Archives mensuelles : novembre 2015

L’Occident au miroir de l’Orient chrétien

Vient de paraître, aux publications de l’Ecole française de Rome :

Camille Rouxpetel, L’Occident au miroir de l’Orient chrétien : Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (XIIe-XIVe siècles), préface de Jacques Verger, Rome, 2015, « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome » 369.

Présentation de l’ouvrage sur le site des publications de l’EFR :

Pourquoi l’Orient chrétien ? Les Latins – croisés, pèlerins ou missionnaires – partant pour la Cilicie. la Syrie-Palestine et l’Égypte du XIIe à l’orée du XVe siècle, se rendent à la rencontre d’hommes à la fois semblables parce que chrétiens et dissemblables parce qu’orientaux. C’est cette expérience d’une altérité rendue particulière par la grande proximité avec laquelle elle se conjugue qui constitue l’objet de ce livre. En effet, les différents discours sur l’altérité, construits à la confluence de la culture savante, d’un système de représentations occidentales et de l’expérience née de la rencontre affectent en retour la définition de la christianitas. Les attitudes des auteurs varient selon leur statut et selon les trajectoires propres à chacun. Après l’analyse des modalités et des rythmes de l’intégration des chrétiens d’Orient par les Latins à leur univers culturel, cette étude analyse le discours latin sur l’altérité orientale. Aux prémisses de la rencontre et à l’autorité de la chose lue, succèdent bientôt la découverte de visu et in situ et l’autorité de la chose vue et, souvent, entendue. Comment les Latins perçoivent-ils leurs coreligionnaires et ces perceptions parviennent-elles à bouleverser les a priori du départ ? Puis, au premier regard, dans lequel affleure la spontanéité de la réaction à l’altérité, succède et se superpose un discours plus construit où les autorités et les représentations pèsent davantage, sans que cela soit toujours du domaine du conscient. Les enjeux, territoriaux, pastoraux et évangéliques contribuent alors à définir les contours des images de l’autre.

L’auteur a de plus mis en ligne le dossier de presse sur le site Academia, ici.

 

A l’échelle du monde

A la fin d’un article précédent, consacré à l’accession de la mappemonde d’Albi au registre de la mémoire du monde de l’UNESCO, j’évoquais la préparation d’un colloque en octobre 2016.

Voici l’appel à communication de ce colloque, qui aura donc lieu à Albi, les 17 et 18 octobre 2016 :

À l’échelle du monde. La carte, objet culturel, social et politique, de l’Antiquité à nos jours

Argumentaire

En mars 2014, la Communauté d’agglomération de l’Albigeois a déposé un dossier de demande d’inscription de la Mappa Mundi au registre de la mémoire du monde de l’UNESCO, dont la réponse est attendue courant 2016. Cette carte du monde provient d’un recueil de textes, miscellanea, où elle est suivie d’un Index des vents et des mers, le tout datant du VIIIème siècle. Elle a fait partie des manuscrits qui ont constitué la bibliothèque du chapitre de la cathédrale d’Albi, et est actuellement conservée dans les fonds de la médiathèque Pierre Amalric. Cette Mappa Mundi d’Albi est l’une des deux plus anciennes cartes connues représentant le monde dans sa globalité et de manière non abstraite, avec la Mappa Mundi du Vatican datant de la même époque.

Cette demande d’inscription au registre du patrimoine mondial de l’UNESCO sert de point de départ à une réflexion plus générale sur la carte à l’échelle monde comme objet culturel, social et politique, à travers les âges. A la différence du discours, la carte est rarement objet de critiques et de mise à distance. Elle est souvent considérée comme un outil, peut-être en raison de l’aspect technique (dessin, projection, repères…), auquel on attribue des vertus de transparence et de subjectivité. Pourtant, la carte, qui est une interprétation de la réalité, est avant tout un objet culturel, vecteur de représentations des sociétés sur le monde, ce qui en fait un outil géopolitique particulièrement efficace.

Ainsi, une carte sert de nos jours aussi bien à se localiser qu’à comprendre des situations territoriales complexes ; elle peut expliquer des rapports de forces et des rivalités de pouvoirs, et contribuer à revendiquer des territoires. Elle laisse parfois une large place à l’imaginaire.

Ces questions sur la nature et les usages des cartes se posent également pour les siècles passés, quand les principes de composition et la diffusion des cartes étaient différents de ceux d’aujourd’hui. La Mappa Mundi d’Albi intrigue par sa forme inhabituelle et le mystère qui entoure sa réalisation. Quel était alors l’intérêt de représenter le monde dans son ensemble ? Quelles connaissances étaient mobilisées et selon quels choix ? Que nous apprend un tel objet sur les conceptions du monde par les sociétés anciennes en Europe ?

Représenter le monde en carte pose donc, depuis l’antiquité, un certain nombre de problèmes techniques, politiques, religieux ou sociaux. La carte n’est pas une photographie du monde mais son interprétation. Comment représenter le monde avec un minimum de déformations ? Et d’ailleurs, est-ce l’objectif des maîtres de cet ouvrage ? Quelle projection choisir ? A quelle échelle cartographique ? Avec quelle orientation ? Quels toponymes choisir ? Quelles sont les motivations de la production, les sous-tendus politiques, religieux, économiques ? Comment figer une réalité complexe qui est en constante évolution ? La carte représente t-elle uniquement l’espace ? Ne peut-on pas y voir également le temps ? Comment hiérarchiser les informations à cartographier ? A qui s’adresse la carte ? A toutes les époques et malgré les évolutions techniques, ces questions se posent et dresser une carte est donc nécessairement difficile voire complexe.

L’objectif de ce colloque est de répondre à ces questions tout en apportant le regard croisé d’historiens et de géographes sur la conception des cartes géographiques à travers les siècles et la spécificité de « l’échelle monde », hier comme aujourd’hui. Ce colloque complètera le séminaire organisé par le LAMOP (Paris I) : “Autour de la Mappa Mundi d’Albi : culture géographique et représentation du monde au haut Moyen-Âge”. La carte a été de tous temps un instrument de pouvoir et de persuasion, qu’il soit économique, politique ou militaire. Le but est donc de dresser, pour chacune des périodes, les enjeux des cartes et leurs influences.

Le colloque aura lieu à Albi les 17 et 18 octobre 2016. Il permettra de confronter le point de vue des historiens et celui des géographes sur les usages culturels, politiques et sociaux des cartes du monde jusqu’à nos jours. La première journée sera consacrée aux usages et à la signification des représentations du monde (mappemondes, planisphères, globes, atlas) au Moyen Âge et à la Renaissance. La deuxième journée, portera sur la cartographie moderne et contemporaine et la pertinence de l’échelle monde à l’âge de la globalisation.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les propositions de communication devront comporter le nom et les fonctions de l’auteur, un titre et un résumé d’environ 500 signes. Elles seront envoyées avant le

1er décembre 2015

à l’adresse suivante colloquemappamundi@listes.univ-jfc.fr. Les communications retenues devront parvenir aux organisateurs dans leur forme définitive au plus tard le 1er septembre 2016.

Comité scientifique

  • Jean-Marc Besse
  • Jean-Louis Biget
  • Geneviève Bührer-Thierry
  • Thibault Courcelle
  • Jocelyne Deschaux
  • Denis Eckhert
  • Catherine Hofmann
  • Emmanuelle Vagnon
  • Sandrine Victor