Archives de catégorie : Vient de paraître

Entre idéel et matériel

Vient de paraître :

Entre idéel et matériel :

Espace, territoire et légitimation du pouvoir (v. 1200-v. 1640)

Édité par Patrick Boucheron, Marco Folin, Jean-Philippe Genet, Paris, Editions de la Sorbonne & Ecole française de Rome, 2018.
Présentation :
L’espace est à la fois une réalité concrète, matérielle et mesurable, et une construction sociale et symbolique, ces deux aspects interagissant en permanence. L’Occident latin est certes en ce domaine l’héritier de Rome, mais les conceptions et les pratiques de l’espace ont été bouleversées par la chute de l’Empire et le développement de nouvelles structures politiques où les pouvoirs s’exercent sur les hommes plus que sur les territoires, une notion qui semble s’être temporairement effacée. Dans la perspective du programme SAS qui est celle d’une sémiologie de la naissance de l’état moderne, ce sont moins les signes dans l’espace que les signes de l’espace qui sont étudiés ici. On sait que l’espace est une production sociale et notre conception de l’espace comme surface homogène et mesurable n’est pas celle de la période médiévale et moderne, où l’on oscille sans cesse entre un espace polarisé autour des lieux de pouvoir et/ou des lieux sacrés et l’espace conçu comme territoire. Les communications sont regroupées en quatre thématiques : marqueurs symboliques de l’espace (palais communaux, espaces de pouvoirs, mausolées dynastiques), pouvoirs et symbolique de l’espace (identité civique des communes, contrôle de l’espace impérial, marquage de l’espace économique, retour du territoire), représentation symbolique de l’espace (cartes marines, portulans, vues figurées, usages de la géographie) et perception de la symbolique de l’espace (frontières, écrits administratifs, représentations de la cité).

Continuer la lecture

L’Europe et les géographes arabes

Vient de paraître :

Jean-Charles Ducène, L’Europe et les géographes arabes du Moyen Âge, Paris, CNRS Editions, 2018, 504 p.

Présentation :

« La grande terre » : ainsi les géographes arabes du Moyen Âge désignaient-ils la vaste Europe, espace perçu comme une mosaïque de peuples mouvants qu’ils ne cessèrent jamais d’étudier et de cartographier. Comment comprendre, de leur point de vue, cette représentation géographique d’un continent à la fois inconnu et familier ? C’est à ce décentrement du regard que nous convie Jean-Charles Ducène au fil de cette étude fondée sur un corpus de sources d’une impressionnante richesse.

Au début du IXe siècle, les géographes arabes considèrent l’Europe comme un ensemble flou de populations, principalement chrétiennes mais encore païennes loin de la Méditerranée, alors que deux villes se détachent entre légende et réalité, Rome et Byzance. Cet ensemble se structure au fil du temps en pouvoirs étatiques et se couvre de villes, décrites par ces géographes comme des lieux urbanisés et des centres économiques insérés dans un réseau réticulaire de routes, qui s’étendent jusqu’en Scandinavie et à la Volga. Mais quand ces pouvoirs se projettent en Méditerranée et empiètent sur les territoires musulmans, c’est une représentation plus géopolitique qui se construit.

De la sorte, ce livre parcourant six siècles de littérature montre que « l’Europe » n’est pas apparue aux savants arabes une et indivisible, mais au contraire infiniment diverse et en mouvement.

Historien et philologue, Jean-Charles Ducène est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, où son enseignement porte sur la géographie et les sciences naturelles arabes médiévales.

Il Purgatorio di San Patrizio

Vient de paraître :

Il Purgatorio di San Patrizio. Documenti letterari e testimonianze di pellegrinaggio (secc. XII-XVI)

A cura di Giovanni Paolo Maggioni, Roberto Tinti e Paolo Taviani, SISMEL Edizioni del Galluzzo, coll. Quaderni di Hagiographica, 13, 2018, CLXXII-571 p.

Secondo quanto testimonia un’ampia tradizione medievale, il Purgatorio di san Patrizio è quel luogo – le cui tracce si ritrovano fin nella moderna letteratura europea, dal Volksbuch Fortunatus a Calderón de la Barca e a Gesualdo Bufalino – da dove si riteneva fosse possibile accedere all’aldilà e ritornarne, senza morire. Si tratta di una variante irlandese delle visioni tradizionali dell’oltretomba, saldatasi con quella dei racconti di un pellegrinaggio reale, noto a tutti e legato ad un luogo geografico ben definito: un’isola del Lough Derg, in Irlanda. Il volume propone, raccolto insieme per la prima volta, un dossier antologico esaustivo dei testi fondanti tale tradizione (dal Tractatus de Purgatorio sancti Patricii, del XII secolo, fino alla trattatistica domenicana del XIII) e delle testimonianze di pellegrinaggio più o meno esplicitamente legate al Lough Derg (dalla prima attestazione di Philip de Slane, del 1324, alla lettera di Francesco Chiericati ad Isabella d’Este, del 1517). Tutti i testi, corredati dalla traduzione italiana, sono commentati sotto il profilo storico e filologico. Alcuni sono editi qui per la prima volta, come il Libellus de descriptione Hibernie di Philip de Slane e il De situ universorum di John de Tewkesbury; altri, come la Visio Ludovici di Taddeus de Gualandis, si presentano in una nuova edizione criticamente fondata.

Ce qu’ils savaient de la France

Vient de paraître :
Léonard Dauphant, Géographies. Ce qu’ils savaient de la France (1100-1600), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, coll. Epoques, 304 p.

Présentation :

Géographies est le premier livre à étudier ce que les Français des XIIe-XVIe siècles, riches ou pauvres, savaient de leur pays. Citant environ 200 poèmes, romans et pièces de théâtre, les quatre parties, divisées en petits chapitres, présentent ce que les Français percevaient de la France (paysage sonore et visuel), ce qu’ils en savaient (productions, monuments, légendes), ce qu’ils en disaient (listes, proverbes) et ce que la culture française signifiait pour eux (langue, vin). La nation française s’est ainsi construite dans la diversité, en façonnant des identités régionales multiples dans le Nord et le Midi.

Tout en permettant de découvrir une littérature riche et méconnue, ce livre, illustré de 20 cartes originales, fait dialoguer Moyen Âge et Renaissance, histoire, lettres et géographie.

L’ouvrage est divisé en quatre parties :

  • Paysages. L’écologie et la beauté
  • Lieux communs. Une géographie populaire
  • Parler de la France. Des chiffres, des lettres et des pays
  • Des identités de la France

L’auteur vient également de créer un carnet de recherche intitulé Géographies médiévales. Pour une géohistoire de la France médiévales (XIe-XVIe siècles).

Islands in the West

Vient de paraître :

Matthias Egeler, Islands in the West : Classical Myth and the Medieval Norse and Irish Geographical Imagination, Turnhout, Brepols, 2017 (Medieval Voyaging, 4).

Présentation :

This monograph traces the history of one of the most prominent types of geographical myths of the North-West Atlantic Ocean: transmarine otherworlds of blessedness and immortality. Taking the mythologization of the Viking Age discovery of North America in the earliest extant account of Vínland (‘Wine-Land’) and the Norse transmarine otherworlds of Hvítramannaland (‘The Land of White Men’) and the Ódáinsakr/Glæsisvellir (‘Field of the Not-Dead’/‘Shining Fields’) as its starting point, the book explores the historical entanglements of these imaginative places in a wider European context. It follows how these Norse otherworld myths adopt, adapt, and transform concepts from early Irish vernacular tradition and Medieval Latin geographical literature, and pursues their connection to the geographical mythology of classical antiquity. In doing so, it shows how myths as far distant in time and space as Homer’s Elysian Plain and the transmarine otherworlds of the Norse are connected by a continuous history of creative processes of adaptation and reinterpretation. Furthermore, viewing this material as a whole, the question arises as to whether the Norse mythologization of the North Atlantic might not only have accompanied the Norse westward expansion that led to the discovery of North America, but might even have been among the factors that induced it.

Table des matières :

Acknowledgements

Introduction

Chapter 1: North-Western Europe: Scandinavia, Ireland, and the Land of the Living

Chapter 2: The Classical Mediterranean: Rome, Greece, and the Islands of the Blessed

Chapter 3: Eastern Roots?

Chapter 4: Continuity, Interaction – and Westward Expansion?

Appendix: Beyond History

Bibliography

Index

 

Astrolabes in Medieval cultures

Le dernier numéro de la revue Medieval Encounters (23, 2017) est consacré aux astrolabes.

Table des matières:

Josefina Rodriguez-Arribas, Charles Burnett et Silke Ackermann : Astrolabes in Medieval Cultures

Silke Ackermann : Introduction Hic Sunt Dracones – Astrolabe Research Revisited

Johannes Thomann : Astrolabes as Eclipse Computers : Four Early Arabic Texts on Construction and Use od the Safîha Kusûfiyya

Josefina Rodriguez-Arribas : The Astrolabe Finger Ring of Bonetus de Latis : Study, Latin text and English Translation with commentary

Emilia Calvo : Some Features of the Old Castilian Alfonsine Translation of ‘Alî Ibn Khalaf’s Treatise on the Lamina Universal

Flora Vafea : From the Celestial Globe to the Astrolabe Transferring Celestial Motion onto the Plane of the Astrolabe

Petra G. Schmidl : Knowledge in Motion : An Early European Astrolabe and Its Possible Medieval Itinerary

Sreeramula Rajeswara Sarma : A Monumental Astrolabe made for Shâh Jahân and Later Reworked with Sanskrit Legends

Miquel Forcada : Saphaeae and Hay’ât: The Debate between Instrumentalism and Realism in Al-Andalus

Laura Fernandez Fernandez : Astrolabes on Parchment : The Astrolabes Depicted in Alfonso X’s Libro del saber de astrologia and their Relationship to Contenporary Instruments

John Davis : Fit for a King : Decoding the Great Sloane Astrolabe and Other English Astrolabes with « Quatrefoils » Retes

David A. King : European Astrolabes to ca. 1500 : An Ordered List

Taro Mimura : Too Many Arabic Treatises on the Operation of the Astrolabe in the Medieval Islamic World : Athîr Al-Dîn al-Abharî’s Treatise on Knowing the Astrolabe and His Editorial Method

Günther Oestmann : Changing the Angle of Vision: Astrolabe Dials on Astronomical Clocks

Azucena Hernandez : Astrolabes for the King : The Astrolabe of Petrus Raimundi of Barcelona

Giorgio Strano : A New Approach to the Star Data of Early Planispheric Astrolabes

A la rencontre de l’Autre au Moyen Âge

Vient de paraître :

À la rencontre de l’Autre au Moyen Âge, In memoriam Jacques Le Goff. Actes des premières Assises franco-polonaises d’histoire médiévale, Philippe Josserand et Jerzy Pysiak (dir.), Presses universitaires de Rennes, 2017, 246 p.

Présentation de l’éditeur :

Les textes réunis ici aident à mieux saisir la figure de l’« autre » à travers le Moyen Âge. Ils s’attachent, en développant des perspectives temporelles, thématiques, géographiques et culturelles variées, à interroger ce qui distingue et ce qui unit, ce qui fait que le « nous », parfois, est un « autre » – aujourd’hui comme hier – et que l’« autre » résonne en « nous », participant de nos appartenances et servant de façon décisive à les forger.

Les voyages de Jean de Tournai

Les éditions de récits de pèlerinages ne sont pas si fréquentes que cela. On doit donc saluer la publication du volume suivant :

LE RÉCIT DES VOYAGES ET PÈLERINAGES DE JEAN DE TOURNAI 1488-1489

Édité par Béatrice Dansette et Marie-Adélaïde Nielen

4e de couverture :

Après les années 1450, de nombreux voyageurs occidentaux naviguent depuis Venise vers Jérusalem pour gagner leur salut, malgré les plus grands périls. Leurs récits de pèlerinage, constituant un important corpus, sont de précieux témoins des liens existant depuis le ive siècle entre l’Europe et la Terre sainte.

Un marchand de Valenciennes, Jean de Tournai, en pèlerinage de 1488 à 1489 vers Rome, Jérusalem et Saint-Jacques de Compostelle, nous a laissé une relation de ses voyages mouvementés, riche de renseignements sur les régions qu’il traverse et la montée de l’individualisme qui caractérise cette époque pré-humaniste. En cette fin du XVe siècle, son texte, très vivant et précis, traduit également les bouleversements que connaissent l’Occident et le Proche-Orient et les rapports très conflictuels entre les Turcs ottomans, récents maîtres de Constantinople, et les puissances européennes, qui redoutent de ne pouvoir endiguer le flot turc.

Paris, CNRS Editions, coll. Sources d’histoire médiévale, 2017.

 

The Architecture of the Christian Holy Land

Kathryn Blair Moore, The Architecture of the Christian Holy Land. Reception from Late Antiquity through the Renaissance, Cambridge, Cambridge University Press, 2017.

 

In the absence of the bodies of Christ and Mary, architecture took on a special representational role during the Christian Middle Ages, marking out sites associated with the bodily presence of the dominant figures of the religion. Throughout this period, buildings were reinterpreted in relation to the mediating role of textual and pictorial representations that shaped the pilgrimage experience across expansive geographies. In this study, Kathryn Blair Moore challenges fundamental ideas within architectural history regarding the origins and significance of European recreations of buildings in Jerusalem, Bethlehem, and Nazareth. From these conceptual foundations, she traces and re-interprets the significance of the architecture of the Holy Land within changing religious and political contexts, from the First Crusade and the emergence of the Franciscan Custody of the Holy Land to the anti-Islamic crusade movements of the Renaissance, as well as the Reformation.

Continuer la lecture

Le voyage au Moyen Âge

Vient de paraître :

Le voyage au Moyen Âge : description du monde et quête individuelle

Sous la direction de Damien Coulon et Christine Gadrat-Ouerfelli, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2017.

Présentation : Les recherches sur les récits de voyage médiévaux connaissent actuellement un renouveau des perspectives envisagées, qui situent ces textes dans des contextes et des problématiques renouvelés. Les dix contributions présentes dans ce volume explorent deux pistes : d’une part les liens entre récits de voyage et géographie, d’autre part la place de ces récits dans le développement d’une quête du « moi » au cours du Moyen Âge. La frontière entre récit viatique et traité de géographie est floue et les définitions de ces deux domaines demeurent poreuses tout au long du Moyen Âge. De la même façon, la place que tient l’écriture du voyage dans la naissance de l’autobiographie est significative et l’histoire de ces deux genres littéraires se croise fréquemment. Ces deux aspects, souvent opposés, rarement rassemblés, ne sont cependant pas antinomiques, mais méritent d’être examinés de façon conjointe. En effet, le voyageur, confronté à des lieux et des expériences nouveaux, qui viennent enrichir les connaissances géographiques, est aussi amené à un retour sur soi et à un questionnement sur son identité.

Continuer la lecture

Cultures de l’autre

Le dernier numéro (35, 2017) de Questes (revue d’études médiévales publiant des articles de jeunes chercheurs) porte sur

Cultures de l’autre : rencontre, rejet, échange

Table des matières:

  • Yasmina Foehr-Janssens
    Les cultures de l’autre en questions : « penser-à-l’autre » et présence du féminin
  • Viviane Griveau-Genest et Pauline Guena
    Culture de l’autre : introduction
  • Adrien Carbonnet
    « Comme estranges personnes » : à la rencontre de l’Autre à Arras (1479–1484)
  • Jonathan Bloch
    Ces étrangers d’à-côté : le stéréotype du milicien flamand sous la plume du chroniqueur picard Enguerran de Monstrelet
  • Marco Robecchi
    Entre humanité et bestialité : Riccold de Montecroix face à l’autre dans son voyage
  • Florian Besson
    Ce qui circule : mots et cadeaux entre échange et rejet dans l’Orient des croisades
  • Cristina Dusio et Marco Robecchi
    « Baudaire » et la littérature médiévale de l’Occident chrétien : entre mythe et géographie. Le cas de la Bataille Loquifer
  • Jean-David Richaud
    Être dirigé par l’Autre : les Turcs au Moyen-Orient (xie–xiie siècles)
  • Camille Carnaille
    Les émotions face à l’altérité
  • Viviane Griveau-Genest et Pauline Guena
    Culture de l’autre : éléments bibliographiques

Tous les articles sont disponibles en texte intégral en ligne sur le site de Questes.

De mundi caelestis terrestrisque constitutione liber

Vient de paraître :

Pseudo-Bède, De mundi caelestis terrestrisque constitutione liber. La création du monde céleste et terrestre, traduction et édition de Mylène Pradel-Baquerre, Cécile Biasi et Amand Gévaudan, sous la direction de Béatrice Bakhouche, Paris, Classiques Garnier, 2017.

Le De mundi caelestis terrestrisque constitutione liber, attribué à tort à Bède, est un texte curieux, qui, élaboré en milieu monastique au xie ou xiie siècle, présente peu de références scripturaires, mais renseigne sur la réception médiévale des textes scientifiques et philosophiques latins d’époque tardive.

L’oeuvre se compose de deux parties :

I. De mundo

  1. De terra
  2. Aqua
  3. Aer
  4. Aether

II. De anima

  1. De anima humana
  2. De origine animarum
  3. De anima mundi
  4. Item de animarum origine secundum alios
  5. Item de animarum origine secundum alios
  6. De cetera animarum origine

La table des matières complète de cette édition est consultable ici.

Le voyage dans l’Antiquité tardive

Vient de paraître un numéro de la revue Antiquité tardive (t. 24, 2016, parution en 2017), consacré à :

Le voyage dans l’Antiquité tardive : réalités et images

Table des matières :

G. Cantino Wataghin, J.-P. Caillet, Iter facere

1  Comment voyage-t-on ?

 • Itinéraires et cursus publicus

R. J. A. Talbert, Visions of travel and their realization

P. Basso, La viabilità tardoantica: riflessioni e problemi aperti

S. Guédon, Passer la frontière. L’exemple africain

L. di Paola, Il cursus publicus in età tardoantica: storia di un servizio di stato tra conservazione e mutamento Continuer la lecture

Philippe de Mézières et l’Europe

Vient de paraître :

Philippe de Mézières et l’Europe. Nouvelle histoire, nouveaux espaces, nouveaux langages, éd. Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski, Genève, Droz, 2017 (Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 140).

Présentation:

Chevalier dévoreur d’espace, zélateur infatigable de la croisade, homme sans frontières, conseiller des princes, Philippe de Mézières est l’illustration exemplaire d’une certaine idée de l’Europe. Le mot n’existe pas au Moyen Age dans son acception moderne : la diversité des langues et des intérêts laisse peu de place à une interprétation unique. Face aux assauts des Infidèles, aux guerres et aux épidémies, la chrétienté s’interroge, cherche à se réformer, cartographie ses angoisses et tente de se ressourcer et d’atteindre à une rédemption salvatrice. Pour Mézières, l’Europe est un kaléidoscope dans lequel il voit et dénonce trahisons et querelles ; mais au-delà de ce constat amer, il veut croire en un souffle nouveau qui rassemble et mette en marche ce grand corps désuni.

Continuer la lecture

Odorico da Pordenone

Une édition critique du récit de voyage d’Odoric de Pordenone vient de paraître :

Odorico da Pordenone, Relatio de mirabilibus orientalius Tatarorum, éd. Annalia Marchisio, Florence, Edizioni del Galluzzo, 2016 (coll. Edizione nazionale dei testi mediolatini d’Italia, 41).

Ce récit, pourtant bien connu de tous ceux qui s’intéressent aux voyages au Moyen Âge, n’était jusque-là pas disponible en édition critique et il était malaisé de s’y retrouver entre les différentes versions, dont peu étaient d’ailleurs éditées correctement.

Il est vrai qu’il existe un grand nombre de manuscrits de ce récit, répartis en plusieurs versions et rédactions latines, mais aussi dans des traductions vernaculaires (toscan, vénitien, français, allemand, castillan et gaëlique).

Ce volume s’occupe uniquement des versions latines, qui sont au nombre de neuf. Après avoir décrit les manuscrits latins, l’éditrice retrace la tradition manuscrite de ce texte, en identifiant les différentes rédactions et en les articulant les unes aux autres.

Suit alors l’édition critique des différentes versions, pourvue d’un apparat critique très complet.

Il ne s’agit pas seulement d’une nouvelle édition d’un texte bien connu, mais de la première vraie édition critique de ce récit. Les chercheurs disposent enfin d’un texte sûr, fiable et lisible pour l’un des récits de voyage les plus populaires à la fin du Moyen Âge. L’éditrice doit être félicitée pour le grand effort que ce travail a dû représenter et pour l’avoir mené à terme, alors que les tentatives faites par le passé n’ont jamais abouti.