Archives mensuelles : avril 2014

Cartographier l’Orient

Vient de paraître un ouvrage sur les représentations cartographiques et textuelles de l’Orient méditerranéen à la fin du Moyen Âge :

Emmanuelle Vagnon, Cartographie et représentations de l’Orient méditerranéen en Occident (du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle), Turnhout, Brepols, 2013 (Terrarum orbis, 11), 453 p.

Ce livre, issu d’une thèse de doctorat (soutenue en 2007 à l’Université Paris I), analyse les représentations cartographiques de l’Orient faites dans  le monde latin du XIIIe au XVe siècle. Cet « Orient » comprend la Terre sainte, mais est aussi élargi aux régions voisines, de Constantinople à l’Egypte, en passant par la Syrie et en incluant les îles de la Méditerranée orientale. La Terre sainte, qui a très tôt bénéficié de descriptions écrites et de représentations cartographique, en raison de l’histoire biblique, des pèlerinages et des croisades, occupe une place importante mais pas exclusive dans cet ouvrage.

Les cartes envisagées sont de diverses sortes : il s’agit aussi bien de mappemondes, que de cartes marines, de cartes régionales et locales, sans oublier les cartes dites « ptoléméennes ». Une grande place est également accordée aux textes, soit qu’ils documentent l’existence de cartes qui n’ont pas été conservées, soit qu’ils rendent compte d’usages de ces cartes sur l’Orient, soit encore qu’ils apportent un complément nécessaire à la bonne appréhension du contexte de fabrication ou de réception de ces cartes. En fin d’ouvrage, 17 planches en couleur reproduisent les principales de ces cartes.

Le propos est divisé en quatre grands chapitres, qui se succèdent de façon à la fois thématique et chronologique :

– le premier chapitre est centré sur la Terre sainte et porte surtout sur les mappemondes oecuméniques. Elle interroge en particulier la question de la centralité de la Terre sainte (et de Jérusalem) et des lectures théologiques ou escatologiques de ces mappemondes.

– le deuxième chapitre est consacré aux cartes élaborées en relations avec des projets de croisade au XIVe siècle. Sont notamment étudiées les oeuvres de Burchard de Mont-Sion, Fidence de Padoue, Galvano di Levanto et Marino Sanudo.

– vient ensuite un chapitre portant sur les cartes marines des XIVe et XVe siècles, sur leurs méthodes de construction, sur leurs usages et sur leur impact sur les représentations de l’Orient en général.

– le dernier chapitre s’intéresse à la production du XVe siècle, marquée à la fois par l’humanisme (qui se traduit ici par un intérêt pour les îles et les vestiges antiques), par la question des réponses à apporter à l’avancée ottomane et par la diffusion et l’adaptation des cartes issues de la Géographie de Ptolémée.

Le volume est pourvu de plusieurs annexes dont un catalogue des cartes de Terre sainte du XIIe au XVe siècle et une présentation détaillée de l’oeuvre de Galvano di Levanto.

En centrant son étude sur un espace à la fois bien délimité tout en étant relativement étendu, E. Vagnon montre comment les représentations cartographiques de cet espace ont évolué en l’espace de deux siècles et demi, en fonction de contextes et d’objectifs différents. Les cartes étudiées répondaient à des besoins et des circonstances précises et particulières, preuves qu’elles étaient considérées comme opérantes et reflétant une certaine réalité.