Archives de catégorie : Vient de paraître

Pero Tafur

La première traduction intégrale en français du récit des voyages de Pero Tafur vient de paraître:

Pero Tafur, Aventures et voyages, traduit, introduit et annoté par Jacques Paviot, Julia Roumier et Florence Serrano, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2022.

4e de couverture:

Pero Tafur (v. 1405/9-v. 1480/90) est un noble andalou au service du maître de l’ordre de Calatrava. Agent commercial et diplomatique dans les années 1430, il effectue, notamment pour le pape Eugène IV, des voyages à travers l’Europe et jusqu’au Proche-Orient, dont il a laissé un récit très vivant, dans le portrait des personnes rencontrées et la description des lieux visités. Aventurier ouvert à toutes les curiosités et les rencontres, il veut faire partager au lecteur ses découvertes, mais surtout se mettre en valeur comme le noble héros de péripéties souvent glorieuses.
Nous présentons ici la première traduction française intégrale, où l’auteur est replacé dans son contexte historique, littéraire et linguistique.

 

Ordres mendiants et espace géographique

Le dernier numéro des

Cahiers de recherches médiévales et humanistes – Journal of Medieval and Humanistic Studies, 2022 – 1, n° 43

contient un dossier intitulé Ordres mendiants et espace géographique, dir. Nathalie Bouloux.

Il comprend les articles suivants:

– Nathalie Bouloux, Avant-propos,

– Christine Gadrat-Ouerfelli, Un traité de croisade écrit par un dominicain. Le Directorium ad passagium faciendum,

– Michele Campopiano, L’Itinerarium di Paul Walther von Guglingen. Un itinerario “francescano”?

– Patrick Gautier Dalché, Une géographie politique et religieuse de l’Asie. Le Supplementum asiaticum de Grifon de Flandres OFM

Pour une histoire des cartes locales

Pour une histoire des cartes locales en Europe au Moyen Âge et à la Renaissance

Sous la direction de Juliette Dumasy-Robineau, Camille Serchuk et Emmanuelle Vagnon, Paris, éditions Le Passage, 2022.

Résumé

L’ouvrage est le fruit de travaux présentés à l’occasion de l’exposition « Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen Âge et Renaissance » (Archives nationales, 2019), qui montrait, pour la première fois, l’ampleur du corpus des cartes locales produites en France entre 1300 et 1600. Les contributions (en anglais et en français) réunies ici élargissent la réflexion à l’ensemble des pays européens pour proposer les premières pistes d’une histoire comparée de ce phénomène, qui constitua une étape déterminante de l’histoire de la cartographie.

Textes de Nathalie Bouloux, Axelle Chassagnette, Léonard Dauphant, Catherine Delano-Smith, Juliette Dumasy-Rabineau, Judith Förstel, Samantha Frénée, Étienne Hamon, P. D. A. Harvey, Thomas Horst, Gaël Lebreton, Françoise Michaud-Fréjaville, Rose Mitchell, Sébastien Nadiras, Armelle Querrien, Camille Serchuk, Christophe Speroni, Raphaële Skupien, Emmanuelle Vagnon.

Rome 1450

Rome 1450. Capgrave’s Jubilee Guide : The Solace of Pilgrimes, éd. Peter J. Lucas, Turnhout, Brepols, coll. “Textes vernaculaires du Moyen Âge”, 2021.

Présentation:

A new edition, with modern English translation, of John Capgrave’s Solace of Pilgrimes, the ‘most ambitious description of Rome in the Middle Ages’.

The scene is Rome in the fifteenth century, Golden Rome, a magnet drawing pilgrims by its architectural attractions and the magnitude of its religious importance as the mother of faith. The Austin friar John Capgrave attended Rome for the Jubilee in 1450, including the Lenten stations, and his Solaceof Pilgrimes, intended as a guide for subsequent pilgrims, was written up following the author’s own pilgrimage. In three parts it covers the ancient monuments, the seven principal churches and the Lenten stations, and other churches of note, especially those dedicated to the Blessed Virgin Mary. The work has been described as the most ambitious description of Rome in Middle English. The present edition offers a new Text based on a transcription of the author’s holograph manuscript. Parallel with the Text there is a modern English Translation. The illustrations, mostly from a period slightly later than the 1450 Jubilee, aim to give some visual clue as to what Capgrave saw. There is a full account of the multiple sources that he used, most of which is the product of new research. Following the Text there is a Commentary that aims to provide some background information about the buildings and monuments that Capgrave focuses on, and to explain and illuminate any difficulties or points of interest in the Text. Capgrave is an omni-present guide leading us towards what he considered an appropriate interpretation of the classical past as a foundation for the Christian present, which built on it and surpassed it.

Constructing and representing territory

Constructing and Representing Territory in Late Medieval and Early Modern Europe

éd. Mario Damen et Kim Overlaet, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2021, 366 p.

Disponible en open access.

In recent political and legal history, scholars seldom specify how and why they use the concept of territory. In research on state-formation processes and nation building, for instance, the term mostly designates an enclosed geographical area ruled by a central government. Inspired by ideas from political geographers, this book explores the layered and constantly changing meanings of territory in late medieval and early modern Europe before cartography and state formation turned boundaries and territories into more fixed (but still changeable) geographical entities. Its central thesis is that assessing the notion of territory in a pre-modern setting involves analysing territorial practices: practices that relate people and power to space(s). The essays in this book not only examine the construction and spatial structure of pre-modern territories but also explore their perception and representation through the use of a broad range of sources: from administrative texts to maps, from stained-glass windows to chronicles.

Table des matières :

Acknowledgments
List of Figures and Tables

Constructing and Representing Territory in Late Medieval and Early Modern Europe: An Introduction (Mario Damen and Kim Overlaet)

Part 1 The Multiplicity of Territory

  1. Were There ‘Territories’ in the German Lands of the Holy Roman Empire in the Fourteenth to Sixteenth Centuries? (Duncan Hardy)
  2. Beyond the State: Community and Territory-Making in Late Medieval Italy (Luca Zenobi)
  3. Clerical and Ecclesiastical Ideas of Territory in the Late Medieval Low Countries (Bram van den Hoven van Genderen)
  4. Marginal Might? The Role of Lordships in the Territorial Integrity of Guelders, c. 1325-c. 1575 (Jim van der Meulen)

Part 2 The Construction of Territory

  1. Demographic Shifts and the Politics of Taxation in the Making of Fifteenth-Century Brabant (Arend Elias Oostindier and Rombert Stapel)
  2. From Knights Errant to Disloyal Soldiers? The Criminalisation of Foreign Military Service in the Late Medieval Meuse and Rhine Regions, 1250-1550 (Sander Govaerts)
  3. Conquest, Cartography and the Development of Linear Frontiers during Henry VIII’s Invasion of France in 1544-1546 (Neil Murphy)
  4. From Multiple Residences to One Capital? Court Itinerance during the Regencies of Margaret of Austria and Mary of Hungary in the Low Countries (c. 1507-1555) (Yannick De Meulder)

Part 3 The Representation of Territory

  1. Heraldry and Territory: Coats of Arms and the Representation and Construction of Authority in Space (Mario Damen and Marcus Meer)
  2. The Territorial Perception of the Duchy of Brabant in Historiography and Vernacular Literature in the Late Middle Ages (Bram Caers and Robert Stein)
  3. Imagining Flanders: The (De)construction of a Regional Identity in Fifteenth-Century Flanders (Lisa Demets)
  4. Mapping Imagined Territory: Quaresmio’s Chorographia and Later Franciscan Holy Land Maps (Marianne Ritsema van Eck)

Constructing and Representing Territory in Late Medieval and Early Modern Europe: A Conclusion (Mario Damen and Kim Overlaet)

Index

Ecrire le voyage au temps des ducs de Bourgogne

Vient de paraître:

Écrire le voyage au temps des ducs de Bourgogne
Actes du colloque international organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’Université du Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque)

éd. Jean Devaux, Matthieu Marchal, Alexandra Velissariou, Turnhout, Brepols (coll. Burgundica 33), 2021.

Situé aux confins de l’histoire littéraire et de l’histoire culturelle, cet ouvrage vise à mettre en lumière le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage.

Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l’Université Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 19 et 20 octobre 2017, le présent ouvrage vise à mieux appréhender le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage. Il s’attache en particulier au genre du récit de voyage qui, dans les villes des Pays-Bas comme à la cour des ducs, gagna bien vite la faveur des élites bourguignonnes : pèlerins, diplomates, soldats ou marchands, les voyageurs écrivains apportent pour beaucoup une contribution originale à ce mode spécifique de narration. Ce recueil d’études a par ailleurs pour objectif de mettre en lumière les liens subtils que ce genre littéraire entretient tout à la fois avec la littérature romanesque et la production historiographique qui s’épanouissent alors en terre bourguignonne et réservent une place non négligeable à l’écriture du voyage, imaginaire ou réel.

Table des matières:

Introduction
par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou

Première partie – Récits de pèlerins en pays bourguignon

Marie-Christine Gomez-Géraud: Lire le voyage à la fin du XVe siècle. Comment situer le Voyage de Bertrandon de la Broquière ?

Anne-Sophie De Franceschi: Y-a-t-il un récit de pèlerinage « bourguignon » ? L’appartenance bourguignonne comme jalon de l’expression de soi dans la littérature de pèlerinage

Béatrice Dansette: Le récit de Jean de Tournai et  la littérature bourguignonne de voyage à la fin du XVe siècle

Jaroslav Svátek: Le pèlerinage dans les Voyages et ambassades de Guillebert de Lannoy

Gilles Docquier: Homme de Loi, homme de Foi : le profil de Georges Lengherand à travers son récit de pèlerinage

Alexandra Velissariou: Escales dans les îles grecques en 1519 : le récit de voyage de Jacques Le Saige, marchand de Douai

Deuxième partie – Le genre viatique et l’écriture de l’histoire

Jean Devaux: La grande traversée et l’écriture viatique : les récits du second voyage d’Espagne de Philippe le Beau (1506)

Jonathan Dumont: Récit de voyage et culture politique dans les Anciens Pays-Bas. La Descripcion poetique de Rémi Dupuis, indiciaire de Bourgogne

Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb: Et pour aller devers le roy d’Aragon… Une relation de voyage du seigneur de Créquy et de Toison d’or (mai-octobre 1461)

Jacques Paviot: Les voyageurs « bourguignons » et l’expansion ibérique

Alain Servantie: Les missions turques des ambassadeurs impériaux et leurs prolongements artistiques (1533-1547)

Troisième partie – Écriture du voyage et récit de fiction

Danielle Quéruel: Des rivages de Troie aux confins du désert : les merveilles d’outremer dans le roman de Paris et Vienne

Marie-Madeleine Castellani: La Méditerranée et le voyage dans le Florimont en prose

Catherine Gaullier-Bougassas: Le voyage en Grèce de Louis de Gavre dans l’Histoire des seigneurs de Gavre : héritage antique et croisade, le grand oubli

Matthieu Marchal: Les voyages en mer dans Othovien, mise en prose bourguignonne de Florent et Octavien et de Florence de Rome

Stéphanie Bulthé: D’exils en retours : l’écriture du voyage dans le Roman de Gillion de Trazegnies

Zrinka Stahuljak: Les langues du voyage : le roman bourguignon et ses « fixeurs » méditerranéens

Elena Koroleva: Le voyage du héros antique dans la Fleur des histoires de Jean Mansel : Alexandre et Jason au service du projet bourguignon

Catherine Emerson: Le retour au foyer dans les Cent Nouvelles nouvelles bourguignonnes

Bibliographie

Illustrations couleurs

 

Frontières spatiales, frontières sociales

Vient de paraître:

Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge

LIe Congrès de la SHMESP, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021 (Histoire ancienne et médiévale). 376 p.

L’étude des frontières est contemporaine de la naissance de la discipline historique et de l’émergence des États-nations. Bien que la frontière ne soit pas une notion proprement médiévale, elle est cependant un thème classique des études sur le Moyen Âge. À la fois prégnant et souvent insaisissable, cet objet a été envisagé dans une optique comparatiste, en considérant les limites entre pouvoirs ou entre cultures, les divisions administratives, mais aussi les zones frontalières, de l’Angleterre à l’Empire mongol, de la Saxe aux terres valenciennes ou castillanes et à l’Iran. Sans négliger l’étude des espaces qui délimitent des aires d’exercice de pouvoirs et contribuent à la construction des territoires, les auteurs s’attachent à une histoire sociale, à des échelles variables, du quartier urbain à l’empire.

Ce volume présente les résultats des échanges du 51e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, tenu virtuellement à Perpignan malgré les restrictions d’accès aux archives et aux bibliothèques. Rassemblant les travaux d’historiens confirmés et de chercheurs plus jeunes, il dresse un panorama des frontières spatiales et des frontières sociales des mondes latin, byzantin et musulman. Ces choix permettent de mettre l’accent sur les modes de construction des frontières à travers des prismes variés : les processus, les outils et les lieux qui rendent visible la frontière, les actions qui la définissent et construisent les territoires.

Table des matières

Dominique Valérian, Avant-propos

Stéphane Boissellier et Lucie Malbos, Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge. Rapport introductif

Rendre visible la frontière

Éva Collet, Tracer la frontière juridique entre Byzance et l’Islam (Nord du Bilād al-Šām, iie-ve siècle h/viiie-xie siècle)

Camille Rhoné-Quer, Ériger les cours d’eau en frontières. Ṭabarī (839-923) et les confins iraniens, entre héritages mythiques et écriture de l’histoire impériale islamique

Marc Suttor, Définir et rendre visible une frontière fluviale. Le cas de la Meuse moyenne du xiiie au xvie siècle

Juliette Dumasy-Rabineau, Les cartes perdues des frontières de Bourgogne au milieu du xve siècle

Laurence Leleu, Frontières spatiales et frontières mentales de la Saxe (ixe-xie siècle)

 (Re)définition des frontières et territorialisation

Frédérique Laget, La construction d’une frontière maritime en Angleterre à la fin du Moyen Âge

Giovanni Stranieri, Les territoires locaux dans la Pouille méridionale du viie au xe siècle. Un reflet de la frontière de Byzance en Adriatique ?

Simon Hasdenteufel, L’empereur au-delà du fleuve. La construction d’un territoire politique dans l’Empire latin de Constantinople (1204-1213)

Simon Berger, Mingghan et tamma. L’administration nomade des frontières dans l’Empire mongol au xiiie siècle

Romain Saguer, Consolidation ou disparition des frontières ? Les comtés de Roussillon et de Cerdagne après la chute de la Couronne de Majorque (seconde moitié du xive siècle)

 Simon Dorso, Délimiter le territoire. Réflexions le long de la frontière du royaume de Jérusalem (Galilée, xiie-xiiie siècle)

Sociétés de frontière

Olivier Marin, L’expérience de la frontière au miroir du Liber de legationibus de Gilles Charlier (1433-1435)

Arnaud Lestremau, Ex paterno genere Danici. L’onomastique d’une société frontalière. L’exemple des Midlands aux xe-xie siècles

Josep Torró, La frontière médiévale comme processus d’appropriation. Quelques considérations concernant le cas ibérique au xiiie siècle : cuadrilleros, almonedas, suertes

 Tristan Martine, D’un royaume à l’autre. Frontières mouvantes et sociétés aristocratiques en Lotharingie méridionale (fin ixe-xe siècle)

 Damien Coulon, Pareurs de Perpignan au-delà des limites de la couronne d’Aragon et des frontières sociales

 Ingrid Houssaye Michienzi, Sarah Maugin et Claire Soussen, La frontière interconfessionnelle, un concept pertinent dans l’espace urbain de la Couronne d’Aragon des xiiie-xve siècles ?

Philippe Sénac, Conclusions

Résumés

 Abstracts

L’itinérance de la cour

Vient de paraître:

Boris Bove, Alain Salamagne, Caroline zum Kolk (dir.), L’itinérance de la cour en France et en Europe (Moyen Âge – XIXe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2021

Dès le Haut Moyen Âge, la cour de France observe une pratique qui frappe par son ampleur et sa persistance à travers les siècles : elle se déplace régulièrement d’une résidence à l’autre et traverse parfois le pays entier dans le cadre de grands voyages. Ce mode de vie a laissé des témoignages émerveillés des contemporains qui assistaient au passage d’un cortège dont la taille pouvait atteindre 14 000 personnes.

Peu étudiée, cette pratique du pouvoir est au cœur du présent ouvrage qui explore la mobilité royale sur le temps long et dans une perspective comparative. Il permet de mieux appréhender les effets de l’itinérance sur la vie politique et sociale ainsi que sur la cour royale qui en a été profondément marquée. L’histoire des déplacements est révisée grâce à une étude statistique inédite portant sur cinq siècles ; ses particularités émergent d’enquêtes dédiées à d’autres cours européennes et à la mobilité de grands courtisans.

En s’inscrivant dans la recherche sur les pratiques du pouvoir, les dix-huit études réunies dans cet ouvrage proposent un regard neuf sur une tradition indissociable de l’histoire politique française et européenne.

Table des matières :

Introduction, Caroline zum Kolk

La mobilité royale au prisme des itinéraires du roi (1180-1792), Boris Bove & Caroline zum Kolk

Les enjeux de l’itinérance

L’économie des voyages de la cour impériale d’Hadrien à Justinien, Sylvain Destephen

Un détournement des codes de l’itinérance carolingienne : les déplacements surveillés de Charles le Simple (927-929), Martin Gravel

L’impact économique de l’itinérance royale sous Philippe IV le Bel, Élisabeth Lalou

L’itinérance des rois et empereurs dans l’Empire, XIVe-XVe siècles, Pierre Monnet

Voyager et communiquer : les itinérances curiales viennoises au travers de la gazette de Vienne (1703-1780), Éric Hassler

L’itinérance des courtisans

Diplomatie et itinérance curiale. Cinq ambassades des rois d’Aragon en France (premier tiers du XIVe siècle), Stéphane Péquignot

Convergence ou divergence ? Le problème de l’itinérance de la cour royale et des représentants pontificaux en Hongrie (XIIIe – début du XIVe siècle), Gergely Kiss

La cour itinérante de Marguerite de France, comtesse de Flandre, d’Artois et de Bourgogne (v. 1310-1382), Jean-Baptiste Santamaria

Ippolito d’Este et l’itinérance curiale (1536-1549), Jean Sénié

Les conditions pratiques de l’itinérance

Recevoir la cour au château (1400-1550), Alain Salamagne

Les mobilités curiales en Hainaut, de Guillaume Ier d’Avesnes à Guillaume IV de Bavière, Ludovic Nys

L’itinérance des rois, reines et infants d’Aragon de la fin du Moyen Âge et la gestion administrative et comptable de leur consommation alimentaire, Alexandra Beauchamp

Des campements militaires aux « plaisirs » : la gestion des déplacements de la cour de France au XVIIe siècle, Bénédicte Lecarpentier-Bertrand

Brefs aperçus de l’itinérance de Louis XIV : horaires, logements, sustentation et locomotion, Christophe Levantal

La mobilité d’une cour sédentaire

Un outil : la carte-itinéraire de Versailles à Fontainebleau pour l’usage du jeune Louis XV en août 1724, Pascale Mormiche

Les échappées de Louis XVI. Itinérance curiale et mobilité royale (1774-1792), Benoît Carré

L’empereur voyage : l’itinérance curiale sous le règne de Napoléon III (1852-1870), Xavier Mauduit

Conclusions, Boris Bove

La terre plate

Vient de paraître:

Violaine Giacomotto-Charra et Sylvie Nony, La Terre plate. Généalogie d’une idée fausse, Paris, Les Belles Lettres, 2021, 280 p.

Cela reste un lieu commun de penser que le Moyen Âge a cru en une terre plate, par ignorance scientifique autant que coercition religieuse. Il aurait fallu attendre les navigateurs, Colomb ou Magellan, ou encore les astronomes modernes, Copernic ou Galilée, pour que les ténèbres se dissipent et qu’enfin la Terre devînt ronde.

Or, de l’Antiquité grecque à la Renaissance européenne, on n’a pratiquement jamais défendu et encore moins enseigné, en Occident, l’idée que la Terre était plate.

Violaine Giacomotto-Charra et Sylvie Nony s’attachent ici à retracer l’histoire de cette idée fausse et à essayer d’en comprendre la genèse. Elles nous proposent dans une première partie de lire avec elles les sources antiques, les Pères de l’Église mais aussi et surtout les manuels et encyclopédies rédigés tout au long du Moyen Âge et à la Renaissance et utilisés pour l’enseignement dans les écoles cathédrales puis dans les universités, à partir du XIIIe siècle.

Une seconde partie est consacrée à l’étude du mythe lui-même et s’interroge sur sa généalogie – sa genèse et son histoire – pour éclairer sur les causes de sa survie. Pourquoi, contre l’évidence même, continue-t-on d’affirmer que pour le Moyen Âge, la Terre était plate ?

Violaine Giacomotto-Charra est professeur d’histoire des savoirs et de langue et littérature de la Renaissance à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle est spécialiste de l’écriture et de la circulation des savoirs de la nature à la fin de la Renaissance.

Sylvie Nony est professeur agrégée de sciences physiques et chercheuse associée à l’UMR 7219 SPHere. Elle est spécialiste de la physique arabe médiévale et a produit notamment Les variations du mouvement, Abū al-Barakāt, un physicien à Bagdad (VIe/XIIe siècle).

Table des matières :

Introduction

Première partie. Construction et diffusion d’une science de la sphère

Chapitre I. L’établissement des théories antiques
Chapitre II. La circulation des savoirs autour de la Méditerranée
Chapitre III. La sphère en Occident, du haut Moyen Âge à la fin de la Renaissance

Deuxième partie. Histoire et enjeux d’un mythe
Chapitre I. L’invention de la Terre plate
Chapitre II. Un mythe peut en cacher un autre
Chapitre III. Comprendre le succès du mythe
Chapitre IV. L’entretien du mythe du XIXe au XXe siècle : petit florilège.

En guise de conclusion
Annexe
Bibliographie
Index des personnes citées

Prier, combattre et voir le monde

Vient de paraître:

Svatek Jaroslav, Prier, combattre et voir le monde: Discours et récits de nobles voyageurs à la fin du Moyen Âge, Presses Universitaires de Rennes, coll. “Interférences”, 2021, 336 p.

couverture

Ce livre exhume la mémoire de quatre aventuriers dont les voyages se sont déroulés entre les années 1390 et 1450 : Ogier d’Anglure, Nompar de Caumont, Guillebert de Lannoy et Bertrandon de la Broquière. Pourquoi réunir ces quatre aventuriers dans un même livre ? Ensemble, ils embrassent les différentes formes du voyage nobiliaire et ils commencent à écrire eux-mêmes le récit de leurs voyages et posent les jalons d’un genre littéraire émergent.

Sommaire:

  • Les auteurs et leurs textes
  • Le pèlerinage des nobles à travers leurs récits de voyage
  • Le voyage comme un discours sur la noblesse et la chevalerie
  • Les projets de croisade dans les récits de voyage
  • L’image de l’Autre dans les récits des nobles de la fin du Moyen Âge

 

Viajes y viajeros en la Edad Media

Viajes y viajeros en la Edad Media,

éd. María Pilar Carceller Cerviño, Madrid, La Ergastula, 2021

Présentation :

Aunque la Edad Media pueda plantearse como una etapa llena de hándicaps por los limitados recursos con los que los hombres y las mujeres medievales contaban para sus desplazamientos, y los fines para emprender estos pudieran parecer reducidos, paulatinamente se van erradicando los muchos mitos que al respecto se han atribuido a este periodo histórico. Todos los trabajos recogidos en esta obra vienen a mostrarnos que la movilidad de los hombres y mujeres medievales era habitual, y nos descubren nuevas
razones e interpretaciones sobre la experiencia del viaje. Si bien sus motivaciones para viajar podían distar de las quenos mueven actualmente, y sus medios y conocimientos sobre el mundo que les rodeaba eran más limitados, ellos no dejaron de tener los mismos deseos o incluso las mismas necesidades de recorrer, de descubrir, de alcanzar, de ocupar y de soñar con nuevos lugares como nosotros.

Although the Middle Ages can be considered as a time full of handicaps due to the limited resources that medieval men and women had for their displacements, and their purposes for undertaking them may seem scarce, the myths about this historical period are being gradually eradicated. All the works collected in this book show us that the mobility of medieval men and women was common, and they reveal new reasons and interpretations about the experience of the journey. Although their motivations to travel could be different from those that move us today, and their resources and knowledge about the world around them were more limited, they did not stop having the same desires or even the same needs for to travel, to discover, to reach, to occupy and to dream of new places like us.

Table des matières:

Introducción
PRIMERA PARTE: LA EXPERIENCIA DEL VIAJE
Leer, escribir y viajar con libros en la Edad Media, José Luis GONZALO SÁNCHEZ-MOLERO
Molestias y peligros para los viajeros medievales: algunos testimonios y ejemplos, Pablo MARTÍN PRIETO
Una vida en el camino: el viaje diplomático y sus peligros, Óscar VILLARROEL GONZÁLEZ
Descubriendo Granada.El viaje de Jerónimo Münzer por la antigua capital del reino nazarí, Ana ESCRIBANO LÓPEZ

SEGUNDA PARTE: VIAJES REALES, VIAJES IMAGINARIOS
Esto yo non lo vi, pero dicho me fue: lo maravilloso y lo monstruoso en el relato de viajes bajomedieval, Pedro MARTÍNEZ GARCÍA
Los viajes en las causas de fe contra los judeoconversos en la Castilla de los Reyes Católicos, María del Pilar RÁBADE OBRADÓ

TERCERA PARTE: MUJERES VIAJERAS
Leonor de Castilla, princesa y reina viajera hasta su muerte, Ariadna COBOS RODRÍGUEZ
El periplo de Constanza de Castilla y de Catalina de Lancaster en la búsqueda de su legitimidad al trono castellano, María del Pilar CARCELLER CERVIÑO

CUARTA PARTE: VIAJAR PARA Y POR LA GUERRA
El establecimiento de la monarquía goda en la tarraconense: penetraciones, contactos y resistencias (siglo V), Carlos GARCÍA TORRESANO y Javier LLIDÓ MIRAVÉ
Viajar a la cruzada a mediados del siglo XIII: el testimonio de Joinville, Martín ALVIRA CABRER
De itinere cordis audacis: recorrido y explicaciones políticas del viaje del corazón del rey escocés Roberto I Bruce hasta la frontera granadina, Iván CURTO ADRADOS

QUINTA PARTE: OTROS PUEBLOS, OTRAS CULTURAS
El viaje en la era vikinga. Una aproximación, Carlos MOYA CÓRDOBA
Marco Polo, semuren de Qublai Khan, Antonio GARCÍA ESPADA 

Conclusiones
Resúmenes

La route au Moyen Âge

Vient de paraître:

La route au Moyen Âge. Réalités et représentations, dir. Marie-Hélène Corbiau, Baudouin Van den Abeele, Jean-Marie Yante et Anne-Marie Bultot-Verleysen, Turnhout, Brepols, 2021 (Textes, Etudes, Congres, 32).

Présentation:

Qu’elles soient politiques, commerciales, religieuses ou culturelles, les routes structurent et dynamisent les paysages et témoignent de l’appropriation humaine de ceux-ci. Fréquemment, l’existence d’un réseau médiéval a été, sinon niée, en tout cas largement sous-estimée. Des travaux des dernières décennies conduisent à relativiser la pérennité longtemps affirmée de l’héritage romain. Les hommes l’ont adapté aux nécessités et priorités du moment, ont hissé au rang de voies majeures des diverticula et autres liaisons secondaires, et ont emprunté des tronçons de facture incontestablement ou vraisemblablement médiévale.

Résolument pluridisciplinaire, associant archéologues, historiens, historiens de l’art, spécialistes de la littérature et toponymistes, le colloque organisé par l’Institut d’études médiévales de l’Université catholique de Louvain, à Louvain-la-Neuve, livre des regards croisés et une stimulante confrontation des méthodes. Sous-titrées « Réalités et représentations », ces journées ont été soucieuses de scruter la perception de la route et du réseau viaire chez les contemporains, tant dans des œuvres littéraires que dans des productions artistiques.

Succédant à une approche historiographique assortie de perspectives de recherches et à une orientation bibliographique, la douzaine de contributions émanant de chercheurs au recrutement international s’articulent autour de trois thématiques. La première partie est dédiée à quelques enquêtes historiques relatives à des aspects politiques et fonctionnels. Suit l’éclairage particulier de recherches consacrées à l’apport des mots et des textes concernant le sujet. Une dernière partie regroupe quelques témoignages archéologiques et iconographiques illustrant plus concrètement la matérialité de la route.

Il serait difficile et quelque peu présomptueux de tenter pour l’heure un bilan des connaissances. Bien des secteurs demeurent à investiguer, des sources à repérer, à critiquer et à mettre en œuvre. Le présent volume a par contre l’ambition de révéler des approches inédites, de dégager des pistes de recherches, de susciter de nouvelles enquêtes. C’est à ce prix seulement que la route médiévale retrouvera la place qui était sienne dans le vécu et l’imaginaire des contemporains.

Table des matières :

Avant-propos par Marie-Hélène CORBIAU et Jean-Marie YANTE
La route au Moyen Âge. Historiographie et perspectives de recherche par Jean-Marie YANTE
La route au Moyen Âge. Orientation bibliographique par Jean-Marie YANTE

ENQUÊTES HISTORIQUES

Populations, pouvoirs et réseau routier en Gaule du nord entre le VIIe et le Xe siècle par Olivier BRUAND
Attelages et convois en Lorraine et dans le Luxembourg. L’apport des comptes de péages (XVe-XVIe siècles) par Jean-Marie YANTE
La route dans la législation des communes italiennes par Thomas SZABÓ
Les routes en Vivarais au Moyen Âge : structuration et fonctionnement d’un réseau viaire par Franck BRECHON

APPORT DES MOTS ET DES TEXTES

La terminologie routière dans la toponymie et l’hodonymie germanophones entre Meuse, Moselle et Rhin par Wolfgang HAUBRICHS
Les noms de chemins au Bas Moyen Âge : essai de typologie par Pierre-Henri BILLY
La route entre imaginaire et réalité dans la prédication du XIIIe siècle par Franco MORENZONI
La route dans les récits de pèlerinage et de voyage (XIIe-XVe s.) par Jacques PAVIOT
La route dans l’imaginaire épique et romanesque (XIIe-XIVe siècles) par Jean-Claude VALLECALLE

DE L’ARCHÉOLOGIE À L’ICONOGRAPHIE

Routes et véhicules dans l’archéologie médiévale : quelques découvertes récentes et anciennes par Marie-Hélène CORBIAU
La technologie du charroi de l’Antiquité au Moyen Âge. Quelques brèves réflexions par Georges RAEPSAET
Routes et chemins dans les enluminures médiévales par Perrine MANE

CONCLUSIONS

Chemins pour des hommes, hommes sur les chemins par Jean-Marie CAUCHIES

 

Pilgrimage and textual culture

Vient de paraître:

Pilgrimage and Textual Culture in Late Medieval and Early Modern Europe: Production, Exchange, Reception, special issue of The Journal of Medieval and Early Modern Studies, ed. Anthony Bale and Kathryne Beebe, volume 51/1, January 2021.

Pilgrimage and Textual Culture, Anthony Bale and Kathryne Beebe

A Pilgrimage to Purgatory: Overcoming Doubt through Vernacular Narrative Conventions in the Tractatus de Purgatorio Sancti Patricii, Hannah Weaver

The Authority of Written and Oral Sources of Knowledge in Ludolf of Sudheim’s De itinere Terre Sancte, Christine Gadrat-Ouerfelli

The Dominican Educational and Social Contexts of Riccoldo of Monte Croce’s Pilgrimage Writing, Philip Booth

Pilgrimage, Print, and Performance: Giuliano Dati’s Roman Cantari, Matthew Coneys

Holy Land Pilgrimage and Geography in Fifteenth-Century England: Understanding and Devotion in Cambridge, Corpus Christi College Library, MS 426, Marianne O’Doherty

The Meaning of Imagined Pilgrimage, Kathryne Beebe

Riccold de Monte di Croce

Vient de paraître:

Robecchi, Marco, Riccold de Monte di Croce, ‘Liber peregrinationis’, traduit par Jean le Long d’Ypres, Strasbourg, ELiPhi, coll. TraLittRoÉtudes et textes romans du Moyen Âge (ETRMA), 2020, XII + 448 pages.

Résumé : Le Liber peregrinationis de Riccold de Monte di Croce, écrit en 1300, est une des six œuvres latines traduites par Jean le Long d’Ypres en 1351. Riccold y décrit son pèlerinage en Terre Sainte, ses voyages à travers la Turquie et le Moyen Orient et son long séjour à Bagdad, où il a appris à connaître le mode de vie et les pratiques religieuses des chrétiens considérés comme hérétiques et des Musulmans. Jean le Long place ce récit à l’intérieur d’une collection de textes divers, tous consacrés à l’Orient et formant ainsi un ensemble cohérent et équilibré.

Le présent volume comporte la première édition critique de la traduction du Liber peregrinationis par Jean le Long, accompagnée de l’édition de son antécédent latin. Une analyse codicologique et ecdotique approfondie fournit une description de la tradition manuscrite – sept témoins latins, six français et trois italiens – et des différentes versions du Liber peregrinationis.

L’étude scriptologique, quant à elle, met en relief les caractéristiques diatopiques et diachroniques du moyen français picard du traducteur, en exploitant notamment les apports d’un glossaire méthodologiquement exigeant.

Contenu :

  • Riccold de Monte di Croce (vie, œuvres)
  • Jean le Long d’Ypres (vie, œuvre latine)
  • Manuscrits lat./it./fr.
  • Jean le Long traducteur
  • Étude linguistique (grapho-phonétique, morphologie, syntaxe, lexique)
  • Édition • Glossaire
  • Bibliographie

Voyages and travel accounts

Vient de paraître:

Voyages and Travel Accounts in Historiography and Literature. Voyages and Travelogues from Antiquity to the Late Middle Ages

Volume 1, Edited by Boris Stojkovski, Budapest, Trivent publishing, 2020.

Présentation:

Travelling is one of the most fascinating phenomena that has inspired writers and scholars from Antiquity to our postmodern age. The father of history, Herodotus, was also a traveller, whose Histories can easily be considered a travel account. The first volume of this book is dedicated to the period starting from Herodotus himself until the end of the Middle Ages with focus on the Balkans, the Byzantine Empire, the Islamic world, and South-Eastern Europe. Research on travellers who connected civilizations; manuscript and literary traditions; musicology; geography; flora and fauna as reflected in travel accounts, are all part of this thought-provoking collected volume dedicated to detailed aspects of voyages and travel accounts up to the end of the sixteenth century.

The second volume of this book is dedicated to the period between Early Modernity and today, including modern receptions of travelling in historiography and literature. South-Eastern Europe and Serbia; the Chinese, Ottoman, and British perception of travelling; pilgrimages to the Holy land and other sacred sites; Serbian, Arabic, and English literature; legal history and travelling, and other engaging topics are all part of the second volume dedicated to aspects of voyages and travel accounts up to the contemporary era.

Table des matières:

Introduction, Boris Stojovski

Svetozar Boškov, Herodotus as a Travel Writer

Konstantinos Karatolios, Travelling as a Hostage: The Testimony of Kaminiates’s Capture of Thessalonike 

Yanko Hristov, Travelling and Travellers: Persons, Reasons, and Destinations According to A Tale of the Iron Cross

Paulo Catarino Lopes, Medieval Travels and the Ensuing Texts as Mirrors of a Society, a Culture, and a World View

Boris Stojkovski, Southern Hungary and Serbia in al-Idrisi’s Geography

Nebojša Kartalija, The Perception of the Balkans in Western Travel Literature from the Eleventh to the Fourteenth Century

Djura Hardi, From Mačva to Tarnovo: On the Roads of the Balkan Politics of Prince Rostislav Mikhailovich

Marie-Emmanuelle Torres, Echoes of Constantinople: Rewriting the Byzantine Soundscape in Travel Accounts

Radivoj Radić, The Temptations of the Night Journey: An Image from the Voyage of Nicephorus Gregoras through Serbia

Sandra Dučić Collette, Dante (1265-1321): The Exile and Birth of a Pilgrim

Shiva Mihan, The Journey of The Gift of the Noble

Stanoje Bojanin, The South Slavic Parish in Light of Stephen Gerlach’s Travel Diary

Aleksandar Krstić, Vegetation in the Territories of Serbia and Southern Hungary in Travel Accounts (Fifteenth–Seventeenth Centuries)

L’ensemble du volume est disponible en ligne.