Archives mensuelles : novembre 2018

Représentation de l’espace et de l’altérité

Journée d’études, 7 décembre 2018, à l’Université de Louvain (Salle du Conseil de l’Institut supérieur de philosophie Place du Cardinal Mercier, 14, Louvain-la-Neuve) :

Représentation de l’espace & de l’altérité

Perspectives historiques et interdisciplinaires

Présentation :

Des mappaemundi à « Google Maps » les supports pour représenter graphiquement le monde tiennent un rôle essentiel dans la façon dont les cultures humaines pensent et décrivent l’espace, surtout l’espace qui reste au dehors de l’expérience quotidienne.

Conçue à l’intérieur du cadre de l’ « Année Louvainternational » et du cycle d’activités du Centre d’Études sur le Moyen Âge et la Renaissance (CEMR – INCAL)  consacré aux représentations historiques de l’espace, cette matinée d’études porte sur les différentes stratégies de représentations du monde qui se sont succédé et qui ont cohabité dans les cultures du Moyen Age et de la Renaissance, en Europe et dans le Proche Orient.

À travers les communications de quatre spécialistes internationalement connus, cette matinée d’études vise à explorer comment, dans les cultures du passé, en Europe et ailleurs, les cartes géographiques fonctionnaient comme une interface de plusieurs traditions culturelles (récits de voyage, savoirs encyclopédiques) et linguistiques, et témoignaient de différentes modalités de représentation de soi et de l’autre. S’adressant à un auditoire de non- spécialistes, les orateurs approcheront ces questions complexes à travers des exemples concrets de recherche sur les cartes médiévales, en insistant tout particulièrement sur l’importance et la pertinence d’une démarche comparative entre l’histoire, la géographie, l’histoire des sciences et la littérature.

Programme :

9h30

Accueil des participants

9h40

Chet Van Duzer (Stanford University) : New uses for early maps: cartography revisited

Thibaut Maus de Rolley (University College of London) : Rukhs! Islands and flying monsters, from Marco Polo to Peter van den Keere

Modératrice : Antonella Sciancalepore (UCLouvain)

11h

Pause café

11h15

Marianne O’Doherty (University of Southampton) : Maps in manuscript context: A Jerusalem map in a Holy Land miscellany of the fifteenth century

Jean-Charles Ducène (Ecole pratique des Hautes Etudes) : Les cartes du Sahara chez al-Idrîsî

Modérateur : Maxime Kamin (Université Grenoble Alpes)

12h35

Fin des travaux

Voyages vers le Nord

Appel à contributions pour la revue « Viaggiatori », septembre 2019 :

Voyages vers le Nord, voyages vers les pays froids

Argumentaire:

« Le sentiment de l’isolement et de l’abandon remplit l’âme du voyageur qui traverse ces déserts du Nord. Rien ne vit autour de lui, tout est silencieux et mort. » (Charles Martins, 1866)

La représentation du Nord de l’Europe a beaucoup changé au fil des siècles. Dans le monde gréco-romain, le concept de Nord était toujours très relatif et non relié à une précise région géographique, de même que le terme Septentrion, qui localisait une zone nordique qui s’élargissait d’est en ouest, de la Britannia à la Germania et à la Scythie, était assimilé parfois à la Bulgarie, d’autres fois à la Roumanie, à la Hongrie, à la Pologne ou à la Russie. Le Nord d’Homère était le pays des Cimmériens (c’est-à-dire au nord de la mer Noire), alors que pour Ptolémée, c’était le pays des Finnoi, des tribus finnoises ou lapones, qui n’étaient pas bien localisées. Il est bien compréhensible que, quand Pythéas de Marseille revint de son long périple dans la mer du Nord, aucun savant ne lui ait fait confiance, son Peri tou Okeanou étant considéré comme un recueil de fables. Il fallut attendre Pline l’Ancien, Tacite et Ptolémée pour identifier d’abord la Scandia (la partie méridionale de la Suède) et ensuite la Scandinavie. Si la culture classique a le grand mérite d’avoir fait connaître le Nord de l’Europe dans ses œuvres littéraires et géographiques, elle est aussi responsable de l’image (très tacitéenne) d’un Septentrion obscur, inhabitable à cause du climat et en général négatif ; Adam de Brème et Saxo Grammaticus contribuèrent à la fixer dans la littérature médiévale. Tous ces savants fondaient leurs affirmations sur les ouvrages de référence classiques et sur les témoignages des marins et des marchands, les seuls à avoir parcouru ces régions extrêmes, pour en rapporter les fourrures et le célèbre ambre de la Baltique. Mais enfin, à partir du xve siècle, on commença à avoir quelques relations très intéressantes des premiers voyageurs (Pietro Querini, Paul Jove, Alessandro Guagnini) et trois œuvres savantes, qui peuvent être considérées encore aujourd’hui comme les fondements de la connaissance du Nord à l’époque moderne, même si encore liées à la mentalité médiévale car écrites en latin : ce sont les ouvrages de Jacob Ziegler, d’Olaus Magnus et de Johannes Scheffer. Si Ziegler reprit l’image barbare et sauvage des peuples du Nord, Olaus Magnus et Scheffer publièrent des études monographiques fondamentales pour la diffusion de la connaissance des pays nordiques en Europe. Leurs ouvrages furent souvent cités (et copiés) par les premiers voyageurs du xviie et xviiie siècle, mais on les trouve encore parmi les sources de la littérature de voyage du xixe siècle. Continuer la lecture

Voyageurs-écrivains

Appel à communications pour une journée d’études doctorants et jeunes chercheurs, qui aura lieu le 20 mars 2019 à l’Université Littoral Côte d’Opale de Boulogne-sur-Mer.

« Sur les traces du voyageur-écrivain: témoignages croisés d’une histoire »

Argumentaire :

Cette Journée d’Étude s’inscrit dans la continuité des manifestations scientifiques de l’UR H.L.L.I. sur la thématique des récits de voyage, genre qui se situe aux confins de la littérature, de l’histoire, de l’anthropologie et de bien d’autres disciplines. Elle proposera de réfléchir sur l’écriture du voyage en se centrant sur deux figures du voyageur, l’écrivain-voyageur d’une part, le voyageur écrivain d’autre part. En effet, le récit de voyage est un genre ambigu dans la mesure où il est riche par la diversité des formes qu’il peut emprunter, récit de pèlerinage, récit de croisade, chronique, lettre, journal, carnet de bord, récit romanesque, etc. Autant de formes qui correspondent aux différentes catégories de voyageurs : pèlerins, brigands, parias, commerçants, ambassadeurs, navigateurs, historiens, politiciens, médecins, militaires, romanciers, etc. De surcroît, selon le statut du voyageur, le regard présenté diffère en fonction des choix d’écriture de l’auteur ; l’écrivain voyageur donne la primauté à la littérature et offre une vision subordonnée à ses compétences d’écrivain tandis que le voyageur écrivain privilégie ses capacités d’expertise dans son domaine respectif pour reconstruire le réel.

Les écrits de ces deux types de voyageurs mettent à la disposition du lecteur d’aujourd’hui un nombre non négligeable d’informations qui reposent sur l’observation des lieux, des usages à une période donnée dans un pays, de la culture d’un peuple, mais également sur les émotions, les impressions, qui transparaissent à travers les techniques d’écriture et qui offrent un matériel inépuisable à la recherche. Ces récits sont donc d’une importance capitale dans la mesure où ils sont des sources qui informent sur des contrées et des périodes mal connues comme le fait Hérodote au sujet du développement de l’empire perse ou encore de l’origine des guerres médiques au ve siècle avant notre ère dans les Histoires ou l’Enquête, première œuvre historique du monde occidental. Continuer la lecture

Le voyage architectural

Vient de paraître:

Frédérique Lemerle, Le voyage architectural en France (XVe-XVIIe siècles) : Entre antiquité et modernité, Turnhout, Brepols, 2018, coll. Etudes renaissantes 26.

Présentation:

Réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages laissés par les voyageurs français et étrangers.

L’ouvrage est consacré à la réception de l’architecture antique, médiévale et moderne à travers les témoignages textuels et graphiques laissés par les voyageurs français et étrangers, depuis le XVe siècle où apparaissent les premiers témoignages significatifs, jusqu’au chantier de Versailles qui focalise durablement l’attention des visiteurs. Les descriptions les plus connues, citées souvent à partir d’extraits publiés à la fin du XIXe ou dans la première moitié du XXe siècle, sont envisagées dans leur ensemble et mises en parallèle. Les autres, souvent inédites, sont prises en compte pour les témoignages qu’elles apportent aussi bien sur les antiquités gallo-romaines que sur les édifices civils et religieux plus récents ou strictement contemporains. Les bâtiments sont donc étudiés à un moment de leur histoire mais aussi analysés et contextualisés en fonction des intérêts et des goûts manifestés par les divers voyageurs, selon l’époque, l’itinéraire, la durée du séjour, éventuellement la nationalité. L’étude de la réception de ces édifices vus dans le long terme et dans tous leurs états, en chantier, restructurés, agrandis, modernisés sous des propriétaires différents, en constante mutation et devenir dans leurs dedans comme dans leurs dehors, permet d’écrire une histoire du goût et de la curiosité comme de l’art d’habiter en France à l’époque moderne.

Continuer la lecture

Lieux réels, lieux rêvés

Lieux Réels, lieux rêvés à la Renaissance

Séminaire Chorea 2018-2019.

Présentation

Destiné aux jeunes chercheurs (étudiants de Master, doctorants et jeunes docteurs) qui ont pour champ d’investigation la Renaissance entendue au sens large, le séminaire Chorea de l’association Cornucopia reprend à la rentrée 2018 dans un nouveau format. Dans un esprit humaniste de dialogue et d’expérimentation, ce séminaire a pour but de répondre aux attentes et interrogations des jeunes chercheurs et chercheuses.

Dans un souci d’ouverture disciplinaire et géographique ancien, dont témoignent plusieurs séminaires précédents et numéros du Verger consacrés aux « marges », à « l’Orient », à « l’exotisme » ou aux « temps et espaces du voyage », Cornucopia propose pour la réouverture de son séminaire Chorea en 2018-2019 de poursuivre l’exploration des « ailleurs » au sens large à travers le lien entre les lieux réels et les lieux rêvés à la Renaissance. Continuer la lecture

Locus 2018-2019

Le séminaire Locus reprend pour l’année 2018-2019.

Séminaire organisé par Emmanuelle Vagnon, Geneviève Bührer-Thierry et Christopher Fletcher

LAMOP-Université Paris1, Séances salle Perroy, le vendredi de 10h-13h.

Sorbonne, entrée 14 rue Cujas, galerie Jean-Baptiste Dumas, escalier R, 2e étage.

Argumentaire

Amorcé  début  2017,  « Locus »  est  un  séminaire  transversal,  réunissant  des  historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations  de  l’espace au  Moyen  Âge  en  tentant  de  se  démarquer  d’une  approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes ; la question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre cet espace médiéval. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lors qu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » pourrait devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes. Continuer la lecture