Archives mensuelles : mars 2015

Lire Marco Polo au Moyen Âge

J’ai la grande joie de vous annoncer la sortie de :

Lire Marco Polo au Moyen Âge : traduction, diffusion et réception du Devisement du monde, aux éditions Brepols, dans la collection « Terrarum orbis ».

couvertureVoici la 4e de couverture : Ce travail retrace la diffusion et la réception du livre de Marco Polo du début du XIVe siècle jusqu’à l’époque des grandes découvertes. Pendant cette période de deux siècles, le texte a été traduit à plusieurs reprises et dans de nombreuses langues, témoignant d’une diffusion dans une grande partie de l’Europe et dans des milieux sociaux et culturels variés. L’examen des 141 manuscrits subsistants, des mentions d’inventaires ou de catalogues de bibliothèques, ainsi que l’analyse des emprunts faits au Devisement du monde dans d’autres œuvres, montrent que ce texte a été largement diffusé et qu’il a été abondamment lu et utilisé. La première partie est consacrée à l’étude des traductions et des différentes versions par lesquelles le texte s’est répandu. La deuxième partie traite de la diffusion et de la réception dans différentes régions de l’Europe médiévale, selon différentes catégories sociales et en fonction de certains contextes, comme par exemple sa réception chez les dominicains italiens ou son utilisation par les chroniqueurs. Les usages géographiques et cartographiques du récit de Marco Polo font l’objet de la troisième partie, qui examine en dernier lieu l’éventuelle influence du texte sur les grandes découvertes.

En bonus, je vous mets ici la table des matières :

Introduction générale
première partie : LA TRADITION TEXTUELLE DU DEVISEMENT DU MONDE
Introduction

Chapitre premier : Les versions du groupe A (hors VA)
I. Les versions francophones
1. Le texte franco-italien (F) : Le divisament dou monde
2. La version française (Fr) : Le devisement du monde
3. Une version anglo-normande : Le devisement et les diversitees du monde
II. La version K : une origine avignonaise ?
1. La version catalane : Libre de les provincies e de les encontrades qui son desotz la senyoria del gran emperador del Catay
2. La version aragonaise : El libro de Marco Polo ciudadano de Venecia
3. La version française : Le livre des provinses et des encontrees qui sont soubz la seignourie du grant empereur del Cathey
III. La version toscane (TA) : Milione
1. Une version pour les marchands ?
2. La version LT : Liber descriptionis provinciarum Ermenie, Persidis, Turchie et utriusque Yndie et insularum que sunt in Yndia

Chapitre II : La version vénitienne (VA) et sa postérité7
I. VA, une version à la représentation défectueuse
1. La première recension
2. Les manuscrits tardifs : Libro dele cosse mirabile
3. Les éditions vénitiennes
4. L’édition castillane
II. La version LB : De mirabilibus mundi
1. Une traduction latine précoce
2. Une traduction faite en Lombardie ?
III. La version toscane TB : Il libro di messere Marco Polo cittadino di Vinegia nel quale tratta delle conditioni et provincie del mondo
1. Une seconde version toscane
2. Une traduction allemande : Das buch des edlen ritters und lantfarers herrn Marcho Polo, in dem er schreybet die grossen wunder disser welt
IV. La version LA : Liber de morum et gentium varietatibus
1. La tradition manuscrite
2. Une traduction humaniste ?
3. La version toscane de Piero Vaglienti
4. La version allemande d’Admont : dy heydenische cronike

Chapitre III : La version latine de Francesco Pipino et sa descendance
I. La traduction de Francesco Pipino
1. Biographie et oeuvres de Francesco Pipino
2. La traduction du livre de Marco Polo (P) : Liber de conditionibus et consuetudinibus orientalium regionum
3. Éléments pour un stemma
II. Traductions de la version de Pipino
1. La version française : Le livre de missire Marc Paul, natif de Venise, des condicions et coustumes des principales régions de l’Orient
2. La version gaëlique
3. La version tchèque : Milion Markussowy z Benatek
4. La version vénitienne : Libro de lo savio et honorevole homo e fidele signore miser Marcopolo de Venesia
5. La version portugaise : Ho livro de Marco Paulo de Veneza das condiçoões e custumes das gentes e das terras e provincias orientaes
III. La version abrégée de Melk, Wurtzbourg et Tegernsee : Exerpta ex historia Marci Pauli de Veneciis de regionibus orientalibus
1. Une version liée à la réforme monastique
2. La tradition textuelle

Chapitre IV : Les versions du groupe B
I. La version Z : Liber domini Marci Pauli
1. Les particularités de Z
2. Une seconde rédaction ?
3. Une fortune vénitienne
II. Le Compendium latinum (L) : Extracta et translata de libro domini Marchi Paulo
1. De la Vénétie à la Flandre
2. La tradition textuelle
III. La version V : De la instituzione del mondo
1. Le manuscrit
2. Les particularités de la version V
IV. La version VB : Liber Milionis civis Veneciarum
1. Une version tardive
2. Une réécriture littéraire
Conclusion

deuxième partie : LA DIFFUSION ET LA RÉCEPTION DU TEXTE DANS L’EUROPE MÉDIÉVALE
Introduction

Chapitre premier : Une diffusion rapide et large
I. Une diffusion précoce
1. La France
2. L’Angleterre
3. La singularité de l’espace ibérique
II. Diversité des milieux touchés
1. Les religieux
2. Les princes
3. Marchands et médecins

Chapitre II : Le statut du livre et de l’auteur
I. Les témoignages des manuscrits
1. La désignation de l’oeuvre dans ses titres
2. Les représentations de l’auteur dans les manuscrits
II. Se divertir
1. Une « recreatio »
2. L’utilisation du récit dans la littérature épique
III. S’instruire
1. Le Libro di varie storie d’Antonio Pucci
2. Marco Polo lu par les autres voyageurs

Chapitre III : Les dominicains et le livre de Marco Polo
I. L’usage du Devisement du monde par les dominicains
1. Filippino de Ferrare et son Liber de introductione loquendi
2. Le légendier de Pietro Calo da Chioggia
3. Les sermons de Nicoluccio d’Ascoli
4. Deux chroniques dominicaines
II. La circulation du livre de Marco Polo parmi les dominicains italiens
1. La province de Lombardie inférieure
2. Un récit populaire dans la première moitié du xive siècle
III. Le devisement du monde, un recueil d’exempla ?
1. Les miracles de Bagdad et de Samarcande
2. Des sermons anglais

Chapitre IV : Le voyage de Marco Polo : un événement historique, ou l’insertion du récit dans les textes historiques
I. Une source d’informations historiques et ethnographiques
1. Le Chronicon de Francesco Pipino
2. La Nuova cronica de Giovanni Villani
II. La place de la géographie dans l’histoire
1. L’Historia aurea de John of Tynemouth
2. Le manuscrit Oxford, Bodleian Library, Digby 196
III. Un événement historique
1. La Chronique de Saint-Bertin
2. La Cronica ymaginis mundi de Jacopo d’Acqui

Chapitre V : Le rôle de Venise dans la diffusion du texte
I. Le témoignage de la tradition textuelle
1. Le rôle joué par Marco Polo
2. Les traductions faites dans le domaine vénitien
II. La présence du livre à Venise
1. Un manuscrit fantôme
2. L’usage du livre par les Vénitiens
III. Venise, lieu de référence
1. Marco Polo authentifié par les Vénitiens
2. A la recherche du texte original
Conclusion

troisième partie : LE LIVRE DE MARCO POLO ET LES DISCUSSIONS GÉOGRAPHIQUES DE LA FIN DU MOYEN AGE
Introduction

Chapitre premier : La place de Marco Polo dans les débats humanistes
I. Les débuts de la géographie humaniste
1. Domenico Bandini, Fons memorabilium universi
2. Domenico Silvestri, De insulis et earum proprietatibus
II. La géographie pour les princes ou les images du monde du xve siècle
1. Le Liber de figura mundi de Luis de Angulo (1456)
2. Le monde décrit par Giovanni Fontana
III. Les Anciens contre les modernes ?
1. Un certain rejet
2. La « synthèse » cartographique

Chapitre II : Les géographes germaniques et Marco Polo
I. La diffusion du texte dans les pays germano-flamands au xve siècle
1. Une diffusion massive
2. Le rôle des établissements religieux
II. Lectures, annotations, schémas
1. Les entreprises cartographiques bavaro-autrichiennes
2. Les Pays-Bas bourguignons
III. Henri le Chartreux et l’Oculus fidei
1. Trois manuscrits
2. Henri le Chartreux
3. Un traité de spiritualité fondé sur des textes géographiques
Épilogue : Le globe de Martin Behaim

Chapitre III : Le livre de Marco Polo et les grandes découvertes
I. Une nouvelle route vers l’Orient
1. Les projets
2. Les découvertes racontées par Christophe Colomb
II. Nouvelles terres, textes anciens ?
1. Comparer
2. L’assimilation des découvertes
III. La place du livre de Marco Polo dans le nouveau schéma géographique
1. Le rejet des thèses de Colomb
2. Comprendre

Conclusion
Conclusion générale
Annexes
Sources et bibliographie
Sources imprimées
Bibliographie
Indices
Index codicum
Index nominum
Index locorum

« Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés »

Tel est le titre de l’appel à communications lancé par la SHMESP (Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public) pour son 47e congrès, qui aura lieu à Arras du 26 au 29 mai 2016.

Dans leur argumentaire, les enseignants-chercheurs de l’université d’Arras disent vouloir interroger les projets et les enjeux d’une « histoire-monde ».

Parmi les thématiques suggérées pour les contributions, on retrouve à plusieurs reprises et sous différents aspects les questions du voyage, des voyageurs, de la circulation (des produits, des hommes, des idées…), ainsi que des représentations du monde.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 avril 2015 à shmesp@free.fr, accompagnées d’un résumé d’une page.

Argumentaire diffusé sur le site de la SHMESP :

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés
Congrès de la SHMESP à Arras (26-29 mai 2016)

Argumentaire rédigé par les quatre enseignants-chercheurs de l’université d’Arras, à la suite de la réunion du conseil scientifique du 8 janvier 2015, pour servir d’appel à communication.
Conseil scientifique : Dominique Barthélemy ; P. Bauduin ; P. Boucheron ; Geneviève Bührer-Thierry, J. Chandelier ; S. Curveiller ; M.-L. Derat ; A. Destemberg ; V. Gazeau ; M.-C. Isaïa ; Yuri Karev ; C. Lamouroux ; E. Lecuppre-Desjardins ; E. Lorans ; F. Mazel ; D. Muresan ; H. Noizet ; A. Provost ; M. Suttor ; D. Valérian ; E. Vallet.

Introduction

Au-delà des engouements historiographiques, serait-il temps pour les médiévistes – et pas seulement à propos du XVe siècle – de poser un regard critique sur les projets et enjeux portés par les histoires globale et connectée, d’apprécier ce que ces propositions ont – ou non – de neuf et de fécond ? On se souviendra avec modestie que la médiévistique fut souvent pionnière en matière d’histoire comparée – Marc Bloch dès les années 1920 – ou encore d’histoire « internationale ». En effet, les cadres spatiaux que manipulent les médiévistes s’accommodent mal d’une lecture nationale. En outre, les connexions et les jeux d’échelles, la diversité, les articulations entre espaces et temporalités (C. Grataloup : « les périodes sont des régions du monde »), entre micro et macro, la nécessité de regarder d’ailleurs et la pratique du décentrement, tout cela est-il si étranger aux médiévistes ? La volonté de décloisonnement disciplinaire que proclame l’histoire connectée, faisant converger le social, le politique, l’économique, le culturel, n’est-elle pas, de toute façon, une évidence ?
Ces questions invitent à une triple approche, qui s’apparente à un triple enjeu : méthodologique, historiographique, pédagogique. Il apparaît ainsi indispensable de s’interroger aujourd’hui davantage sur l’échelle la plus large, à savoir celle de l’« histoire monde ». Plutôt que de s’attacher aux oscillations présentes autour de catégories telles que l’« histoire globale » ou l’« histoire mondiale », dont les modes d’analyse assez divers manifestent l’instabilité du moment historiographique, on s’efforcera d’étudier, en accordant une large part aux cas concrets, les questionnements à caractère « transnational », les interactions et peut-être également la force des cloisonnements.
Enfin, sur ces sujets, les enjeux historiographiques – dont la portée tient partiellement au fait que nos cadres chronologiques habituels ne sont pas forcément adaptés à de telles questions – et pédagogiques s’avèrent essentiels et méritent d’être envisagés.

1. Échelles et pertinence des échelles
Il s’agit de s’interroger sur toutes les échelles, spatiales et temporelles, à travers l’analyse des interactions, des échanges, des convergences et des différences, des réseaux. Le comparatisme devrait contribuer à mettre en évidence les rencontres ou les discordances, de l’un à l’autre des espaces abordés. L’examen de cas concrets, situés et datés, outre leur intérêt propre, peut permettre de déterminer quels sont les espaces pertinents pour l’étude des connexions. Il serait nécessaire, aussi, d’analyser la nature et la forme des liens, afin de mieux les définir, ainsi que leur plus ou moins grande permanence, prolégomènes à une véritable histoire comparatiste.
Trois thématiques sont proposées :
– les hommes en tant qu’acteurs de ces connexions : marchands et voyageurs, religieux, savants, nobles, esclaves… ;
– les objets : trafics et transports de tel ou tel produit (vin, grains, sel, épices, bois, pierres, minerais, draps, objets en métal, armes, livres… ) ;
– les espaces et leurs articulations, avec les notions de royaume et d’empire, de centre et de périphérie – à définir dans un contexte médiéval –, les zones frontières et les façades maritimes, les milieux naturels…

2. Le monde
Si l’un des projets de l’histoire globale réside dans la « provincialisation de l’Europe » (D. Chakrabarty), encore importe-t-il de s’accorder sur ce qu’est l’Europe au Moyen Âge, et de tenter préalablement d’appréhender l’histoire globale de l’ancien monde. À défaut d’une définition qui fasse consensus, la notion d’Europe se charge pendant la période médiévale d’un contenu culturel, selon des modalités qu’il convient encore de discuter. La question du « Moyen Âge » se pose également : quelle est cette période, sinon celle où se situent les objets sur lesquels nous travaillons ? Abordons ainsi les problématiques partagées, en se gardant de l’européocentrisme et en tenant compte des césures : celle des XVe-XVIe siècles, mais aussi, antérieurement, celles que marquent la constitution de l’empire islamique et plus tard l’expansion mongole. En découle un second ensemble thématique :
– le monde à l’époque médiévale – réflexions savantes de géographes, de voyageurs, de philosophes, d’historiens ; les « visions du monde », au travers d’une archéologie du regard, attentive au risque de rétroprojection ;
– les hommes et leurs représentations, au témoignage des cultures et des langues, des migrations et des sédentarisations, dans les univers curiaux, dans les mondes urbains et les mondes ruraux, dans le monde du savoir et de l’enseignement, dans le « monde des artisans » ;

– les modes de vie, de travail et de consommation ; les pratiques culturelles et religieuses, les métissages, la circulation des idées et le transfert des cultures ; les religions ;
– les lieux, les entreprises, les aventures humaines qui révèlent des connexions : les conflits, les réseaux de commerce… ;
– les premières rencontres avec l’« autre », les récits de voyageurs ;
– l’alimentation, les maladies et la santé des populations, la gestion des ressources, la mer, les migrations…

3. Comment on écrit et enseigne cette « histoire monde » (hier et aujourd’hui)
Enfin, il serait souhaitable de clôturer le congrès en rassemblant de brefs exposés (une dizaine de minutes) relatifs à des expériences historiographiques et pédagogiques, suivis d’un débat avec la salle, autour des questions suivantes :
– quelles sont les visions des mondes mises en oeuvre par les médiévistes ?
– quelle idée a-t-on du « Moyen Âge » comme processus, à des moments différents, dans diverses sociétés ?
– quelles sont les façons d’enseigner l’histoire du monde ? Y a-t-il des histoires récits du monde, des enseignements par « aires culturelles » ? Peut-on repenser et problématiser autrement l’histoire générale ?

C’est à l’ensemble de ces interrogations que nous souhaiterions inviter à réfléchir afin d’ouvrir à d’autres horizons, à des espaces et à des questionnements différents. On espère que les thèmes abordés lors de ce congrès aideront à « faire un pas de côté », à maintenir en alerte la réflexivité critique, entre autres face aux illusions rétrospectives, aux certitudes collectives, à la ténacité des préjugés.

Culture matérielle et contacts diplomatiques

Pour poursuivre au sujet des déplacements d’ambassadeurs et des voyages diplomatiques, voici l’annonce d’un colloque qui aura lieu à l’Université de Liège les 27-28 avril prochains :

Culture matérielle et contacts diplomatiques

entre l’Occident latin, Byzance et l’Orient islamique (XIe-XVIe s.)

Culture_materielle.jpg

Il est organisé par Denise Aigle, Frédéric Bauden, Nicolas Drocourt et Stéphane Péquignot.

Le programme est disponible ici.