Archives mensuelles : octobre 2016

Prendre la route

Le 7 novembre prochain aura lieu la journée d’étude :

Prendre la route. Approches sociales de la mobilité de l’Antiquité au XVIIIe siècle

A l’université Paris 8, Bibliothèque, salle de recherche.

c_users_utilisateur_documents_programme-en-route-afiche-oct-2016-2Programme :

09h30 Claudia MOATTI (univ. Paris 8) : introduction

10h30 Jérôme FRANCE (univ. Bordeaux-Montaigne) : Pratiques fiscales et société : passer la douane dans l’empire romain

10h30 Sylvie CROGIER (univ. Tours-François Rabelais) : Les usagers du cursus publicus : des privilégiés ?

11h00 Discussion

Continuer la lecture

Order into Action

Du 10 au 12 novembre prochain, se tiendra à Heidelberg le colloque :

Order into Action

How large-scale concepts of world-order determine practices in the premodern world

order-into-action-programme2_page_1Argumentaire :

In recent years, research on premodern sys-tems of world order (concepts and practices) and pertinent large-scale categories has inten-sified: numerous enlightening studies teach us about the perceptions and descriptions of “the world” in premodern Europe and Asia (c. 1300-1600). Many of these studies are valuable and help us to better understand how historical actors or societies constructed and perceived the world they inhabited. However, the ques-tion if and how such large-scale concepts that constituted the basic elements of overall world orders were translated into concrete actions or practices, remains underexplored.
In order to analyse and underline the relevance of our insights into the mental representations of “the world”, it seems necessary and fruitful to ask, how theoretical or intellectual models influenced (or even determined) concrete ac-tions on an individual or collective level. The conference “Order into Action” addresses this question and seeks to combine and discuss the perspectives of scholars in European, Arabic and Islamic, and Asian Studies as well as of experts of non-Eurasian cultures. The different papers focus on exemplary case studies from different areas of expertise, which pos-sess the potential to be ‘generalised’ in the perspective of our overarching question.

Continuer la lecture

Mobility and Space in Late Medieval and Early Modern Europe

Voici un appel à communication pour une journée d’étude intitulée :

Mobility and Space in Late Medieval and Early Modern Europe

qui se tiendra à l’Université d’Oxford, le 23 juin 2017.

L’argumentaire est le suivant :

The application of spatial paradigms to the study of late medieval and early modern societies is now well underway. In contrast, the so-called ‘mobility turn’ has struggled to find its way from the social sciences to the humanities and, in particular, to history. This conference proposes to bring the two together by exploring how everyday mobility contributed to the shaping of late medieval and early modern spaces, and how spatial frameworks affected the movement of
people in pre-modern Europe.
In focusing on these issues, the conference also intends to relate to current social challenges. The world is now more mobile than ever, yet it is often argued that more spatial boundaries exist today than ever before. The conference hopes to reflect on this contemporary paradox
by exploring the long-term history of the tension between the dynamicity of communities, groups and individuals, and the human construction of places and boundaries.
Prospective speakers are invited to submit proposals of no more than 300 words for 20-minute papers. Papers may engage with questions of mobility and space at a variety of levels (regional, urban, domestic) and interdisciplinary approaches are particularly encouraged.

Quatre sous-thèmes sont proposés :

  • Performing space through movement (border patrols, civic and religious processions, frontier trespassing)
  • Mobile practices in public spaces (itinerant courts, temporary fairs, diplomatic exchanges, travelling performances, revolts on the move)
  • Narrating movement, imagining space (pilgrimage guides, travel diaries, merchant itineraries, road maps)
  • Digital scholarship in exploring the intersections between mobility and space (network analysis, flow modelling, GIS-based research)

Les propositions sont à envoyer avant le 1er février 2017 à luca.zenobi@history.ox.ac.uk et pablo.gonzalezmartin@history.ox.ac.uk

Ethnologie et philosophie au Moyen Âge

Partant de l’exemple du livre de Jean de Mandeville, John Marenbon (Cambridge University, Trinity College) donnera deux conférences à Paris, les 12 et 13 octobre prochains sur Ethnologie et philosophie au Moyen Âge.

L’argumentaire est le suivant : Le Moyen Âge a produit un certain nombre de récits de voyage, plus ou moins imaginaires, dans lesquels l’altérité, notamment religieuse, constitue une mise à l’épreuve des structures de pensées habituelles. L’enjeu de ces conférences est d’examiner comment les concepts philosophiques et théologiques élaborés au Moyen Âge sont utilisés et transformés dans ce type de littérature, au croisement de la philosophie et de l’ethnographie.

12 octobre : Jean de Mandeville : ethnographe, poète ou romancier ?

Répondant : Nicolas Faucher (EPHE)

17h-19h, Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Cavaillès.

13 octobre : La question du relativisme dans l’ethnographie du long Moyen Âge

Répondant : Jacob Schmutz (Paris-Sorbonne)

10h-12h, Ecole normale supérieure, 46 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle de conférences.

 

L’itinérance du pouvoir en Méditerranée médiévale

Le séminaire de recherche « Économie, société, culture » du Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (Aix-en-Provence, MMSH) portera pour l’année 2016-2017 sur le thème :

L’itinérance du pouvoir en Méditerranée médiévale

seminaire-2016-2017

Programme :

  • 24 octobre 2016 : La cour en déplacement

– Jean-Marie Martin (CNRS – UMR 8167 Orient et Méditerranée), De Palerme à Naples : l’itinérance de la cour sicilienne à l’époque souabe (première moitié du xiiie siècle).

– Fanny Madeline (Fondation Thiers – UMR 8589 LAMOP), Itinérance de la cour et mobilité royale dans l’empire des Normands et des Plantagenêts (1066-1204).

  • 28 novembre 2016 : Se préparer pour le voyage

– Michel Huynh (musée de Cluny), La matérialité du voyage au Moyen Âge : véhicules, voies et équipement du voyageur.

 – Stéphanie Richard (Université Paris-Sorbonne – UMR 8596 Centre Roland Mousnier), Préparer les voyages princiers : les déplacements des ducs et des duchesses d’Orléans aux xive-xve siècles.

Continuer la lecture

Les voies de communication au Moyen Âge

Tel est le sujet d’une journée d’études « jeunes chercheurs » organisée à l’Ecole française de Rome, en partenariat avec le CERM (Centro Europeo di Ricerche Medievali, Trieste), les 20 et 21 octobre prochains :

Le vie della comunicazione nel medioevo. Livelli, soggetti e spazi d’intervento nei cambiamenti sociali e politici

Programme :

20 octobre :

9:30 – Accueil (Pierre Savy, EFR – Marialuisa Bottazzi, CERM)

10:00 – Veicoli e monumentalizzazione dell’informazione nel medioevo. (Marialuisa Bottazzi, CERM)

10:30 – Il ruolo dell’epigrafia metrica nella cristianizzazione dello spazio civico in eta’ tardoantica e proto bizantina. (Gianfranco Agosti, Sapienza – Univ. di Roma)

11:00 – Forme e funzioni della ‘comunicazione’ nella costruzione di un testo agiografico. Da San Martino di Tours a Sant’Amando di Maastricht. (Luciana Furbetta, Sapienza – Univ. di Roma / CERM)

12:00 – Circolazione di modelli artistici. Dall’incontro tra l’arte classica e l’arte “barbarica” a quello tra arte ottoniana e bizantina. (Guido Tigler, Univ. Firenze)

12:30 – Le rinascenze carolinge, araba e bizantina: difficoltà e mancanze nelle realizzazioni e costruzioni di comunicazione reciproca. ( Paolo Cammarosano, CERM)

Continuer la lecture

Circulations montagnardes, circulations européennes

Le prochain (142e) Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, organisé par le CTHS, aura lieu à Pau du 24 au 29 avril 2017.

Les organisateurs ont choisi pour thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Voici un extrait de l’argumentaire :

Obstacle, frontière « naturelle », opposant nettement, sous ces latitudes moyennes, les versants d’ubac et d’adret (soulane et ombrée), marquée par l’alternance saisonnière de la fermeture et de l’ouverture de ses estives, et – longtemps – de plusieurs de ses cols et ports, la montagne représente depuis toujours le paradoxe d’un espace qui peut être refuge, mais qui est pourtant constamment traversé et parcouru. Elle a souvent donné lieu à des interprétations déterministes. On a pensé la montagne comme un espace immuable, résistant au changement au même titre qu’à l’érosion, un lieu d’élection de l’archaïsme. On l’a pensée enclavée et effacée plus souvent que traversée ou desservie. Fernand Braudel participait encore de cette approche lorsqu’il la présentait de manière statique, essentiellement pourvoyeuse d’hommes et de richesses tirées de ses sols et sous-sols, alors que les plaines et les rivages seuls étaient mus par les échanges, le changement, la modernité.
Il s’agit, ici, de s’interroger sur la montagne comme un espace animé par de multiples mouvements, même s’il faut tenir compte de la grande variété des espaces montagnards. En travaillant sur les genres de vie, et les sociétés montagnardes autochtones, allochtones, les métiers, les conflits, les régulations, les « écoles »  géographiques ont porté une grande attention à la circulation intra ou trans-montagnarde. Il y a non seulement les circulations des montagnards eux-mêmes, de leurs bêtes et productions mais aussi celles induites par les populations des contrées, proches et lointaines, qui les bordent, autant matérielles qu’immatérielles : hommes, bestiaux, produits divers et idées. Leur observation, au-delà de la perception de l’obstacle, nous engagera alors à réenvisager la mutabilité de ces espaces montagnards, en France, Corse et départements d’Outremer et en Europe, sans s’interdire des comparaisons dans d’autres espaces.
Bien sûr, qu’elle soit « haute » ou « moyenne », périphérique (et alors souvent frontière) ou « centrale », la définition que nous envisageons du mot « montagne » ne se réduit pas aux espaces situés au-dessus d’une certaine altitude, ni à la toponymie, mais elle correspond à leur perception culturelle large, tant autochtone, qu’allogène, perception historique aussi, liée aux variations climatiques. La montagne est d’abord un milieu géographique spécifique, qui associe une certaine dynamique naturelle à une autre, sociale. Tout en s’affirmant comme « montagnarde », leur conjonction entraîne des situations variées.

Parmi les nombreux thèmes envisagés, figurent ceux de la représentation de l’espace montagnard et des circulations et déplacements au sein de cet espace, en particulier dans le thème IV : « Des montagnes parcourues et représentées : de la circulation des idées, des formes et des jeux ».

Les propositions de communications doivent être envoyées avant le 1er novembre 2016 à l’adresse congres@cths.fr.

Toutes les informations, ainsi que l’argumentaire complet, sont disponibles sur le site du CTHS : http://cths.fr/co/