Archives de catégorie : Lectures

Odorico da Pordenone

Une édition critique du récit de voyage d’Odoric de Pordenone vient de paraître :

Odorico da Pordenone, Relatio de mirabilibus orientalius Tatarorum, éd. Annalia Marchisio, Florence, Edizioni del Galluzzo, 2016 (coll. Edizione nazionale dei testi mediolatini d’Italia, 41).

Ce récit, pourtant bien connu de tous ceux qui s’intéressent aux voyages au Moyen Âge, n’était jusque-là pas disponible en édition critique et il était malaisé de s’y retrouver entre les différentes versions, dont peu étaient d’ailleurs éditées correctement.

Il est vrai qu’il existe un grand nombre de manuscrits de ce récit, répartis en plusieurs versions et rédactions latines, mais aussi dans des traductions vernaculaires (toscan, vénitien, français, allemand, castillan et gaëlique).

Ce volume s’occupe uniquement des versions latines, qui sont au nombre de neuf. Après avoir décrit les manuscrits latins, l’éditrice retrace la tradition manuscrite de ce texte, en identifiant les différentes rédactions et en les articulant les unes aux autres.

Suit alors l’édition critique des différentes versions, pourvue d’un apparat critique très complet.

Il ne s’agit pas seulement d’une nouvelle édition d’un texte bien connu, mais de la première vraie édition critique de ce récit. Les chercheurs disposent enfin d’un texte sûr, fiable et lisible pour l’un des récits de voyage les plus populaires à la fin du Moyen Âge. L’éditrice doit être félicitée pour le grand effort que ce travail a dû représenter et pour l’avoir mené à terme, alors que les tentatives faites par le passé n’ont jamais abouti.

Une itinérance prophétique

Le 23 février 1474, l’ambassadeur Ambrogio Contarini quitte Venise pour rejoindre la Perse et inciter le souverain Uzun Hasan à reprendre la guerre contre les Ottomans…

Avant de parvenir à destination, l’ambassadeur vénitien se rend en Pologne, puis traverse la Russie pour rejoindre Caffa sur la mer Noire. Il voyage ensuite à travers la Géorgie et l’Arménie, avant d’arriver à Tabriz et de prolonger son itinéraire jusqu’à Ispahan, où se trouve Uzun Hasan, chef de la tribu turkmène des Moutons Blancs (ou Ak Koyunlu), avec qui les Vénitiens cherchent à conclure une alliance afin de combattre les Ottomans. Lors du voyage retour, il passe de nouveau par la Russie et se rend jusqu’à Moscou.

Une traduction française de ce récit vient de paraître dans la collection Bibliothèque d’histoire médiévale des Classiques Garnier : Une itinérance prophétique : le voyage en Perse d’Ambrogio Contarini (1474-1477), trad. Pascal Vuillemin, Paris, 2016.

Cette traduction est fondée sur l’édition incunable, publiée à Venise en 1487 : Viazo de misier Ambrosio Contarini ambasador de la illustrissima Signoria de Venesia al signor Uxuncassam re de Persia, Venise, per Hannibalem Fosium parmensem.

On dispose également d’une édition critique de ce texte, joint à celui d’une autre ambassade vénitienne : I viaggi in Persia degli ambasciatori Barbaro e Contarini, éd. Lawrence Lockhart, Roberto Morozzo della Rocca et Maria Francesca Tiepolo, Rome, Istituto Poligrafico dello Stato, 1973 (coll. Il nuovo Ramusio, VII).

Ce texte est à la fois un récit de voyage, un rapport d’ambassade et un roman d’aventures. Mais le traducteur met également en avant les accents prophétiques et les sentiments religieux, spirituels, de l’auteur.

Cet ouvrage, qui offre à la disposition de tous le récit de cette ambassade en français moderne, contient deux parties : un ample essai introductif consistant en une présentation du texte, de l’auteur et du contexte, qui occupe à peu près la moitié du volume, puis la traduction elle-même, pourvue de notes abondantes.

Savoirs et fiction

Il y a quelques mois, est paru un volume, dirigé par Dominique Boutet et Joëlle Ducos, intitulé Savoirs et fiction au Moyen Âge et à la Renaissance (Paris, PUPS, 2015).

Les relations entre la science et la fiction sont complexes au Moyen Âge et ces deux domaines, que nous aurions tendance à radicalement séparer à notre époque, sont au contraire souvent mêlés et ne sont pas considérés comme antinomiques. La fiction (catégorie qui n’apparaît d’ailleurs qu’à la fin du Moyen Âge) apparaît comme un moyen utile pour faire passer des connaissances, de façon ludique ou auprès d’un public non savant, tandis que certains auteurs parsèment leurs oeuvres littéraires de références ou de discours savants, soit par souci de réalisme, soit par effet de mode – on constate ainsi une certaine vogue de l’Orient dans les romans épiques de la fin du Moyen Âge.

Comme l’écrivent les deux éditeurs en introduction (p. 7) :  » S’interroger sur les relations entre fiction et savoirs au Moyen Âge n’est donc pas une question anachronique, ni celle de l’historien des mentalités ou de la culture, mais amène à définir ce qu’est fondamentalement la littérature médiévale et la littérarité, entre divertissement et enseignement, ou, pour reprendre les catégories antiques entre le placere et le docere. « 

Résumé proposé sur le site de l’éditeur :

La littérature du Moyen Âge est réputée pour son orientation didactique. Cette orientation a produit certains de ses chefs‐d’oeuvre, comme le Roman de la Rose, dont la partie attribuée à Jean de Meun s’autorise de la fiction allégorique et romanesque de Guillaume de Lorris pour diffuser un grand nombre de connaissances encyclopédiques passées au crible d’une pensée. Les prologues des oeuvres narratives répètent à l’envi que celui qui possède un savoir ne doit pas le garder pour lui, mais le divulguer largement.
Trois voies s’ouvrent pour cette divulgation : la voie didactique pure (celle des traités, traduits ou non du latin), la fiction scientifique (conçue ad hoc, généralement en recourant à la technique de l’allégorie), et l’insertion de savoirs dans des oeuvres de fiction. Des savoirs nouveaux peuvent venir irriguer des fictions romanesques, comme on le voit dans des proses de la fin du Moyen Âge qui entraînent leur héros vers des terres mises à la mode par les récits de voyages et donc par les savoirs géographiques nouveaux.
Ce sont ces problématiques croisées que ce volume veut approfondir sur une longue durée couvrant le Moyen Âge et la Renaissance, dans l’esprit d’une continuité et non d’une rupture, en montrant que la sensibilité aux découvertes constitue un mouvement de fond qui produit des efflorescences dès l’émergence de notre littérature en langue vulgaire et qui entretient des rapports complexes avec la fiction, qui ne sont pas de rapports d’opposition, et qui demandent à être décrits et mis en lumière.

Une bonne place est accordée, tant dans l’introduction que dans les contributions, à la question de l’insertion de savoirs géographiques et à celle de l’influence des récits de voyages sur la littérature.

C’est le cas des articles suivants :

  • Dominique Boutet : Savoirs géographiques et fictions épiques à la fin du Moyen Âge (Esclarmonde, Jean d’Outremeuse, Mabrien), p. 59-71.
  • Laurent-Henri Vignaud : Un héritage bien encombrant : la relecture des « livres de merveilles » médiévaux par les savants de la Renaissance, p. 73-95 (en grande partie consacré aux lectures de Gervais de Tilbury).
  • Catherine Gaullier-Bougassas : Savoir scientifique et « roman historique »: le Roman d’Alexandre de Thomas de Kent, p. 143-159.
  • Frank Lestringant : Le monde dans la barbe de Panurge (Tiers Livre, XXVIII) : l’inscription du savoir cosmographique dans l’oeuvre de Rabelais, p. 233-245.

Mais l’on rencontre aussi l’insertion de savoirs géographiques dans d’autres types de textes, comme par exemple la poésie hagiographique, telle la Vita sancti Malchi de Reginald de Canterbury, présentée dans ce volume par Jean-Yves Tilliette (La poésie hagiographique des Xe et XIe siècles comme support d’un savoir scientifique, p.27-41), où l’on trouve une énumération de noms de fleuves (ibid., p.39).

Voir la table des matières complète de l’ouvrage, toujours sur le site de l’éditeur.

Du nouveau sur Burchard de Mont Sion

Burchard de Mont Sion, un dominicain allemand, est l’auteur d’une description de la Terre sainte composée à la fin du XIIIe siècle, qui outre son caractère exhaustif, est notamment connue pour son mode de description géographique original et novateur. Ce texte a rencontré un important succès au Moyen Âge, comme en témoignent le grand nombre de manuscrits subsistants (plus d’une centaine) et d’impressions précoces, ainsi que de nombreuses citations et utilisations dans des oeuvres postérieures. Mais peu de choses sont connues avec certitude sur cet auteur.

Par ailleurs, la seule édition dont on dispose est celle, relativement ancienne, de J.C.M. Laurent, Peregrinatores Medii Aevi quatuor, Leipzig, 1864, rééd. 1873, qui ne repose que sur un petit nombre de manuscrits.

Jonathan Rubin vient de publier un article présentant un manuscrit du texte de Burchard contenant des éléments qui ne se rencontrent pas dans les autres manuscrits, et par conséquent ignorés de l’édition de Laurent.

Cet article, « Burchard of Mount Sion’s Descriptio Terrae Sanctae: a newly discovered extended version », a été publié dans la revue Crusades, t. 13, 2014, p.173-190.

Les principaux éléments nouveaux apportés par ce manuscrit (Londres, British Library, Add. 18929) sont les suivants:

– une version plus détaillée du voyage de Burchard en Egypte.

– une description de l’Egypte, qui suit le récit du voyage.

– une partie que l’auteur de l’article nomme « continuation », totalement inédite, qui contient encore des éléments relatifs au voyage en Egypte de Burchard, ainsi que le récit de son voyage retour, en passant par la Sicile, Naples, Rome et Bologne, avant de retourner en Arménie puis à Chypre.

Outre l’intérêt de ces éléments inédits quant à leur contenu et leur rôle dans l’économie du texte, ils permettent également de mieux connaître l’auteur et les circonstances de ses voyages en Orient.

En annexe, J. Rubin édite le texte du voyage en Egypte et celui de la « continuation » selon ce manuscrit de Londres.

Il est à souhaiter que cet article suscite de nouveau l’intérêt pour le texte de Burchard, afin que l’ensemble des manuscrits qui le contiennent soient examinés (il n’est pas exclu que d’autres contiennent également ces éléments supplémentaires) et afin, surtout, d’aboutir à une nouvelle édition critique de ce texte, qui le rétablisse dans son extension la plus complète.

Cartographier l’Orient

Vient de paraître un ouvrage sur les représentations cartographiques et textuelles de l’Orient méditerranéen à la fin du Moyen Âge :

Emmanuelle Vagnon, Cartographie et représentations de l’Orient méditerranéen en Occident (du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle), Turnhout, Brepols, 2013 (Terrarum orbis, 11), 453 p.

Ce livre, issu d’une thèse de doctorat (soutenue en 2007 à l’Université Paris I), analyse les représentations cartographiques de l’Orient faites dans  le monde latin du XIIIe au XVe siècle. Cet « Orient » comprend la Terre sainte, mais est aussi élargi aux régions voisines, de Constantinople à l’Egypte, en passant par la Syrie et en incluant les îles de la Méditerranée orientale. La Terre sainte, qui a très tôt bénéficié de descriptions écrites et de représentations cartographique, en raison de l’histoire biblique, des pèlerinages et des croisades, occupe une place importante mais pas exclusive dans cet ouvrage.

Les cartes envisagées sont de diverses sortes : il s’agit aussi bien de mappemondes, que de cartes marines, de cartes régionales et locales, sans oublier les cartes dites « ptoléméennes ». Une grande place est également accordée aux textes, soit qu’ils documentent l’existence de cartes qui n’ont pas été conservées, soit qu’ils rendent compte d’usages de ces cartes sur l’Orient, soit encore qu’ils apportent un complément nécessaire à la bonne appréhension du contexte de fabrication ou de réception de ces cartes. En fin d’ouvrage, 17 planches en couleur reproduisent les principales de ces cartes.

Le propos est divisé en quatre grands chapitres, qui se succèdent de façon à la fois thématique et chronologique :

– le premier chapitre est centré sur la Terre sainte et porte surtout sur les mappemondes oecuméniques. Elle interroge en particulier la question de la centralité de la Terre sainte (et de Jérusalem) et des lectures théologiques ou escatologiques de ces mappemondes.

– le deuxième chapitre est consacré aux cartes élaborées en relations avec des projets de croisade au XIVe siècle. Sont notamment étudiées les oeuvres de Burchard de Mont-Sion, Fidence de Padoue, Galvano di Levanto et Marino Sanudo.

– vient ensuite un chapitre portant sur les cartes marines des XIVe et XVe siècles, sur leurs méthodes de construction, sur leurs usages et sur leur impact sur les représentations de l’Orient en général.

– le dernier chapitre s’intéresse à la production du XVe siècle, marquée à la fois par l’humanisme (qui se traduit ici par un intérêt pour les îles et les vestiges antiques), par la question des réponses à apporter à l’avancée ottomane et par la diffusion et l’adaptation des cartes issues de la Géographie de Ptolémée.

Le volume est pourvu de plusieurs annexes dont un catalogue des cartes de Terre sainte du XIIe au XVe siècle et une présentation détaillée de l’oeuvre de Galvano di Levanto.

En centrant son étude sur un espace à la fois bien délimité tout en étant relativement étendu, E. Vagnon montre comment les représentations cartographiques de cet espace ont évolué en l’espace de deux siècles et demi, en fonction de contextes et d’objectifs différents. Les cartes étudiées répondaient à des besoins et des circonstances précises et particulières, preuves qu’elles étaient considérées comme opérantes et reflétant une certaine réalité.

Riccoldo de Montecroce et les chrétiens d’Orient

Une contribution récemment publiée s’intéresse aux débats que le dominicain Riccoldo de Montecroce a eus avec les Nestoriens et les Jacobites qu’il a rencontrés lors de son voyage en Orient, en particulier dans les villes de Mossoul et de Bagdad, où il a séjourné plusieurs années :

Mariken Teeuwen, « Riccoldo da Monte di Croce : religious debates in Riccoldo of Monte Croce’s Liber peregrinationis« , dans Portraits de maîtres offerts à Olga Weijers, éd. Claire Angotti, Monica Brînzei et M. Teeuwen, Porto, FIDEM, 2012, p. 415-421.

Après avoir retracé le parcours du missionnaire, M. Teeweun offre une analyse de deux épisodes relatant des débats entre Riccoldo et les Jacobites, puis les Nestoriens. Elle donne, dans le texte, une traduction en anglais de ces épisodes, et, en annexe, le texte latin.

Montecroce et les Jacobites2

(Riccoldo de Montecroce et les Jacobites, selon le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 2810, f.)

 

Pour lire le récit de Riccoldo : Riccold de Monte Croce, Pérégrination en Terre sainte et au Proche Orient. Lettres sur la chute de Saint-Jean d’Acre, éd. et trad. René Kappler, Paris, Champion, 1997.

Un ouvrage récent porte sur les relations entre Riccoldo et les musulmans : Rita George-Tvrtkovic, A Christian Pilgrim in Medieval Iraq : Riccoldo da Montecroce’s Encounter with Islam, Turnhout, Brepols (Medieval Voyaging, 1), 2013.