : The Guided Mountain Journey in Antoine de la Sale’s Paradis de la reine Sibylle »

Rebecca Legrand, Université de Lille / Université de Toronto : « ‘ Jeo y beu troiz fois […], et unqore me semble qe jeo vaille mieux’ quelques enjeux des notations sensorielles dans le récit de voyage de Jean de Mandeville»

Kevin Brownlee, University of Pennsylvania : « The 1st-Person Voice of the Traveller in Mandeville & Marco Polo »

Jeudi 10 juin

8h30-10h00 (14h30-16h00) Les témoignages de l’ailleurs

Jean-Marie Fritz, Université de Bourgogne : « Reconnaissance et désenchantement : place et fonction du livre dans les récits de pèlerinage (XIVe– XVe siècles) »

Nissaf Sghaïer, Université Saint-Louis de Bruxelles : « Pèlerinages, ambassades, espionnages politiques. Témoignages et représentations de l’Orient à la Cour des Pays-Bas bourguignons du 15e siècle »

Cem Algul, Sorbonne Université : « Les sources écrites des fictions à sujet turc »


10h00-10h30 (16h00-16h30) Pause


10h30-12h00 (16h30-18h00) Traductions et adaptations

Elisabetta Barale, Università degli Studi di Torino (StudiUm) : « Récits de voyage dans les Miracles de Notre Dame en prose du XVe siècle »

Kasser-Antton Helou, DYPAC : « Voyage et projet de croisade : l’Advis et advertissement sur la conquête de la Grèce et de la Terre sainte de Bertrandon de la Broquière, ou Jehan Torzelo lu à l’aune du voyage »

12h00-13h00 (18h00-19h00) Pause


13h00-14h00 (19h00-20h00) Conférence plénière

François Cornilliat, Rutgers University : « Savoir et ne pas savoir où l’on va : trajets politiques et symboliques autour de 1500 »

Vendredi 11 juin

8h30-10h30 (14h30-16h30) Identité et représentations du « je » (II)

Sylvie Lefèvre, Université Paris-Sorbonne : « Antoine de la Sale (1386-après 1460) et le voyage : un paradigme pour la fin du Moyen Age ? »

Sandra Otte, Université de Liège : « La langue de l’Autre dans le Voyage d’Outremer de Bertrandon de la Broquière »

Stefania Cerrito, Université des études internationales de Rome : « Héros voyageurs dans les Ovides moralisés en prose des XVe et XVIe siècles »


10h30-11h00 (16h30-17h00) Pause


 11h00-12h00 (17h00-18h00) Assemblée générale de l’AIEMF


12h00-12h30 (18h00-18h30) Pause

12h30-14h00 (18h30-20h00) Transmission et réception

Elizaveta Lyulekina, Graduate Center, City University of New York : « Le voyage comme source de souffrance: les pèlerinages en Europe et en Asie dans la Deplourable Fin de Flamete de Maurice Scève »

Scott Francis, University of Pennsylvania : « Le pèlerinage chez Marguerite de Navarre: Abus ou voyage spirituel ? »

Priscilla Mourgues, Université Bordeaux Montaigne : « La Fleur des histoires d’Orient illustrée : étude de miniatures dans le manuscrit BnF fr. 2810 »

Samedi 12 juin

8h30-10h00 (14h30-16h00) Utopie et satire

Anne Metzger-Rambach, Université de Bordeaux-Montaigne : « La Nef des folz (1497) de Pierre Rivière ou la haine du voyage »

Paola Cifarelli, Università di Torino : « Itinéraires dans la Vie d’Esope : parcours facétieux »

Bernd Renner, City University of New York : « Maint prince dessus la terre erre : la vue française de l’Italie entre polémique, propagande et satire au début de la Renaissance »


10h00-10h30 (16h00-16h30) Pause

 10h30-11h30 (16h30-17h30) Conférence plénière

Marie-Christine Gomez-Géraud, Université Paris Nanterre : « Aspects linguistiques de la description des realia dans les récits de voyage (entre 1450 et 1550 environ) »

 11h30-11h45 (17h30-17h45) Clôture du colloque