Archives de catégorie : Colloques, journées d’étude

Multa magna et mirabilia

Après Marco Polo, c’est Odoric de Pordenone qui reçoit les honneurs d’un colloque, qui aura lieu le 29 octobre à  Udine :

Multa magna et mirabilia : Odorico da Pordenone e altri viaggiatori in Cina

Argumentaire :

Il convegno internazionale Multa magna et mirabilia. Odorico da Pordenone e altri viaggiatori in Cina mira a indagare il tema dei contatti tra l’Italia nordorientale e la Cina in età medievale, moderna e contemporanea, soffermandosi su alcune figure che svolsero un ruolo centrale negli scambi culturali tra Europa ed Estremo Oriente: Marco Polo (Venezia 1254-1324), Basilio Brollo (Gemona 1648 – Xi’an, Shanxi, 1704), Celso Costantini (Castions di Zoppola, Udine, 1876 – Roma 1958). Uno dei cardini del simposio sarà l’esperienza del Frate minore Odorico da Pordenone (Pordenone, 1260 ca. – Udine, 1331), che, partito per l’Oriente nel 1318, soggiornò tre anni presso la corte del Gran Khan a Dadu (l’odierna Pechino) e, nel 1330, raccolse i suoi ricordi in un importante resoconto. Al fine di stimolare un proficuo dialogo multidisciplinare e interculturale,
l’iniziativa vedrà la partecipazione di ricercatori di diversa formazione e provenienza, tra cui un cospicuo gruppo di studiosi cinesi delle università di Pechino e Nankai.

Programme :

10 h : Saluti istituzionali
Alberto Felice De Toni, Magnifico Rettore
Andrea Zannini, Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici e del Patrimonio Culturale

Introduzione : Andrea Tilatti, Università di Udine

Celso Costantini, primo delegato apostolico in Cina: Elisa Giunipero, Università Cattolica del Sacro Cuore

L’esperienza di Padre Basilio Brollo da Gemona in Cina : Simonetta Polmonari, Ministero dell’Istruzione dell’Università e della Ricerca

Documenti poliani con inserti in volgare : Vittorio Formentin, Università di Udine

14h30 :
Introduction : prof. Rong Xinjiang, Università di Pechino

Two Chinese toponyms mentioned in Odoric of Pordenone’s travel account : Dang Baohai, Università di Pechino

Odorico da Pordenone and the Great Qaan’s court rituals : Ma Xiaolin, Università di Nankai

The representation of Otherness in Odoric of Pordenone’s travel account : Alvise Andreose, Università eCampus

Chinese Studies on Odorico da Pordenone : Qiu Zhirong, Università di Pechino

 

The road to Cathay

Colloque qui se tiendra à Milan (Università Cattolica del Sacro Cuore), les 24-25 octobre 2018

The road to Cathay : East-West contacts in Marco Polo’s time

Argumentaire:

Scholarly interest in contacts between Europe and East Asia during the Middle Ages has not faded over time; rather, it has intensified over the past few decades. In addition to the major contributions by European and American scholars from the 1990s, it is important to remember the numerous works dedicated to this topic by Chinese, Korean, and Japanese scholars. Cross-disciplinary dialogue has become essential in a research environment where multiple, highly varied interests and skills cross paths. These specific needs have inspired the international conference The Road to Cathay. East-West Contacts in Marco Polo’s time.

In the mid-13th century a particular phase of the contacts between the Western and the Far Eastern worlds began, which ended with the fall of the Yuan dynasty. The unification of most of Asia and Eastern Europe under the Mongols led to the formation of a new space for religious, economic, and cultural exchanges, which stretched from the Danube to the shores of the Pacific. For over a century, emissaries, missionaries, and merchants travelled from West to East and from East to West, moving along the Silk Road or sailing along the sea route that linked the Persian Gulf with southern China. Continuer la lecture

Topographies

Le cycle de conférences du CEMR (Centre d’études sur le Moyen Âge et la Renaissance) de Louvain s’intitule pour l’année 2018-2019 :

Topographies: Représentations et transformation de l’espace

Programme :

Jeudi 22 novembre
Jean-Marie Fritz (Université de Dijon)
« La place du sonore dans la représentation de l’espace au Moyen Âge »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 6 décembre
Chet Van Duzer (Stanford University)
« Henricus Martellus’s World Map at Yale (c. 1491) : Multispectral Imaging, Sources, Influence »
18h30 – Salle du Conseil ISP

Jeudi 21 février
Sylvain Piron (EHESS, Paris)
« Le monde dans un panier d’osier. Les superpositions cartographiques d’Opicino de Canistris »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 21 mars
Michele Campopiano (University of York)
« Franciscans and representation of space : the case of the descriptions of the Holy Land from the Convent of Mount Zion (14th-16th centuries) »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Mercredi 3 avril
Yan Greub (ATILF, CNRS et U. de Lorraine)
« Frontières linguistiques – frontières topographiques »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Mercredi 24 avril
Sander Govaerts (Universiteit Amsterdam)
« The Ecology of Medieval Militarized Landscapes »
18h30 – Salle du Conseil FIAL

Jeudi 9 mai
Eugenio Burgio (Università Cà Foscari Venezia)
« Notes sur la définition verbale de ‘frontière’ dans le Devisement du Monde »
18h30 – Salle du Conseil FIAM

Emergences de la géographie

Les 3 et 4 octobre prochains, se tiendront à Aix-en-Provence, les journées d’études

Émergences de la géographie, France/Italie, XIVe-XVIIe siècles

Organisées par le laboratoire LA3M (MMSH) en partenariat avec le CIELAM, l’UFR ALLSH de l’Université d’Aix-Marseille et le CRLV.

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Georges Duby.

Argumentaire:

L’objet de cette journée d’études vise à mettre en évidence la façon dont la géographie, qui ne constitue pas un domaine de savoir autonome au Moyen Âge et n’est pas répertoriée parmi les sciences du quadrivium, tend à prendre de l’importance à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne et à se constituer peu à peu en discipline. Ainsi, la géographie se détache peu à peu des sciences auxquelles elle était attachée jusque-là, qu’il s’agisse par exemple de l’histoire, de l’exégèse biblique ou du commentaire des textes antiques, ou encore des sciences naturelles. Cette évolution se traduit notamment par l’émergence de nouvelles figures intellectuelles que l’on peut qualifier de géographes et d’œuvres que l’on peut intituler à proprement parler « traités de géographie ». Un mouvement parallèle touche la cartographie, avec l’émergence d’ateliers ou d’individus spécialisés dans la production de ce type de documents. Continuer la lecture

Vérité et fiction

Le 15e colloque de l’International Medieval Society de Paris, qui se tiendra du 28 au 30 juin, a pour thème Vérité et fiction / Truth and Fiction.

Une des sessions portera spécifiquement sur « Geographical Truth & Fiction / Vérités & fictions géographiques »:

28 juin, 15h00-16h30:

Chair : Emmanuelle Vagnon

  • Peter Leonid Checkin “Truth at the Margins of the Known World: La navigation de saint Brendan 
  • Levante Selaf “La Sicambrie – une ville flottante sur la mappemonde des historiens et des romanciers médiévaux”
  • Margaretha Nordquist “Conflicting Mythscapes ? Truth and Fiction in Scandinavian Fifteenth-Century Chronicles as Regnal Narratives”
L’ensemble du programme du colloque est disponible ici.

Territoires, régions, royaumes

Colloque Territoires, régions, royaumes, 20-21 juin à Tours :

Présentation :

Pendant longtemps, les travaux sur la cartographie ont surtout porté sur les mappemondes, aussi bien dans le monde latin que dans le monde arabo-musulman. Les représentations cartographiques des espaces locaux et régionaux ont suscité un intérêt plus modéré, même si les études sur la cartographie à grande ou à moyenne échelle des XIIe-XVe siècles connaissent depuis quelques années un renouveau notable tant dans le domaine latin que dans le domaine arabe.

Le colloque sera consacré à la représentation cartographique du territoire, et, plus généralement, à la cartographie des espaces régionaux et locaux qui émerge dès le Xe siècle dans le monde arabo-musulman et à partir du XIIe siècle dans l’Occident latin, pour connaître un essor remarquable dans les deux derniers siècles du Moyen Âge. L’objet du colloque sera l’étude de cette cartographie, de son émergence, de ses formes et de ses usages tant dans le monde latin que dans le monde arabo-musulman. Le point de vue adopté pourra être comparatiste. Cependant, il s’agit surtout de mettre en évidence comment dans deux mondes culturels distincts, où les échanges culturels en matière géo-cartographique sont restreints au regard de ce qui se passe dans d’autres domaines scientifiques, des représentations cartographiques d’espaces locaux ou régionaux émergent et se développent plus ou moins simultanément. Ce sera l’occasion d’identifier et de discuter aussi bien les caractéristiques communes que les différences entre les cartographies régionales arabes et latines. On étudiera aussi précisément les modalités de représentation des espaces locaux et régionaux propres à chacune de ces deux aires culturelles. Continuer la lecture

Routes, communications et circulation

La journée des jeunes chercheurs de l’UMR 8167 Orient et Méditerranée aura lieu le 22 mai.

Elle porte sur la thématique des routes et moyens de communication pendant l’Antiquité et le Moyen Âge :

Programme :

9h30 – accueil des participants
9h45 – introduction : Thomas SALMON (Sorbonne Université, UMR 8167)
10h-11h30 : Axe 1 – Infrastructures et aménagements
Modérateur : Dominique MULLIEZ (Sorbonne Université, UMR 8167)
Camille GORIN (Université Paris 1, UMR 7041), La ville en mouvement : Poitiers, voies fluviales et itinéraires terrestres.
Adèle VORSANGER (Sorbonne Université, UMR 8167), Description des voies et perception de l’espace : le lexique de la route et du trajet terrestre en grec ancien.
Louise DORSO (Université Paris 1, UMR 7041), Retrouver la trace de la Route de l’Encens avant les Nabatéens (du VIIIème siècle au Ier siècle av. n. è.).
11h30 – pause-café
11h50-12h50 : Axe 2 – Parcourir le monde, c’est savoir s’arrêter
Modérateur : Dominique MULLIEZ (Sorbonne Université, UMR 8167)
Franck BRECHON (Université Perpignan-Via Domitia, EA 7397), Entre hôpitaux et auberges, l’accueil du voyageur en Cévennes à la fin du Moyen Âge.
Simon PIERRE (Sorbonne Université, UMR 8167), Escales chrétiennes sur la route des Arabes en Haute-Mésopotamie (VIIème siècle).
12h50-14h30 – pause déjeuner
14h30-17h : Axe 3 – L’animal, acteur de la circulation des hommes
Modérateur : Stavros LAZARIS (Sorbonne Université, UMR 8167)
Mathilde PRÉVOST (Sorbonne Université, UMR 8167), Partir avec des ânes dans le désert : les caravanes des anciens Égyptiens (IIIème-IIème millénaires av. n. è.)
Margaux SPRUYT (Sorbonne Université, UMR 8167 ; Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7209), Des équidés porteurs d’empire : compagnons de route et d’infortune à l’époque néo-assyrienne.
15h30 – pause-café
Delphine POINSOT (École Pratique des Hautes Études, UMR 8546), De la circulation des hommes à la diffusion du symbole : figurer le dromadaire et le cheval dans l’empire sassanide.
Liqiong YANG (Sorbonne Université, UMR 8167), Les animaux dans le transport de la Route de la Soie : recherche basée sur les peintures murales de Dunhuang, les manuscrits de Dunhuang et les Biographies des moines (Vème-Xème siècles).
16h45 – conclusion
17h – cocktail de clôture

Représenter le passage

Les 7 et 8 juin prochains, se tiendra à l’Université de Lille, le colloque :

Programme :

Jeudi 7 juin :

9h30 Accueil des participants
9h45 Ouverture

10h00 Session 1 : Introduction
• 10h00 : Corinne MENCE-CASTER, « Dire le passage en Castille (XIIIe-XVe siècle) »
• 10h25 : Matteo PALUMBO, « Décrire le passage au début du XVIe s. Façons de faire de trois personnalités italiennes : Machiavel, Guichardin et Vettori »

11h10 Pause

11h30 Session 2 : Le passage vers les lieux saints
• 11h30 : Camille ROUXPETEL, « Sur la route des lieux saints : le désert comme passage réel, éprouvé et symbolique dans les récits de pèlerinage latins (XIIIe-XIVe siècle) »
• 11h55 : Julia ROUMIER, « Espace du voyage, espace de la Foi. Récits de pèlerinage et passage vers la Modernité au début XVIe siècle en Espagne » Continuer la lecture

Pilgrimage to Jerusalem: Christians, Jews and Muslims

International conference to be held at the Yad Ben-Zvi Institute in Jerusalem on December 5th and 6th, 2017 :

Pilgrimage to Jerusalem: Christians, Jews and Muslims

Jerusalem is a city holy to  three world religions: Judaism, Christianity and Islam. From the Byzantine period, Christian pilgrimage here and to other holy sites became a mass phenomenon  after Saint Helen was said to have miraculously discovered the ‘True Cross of Christ’, and her son Constantine the Great had built churches in this area. Thousands of Christian believers made their way to holy sites in Palestine, Egypt and other places in order to physically experience salvation history and seek divine intervention in their lives.

Numerous travel reports, pilgrim guides and other written sources highlight important aspects of pilgrimage. In addition, many well-preserved churches, monasteries, hostels and other buildings, as well as rich archaeological findings, provide us with a vivid and synthetic picture of the history of pilgrimage to the Holy Land. In the course of these religiously motivated journeys, people of the three ‘religions of the book’ came into contact and interacted in a multitude of ways.

This three-day conference will explore the concrete aspects of pilgrimage, with a strong focus on the material record, including archaeology. Special emphasis will be placed on the interaction between the three ‘religions of the book’ in the course of Holy Land pilgrimage. The conference will include a field trip on December 7th for the participants.

Programme :

5th December
9.00
Assembly, Registration and Coffee
9.30
Greetings
Representative of Yad Ben-Zvi
Falko Daim (on behalf of Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Mainz)
Claudia Rapp (on behalf of Austrian Academy of Sciences, Vienna)
Benjamin Z. Kedar (on behalf of the Organising Committee)
PILGRIMAGE IN HAGIOGRAPHY AND TRAVELLERS ACCOUNTS – I
Moderator: Benjamin Z. Kedar
9.45
Claudia Rapp (Universität Wien & Abteilung Byzanzforschung, Austrian Academy of Sciences, Vienna), From the Holy Mountain to the Holy City and Back: The Movement of Monks and Manuscripts in the Early Byzantine Period
10.15
Johannes Pahlitzsch (Johannes Gutenberg-University, Mainz), Syria and Palestine in Byzantine Hagiography of the 11th & 12th Centuries
10.45
Yamit Rachman-Schrire (Yad Izhak Ben-Zvi, Jerusalem), Dominicans Writing the Holy Land: Jerusalem, Europe and Beyond

Continuer la lecture

Séminaire « Locus » 2017-2018

Voici le programme du séminaire « LOCUS » pour l’année 2017-2018.

Séminaire organisé par Emmanuelle Vagnon, Geneviève Bührer-Thierry et Christopher Fletcher.

Séminaire du LAMOP, Séances salle Perroy le vendredi de 10h-13h.

Argumentaire

Amorcé début 2017, « Locus » est un séminaire transversal, réunissant des historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations de l’espace au Moyen Âge en tentant de se démarquer d’une approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes ; la question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre cet espace médiéval. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lors qu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » pourrait devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes.

Le séminaire prend la forme d’un atelier présentant des sources inédites, permettant de discuter de travaux en cours, de mûrir un article et de découvrir une bibliographie. Il a pour caractéristique un débat assez libre sur l’importance de la spatialité à travers des exemples précis tirés de nos recherches. En quoi le lieu participe-t-il de la compréhension d’un événement ou d’un phénomène historique ? Les lieux n’ont-ils pas une signification culturelle, religieuse, symbolique, sociologique, qu’il convient de comprendre et d’élucider comme autant d’indices ? Lieux du crime et lieux de la justice, lieux du voyage et choix des étapes, lieux sacrés, sanctuaires et lieux de pèlerinage, lieux de vie et lieux du conflit…de très nombreux thèmes sont ainsi abordés, avec pour point commun un questionnement sur les dénominations et les usages de l’espace au Moyen Âge.

 15 décembre : Juliette Dumasy  : Le locus controversus dans les vues figurées françaises, XIVe-XVIe siècles.

Raphaële Skupien : Représentation du lieu et réception de l’image. La fabrique de la “figure universelle” de la forêt de Thelle d’après le procès-verbal de sa confection (1541).

12 janvier 2018 : Darwin Smith : Espace de vie – espace de jeu : étude de cas.

9 février : Eliana Magnani : Locus: le mot et son environnement dans les chartes de Bourgogne (CBMA.

Stéphane Boissellier : La nomination des lieux habités et lieux-dits dans le sud du Portugal aux XII-XIVe siècles.

9 mars : Mathieu Vivas : Les lieux de pendaison au Moyen Âge et au début de l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire.

Elisabeth Lusset (titre en attente)

23 mars : Nathalie Bouloux : Histoire des lieux et topographie historique dans la géographie humaniste (Italie, XVe siècle).

Marlène Hélias : Nommer et géolocaliser lieux et lieux-dits dans la documentation de gestion des Cisterciens franciliens au XIVe siècle.

6 avril : Benoît Grévin : Locus, Espace, espaces dans la rhétorique du XIIIe siècle. Autour de Boncompagno.

4 mai : Ingrid Houssaye et Claire Soussen : Locus judeorum? Entre coexistence et ségrégation spatiale dans la Couronne d’Aragon des XIVe-XVe siècles.

1er juin  : Mathieu Beaud, Le Locus figuré : l’Iconographie de l’offrande au XIIe s.

Nomination savante, nomination populaire

Les 24 et 25 novembre 2017, se tiendra au CESCM – Poitiers, une journée d’étude organisée par Stéphane BOISSELLIER et Nathalie BOULOUX:

Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

Argumentaire :

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

La formation des territoires fait appel à des processus plus complexes mais plus accessibles documentairement, parce qu’ils impliquent une volonté collective, souvent concentrée et exercée par des autorités politiques. En ce qui concerne le nom propre de ces territoires, c’est le plus souvent un lieu particulièrement notable, déjà nommé donc obéissant aux mécanismes susdits, qui est choisi comme éponyme pour désigner la totalité du territoire, dont il constitue d’ailleurs souvent le « chef-lieu » ; le problème du « choix » est donc secondaire.

Mais ces territoires s’inscrivent dans un maillage de l’espace plus ou moins systématique, mis en oeuvre par les autorités ; ils sont donc désignés aussi par un nom commun qui constitue une catégorie administrative (baillage, wilaya…). A priori, c’est la culture savante des milieux dirigeants qui préside au choix des vocables désignant les circonscriptions administratives – et plus encore pour les « territoires imaginaires » servant aux géographes à découper l’espace rationnellement et abstraitement.

Toutefois, la culture populaire peut jouer un rôle jusque dans la nomination générique des espaces, et ceci de deux façons. Tout d’abord, il existe des entités spatiales en étendue qui sont quasiment inconnues des autorités (les « quartiers » agricoles ou résidentiels au sein d’un terroir, ou les « pays » issus de vieilles divisions, notamment tribales, disparues auxquels les usagers restent attachés) ; certes, ces « territoires » n’ont pas un contenu politique, au sens institutionnel, et ne maillent pas forcément l’espace de façon exhaustive. Mais c’est plus encore par l’usage des différentes catégories de territoires (même dûment désignées par les autorités) que les populations peuvent intervenir : quand ils s’adressent à un notaire ou répondent à un enquêteur (ou encore quand des auteurs les font parler de façon réaliste, comme dans les fabliaux), les gens du peuple inscrivent leur vie dans un territoire officiel mais vécu (la paroisse, le hisn), aux dépens des circonscriptions plus abstraites (fiscales, militaires) ou trop grandes imposées par le pouvoir, lesquelles sont sur-représentées dans la documentation écrite et donc
dans l’esprit des historiens…

Continuer la lecture

Tiens bien la route !

Tel est le titre d’un colloque portant sur les

Routes, agglomérations et territoires antiques et médiévaux

Les deux journées seront consacrées à la route antique et médiévale et à ses rapports avec le territoire comme organismes vivants. Une attention spécifique sera dédiée aux nouveaux instruments et aux nouvelles méthodes de recherche et de publication, dans la continuité de la Table Ronde Internationale « La Route Antique et Médiévale : nouvelles approches, nouveaux outils », organisée à Bordeaux le 15 Novembre 2016.

Cet événement et la publication des actes s’inscrivent dans le programme d’innovation et de recherche de l’Union Européenne Horizon 2020 – Bourse Marie Skłodowska-Curie grant agreement No 660763, avec le soutien de la Fédération Aquitania et dans le cadre du LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux (LaScArBx) et de l’Initiative d’Excellence de l’Université de Bordeaux (IdEx). Continuer la lecture

Prendre la route II

Le 11 décembre 2017 se tiendra la deuxième journée d’étude Prendre la route, organisée à Paris 8 par Boris Bove et Claudia Moatti.

Programme :

09h30 Boris Bove et Claudia Moatti (Université de Paris 8) : Introduction

10h00 Sylvie Crogiez-Pétrequin (Université François-Rabelais – Tours) : Les bénéficiaires du cursus publicus : des privilégiés ?

11h00 Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 5189) et Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome – HiSoMA UMR 5189) : Mobilités, accueil et hiérarchies sociales dans l’Occident romain antique IIIe s. av. J.-C. – Ve apr. J. -C.

12h00 Catherine Vincent (Université Paris Nanterre) : La circulation des pèlerins au Moyen Âge XIIIe – XVe siècle

13h00 Déjeuner

14h30 Elodie Capet (Université de Paris 8) : Migrer pour travailler : l’exemple de la ville de Perpignan au XVe siècle

15h30 Nicolas Verdier (EHESS) : La poste aux lettres au XVIIIe siècle : la domination de la route ?

16h30 Juliette Bourdin (Université de Paris 8) : Tous égaux devant la piste ? Organisation sociale, démocratie et justice sur les pistes de l’Ouest américain dans les années 1840

 

Les utopies scientifiques au Moyen-Âge et à la Renaissance

Colloque qui aura lieu du 6 au 8 novembre 2017 à l’Université Paris-Est Créteil et à l’EPHE Paris :

Les utopies scientifiques au Moyen Âge et à la Renaissance

Présentation :

Le colloque  réunira des historiens des sciences, de la médecine et des techniques et des spécialistes de philosophie du Moyen Âge et de la Renaissance autour d’une notion, « l’utopie scientifique », définie comme la projection imaginée et rationalisée d’un phénomène naturel, de son explication ou d’une réalisation technique au-delà des capacités effectives de la connaissance scientifique alors disponible, cet écart étant explicitement ou implicitement assumé par le savant lui-même.

Ainsi comprise l’utopie scientifique comprend non seulement des idées de réalisations hors de portée (inventions extraordinaires, perfectionnement du corps…), mais aussi des hypothèses ou des semblants de solutions qui franchissent expressément les limites assignées au cadre scientifique alors en vigueur (expériences de pensée dans des mondes hypothétiques, concepts sans contenus mais présentés comme des solutions définitives…).

Continuer la lecture