Archives mensuelles : mars 2014

« Jusqu’aux limites du monde »

Thomas Tanase vient de publier sa thèse de doctorat (soutenue en juin 2011), sous le titre: « Jusqu’aux limites du monde » : la papauté et la mission franciscaine, de l’Asie de Marco Polo à l’Amérique de Christophe Colomb, Rome, Ecole française de Rome, 2013 (Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 359), 860 p.

couverture du livre de Thomas Tanase

4e de couverture:

Lorsqu’ils découvrirent les immensités asiatiques après avoir subi l’assaut des armées mongoles en 1241, les Occidentaux furent pris d’un immense vertige, dont une des formes les plus spectaculaires fut le départ de missionnaires, pour la plus grande part franciscains, jusqu’à l’autre bout du monde. Toutefois, cet élan ne fut pas une simple réaction évangélique. Il est aussi le signe d’une société en pleine transformation, marquée par l’apparition de nouvelles manières de vivre le christianisme, dont un des marqueurs fut justement cette mobilisation autour du thème de l’évangélisation, qui prolongeait plus qu’elle ne contredisait une croisade entendue d’abord comme rêve d’unité du monde tout entier autour d’un ordre chrétien. Ce rêve fut recueilli par une Église-monde, et organisé par l’administration centralisée d’une papauté impériale. C’est de ce vaste mouvement que naquit la mission telle que nous la connaissons, c’est-à-dire une évangélisation portée par un corps spécialisé et par une administration en mesure de penser des stratégies globales. Mais plus profondément, c’est ce mouvement qui permit de mobiliser l’Occident latin autour d’une culture de l’expansion nourrie par un discours prophétique sur les succès futurs de la chrétienté – et ce jusqu’en Amérique. Après tout, Marco Polo, comme Christophe Colomb, furent peut-être davantage des missionnaires que des marchands.

Lien vers les publications de l’Ecole française de Rome.

Voyages et géographie au Moyen Âge

Journée d’étude, 12 mai 2014.

Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5, rue du Château de l’Horloge, salle Georges Duby.

Organisation : Christine Gadrat-Ouerfelli, Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (UMR 7298) – Aix-Marseille Université

Contact : christine.gadrat@gmail.com

affiche de la journée d'étude

Selon un proverbe bien connu, « les voyages forment la jeunesse ». Forment-ils aussi la géographie ? Autrement dit, pour poursuivre le jeu étymologique, les voyages permettent-ils d’informer, de réformer – voire de déformer – les connaissances géographiques ?

La question qui est posée est celle du rôle joué par les voyages et les récits qui en sont faits dans l’évolution, l’enrichissement et l’adaptation des connaissances géographiques au cours du Moyen Âge. On s’intéressera donc à la façon dont les informations transmises par les voyageurs, en particulier au sujet de contrées lointaines et peu connues, ont été reprises et intégrées dans des traités de géographies ou des cartes. Mais, plus largement, il s’agira de voir comment les récits de voyages médiévaux participent à la constitution d’un savoir géographique, que ce soit par les utilisations et les lectures qui en sont faites, ou en eux-mêmes. En effet, de nombreux récits, bien qu’issus de l’expérience d’un voyageur, adoptent la forme et les procédés d’un traité théorique, se présentant finalement davantage comme une somme que comme un journal de voyage. Dans ce cas, le contenu du texte déborde généralement l’horizon du parcours réellement effectué par le voyageur. Par ailleurs, on considère souvent que les récits de voyage fictifs sont en réalité des traités de géographie « déguisés » sous l’aspect d’un voyage, afin de les rendre plus attractifs ou plus faciles à mémoriser pour leurs lecteurs.

Souvent séparés dans l’historiographie et les études actuelles, récits de voyage et traités de géographie appartiennent cependant à des domaines conjoints, voire ne forment qu’un seul et même ensemble. On peut en effet considérer que, sous bien des aspects, les récits de voyage constituent un élément de la littérature géographique médiévale, l’un et l’autre n’étant pas encore codifiés et classés comme des genres spécifiques, mais pouvant adopter des contenus et des formes variables. Si des voyageurs ont souhaité rendre compte de leur expérience, c’est, dans bien des cas, pour faire en quelque sorte œuvre de géographes, afin de livrer à leurs contemporains les connaissances nouvelles qu’ils avaient acquises, ayant conscience d’être allés là où aucun ne s’était aventuré avant eux. De même, les géographes – si tant est que ce terme puisse s’appliquer à un savant au Moyen Âge – font fréquemment référence à des voyages ou à des voyageurs dans leurs argumentations et s’appuient sur l’expérience visuelle d’autrui.

Les études porteront aussi bien sur des récits de voyages que sur des traités de géographie ou des cartes, ou bien sur une confrontation de ces différents types de documents. De même, il sera intéressant de prendre en compte les différents états des textes ou des documents (traductions, adaptations, remaniements, réécritures…), qui peuvent témoigner d’usages et de réceptions diverses. Quel(s) que soi(en)t le (ou les) type(s) de document envisagé(s), cette journée tentera de répondre à la question de la participation des récits de voyage aux connaissances géographiques au Moyen Âge et des modalités de cette participation, qu’il s’agisse de contenus, de formes d’écriture, de lectures, d’usages, de citations ou de justification.

Cette journée est organisée en collaboration avec la journée d’étude de Strasbourg du 16 janvier 2014, organisée par Damien Coulon et présentée ici.

Programme :

9h30 – Christine Gadrat-Ouerfelli (LA3M/CNRS UMR 7298 – Aix-Marseille Université) : Introduction.

10h00 – Damien Coulon (Université de Strasbourg – EA ARCHE) : Un défi pour l’historien ? L’apport des voyages marchands aux connaissances géographiques à la fin du Moyen Âge.

10h30- Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne – AUSONIUS/CNRS UMR 5607) : Voyage et géographie d’après le Kitâb al-‘Ibar (« Le livre des exemples ») d’Ibn Khaldûn (m. 1406).

11h15 – Julia Roumier (Université Bordeaux Montaigne – EA AMERIBER) : La narration du voyage au service de la rêverie géographique. El Libro ultramarino : traduction castillane du récit de voyage d’Odorico de Pordenone (fin XIVe siècle).

11h45 – Marianne O’Doherty (Université de Southampton) : New research on the Vulgate Latin version of Mandeville’s Travels : the convergence of travel narrative and geography.

14h00 – Emmanuelle Vagnon (LAMOP/CNRS UMR 8589) : L’apport du pèlerinage en Terre sainte au savoir géographique : le cas de Bernhard von Breydenbach.

14h30 – Nathalie Bouloux (Université de Tours – CESR/CNRS UMR 7323) : Le statut des récits de voyage dans la géographie humaniste du XVe siècle.

15h30 – Elisabeth Malamut (Aix-Marseille Université – LA3M/CNRS UMR 7298) : Le voyage en Serbie de Nicéphore Grégoras (1326).

16h00 – Patrick Gautier Dalché (EPHE, IRHT/CNRS UPR 841) : Conclusions.