Archives mensuelles : juin 2015

Ecole d’été sur les voyages au Moyen Âge

L’Institut d’études médiévales (IEM) de la Nova University de Lisbon organise une école d’été (« Summer school« ) sur le thème des voyages au Moyen Âge, du 13 au 31 juillet prochain.

IEMActiv_2015_SummerSchool_Poster

Elle se déroule sur 3 semaines, chacune correspondant à un thème/module :

1. The experience of travel

2. Travellers and their motivations

3. The journey of objects and ideas

Un quatrième module est constitué par deux samedi de visites de sites médiévaux protugais.

L’enseignement sera dispensé en anglais.

Le programme détaillé et les modalités d’organisation se trouvent ici. On peut y lire les noms des membres du comité d’organisation, mais il n’est pas précisé si ce sont les mêmes personnes qui dispensent les cours, pour lesquels aucun nom n’est indiqué.

Penser le savoir géographique

Je relaie un appel à communication qui, malgré son titre, inclut la fin du Moyen Âge :

Penser le savoir géographique aux époques moderne et contemporaine (XVe-XIXe siècle)

Cette journée d’étude, organisée par Axelle Chassagnette et Etienne Bourdon, aura lieu le 6 novembre 2015 à l’Université Lyon II.

Voici l’argumentaire, tel que diffusé sur Calenda.org :

L’histoire des sciences a accordé beaucoup d’importance aux transformations de la médecine, de l’astronomie ou de la physique à l’époque moderne. Ces disciplines phares répondent en effet à la définition canonique du moment défini comme « Révolution scientifique », soit une description du monde qui procède à la mathématisation et à la description de la nature, la classification scientifique, le développement de l’expérimentation et une hiérarchie des savoirs répondant plus ou moins à ces critères. D’autres domaines de connaissances ont pourtant connu des changements à cette époque, parfois en décalage avec la chronologie habituellement identifiée de la Révolution scientifique. C’est le cas de la géographie, qui doit – notamment – son développement, au cours des XVe et XVIe siècles, à la réception élargie de la Géographie de Ptolémée et à l’élan de découvertes et de conquête du monde. Savoir historique, au sens de la Renaissance, d’une connaissance fondée sur l’accumulation et l’organisation des faits de l’expérience des hommes, mais également savoir mathématique (dans la production de cartes et l’usage des projections), la géographie de la Renaissance donne à voir le monde à un public de plus en plus large. Au cours du XVIe siècle et au-delà, les cartes, descriptions et vues de ville se multiplient, les imprimeurs et les graveurs inventent le nouveau genre éditorial de l’atlas. La littérature, le contenu des collections princières ou savantes, les bibliothèques, les programmes iconographiques des palais et des hôtels urbains, les images gravées vendues dans les foires et par les colporteurs, ou encore les représentations peintes d’intérieurs bourgeois témoignent d’une réception large des descriptions savantes du monde. Le nombre croissant de documents géographiques accessibles rencontre une large demande, celle des princes, des administrations, des systèmes judiciaires, des savants, des hommes de lettres, des armateurs, des voyageurs qui cherchent à localiser, identifier, inventorier, s’approprier les éléments constitutifs de leur espace de vie et de pouvoir, et à construire une représentation d’un monde spatialement rationalisé et en partie rêvé.

Si de nombreux travaux ont été consacrés à la cartographie des époques moderne et contemporaine, l’étude de la géographie – comprise sinon comme une discipline homogène et instituée, du moins comme un champ de savoirs – est plus rare. Le but de cette journée d’étude est donc de  penser le savoir géographique  en historiens, en interrogeant les conditions sociales, politiques et intellectuelles dans lesquelles il peut être mis en œuvre, mais également les discours – d’intentions, de justifications ou de définitions – produits par les contemporains. Cela suppose une nécessaire prise de distance avec la pensée positiviste longtemps mise en œuvre en histoire des sciences, dont la finalité essentielle était de décrire la dynamique du progrès des connaissances, et dont les enjeux principaux étaient l’identification de l’erreur et la validation rétrospective d’un savoir jugé « vrai » dans le dévoilement progressif d’un monde objectivable. Notre intention est, à l’inverse, d’interroger la géographie comme la construction d’un certain rapport au monde et à l’espace, et de mettre au jour les images qu’elle en produit. À ce titre, il nous paraît nécessaire d’élargir autant que possible la caractérisation, et donc les formes et supports de l’invention et de l’innovation, de l’élaboration et de la mise en œuvre du savoir géographique. Si les productions graphiques demeurent des sources essentielles, les textes ne sauraient être négligés. Non seulement ils explicitent souvent les démarches géographiques et cartographiques qui ont présidé à leur réalisation, mais ils permettent aussi de les contextualiser dans le champ de la pensée et des pratiques spatiales qui contribuent à leur donner un sens.

Enfin, rappelons que le savoir géographique a longtemps été caractérisé par un éclatement intellectuel et disciplinaire. Au fil du temps, il a pu être associé à l’histoire, à la polémologie, aux mathématiques, à l’astronomie, à la physique, à la géopolitique ou à l’anthropologie. Il a été enseigné dans les facultés de philosophie dès le XVIesiècle, mais n’a pas toujours bénéficié d’une très grande visibilité dans le monde académique, alors que les représentations géographiques et cartographiques, ou les récits de voyage, constituaient des thèmes privilégiés de nombreux imprimeurs et graveurs, et qu’un nouvel imaginaire du monde investissait la littérature européenne. Le discours géographique est aussi intimement lié à l’affirmation du pouvoir politique des États et à leur stratégie de prestige conduisant à présenter leurs territoires dans le registre d’une nature dominée, d’un État contrôlé, riche et puissant, borné par des frontières naturelles qui en assurent l’évidence et en garantissent la légitimité. La littérature géographique acquiert une fonction déterminante dans la constitution des identités nationales et devient souvent un outil dans la fabrique des nations. Par ailleurs, les colonisations se sont accompagnées d’une production abondante, justificatrice de l’œuvre missionnaire ou civilisatrice. Progressivement, la géographie assoit sa légitimité, se rapproche du pouvoir et s’institutionnalise, des cartographes royaux aux premières chaires de géographie instituées au XIXe siècle. La journée d’études vise donc également à identifier les contextes intellectuels et les pratiques qui éclairent la caractérisation et le statut du savoir géographique à des époques successives et à comprendre l’articulation de ces grands moments. Le choix d’une chronologie large, du XVe au XIXe siècle, permet d’appréhender le long processus d’émergence, de rationalisation et d’intellectualisation de la dimension spatiale des sociétés. Dans le discours géographique, au-delà de la description de l’espace et de l’ailleurs, se dévoile un discours sur soi et son rapport au monde.

Axes thématiques

Les thèmes suivants pourront donc être abordés :  

  • Les usages politiques, judiciaires, administratifs, et plus largement pratiques, de la géographie cartographique et textuelle
  • Les discours de définition et de légitimation de la géographie
  • La géographie et la cartographie dans les pratiques savantes et pédagogiques
  • Acteurs, objets, institutions du savoir géographique
  • Le savoir géographique et les cultures professionnelles
  • Le savoir géographique et les cultures confessionnelles
  • Le savoir géographique dans les contextes nationaux
  • Les usages du savoir géographique en contexte colonial
  • Le savoir géographique dans les textes philosophiques, théologiques et littéraires
  • etc.

Modalités de soumission 

Un titre de communication accompagné d’une présentation d’une quinzaine de lignes au maximum est à envoyer avant le 30 juin à Etienne Bourdon (Etienne.Bourdon@ujf-grenoble.fr) et à Axelle Chassagnette (Axelle.Chassagnette@univ-lyon2.fr).

Date limite de proposition : 30 juin 2015.

La journée d’étude aura lieu le 6 novembre 2015.

Comité scientifique

  • Axelle Chassagnette, Maître de conférences en histoire moderne, Université Lyon II
  • Etienne Bourdon, Maître de conférences en histoire moderne, Université Grenoble-Alpes

 

Travels and mobilities in the Middle Ages

Un volume vient de paraître aux éditions Brepols, intitulé Travels and mobilities in the Middle Ages, dirigé par Marianne O’Doherty et Felicitas Schmieder.

Il rassemble plusieurs contributions portant sur le thème du voyage et présentées à l’International Medieval Congress de Leeds de 2010. Il constitue le volume 21 de la collection « International Medieval research ».

Le voyage est entendu dans un sens large et l’espace géographique et chronologique couvert est particulièrement vaste, allant de la Scandinavie à Constantinople, voire à l’empire maritime portugais, et du haut Moyen Âge au XVIe siècle.

 

Table des matières :

Introduction

Centres and Peripheries: Travellers to and on the Margins

‘Them Friars Dash About’: Mendicant terminatione in Medieval Scandinavia — JOHNNY GRANDJEAN GØGSIG JAKOBSEN

Continuer la lecture

Sharing the Holy Land

Les 12 et 13 juin prochains, se tiendra à Londres, au Warburg Institute, un colloque intitulé Sharing the Holy Land : Perceptions of shared sacred space in the Medieval and Early Modern Mediterranean.

Sharing_the_Holy_Land__Poster_

La problématique de ce colloque porte donc essentiellement sur la question des sanctuaires et des lieux de culte « partagés » entre plusieurs religions: judaïsme, christianisme et islam.

Une grande partie des interventions s’appuie sur et analyse les récits de voyages et de pèlerinage en Terre sainte.

Voici la liste des interventions :

– Benjamin Z. Kedar (The Hebrew University of Jerusalem), ‘The Various Meanings of “Shared Sacred Space”’

– Bernard Hamilton (University of Nottingham), ‘The Mount Sinai Monastery: A Successful Example of Shared Holy Space’

– Phil Booth (University of Lancaster), Bathing in the Boundaries of the Holy Land: Latin Perspectives on Christian Devotion at the Jordan, c.1099-1291

– Anthony Bale (Birkbeck College, Univ. of London), Mount Joy: Pilgrimage and Emotional Landscape in Late Medieval Palestine

– Michele Campopiano (University of York), Islam and Muslims in Franciscan Descriptions of the Holy Land: The Role of the Convent of Mount Zion, c. 1330-1530

– Lucy-Anne Hunt (Manchester Metropolitan University), From the Church of the Nativity at Bethlehem to the Church of St Theodore at Behdaidat: Art, Politics and Communities in Sacred spaces in the Levant between the 12th-13th Centuries

– Gil Fishhof (Tel Aviv University), The Western and Byzantine Elements of the Mural Cycle of the Church of the Resurrection at Abu Gosh: A Manifestation of a Shared Sacred Space

– Lisa Mahoney (DePaul University), Understanding Absence: The Church Façades of the Latin Kingdom of Jerusalem

– Georg Leube (Marburg University), Permeability and Mutual Congruence as Categories in the Study of Shared Sacred Space: The Case of 12th/13th-Century Jazīra

– Marci Freedman (University of Manchester), Mingling at the Sites: Shared Sacred Space in Benjamin of Tudela’s Book of Travels

– Lucy Donkin (University of Bristol), Worth Their Weight in Gold: The Imprints at the Dome of the Rock between Islam and Christianity

– Camille Rouxpetel (École Française de Rome), Sharing the Holy Places, Unifiying Christianity

– Beatrice Saletti (Università degli Studi di Udine), ”Ululant more luporum”: Frankish Perceptions of Other Christians’ Liturgies in Churches of the Holy Land

– James Hill (University of Leeds), Sharing New Rome: Papal Directives to Pera in Constantinople during the Fourteenth Century

– Yuri Stoyanov (SOAS),  Title TBC

– Osama Hamdan (Al-Quds University, Jerusalem), Preserving the Memory of St. John the Baptist/Prophet Yahia’s Tomb in Sabastiya by Christian and Muslim Communities

– Nickiphoros Tsougarakis (Edge Hill University), Sharing on the Way to the Holy Land: The Shrine of Our Lady of Cassiope on the Island of Corfu

– Anthony Luttrell, Shared Worship at Filerimos on Rhodes: 1306-1420

– Giuseppe Perta (Medalics – Università per Stranieri Dante Alighieri di Reggio Calabria), Illa famosa granaria. The Pyramids in the Eyes of the Western Pilgrims

– Jan Vandeburie (Warburg Institute), Knowledge of the Other and Understanding Shared Sacred Space, c. 1150-1250

– Alexia Lagast (University of Antwerp), Sharing Sacred Space in Late Fifteenth-Century Travel Narratives

– Nicholas Morton (Nottingham Trent University), Did the First Crusade Initiate a “Clash of Civilizations” between Christianity and Islam?

– Alan V. Murray (University of Leeds), The Distribution of Religious Communities in the City of Jerusalem under Frankish Rule, in the Period 1099-1187

– Julian Yolles (Harvard University), Vespasian’s Sword and Crown: Reading Josephus in the Latin East

– Alessandro Tedesco (Catholic University of Milan), The Itinera ad Loca Sancta Collection in the Franciscan Libraries in Jerusalem

– Dionigi Albera (Institut dˈEthnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, CNRS-Aix-Marseille University), On the “Lieux Saints Partagés” exhibition at the Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Marseille)

– Closing remarks : Glenn Bowman (University of Kent), Modern Perspectives on Sharing the Sacred in the Middle Ages

On peut trouver le programme complet ici.