Archives mensuelles : octobre 2015

La mémoire des Lieux saints

Un nouvel appel à communication pour un colloque qui se tiendra les 26 et 27 mai 2016 à Amsterdam :

Memory and Identity in the Middle Ages : the construction of a cultural memory of the Holy Land (4th-16th centuries)

Voici l’argumentaire et les précisions concernant cet appel :

The Holy Land has played an important role in the definition of the identities of the three major Abrahamic religions. Constitutive narratives about the past of Judaism, Christianity, and Islam were largely bound to this shared and contested space. As put forward both by Maurice Halbwachs and Jan Assmann, memory adheres to what is ‘solid’, stored away in outward symbols. The Holy Land is a focal point around which the shared memories of these different groups formed, and has been crucial for defining their identities. Accordingly, the definition of this shared memory can be traced as a process of elaborating a cultural memory: an ‘artificial’ construction of developed traditions, transmissions and transferences. This process of construction was pursued through different media that cast the past into symbols. The period between the age of Constantine and the late Renaissance was formative for constructing this memory. It saw the valorization of Christian holy places under Constantine, the birth of Islam, the construction of an important Jewish scholarly community in the Holy Land, the Crusades, the massive growth of late medieval pilgrimage involving Jewish, Christian and Islamic groups, as well as other crucial events.
The conference aims to bring together scholars who study the memories of the holy places within these religious galaxies from various disciplinary perspectives, in order to achieve a constructive exchange of ideas. Scholars of all so-called Abrahamic religions are invited to submit proposals, including scholars of Western and Eastern Christianity, Judaism and Islam. The call is open for historians, art historians, literary scholars, theologians, philosophers working on topics ranging from Late Antiquity to the Renaissance.

This conference is organized by the team of the research project Cultural Memory and Identity in the Late Middle Ages: the Franciscans of Mount Zion in Jerusalem and the Representation of the Holy Land (1333-1516): Michele Campopiano, Valentina Covaci, Guy Geltner and Marianne Ritsema van Eck. The project is funded by the Nederlandse Organisatie voor Wetenschappelijk Onderzoek (NWO).

Papers should be 30 minutes long, and will be followed by 15 minutes of discussion. Participants are asked to send an abstract of 300 words to memory.and.identity.conference@gmail.com before 1 December 2015, together with information concerning their academic affiliation. Travel costs and two nights of accommodation will be financed by the project. Please do not hesitate to contact us for additional information.

On peut retrouver cet appel ici.

Une carte inscrite au registre « Mémoire du monde » de l’UNESCO

L’inscription au patrimoine mondial de l’humanité en concerne pas seulement des lieux ou des monuments, il peut également bénéficier à des documents ou des objets.

C’est ainsi qu’une des plus anciennes représentations du monde terrestre, la mappemonde d’Albi, datée du VIIIe siècle, vient d’être inscrite dans le registre « Mémoire du monde » de l’UNESCO. Un dossier complet sur cette mappemonde et son inscription est consultable sur le site du Réseau des médiathèques du Grand Albigeois.

mappemonde Albi Outre son ancienneté, cette carte pose de nombreuses questions, notamment quant à son origine, son lieu et milieu de conception, et quant à ses sources.

Un séminaire sera consacré à cette carte en janvier et mars prochains (8 et 22 janvier, 18 mars) à Paris : Mappa mundi : culture géographique et représentation du monde au haut Moyen Âge.

Il se tiendra à Paris à la Sorbonne et est organisé par le LAMOP, l’Université Paris I, l’Université d’Albi et la Médiathèque d’Albi.

Un colloque sera également organisé autour de ce document l’année prochaine, les 17 et 18 octobre 2016.

Cultures de l’autre : rencontre, rejet, échange

Le groupe QUESTES, destiné aux jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) a lancé un nouvel appel à communication, pour un séminaire intitulé « Cultures de l’autre : rencontre, rejet, échange ».

Voici l’argumentaire, que l’on peut également retrouver sur calenda.org.

Argumentaire

Les études médiévales ont souvent donné du Moyen Âge l’image de sociétés unifiées par leur religion et leur culture, ou même repliées sur elles-mêmes. Pourtant l’autre et sa culture ont toujours intéressé les hommes et femmes du Moyen Âge.

En littérature, la confrontation à la figure de l’autre et à sa culture produit des portraits stéréotypés ou peut devenir le ferment d’une interaction positive. Comment rencontre-t-on l’autre dans la littérature du Moyen Âge ? Certains genres littéraires particuliers favorisent la mise en scène de ces rencontres. Quel rôle jouent-elles alors dans les dynamiques narratives ? Quels registres littéraires la culture de l’autre fait-elle surgir ? L’autre peut-il susciter l’admiration, et devenir matrice littéraire féconde ou bien n’est-il appréhendé que sous l’angle du rejet et de la méfiance ? Cette ambivalence, sensible dans La Chanson de Roland, en ce qui concerne les païens, mérite d’être interrogée. On s’intéressera aussi aux façons de décrire l’autre : réseaux lexicaux, métaphores, et à leurs effets sur le lecteur. Quel rôle jouent alors ces échanges dans la logique interne de l’œuvre littéraire ? On pourra adopter une perspective poétique : comment l’autre intervient-il dans l’œuvre ? Par le biais de récits enchâssés, ou d’une intertextualité telle la Disciplina clericalis qui emprunte à l’arabe ? On pourra également adopter une perspective comparatiste pour cartographier les territoires littéraires accueillant ces préoccupations : cet intérêt se rencontre-t-il uniformément dans les textes ou ne concerne-t-il que certains genres de textes ? Et qu’en est-il de la périodisation ? Est-ce que la rencontre avec l’autre a, en littérature, une histoire ?

D’un point de vue historique, on tentera de s’attacher aux aspects concrets qui constituent l’altérité. Au-delà de la notion de culture, y a-t-il des marqueurs privilégiés qui distinguent cet autre ? Religion, langue, vêtements, alimentation… différentes grilles de lectures peuvent apparaître lorsqu’il s’agit de caractériser celui qui est perçu différemment. Quels sont alors les critères de description qui paraissent les plus évidents et que nous disent-ils sur les perceptions de ceux qui les formulent ? Deux questions pourront alors se poser. Tout d’abord, alors que la rencontre est parfois lue à travers une épistémè propre à l’histoire de l’expansion européenne, en quoi la perception de l’autre au Moyen Âge est-elle singulière ? Par ailleurs, les rencontres étaient-elles nécessairement valorisées par leurs protagonistes et par les sociétés dans lesquelles ils s’inscrivaient ? C’est donc à partir d’éléments concrets que nous aimerions dépasser le caractère marginal de la rencontre avec l’autre pour comprendre son sens dans les sociétés médiévales.

Enfin la mise en scène de la culture de l’autre est aussi porteuse d’une vision symbolique qui prend valeur d’anthropologie littéraire. Est-elle au service d’un rejet systématique dans une perspective axiologique ? Dans son étude du Perceforest, Sylvia Huot interroge la place occupée dans le roman par la référence à l’Antiquité dans l’élaboration d’une identité nouvelle et chrétienne. La pensée d’Edward Saïd sur la construction imaginaire de l’Orient, ou l’Ailleurs païen dans le Perceforest, pourrait ici être convoquée, ne serait-ce que pour la questionner. Simon Gaunt est récemment revenu sur la notion de diversité chez Marco Polo, suivant les théories des post-colonial studies : qui parle de la culture de l’autre ? L’européen chrétien, qui contrôle la voix narrative, ou l’autre qui rend l’œuvre polyphonique et questionne les schémas de l’occident chrétien ?

Il s’agira donc, à travers une exploration vaste n’excluant, a priori, aucune ère géographique, de l’orient méditerranéen à la Scandinavie de se pencher sur les espaces, les sociétés, les œuvres et les discours où s’est posée, ou imposée, la question de la relation à l’autre dans sa dimension culturelle. La culture de l’autre en fait-elle nécessairement un estrangier rejeté ?

Conditions de soumission

QUESTES est une association s’adressant aux jeunes chercheurs.

Les contributions à ce thème transdisciplinaire prendront la forme de communications de vingt minutes lors des séminaires de novembre et décembre (18h-20h, Maison de la Recherche de la Sorbonne). Les propositions sont à envoyer à paulineguena@hotmail.fr et v.griveau.genest@gmail.com

avant le 20 octobre 2015.

Les contributions feront dans un second temps l’objet d’une publication sous forme de bulletin.

Responsables scientifiques

  • Viviane Griveau Genest, doctorante en littérature médiévale à l’université Paris Ouest Nanterre
  • Pauline Guéna, doctorante en histoire médiévale à l’université Paris IV