Archives de catégorie : Vient de paraître

Voyageurs de la Renaissance

Voyageurs de la Renaissance. Léon l’Africain, Christophe Colomb, Jean de Léry et autres.

Edition de Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, Paris, Gallimard, collection Folio Classique (n°6636), 576 pages, 25 ill.

Présentation :

Le monde de la Renaissance est une sphère incertaine et mouvante. Quels contours ont les terres émergées et la ceinture océane? Jusqu’où se déploient l’Amérique et l’immense Terre Australe? Les auteurs ici réunis ont voyagé, découvert des terres inconnues, rencontré des hommes de mœurs étranges, de langues inouïes. Et l’ont écrit. On trouvera ainsi l’Orient de Pierre Belon et Guillaume Postel, la route des Indes de Vasco de Gama et saint François-Xavier, le Nouveau Monde de Christophe Colomb et Amerigo Vespucci, l’Amérique centrale de Cortès ou Cabeza de Vaca, le Canada de Jacques Cartier, le Brésil d’André Thevet et Jean de Léry, la Floride de Laudonnière… Les textes fondateurs des grandes découvertes et de l’âge moderne.

Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage

A paraître :

Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage

dir. Albrecht Burkardt en collaboration avec Vincent Cousseau, Limoges, PULIM, 2019.

Présentation :

Ce livre propose de s’interroger sur le rôle que jouent les intermédiaires – qu’il s’agisse d’instances, d’objets ou de personnes – dans l’histoire du voyage. Une longue tradition en effet identifie ce dernier avec un « dépaysement », une « expérience de l’autre », formateurs tout d’abord pour le voyageur lui-même, mais dont l’authenticité fait de lui le premier agent d’une médiation entre les cultures.

Table des matières :

– « Confrères de saint Christophe ». Médiateurs et histoire du voyage : itinéraires de la recherche – Albrecht Burkardt

Première partie : Dès avant le départ : intercesseurs et réseaux

– Moyens pour assurer le retour du voyageur à l’époque romaine : les offrandes pro reditu – Alicia Ruiz Gutiérrez

– Le réseau d’intermédiaires chez Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637) – Anne-Marie Cheny

– Voyages d’affaires et construction sociale de l’intermédiation marchande. Les circulations des commerçants et fabricants dauphinois (v. 1750 – v. 1830) – Boris Deschanel

– Le voyageur comme médiateur : l’entre-aide des explorateurs européens du Sahara au XIXe siècle – Luis Teixeira

Deuxième partie : Interprètes, traducteurs, professeurs de langues

– Médiateurs et instances de médiation en Orient d’après les sources syriaques (IVe-VIe siècles) – Claire Fauchon-Claudon

– Le voyage de Guillaume de Rubrouck en Mongolie : obstacles linguistiques – Francesca Tasca

– Surmonter l’obstacle linguistique. Les voyageurs et la pratique des langues étrangères : l’exemple des manuels de conversation (XVIe-XVIIIe siècles) – Alexandra Roger

– Interprètes de la nation anglaise en Toscane  au XVIIIe siècle – Alessia Castagnino

– Domestiques voyageurs. Service, médiation linguistique et voyage en France  à la fin de l’Ancien Régime – Ulrike Krampl

– La Condamine au Levant (1731-1732) :  un voyage initiatique – Yasmine Marcil

Troisième partie : Structures d’accueil

– La « promotion municipale du tourisme » dans l’antiquité classique à l’exemple d’Ilion-Troie – Nicola Zwingmann

– De l’itinérance à la tentation sédentaire. Les instances de médiation au service des voyageurs dans la Rome des Lumières – Gilles Montègre

– Les valets de place, vecteurs d’information pour les voyageurs en Europe, 1500-1900 – Anton Tantner

– Un médiateur bien encombrant. La figure du guide du pèlerinage dans les récits des voyageurs et consuls européens au Hedjaz  (XIXe -XXe siècles) – Luc Chantre

– L’exotisme au service de la foi.  Les missionnaires chrétiens en Afrique dans la deuxième moitié du XIXe siècle – Jean-Michel Vasquez

– La Chine des années 1930 sous le prisme des militaires français : récits de voyages et de séjours entre médiation interculturelle et repli communautaire – Fleur Chabaille

Quatrième partie : Réductions de l’inconnu et perceptions de l’autre – échos de la médiation

Reductio Orientis ? De l’étrange au familier dans les récits de pèlerinage occidentaux en Terre sainte  (XIIIe-XIVe siècles) – Camille Rouxpetel

– Un Marocain en Espagne, dans le Royaume des Deux-Siciles et chez les Ottomans : comment Muḥammad ibn ‘Uṯmān al-Miknāsī (m. 1799) a pu comprendre la Méditerranée – Jean-Charles Ducène

– L’invention des « Niams-Niams » ou « hommes à queue » : voyage et médiation dans l’histoire des savoirs européens sur l’Afrique au XIXe siècle – Stéphanie Soubrier

« J’ai voulu tout voir, tout connaître ». Parcours culturels et coloniaux des voyageuses européennes dans la Méditerranée du XIXe siècle – Elisabetta Serafini

 

Maps and travel in the Middle Ages

A paraître :

Maps and Travel in the Middle Ages and the Early Modern Period : Knowledge, Imagination, and Visual Culture

éd. Baumgärtner, Ingrid / Ben-Aryeh Debby, Nirit / Kogman-Appel, Katrin, Berlin, De Gruyter, 2019.

Présentation :

The volume discusses the world as it was known in the Medieval and Early Modern periods, focusing on projects concerned with mapping as a conceptual and artistic practice, with visual representations of space, and with destinations of real and fictive travel. Maps were often taken as straightforward, objective configurations. However, they expose deeply subjective frameworks with social, political, and economic significance. Travel narratives, whether illustrated or not, can address similar frameworks. Whereas travelled space is often adventurous, and speaking of hardship, strange encounters and danger, city portraits tell a tale of civilized life and civic pride. The book seeks to address the multiple ways in which maps and travel literature conceive of the world, communicate a ‘Weltbild’, depict space, and/or define knowledge.

The volume challenges academic boundaries in the study of cartography by exploring the links between mapmaking and artistic practices. The contributions discuss individual mapmakers, authors of travelogues, mapmaking as an artistic practice, the relationship between travel literature and mapmaking, illustration in travel literature, and imagination in depictions of newly explored worlds.

Table des matières :

Notes on Contributors

Ingrid Baumgärtner, Nirit Ben-Aryeh Debby, Katrin Kogman-Appel : Maps and Travel: An Introduction

Part I : Historical Space

Marcia Kupfer : Traveling the Mappa Mundi: Readerly Transport from Cassiodorus to Petrarch

Debra Higgs Strickland : The Bestiary on the Hereford World Map (c. 1300)

Pnina Arad : Cultural Landscape in Christian and Jewish Maps of the Holy Land

Part II : Use and Reception

Ingrid Baumgärtner : Winds and Continents: Concepts for Structuring the World and Its Parts

Katrin Kogman-Appel : Fictive Travel and Mapmaking in Fourteenth-Century Iberia

Patrick Gautier Dalché : Les cartes marines comme source de réflexion géographique au XVe siècle

Camille Serchuk : Around the World: Borders and Frames in Two Sixteenth-Century Norman Map Books

Part III : Travel into Sacred Spaces

Eyal Ben-Eliyahu : The Travels of the Rabbis and the Rabbinic Horizons of the Inhabited World

Rachel Sarfati : Real and Fictive Travels to the Holy Land as Painted in the Florence Scroll

Daniel M. Unger : Between Nazareth and Loreto: The Role of the Stone Bricks in Caravaggio’s ‘Madonna di Loreto’

Veronica della Dora : Sacred Topographies and the Optics of Truth: Vasilij Grigorovich Barskij’s Journeys to Mount Athos (1725–1744)

Part IV : Word and Images

Larry Silver : Antwerp Civic Self-Portraits

Nirit Ben-Aryeh Debby : Fra Niccolò Guidalotto’s  City View, Nautical Atlas and Book of Memories: Cartography and Propaganda between Venice and Constantinople

Sandra Sáenz–López Pérez : How to Represent the New World When One Is Not Andrea Mantegna: Sovereigns in the Americas on Sixteenth-Century Maps

Index of Toponyms and Locations

Index of Historical, Religious and Mythological Figures

Index of Modern Authors

Marco Polo, Le Devisement du monde

Une nouvelle édition et traduction du livre de Marco Polo vient de paraître :

Marco Polo, Le devisement du monde, version franco-italienne, édition et traduction par Joël Blanchard et Michel Quereuil, avec la collaboration de Thomas Tanase, Genève, Droz, coll. Texte courant, 2019.

Ce volume propose une édition critique de la version en franco-italien, considérée comme la plus proche de l’original perdu, accompagnée en vis à vis d’une traduction en français moderne.

L’introduction d’une soixantaine de pages, qui précède le texte, donne pleinement la mesure de ce que fut le livre de Marco Polo, en le replaçant dans son contexte, mais aussi en analysant son statut (“un récit géographique”), ses particularités et sa portée.

L’édition du texte en franco-italien s’appuie sur le manuscrit subsistant (Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 1116). Pour la première fois est proposée une traduction qui repose sur une version du texte ayant réellement existé, et non sur un assemblage de plusieurs versions. Les lecteurs auront ainsi accès au texte tel qu’il a été composé et a circulé au début du XIVe siècle et non à un texte hybride n’ayant jamais été lu par quiconque au Moyen Âge.

Les notes qui accompagnent l’édition du texte en franco-italien se limitent à signaler les corrections apportées au texte et la place réduite qu’elles occupent en bas de page ne gêne en rien la lecture. La traduction est quant à elle plus abondamment annotée – les notes se trouvant en fin de volume – afin d’identifier les noms et les lieux et d’expliciter les événements ou les phénomènes relatés dans le récit. Ces notes-ci fournissent une sorte de commentaire suivi du texte de Marco Polo.

Le volume contient également un index des noms propres, un glossaire des poids et mesures et des cartes retraçant les voyages des Polo à travers l’Asie et en Chine.

L’ensemble du volume répond au double objectif de qualité scientifique et d’accessibilité pour un large public d’étudiants et de chercheurs. Il prendra place parmi les ouvrages indispensables de la bibliographie polienne, pourtant déjà abondante.

Guillaume de Boldensele

Vient de paraître :

Guillaume de Boldensele, Sur la Terre sainte et l’Egypte (1336), présentation et commentaire par Christiane Deluz, Paris, CNRS Editions, coll. “Sources d’histoire médiévale”, 2018, 210 p.

Présentation :

En 1336, Guillaume de Boldensele, frère Prêcheur du couvent de Minden, de retour d’un pèlerinage à Jérusalem, rédige, à la demande du cardinal de Talleyrand, personnage influent de la cour pontificale d’Avignon, un Liber consacré à la Terre Sainte et à l’Égypte. Parmi les nombreux récits de pèlerinage du XIVe siècle qui nous sont parvenus, celui-ci se distingue par l’étendue de la culture dont il témoigne. Culture théologique, ce qui ne surprend pas, mais aussi culture scientifique, jointe à une curiosité d’esprit, qui l’amène à confronter son savoir à l’expérience, devant des phénomènes jugés miraculeux, à construire une image du monde fondée à la fois sur la cartographie et sur ses propres observations.
Dès 1351, Jean le Long, abbé de Saint-Bertin à Saint-Omer, insère ce récit dans la série de traductions qu’il consacre au Proche-Orient et à l’Asie récemment découverte, offrant ainsi un témoignage intéressant sur le nouveau statut du français comme « langue de clergie ». Ainsi c’est à un double titre que l’oeuvre de Boldensele mérite d’être tirée de l’oubli.

Le voyage architectural

Vient de paraître:

Frédérique Lemerle, Le voyage architectural en France (XVe-XVIIe siècles) : Entre antiquité et modernité, Turnhout, Brepols, 2018, coll. Etudes renaissantes 26.

Présentation:

Réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages laissés par les voyageurs français et étrangers.

L’ouvrage est consacré à la réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages textuels et graphiques laissés par les voyageurs français et étrangers, depuis le XVe siècle où apparaissent les premiers témoignages significatifs, jusqu’au chantier de Versailles qui focalise durablement l’attention des visiteurs. Les descriptions les plus connues, citées souvent à partir d’extraits publiés à la fin du XIXe ou dans la première moitié du XXe siècle, sont envisagées dans leur ensemble et mises en parallèle. Les autres, souvent inédites, sont prises en compte pour les témoignages qu’elles apportent aussi bien sur les antiquités gallo-romaines que sur les édifices civils et religieux plus récents ou strictement contemporains. Les bâtiments sont donc étudiés à un moment de leur histoire mais aussi analysés et contextualisés en fonction des intérêts et des goûts manifestés par les divers voyageurs, selon l’époque, l’itinéraire, la durée du séjour, éventuellement la nationalité. L’étude de la réception de ces édifices vus dans le long terme et dans tous leurs états, en chantier, restructurés, agrandis, modernisés sous des propriétaires différents, en constante mutation et devenir dans leurs dedans comme dans leurs dehors, permet d’écrire une histoire du goût et de la curiosité comme de l’art d’habiter en France à l’époque moderne.

Continuer la lecture

Le peintre et la carte

Vient de paraître :

Paul Fermon, Le peintre et la carte. Origines et essor de la vue figurée entre Rhône et Alpes (XIVe-XVe siècle), Turnhout, Brepols, coll. Terrarum orbis, 2018, 507 p.

Présentation:

Au croisement de l’histoire de l’art, du droit et de la cartographie, cet ouvrage propose d’observer le développement des usages de la carte locale et du plan au cours des derniers siècles du Moyen Age et d’en analyser les causes. L’étude s’appuie sur une centaine de cas de figuration de territoires, de lieux ou d’édifices à partir d’observations et de relevés effectués entre les années 1320 et 1514 par des peintres ou des agents députés par l’autorité en Provence, dans le Dauphiné et dans la cité pontificale d’Avignon. Le dossier formé par ce corpus iconographique et textuel permet de repenser la définition de la pratique picturale de la vue à l’époque de sa gestation et de son premier essor dans la peinture comme dans la cartographie. Par le prisme de la vue figurée, l’ouvrage propose aussi d’interroger les transformations qui furent provoquées par l’accroissement de la place de l’image dans les sociétés de la fin du Moyen Age, notamment dans la conduite à distance du pouvoir. L’avènement de nouvelles pratiques de la vue doit en effet être relié à celui de l’enquête qui lui est contemporain. Ils traduisent ensemble un changement de hiérarchie dans les sources légitimes, ou non, de la connaissance et de l’information territoriale qui caractérise certaines des conceptions de la justice et du bon gouvernement des XIVe-XVe siècles.

Entre idéel et matériel

Vient de paraître :

Entre idéel et matériel :

Espace, territoire et légitimation du pouvoir (v. 1200-v. 1640)

Édité par Patrick Boucheron, Marco Folin, Jean-Philippe Genet, Paris, Editions de la Sorbonne & Ecole française de Rome, 2018.
Présentation :
L’espace est à la fois une réalité concrète, matérielle et mesurable, et une construction sociale et symbolique, ces deux aspects interagissant en permanence. L’Occident latin est certes en ce domaine l’héritier de Rome, mais les conceptions et les pratiques de l’espace ont été bouleversées par la chute de l’Empire et le développement de nouvelles structures politiques où les pouvoirs s’exercent sur les hommes plus que sur les territoires, une notion qui semble s’être temporairement effacée. Dans la perspective du programme SAS qui est celle d’une sémiologie de la naissance de l’état moderne, ce sont moins les signes dans l’espace que les signes de l’espace qui sont étudiés ici. On sait que l’espace est une production sociale et notre conception de l’espace comme surface homogène et mesurable n’est pas celle de la période médiévale et moderne, où l’on oscille sans cesse entre un espace polarisé autour des lieux de pouvoir et/ou des lieux sacrés et l’espace conçu comme territoire. Les communications sont regroupées en quatre thématiques : marqueurs symboliques de l’espace (palais communaux, espaces de pouvoirs, mausolées dynastiques), pouvoirs et symbolique de l’espace (identité civique des communes, contrôle de l’espace impérial, marquage de l’espace économique, retour du territoire), représentation symbolique de l’espace (cartes marines, portulans, vues figurées, usages de la géographie) et perception de la symbolique de l’espace (frontières, écrits administratifs, représentations de la cité).

Continuer la lecture

L’Europe et les géographes arabes

Vient de paraître :

Jean-Charles Ducène, L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, Paris, CNRS Editions, 2018, 504 p.

Présentation :

« La grande terre » : ainsi les géographes arabes du Moyen Âge désignaient-ils la vaste Europe, espace perçu comme une mosaïque de peuples mouvants qu’ils ne cessèrent jamais d’étudier et de cartographier. Comment comprendre, de leur point de vue, cette représentation géographique d’un continent à la fois inconnu et familier ? C’est à ce décentrement du regard que nous convie Jean-Charles Ducène au fil de cette étude fondée sur un corpus de sources d’une impressionnante richesse.

Au début du IXe siècle, les géographes arabes considèrent l’Europe comme un ensemble flou de populations, principalement chrétiennes mais encore païennes loin de la Méditerranée, alors que deux villes se détachent entre légende et réalité, Rome et Byzance. Cet ensemble se structure au fil du temps en pouvoirs étatiques et se couvre de villes, décrites par ces géographes comme des lieux urbanisés et des centres économiques insérés dans un réseau réticulaire de routes, qui s’étendent jusqu’en Scandinavie et à la Volga. Mais quand ces pouvoirs se projettent en Méditerranée et empiètent sur les territoires musulmans, c’est une représentation plus géopolitique qui se construit.

De la sorte, ce livre parcourant six siècles de littérature montre que « l’Europe » n’est pas apparue aux savants arabes une et indivisible, mais au contraire infiniment diverse et en mouvement.

Historien et philologue, Jean-Charles Ducène est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, où son enseignement porte sur la géographie et les sciences naturelles arabes médiévales.

Il Purgatorio di San Patrizio

Vient de paraître :

Il Purgatorio di San Patrizio. Documenti letterari e testimonianze di pellegrinaggio (secc. XII-XVI)

A cura di Giovanni Paolo Maggioni, Roberto Tinti e Paolo Taviani, SISMEL Edizioni del Galluzzo, coll. Quaderni di Hagiographica, 13, 2018, CLXXII-571 p.

Secondo quanto testimonia un’ampia tradizione medievale, il Purgatorio di san Patrizio è quel luogo – le cui tracce si ritrovano fin nella moderna letteratura europea, dal Volksbuch Fortunatus a Calderón de la Barca e a Gesualdo Bufalino – da dove si riteneva fosse possibile accedere all’aldilà e ritornarne, senza morire. Si tratta di una variante irlandese delle visioni tradizionali dell’oltretomba, saldatasi con quella dei racconti di un pellegrinaggio reale, noto a tutti e legato ad un luogo geografico ben definito: un’isola del Lough Derg, in Irlanda. Il volume propone, raccolto insieme per la prima volta, un dossier antologico esaustivo dei testi fondanti tale tradizione (dal Tractatus de Purgatorio sancti Patricii, del XII secolo, fino alla trattatistica domenicana del XIII) e delle testimonianze di pellegrinaggio più o meno esplicitamente legate al Lough Derg (dalla prima attestazione di Philip de Slane, del 1324, alla lettera di Francesco Chiericati ad Isabella d’Este, del 1517). Tutti i testi, corredati dalla traduzione italiana, sono commentati sotto il profilo storico e filologico. Alcuni sono editi qui per la prima volta, come il Libellus de descriptione Hibernie di Philip de Slane e il De situ universorum di John de Tewkesbury; altri, come la Visio Ludovici di Taddeus de Gualandis, si presentano in una nuova edizione criticamente fondata.

Ce qu’ils savaient de la France

Vient de paraître :
Léonard Dauphant, Géographies. Ce qu’ils savaient de la France (1100-1600), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, coll. Epoques, 304 p.

Présentation :

Géographies est le premier livre à étudier ce que les Français des XIIe-XVIe siècles, riches ou pauvres, savaient de leur pays. Citant environ 200 poèmes, romans et pièces de théâtre, les quatre parties, divisées en petits chapitres, présentent ce que les Français percevaient de la France (paysage sonore et visuel), ce qu’ils en savaient (productions, monuments, légendes), ce qu’ils en disaient (listes, proverbes) et ce que la culture française signifiait pour eux (langue, vin). La nation française s’est ainsi construite dans la diversité, en façonnant des identités régionales multiples dans le Nord et le Midi.

Tout en permettant de découvrir une littérature riche et méconnue, ce livre, illustré de 20 cartes originales, fait dialoguer Moyen Âge et Renaissance, histoire, lettres et géographie.

L’ouvrage est divisé en quatre parties :

  • Paysages. L’écologie et la beauté
  • Lieux communs. Une géographie populaire
  • Parler de la France. Des chiffres, des lettres et des pays
  • Des identités de la France

L’auteur vient également de créer un carnet de recherche intitulé Géographies médiévales. Pour une géohistoire de la France médiévales (XIe-XVIe siècles).

Islands in the West

Vient de paraître :

Matthias Egeler, Islands in the West : Classical Myth and the Medieval Norse and Irish Geographical Imagination, Turnhout, Brepols, 2017 (Medieval Voyaging, 4).

Présentation :

This monograph traces the history of one of the most prominent types of geographical myths of the North-West Atlantic Ocean: transmarine otherworlds of blessedness and immortality. Taking the mythologization of the Viking Age discovery of North America in the earliest extant account of Vínland (‘Wine-Land’) and the Norse transmarine otherworlds of Hvítramannaland (‘The Land of White Men’) and the Ódáinsakr/Glæsisvellir (‘Field of the Not-Dead’/‘Shining Fields’) as its starting point, the book explores the historical entanglements of these imaginative places in a wider European context. It follows how these Norse otherworld myths adopt, adapt, and transform concepts from early Irish vernacular tradition and Medieval Latin geographical literature, and pursues their connection to the geographical mythology of classical antiquity. In doing so, it shows how myths as far distant in time and space as Homer’s Elysian Plain and the transmarine otherworlds of the Norse are connected by a continuous history of creative processes of adaptation and reinterpretation. Furthermore, viewing this material as a whole, the question arises as to whether the Norse mythologization of the North Atlantic might not only have accompanied the Norse westward expansion that led to the discovery of North America, but might even have been among the factors that induced it.

Table des matières :

Acknowledgements

Introduction

Chapter 1: North-Western Europe: Scandinavia, Ireland, and the Land of the Living

Chapter 2: The Classical Mediterranean: Rome, Greece, and the Islands of the Blessed

Chapter 3: Eastern Roots?

Chapter 4: Continuity, Interaction – and Westward Expansion?

Appendix: Beyond History

Bibliography

Index

 

Astrolabes in Medieval cultures

Le dernier numéro de la revue Medieval Encounters (23, 2017) est consacré aux astrolabes.

Table des matières:

Josefina Rodriguez-Arribas, Charles Burnett et Silke Ackermann : Astrolabes in Medieval Cultures

Silke Ackermann : Introduction Hic Sunt Dracones – Astrolabe Research Revisited

Johannes Thomann : Astrolabes as Eclipse Computers : Four Early Arabic Texts on Construction and Use od the Safîha Kusûfiyya

Josefina Rodriguez-Arribas : The Astrolabe Finger Ring of Bonetus de Latis : Study, Latin text and English Translation with commentary

Emilia Calvo : Some Features of the Old Castilian Alfonsine Translation of ‘Alî Ibn Khalaf’s Treatise on the Lamina Universal

Flora Vafea : From the Celestial Globe to the Astrolabe Transferring Celestial Motion onto the Plane of the Astrolabe

Petra G. Schmidl : Knowledge in Motion : An Early European Astrolabe and Its Possible Medieval Itinerary

Sreeramula Rajeswara Sarma : A Monumental Astrolabe made for Shâh Jahân and Later Reworked with Sanskrit Legends

Miquel Forcada : Saphaeae and Hay’ât: The Debate between Instrumentalism and Realism in Al-Andalus

Laura Fernandez Fernandez : Astrolabes on Parchment : The Astrolabes Depicted in Alfonso X’s Libro del saber de astrologia and their Relationship to Contenporary Instruments

John Davis : Fit for a King : Decoding the Great Sloane Astrolabe and Other English Astrolabes with “Quatrefoils” Retes

David A. King : European Astrolabes to ca. 1500 : An Ordered List

Taro Mimura : Too Many Arabic Treatises on the Operation of the Astrolabe in the Medieval Islamic World : Athîr Al-Dîn al-Abharî’s Treatise on Knowing the Astrolabe and His Editorial Method

Günther Oestmann : Changing the Angle of Vision: Astrolabe Dials on Astronomical Clocks

Azucena Hernandez : Astrolabes for the King : The Astrolabe of Petrus Raimundi of Barcelona

Giorgio Strano : A New Approach to the Star Data of Early Planispheric Astrolabes

A la rencontre de l’Autre au Moyen Âge

Vient de paraître :

À la rencontre de l’Autre au Moyen Âge, In memoriam Jacques Le Goff. Actes des premières Assises franco-polonaises d’histoire médiévale, Philippe Josserand et Jerzy Pysiak (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2017, 246 p.

Présentation de l’éditeur :

Les textes réunis ici aident à mieux saisir la figure de l’« autre » à travers le Moyen Âge. Ils s’attachent, en développant des perspectives temporelles, thématiques, géographiques et culturelles variées, à interroger ce qui distingue et ce qui unit, ce qui fait que le « nous », parfois, est un « autre » – aujourd’hui comme hier – et que l’« autre » résonne en « nous », participant de nos appartenances et servant de façon décisive à les forger.

Les voyages de Jean de Tournai

Les éditions de récits de pèlerinages ne sont pas si fréquentes que cela. On doit donc saluer la publication du volume suivant :

LE RÉCIT DES VOYAGES ET PÈLERINAGES DE JEAN DE TOURNAI 1488-1489

Édité par Béatrice Dansette et Marie-Adélaïde Nielen

4e de couverture :

Après les années 1450, de nombreux voyageurs occidentaux naviguent depuis Venise vers Jérusalem pour gagner leur salut, malgré les plus grands périls. Leurs récits de pèlerinage, constituant un important corpus, sont de précieux témoins des liens existant depuis le ive siècle entre l’Europe et la Terre sainte.

Un marchand de Valenciennes, Jean de Tournai, en pèlerinage de 1488 à 1489 vers Rome, Jérusalem et Saint-Jacques de Compostelle, nous a laissé une relation de ses voyages mouvementés, riche de renseignements sur les régions qu’il traverse et la montée de l’individualisme qui caractérise cette époque pré-humaniste. En cette fin du XVe siècle, son texte, très vivant et précis, traduit également les bouleversements que connaissent l’Occident et le Proche-Orient et les rapports très conflictuels entre les Turcs ottomans, récents maîtres de Constantinople, et les puissances européennes, qui redoutent de ne pouvoir endiguer le flot turc.

Paris, CNRS Editions, coll. Sources d’histoire médiévale, 2017.