Archives mensuelles : juillet 2014

Voyages et géographie au Moyen Âge – résumés

Nouvelle image

En complément du programme de la journée d’étude du 12 mai 2014 et en attendant la publication des actes à venir, voici les résumés des interventions (avec quelques changements dans les titres par rapport au programme ci-dessus) :

– Damien Coulon : La place des récits de voyage dans la culture des marchands catalans

Le présent article tente de résoudre un paradoxe indirectement lié au thème des connaissances géographiques : malgré les très nombreux voyages entrepris par des Catalans, en particulier par leurs marchands, d’une part ; malgré l’existence d’une langue vernaculaire qui a donné lieu à des formes littéraires variées et riches, d’autre part ; aucun récit de voyage de marchand catalan et en fait très peu dus plus généralement à des auteurs de cette origine ne nous sont parvenus.

Pour tenter d’expliquer ce paradoxe autrement que par la simple disparition accidentelle des récits qui auraient pu exister, cet article analyse tour à tour les éléments suivants : le cas des rares récits de pèlerinages dus à des Catalans et les motivations de leurs auteurs ; la question du rapport à l’écrit et aux récits des marchands catalans, et plus particulièrement d’une élite d’hommes d’affaires mêlée au gouvernement de la ville de Barcelone ; enfin quelques comparaisons avec des récits de marchands italiens et flamands de la fin du Moyen Âge.

Il en résulte un rapport des marchands catalans assez lâche avec les formes littéraires, mais privilégiant davantage une démarche et des objectifs pratiques qui s’expriment en fait bien mieux dans la documentation cartographique, que l’on sait effectivement très abondante et beaucoup plus foisonnante qu’ailleurs, à Majorque d’abord, puis également en Catalogne. C’est manifestement par ce vecteur, bien plus que par des formes littéraires que les marchands catalans ont transmis leurs nombreuses connaissances géographiques acquises de façon empirique, tandis que du côté italien, ces deux formes d’expression ne paraissent pas aussi déséquilibrées.

– Yann Dejugnat : Voyage et géographie d’après le Kitâb al-‘Ibar (« Le livre des exemples ») d’Ibn Khaldûn (m. 1406)

Depuis l’étude magistrale d’André Miquel, la plupart des études continue à faire relever le genre littéraire du récit de voyage (rihla) de la géographie arabe. Tout en s’inscrivant dans la continuité de leurs prédécesseurs abbassides, notamment par la nature des informations transmises dans ces ouvrages, la rihla marquerait une rupture majeure dans le projet d’écriture. Délaissant les ambitions d’une géographie impériale, elle manifesterait le renoncement au grand rêve de restauration de l’unité califale et au destin collectif de l’Islam au profit du seul parcours, individuel, du voyageur.

Le propos de notre communication est de revenir sur ces deux présupposés en nous concentrant sur les relations entre rihla et géographie à partir du célèbre Kitâb al-‘Ibar (« Livre des Exemples ») d’Ibn Khaldûn. Cette chronique universelle, qui prétend reprendre la démarche des historiens-géographes abbassides, présente, en outre, l’avantage de proposer à la fois une réflexion générale sur les rapports entre voyage et géographie dans son préambule, une géographie en ouverture de sa vaste « Introduction » (Muqaddima) et un récit de voyage qui clôt l’ouvrage.

La relecture de cette œuvre emblématique de la littérature arabe, replacée dans la tradition de la rihla, fait apparaître que la place de la géographie dans ce discours est à la fois marginale et décisive. Si elle n’occupe, sur le plan quantitatif, qu’une place minime si on la compare notamment à la matière historique, en revanche elle apparaît dans les articulations essentielles du texte pour identifier et justifier la localisation du pouvoir à même de réunifier l’Islam et, à ce titre, de revendiquer le titre de calife.

– Julia Roumier : Savoir géographique, encyclopédie et récit de voyage dans le Libro ultramarino (ms 3013 BNE). Traduction et remaniement des textes de Jacques de Vitry et d’Odoric de Pordenone (fin du 14e siècle)

El Libro ultramarino : c’est sous ce nom qu’est généralement cité un curieux manuscrit du 15e siècle (ms. 3013) de la Bibliothèque Nationale de Madrid. Il s’agit d’une réélaboration de l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry compilée à la seule version castillane de la lettre du Prêtre Jean et la première traduction castillane du récit de voyage de Odorico de Pordenone (immédiatement postérieure à 1360, c’est à dire bien peu de temps après la rédaction du récit, en 1330).

Il s’agit donc d’une compilation joignant l’érudition encyclopédique au récit de témoignage et qui nous permet d’éclairer le rapport au savoir géographique dans la lecture du récit de voyage. Le récit de Pordenone dans sa version latine connut une immense diffusion aux 14e et 15e siècles et fut un modèle essentiel au récit de voyage fictif de Jean de Mandeville, auteur qui a pu y puiser des outils pour convaincre de la vérité de son propre texte. La vérité du témoignage d’Odorico, frère franciscain envoyé par le pape Innocent IV, joue en effet un rôle fondamental dans la valeur qui lui est accordée. Ici, le traducteur place ainsi en exergue l’identification précise d’Odorico comme religieux franciscain qui aurait juré de la sincérité de son récit sur les évangiles mêmes.

L’étude de la traduction castillane révèle les modifications opérées pour correspondre au lectorat hispanique visé et ce sont en particulier des descriptions de géographie physique qui recentrent le texte sur le monde profane et une volonté de privilégier les éléments saisissants pour la géographie humaine, en une série d’anecdotes et de tableaux disposés au fil de l’itinéraire. L’itinéraire cède alors le pas et les indications du trajet deviennent de simples connecteurs. L’écriture de la traduction révèle l’effort accompli pour lutter contre la dimension accumulative et répétitive de la description encyclopédique et le traducteur privilégie les épisodes percutants et salaces.

On constate également un travail d’amplification de l’élément merveilleux. La description du royaume du Prêtre Jean ne figurait pas dans le texte latin d’Odorico et on peut y voir une concession supplémentaire au goût des lecteurs de cette version en langue vulgaire. La médiation narrative, l’articulation des descriptions au travers de l’itinéraire suivi confèrent aux contenus informatifs transmis par le texte un plus grand attrait, une emprise renouvelée sur l’imaginaire du lecteur. Nous tacherons ici de dévoiler plus précisément la nature de la réélaboration effectuée par le traducteur et la façon dont s’articulent le savoir et le divertissement dans cette entreprise littéraire qui signale les évolutions connues par le rapport au savoir géographique.

Marianne O’Doherty : La convergence entre récit de voyage et géographie : la version latine ‘Vulgate’ du Livre de Jean de Mandeville

Très populaire à la fin du Moyen Âge, le livre de Jean de Mandeville, composé en français, a rapidement été traduit dans de nombreuses langues et a été diffusé dans toute l’Europe. La version appelée ‘Vulgate latine’ n’est pas une simple traduction du texte en latin, mais un véritable remaniement de l’ouvrage. Probablement élaborée à Liège, vers 1375, cette version est conservée par environ 39 manuscrits et a été la première version de Mandeville à être imprimée (à Zwolle, par Van Os en 1483). Elle s’est diffusée aux Pays-Bas, en Allemagne, en Autriche, en France, en Italie du Nord et dans les Îles Britanniques et a été utilisée par plusieurs auteurs qui s’intéressaient à la géographie. Il n’en existe cependant pas d’édition critique.

En comparant la ‘Vulgate latine’ avec la version dont elle est issue, la version ‘Liégeoise’, dite aussi ‘version Ogier’, on constate que le remanieur a cherché à synthétiser les informations, en particulier les itinéraires, et à regrouper les données qui traitent des mêmes lieux. Son objectif était vraisemblablement d’améliorer la cohérence géographique du texte.

Cette « remise en ordre » s’accompagne de l’accentuation de la division de l’œuvre et du monde en deux parties, correspondant à l’ordre divin.

Par ailleurs, quand on examine les exemplaires manuscrits et incunables de cette version, on relève un certain nombre d’annotations similaires qui laissent supposer l’existence d’une sorte de glose commune, qui contribuerait à renforcer l’autorité géographique du texte et à l’inscrire dans un ensemble de connaissances géographiques disponibles à la fin du Moyen Âge.

– Emmanuelle Vagnon : L’apport du pèlerinage en Terre sainte au savoir géographique : le cas de Bernhard von Breydenbach

Si les voyages forment la géographie, qu’en est-il du pèlerinage médiéval en Terre sainte, voyage qui concerne des espaces balisés et décrits par une tradition littéraire et cartographique abondante depuis la fin de l’Antiquité ? Quel type d’information géographique le pèlerin espère-t-il transmettre à travers le récit de son expérience ? Comment la description géographique et cartographique fait-elle la part entre un héritage culturel et religieux de la topographie supposée de la Terre sainte et un regard individuel, une observation neuve de l’espace découvert à travers le voyage ?

Nous étudierons ces questions en prenant comme exemple le cas du récit de Bernhard von Breydenbach, noble pèlerin allemand, qui voyagea avec le peintre et graveur Erhard Reuwich en 1483. Le récit de pèlerinage imprimé à Mayence en 1486, fut traduit en plusieurs langues européennes et eut une importante diffusion à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. Son succès tient en particulier aux gravures remarquables qui accompagnent le récit et qui proposent des vues paysagères, des cartes et des croquis zoologiques et ethnographiques originaux. Nous chercherons à comprendre comment cette oeuvre renouvela, en Occident, la perception topo-iconographique du pèlerinage en Terre sainte, à la fois par les options cartographiques proposées et par l’ampleur de la diffusion imprimée.

– Nathalie Bouloux : Le statut des récits de voyage dans la géographie humaniste du XVe siècle

Les géographes humanistes du XVe siècle construisent leur représentation de l’espace moderne sur la base de la lecture des textes géographiques antiques. L’espace de l’Antiquité demeure pour eux une réalité vivante, dissimulée sous les changements historiques de tout ordre, qu’il convient par des recherches de topographie savante de dévoiler. Dans le même temps, l’intérêt passionné pour le monde moderne commande d’amplifier l’héritage antique en l’adaptant par une confrontation critique aux réalités modernes. Or, les récits de voyage constituent une source essentielle d’informations sur le monde moderne, cela au moins depuis le XIIIe siècle. Des humanistes, tel Cristoforo Buondelmonti ou Cyriaque d’Ancône sont eux-mêmes des voyageurs, tandis que les auteurs antiques utilisaient des informations recueillies auprès des voyageurs, constituant ainsi la valeur heuristique du voyage et de son récit. Pourtant l’attitude des humanistes à leur égard est ambivalente. Certains savants les accueillent avec enthousiasme, tel Poggio Bracciolini qui met par écrit le témoignage du marchand Niccolò de’ Conti. D’autres, au contraire, comme Pie II, évitent de les mentionner -en particulier le récit de Marco Polo n’apparaît pas dans De Asia de Pie II (1461). Comment expliquer ces attitudes diverses envers les récits de voyage ?

Les récits de voyage souffrent de considérations critiques : dans quelle mesure sont-ils vrais ? dans quelle mesure le voyageur-auteur transforme-t-il la réalité ? Il convient pour utiliser un récit de voyage de mesurer la sincérité de l’auteur et sa capacité à retranscrire la vérité géographique. A cet égard, le succès du rapport de Niccolò de’ Conti mis par écrit par Poggio Bracciolini s’explique en partie par l’autorité critique prêtée à ce dernier, garant de la véracité des propos du premier. Une deuxième difficulté surgit alors, qui touche de manière spécifique les récits de voyages lointains. Puisque les géographes humanistes pensent l’espace moderne à partir des réalités antiques, en opérant l’identification entre nom ancien et nom moderne, comment introduire dans l’espace antique la masse des nouvelles informations en des lieux où l’incertitude quant à leur exacte conformation règne ? D’une manière générale, même les humanistes qui usent des données recueillies par les voyageurs les soumettent à leur critique, sur la base de toute information fournie par les textes et les cartes antiques et modernes. Si bien que les récits de voyage, quand leur fiabilité est fondée sur de sérieux arguments, ne sont qu’un instrument parmi d’autres pour dessiner une image du monde par essence incertaine, ce qui explique qu’au XVe siècle, ils ne pouvaient servir à remettre en cause radicalement la méthode et le cadre géographique fournis par les Anciens.

– Elisabeth Malamut : Le voyage en Serbie de Nicéphore Grégoras (1327)

En 1327, Nicéphore Grégoras se rend à Skopje, capitale de la Serbie, dans le cadre d’une ambassade envoyée par Andronic II. Il fait le récit de son trajet et de ses péripéties dans une lettre adressée à son ami Andronic Zaridas, qui l’a accompagné une partie du voyage. Pauvre en informations factuelles, son récit se développe surtout à propos des passages difficiles et des craintes éprouvées par le voyageur, notamment face aux populations rencontrées, dont l’altérité est fortement marquée dans le texte.

Voyages en Laponie

Un ouvrage sur les voyages dans le nord de l’Europe du XVe au XIXe siècle vient de paraître :

Alessandra Orlandini Carcreff, Viaggio in Laponia e in Finlandia, 1431-1898, Voyage en Laponie et en Finlande, Liberfaber, 2014.

L’argumentaire, trouvé sur le site de l’éditeur, est le suivant :

En 1431 un navire marchand vénitien fait naufrage sur les îles Lofoten en Norvège : c’est le premier contact entre le Sud et le Grand Nord inconnu, fait de paysages encore vierges et de peuples aux traditions uniques. Depuis, de nombreux voyageurs ont parcouru les routes de la Laponie et de la Finlande, en produisant une riche littérature viatique.
Les récits de voyage sont les premiers textes qui contribuent à la diffusion en Europe de la connaissance des traditions lapones et finnoises, de la culture, de l’histoire et de l’identité nordique qui est en train de se former grâce, entre autres, au mouvement nationaliste qui débute dès la fin du XVIIIe siècle, principalement en Finlande.
Des premiers voyageurs poussés par la curiosité et l’exotisme, jusqu’aux touristes fin-de-siècle, cet ouvrage veut conduire le lecteur en un voyage idéal, dans le temps et dans l’espace, à travers les contrées féeriques du Nord, éclairées par le soleil de minuit et peuplées de légendes, de farfadets, d’animaux sacrés et d’une mythologie exceptionnelle.

D’après cet argumentaire (je n’ai pas eu l’ouvrage entre les mains), la période médiévale est représentée par le récit du naufrage subi par le Vénitien Pietro Querini et ses compagnons dans le grand Nord. On peut lire les récits qui ont été faits de cette aventure dans une agréable et très accessible traduction française, publiée en 2005 :

Pietro Querini, Christoforo Fioravante et Niccolo de Michiel, Naufragés, traduit du vénitien par Claure Judde de Larivière, Toulouse, Anacharsis, 2005.

 

Aller à Rome

Un colloque aura lieu à Saint-Gall du 3 au 6 septembre 2014 sur le thème du voyage monastique vers Rome. Le point de départ de ce colloque est un manuscrit des VIIIe-IXe siècles d’Einsiedeln (Stiftsbibliothek 326), qui contient un Itinerarium urbis Romae et des Inscriptiones urbis Romae, accompagnés d’un plan de la Ville.

Voici la présentation du colloque que l’on peut lire sur le site du Stiftsarchiv de Saint-Gall :

Nach Rom gehen – monastische Reisekultur im Mittelalter

Romdarstellung

Seit den Anfängen des Mönchtums im Orient sind ihre Vertreter unterwegs. Im Laufe der Jahrhunderte formte sich ein Erfahrungsschatz, der sie vor allem für den Weg über die Alpen zu den wohl erfahrensten Reisenden überhaupt machte. So überlebten teilweise nördlich der Alpen Texte und Itinerare, die für die Geschichte Italiens und im Besonderen Roms von unschätzbarem Wert sind.

 Den Wissenstand über das frühmittelalterliche Rom in einem nordalpinen Kloster vermittelt in einzigartiger Form Codex 326 der Stiftsbibliothek Einsiedeln. Mit der darin enthaltenen Inschriftensammlung und vor allem den Wegbeschreibungen erschließt sich dem Leser die Stadt Rom im 8./9. Jahrhundert mit ihren antiken Profan- und Sakralbauten. Sie gilt als das erste systematische Inventar einer Stadtbebauung, das aus nachantiker Zeit überliefert ist. Aufgrund ihres klösterlichen Überlieferungskontextes und Inhalts steht diese Handschrift auch im Mittelpunkt des Kolloquiums.

 Für Mönche aus dem Norden galt Italien lange Zeit als Ort, an dem das Mönchtum einen besonderen Ruf der Authentizität und der romanitas genoss. Dieses Bild des Südens als Quelle der Authentizität war im angelsächsischen Bereich besonders stark. Die Wahrheit musste in Rom und in der monastischen Landschaft Italiens gesucht werden, die mit Columban und dem « römischen Abt » Benedikt verbunden war. Im 8. Jahrhundert war das Klosterwesen in Italien offenbar so weit gediehen, dass sich auch Mönche aus dem Norden ihre Anregungen im langobardischen Italien holten. Besonders Montecassino bildete nach seiner Wiedererrichtung die bedeutendste Quelle monastischen Denkens.

 Auch im Hoch- und Spätmittelalter behielten monastische Reisen nach Rom oder allgemein nach Italien ihre kulturelle Transferfunktion. Besonders eindrücklich sind die Reisen des friesischen Abtes Emo von Groningen oder des Abtes Rudolf von Saint-Trond dokumentiert, in denen etwa auch auf die Beschwerlichkeit des Reisens eingegangen wird. Einen neuen Aufschwung erlangten Italienreisen mit dem Aufblühen der Universitäten nördlich der Alpen: Gerade von der Pariser Sorbonne reisten immer wieder geistliche Gelehrte nach Italien, wobei damit auch ein Transfer von Wissen und Büchern in beide Richtungen einherging. Im Zuge der allgemein gestiegenen Reisetätigkeit im 15. Jahrhundert kam es schliesslich auch zu einer massiven Zunahme von Romreisenden, Pilgern ebenso wie Personen in kirchlich-diplomatischer Mission. Diese Reisenden sind sowohl durch Reiseberichte als auch durch deren Eingaben an der päpstlichen Kurie rekonstruierbar, wobei auch quantitative Schätzungen zu den Romreisen von Mönchen aus Mittel- und Westeuropa möglich werden.

 Le programme est disponible ici : Kolloquium_Nach_Rom.

Avant l’Orientalisme…

Vient de paraître l’ouvrage suivant (que je n’ai pas encore eu entre les mains) :

Kim M. Phillips, Before Orientalism. Asian peoples and cultures in European travel writing, 1245-1510, University of Pennsylvania Press, 2014.

Voici la présentation que l’on trouve sur le site de l’éditeur :

A distinct European perspective on Asia emerged in the late Middle Ages. Early reports of a homogeneous « India » of marvels and monsters gave way to accounts written by medieval travelers that indulged readers’ curiosity about far-flung landscapes and cultures without exhibiting the attitudes evident in the later writings of aspiring imperialists. Mining the accounts of more than twenty Europeans who made—or claimed to have made—journeys to Mongolia, China, India, Sri Lanka, and Southeast Asia between the mid-thirteenth and early sixteenth centuries, Kim Phillips reconstructs a medieval European vision of Asia that was by turns critical, neutral, and admiring.

In offering a cultural history of the encounter between medieval Latin Christians and the distant East, Before Orientalism reveals how Europeans’ prevailing preoccupations with food and eating habits, gender roles, sexualities, civility, and the foreign body helped shape their perceptions of Asian peoples and societies. Phillips gives particular attention to the texts’ known or likely audiences, the cultural settings within which they found a foothold, and the broader impact of their descriptions, while also considering the motivations of their writers. She reveals in rich detail responses from European travelers that ranged from pragmatism to wonder. Fear of military might, admiration for high standards of civic life and court culture, and even delight in foreign magnificence rarely assumed the kind of secular Eurocentric superiority that would later characterize Orientalism. Placing medieval writing on the East in the context of an emergent « Europe » whose explorers sought to learn more than to rule, Before Orientalism complicates our understanding of medieval attitudes toward the foreign.

Et la table des matières :

Note on the Text

Introduction

PART I. THEORY, PEOPLE, GENRES
Chapter 1. On Orientalism
Chapter 2. Travelers, Tales, Audiences
Chapter 3. Travel Writing and the Making of Europe

PART II. ENVISIONING ORIENTS
Chapter 4. Food and Foodways
Chapter 5. Femininities
Chapter 6. Sex
Chapter 7. Civility
Chapter 8. Bodies

Afterword: For a Precolonial Middle Ages

Notes
Bibliography
Index
Acknowledgments

 

Un large extrait de l’introduction est également disponible sur le site de l’éditeur. L’auteur y expose sa position vis-à-vis des études situées dans la lignée de l’ouvrage d’Edward Saïd, auquel le titre fait une référence évidente, et entend s’inscrire dans le cadre des « precolonial studies ».