Archives mensuelles : mars 2017

De mundi caelestis terrestrisque constitutione liber

Vient de paraître :

Pseudo-Bède, De mundi caelestis terrestrisque constitutione liber. La création du monde céleste et terrestre, traduction et édition de Mylène Pradel-Baquerre, Cécile Biasi et Amand Gévaudan, sous la direction de Béatrice Bakhouche, Paris, Classiques Garnier, 2017.

Le De mundi caelestis terrestrisque constitutione liber, attribué à tort à Bède, est un texte curieux, qui, élaboré en milieu monastique au xie ou xiie siècle, présente peu de références scripturaires, mais renseigne sur la réception médiévale des textes scientifiques et philosophiques latins d’époque tardive.

L’oeuvre se compose de deux parties :

I. De mundo

  1. De terra
  2. Aqua
  3. Aer
  4. Aether

II. De anima

  1. De anima humana
  2. De origine animarum
  3. De anima mundi
  4. Item de animarum origine secundum alios
  5. Item de animarum origine secundum alios
  6. De cetera animarum origine

La table des matières complète de cette édition est consultable ici.

Les ambassadeurs dans le monde musulman médiéval

Un séminaire « inter-laboratoires » (LA3M et IREMAM, Aix-en-Provence) porte sur :

Les ambassadeurs dans le monde musulman médiéval

(VIIIe-début XVIe siècle)

Argumentaire :

Si les échanges diplomatiques dans le monde méditerranéen médiéval ont fait l’objet de nombreuses études, la question des acteurs de la diplomatie n’a été abordée que dans le monde latin ; le Dâr al-Islam est en revanche resté quelque peu à l’écart de ce renouvellement historiographique, malgré la publication d’un petit nombre de travaux ponctuels, en particulier dans le cadre du projet  mené par le groupe de recherche de l’IFAO dirigé par Denise Aigle et Sylvie Denoix sur La paix : concepts, pratiques et systèmes politiques. Partant de ce constat et dans le prolongement de ces recherches, nous envisageons de conduire la réflexion à l’échelle du monde musulman, mais aussi dans ses rapports avec le monde extérieur, à savoir avec le monde latin, Byzance et les Mongols.

En faisant appel à toute sorte de documentation produite dans le monde musulman et également issue du monde latin, on s’interrogera sur l’existence d’une figure de l’ambassadeur/envoyé/émissaire (safîr, rasûl, mab‘ûth), celui qui porte la parole du souverain musulman. Dans quel milieu sont-ils recrutés ? Quels critères président à leur choix : leur proximité avec le souverain, la langue, leur connaissance du pays, les affaires qu’ils y mènent, leurs réseaux ? Quelles sont les limites de leur pouvoir dans les négociations et les moyens mis à leur disposition pour effectuer leurs missions ? Continuer la lecture

Le voyage dans l’Antiquité tardive

Vient de paraître un numéro de la revue Antiquité tardive (t. 24, 2016, parution en 2017), consacré à :

Le voyage dans l’Antiquité tardive : réalités et images

Table des matières :

G. Cantino Wataghin, J.-P. Caillet, Iter facere

1  Comment voyage-t-on ?

 • Itinéraires et cursus publicus

R. J. A. Talbert, Visions of travel and their realization

P. Basso, La viabilità tardoantica: riflessioni e problemi aperti

S. Guédon, Passer la frontière. L’exemple africain

L. di Paola, Il cursus publicus in età tardoantica: storia di un servizio di stato tra conservazione e mutamento Continuer la lecture

Mandeville

Vient de paraître un nouveau volume sur Jean de Mandeville :

Tobienne, Jr., Francis, Mandeville’s Travails : Merging Travel, Theory, and Commentary, Newark, University of Delaware Press, 2016.

Présentation :

This book offers a critical methodology for analyzing travel literature. The subject of travel literature, as well as travel literatures, have not always been regarded with respect or given much critical attention. In order to amend this lack of positive reception, I analyze the late medieval text Mandeville’s Travels, specifically the Cotton MS. This text, though not overly popular currently, was among the most popular pieces of literature for well beyond its fourteenth century inception in some 300 manuscripts divided into three groups as well as early printed editions; further, this text offers a way in which to approach other pieces of travel literature. To facilitate this critical process I propose a 7-part method: 1. Identify and Define the Problem, 2. Make Observations, 3. Look for Regularities, 4. Wonder Why Regularities Exist, 5. Propose a Hypothesis, 6. Use an Experiment and 7. Have Reproducible Results. Of note, Mandeville’s Travels is both the impetus behind this 7-part method, as well as the object of study. Thus, I showcase how each element of the 7-part method is at play in the text, even as I argue for the text’s importance within Medieval Studies. Also included in this examination is the application of this 7-part method to medieval and post-period pieces of literature. The book culminates in an argument for the canonization and importance of Mandeville’s Travels in and beyond Medieval Studies.

Table des matières :

  1. Travel as ideological belief
  2. Problems, observations, and memory
  3. Regularities and Hypothesis
  4. Recorded experiment and reproducibility
  5. (A) Heuristic

Philippe de Mézières et l’Europe

Vient de paraître :

Philippe de Mézières et l’Europe. Nouvelle histoire, nouveaux espaces, nouveaux langages, éd. Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski, Genève, Droz, 2017 (Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 140).

Présentation:

Chevalier dévoreur d’espace, zélateur infatigable de la croisade, homme sans frontières, conseiller des princes, Philippe de Mézières est l’illustration exemplaire d’une certaine idée de l’Europe. Le mot n’existe pas au Moyen Age dans son acception moderne : la diversité des langues et des intérêts laisse peu de place à une interprétation unique. Face aux assauts des Infidèles, aux guerres et aux épidémies, la chrétienté s’interroge, cherche à se réformer, cartographie ses angoisses et tente de se ressourcer et d’atteindre à une rédemption salvatrice. Pour Mézières, l’Europe est un kaléidoscope dans lequel il voit et dénonce trahisons et querelles ; mais au-delà de ce constat amer, il veut croire en un souffle nouveau qui rassemble et mette en marche ce grand corps désuni.

Continuer la lecture

Odorico da Pordenone

Une édition critique du récit de voyage d’Odoric de Pordenone vient de paraître :

Odorico da Pordenone, Relatio de mirabilibus orientalius Tatarorum, éd. Annalia Marchisio, Florence, Edizioni del Galluzzo, 2016 (coll. Edizione nazionale dei testi mediolatini d’Italia, 41).

Ce récit, pourtant bien connu de tous ceux qui s’intéressent aux voyages au Moyen Âge, n’était jusque-là pas disponible en édition critique et il était malaisé de s’y retrouver entre les différentes versions, dont peu étaient d’ailleurs éditées correctement.

Il est vrai qu’il existe un grand nombre de manuscrits de ce récit, répartis en plusieurs versions et rédactions latines, mais aussi dans des traductions vernaculaires (toscan, vénitien, français, allemand, castillan et gaëlique).

Ce volume s’occupe uniquement des versions latines, qui sont au nombre de neuf. Après avoir décrit les manuscrits latins, l’éditrice retrace la tradition manuscrite de ce texte, en identifiant les différentes rédactions et en les articulant les unes aux autres.

Suit alors l’édition critique des différentes versions, pourvue d’un apparat critique très complet.

Il ne s’agit pas seulement d’une nouvelle édition d’un texte bien connu, mais de la première vraie édition critique de ce récit. Les chercheurs disposent enfin d’un texte sûr, fiable et lisible pour l’un des récits de voyage les plus populaires à la fin du Moyen Âge. L’éditrice doit être félicitée pour le grand effort que ce travail a dû représenter et pour l’avoir mené à terme, alors que les tentatives faites par le passé n’ont jamais abouti.