Archives de catégorie : Vient de paraître

Un guide français de Terre sainte

Les éditions Classiques Garnier viennent de publier l’ouvrage suivant :

Gabriele Giannini, Un guide français de Terre sainte, entre Orient latin et Toscane occidentale, coll. Recherches littéraires médiévales n°21, Paris, 2016, 352 p.

D’après la table des matières disponible en ligne, l’auteur a mené ses recherches, à partir d’un manuscrit de Ferrare (Biblioteca Comunale Ariostea, II.280), sur un groupe de six manuscrits au total, contenant des textes apparentés. Après l’étude de ces manuscrits et la reconstitution de leur tradition, il nous en livre l’édition.

 

Les Allemands à Venise

Vient de paraître, aux Publications de l’Ecole française de Rome :

Philippe Braunstein, Les Allemands à Venise (1380-1520), Rome, 2016, coll. Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 372.

Voici la présentation de l’éditeur :

Au pied des Alpes, Venise, ouverte sur le monde : les immigrants venus du Nord, désignés au XVe siècle comme Allemands, qu’ils soient venus de l’Empire ou de ses confins, ont formé dans le tissu urbain une minorité active, sans cesse renouvelée. La présence allemande à Venise est attestée depuis la fin du XIIe siècle dans tous les secteurs de la vie artisanale et industrielle et se disperse dans toute la ville. Mais les plus anciens témoignages sur cette présence soulignent le rôle économique et l’importance institutionnelle d’un édifice situé près du pont du Rialto, où les marchands allemands sont contraints de résider. Par le « Fondaco dei Tedeschi » un flux continu de métaux monétaires, produits des mines d’Europe centrale, constitue la contrepartie des importations d’épices, de soieries et de coton qui font la fortune de Venise et approvisionnent l’Outremont, de Bruges à Cracovie. Les résidents du « Fondaco » sont les représentants des principales villes et sociétés d’affaires, qui, de la Haute-Allemagne à la Rhénanie, dominent au XVe siècle et jusqu’au début du XVIe siècle les échanges entre le monde méditerranéen et l’Europe du Nord et du Nord-Ouest. Ces échanges font de Venise une place essentielle pour l’apprentissage du commerce, qu’il s’agisse de la langue, du droit ou de la comptabilité. Hors du « Fondaco », actes notariés et testaments font revivre une communauté présente dans tous les métiers, en particulier dans les domaines de pointe où l’art et l’invention technique se conjuguent, comme l’orfèvrerie ou l’imprimerie. Insérés jusqu’à se fondre dans les réseaux qui les entourent, ceux des ateliers, des paroisses et des « scuole », nombre d’Allemands ont construit une vie définitivement étrangère, et, par conséquent, vénitienne.

Continuer la lecture

Une itinérance prophétique

Le 23 février 1474, l’ambassadeur Ambrogio Contarini quitte Venise pour rejoindre la Perse et inciter le souverain Uzun Hasan à reprendre la guerre contre les Ottomans…

Avant de parvenir à destination, l’ambassadeur vénitien se rend en Pologne, puis traverse la Russie pour rejoindre Caffa sur la mer Noire. Il voyage ensuite à travers la Géorgie et l’Arménie, avant d’arriver à Tabriz et de prolonger son itinéraire jusqu’à Ispahan, où se trouve Uzun Hasan, chef de la tribu turkmène des Moutons Blancs (ou Ak Koyunlu), avec qui les Vénitiens cherchent à conclure une alliance afin de combattre les Ottomans. Lors du voyage retour, il passe de nouveau par la Russie et se rend jusqu’à Moscou.

Une traduction française de ce récit vient de paraître dans la collection Bibliothèque d’histoire médiévale des Classiques Garnier : Une itinérance prophétique : le voyage en Perse d’Ambrogio Contarini (1474-1477), trad. Pascal Vuillemin, Paris, 2016.

Cette traduction est fondée sur l’édition incunable, publiée à Venise en 1487 : Viazo de misier Ambrosio Contarini ambasador de la illustrissima Signoria de Venesia al signor Uxuncassam re de Persia, Venise, per Hannibalem Fosium parmensem.

On dispose également d’une édition critique de ce texte, joint à celui d’une autre ambassade vénitienne : I viaggi in Persia degli ambasciatori Barbaro e Contarini, éd. Lawrence Lockhart, Roberto Morozzo della Rocca et Maria Francesca Tiepolo, Rome, Istituto Poligrafico dello Stato, 1973 (coll. Il nuovo Ramusio, VII).

Ce texte est à la fois un récit de voyage, un rapport d’ambassade et un roman d’aventures. Mais le traducteur met également en avant les accents prophétiques et les sentiments religieux, spirituels, de l’auteur.

Cet ouvrage, qui offre à la disposition de tous le récit de cette ambassade en français moderne, contient deux parties : un ample essai introductif consistant en une présentation du texte, de l’auteur et du contexte, qui occupe à peu près la moitié du volume, puis la traduction elle-même, pourvue de notes abondantes.

Le manuscrit Rustici

Conservé à la Biblioteca del Seminario de Florence, le manuscrit “Rustici”, du nom de son auteur et propriétaire, Marco di Batolomeo Rustici, contient le récit du voyage effectué par ce dernier en Terre sainte et au Sinaï dans les années 1440.

La publication d’un facsimile par les éditions Olschki est l’occasion de faire connaître ce manuscrit.

L’auteur, Marco di Bartolomeo Rustici (1393-1457) est un orfèvre florentin. Dans ce manuscrit autographe, agrémenté de nombreux dessins également de sa main, il commence par décrire sa cité, insistant sur ses saints et ses établissements religieux. Puis il décrit le voyage qu’il entreprend en 1441 et qui le mène à Rome, puis en Egypte, au mont Sinaï et enfin à Jérusalem. Son récit est parsemé de références littéraires, parfois de véritables modèles, tel l’Itinéraire de Gênes à Jérusalem de Pétrarque1.

codice-rustici-facsimile-olschki-editore-firenze-rappresentazione-babiloniaA l’occasion de cette publication, les éditions Olschki reproduisent plusieurs pages de ce manuscrit sur leur site.

 

  1. Pétrarque, Itinéraire de Gênes à la Terre Sainte, 1358, traduction de Christophe Carraud et Rebecca Lenoir, notes de Rebecca Lenoir, Grenoble, 2002 []

Journeying along Medieval routes

Un nouveau volume collectif consacré aux voyages au Moyen Âge, et plus précisément à la notion de routes et de cheminement, vient de paraître chez Brepols : Journeying along Medieval routes in Europe and the Middle East, dans la collection Medieval voyaging.

Dirigé par Marianne O’Doherty, Alison L. Gascoigne et Leonie V. Hicks, il comprend 9 contributions, réparties en trois chapitres.

L’argumentaire que l’on peut lire sur la page de l’éditeur est le suivant :

A multi-disciplinary collection of important and innovative new research that enhances our understanding of the experience, conditions, conceptualisation, and impact of human movement in Western Europe and the Middle East between Late Antiquity and the thirteenth century.

Focusing on routes and journeys throughout medieval Europe and the Middle East in the period between Late Antiquity and the thirteenth century, this multi-disciplinary book draws on travel narratives, chronicles, maps, charters, geographies, and material remains in order to shed new light on the experience of travelling in the Middle Ages.

The contributions gathered here explore the experiences of travellers moving between Latin Europe and the Holy Land, between southern Italy and Sicily, and across Germany and England, from a range of disciplinary perspectives. In doing so, they offer unique insights into the experience, conditions, conceptualization, and impact of human movement in medieval Europe. Many essays place a strong emphasis on the methodological problems associated with the study of travel and its traces, and the collection is enhanced by the juxtaposition of scholarly work taking different approaches to this challenge. The papers included here engage in cross-disciplinary and interdisciplinary dialogue and are supported by a discursive, contextualizing introduction by the editors.

 

Continuer la lecture

Les systèmes de mobilité de la Préhistoire au Moyen Âge

A la fin de 2015, sont parus les Actes des XXXVe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (2014) :

Les systèmes de mobilité de la Préhistoire au Moyen Âge, sous la direction de Nicolas Naudinot, Liliane Meignen, Didier Binder et Guirec Querré, Antibes, Editions APDCA.

4e couverture :

Se déplacer, transporter, échanger… Ces comportements, leur place et leur organisation ont toujours été et, à l’heure de la mondialisation, sont peut-être encore plus que jamais au cœur du fonctionnement des systèmes socio-économiques. La mobilité constitue ainsi une perspective de recherche centrale en anthropologie. Le terme « mobilité » englobe des comportements très variés aux échelles spatio-temporelles multiples. Les articles présentés dans cet ouvrage sont ainsi organisés autour de thématiques portant sur la longue durée et rendant compte de ces différentes échelles de la mobilité : 1) grandes dynamiques de peuplement, 2) organisation des territoires ou encore 3) transferts et interculturalité. De quels éléments disposons-nous pour aborder les systèmes de mobilité à leurs différentes échelles ? Les approches sont-elles également différentes selon la période concernée ? C’est essentiellement autour de ces vastes questions et de cette diversité chronologique, disciplinaire ou méthodologique que s’organise cet ouvrage.

La plus grande partie des contributions porte sur la période préhistorique, mais quelques-unes ont pour objet le Moyen Âge :

  • Magali Coumert : Entre Antiquité et Moyen Âge : les “Grandes migrations” barbares en question.
  • Philippe Jansen : La mobilité des maîtres-maçons en Italie au Moyen Âge : une mobilité technique ou culturelle ?
  • Léa Hermenault : Aborder la mobilité à travers ses impacts matériels : le cas des circulations intra-urbaines parisiennes à la fin de la période médiévale.

Apocalyptic cartography

Vient de paraître le volume suivant : Apocalyptic Cartography: Thematic Maps and the End of the World in a Fifteenth-Century Manuscript, par Chet Van Duzer et Ilya Dines, chez Brill (décembre 2015).

http://www.brill.com/sites/default/files/styles/large/public/ftp/images/products/295x295/89247.jpg?itok=6kspqI6D

Voici la présentation de l’éditeur :

In Apocalyptic Cartography: Thematic Maps and the End of the World in a Fifteenth-Century Manuscript, Chet Van Duzer and Ilya Dines analyse Huntington Library HM 83, an unstudied manuscript produced in Lübeck, Germany. The manuscript contains a rich collection of world maps produced by an anonymous but strikingly original cartographer. These include one of the earliest programs of thematic maps, and a remarkable series of maps that illustrate the transformations that the world was supposed to undergo during the Apocalypse. The authors supply detailed discussion of the maps and transcriptions and translations of the Latin texts that explain the maps. Copies of the maps in a fifteenth-century manuscript in Wolfenbüttel prove that this unusual work did circulate.

Et la table des matières:

Acknowledgments
List of Illustrations
Introduction
Chapter 1. Description of Huntington HM 83
Chapter 2. The Historical Context: Lübeck in the Fifteenth Century
Chapter 3. The Author
Chapter 4. The Geographical Sections
Excerpts from the Geographical Section
Excerpts from the Section on Astronomy and Geography
Links with the Rudimentum novitiorum
Early Thematic Mapping
The Maps in the Geographical Sections
Chapter 5. The Treatise on the Apocalypse
Late Fifteenth-Century German Apocalypticism
The Apocalyptic Maps and Texts
Proof of Circulation: Wolfenbüttel, HAB, Cod. Guelf. 442 Helmst
Other Attempts to Map the Apocalypse
Conclusions
Index

L’Occident au miroir de l’Orient chrétien

Vient de paraître, aux publications de l’Ecole française de Rome :

Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien : Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (XIIe-XIVe siècles), préface de Jacques Verger, Rome, 2015, “Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome” 369.

Présentation de l’ouvrage sur le site des publications de l’EFR :

Pourquoi l’Orient chrétien ? Les Latins – croisés, pèlerins ou missionnaires – partant pour la Cilicie. la Syrie-Palestine et l’Égypte du XIIe à l’orée du XVe siècle, se rendent à la rencontre d’hommes à la fois semblables parce que chrétiens et dissemblables parce qu’orientaux. C’est cette expérience d’une altérité rendue particulière par la grande proximité avec laquelle elle se conjugue qui constitue l’objet de ce livre. En effet, les différents discours sur l’altérité, construits à la confluence de la culture savante, d’un système de représentations occidentales et de l’expérience née de la rencontre affectent en retour la définition de la christianitas. Les attitudes des auteurs varient selon leur statut et selon les trajectoires propres à chacun. Après l’analyse des modalités et des rythmes de l’intégration des chrétiens d’Orient par les Latins à leur univers culturel, cette étude analyse le discours latin sur l’altérité orientale. Aux prémisses de la rencontre et à l’autorité de la chose lue, succèdent bientôt la découverte de visu et in situ et l’autorité de la chose vue et, souvent, entendue. Comment les Latins perçoivent-ils leurs coreligionnaires et ces perceptions parviennent-elles à bouleverser les a priori du départ ? Puis, au premier regard, dans lequel affleure la spontanéité de la réaction à l’altérité, succède et se superpose un discours plus construit où les autorités et les représentations pèsent davantage, sans que cela soit toujours du domaine du conscient. Les enjeux, territoriaux, pastoraux et évangéliques contribuent alors à définir les contours des images de l’autre.

L’auteur a de plus mis en ligne le dossier de presse sur le site Academia, ici.

 

Travels and mobilities in the Middle Ages

Un volume vient de paraître aux éditions Brepols, intitulé Travels and mobilities in the Middle Ages, dirigé par Marianne O’Doherty et Felicitas Schmieder.

Il rassemble plusieurs contributions portant sur le thème du voyage et présentées à l’International Medieval Congress de Leeds de 2010. Il constitue le volume 21 de la collection “International Medieval research”.

Le voyage est entendu dans un sens large et l’espace géographique et chronologique couvert est particulièrement vaste, allant de la Scandinavie à Constantinople, voire à l’empire maritime portugais, et du haut Moyen Âge au XVIe siècle.

 

Table des matières :

Introduction

Centres and Peripheries: Travellers to and on the Margins

‘Them Friars Dash About’: Mendicant terminatione in Medieval Scandinavia — JOHNNY GRANDJEAN GØGSIG JAKOBSEN

Continuer la lecture

Une biographie de Jacques de Vitry

Une biographie de Jacques de Vitry vient de paraître chez Brepols :

Jean Donnadieu, Jacques de Vitry entre l’Orient et l’Occident: l’évêque aux trois visages, dans la collection “Témoins de notre histoire”.

Ce personnage est bien connu des spécialistes des descriptions de l’Orient au Moyen Âge, ainsi que d’autres domaines, car ses écrits embrassent un champ géographique et thématique très large.

Après avoir activement participé à la prédication de la 5e croisade, Jacques de Vitry est nommé évêque d’Acre en 1216 et part alors en Orient. Il transmet son expérience à la fois par des lettres1 et par son Histoire orientale.

L’auteur de cette biographie, Jean Donnadieu, a également édité et traduit en français l’Histoire orientale de Jacques de Vitry, en 2008, dans la collection “Sous la Règle de saint Augustin” chez Brepols.

  1. Jacques de Vitry, Lettres de la Cinquième croisade, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, Brepols (coll. Sous la Règle de saint Augustin), 1998. []

Liudprand de Crémone

L’édition intégrale, accompagnée de la traduction en français des oeuvres de Liudprand de Crémone, dont le récit de ses ambassades à Byzance, vient de paraître aux Editions du CNRS, dans la collection “Sources d’histoire médiévale” publiée par l’IRHT :

Liudprand de Crémone

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur :

Liudprand (vers 920-972 ?), originaire de Pavie où il entra dans la carrière ecclésiastique, est un témoin privilégié des vicissitudes politiques du xe siècle. Retour d’une ambassade à Constantinople menée pour le compte du roi d’Italie Bérenger II en 949, il s’exila en Germanie : un choix gagnant, qui lui valut de devenir évêque de Crémone en 962, au moment où Otton Ier vint ceindre la couronne impériale à Rome. C’est à la cour ottonienne qu’il fit ses armes d’écrivain d’église, en composant un sermon pour les fêtes de Pâques.

Mais Liudprand est surtout connu pour son oeuvre historiographique engagée. Avec la Rétribution (Antapodosis), il répond à une sollicitation de son confrère mozarabe d’Elvire (Grenade), en dressant une « histoire des empereurs et des rois de toute l’Europe » depuis l’éclatement de l’empire carolingien en 888 jusqu’à son temps, et dans laquelle le point de vue alterne entre l’Italie, la Germanie et Byzance. Il s’agit en réalité de justifier les prétentions ottoniennes sur l’Italie. L’Histoire d’Otton est un court pamphlet qui veut donner le point de vue du nouvel empereur saxon sur les conditions discutées de l’éviction du pape Jean XII, en 964. Enfin, l’Ambassade à Constantinople, récit d’un autre séjour dans l’Orient grec, en 968, dresse un tableau aussi noir que précis des usages diplomatiques byzantins.

Au fil de ses écrits, Liudprand, l’évêque courtisan spécialiste des relations diplomatiques, délivre un message moral sans cesse répété sur la responsabilité qu’implique le libre arbitre. Il le fait dans un style alerte farci de références classiques, maniant sans retenue l’invective, la harangue et les scènes hautes en couleur teintées d’un humour scabreux, qui ont beaucoup fait pour la légende noire du « siècle de fer ». 

La présente traduction donne pour la première fois accès à l’intégralité du texte en français, en regard du latin. Elle est précédée d’une présentation historique et littéraire et s’accompagne d’un commentaire nourri, avec un accent particulier sur l’identification des sources.

François Bougard, ancien membre et directeur des études médiévales de l’École française de Rome, est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et directeur de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS).

 

 

Lire Marco Polo au Moyen Âge

J’ai la grande joie de vous annoncer la sortie de :

Lire Marco Polo au Moyen Âge : traduction, diffusion et réception du Devisement du monde, aux éditions Brepols, dans la collection “Terrarum orbis”.

couvertureVoici la 4e de couverture : Ce travail retrace la diffusion et la réception du livre de Marco Polo du début du XIVe siècle jusqu’à l’époque des grandes découvertes. Pendant cette période de deux siècles, le texte a été traduit à plusieurs reprises et dans de nombreuses langues, témoignant d’une diffusion dans une grande partie de l’Europe et dans des milieux sociaux et culturels variés. L’examen des 141 manuscrits subsistants, des mentions d’inventaires ou de catalogues de bibliothèques, ainsi que l’analyse des emprunts faits au Devisement du monde dans d’autres œuvres, montrent que ce texte a été largement diffusé et qu’il a été abondamment lu et utilisé. La première partie est consacrée à l’étude des traductions et des différentes versions par lesquelles le texte s’est répandu. La deuxième partie traite de la diffusion et de la réception dans différentes régions de l’Europe médiévale, selon différentes catégories sociales et en fonction de certains contextes, comme par exemple sa réception chez les dominicains italiens ou son utilisation par les chroniqueurs. Les usages géographiques et cartographiques du récit de Marco Polo font l’objet de la troisième partie, qui examine en dernier lieu l’éventuelle influence du texte sur les grandes découvertes.

En bonus, je vous mets ici la table des matières :

Introduction générale
première partie : LA TRADITION TEXTUELLE DU DEVISEMENT DU MONDE
Introduction

Chapitre premier : Les versions du groupe A (hors VA)
I. Les versions francophones
1. Le texte franco-italien (F) : Le divisament dou monde
2. La version française (Fr) : Le devisement du monde
3. Une version anglo-normande : Le devisement et les diversitees du monde
II. La version K : une origine avignonaise ?
1. La version catalane : Libre de les provincies e de les encontrades qui son desotz la senyoria del gran emperador del Catay
2. La version aragonaise : El libro de Marco Polo ciudadano de Venecia
3. La version française : Le livre des provinses et des encontrees qui sont soubz la seignourie du grant empereur del Cathey
III. La version toscane (TA) : Milione
1. Une version pour les marchands ?
2. La version LT : Liber descriptionis provinciarum Ermenie, Persidis, Turchie et utriusque Yndie et insularum que sunt in Yndia

Chapitre II : La version vénitienne (VA) et sa postérité7
I. VA, une version à la représentation défectueuse
1. La première recension
2. Les manuscrits tardifs : Libro dele cosse mirabile
3. Les éditions vénitiennes
4. L’édition castillane
II. La version LB : De mirabilibus mundi
1. Une traduction latine précoce
2. Une traduction faite en Lombardie ?
III. La version toscane TB : Il libro di messere Marco Polo cittadino di Vinegia nel quale tratta delle conditioni et provincie del mondo
1. Une seconde version toscane
2. Une traduction allemande : Das buch des edlen ritters und lantfarers herrn Marcho Polo, in dem er schreybet die grossen wunder disser welt
IV. La version LA : Liber de morum et gentium varietatibus
1. La tradition manuscrite
2. Une traduction humaniste ?
3. La version toscane de Piero Vaglienti
4. La version allemande d’Admont : dy heydenische cronike

Chapitre III : La version latine de Francesco Pipino et sa descendance
I. La traduction de Francesco Pipino
1. Biographie et oeuvres de Francesco Pipino
2. La traduction du livre de Marco Polo (P) : Liber de conditionibus et consuetudinibus orientalium regionum
3. Éléments pour un stemma
II. Traductions de la version de Pipino
1. La version française : Le livre de missire Marc Paul, natif de Venise, des condicions et coustumes des principales régions de l’Orient
2. La version gaëlique
3. La version tchèque : Milion Markussowy z Benatek
4. La version vénitienne : Libro de lo savio et honorevole homo e fidele signore miser Marcopolo de Venesia
5. La version portugaise : Ho livro de Marco Paulo de Veneza das condiçoões e custumes das gentes e das terras e provincias orientaes
III. La version abrégée de Melk, Wurtzbourg et Tegernsee : Exerpta ex historia Marci Pauli de Veneciis de regionibus orientalibus
1. Une version liée à la réforme monastique
2. La tradition textuelle

Chapitre IV : Les versions du groupe B
I. La version Z : Liber domini Marci Pauli
1. Les particularités de Z
2. Une seconde rédaction ?
3. Une fortune vénitienne
II. Le Compendium latinum (L) : Extracta et translata de libro domini Marchi Paulo
1. De la Vénétie à la Flandre
2. La tradition textuelle
III. La version V : De la instituzione del mondo
1. Le manuscrit
2. Les particularités de la version V
IV. La version VB : Liber Milionis civis Veneciarum
1. Une version tardive
2. Une réécriture littéraire
Conclusion

deuxième partie : LA DIFFUSION ET LA RÉCEPTION DU TEXTE DANS L’EUROPE MÉDIÉVALE
Introduction

Chapitre premier : Une diffusion rapide et large
I. Une diffusion précoce
1. La France
2. L’Angleterre
3. La singularité de l’espace ibérique
II. Diversité des milieux touchés
1. Les religieux
2. Les princes
3. Marchands et médecins

Chapitre II : Le statut du livre et de l’auteur
I. Les témoignages des manuscrits
1. La désignation de l’oeuvre dans ses titres
2. Les représentations de l’auteur dans les manuscrits
II. Se divertir
1. Une « recreatio »
2. L’utilisation du récit dans la littérature épique
III. S’instruire
1. Le Libro di varie storie d’Antonio Pucci
2. Marco Polo lu par les autres voyageurs

Chapitre III : Les dominicains et le livre de Marco Polo
I. L’usage du Devisement du monde par les dominicains
1. Filippino de Ferrare et son Liber de introductione loquendi
2. Le légendier de Pietro Calo da Chioggia
3. Les sermons de Nicoluccio d’Ascoli
4. Deux chroniques dominicaines
II. La circulation du livre de Marco Polo parmi les dominicains italiens
1. La province de Lombardie inférieure
2. Un récit populaire dans la première moitié du xive siècle
III. Le devisement du monde, un recueil d’exempla ?
1. Les miracles de Bagdad et de Samarcande
2. Des sermons anglais

Chapitre IV : Le voyage de Marco Polo : un événement historique, ou l’insertion du récit dans les textes historiques
I. Une source d’informations historiques et ethnographiques
1. Le Chronicon de Francesco Pipino
2. La Nuova cronica de Giovanni Villani
II. La place de la géographie dans l’histoire
1. L’Historia aurea de John of Tynemouth
2. Le manuscrit Oxford, Bodleian Library, Digby 196
III. Un événement historique
1. La Chronique de Saint-Bertin
2. La Cronica ymaginis mundi de Jacopo d’Acqui

Chapitre V : Le rôle de Venise dans la diffusion du texte
I. Le témoignage de la tradition textuelle
1. Le rôle joué par Marco Polo
2. Les traductions faites dans le domaine vénitien
II. La présence du livre à Venise
1. Un manuscrit fantôme
2. L’usage du livre par les Vénitiens
III. Venise, lieu de référence
1. Marco Polo authentifié par les Vénitiens
2. A la recherche du texte original
Conclusion

troisième partie : LE LIVRE DE MARCO POLO ET LES DISCUSSIONS GÉOGRAPHIQUES DE LA FIN DU MOYEN AGE
Introduction

Chapitre premier : La place de Marco Polo dans les débats humanistes
I. Les débuts de la géographie humaniste
1. Domenico Bandini, Fons memorabilium universi
2. Domenico Silvestri, De insulis et earum proprietatibus
II. La géographie pour les princes ou les images du monde du xve siècle
1. Le Liber de figura mundi de Luis de Angulo (1456)
2. Le monde décrit par Giovanni Fontana
III. Les Anciens contre les modernes ?
1. Un certain rejet
2. La « synthèse » cartographique

Chapitre II : Les géographes germaniques et Marco Polo
I. La diffusion du texte dans les pays germano-flamands au xve siècle
1. Une diffusion massive
2. Le rôle des établissements religieux
II. Lectures, annotations, schémas
1. Les entreprises cartographiques bavaro-autrichiennes
2. Les Pays-Bas bourguignons
III. Henri le Chartreux et l’Oculus fidei
1. Trois manuscrits
2. Henri le Chartreux
3. Un traité de spiritualité fondé sur des textes géographiques
Épilogue : Le globe de Martin Behaim

Chapitre III : Le livre de Marco Polo et les grandes découvertes
I. Une nouvelle route vers l’Orient
1. Les projets
2. Les découvertes racontées par Christophe Colomb
II. Nouvelles terres, textes anciens ?
1. Comparer
2. L’assimilation des découvertes
III. La place du livre de Marco Polo dans le nouveau schéma géographique
1. Le rejet des thèses de Colomb
2. Comprendre

Conclusion
Conclusion générale
Annexes
Sources et bibliographie
Sources imprimées
Bibliographie
Indices
Index codicum
Index nominum
Index locorum

Ambassadeurs “entre mondes éloignés”

Les ambassadeurs sont des voyageurs par excellence, surtout quand ils remplissent des missions les conduisant vers des pays lointains. Le voyage, le déplacement est constitutif de leur fonction, même si les documents qui nous renseignent sur les relations diplomatiques comportent rarement des informations sur le voyage en lui-même.

Les Presses Universitaires de Rennes font paraître un volume collectif, réuni par Nicolas Drocourt, sur ces ambassadeurs “entre mondes éloignés” :

ambassadeurs001

La figure de l’ambassadeur entre mondes éloignés : Ambassadeurs, envoyés officiels et représentations diplomatiques entre Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien (XIe-XVIe siècle), Rennes, 2015, coll. “enquêtes et documents” n°51.

Les différentes contributions de ce volume s’intéressent principalement aux ambassadeurs, à leur identité, à leurs fonctions, à leur formation et à leur statut social, davantage qu’aux négociations diplomatiques.

Sur le site des PUR, on peut trouver accessibles en ligne l’introduction, la table des matières, la présentation des auteurs, les résumés des contributions, ainsi que la 4e de couverture.

Je reproduis ici la table des matières :

– Nicolas Drocourt : Introduction

– Thomas Tanase : Les envoyés pontificaux en Orient au XIIIe siècle: ambassadeurs ou missionnaires ?

– Isabelle Augé : Les ambassadeurs chez les chroniqueurs arméniens du XIIIe siècle

– Radu G. Paǔn : “Ambassadeurs”, “émissaires” et autres. Vocabulaire et pratiques de la diplomatie au carrefour des langues (principautés de Valachie et de Moldavie, XVe-XVIe siècles)

– Elisabeth Malamut : La figure de l’ambassadeur byzantin auprès des Ottomans dans la première moitié du XVe siècle

– Mohamed Ouerfelli : Les ambassadeurs pisans dans le monde musulmans (l’Egypte et le Maghreb, XIIe-XIVe siècle)

– Eric Vallet : Les messagers du grand large. Ambassades et ambassadeurs entre mer Rouge et océan Indien (VIIIe-XVe siècle)

– Maria Pia Pedani : Muslim ambassadors to Venice up to the 16th century

– John Tolan : Conclusions

– Résumés

– Abstracts

– Les auteurs

Une nouvelle traduction du récit de Jean de Plancarpin

Les éditions Anacharsis, qui ont déjà publié d’autres récits de voyages dans leur collection “Famagouste”, font paraître un nouveau volume contenant la traduction en français du récit de Jean de Plancarpin :

arton156-b54b6La traduction et le commentaire sont dus à Thomas Tanase, spécialiste des missions franciscaines auprès des Mongols. Sa thèse, récemment publiée elle aussi, a été signalée ici.

 Ce volume contient non seulement le récit de Plancarpin (l’Historia Mongolorum), mais aussi trois autres témoignages de son voyage (la version de C. de Bridia, les informations recueillies auprès de Benoît de Pologne, un extrait de la chronique de Salimbene de Adam), ainsi que les lettres échangées entre le pape Innocent IV et le grand khan.

Jusque-là, deux traductions françaises étaient disponibles : celle due à Clément Schmitt1 et celle, paru quatre ans après, de Jean Becquet et Louis Hambis2. Pas très anciennes, elles étaient cependant dépassées et d’une qualité souvent médiocre. N’ayant pu avoir pour l’instant cette nouvelle publication sous les yeux, je ne peux juger de sa qualité, mais il est indéniable que Plancarpin méritait une traduction nouvelle.

On peut en feuilleter des extraits ici.

  1. Jean de Plancarpin, Histoire des Mongols, enquête d’un envoyé d’Innocent IV dans l’empire tartare (1245-1247), traduction française et présentation du P. Clément Schmitt O.F.M., Paris, Editions franciscaines, 1961 []
  2. Jean de Plan Carpin, Histoire des Mongols, trad. J. Becquet et L. Hambis, Paris, Adrien Maisonneuve, 1965 []

Le voyage de saint Brendan

Parmi les récits de voyage fictifs composés au Moyen Âge, la Navigation de saint Brendan occupe une place remarquable, tant du point de vue de sa grande diffusion que de son influence sur la littérature médiévale en générale et sur celle du voyage en particulier.

Une édition critique, prenant en compte l’ensemble de la traduction manuscrite latine, vient de paraître, accompagnée d’une traduction en italien, rendant ainsi ce texte plus facilement accessible.

Navigation sancti Brendani. Alla scoperta dei segreti meravigliosi del mondo, edizione critica a cura di Giovanni Orlandi e Rossana E. Guglielmitti, introduzione di R. E. Guglielmitti, traduzione italiana e commento di Giovanni Orlandi, Florence, SISMEL, coll. “Per Verba. Testi mediolatini con traduzione” 30, 2014.

Giovanni Orlandi († 2007) avait déjà publié ce récit en 1968, mais en qualifiant cette édition de “provisoire”1 . Cette nouvelle édition est fondée sur les recherches qu’il n’a cessé de mener sur ce texte, sur la base d’une tradition manuscrite complétée, permettant une édition critique plus fiable.

Elle remplace également l’autre édition latine disponible, qui ne prenait en compte qu’une partie des manuscrits : Navigatio Sancti Brendani Abbatis from Early Latin manuscripts, edited with introduction and notes by Carl Selmer, Notre Dame, University of Notre Dame Press, coll. “Publications in Mediaeval Studies” 16, 1959.

  1. Navigatio sancti Brendani, éd. Giovanni Orlandi, Milan, Varese, coll. “Testi e documenti per lo studio dell’antichità” 38, 1968, t. 1 : Introduzione, t. 2 : Edizione provvisoria del solo testo latino []