Archives mensuelles : juin 2018

Vérité et fiction

Le 15e colloque de l’International Medieval Society de Paris, qui se tiendra du 28 au 30 juin, a pour thème Vérité et fiction / Truth and Fiction.

Une des sessions portera spécifiquement sur « Geographical Truth & Fiction / Vérités & fictions géographiques »:

28 juin, 15h00-16h30:

Chair : Emmanuelle Vagnon

  • Peter Leonid Checkin “Truth at the Margins of the Known World: La navigation de saint Brendan 
  • Levante Selaf “La Sicambrie – une ville flottante sur la mappemonde des historiens et des romanciers médiévaux”
  • Margaretha Nordquist “Conflicting Mythscapes ? Truth and Fiction in Scandinavian Fifteenth-Century Chronicles as Regnal Narratives”
L’ensemble du programme du colloque est disponible ici.

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

Appel à communication pour un colloque qui aura lieu à Amiens les 22-24 novembre 2018 :

Sanctuaires et pèlerinages en France du Nord

du Moyen Âge à nos jours

Argumentaire:

Le 20e anniversaire de l’inscription au titre du Patrimoine mondial de l’UNESCO du bien « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France » offre l’occasion d’approfondir la connaissance scientifique sur les pèlerinages (dont celui à Saint-Jacques de Compostelle) et de valoriser le patrimoine des sanctuaires dans une région qui a jusqu’ici moins retenu l’attention : les Hauts-de-France et ses abords (Normandie, Ile-de-France, Champagne, Belgique) selon la terminologie moderne.

Il s’agit d’un espace de transit pour les pèlerins qui en partent ou qui le traversent pour se rendre vers des sanctuaires éloignés (Saint-Jacques de Compostelle, Rome, Jérusalem – même dans le cadre d’une croisade –, etc.), mais aussi d’un espace qui contient des sanctuaires nombreux, au rayonnement variable vers lesquels on se rend ou on se rendait (par exemple la cathédrale d’Amiens, Notre-Dame de Boulogne, Notre-Dame de Brebières à Albert, la sainte chandelle d’Arras, Notre-Dame de Liesse, Longpré-les-Corps-Saints, Saint-Quentin, etc., sans parler d’une multitude de pèlerinages locaux).

A partir du IVe siècle dans les régions christianisées de l’Empire romain ont commencé à se multiplier les sanctuaires en lien avec le développement du culte des saints et des reliques (tombeau de saint Quentin honoré dès la fin de l’Antiquité ; 198 reliques acquises par Angilbert pour le monastère de Saint-Riquier sous Charlemagne). Cette forme de piété impliquait des déplacements de la part des fidèles et ces voyages ont acquis, par les difficultés pratiques et économiques qu’ils impliquaient, un caractère pénitentiel qui les intégrait pleinement à la démarche religieuse d’approfondissement spirituel et de conversion. Continuer la lecture