Archives mensuelles : avril 2015

Une biographie de Jacques de Vitry

Une biographie de Jacques de Vitry vient de paraître chez Brepols :

Jean Donnadieu, Jacques de Vitry entre l’Orient et l’Occident: l’évêque aux trois visages, dans la collection « Témoins de notre histoire ».

Ce personnage est bien connu des spécialistes des descriptions de l’Orient au Moyen Âge, ainsi que d’autres domaines, car ses écrits embrassent un champ géographique et thématique très large.

Après avoir activement participé à la prédication de la 5e croisade, Jacques de Vitry est nommé évêque d’Acre en 1216 et part alors en Orient. Il transmet son expérience à la fois par des lettres1 et par son Histoire orientale.

L’auteur de cette biographie, Jean Donnadieu, a également édité et traduit en français l’Histoire orientale de Jacques de Vitry, en 2008, dans la collection « Sous la Règle de saint Augustin » chez Brepols.

  1. Jacques de Vitry, Lettres de la Cinquième croisade, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, Brepols (coll. Sous la Règle de saint Augustin), 1998. []

Liudprand de Crémone

L’édition intégrale, accompagnée de la traduction en français des oeuvres de Liudprand de Crémone, dont le récit de ses ambassades à Byzance, vient de paraître aux Editions du CNRS, dans la collection « Sources d’histoire médiévale » publiée par l’IRHT :

Liudprand de Crémone

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur :

Liudprand (vers 920-972 ?), originaire de Pavie où il entra dans la carrière ecclésiastique, est un témoin privilégié des vicissitudes politiques du xe siècle. Retour d’une ambassade à Constantinople menée pour le compte du roi d’Italie Bérenger II en 949, il s’exila en Germanie : un choix gagnant, qui lui valut de devenir évêque de Crémone en 962, au moment où Otton Ier vint ceindre la couronne impériale à Rome. C’est à la cour ottonienne qu’il fit ses armes d’écrivain d’église, en composant un sermon pour les fêtes de Pâques.

Mais Liudprand est surtout connu pour son oeuvre historiographique engagée. Avec la Rétribution (Antapodosis), il répond à une sollicitation de son confrère mozarabe d’Elvire (Grenade), en dressant une « histoire des empereurs et des rois de toute l’Europe » depuis l’éclatement de l’empire carolingien en 888 jusqu’à son temps, et dans laquelle le point de vue alterne entre l’Italie, la Germanie et Byzance. Il s’agit en réalité de justifier les prétentions ottoniennes sur l’Italie. L’Histoire d’Otton est un court pamphlet qui veut donner le point de vue du nouvel empereur saxon sur les conditions discutées de l’éviction du pape Jean XII, en 964. Enfin, l’Ambassade à Constantinople, récit d’un autre séjour dans l’Orient grec, en 968, dresse un tableau aussi noir que précis des usages diplomatiques byzantins.

Au fil de ses écrits, Liudprand, l’évêque courtisan spécialiste des relations diplomatiques, délivre un message moral sans cesse répété sur la responsabilité qu’implique le libre arbitre. Il le fait dans un style alerte farci de références classiques, maniant sans retenue l’invective, la harangue et les scènes hautes en couleur teintées d’un humour scabreux, qui ont beaucoup fait pour la légende noire du « siècle de fer ». 

La présente traduction donne pour la première fois accès à l’intégralité du texte en français, en regard du latin. Elle est précédée d’une présentation historique et littéraire et s’accompagne d’un commentaire nourri, avec un accent particulier sur l’identification des sources.

François Bougard, ancien membre et directeur des études médiévales de l’École française de Rome, est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et directeur de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS).

 

 

La scène de la rencontre

Les 28 et 29 avril prochains, se tiendra à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand un colloque intitulé La scène de la rencontre, qui réunira des antiquisants, des médiévistes, des modernistes et des contemporanéistes.

Les rencontres envisagées par ce colloque concernent des acteurs issus de mondes, de pays, de cultures différents. La dimension du voyage, qui rend possible ces rencontres, est par conséquent sous-jacente.

Programme La scène de la rencontre recto

Quatre contributions porteront sur le Moyen Âge :

– Christine Gadrat-Ouerfelli : La rencontre avec les peuples de l’océan Indien au Moyen Âge.

– Daniel König : Rencontres arabo-latines. Essai de typologie et de contextualisation sociale.

– Abbès Zouache : Les croisades. Mémoires d’une rencontre.

– Benjamin Weber : Les lieux de contacts entre Occidentaux et Ethiopie au Moyen Âge : des espaces de rencontre ?

Le programme complet :

Programme La scène de la rencontre verso