Archives mensuelles : décembre 2018

Guillaume de Boldensele

Vient de paraître :

Guillaume de Boldensele, Sur la Terre sainte et l’Egypte (1336), présentation et commentaire par Christiane Deluz, Paris, CNRS Editions, coll. « Sources d’histoire médiévale », 2018, 210 p.

Présentation :

En 1336, Guillaume de Boldensele, frère Prêcheur du couvent de Minden, de retour d’un pèlerinage à Jérusalem, rédige, à la demande du cardinal de Talleyrand, personnage influent de la cour pontificale d’Avignon, un Liber consacré à la Terre Sainte et à l’Égypte. Parmi les nombreux récits de pèlerinage du XIVe siècle qui nous sont parvenus, celui-ci se distingue par l’étendue de la culture dont il témoigne. Culture théologique, ce qui ne surprend pas, mais aussi culture scientifique, jointe à une curiosité d’esprit, qui l’amène à confronter son savoir à l’expérience, devant des phénomènes jugés miraculeux, à construire une image du monde fondée à la fois sur la cartographie et sur ses propres observations.
Dès 1351, Jean le Long, abbé de Saint-Bertin à Saint-Omer, insère ce récit dans la série de traductions qu’il consacre au Proche-Orient et à l’Asie récemment découverte, offrant ainsi un témoignage intéressant sur le nouveau statut du français comme « langue de clergie ». Ainsi c’est à un double titre que l’oeuvre de Boldensele mérite d’être tirée de l’oubli.

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Appel à contributions de la revue Etudes Médiévales Anglaises, sur le thème:

Pratiques et conceptions de l’espace au Moyen Âge

Argumentaire

La revue Etudes Médiévales Anglaises (EMA) vous invite à soumettre un article pour son numéro 94 sur la notion d’espace. Les articles, en anglais ou en français, sont à envoyer à Fanny Moghaddassi avant le 30 mai 2019 (informations ci-dessous). Nous recommandons aux auteurs intéressés de faire parvenir un titre et une brève description du contenu de leur article dès que possible.

Bien que l’espace ne soit pas un concept médiéval (au XIVème siècle, le terme moyen-anglais réfère d’abord au temps ou à l’intervalle entre deux objets, et non à l’idée abstraite d’étendue que l’on peut traverser et / ou occuper), il a cependant pris une importance critique considérable dans les études médiévales au fil des dernières décennies. Les médiévistes se sont toujours intéressés aux questions spatiales, notamment sous la forme de recherches sur la localisation et les frontières de communautés nationales et religieuses, sur les pratiques médiévales du pèlerinage, de la procession et du voyage, ou sur les symbolismes associés à divers lieux (forêt, jardin, château…). Toutefois, « un regard critique sur les catégories et concepts de l’espace » (Weiss & Salih, 2012, xv) ne s’est développé que plus récemment sous l’impulsion de la géographie culturelle, dans les années 1970, et des explorations post-modernes des soubassements idéologiques qui ont au Moyen Âge forgé et produit les espaces ruraux et urbains, les lieux de pouvoir, les sites religieux, et façonné au sein de ces espaces des zones distinctes en fonction de critères de genre et d’appartenance sociale. Continuer la lecture

Les représentations géographiques et cartographiques du pouvoir

Dans le cadre du séminaire « Economie, société  et culture » du LA3M, consacré cette année à La représentation du pouvoir en Méditerranée médiévale, la séance du 3 décembre aura pour programme :

Les représentations géographiques et cartographiques du pouvoir

– Christine Gadrat-Ouerfelli (CNRS-LA3M), Découper le monde en empires : les représentations des voyageurs aux XIIIe-XIVe siècles.

– Paul Fermon (LA3M). À l’échelle de l’enquêteur : cartographies et sièges du pouvoir dans les vues territoriales du XVe siècle de la Provence et du Dauphiné.

Aix-en-Provence, MMSH, de 14h à 17h.