Archives mensuelles : décembre 2014

La Bible dite « de Marco Polo »

Une autre exposition se tient actuellement en liaison avec le thème des voyages au Moyen Âge. Il s’agit de la présentation au public du manuscrit Pluteo III capsula 1 de la Bibliothèque Medicea Laurenziana de Florence, surnommé la « Bible de Marco Polo ».

On peut voir cette exposition, intitulée « In via, in saecula. La Bible de Marco Polo entre Europe et Chine » du 6 novembre au 15 décembre 2014 à la Bibliothèque Royale de Belgique (Bruxelles). Elle est organisée par la Fondation pour les sciences religieuses Jean XXIII.

La Bible dite de Marco Polo est une Bible portative parisienne du XIIIe siècle, du type de celles que les membres des ordres mendiants emportaient avec eux dans leurs déplacements. Plusieurs missionnaires franciscains se sont rendus en Chine au XIIIe et au XIVe siècles ; on pense en particulier à Jean de Montecorvino et aux frères qui l’ont accompagné et ont fondé avec lui la province catholique de Chine. Il est possible que l’un d’entre eux ait été le porteur de cette Bible, restée par la suite sur place – c’est une hypothèse plus probable que celle qui ferait de Marco Polo le propriétaire d’un tel volume.

Ce livre est resté en Chine jusqu’en 1685, lorsque le jésuite Philippe Couplet, de retour de ce pays, fit don au grand duc de Toscane Cosme III de Médicis de plusieurs manuscrits chinois accompagnés de cette Bible, qu’il dit avoir trouvée dans la bibliothèque d’une famille noble chinoise qui la conservait depuis plusieurs siècles.

Le manuscrit nous est parvenu en mauvais état et a nécessité des opérations de restauration, conduites conjointement par la Fondation Jean XXIII et la Bibliothèque Laurenziana, qui annoncent également la publication d’un facsimile accompagné d’un volume d’étude.

L’exposition s’est ouverte par une journée d’études, dont le programme est disponible ici.

Quoi qu’il en soit de l’attribution de cette Bible, elle constitue un témoignage rare de la présence de religieux latins en Chine au Moyen Âge.

Voyager au Moyen Âge

Actuellement (depuis le 22 octobre dernier et jusqu’au 23 février 2015), se tient une exposition au Musée du Moyen Âge-Cluny (Paris) intitulée « Voyager au Moyen Âge ».

sainte-ursule-voyagerma-bandeau

J’ai eu l’occasion de la visiter la semaine dernière.

Le visiteur est accueilli par une reproduction de la Table de Peutinger surmontée de vues de cités (Venise, Corfou, Rhodes…) extraites du récit de Bernhard de Breydenbach. L’exposition est divisée en plusieurs sections thématiques, dont « Péril et protection » (où sont notamment présentées des images de saint Christophe), « Pèlerinage », « Rouleaux des morts » (trois exemples présentés), « Voyages dans l’au-delà » (avec des reliquaires), « Croisade et guerre », « L’artiste », « Connaissance » (où est d’ailleurs cité le vers qui sert de titre à ce carnet de recherche), « L’Autre », « Marchands et messagers », etc. Le milieu de la salle est occupé par la présentation d’une épave de bateau, l’épave d’Urbieta, trouvée au large du pays basque et datant du milieu du XVe siècle.

Dans son ensemble, l’exposition donne une impression de fourre-tout, liée non au nombre des pièces – relativement peu nombreuses – mais à leur juxtaposition sans mise en perspective. Ainsi, une tapisserie du XVIe siècle voisine avec un reliquaire du Xe siècle, ou une édition imprimée avec une sculpture romane. Le lien entre certains objets présentés et le thème de l’exposition est parfois ténu. On se demande ce que peut en retirer un visiteur qui n’a pas déjà une connaissance minimale de la question.

Les organisateurs ont voulu prendre en compte toutes sortes de voyages, du déplacement du simple marchand, à celui du pèlerin, de l’homme de guerre ou de l’artiste. La thématique du voyage n’est ainsi pas réduite aux grands voyages tels que celui de Marco Polo. Ce qui peut apparaître comme une bonne idée engendre cependant un risque de confusion : tout est, ainsi, voyage. Or tout déplacement n’est pas nécessairement un voyage.

Au final, ce qui m’a paru le plus intéressant, ce sont les objets utilisés par les voyageurs, tels ces chandeliers pliants ou gigognes, cette boîte à jeux ou ces boîtes de messagers armoriées en forme d’écus. Ces objets peu courants et peu connus permettent d’appréhender de façon concrète les conditions de voyage des hommes du Moyen Âge.

Un catalogue complète l’exposition, publié aux Editions Réunion des Musées Nationaux. Il présente un certain nombre d’œuvres qui ne sont pas exposées et contient quelques développements thématiques. Il est toutefois relativement cher (35 euros), compte tenu d’un volume réduit (176 pages). La bibliographie donnée en fin de volume ne contient pas les ouvrages les plus courants consacrés aux voyages ou aux voyageurs au Moyen Âge. Leur absence dans le catalogue explique peut-être les défauts de l’exposition elle-même, cette lacune rendant sans doute compte du fait que les commissaires ne les ont pas consultés.

Une nouvelle traduction du récit de Jean de Plancarpin

Les éditions Anacharsis, qui ont déjà publié d’autres récits de voyages dans leur collection « Famagouste », font paraître un nouveau volume contenant la traduction en français du récit de Jean de Plancarpin :

arton156-b54b6La traduction et le commentaire sont dus à Thomas Tanase, spécialiste des missions franciscaines auprès des Mongols. Sa thèse, récemment publiée elle aussi, a été signalée ici.

 Ce volume contient non seulement le récit de Plancarpin (l’Historia Mongolorum), mais aussi trois autres témoignages de son voyage (la version de C. de Bridia, les informations recueillies auprès de Benoît de Pologne, un extrait de la chronique de Salimbene de Adam), ainsi que les lettres échangées entre le pape Innocent IV et le grand khan.

Jusque-là, deux traductions françaises étaient disponibles : celle due à Clément Schmitt1 et celle, paru quatre ans après, de Jean Becquet et Louis Hambis2. Pas très anciennes, elles étaient cependant dépassées et d’une qualité souvent médiocre. N’ayant pu avoir pour l’instant cette nouvelle publication sous les yeux, je ne peux juger de sa qualité, mais il est indéniable que Plancarpin méritait une traduction nouvelle.

On peut en feuilleter des extraits ici.

  1. Jean de Plancarpin, Histoire des Mongols, enquête d’un envoyé d’Innocent IV dans l’empire tartare (1245-1247), traduction française et présentation du P. Clément Schmitt O.F.M., Paris, Editions franciscaines, 1961 []
  2. Jean de Plan Carpin, Histoire des Mongols, trad. J. Becquet et L. Hambis, Paris, Adrien Maisonneuve, 1965 []